Est-ce que la radiographie montre un cancer du poumon - photos avec descriptions


Le cancer du poumon par des méthodes radiologiques ne peut pas être détecté à un stade précoce si la taille de la lésion est inférieure à 2 mm. Il n'y a pas de moyen plus efficace de détecter les tumeurs dans le tissu pulmonaire à temps, les rayons X sont donc le seul moyen de diagnostiquer une tumeur dans le tissu pulmonaire aux premiers stades de son origine.

Comment lire les rayons X du cancer du poumon

Radiographie d'un cancer du poumon

Radiographies: formation périphérique du poumon droit sur les images directes et latérales (a et b). Lever le dôme droit du diaphragme et le chevauchement pleural droit avec le mésothéliome (c).

Sur la base des images radiologiques, les cancers périphériques ou centraux peuvent être détectés avec un diamètre supérieur à 5 mm. Si l'examen d'un patient présentant une tumeur maligne présumée est complété par une tomographie thoracique, une lésion de 2 mm de diamètre peut être détectée. Les foyers de plus petite taille ne montrent pas.

Bien sûr, dans les manuels spécialisés en radiologie, vous pouvez voir des photos dans lesquelles les médecins ont trouvé même les plus petites ombres, mais uniquement avec l'utilisation d'un équipement spécial coûteux.

Comment lire une radiographie des poumons avec une tache suspecte:

  1. Une ombre périphérique avec un contour flou tubéreux peut être associée à un adénocarcinome, carcinome épidermoïde.
  2. La présence d'un contour pour assombrir l'encoche est un signe du drainage du noeud dans la bronche.
  3. Le chemin qui mène à la racine droite est un symptôme de la lymphangite.
  4. Relever le dôme droit - adhérences cicatricielles sur la plèvre.
  5. Détection sur le fond d'intenses cavités d'ombre de l'illumination - la désintégration de l'éducation.
  6. Le contour radiant autour du nodule malin est toujours sensible. Si elle est rugueuse et inégale, elle est causée par une infection chronique (probablement une tuberculose).
  7. Le syndrome du soleil levant est un signe de cancer central du poumon. Quand on observe une ombre supplémentaire dans la projection de la racine, d’intensité comparable à celle des vaisseaux pulmonaires.

Photographies de radiographies d'un patient atteint d'un cancer du poumon périphérique

En analysant les radiographies photographiques du cancer du poumon périphérique dans les projections frontale et latérale, un contour radiant est observé autour de la masse abdominale dans la projection de la racine gauche. Il reflète la forte probabilité de cancer périphérique S5 du lobe moyen du poumon droit.

La cavité de décomposition à gauche n'est pas une métastase. Il est formé par la pénétration du nœud du cancer dans le médiastin. L'absence de métastase est indiquée par une corolle douce autour de la cavité de décomposition (indiquée par une flèche).

La troisième image montre un cancer de Pankost dans le lobe supérieur du poumon droit. On peut voir que la tumeur a envahi la clavicule et les côtes supérieures.

La pratique médicale montre qu'une corolle douce est un syndrome de rayons X important, qui permet de différencier les formes nosologiques, qui se développent souvent dans le lobe supérieur des poumons (tuberculose, métastase d'autres tumeurs).

Comment détecter le cancer du poumon aux rayons X

La radiographie montre un cancer du poumon, d'une taille supérieure à 5 mm et non couvert par des ombres plus intenses (sternum et cœur). Afin de ne pas passer à côté de la pathologie, les normes pour l'examen radiographique des organes thoraciques chez les patients suspectés d'une pathologie des tissus pulmonaires ont été adoptées en médecine: l'examen doit être effectué en deux projections - droite et latérale.

La tâche principale du radiologue est de détecter le cancer du poumon à ses débuts.

Comme cette procédure est difficile, nous expliquons dans l'exemple suivant.

Radiographies de petits cancers périphériques

Les images montrent de petites ombres ne présentant pas de signes évidents de progression maligne. Un médecin inexpérimenté peut les compter comme des calcinats (dépôt de sels de calcium), une calcification des côtes ou une manifestation de couches superposées sur la plèvre, donc dans le meilleur des cas, prescrire une étude aux rayons X en dynamique.

S'il avait pris une photo de côté du patient, il aurait déterminé la formation dans le médiastin, situé près de la racine droite (voir photo).

Radiographie avec une petite lésion en projection directe. Lors de la radiographie latérale droite, la localisation de la formation pathologique dans S4 est clairement visible.

Bronchoscopie, radiographie et scanner pour le cancer du poumon


Si vous suspectez une tumeur maligne dans le tissu pulmonaire, ne vous limitez pas aux rayons X, même si les rayons X offrent davantage de possibilités de détecter le cancer à un stade précoce.

Quelles méthodes de radiographie sont utilisées pour détecter les tumeurs malignes dans les tissus pulmonaires:

  1. La tomodensitométrie (CT) dans le cancer du poumon est indispensable car elle permet des coupes en couches. Si un pas de 2 mm est défini, le médecin peut révéler un nœud pathologique du même diamètre.
  2. Bronchographie - utilisée dans le diagnostic par rayons X de la bronchiectasie. Si vous suspectez une tumeur maligne dans le tissu pulmonaire, cela vous permet d'identifier le lien entre l'éducation et la bronche.
  3. La bronchoscopie est une méthode de détection précoce des tumeurs. Selon les informations de l'un des principaux radiologues de l'Union soviétique - B.E. Linberg - environ 60% des cancers peuvent être détectés par bronchoscopie, quand aucun signe spécifique de pathologie n'est observé sur les images.
  4. La tomographie à rayons X en couches est un procédé isolé permettant d'obtenir une image de rayons X résumée à une profondeur de tissu spécifique. La radiographie est formée par le mouvement mutuel du tube et du film au cours de l'étude.

Que peut-on trouver sur une tomographie pour le cancer du poumon

Les signes suivants peuvent être trouvés sur une tomographie pour le cancer du poumon (selon A. G. Baranova):

  • rétrécissement de la lumière de la bronche;
  • fermeture complète de la lumière bronchique;
  • défaut de remplissage d'air;
  • contour flou de la région bronchique touchée par une tumeur;
  • ombre de la masse tumorale dans la zone de bifurcation de la trachée;
  • métastases ganglionnaires;
  • une augmentation de l'angle de bifurcation entre les bronches principales;
  • compression de la trachée par les métastases;
  • formations abdominales.

Cancer du poumon sur la radiographie - c'est loin d'être une photo claire et nette d'éducation pathologique. Pour le détecter à un stade précoce, il est nécessaire d’appliquer non seulement une étude multiposition, mais également d’autres méthodes de diagnostic par rayons X.

Comment identifier le cancer du poumon sur une radiographie?

Radiographie - une méthode commune pour le diagnostic de maladies du système respiratoire et d'autres caractéristiques anatomiques.

