Cancer des ganglions lymphatiques: symptômes, signes, causes, pronostic et traitement

Le système lymphatique humain assure la protection immunitaire et le drainage des substances toxiques en vue de leur élimination ultérieure de l'organisme. C'est un système complexe composé de nombreux composants:

  • en fait - la lymphe;
  • ganglions lymphatiques;
  • les follicules;
  • les amygdales;
  • la rate;
  • thymus

Localisation des capillaires lymphatiques

La composition de la lymphe à 95% comprend des lymphocytes matures, ainsi que des minéraux et des éléments façonnés (sans plaquettes ni globules rouges). Les ganglions lymphatiques régionaux sont les premiers assistants à la pénétration des antigènes.

S'ils ne font pas face à leur tâche (par exemple, il y a trop d'antigènes), alors la rate, les formations lymphatiques de l'intestin et des poumons, ainsi que la moelle osseuse sont incluses dans la cascade de protection.

L'ensemble des capillaires lymphoïdes contenant un flux lymphatique, ainsi que les organes lymphoïdes ayant une fonction de barrière, est appelé système lymphatique.

En raison de divers facteurs, ce système harmonieux échoue. Avant cela, les lymphocytes dont le corps a besoin deviennent agressifs - un cancer survient.

Qu'est-ce que le cancer des ganglions lymphatiques?

Ganglions lymphatiques supraclaviculaires élargis

Le cancer des ganglions lymphatiques, ou lymphome, est une tumeur maligne du système lymphatique évoluant rapidement. En semaines ou en mois.

Il existe deux types de cancer:

  • Lymphome de Hodgkin (maladie de Hodgkin);
  • lymphomes non hodgkiniens (incluant plus de 25 types histologiques de tumeurs du tissu lymphoïde).

Le cancer extrêmement malin non hodgkinien progresse. Dans la pathogenèse de la maladie - la dégénérescence mutationnelle des lymphocytes des séries T et B. Il affecte tout le système lymphatique, mais le plus souvent, il commence par les ganglions lymphatiques.

La lymphogranulomatose est actuellement traitée avec succès et son pourcentage dans les statistiques générales des maladies du système lymphatique est d’environ 12%.

Les causes

Il existe quatre théories principales sur le développement du cancer lymphoïde:

  1. interaction avec des agents cancérigènes;
  2. augmentation de l'insolation;
  3. virus du papillome humain, Epstein-Barr, VIH;
  4. maladies systémiques du corps.

Cancer des ganglions lymphatiques - causes et facteurs de risque

  • tabagisme (plus on a de l'expérience, plus le risque de lymphome du canal thoracique ou de formations lymphoïdes des poumons est élevé);
  • risques professionnels, en particulier travail avec des charges de rayonnement et des agents agressifs mutagènes (herbicides);
  • âge - jeune (de 15 à 25 ans) et avancé, est particulièrement sensible aux effets de facteurs environnementaux néfastes dus à l'organisation instable de la protection immunologique;
  • Un accouchement tardif et particulièrement difficile peut grandement ébranler l'homéostasie du corps lors du développement du cancer;
  • prédisposition familiale (en particulier chez les parents de première ligne) au cancer, en particulier de la série lymphoïde.

Cancer des ganglions lymphatiques: symptômes

Ganglions lymphatiques cervicaux élargis

Les patients se demandent-ils souvent si leurs ganglions lymphatiques font du cancer ou non? En règle générale, la gêne se produit uniquement à cause de leur augmentation, car il s'accompagne d'un éclatement de la fibre environnante avec des récepteurs situés dans celle-ci. L'inflammation des ganglions lymphatiques dans le cancer se produit lorsqu'une infection est ajoutée ou sur le fond de l'immunodéficience.

Il existe des signes typiques de cancer des ganglions lymphatiques:

  • augmentation de la température corporelle, souvent subfebrile le soir. Avec la progression associée à l'élever à 39-40 degrés, sueurs et fièvre abondantes la nuit;
  • prurit Plus commun est généralisé, mais il y a aussi une démangeaison du cuir chevelu, du buste, de la plante des pieds et des paumes;
  • sensation de pression et gonflement des tissus dans la région des ganglions lymphatiques.

Ressemble au cancer des ganglions lymphatiques, la photo est présentée dans cet article.

Les lymphomes non spécifiques sont des plaintes concernant:

  • perte de capacité de travail due à un fort sentiment de faiblesse et de faiblesse;
  • diminution de l'appétit;
  • difficulté à respirer;
  • infections bactériennes fréquentes et infections fongiques;
  • l'anémie;
  • perte de poids importante;
  • troubles du tube digestif.

Les ganglions lymphatiques élargis dans le cancer - le phénomène n'est pas strictement obligatoire, se produit dans la moitié des cas.

Toutes ces plaintes sont plus universelles pour le cancer, mais n'excluent pas les réactions inflammatoires, les processus auto-immuns, etc.

Prédiction et survie

Cancer des ganglions lymphatiques, combien de patients vivent avec un tel diagnostic? Les spécialistes sur la base de l'observation statistique à long terme ont développé un indice de prévision international. Il est efficace pour les lymphomes de tout degré de malignité.

5 facteurs affectant la survie du patient:

  • l'âge;
  • Taux de LDH (normal ou élevé deux fois ou plus par rapport au taux sérique);
  • état du patient (échelle normalisée de l'OMS);
  • stade du cancer;
  • le nombre de lésions en dehors des ganglions lymphatiques.

En cas de cancer des ganglions lymphatiques, le pronostic est établi en fonction du nombre de points reçus dans chacune des sections. Il est conclu que le taux de survie moyen dans ce groupe de patients.

Par exemple, de bons indicateurs de pronostic chez un patient atteint de lymphome folliculaire:

  1. 32 ans;
  2. Le taux de LDH est normal;
  3. indicateur de l'état général de 1 point, la capacité de travail est limitée;
  4. étape i

Pour les patients de ce groupe d'âge, la survie est déterminée uniquement par ces quatre indicateurs.

Dans le cas de tumeurs peu différenciées, l'efficacité et la sensibilité du cancer à la chimiothérapie constituent un indicateur pronostique significatif. Si le traitement de première intention indiquait une faible sensibilité de la tumeur aux effets, le pronostic d'un tel patient se détériorait dramatiquement.

Pronostic de survie par étapes du processus:

  1. Stade I Taux de survie prédictif à cinq ans - 82%;
  2. les patients avec le deuxième stade ont 88% de survie à cinq ans;
  3. pour le stade III, le taux de survie sera de 63%;
  4. Stade IV - 49%.

Survie à cinq ans par sexe et par âge:

  • lymphome chez les hommes de 15 à 39 ans - 83%, chez les hommes de 80 ans et plus - 36%;
  • chez les femmes, le taux de survie varie de 86% à 40%;
  • Échographie (fournit des données sur l'emplacement et la taille de la tumeur, sa structure);
  • Imagerie par résonance magnétique (nécessaire pour une détermination précise de la localisation, effectuée avant une opération radicale);
  • Biopsie (la confirmation histologique de l'origine de la tumeur et de sa différenciation est nécessaire pour établir le stade de la maladie).