Les rayons X sont prescrits pour examiner en profondeur l'état du patient.

Ou pour poser et clarifier le diagnostic dans des pathologies telles que la pleurésie; lésion tissulaire pneumonique; la tuberculose; cancer du poumon; métastases dans les structures pulmonaires; bronchite

Rayon X et cancer du poumon: pouvez-vous le voir, à quoi il ressemble, photo

Guidé uniquement par les données obtenues par rayons X, l'oncologue ne peut établir un diagnostic précis. Si vous soupçonnez un cancer des poumons, le médecin vous prescrira des tests supplémentaires pour déterminer le stade de la maladie.

L'image radiologique du cancer du poumon est complexe et diverse. Les changements dans l'image sont représentés par des ombres. Ce sont des réflecteurs directs:

  • conglomérat tumoral primaire;
  • métastases intrathoraciques;
  • processus pathologiques secondaires (atélectasie, pleurésie, foyers de pneumosclérose).

La précision diagnostique du cancer du poumon est prédite par des études multiaxes.

La projection arrière-avant ne suffit pas pour obtenir toutes les informations nécessaires sur l'état du patient.

Cancer du poumon périphérique

Le cancer du poumon périphérique sur les radiographies montre une ombre ronde ou en forme d’ellipse de différentes tailles avec une structure relativement homogène. Le contour de la polyclinique est clairement délimité. À certains endroits, le dessin peut être flou.

Formation superficielle des petites bronches de la zone périphérique du poumon atteint. L'ombre dans l'image reflète avec précision à la fois la forme et la taille du conglomérat cancéreux. Il est impossible de distinguer les métastases dans ce cas. Comme procédure de diagnostic optimale en utilisant la tomographie.

Attention! L'ombre de la tumeur se développe rapidement et change de forme si le processus pathologique a affecté la grande bronche et s'est développé dans celle-ci. De ce fait, l'ombre apparaît plus grande et plus intense.

Cancer du poumon central

Le cancer central est un type répandu de cancer bronchique. Selon le type de croissance des cellules cancéreuses, on distingue les formes endobronchique et péribronchique. Aux stades initiaux de la formation de la maladie, de nouvelles structures pathologiques ne sont pas affichées sur les images.

Les modifications de l’image sont perceptibles si le processus oncologique affecte les tissus de la grande bronche et provoque sa sténose. Dans le contexte d'une expiration perturbée, le radiodiagnostic permet d'identifier l'emphysème au sein du segment affecté. Si les bronches ont subi un processus d'obturation, une image typique d'atélectasie totale sera observée dans l'image.

C'est important! Dans le cas du cancer central, les ombres identifiées ne reflètent en aucun cas la taille et la configuration réelles du conglomérat tumoral. Un conglomérat tumoral peut être petit, mais en raison d'atélectasie prononcée, une partie importante du lobe, voire le poumon entier, peut être noircie.

Cancer broncho-alvéolaire avec métastases, photos

La forme bronchoalvéolaire est un adénocarcinome du poumon hautement différencié, qui se développe à partir de structures épithéliales et de bronchioles. BAR est représenté par de nombreux nodules tumoraux sujets aux métastases sanguines et lymphatiques.

Photo 1. Une image du cancer bronchoalvéolaire sur une radiographie.

Une radiographie d'un cancer bronchoalvéolaire peut être détectée sous les formes suivantes:

  1. Nodal. La tumeur est ronde et ressemble à une forme périphérique de lésion cancéreuse. Le conglomérat avec la structure en forme de "cellules" est complété par des "cordes" qui s'étendent jusqu'aux racines des poumons.
  2. Infiltrant. Sur la photo, le cancer ressemble à un ombrage intense avec une texture uniforme ressemblant à une pneumonie. Les bronches sont clairement visibles. Des foyers avec des limites claires sont visibles autour de l'infiltrat.
  3. Disséminé. Il peut être exprimé de deux manières. Dans le premier cas, l’instantané montre un grand nombre de lésions avec des contours égaux. Dans le second cas, les processus pathologiques ressemblent à des alvéolites d'origines diverses ou à des conglomérats avec métastases provenant d'autres sources oncologiques.

Diagnostic différentiel du cancer du poumon et de la tuberculose dans les méthodes de recherche par rayons X

Le succès du diagnostic différentiel dépend du niveau de professionnalisme du diagnostiqueur. Un spécialiste peut lire un instantané uniquement de manière indirecte:

  1. L’ombre du conglomérat cancéreux est intense, mais les contours ne sont pas très nets. Les contours sont ondulés et la structure est relativement homogène.
  2. La tuberculose n’est pas encline à évoluer vers les lobes voisins, elle ne remplit qu’une zone spécifique.
  3. Le cancer est souvent accompagné de métastases à la racine du poumon. Dans la tuberculose, des lésions pathologiques sont observées dans les ganglions lymphatiques.

L'aide Si le cancer est accompagné de métastases multiples, un diagnostic précis est plus facile à établir. Sur la photo, les foyers sont bien visibles. En principe, il n'y a pas de tuberculose multiple, ce qui permet dans certains cas d'exclure la tuberculose de la liste des diagnostics par présomption.

Si nécessaire, les médecins ont recours à des méthodes de diagnostic supplémentaires:

  1. Scanner;
  2. IRM
  3. examen cytologique de la biopsie du poumon affecté ou des ganglions lymphatiques adjacents.

Photo 2. Tomodensitométrie (CT) des poumons.

Le problème de l'utilisation de méthodes radiologiques en oncologie moderne

Un diagnostic précis utilisant uniquement des données radiographiques n'est pas possible. Cependant, bon nombre des données obtenues au cours de la collaboration avec le patient constitueront à l'avenir un meilleur plan pour des mesures de diagnostic et des tactiques de traitement supplémentaires.

Vidéo utile

La vidéo décrit les méthodes modernes de diagnostic du cancer du poumon, qui aideront à identifier cette maladie en temps opportun. Classiquement, ils peuvent être divisés en deux groupes: de laboratoire et instrumental.

Cancer du poumon aux rayons x

Le cancer du poumon est aujourd'hui une pathologie assez commune. Il se développe plus souvent en raison du tabagisme ou des conditions environnementales des villes. Plus rarement, une maladie pulmonaire contribue à la formation d'une tumeur.

Aujourd'hui, les méthodes de diagnostic aident à identifier le cancer du poumon, même à un stade précoce, ce qui permet un diagnostic rapide et un traitement efficace. Mais pour détecter une maladie à temps, vous devez connaître ses signes.

Symptômes du cancer du poumon

Presque chaque maladie a ses propres signes caractéristiques, dont la manifestation pousse le patient à consulter un médecin. Les principaux symptômes du cancer du poumon, par lesquels il peut être reconnu, sont les suivants:

  • toux chronique, incurable, augmentant avec le temps;
  • chaque accès de toux est accompagné de douleur;
  • expectoration des expectorations avec du sang ou des stries;
  • fatigue constante et faiblesse;
  • les sauts de température;
  • siffler en respirant;
  • perte d'appétit;
  • essoufflement.

Fluorographie

Il est possible d'identifier les processus tumoraux dans les poumons en utilisant la fluorographie. Comme dans le diagnostic par rayons X et par ordinateur, un obscurcissement étrange sera détecté, auquel le médecin portera une attention particulière. Mais le résultat de la fluorographie ne peut pas être interprété de manière catégorique dans tous les cas, et il est parfois nécessaire de répéter la procédure afin de déclarer sans équivoque la présence possible d'une tumeur ou d'utiliser d'autres méthodes de diagnostic.

L'oncologie en fluorographie peut être identifiée dans certains cas:

La tumeur est au dernier stade de développement, elle est donc volumétrique et de taille significative. Dans ce cas, le patient est susceptible d'avoir des conséquences critiques, des complications et son corps est dans un état critique.

Ou la tumeur est située non pas à la profondeur du poumon, mais à la surface. En raison du fait qu'il est plus proche, ses contours sont plus clairement visibles.

Les deux cas de cancer du poumon sont également fréquents. Mais si la tumeur est de petit volume, ne dépasse pas 5 mm ou est suffisamment profonde, d'autres méthodes d'analyse médicale sont utilisées. Par exemple, IRM, TDM ou rayons X. Ils montrent une vue plus précise de la zone à problèmes.

A quoi bon ce chemin?

  • L'un des avantages de la fluorographie est sa disponibilité. Il convient à toute la population, indépendamment de la catégorie et de la quantité.
  • Le coût de l'équipement est faible, raison pour laquelle il peut être entretenu dans la plupart des établissements médicaux.
  • L'enquête ne nécessite pas d'analyses supplémentaires.
  • La précision du résultat n'est pas affectée par la météo et le sexe du patient.

Mais parfois, sur les images obtenues par cette méthode, il y a des artefacts qui ressemblent à un cancer du poumon, et la procédure prend parfois beaucoup de temps.

  1. Fluorographie
  2. Radiogramme
  3. Tomographie par ordinateur.

C’est cette séquence de recherche qui permet de déterminer l’apparence et la localisation du cancer du poumon.

Radiographie

Il est possible de détecter le cancer du poumon sur une radiographie uniquement si la tumeur a une taille volumétrique. La tumeur doit donc mesurer plus de 5 mm pour que les rayons X puissent la montrer. De ce fait, il n’est pas toujours possible de déterminer la pathologie au début du processus de son développement. Parfois, même la formation de grandes tailles situées en dehors de la poitrine (dans le médiastin ou dans les sinus postérieurs) n’est pas clairement suivie. Par conséquent, la question se pose naturellement: les rayons X montrent-ils un cancer du poumon?

Cependant, avec la bonne méthode de diagnostic par rayons X, son application permet de détecter le cancer du poumon au stade précoce. Et pour détecter une tumeur, il est nécessaire d'effectuer une radiographie des poumons non seulement en projection directe, mais également sur le côté. L’efficacité du diagnostic dépend du diagnostic correct des résultats de l’examen et de la précision avec laquelle on détermine l’emplacement estimé de la tumeur, en fonction de sa manifestation.

Plus il est possible de détecter un cancer tôt, plus le patient a de chances de bénéficier d'une rémission complète et d'une prolongation de la vie. Lorsque l'emplacement intrabronchique de l'ombre du nœud sur l'image de l'obscurcissement aux rayons X ne sera pas visible. Dans de tels cas, le radiologue est le seul symptôme par lequel le radiologue détermine la présence d'un cancer, l'hypoventilation du segment pulmonaire, qui est drainé par la bronche touchée.

La classification anatomique suivante est utilisée pour diagnostiquer le cancer du poumon:

  • central.
  • péri-bronchique.
  • périphérique.

Si la tumeur est médiastinale, alors dans l'image de la projection latérale, il y aura un léger assombrissement, se fondant avec les poumons. Dans certains cas, cela peut être la plèvre, mais il existe des indicateurs permettant de distinguer le cancer:

  • Assombrir, se croisant avec la poitrine forme un angle aigu.
  • Une large partie de l'ombre adjacente aux murs du coffre.
  • L'ombre est sphérique sur les plans latéraux.

Cancer du poumon central

La radiographie dans le développement du cancer du poumon central a les manifestations suivantes:

  • La ventilation pulmonaire est altérée. C'est un syndrome typique, confirmant la présence possible d'un cancer central du poumon.
  • Sur la photo, il y a une tache sombre. Le nœud principal est clairement reconnaissable et ressemble à une ombre à la structure non homogène et au contour vallonné. Ne se produit que rarement d'un côté. Et l'absence d'un site primaire clair ne signifie pas qu'il n'y a pas de cancer.
  • Légèreté compensatoire du tissu à proximité. Cela se produit en raison de l'amélioration de la fonction de la région pulmonaire touchée avec une partie de son tissu.

L'ombre bénigne a des signes de rayons X tels que la forme correcte d'un point, des contours arrondis précis.

Un liquide apparaît dans la plèvre si la formation cancéreuse serre les organes les plus proches et une radiographie du cancer central montre les symptômes suivants:

  • La position du coeur et du diaphragme est modifiée et atypique.
  • Lorsque le segment de tissu pulmonaire tombe, un assombrissement est observé.
  • Dans l'atélactase, il n'y a pas de différence dans les limites du diaphragme et du cœur.

Ces critères aident à détecter la formation de tumeurs à un stade précoce, et si la pathologie a atteint une taille importante, il est difficile de ne pas la remarquer sur l'image. Les pannes sont de forme et de taille différentes. La forme de la tache sera ovale, avec la tumeur localisée à la périphérie. Et si elle est située près du médiastin, l'ombre sur l'image radiographique ne sera pas visible. Même en l'absence de la moindre ombre sur la fluorographie, il est préférable d'effectuer un diagnostic par rayons X.

La nature maligne de la pathologie a les propriétés suivantes:

  • les vaisseaux rejetés par la tumeur se rejoignent.
  • la lumière bronchique est rétrécie sous la forme d'un cône.
  • la région pulmonaire diminue (atélectasie).
  • les signes d'hypoventilation sont caractéristiques d'une bronche obstruée.

Pour la tumeur exobronchique, les signes ci-dessus sont caractéristiques, mais vous pouvez ajouter:

  • augmentation des ganglions lymphatiques des racines;
  • dans la zone racinaire, il y a un nœud de colline;
  • l'éducation dans l'image a des contours radiants.

S'il y a au moins un signe - vous devez faire un scanner ou une IRM, mais la photo n'est pas prise même après un certain temps, au cours duquel des métastases se développent et la taille de la tumeur grossit.