Diagnostic et traitement des lymphomes

Lymphome T-lymphoblastique, état après le premier bloc de chimiothérapie

Le traitement des lymphomes implique une approche intégrée:

  • Les lymphomes malins sont traités par résection radicale avec élimination des ganglions lymphatiques régionaux les plus proches, chimiothérapie et radiothérapie.
  • Dans le cas du lymphome de Hodgkin, il suffit, avant la chimiothérapie, de subir une intervention chirurgicale, puis une résection. Après la chirurgie, la radiothérapie est prescrite.

Dans tous les cas, le choix des méthodes de traitement est strictement individuel dans chaque cas. Tout dépend de l'état du patient et de son âge.

Conséquences du cancer des ganglions lymphatiques

Les études statistiques de différents pays aboutissent à une conclusion décevante sur l'augmentation rapide de l'incidence dans la population des néoplasmes du tissu lymphoïde. Cependant, il convient de noter l'amélioration des systèmes de dépistage diagnostique, permettant de détecter les tumeurs aux stades les plus précoces.

Cancer des ganglions lymphatiques

Le cancer des ganglions lymphatiques est une maladie oncologique au cours de laquelle, chez une personne, il se produit une augmentation des ganglions lymphatiques due à une lésion du système lymphatique par des néoplasmes. Lors du déplacement du lymphome entre les nœuds, une diminution pathologique de l'immunité se produit, avec des conséquences néfastes. Ce type ne concerne que 4% de toutes les personnes atteintes d’oncologie, et il est également courant chez les hommes et les femmes.

Le cancer des ganglions lymphatiques est un nom commun pour une maladie qui se divise généralement en:

Lymphomes de Hodgkin

Tumeurs malignes du tissu lymphoïde, caractérisées par la présence de cellules géantes de Reed-Berezovsky-Sternberg, détectées au microscope lors de l'étude des ganglions lymphatiques affectés.

En savoir plus sur cette maladie dans notre article.

Est un groupe commun de lymphomes, y compris divers types de lymphomes, à l'exception du lymphome de Hodgkin.

Ces types de maladies se comportent, se propagent et réagissent différemment au traitement. Il est donc important de savoir quel type de cancer a un patient. Ci-dessous, nous écrirons en général sur tous les types de cancer.

Raisons

Il a été étudié et examiné de nombreuses hypothèses, pourquoi la maladie apparaît, mais les principales raisons de l'oncologie des ganglions lymphatiques ont les points suivants:

  1. L'effet des substances dangereuses sur le corps.

Une raison courante pour les personnes qui vivent depuis longtemps près d'une substance toxique contracte une telle maladie.

  1. Être souvent sous le soleil.

De tels patients ont un contact constant avec le soleil, nocif en quantité excessive.

  1. Manifestations d'infections diverses.

Par exemple, le VIH ou le sida peut causer le cancer.

  1. Pathologie du corps.

Mauvaise performance du système immunitaire, etc.

5. métastases

Souvent, les patients cancéreux font face à la propagation des cellules cancéreuses aux ganglions lymphatiques. En règle générale, les ganglions lymphatiques les plus proches souffrent d’abord, puis les ganglions lointains. Ce problème nécessite une attention extrême et un traitement agressif immédiat. Vous pouvez lire sur le cancer des ganglions lymphatiques métastatiques dans notre article séparé.

Vous pouvez également noter certains facteurs contribuant à l'apparition d'un cancer des ganglions lymphatiques:

Mauvaises habitudes

Âge Jusqu'à 25 ans et à partir de 50 ans sont les personnes les plus susceptibles de contracter la maladie.

Accouchement difficile ou à un âge plus avancé.

Comment identifier et éliminer le cancer des ganglions lymphatiques dans le cou

Le principal rôle protecteur de notre corps est le système lymphatique. Il nous protège contre les maladies graves, mais il peut aussi être vaincu par une pathologie dangereuse: le cancer. Le plus souvent, la malignité couvre les ganglions lymphatiques supérieurs situés sur le cou.

Qu'est ce que c'est

Les ganglions lymphatiques sont représentés dans notre corps par tout un réseau ou système. Ils sont inégalement situés dans tout le corps. Dans une partie des nœuds, il ne peut y avoir que quelques pièces, dans l'autre, leur nombre atteint 50. La plupart d'entre elles se trouvent dans l'aine, les aisselles et le cou.

La lymphe contient des lymphocytes, des globules blancs, qui constituent le principal moyen utilisé par le corps pour lutter contre les bactéries, les virus et les infections pathogènes. Le nombre accru de lymphocytes, lors de tests sanguins en laboratoire, montre le travail amélioré d'un nœud ou d'un groupe d'entre eux.

Les ganglions lymphatiques situés sur le cou sont soumis au plus grand stress, car ils réagissent à toute pénétration d'infection dans les organes ORL. Avec des inflammations fréquentes, le système lymphatique du cou n’est pas toujours en mesure de faire face à l’infection à temps. Cela conduit à son affaiblissement et augmente le risque de cancer.

Le cancer des ganglions lymphatiques de la colonne cervicale n'est pas une maladie unique, mais comprend à la fois tout un groupe de pathologies cancéreuses. La maladie se caractérise par une augmentation du nombre de nœuds dans le cou et en l'absence de traitement approprié, une implication dans le processus pathologique, des organes adjacents ou des nœuds adjacents.

Raisons

Plusieurs raisons peuvent conduire au développement de cette maladie. Certains d'entre eux n'ont pas encore été identifiés. Les raisons les plus courantes sont les suivantes:

  • un certain âge. Pour cette pathologie, deux périodes d'âge actif ont été identifiées. La première période inclut les personnes âgées de 15 à 30 ans. La deuxième période a inclus les patients âgés de 50 ans;
  • course. Chez les personnes à peau claire, cette pathologie est diagnostiquée 30% plus souvent;
  • prédisposition génétique. Si des patients atteints d'une telle maladie étaient observés dans la première ligne, le risque du patient augmentait plusieurs fois;
  • fin de grossesse (après 35 ans);
  • perturbation du système immunitaire;
  • pathologies causées par des bactéries spécifiques;
  • Virus d'Epstein-Bar;
  • Le VIH;
  • maladie des radiations.

Espèces

Le cancer des ganglions lymphatiques du cou peut être divisé en plusieurs types. Classiquement, ils peuvent être divisés en deux groupes: lymphogranulomateux (Hodgkin) et non-Hodgkin.

Lymphogranulomatose (tumeur de Hodgkin)

Ce type de cancer se caractérise par diverses manifestations externes. En règle générale, la pathologie commence à se développer avec une augmentation des ganglions lymphatiques situés non seulement dans le cou, mais également dans la clavicule. Le nœud affecté peut être facilement senti et peut se déplacer sans conséquences graves.