Tumeur péri-bronchique

Lorsqu'une radiographie péri-bronchique d'une tumeur au poumon montre les symptômes suivants:

  • parois bronchiques épaissies;
  • à la périphérie, à partir de la racine, on observe des poids de nature brute;
  • il n'y a pas d'hypoventilation;
  • la tumeur se développe le long du mur de l'arbre bronchique.

Des études supplémentaires vous permettent de réfuter ou de confirmer la suspicion d’un médecin si ces signes ne sont pas détectés sur la radiographie. Et si leur résultat est incertain, d'autres méthodes de diagnostic sont utilisées.

Cancer du poumon périphérique

La tumeur est également capable de se développer à l'intérieur du tissu pulmonaire. Dans ce cas, le patient ne ressent pas de douleur, mais le noeud malin est clairement visible sur la photo.

Une radiographie peut également indiquer une tumeur de Pancoct, située dans la région de la clavicule. Il s'agit d'une formation arrondie qui affecte les côtes et les vertèbres supérieures. Pour déterminer l'étendue de la lésion, vous pouvez appliquer la méthode de la bronchoscopie. Dans ce cas, la tumeur se développe dans les vaisseaux sanguins et les nerfs. Cette forme présente souvent des symptômes d'ostéochondrose, raison pour laquelle le traitement est administré par des neurologues.

Le cancer abdominal est une autre forme de cancer périphérique. Ressemble à un kyste, une tuberculose ou un abcès. En taille environ 10 cm.

Autres méthodes

Une autre méthode unique est la tomodensitométrie. Son efficacité dépasse les méthodes indiquées et son avantage est qu’elle permet de détecter même les petites tumeurs non visibles aux rayons X ou à la fluorographie. Si vous pensez que le développement probable de la formation de tumeurs est l'une des étapes les plus importantes, elle ne nécessite pas de préparation spéciale du patient, ce qui est pratique.

Dans le diagnostic de la bronchectasie, on utilise la bronchographie, qui révèle comment le néoplasme interagit avec la bronche

La bronchoscopie est utilisée pour détecter une tumeur à un stade précoce, ce qui vous permet d'observer une tumeur même si elle n'est pas visible sur l'image.

Et il est également possible de détecter des formations à une certaine profondeur en utilisant une tomographie par rayons X couche par couche, dans laquelle toutes les images par rayons X sont résumées.

Conclusion

La conclusion du radiologue affecte le choix des tactiques de lutte contre la pathologie. Elle doit donc être précise et contenir des informations sur la taille, le volume et les contours du cancer.

Il existe différents types de cancer, dont les symptômes ressemblent à ceux de la pneumonie, et son traitement aux antibiotiques prend au patient un temps précieux, car il ne donne aucun résultat positif.

Un radiologue très expérimenté suspectera probablement un cancer au stade initial en examinant votre image. Cependant, une pathologie cancéreuse sévère est plus souvent observée au cours du deuxième et des stades suivants.

En conclusion, nous précisons que les rayons X ne donnent pas une information complète. Ce n'est pas une photo ou une image qui caractérise une tumeur. D'autres méthodes de diagnostic aideront à détecter le cancer à un stade précoce.

Cancer du poumon aux rayons x

La radiographie du poumon pendant le cancer n’est pas toujours informative, c’est-à-dire qu’elle est capable de démontrer un assombrissement ou une illumination. En outre, le premier degré de pathologie n’est pas toujours déterminé, en raison de la taille insignifiante de la tumeur à 5 mm. Malgré cela, la radiographie est l’une des méthodes les plus fiables de diagnostic du cancer à n’importe quel stade. Pour que les résultats soient aussi fiables que possible, il est recommandé de mener cette étude non seulement en ligne droite, mais également en projection latérale.

Stade initial de la maladie

Le succès du diagnostic au stade actuel est directement associé à la bonne application des appareils à rayons X. Il est également très important d’assumer correctement la localisation de la tumeur (en fonction des symptômes existants). Il faut garder à l'esprit que c'est l'identification précoce de la pathologie qui peut sauver la vie humaine. Aux dépens de la visibilité du cancer du poumon sur les rayons X, il convient de prêter attention aux nuances suivantes:

  • sur l'image radiographique, il ne sera pas visible un tel nœud situé intrabronchement. L'hypoventilation d'un des segments pulmonaires doit être considérée comme le seul signe formant le concept de pathologie;
  • la position médiastinale de la formation nodale ressemble à un assombrissement non homogène. Il se caractérise par un degré d'intensité modéré et une fusion avec la poitrine;
  • Certaines caractéristiques sont caractéristiques de ce type de cancer: la jonction du diamètre de l’ombre de la vaste partie du sternum, la présence d’un angle aigu entre le thorax et la partie assombrie;
  • Au stade initial du cancer du poumon, il y a une ombre dans la projection latérale du sternum, ressemblant à une balle.

Dans le cancer du poumon, les rayons X ne permettent pas toujours de déterminer la pathologie avec une certitude de 100%. C'est pourquoi les experts insistent sur un certain nombre d'enquêtes supplémentaires qui, avec la méthode décrite, formeront un tableau complet. En parlant de cela, ils font attention à la scintigraphie par scanner, IRM et radio.

La forme centrale du cancer du poumon sur la photo

L'identification du cancer central du poumon est possible sur toute la liste des symptômes dits radiologiques. Nous parlons de la déstabilisation de la ventilation, de l'infiltration (ressemble à un point sombre dans l'image) et de la légèreté compensatoire des zones situées à proximité. En général, les syndromes de formation maligne sont définis comme typiques et le diagnostic ne pose donc pas de difficulté.

Dans la forme centrale du cancer, la formation nodulaire initiale est clairement identifiée (elle présente un contour vallonné et une structure hétérogène). Il y a des ulcérations de chaque côté. Il faut également garder à l’esprit que l’infiltration de tissu pulmonaire sans nœuds primaires ne doit pas être perçue comme une absence d’oncologie. Lors du diagnostic de la forme centrale du cancer du poumon, il convient de tenir compte du fait que:

  • une légèreté spécifique se forme en raison de la nécessité d'améliorer les fonctions respiratoires. Cela affecte l'une des parties du système;
  • en cas de compression des organes environnants par le noeud cancéreux, un certain volume de liquide se forme dans la cavité pleurale. C'est la réponse naturelle du corps à la déstabilisation du liquide lymphatique.
  • erreurs possibles dues au fait que la formation maligne est confondue avec une infiltration tuberculeuse. Cependant, dans le premier cas, les foyers destructeurs apparaissant sur le fond des ombres inflammatoires seront évidents;
  • L’assombrissement des tumeurs est caractérisé par un contour festonné spécifique.

Afin de mieux comprendre à quoi ressemble le cancer du poumon, il est nécessaire de se tourner vers «l'apparition» de formations bénignes. Il convient de prêter attention à la présence d'une tache ronde et uniforme de forme régulière aux contours nets. En général, les données radiologiques dépendent entièrement de la forme de croissance du néoplasme, qui peut par exemple être ramifié, nodulaire, péri-bronchique et pas seulement.

Sur le type de cancer central, des changements tels qu'un assombrissement et l'absence de différence entre le bord du cardia et le diaphragme sont visibles sur la radiographie. En outre, un changement associé à la position du diaphragme et du muscle cardiaque est identifié. Cela concerne la forme initiale, alors qu’à un stade ultérieur, il est tout simplement impossible de rater un site tumoral de grande taille.

Un nœud ombré peut avoir une taille et une forme différentes. Dans le cas de la localisation de la tache sur la périphérie, celle-ci se caractérise par une forme ovale. Dans certaines situations, l'ombre d'un nœud de forme disproportionnée peut être située près du médiastin. Plusieurs signes indiquent que, dans ce cas, une radiographie du poumon a permis de déterminer avec précision la tumeur maligne du poumon.

  • réduction de la lumière des bronches, prenant la forme d'un cône;
  • convergence proximale des vaisseaux rejetés par le néoplasme;
  • hypoventilation des bronches, considérées comme obstruées, ce qui réduit naturellement l'intensité de l'obscurcissement;
  • chute de la région affectée du poumon (atélectasie).

Dans le cas du développement de néoplasmes exobronchiques, d'autres signes seront visibles sur la radiographie: formations nodulaires montagneuses dans la région des racines, contours radiants (le syndrome dit du "soleil levant"). En outre, la pathologie est associée à des symptômes standard: hypoventilation, rétrécissement de la lumière bronchique et augmentation de la taille des ganglions lymphatiques des racines.

Si au moins un des symptômes présentés précédemment est présent, il est fortement recommandé de réaliser immédiatement une IRM ou une tomodensitométrie pour confirmer le diagnostic. Il n'est pas recommandé d'envoyer le patient au diagnostic approprié après un certain temps. Ceci est dû à la forte probabilité d'augmenter la formation en taille, l'apparition de métastases dans les organes voisins.

Tumeur péri-bronchique

Sous forme péri-bronchique, les rayons X sont également très instructifs. Les principales caractéristiques sont: des cordons qui s'étendent de la racine à la partie périphérique, un épaississement des parois bronchiques, une augmentation du néoplasme le long de la paroi de l'arbre bronchique. L'absence d'hypoventilation est une autre preuve de la forme péribronchique.

Dans le cas où il est impossible d'identifier un néoplasme en raison de l'utilisation des rayons X, une thoracotomie de diagnostic est réalisée. À cet égard, les experts prêtent attention au fait que:

  • le segment pulmonaire ne peut et ne devrait être contrôlé qu'après consultation conjointe d'oncologues et de radiologues;
  • oncologie du poumon sur la radiographie peut être associée à une tumeur de Pancost;
  • nous parlons d'une formation arrondie, qui est située dans la région de la clavicule. Il s'accompagne d'une lésion des côtes et des vertèbres supérieures;
  • Une telle pathologie ne peut être affirmée qu'après avoir étudié le degré de perméabilité de la bronche dans le lobe supérieur par la méthode de la bronchoscopie.

En présence d'une forme mixte sur la radiographie des poumons a révélé un nombre important de symptômes spécifiques. Cela peut être un moignon bronchique, une formation nodulaire infiltrante, une forme de pneumonie périfocale. En outre, sur la radiographie est évidente violation du degré de perméabilité des bronches, épanchement dans la cavité pleurale, ainsi que d'un changement dans une direction plus large de la taille des ganglions lymphatiques.

Si la radiographie montre des changements similaires, il est fortement recommandé de participer à la mise en œuvre du scanner. La méthode présentée permet d'évaluer l'étendue du processus, ainsi que d'étudier les changements dans la couverture tissulaire environnante.

Difficultés à détecter le cancer du poumon

Comme indiqué précédemment, au début, une tumeur maligne du système pulmonaire peut ne pas être diagnostiquée. Ceci est directement lié au fait que la pathologie au cours de son changement se déroulera en trois étapes: les étapes biologiques, précliniques et cliniques. Dans le cadre de la première étape, il se produit une modification du génome cellulaire, une légère division cellulaire. Des symptômes similaires ne sont pas détectés par les rayons X.

Montrer un tel diagnostic ne peut pas et au stade préclinique, car il n'y a pas de symptômes de dommages. Déjà au stade clinique, des signes de transformation maligne peuvent être identifiés. Il est fortement recommandé de faire attention aux nuances suivantes:

  • Dans les deux premières étapes de la pathologie, un traitement de qualité et même le salut de la vie humaine est tout à fait réalisable. Cependant, le diagnostic pathologique est problématique, surtout si seul un appareil à rayons X est utilisé à partir d'outils de diagnostic;
  • la forme centrale du cancer germe à l'intérieur de la lumière bronchique, tandis que sur le type de radiographie directe, l'ombre cardiaque se "dissimule";
  • pour ne pas rater une telle pathologie, il est fortement recommandé de réaliser une étude en deux projections;
  • sur la photo de côté, une atélectasie pulmonaire et une mutation de la structure racinaire sont identifiées.

De tels changements dans le cadre de l'examen des poumons sont possibles si la tumeur se développe à l'intérieur des structures du tissu pulmonaire, le patient n'a pas de douleur, mais une radiographie indique la présence d'un ganglion malin supplémentaire. Les principaux types de pathologie dans ce cas doivent être considérés comme les formes apicale (Pancost) et abdominale. Cette dernière formation peut atteindre 10 cm et ressemble à une formation kystique, à un abcès ou à une tuberculose en structure.

Ainsi, la réponse à la question de savoir si une radiographie révèle une maladie oncologique du système pulmonaire est évidente: pour obtenir les résultats les plus fiables, il est très important de consulter un médecin à temps et de procéder à un examen approfondi. Dans ce cas, les chances de sauver des vies augmentent.

Méthodes de diagnostic modernes: rayons X dans le cancer du poumon

La médecine reconnaît que le cancer du poumon est l’une des principales causes de décès chez les personnes d’âge moyen. À bien des égards, cette situation est due au diagnostic prédominant de la maladie aux stades avancés.

Les organes respiratoires sont difficiles à visualiser, ce qui complique considérablement la formulation d'un diagnostic précis. Les rayons X sont le moyen le plus efficace et le plus économique de détecter les maladies pulmonaires à un stade précoce. La procédure permet de détecter rapidement les tumeurs dans les tissus pulmonaires, mais requiert une expérience et une compétence considérables de la part du médecin.