Au fil de l'évolution de la maladie, un groupe de nœuds se forment, situés à proximité, qui se confondent et acquièrent une structure dense. La peau dans la zone d'inflammation devient rouge ou bleuâtre.

Avec le développement ultérieur de la maladie, les nœuds de la région thoracique sont impliqués dans le processus pathologique. Il en résulte un essoufflement, une toux, une douleur et la formation de grilles veineuses.

Les causes du développement du lymphome de Hodgkin à l'heure actuelle presque inconnue. Cependant, il a été noté que la plupart des personnes atteintes étaient des personnes âgées de moins de 20 ans, dont l'immunité était gravement affaiblie.

À l'heure actuelle, la maladie de Hodgkin fait partie des pathologies les plus rares diagnostiquées chez seulement 11% des patients cancéreux. La pathologie répond bien au traitement et a un pronostic favorable même à un stade avancé.

Tumeurs non hodgkiniennes

Les lymphomes de type non hodgkinien comprennent plus d'une douzaine de pathologies différentes. Malgré cette diversité, ils présentent tous presque les mêmes symptômes que la première manifestation:

  • une légère augmentation des noeuds sur le cou;
  • une augmentation du volume de la veine du cou;
  • difficulté à respirer en raison de la compression des vaisseaux adjacents;
  • même après une forte augmentation, les ganglions lymphatiques ne se confondent pas avec les tissus et les ganglions touchés. Mais en même temps, ils deviennent très denses;
  • à la palpation, la douleur est complètement absente.

L'hypertension se joint à la compression constante des veines. Une jaunisse et une obstruction intestinale peuvent survenir. La lésion est localisée dans un nœud pour une durée limitée et s'étend rapidement à d'autres organes et tissus.

Degrés et symptômes

Le lymphome cervical est caractérisé par 4 stades de développement, qui diffèrent par l'intensité des symptômes.

Étape 1

A ce stade de développement, seuls un ou plusieurs nœuds situés à proximité sont impliqués dans le processus de lésion. Lorsque le premier degré est caractérisé par une légère augmentation du ganglion lymphatique, qui conserve son élasticité et sa douceur, il n’est pas douloureux lors du sondage.

De plus, les manifestations externes ne sont généralement pas observées. Mais l'augmentation de la tumeur entraîne une déficience fonctionnelle. Le patient commence à être tourmenté par une transpiration intense, ce qui est particulièrement évident la nuit.

Il y a aussi l'irritabilité, la fatigue. Dans certains cas, des démangeaisons sont apparues dans la zone touchée. À l'avenir, les nœuds augmentent et gagnent en mobilité.

Étape 2

Au cours du deuxième stade de la maladie, d’autres zones lymphatiques situées à la fois dans le cou et à proximité sont impliquées dans le processus. Par exemple, sur la clavicule, sous les aisselles. Ensuite, la pathologie couvre les tissus ou organes adjacents.

Extérieurement, le lymphome de grade 2 se manifeste par une augmentation des ganglions lymphatiques et une modification de leur structure. Les nœuds et la zone qui les entoure deviennent denses. Une personne peut être perturbée par un état fébrile avec une augmentation de la température corporelle jusqu'à des valeurs subfébriles. Le patient perd rapidement du poids.

En outre, il y a un changement d'humeur fréquent et déraisonnable, la dépression. Un patient peut perdre son appétit. Souvent, des nausées et des vomissements entraînant un échec complet de la nourriture.

Étape 3

Ce degré est caractérisé par une implication dans le processus de la maladie, des ganglions lymphatiques situés dans la région du diaphragme, ainsi que par des lésions aux organes à proximité. À ce stade, il se produit une forte détérioration générale qui se manifeste par une température constamment élevée, des nausées et une faiblesse.

Étape 4

La dernière étape de la pathologie caractérisée par des lésions multifocales. Le cancer englobe divers organes et tissus qui ne sont pas liés à la structure de la lymphe. Dans le même temps, il n'est pas nécessaire qu'au moins un nœud soit affecté.

Les symptômes énumérés ci-dessus sont accompagnés d'une douleur persistante intense. En outre, il y a marqué subfebrile dans la période de jour.

Diagnostics

Afin de diagnostiquer le cancer des ganglions lymphatiques dans le cou, les méthodes suivantes sont utilisées:

  1. Inspection visuelle. Les nœuds du cou, même avec une légère augmentation, sont clairement visibles. Lors de l'inspection visuelle, le médecin détermine la zone de localisation et la structure de la zone touchée.
  2. Biopsie. Il est effectué pour identifier les cellules cancéreuses dans les nœuds et les tissus.
  3. IRM Il permet d'étudier la structure des tissus et des organes inflammatoires en couches.
  4. Rayons X. Il est utilisé en cas de suspicion de métastases.

Traitement

La méthode de traitement du lymphome est déterminée en fonction du stade de la maladie, de l'âge du patient et du degré d'implication d'autres tissus et organes dans le processus pathologique. Pour une mise en cuve réussie d'une pathologie, les méthodes simples et leur combinaison peuvent être appliquées.

En règle générale, le traitement commence par une combinaison de radiothérapie et de chimiothérapie. Le traitement conservateur peut durer de 2 semaines à plusieurs mois. Même en cas d'efficacité incomplète d'un tel traitement, la taille de la tumeur diminuera, ce qui l'éloignera chirurgicalement.

L'intervention est réalisée sous anesthésie générale et comprend les étapes suivantes:

  1. Le patient est placé sur le dos, mettant un rouleau spécial sous les omoplates pour provoquer l'extension du cou.
  2. Avec l'aide de la feuille verte, le patient est la zone programmée des incisions.
  3. Les coupes sont faites en forme de T. Cela permet une bonne pénétration de la partie affectée du système et élimine les lésions tissulaires inutiles.
  4. L'incision est faite sous le bord de la mâchoire inférieure, en partant de son angle et en la dirigeant vers le menton. La deuxième incision est faite au sternum. Ces lignes produisent une dissection de la peau, de la couche sous-cutanée et des muscles.
  5. L'électrocoagulation est utilisée pour arrêter le saignement des petits vaisseaux et exposer la zone de travail.
  6. Ensuite, à l'abduction maximale du muscle, les fibres et les ganglions lymphatiques situés dans celui-ci s'ouvrent.
  7. Après la sélection de la fibre, effectuez l'excision des nœuds en une seule unité.
  8. Après cela, un drainage est introduit dans la plaie et celle-ci est suturée avec du matériel de suture de catgut.
  9. En conclusion, un pansement compressif est appliqué sur la zone opérée.

Réhabilitation

La période de rééducation après une exposition chirurgicale peut durer de 6 à 14 jours. En règle générale, les blessures guérissent pendant ce temps. La réparation complète des tissus prendra beaucoup plus de temps. Le moment exact dépendra des caractéristiques du patient.