Caractéristiques du développement et de l'évolution du cancer du poumon

Les causes du cancer du poumon sont considérées comme:

  • nicotine vivace et dépendance à l'alcool;
  • tabagisme passif, mode de vie inactif;
  • travailler dans des industries dangereuses;
  • vivre dans des régions écologiquement défavorables;
  • augmentation de la teneur en radon dans la pièce;
  • effet négatif du fond radioactif;
  • la présence de maladies infectieuses chroniques;
  • prédisposition génétique.

Toutes les raisons mentionnées peuvent dépendre du patient lui-même ou être présentes indépendamment de ses souhaits.

Les symptômes vifs du cancer dans les organes respiratoires reconnaissent:

  • toux sèche paroxystique se transformant en touffe humide au fil du temps;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques hilaires;
  • essoufflement avec respiration sifflante bruyante;
  • pneumonie secondaire et accumulation de liquide dans la cavité pleurale (pleurésie);
  • douleur à la poitrine et fièvre;
  • perte de poids, perte d'appétit et troubles nerveux.

Les symptômes ultérieurs du cancer sont l'hémoptysie et la mort des tissus pulmonaires.

En fonction du site de localisation des néoplasmes, on distingue le cancer central (l'épithélium est affecté dans les bronches principales), périphérique (le processus se développe principalement dans les alvéoles), médiastinal (des métastases sont détectées dans les ganglions lymphatiques du sternum) et disséminées (se manifestant par de nombreux petits cancers).

La maladie peut se produire en 4 étapes principales. À I et II, le pourcentage de survie à 5 ans atteint 48-92%, alors que dans les deux derniers 2-23%.

Qu'est-ce qu'une radiographie des poumons?

La radiographie permet de visualiser les projections des organes internes sur un film spécial. Ainsi, le spécialiste reçoit une image en deux dimensions dans laquelle les tissus denses sont présentés en blanc et l’espace aérien environnant en noir.

Il est important de comprendre la différence entre les rayons X et la fluorographie classique. Cela tient à leur rôle dans le diagnostic correct et aux différences de technologie d'imagerie.

La fluorographie est classée comme méthode de recherche préventive. Quand il est réalisé, les pathologies de petite taille sont vues plutôt faiblement - comme des filaments peu prononcés.

En cas de suspicion de cancer, une radiographie est prescrite. Il est conçu pour obtenir des images avec une résolution plus élevée, grâce à laquelle elles peuvent être agrandies aux dimensions requises.

Une fluorographie bien connue aujourd'hui est considérée comme une méthode de diagnostic obsolète. Dans de nombreux pays, il n'est plus utilisé depuis plusieurs décennies, préférant la radiographie comme procédure extrêmement précise d'identification des processus pathologiques aux premiers stades de développement. De plus, la dose de rayonnement obtenue lors du passage des rayons X, moins de plusieurs fois.

Beaucoup de gens se demandent si les rayons X montrent un cancer du poumon? À la suite de l'examen, il est possible d'identifier à la fois les tumeurs cancéreuses et les manifestations de la tuberculose, les lésions parasitaires, diverses pathologies des organes respiratoires et du système cardiovasculaire.

Les indications principales pour la radiographie sont:

  • toux prolongée avec sang, douleur à la poitrine;
  • essoufflement et essoufflement;
  • fièvre, frissons et fièvre;
  • pathologie révélée en fluorographie;
  • oncologie d'autres organes chargés de métastases pulmonaires;
  • image de sang défavorable.

Les rayons X sont également nécessaires pour suivre les résultats du traitement et identifier les conséquences possibles après la maladie.

Les images radiologiques permettent une étude détaillée de l'état:

  • le sternum, les vertèbres thoraciques, les côtes, la clavicule et l'omoplate, formant le squelette osseux;
  • carcasse musculaire, constituée de muscles sternoclaviculaires et pectoraux;
  • poumons droit et gauche, racines pulmonaires, dômes du diaphragme;
  • muscle cardiaque et glandes mammaires.

L'examen radiographique détecte avec précision le cancer dans 80% des cas. Le film radiographique utilisé est le matériau photographique principal pour le contrôle. La fiabilité des résultats dépend en grande partie de sa qualité.

Visualisation de l'organe affecté

La radiographie du cancer du poumon permet de détecter l’oncogenèse si ses dimensions sont égales ou supérieures à 5 mm. Pour que la pathologie ne passe pas inaperçue à un stade précoce, les radiologues ont recours à un examen standard des organes thoraciques. Tout d'abord, il est important pour les patients suspectés d'une pathologie du tissu pulmonaire.

La radiographie doit être réalisée en deux positions: droite et latérale. Avec une forme centrale de cancer, il peut montrer des zones troubles et un réseau étendu de vaisseaux.

À la localisation périphérique du cancer, la photographie aux rayons X montre une ombre claire et inégale avec des processus de bande s'étendant de celle-ci à la racine pulmonaire.

Les avantages et inconvénients de la radiographie

La méthode d'examen aux rayons X présente des avantages et des inconvénients. Les avantages sont sa disponibilité, la possibilité d'utiliser certaines projections, de mener des recherches, en introduisant des substances contrastantes dans les vaisseaux pulmonaires, l'œsophage, les bronches, ce qui simplifie grandement la formulation d'un diagnostic précis en cas de pathologie pulmonaire identifiée.

Le procédé procure une faible charge radiologique sur le corps humain - les rayons X ne peuvent pénétrer dans le corps que sur une surface.

La radiographie dans le cancer du poumon permet un diagnostic différentiel efficace. La tuberculose est souvent accompagnée de symptômes similaires aux manifestations du cancer du poumon. La radiographie permet de distinguer ces pathologies en combinaison avec d'autres méthodes de diagnostic approfondi.

L'inconvénient est le contenu limité en informations dû au fait que la mesure tridimensionnelle du thorax chevauche la mesure bidimensionnelle du film radiographique. Cela entraîne la nécessité d'un examen plus approfondi par les pneumologues, les oncologues et les spécialistes de la tuberculose. Les capacités de l’imagerie par rayons X sont limitées: un centre tumoral de 2 mm de diamètre ou moins ne peut pas être détecté. À ces fins, la tomodensitométrie (CT) et la bronchographie sont utilisées en parallèle avec les rayons X.

Prévention du cancer du poumon

Pour la prévention des maladies respiratoires, des examens radiologiques réguliers sont nécessaires. Pour certaines catégories de personnes, ils sont recommandés tous les six mois ou tous les ans.

Les examens prophylactiques avec rayons X sont contre-indiqués chez les enfants de moins de 15 ans, les femmes pendant la gestation et l'allaitement. Pour eux, la procédure n'est possible que dans les situations où la menace d'une maladie potentielle sur la vie et la santé dépasse de manière significative les méfaits des radiations.

La prévention du cancer du poumon met l'accent sur le maintien d'un mode de vie sain avec l'abandon progressif des mauvaises habitudes, la lutte contre l'obésité et le traitement opportun des maladies infectieuses, la limitation de l'exposition au soleil pendant sa plus grande activité, la protection des organes respiratoires dans des industries dangereuses utilisant des moyens individuels contact minimum avec le rayonnement.

Le radon combiné à la fumée de tabac présente un risque énorme de développer la maladie. Les experts recommandent d'installer des systèmes de ventilation intérieurs capables de réduire la concentration à un niveau sûr.

Manger des fruits et des légumes frais aux premiers stades du cancer aide à résister efficacement à son développement ultérieur. Les scientifiques du monde entier reconnaissent le rôle important que jouent ces aliments dans la prévention.

Le cancer pulmonaire est classé comme un cancer grave qui entraîne un nombre considérable de vies humaines dans le monde entier. L'achèvement en temps voulu des examens de diagnostic augmente les chances d'aboutissement du traitement et, par conséquent, de longues années de vie.

Diagnostic CT du cancer du poumon

PRÉVALENCE DU CANCER DU POUMON ET DES FACTEURS DE RISQUE

Cancer du poumon - une tumeur de l'épithélium des bronches - l'un des cancers les plus répandus dans le monde. Chaque année, plus de 10 millions de personnes en Russie reçoivent un diagnostic de néoplasme malin des organes respiratoires et ce chiffre est encore plus élevé dans le monde. Les tumeurs malignes bronchogènes sont l’une des causes les plus fréquentes de décès par maladies oncologiques et la variante la plus courante de la pathologie oncologique de l’arbre trachéobronchique.

Les facteurs de risque de cancer du poumon comprennent:

1) Vivre dans des zones écologiquement défavorables.

2) Travailler dans des industries liées à l'inhalation de particules de poussière, de métaux, de vapeurs de peinture et de produits chimiques actifs, même avec un équipement de protection. L'inhalation de poussières d'amiante, puis de charbon, ainsi que de vapeurs de métaux lourds, d'arsenic, d'éther chlorométhylique, de chrome et de gaz moutarde est très défavorable.

3) Le tabagisme est le principal facteur de prédisposition des néoplasmes trachéobronchiques chez l’arbre. Chez les fumeurs actifs, le risque de développer une oncopathologie est jusqu'à 10 fois supérieur à celui des non-fumeurs et chez les passifs, jusqu'à 2 fois.

4) maladies spécifiques. Il existe un lien direct entre la tuberculose, l'asbestose, la silicose, d'autres maladies se manifestant par une pneumosclérose diffuse ou locale et les néoplasmes malins des bronches.

MANIFESTATIONS CONTRE LE CANCER DU POUMON - QUAND PUIS-JE GÉRER UNE BARRIÈRE?

Afin de ne pas passer à côté des premiers signes et symptômes du cancer du poumon, vous devez faire attention aux changements de santé suivants: apparition de toux des expectorations avec des traînées de sang, une nette diminution de poids sans raison apparente, une augmentation de la température corporelle, notamment sous forme de "pics", accompagnée de frissons, transpiration accrue.

Une indication directe de la tomodensitométrie est la détection d’une ombre focale claire dans l’image lors de la radiographie et de la radiographie. Bien sûr, le cancer du poumon sur les rayons X n'a ​​pas l'air très spécifique - après tout, des changements similaires peuvent aussi être dus à la tuberculose, à d'autres tumeurs bénignes et même à la pneumonie. Tous ces états peuvent être différenciés par CT.

COMMENT IDENTIFIER LE CANCER DU POUMON?

La radiographie dans le cancer du poumon révèle une ombre arrondie à gauche. À des fins de diagnostic différentiel (pour distinguer le cancer du poumon du tuberculome, des kystes ou de la pneumonie), une tomodensitométrie (TDM) doit être réalisée.

La méthode de diagnostic la plus efficace pour le cancer du poumon est la tomodensitométrie multispirale (TMS). Dans la plupart des cas, il n'est pas nécessaire d'introduire un contraste pour voir une tumeur au scanner. L'amélioration du contraste est principalement utilisée dans le diagnostic des tumeurs centrales afin de distinguer un petit noeud de tissu mou situé dans la racine du poumon des vaisseaux pulmonaires situés à proximité. La tomodensitométrie est une méthode indispensable pour déterminer la taille d’une tumeur, le degré de lésion de la racine du poumon, du médiastin et du thorax, ainsi que pour évaluer les dommages subis par les ganglions lymphatiques. Tous ces détails déterminent en fin de compte le stade du processus de cancer. Une analyse précise des résultats de la tomographie par ordinateur est donc extrêmement importante pour le pronostic.

Une autre méthode de recherche tomographique - la radiographie par résonance magnétique (IRM) n’est presque pas utilisée pour diagnostiquer les tumeurs pulmonaires, car elle identifie mal les modifications du tissu pulmonaire. Le fait est que le tissu pulmonaire contient une grande quantité d’air qui ne donne pas de signal IRM.

Il est également impossible de diagnostiquer de manière fiable les modifications du tissu pulmonaire à l'aide d'une échographie (US), mais cette méthode peut être utilisée pour détecter les modifications de la plèvre environnante.

La radiographie et la fluoroscopie peuvent être utilisées pour détecter des masses pulmonaires. Cependant, l'application isolée de ces méthodes ne permet pas de déterminer de manière fiable le diagnostic. La bronchographie comme moyen de détecter le cancer du poumon appartient également au passé.

Parmi les méthodes instrumentales de diagnostic des tumeurs centrales, la fibrobronchoscopie (FBS) est très bonne - une méthode endoscopique, grâce à laquelle vous pouvez non seulement voir le rétrécissement de la lumière des bronches à travers les yeux, mais aussi prendre une partie du volume de la formation pour un examen histologique.

Selon la classification histologique des cancers bronchiques de la dernière révision (de 1999), il existe 6 types de tumeurs trachéobronchiques:

1) Adénocarcinome - détecté dans environ 35% des cas. Le plus souvent, il s'agit d'une tumeur périphérique ressemblant à un seul nœud (solitaire) de différentes tailles et présentant des signes typiques de malignité, avec la présence de spicules - des bords radiants, qui se forment en raison de la germination d'un cancer dans les vaisseaux lymphatiques; zones de nécrose, de décomposition et d'hémorragie dans la tumeur stromale. L'adénocarcinome métastase souvent et précocement. La prévision est très variable, elle dépend à de nombreux égards du début de la détection de la formation.

2) Cancer épidermique non squameux - une variante commune - jusqu'à 35% de tous les cas de formations pulmonaires. Il se caractérise par le meilleur pronostic, rarement des métastases. Environ 65% se développent dans l'une des bronches centrales et provoquent une image d'atélectasie sur le scanner et les rayons X. 35% se développent dans les bronches périphériques et ressemblent à un nœud solide simple, souvent avec une cavité au centre, semblable à un abcès.