Prévisions

Selon les statistiques, l'arrêt de cette pathologie est très efficace. Lors de la surveillance des patients pendant 5 ans, 83% avaient une rémission complète. Dans d'autres cas, des rechutes ont été observées. Le plus souvent, les rechutes étaient attribuées à un cancer qui avait été découvert à un stade avancé, chez le patient âgé de 50 ans ou plus.

Les avis

La plupart des critiques confirment des statistiques positives. En outre, les patients notent une courte période de rééducation. Nous vous proposons de laisser un commentaire sur cette maladie dans les commentaires de cet article.

Nous vous recommandons de regarder une vidéo dans laquelle des experts parlent de ce type de maladie:

Cancer des ganglions lymphatiques

Le cancer des ganglions lymphatiques (lymphome) est un cancer assez rare qui se caractérise par des ganglions lymphatiques enflés et des lésions tumorales de divers organes internes exposés à une accumulation incontrôlée de lymphocytes "tumoraux". Les femmes et les hommes sont également touchés par cette maladie et, avec l’âge, le risque de développement augmente considérablement.

La principale cause de cancer des ganglions lymphatiques est l’effet sur le corps humain de diverses substances cancérogènes (pesticides, herbicides) et d’infections virales (notamment le virus d’Epstein-Barr). Le risque de cancer des ganglions augmente significativement en fin de grossesse (après 30 ans), faible protection immunitaire, infection par le VIH

Symptômes du cancer des ganglions lymphatiques

La symptomatologie de cette maladie est assez prononcée et se caractérise par une augmentation des ganglions lymphatiques inguinaux, cervicaux ou axillaires, une faiblesse générale, une perte d’appétit et une sensation de fatigue constante. C'est un changement systémique des ganglions lymphatiques qui est considéré comme le signe principal du début du développement du processus oncologique. À la palpation, les ganglions lymphatiques sont absolument indolores, et seuls quelques cas isolés provoquent une légère douleur. Parmi les autres symptômes communs figurent des sueurs nocturnes fréquentes, un essoufflement, des démangeaisons persistantes dans le corps.

L'apparition d'autres symptômes dépend directement de la partie spécifique du corps où se trouvent les ganglions lymphatiques affectés. Lors du diagnostic, chez un petit nombre de patients, des cellules cancéreuses sont détectées dans la moelle osseuse. Dans de tels cas, le nombre de cellules sanguines saines dans le sang diminue, entraînant des symptômes tels que fatigue et essoufflement, un risque accru de développer des maladies infectieuses au niveau de la cavité nasale et des saignements excessifs pendant la menstruation. Parfois, après avoir bu de l'alcool, les patients peuvent ressentir une douleur dans les ganglions lymphatiques élargis. Étant donné que les ganglions lymphatiques sont des organes de protection immunitaire, leur défaite entraînera certainement une diminution persistante de l'immunité, ce qui entraîne une susceptibilité à tout type d'infections.

Types de cancer des ganglions lymphatiques

Le cancer des ganglions lymphatiques (lymphome) est un grand groupe de maladies dont la caractéristique commune est une tumeur maligne qui se développe à partir de cellules du tissu lymphoïde. Ces maladies entre elles présentent de nombreuses différences liées au pronostic, au degré de malignité et aux méthodes de traitement. Dans ce groupe de tumeurs, il existe deux sous-groupes principaux de cancers des ganglions lymphatiques, à savoir les lymphomes de Hodgkin et les lymphomes non-Hodgkiniens.

Le lymphome de Hodgkin (11% de tous les cas signalés de cancer primitif des ganglions lymphatiques) présente deux pics d'incidence liés à l'âge - de 15 à 40 ans et après 60 ans.

Les lymphomes non hodgkiniens (LNH) sont un groupe de plus de trente maladies présentant des caractéristiques cliniques et des degrés d'agressivité différents.

Par la prévalence du cancer des ganglions lymphatiques sont divisés en limité (ganglions lymphatiques affectés 1-2), commun (groupe de ganglions lymphatiques affectés) et généralisé (tout le système lymphatique du corps est impliqué)

Stades du cancer des ganglions lymphatiques

Stade 1. Une zone de ganglions lymphatiques est impliquée dans le processus pathologique.

Étape 2. Les ganglions lymphatiques de deux ou plusieurs zones sont impliqués dans le processus pathologique d'un côté du diaphragme

Stade 3. Les ganglions lymphatiques situés de part et d'autre du diaphragme sont affectés.

Stade 4. En plus des lésions du système lymphatique, la maladie se propage aux organes internes: moelle osseuse, foie, cœur, reins, etc.

Diagnostic du cancer des ganglions lymphatiques

Pour distinguer le lymphome de Hodgkin du lymphome de Neojkin, un examen microscopique du tissu lymphoïde est effectué. Pour étudier la structure des cellules, on a souvent recours à leur coloration. Pour la présence de protéines spécifiques sont pris des lymphocytes (examen immunohistochimique). Une biopsie est effectuée sur le site de la lésion, puis un échantillon de tissu est envoyé pour un examen histologique en laboratoire. La tomographie par ordinateur et l'imagerie par résonance magnétique sont également présentés. Selon les premiers résultats obtenus, une échographie du foie, de la rate et des ganglions lymphatiques peut être programmée. laparotomie, myélographie, analyses cytologiques, radiographie des os et des poumons

Traitement du cancer des ganglions lymphatiques

Le traitement de ce cancer se caractérise par un pourcentage de récupération assez élevé s’il est réalisé selon un schéma spécifique, qui prend en compte l’appartenance de la tumeur à un certain groupe. Le but principal de toutes les mesures thérapeutiques est de réduire le volume de la tumeur maligne et d’obtenir les premiers signes de rémission. Dans le traitement du cancer des ganglions lymphatiques, on utilise le plus souvent une combinaison de méthodes médicamenteuses, chirurgicales et de radiothérapie. Malgré la gravité de cette maladie, il est possible dans la plupart des cas de stabiliser l’état du patient et d’obtenir une rémission stable grâce au traitement par des méthodes modernes, notamment des technologies innovantes en matière de chirurgie et de pharmacologie.

Ganglions lymphatiques en oncologie

Le système lymphatique est le principal outil de protection de l’immunité. Les ganglions lymphatiques produisent des lymphocytes, les cellules les plus importantes du système immunitaire qui empêchent le développement de l'infection. En oncologie, les ganglions lymphatiques continuent de se battre pour la santé humaine, mais lorsque le système immunitaire est affaibli, ils peuvent devenir un lieu de lésion secondaire (métastase) et des lymphocytes utiles commenceront à causer des dommages supplémentaires à l'organisme.

Le rôle du système lymphatique chez les patients cancéreux

Avec le développement du cancer dans le corps, le système lymphatique peut devenir la principale voie de propagation des cellules cancéreuses (carcinomes) dans le corps humain. La métastase est dans la plupart des cas un processus inévitable. Le flux lymphatique propage les carcinomes à travers le système lymphatique et les ganglions lymphatiques peuvent retarder leur mouvement et se neutraliser partiellement.

Le fonctionnement du "filtre" des ganglions lymphatiques dépend de nombreux facteurs:

  • L'âge du patient;
  • Maladies chroniques disponibles;
  • Le stade auquel l'oncologie se déroule.

Avec une forte immunité, les ganglions lymphatiques peuvent interférer avec la division d'une cellule cancéreuse et sa transition vers une métastase, ou ralentir ce processus.

Système lymphatique en garde de la santé

L'état du système lymphatique et le niveau de protection qu'il peut fournir dépendent en grande partie du style de vie de chacun.

Un certain nombre de facteurs peuvent s’affaiblir et entraîner un dysfonctionnement du système lymphatique:

  • Maladies chroniques non liées à l'oncologie;
  • Production nocive, interaction régulière avec les agents cancérigènes;
  • Infection à VIH dans le corps;
  • Hérédité individuelle, prédisposition génétique.

Comment et pourquoi les métastases du cancer dans les ganglions lymphatiques?

Le flux lymphatique est la principale voie de circulation des cellules cancéreuses qui se sont séparées de la tumeur maligne principale. Dans des conditions défavorables d'immunité affaiblie, le cancer, une fois dans le ganglion lymphatique, n'est pas neutralisé, le processus de division active prend effet, conduisant à la formation d'un nouveau foyer tumoral.

Les premiers ganglions lymphatiques régionaux (proches) affectés, situés le plus près du site de la maladie. La réaction principale des ganglions lymphatiques au développement de cellules cancéreuses dans ceux-ci est une augmentation de leur taille. Les carcinomes pressent rapidement les tissus sains des ganglions lymphatiques.

Si le système lymphatique est affaibli, alors si j'y pénètre des carcinomes, je peux me diviser et se développer beaucoup plus rapidement que dans le foyer principal de la maladie. L'intoxication du corps pendant la métastase augmente considérablement et peut entraîner de la douleur.

Quelle est la fonction protectrice des ganglions lymphatiques dans le cancer?

Un ganglion lymphatique est un moyen de défense, même dans le cas d’un système immunitaire affaibli. Une fois dans le ganglion lymphatique, les cellules cancéreuses se développent pendant un certain temps à l'intérieur de celui-ci. Il existe une localisation du processus malin, dont la durée est individuelle et ne peut être prédite avec précision.

La principale fonction protectrice du ganglion lymphatique au cours du développement d'un cancer est la création d'une barrière à la propagation des carcinomes. Le corps est conçu de telle sorte qu’un groupe de ganglions lymphatiques entourant tout organe vital «surveille» son état de santé.

Les ganglions lymphatiques inhibent la propagation des cellules cancéreuses et les empêchent d’entrer directement dans le canal lymphatique thoracique et le système circulatoire.

Comment le stade d'une tumeur cancéreuse est-il déterminé par les métastases dans les ganglions lymphatiques?

Lors du diagnostic et de la description du cancer dans la pratique médicale, un système unifié de désignation des stades du cancer est adopté, qui est directement lié au nombre de métastases dans les ganglions lymphatiques.

  • Le cancer au stade 1 est caractérisé par l’absence de métastases dans les ganglions lymphatiques, notées N0;
  • Le cancer de stade 2 est déterminé par la présence d'une métastase unique dans le ganglion lymphatique régional, notée N1;
  • Le cancer de stade 3 est diagnostiqué en trouvant plusieurs métastases (plus d'une) dans les ganglions lymphatiques régionaux, notés N2;
  • Le cancer de stade 4 est déterminé par la détection de métastases non seulement dans les ganglions lymphatiques régionaux mais également distants, notés N3.

La propagation des carcinomes aux stades 3 et 4 de la maladie s'accompagne d'une détérioration de l'état général du patient. Il peut y avoir une perte de poids brutale, une faiblesse, de la fièvre, un état émotionnel instable.

La détection en oncologie aux stades 3 à 4 avec métastases étendues rend le traitement beaucoup plus difficile et réduit les chances de guérison.

Les principaux groupes de ganglions lymphatiques ayant une valeur diagnostique en oncologie

Le nombre de ganglions lymphatiques dans le corps humain est de l'ordre de centaines. Pour faciliter le diagnostic, il est habituel de les diviser en deux groupes:

  • Ganglions lymphatiques superficiels. Disponible pour la palpation;
  • Ganglions lymphatiques profonds. Le diagnostic est disponible avec échographie, IRM, CT.

Quel que soit le groupe, il n’ya qu’une réaction au développement de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques - une augmentation. Les changements dans les ganglions lymphatiques superficiels sont souvent visibles à l'œil nu, et l'élargissement et l'inflammation des ganglions lymphatiques profonds sont plus difficiles à détecter.

Parmi les ganglions lymphatiques superficiels et profonds, il est d'usage d'isoler les ganglions lymphatiques de la plus grande taille, qui ont une valeur diagnostique primordiale en oncologie:

  • Ganglions lymphatiques superficiels:
    • Cervical;
    • Axillaire;
    • Inguinal.
  • Ganglions lymphatiques profonds:
    • Ganglions lymphatiques intrathoraciques;
    • Ganglions lymphatiques de la cavité abdominale et de la cavité pelvienne.

Ganglions lymphatiques cervicaux

Les ganglions lymphatiques cervicaux sont l’un des plus vulnérables en raison de la grande accumulation de vaisseaux dans leur région.

L'inflammation des ganglions lymphatiques dans le cou n'est souvent pas associée à l'oncologie. Lors de la collecte de la lymphe dans le larynx, le pharynx et la cavité buccale, les ganglions lymphatiques cervicaux peuvent augmenter en raison de processus inflammatoires locaux.

Sources de métastases dans les ganglions lymphatiques cervicaux

En cas de diagnostic d'oncologie de la cavité buccale, de la glande thyroïde et d'autres organes voisins, les ganglions lymphatiques cervicaux sont les premiers à subir le poids de la maladie. Dans ce cas, ils agissent en tant que ganglions lymphatiques régionaux.

Des métastases à distance des ganglions lymphatiques cervicaux sont possibles avec le développement de maladies malignes des poumons, de l'estomac, du foie et du sein.

Le groupe des ganglions lymphatiques cervicaux comprend également les ganglions lymphatiques supraclaviculaires:

  • Les nœuds supraclaviculaires droits sont sensibles aux métastases lors de maladies des poumons et de l'œsophage;
  • Ganglions supraclaviculaires gauches - avec oncologie de l'estomac, du colon et du rectum.

Symptômes de métastases dans les ganglions lymphatiques cervicaux

Les principaux symptômes primaires des métastases des lésions des ganglions lymphatiques cervicaux sont les suivants:

  • Augmenter;
  • La fièvre;
  • Transpirer la nuit;
  • Gêne dans la zone touchée.

La maladie à un stade plus complexe s'accompagne d'interruptions de la respiration, d'une perte de poids rapide et d'une instabilité du système digestif.