Le patient a reçu un diagnostic de cancer dans le 6ème segment du lobe inférieur gauche. Après résection, le cancer du poumon à cellules squameuses a été vérifié par examen histologique. La tomographie dans ce cas ne donnait pas l'image typique d'une tumeur maligne.

3) Cancer à petites cellules - L'espèce la plus agressive et la plus dangereuse, déjà à ses débuts, peut métastaser aux ganglions lymphatiques des racines des poumons et du médiastin. L'espérance de vie des patients atteints de telles tumeurs varie en fonction du stade (TNM) et de la possibilité d'un traitement chirurgical. La fréquence d'occurrence est jusqu'à 20%. Découle généralement de l'épithélium des grandes bronches, provoque l'image de l'atélectasie. Étroitement associé au tabagisme.

4) Cancer indifférencié à grandes cellules - est rare, moins de 5% des cas. Il est généralement représenté par un grand noeud périphérique solide. Se produit presque toujours chez les fumeurs. Métastases précoces - hématogènes et lymphogènes, leur pronostic est défavorable.

5) Cancer neuroendocrinien à grandes cellules (carcinoïde) - souvent central, avec un signe caractéristique - désintégration dans la tumeur, se produit dans moins de 5% des cas, métastases précoces aux ganglions lymphatiques, agressif, défavorable.

6) Cancer bronchiolo-alvéolaire - jusqu'à 2%. C'est un sous-type d'adénocarcinome. Presque toujours périphérique. Il se manifeste par une diminution diffuse de la densité du parenchyme pulmonaire du type en verre dépoli, qui simule le tableau de la pneumonie. Il manifeste également des changements dans le type de consolidation - compactage diffus du parenchyme pulmonaire, pouvant ressembler à un nœud. Le pronostic pour les nœuds de petite taille est généralement favorable.

COMMENT REGARDER LE CANCER DU POUMON EN TOMOGRAPHIE PAR ORDINATEUR

Il existe plusieurs options pour la croissance du site tumoral (selon Rozenshtrauch):

1) D'une part, dans la lumière de la bronche, en la rétrécissant - type endophytique.

2) Dans la lumière de la bronche, en la rétrécissant circulairement - il s’agit également d’un type endophyte.

3) Dans la lumière de la bronche et à l'extérieur de celle-ci - un type de croissance mixte.

4) Le long de la paroi de la bronche, ne rétrécissant pas sa lumière - le type péri-bronchique.

Lorsqu'une tumeur se développe dans la lumière de la bronche, son rétrécissement se produit, ce qui conduit à une violation de la ventilation d'une certaine partie du tissu pulmonaire. Avec la tomodensitométrie, on remarque immédiatement le site tumoral lui-même dans la lumière de la bronche - il semble dense (blanc). La lumière de la bronche se rétrécit dans un cercle, près du mur, ou "se détache" à la frontière avec le néoplasme. Vous pouvez également voir une augmentation de la densité du lobe correspondant (ou d'un segment, segments) ventilé par cette bronche. L'augmentation de la densité peut être due à une atélectasie - une chute d'une partie du tissu pulmonaire résultant d'une altération de la perméabilité bronchique, une distélectasie - à un collapsus partiel, ainsi qu'à des modifications causées par une pneumonie, le plus souvent de nature congestive, avec formation d'abcès, ainsi qu'une fibrose.

Il existe également une division du cancer du poumon en périphérique et central - la classification de ce dernier est donnée ci-dessus. Le cancer central est cliniquement plus difficile à cause du fait qu'il donne souvent des complications sous forme d'atélectasie, de pneumonie massive, d'abcès, d'insuffisance respiratoire.

Scanner des signes de cancer du poumon central: la tomodensitométrie est utilisée pour déterminer la formation en volume d'une structure des tissus mous, dans laquelle la lumière de la bronche inférieure «se détache». Les bords de la formation sont inégaux, avec des spicules, la forme est irrégulière.

Cancer central du poumon sur scanner. Notez les différences dans la largeur de la lumière des bronches centrales à droite et à gauche. La lumière de la bronche du lobe supérieur droit n'est pas visible. Une atélectasie du lobe supérieur est visible. Dans le cercle - directement la formation de la tumeur, qui a provoqué une atélectasie.

Sur la tomodensitométrie, le cancer du poumon périphérique ressemble à un foyer ou à un nœud situé à la périphérie du corps, loin de la racine. Il présente généralement une structure homogène, avec dans certains cas des zones de nécrose, de calcifications et d'hémorragies dans le parenchyme. Les bords d'un cancer typique sont inégaux, avec de multiples «spicules» dus à une lymphangite. Située près de la plèvre, la formation la déforme et la tire vers elle. Ses dimensions sont différentes - du foyer (3-10 mm) au nœud (10-50 mm et plus).

Cancer du poumon périphérique typique (adénocarcinome) sur TMS. À droite dans le 6ème segment du poumon, un nœud dense de tissu mou avec des spicules, déformant et resserrant la plèvre interlobaire, est révélé.

Les cancers multiples primitifs sont beaucoup moins fréquents et doivent être différenciés des métastases et des autres foyers diffus et disséminés, y compris la tuberculose. Il existe également des formes diffuses de tumeurs - le cancer bronchio-alvéolaire (BAR), qui se manifestent au scanner sous la forme d'une diminution totale ou sous-totale de la pneumatisation de type mate - elles doivent être différenciées de la pneumonie, œdème pulmonaire.

ÉTAPES DU TRAITEMENT DE LA LUMIÈRE PAR TNM ET MONTAGNE

La stadification du cancer du poumon est nécessaire pour déterminer si une tumeur peut être enlevée.

Aux étapes T1 et T2, le fonctionnement en montagne est possible. Le stade T3a signifie que la tumeur peut être disponible pour la résection (le plus souvent, une pneumonectomie est nécessaire), les stades T3b et T4 signifient l'impossibilité de son retrait rapide.

En l'absence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux ou en présence de ganglions lymphatiques altérés uniquement du côté affecté (respectivement, N0 et N1 selon TNM), un traitement chirurgical est possible et le pronostic est très probablement favorable. Au stade N2, le traitement chirurgical est possible après la radiothérapie et (ou) la chimiothérapie, le pronostic est incertain. Avec N3, le traitement chirurgical n'est pas indiqué. La détection de métastases à des organes distants aggrave également le pronostic de manière significative.

Le tableau montre la classification du cancer du poumon selon l’échelle TNM (UICC, 1999).

A Propos De Nous

Souvent, un cancer ne montre aucun symptôme spécifique. Par conséquent, la plupart des gens ne sont informés du terrible diagnostic que lorsqu'il est déjà très difficile, voire impossible, de faire face à la maladie.