Pour un diagnostic correct des causes d'inflammation des ganglions lymphatiques cervicaux, un examen visuel peut ne pas suffire. L'échographie, la thérapie par résonance magnétique et la biopsie vous permettront d'établir un diagnostic précis.

Ganglions axillaires en oncologie

L'inflammation et l'élargissement des ganglions lymphatiques sous les aisselles peuvent être une conséquence du développement de l'oncologie du sein. Cette maladie, fréquente chez les femmes, n’est souvent détectée qu’au stade de la métastase ganglionnaire. Cela est dû au développement indolore de la tumeur aux stades initiaux.

Dans les premiers stades de la maladie dans la région des aisselles peut apparaître une gêne, une gêne.

Aux stades plus difficiles de la maladie, les ganglions axillaires s'enflamment, grossissent et la douleur est évidente.

Les ganglions axillaires sont inévitablement sensibles à l’apparition de métastases lors du développement de maladies oncologiques des épaules, des bras, du dos.

Ganglions lymphatiques inguinaux

Les ganglions lymphatiques de l'aine répondent principalement aux cancers des organes de reproduction chez la femme, des testicules et de la prostate chez l'homme, ainsi qu'à la vessie, au colon et au rectum.

Ganglions lymphatiques intrathoraciques

L'inflammation des ganglions lymphatiques profonds pendant longtemps peut passer inaperçue.

Le cancer du poumon entraîne une métastase des ganglions lymphatiques intrathoraciques, mais en raison du manque de récepteurs de la douleur sur le tissu pulmonaire, un traitement efficace commence assez tard.

Les carcinomes peuvent pénétrer dans les ganglions lymphatiques intrathoraciques à partir des foyers de la maladie situés dans l'œsophage, le cou et la glande mammaire. Avec le développement du lymphome et du lymphome de Hodgkin, les ganglions intrathoraciques profonds subissent également l'impact des cellules cancéreuses.

Ganglions lymphatiques de la cavité abdominale et de la cavité pelvienne

La maladie des ganglions lymphatiques de la cavité abdominale et de la cavité pelvienne ne se remarque pas non plus à l'inspection visuelle. Les ganglions lymphatiques de ce groupe sont le plus souvent attaqués par des cellules cancéreuses en oncologie de l'estomac, des intestins, de la vessie et d'autres organes voisins.

Une enflure grave des jambes ou des deux jambes à la fois, dans le langage médical, la lymphostase des jambes, peut être causée par une inflammation et une modification de la taille des ganglions lymphatiques de la cavité pelvienne. L'inflammation des ganglions lymphatiques entraîne une compression des veines et une stase sanguine.

En savoir plus sur la lymphostase des jambes dans l'article Lymphostase des membres inférieurs.

La consultation et le diagnostic opportuns par un spécialiste vous permettront de commencer un traitement efficace et augmenteront vos chances de guérison.

Et un peu sur les secrets.

Avez-vous déjà essayé de vous débarrasser des ganglions lymphatiques enflés? À en juger par le fait que vous lisiez cet article, la victoire n’était pas de votre côté. Et bien sûr, vous ne savez pas ce que c'est:

  • l'apparition d'inflammations dans le cou, les aisselles. dans l'aine.
  • douleur à la pression sur le ganglion lymphatique
  • inconfort en touchant les vêtements
  • peur de l'oncologie

Et maintenant, répondez à la question: cela vous convient-il? Les ganglions lymphatiques enflammés peuvent-ils être tolérés? Et combien d'argent avez-vous déjà «perdu» pour un traitement inefficace? C'est vrai - il est temps d'arrêter avec eux! Êtes-vous d'accord?

C'est pourquoi nous avons décidé de publier la méthodologie exclusive d'Elena Malysheva, dans laquelle elle a révélé le secret permettant de se débarrasser rapidement des ganglions lymphatiques enflammés et d'améliorer l'immunité.

Cancer dans les ganglions lymphatiques: signes d'oncologie, son apparence, diagnostic et traitement

Les métastases sont la caractéristique la plus importante de toute tumeur maligne. Ce processus est associé à la progression de la maladie, qui aboutit souvent à la mort du patient. Si le système lymphatique est affecté par le carcinome d'un autre organe, un homme de la rue peut qualifier ce phénomène de «cancer des ganglions lymphatiques», du point de vue de la médecine, il s'agit d'une métastase cancéreuse, c'est-à-dire d'une lésion secondaire.

Les cellules d'une tumeur maligne présentent un certain nombre de différences par rapport aux cellules saines, parmi lesquelles non seulement l'action destructive locale du tissu ou de l'organe, mais également la capacité de se séparer les unes des autres et de se répandre dans tout le corps. La perte de molécules de protéines spécifiques qui établissent un lien fort entre les cellules (molécules d’adhésion) conduit à la séparation du clone malin de la tumeur primaire et à sa pénétration dans les vaisseaux.

Les tumeurs épithéliales, c'est-à-dire les cancers (carcinomes), se métastasent principalement par voie lymphogène, par les vaisseaux lymphatiques qui transportent la lymphe de l'organe. Les sarcomes (néoplasmes du tissu conjonctif) peuvent également toucher les ganglions lymphatiques, bien que la principale voie de métastase pour eux soit hématogène.

Sur le chemin du flux lymphatique, la nature prévoit des «filtres» contenant tous les «extra» - microorganismes, anticorps et fragments cellulaires détruits. Les cellules tumorales tombent également dans un tel filtre, mais elles ne sont pas neutralisées, mais le clone malin commence à se diviser activement, donnant lieu à une nouvelle tumeur.

Initialement, on trouve les signes d’une lésion tumorale secondaire dans les ganglions lymphatiques régionaux, c’est-à-dire ceux qui se trouvent le plus près de l’organe touché par la tumeur et qui rencontrent d’abord la lymphe portant les éléments carcinomateux. Avec la progression de la maladie, les métastases se propagent davantage, capturant des groupes lymphatiques plus distants. Dans certains cas, les ganglions lymphatiques sont situés dans une autre partie du corps, ce qui indique un stade avancé de la tumeur et un pronostic très défavorable.

Un ganglion lymphatique élargi dans le cancer est une conséquence de la prolifération de cellules tumorales dans celles-ci, qui déplacent les tissus sains, remplissant le ganglion. Inévitablement, il y a une difficulté de drainage lymphatique.

Selon la structure histologique, les métastases correspondent généralement à la tumeur primitive, mais dans certains cas, le degré de différenciation est plus faible, de sorte que le cancer secondaire du ganglion se développe plus rapidement et de manière plus agressive. Il arrive souvent que la tumeur primitive ne se manifeste que par des métastases et que la recherche de leur source n’apporte pas toujours de résultats. Une telle lésion est appelée métastase d'un cancer provenant d'une source inexpliquée.

Présentant toutes les caractéristiques de la malignité, le cancer (métastase) des ganglions lymphatiques empoisonne le corps avec des produits métaboliques, augmente l’intoxication et provoque des douleurs.

Toute tumeur maligne commence tôt ou tard à métastaser, lorsque cela se produit - dépend de nombreux facteurs:

  • Age - plus le patient est âgé, plus les métastases apparaissent;
  • Les maladies concomitantes sous forme chronique, qui affaiblissent les défenses immunitaires, les immunodéficiences - contribuent à une croissance tumorale plus agressive et à une métastase précoce;
  • Stade et degré de différenciation - les grosses tumeurs, qui se développent dans la paroi de l'organe et endommagent les vaisseaux sanguins, se métastasent plus activement; plus le degré de différenciation du cancer est faible, plus les métastases se propagent plus tôt et plus rapidement.

Toutes les cellules tumorales d’un ganglion lymphatique ne se divisent pas et ne métastasent pas. Avec une bonne immunité, cela peut ne pas se produire ou surviendra après une longue période de temps.

Dans le diagnostic, l'indication d'une lésion métastatique ganglionnaire est indiquée par la lettre N: N0 - les ganglions lymphatiques ne sont pas atteints, N1-2 - métastases des ganglions lymphatiques régionaux (proches), N3 - métastases distantes, lorsque les ganglions lymphatiques sont situés à une distance considérable de la tumeur primitive, ce qui correspond à une quatrième, importante. stade du cancer.

Manifestations de métastases lymphogènes

Les symptômes du cancer des ganglions lymphatiques dépendent du stade de la maladie. Habituellement, le premier signe est leur augmentation. Si les ganglions lymphatiques superficiels sont atteints, ils peuvent être palpés sous forme de nodules simples agrandis ou de conglomérats qui ne sont pas toujours douloureux.

Ces métastases ganglionnaires sont facilement déterminées dans la région axillaire pour le cancer du sein, dans l'aine pour les tumeurs de l'appareil génital, dans le cou pour les maladies du larynx, de la cavité buccale, au-dessus et au-dessous de la clavicule dans le cas du cancer de l'estomac.

Si la tumeur affecte l'organe interne et que des métastases surviennent dans les ganglions lymphatiques situés profondément dans le corps, il n'est pas si facile de détecter leur augmentation. Par exemple, les ganglions lymphatiques mésentériques élargis avec cancer de l'intestin, les portes du foie avec carcinome hépatocellulaire, les petites et grandes courbures de l'estomac avec les tumeurs de la palpation de cet organe ne sont pas facilement disponibles, et des méthodes supplémentaires d'examen - échographie, tomodensitométrie, IRM viennent en aide au médecin.

Les grands groupes de ganglions lymphatiques métastatiques à l'intérieur du corps peuvent présenter des symptômes de compression des organes ou des vaisseaux près desquels ils se trouvent. Avec une augmentation des ganglions lymphatiques médiastinaux, une dyspnée, des troubles du rythme cardiaque et des douleurs thoraciques sont possibles, des collecteurs lymphatiques hypertrophiés mésentériques contribuent à la douleur et à la distension abdominale, ainsi qu'à des troubles digestifs.

Une hypertension portale se produit lorsque la veine porte est comprimée: le foie et la rate augmentent, le liquide (ascite) s'accumule dans la cavité abdominale. Les signes de difficulté à la sortie du sang par la veine cave supérieure, tels que l'enflure du visage et la cyanose, peuvent indiquer des lésions des ganglions lymphatiques atteints de cancer.

Dans le contexte des métastases, l'état général du patient change également: la faiblesse et la perte de poids augmentent, l'anémie progresse, la fièvre devient permanente et le fond émotionnel est perturbé. Ces symptômes indiquent une augmentation de l'intoxication, qui contribue largement à la croissance du cancer dans les ganglions lymphatiques.

Métastases lymphogènes dans certains types de cancer

Les types de cancer les plus courants sont les carcinomes de l'estomac, de la glande mammaire chez la femme, des poumons et du tractus génital. Ces tumeurs sont sujettes aux métastases des ganglions lymphatiques et les voies des cellules cancéreuses et la séquence des lésions du système lymphatique sont assez bien comprises.

Dans le cancer du sein, les premières métastases se trouvent dans les ganglions axillaires au deuxième stade de la maladie et, dans le quatrième, ceux-ci sont présents dans des organes distants. La dissémination lymphogène commence tôt et la cause de la recherche d'une tumeur n'est souvent pas une masse palpable dans la poitrine, mais un élargissement des ganglions lymphatiques dans la région axillaire.

Le cancer du sein se manifeste par la défaite de plusieurs groupes de ganglions lymphatiques - axillaire, okolovrudinnyh, supra - et sous-clavier. Si le cancer se développe à l’extérieur de la glande, il est logique d’attendre des métastases cancéreuses dans les ganglions lymphatiques situés sous l’aisselle, les lésions des segments internes entraînant la pénétration de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques situés le long du sternum. Les métastases des groupes indiqués de ganglions lymphatiques situés du côté opposé à la tumeur, ainsi que les lésions des ganglions du médiastin, de la cavité abdominale et du cou seront considérées comme lointaines.

Dans le cancer du poumon, les groupes de ganglions lymphatiques régionaux atteints, les premiers et les ganglions éloignés impliqués dans les stades avancés, sont identifiés Les ganglions lymphatiques paratrachéaux, bifurcations et péri-bronchiques situés près des bronches et de la trachée sont considérés comme régionaux, distal - supra et sous-clavien, médiastinal, cervical.

Dans les poumons, la propagation lymphogène du cancer se produit tôt et rapidement; elle est facilitée par un réseau bien développé de vaisseaux lymphatiques nécessaires au bon fonctionnement de l'organe. Le cancer central qui se développe à partir des grandes bronches est particulièrement sujet à cette dissémination.

Dans le cancer gastrique, les métastases dans les ganglions lymphatiques peuvent avoir une localisation particulière. Les premiers ganglions sont atteints le long de la grande et de la petite courbure antrale, puis les cellules atteignent les ganglions cœliaque (deuxième stade), il est possible de détecter un cancer gastrique dans les ganglions lymphatiques de l'aorte, la veine porte du foie.

Les types particuliers de métastases lymphogènes du cancer gastrique sont les noms des chercheurs qui les ont décrites ou qui les ont rencontrés pour la première fois. La métastase de Virchow affecte les ganglions lymphatiques supraclaviculaires gauches, la cellulose de Schnitzler de la région rectale, Krukenberg - les ovaires, Ayrisha - les ganglions lymphatiques sous le bras. Ces métastases parlent de dissémination distante d'une tumeur et d'un stade sévère de la maladie, quand un traitement radical est impossible ou peu pratique.

Les ganglions lymphatiques du cou sont atteints de tumeurs du plancher de la bouche, de la langue, des gencives, du palais, de la mâchoire, du larynx, de l'œsophage, de la thyroïde et des glandes salivaires. Les groupes de ganglions lymphatiques sous-maxillaires, cervicaux et occipitaux sont impliqués dans le processus pathologique. Des métastases à distance des ganglions lymphatiques cervicaux sont possibles avec les carcinomes du sein, du poumon et de l'estomac. Dans le cancer de la région buccale du visage, la propagation lymphogène se produit rapidement, ce qui est associé à un excellent apport lymphatique de cette zone.

En plus des métastases, les ganglions lymphatiques du cou peuvent former des tumeurs primitives - lymphomes, lymphogranulomatose, que l’on appelle également cancer du ganglion cervical. Dans certains cas, la détermination de la tumeur primitive ou de la métastase touchée aux ganglions du cou n’est possible qu’avec un examen complémentaire, notamment une biopsie.

Les ganglions lymphatiques dans le cou ont tendance à augmenter, pas seulement avec les métastases. Chacun de nous peut probablement trouver au moins un nodule élargi sous la mâchoire inférieure ou entre les muscles du cou, mais cela ne signifie pas nécessairement un cancer. Il ne faut pas paniquer, bien que trouver la cause ne fasse pas mal.

Les ganglions lymphatiques cervicaux et sous-maxillaires recueillent la lymphe de la cavité buccale, du larynx, du pharynx, de la mâchoire, qui présentent très souvent des modifications inflammatoires. Toutes sortes d'amygdalites, de stomatites et de caries sont accompagnées d'une inflammation chronique. Il n'est donc pas étonnant qu'il y ait une augmentation des ganglions lymphatiques régionaux. En outre, la zone de la bouche et des voies respiratoires supérieures est constamment occupée par divers micro-organismes qui, avec un courant lymphatique, pénètrent et se neutralisent dans les ganglions lymphatiques. Une telle amélioration de leur travail peut également conduire à une adénopathie.

Diagnostic et traitement des métastases ganglionnaires

Le diagnostic des métastases ganglionnaires repose sur leur palpation, si possible. Si vous soupçonnez une lésion des ganglions lymphatiques inguinaux axillaires et cervicaux, le médecin pourra les sentir partout, dans certains cas, la palpation et les ganglions lymphatiques internes - cœliaque, mésentérique.

Échographie des vaisseaux du cou

Pour confirmer les lésions métastatiques, appliquez des méthodes d'examen supplémentaires:

  • L'échographie est particulièrement utile lorsque les collecteurs lymphatiques situés à l'intérieur du corps sont agrandis - près de l'estomac, des intestins, de la porte du foie et de l'espace rétropéritonéal, dans la cavité thoracique;
  • CT, IRM - vous permettent de déterminer le nombre, la taille et l'emplacement exact des ganglions lymphatiques modifiés;
  • Ponction et biopsie - les moyens les plus informatifs de visualiser les cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques. Avec une biopsie, il est possible d’en supposer la source, afin de clarifier le type et le degré de différenciation du cancer.

Les études de génétique moléculaire visent à déterminer la présence de certains récepteurs ou protéines sur les cellules cancéreuses, qui peuvent être utilisés pour évaluer le type de cancer. De telles analyses sont notamment montrées lors de la détection de métastases provenant d'une source inconnue, la recherche n'ayant pas abouti.

Le traitement des métastases du cancer dans les ganglions lymphatiques comprend l'ablation chirurgicale, la radiothérapie et la chimiothérapie, prescrites individuellement en fonction du type et du stade de la maladie.

L'ablation chirurgicale des ganglions lymphatiques affectés est réalisée simultanément à l'excision de la tumeur elle-même, et l'ensemble du groupe de collecteurs régionaux qui ont pénétré ou pourraient obtenir des cellules cancéreuses subit une dissection des ganglions lymphatiques.

Pour de nombreuses tumeurs, on connaît les ganglions lymphatiques «sentinelles», où les métastases se produisent très tôt. Ces nœuds sont retirés pour un examen histologique et l'absence de cellules cancéreuses avec un degré de probabilité élevé indique l'absence de métastase.

Lors des manipulations sur la tumeur elle-même et sur les ganglions lymphatiques, le chirurgien agit avec une extrême prudence en évitant la compression des tissus, ce qui peut provoquer la dissémination des cellules tumorales. La prévention précoce de la ligature des cellules cancéreuses dans les vaisseaux sanguins est réalisée.

La chimiothérapie pour les métastases est presque toujours prescrite. Le choix des médicaments ou de leur association dépend du type de tumeur primitive et de sa sensibilité à des médicaments spécifiques. Dans le cancer gastrique, le 5-fluorouracile, la doxorubicine est le plus efficace, tandis que les tumeurs du sein se prescrivent au cyclophosphamide, à l'adriamycine, le cancer du poumon non à petites cellules étant sensible à l'étoposide, au cisplatine et au taxol.

S'il n'a pas été possible d'identifier le site de la tumeur primitive, le cisplatine, le paclitaxel, la gemcitabine, l'étoposide sont prescrits. Les médicaments à base de platine (cisplat en.) Sont efficaces pour les carcinomes mal différenciés qui affectent les ganglions lymphatiques. Pour les tumeurs neuroendocrines, le cisplatine et l’étoposide sont inclus dans le schéma thérapeutique.

L'objectif de la chimiothérapie dans les tumeurs métastatiques est d'inhiber la croissance et la propagation du processus malin. Il est prescrit avant la chirurgie (chimiothérapie néoadjuvante) pour la prévention des métastases et la destruction des micrométastases dans les ganglions lymphatiques et après la chirurgie (adjuvant) - pour prévenir de nouvelles métastases, dont le risque après une chirurgie de l'organe touché augmente.

La radiothérapie est plus importante dans les métastases hématogènes que les lymphogènes, mais la radiochirurgie ou le cyber-couteau peuvent être efficaces pour les ganglions lymphatiques, lorsque le cancer des ganglions lymphatiques est éliminé avec un faisceau de radiations agissant strictement sur le tissu touché. Cette méthode est justifiée en cas de métastases simples tardives apparaissant des années après le traitement, lorsque la réintervention peut être évitée.

La métastase des ganglions lymphatiques dans le cancer, quel que soit le type de tumeur primitive, caractérise la progression de la maladie, et le pronostic est pire, plus le nombre de cellules lymphocollecteurs impliquées dans la croissance du cancer est important. Les métastases ne répondent au traitement que chez un cinquième des patients pour lesquels le pronostic peut être favorable, dans les 80% restants, le traitement au stade métastatique vise à soulager les symptômes ou à prolonger la vie. En cas de métastases lymphogènes multiples de carcinomes faibles et non différenciés, l'espérance de vie est en moyenne de six mois ou d'un an et, dans le cas de cancers hautement différenciés, le pronostic est légèrement meilleur.

A Propos De Nous

Le cancer de l'estomac est une tumeur maligne, conséquence de la réaction inflammatoire sur la membrane muqueuse. Aliments nuisibles, stress intense, alcoolisme, tout cela peut déclencher l’activation du processus pathologique.