Mélanome stade 4: espérance de vie

Le mélanome est une pathologie de la peau qui présente des excroissances malignes. Le mélanome survient à tout âge.

Il se développe beaucoup plus rapidement que les autres cancers, comporte quatre stades et se métastase aux autres organes.

Progression de la maladie et symptômes

Le mélanome de stade 4 est une tumeur maligne qui propage des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux et les organes internes. Il s’agit d’un cancer agressif qui se forme à partir de la peau et du nevi.

Les cellules malignes sont produites à partir de mélanocytes épidermiques et sont transmises de deux manières: lente, lymphocytaire et rapide. La voie lente est lorsque les ganglions lymphatiques sont touchés.

Rapide, hématogène, lorsque les cellules cancéreuses pénètrent dans le sang et que des métastases apparaissent dans des organes distants, caractéristiques du quatrième stade. Les métastases se forment le plus souvent dans les poumons, le foie et les glandes surrénales, ainsi que dans les tissus osseux et le cerveau.

Les cellules malignes peuvent se développer sous l'action des rayons ultraviolets sur la peau non protégée, les taupes et les taches de rousseur et les coups de soleil sur la peau. Les personnes à la peau pâle sont à risque si elles ont des parents atteints de la maladie.

La quatrième période de la maladie est la plus dangereuse. Afin de prévenir le développement d'une maladie maligne jusqu'au dernier stade, lorsque le traitement ne donne pas de résultats positifs, il est nécessaire de surveiller en permanence les taches pigmentaires et les grains de beauté. Le moment alarmant devrait être des changements dans ces formations: tache asymétrique, bords inégaux du naevus, décoloration de la taupe, impuretés de couleur différente, augmentation de la taille.

Le mélanome au stade 4 se manifeste par des douleurs dans un grain de beauté ou sur la peau. Durant cette période, il peut y avoir des fissures dans la peau, un grain de beauté, un grain de beauté ou une tache de naissance peuvent saigner.

Les patients souffrent de toux chronique, leurs téguments peuvent s'épaissir, se teinte de gris, les ganglions axillaires et inguinaux augmentent, la perte de poids nette commence sans raison apparente, les maux de tête et les crises nerveuses sont possibles.

Traitement du mélanome

Le traitement du mélanome du quatrième degré ne permettant pas une guérison complète, il vise:

  • retard de croissance et propagation de la tumeur;
  • maintenir le travail des organes et du corps affectés;
  • pour les mesures préventives pour les complications concomitantes qui menacent la vie du patient.

Intervention chirurgicale

Lors de la quatrième étape, les mélanomes sont soumis à une intervention chirurgicale si les métastases et les ganglions lymphatiques affectés peuvent provoquer une douleur intense ou des complications menaçant la vie du patient.

Ils sont éliminés, si possible, avec la tumeur, par pré-irradiation ou après une chimiothérapie. Le traitement chirurgical réduit également le nombre de lésions cancéreuses, ce qui permet de poursuivre le traitement thérapeutique.

Immunothérapie

Le traitement principal du mélanome au stade 4 consiste en des techniques telles que l’immunothérapie, qui permettent d’augmenter l’immunité; la chimiothérapie, qui ralentit la croissance d'une tumeur maligne, et la radiothérapie pour tuer les cellules cancéreuses.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est l’un des principaux traitements de l’étape 4. Pour son utilisation de médicaments tels que la dacarbazine et le témozolomide. Ils ralentissent la progression de la maladie, réduisent la croissance des cellules malignes, réduisent les métastases et prolongent la vie du patient, mais pas pour longtemps. Mais malheureusement, après un certain temps, la maladie maligne augmente.

La radiothérapie est principalement utilisée pour prévenir la formation de nouvelles métastases. Dans certains cas, la radiothérapie est utilisée pour rétrécir la tumeur pendant une intervention chirurgicale en vue d'un traitement ultérieur par chimiothérapie.

Pour préserver les défenses de l'organisme, ils appliquent une méthode de traitement telle que l'immunothérapie. Au cours des dernières années, le traitement a été reconstitué avec de nouveaux médicaments immunitaires, dont les propriétés thérapeutiques prévalent sur la chimiothérapie.

Biochimiothérapie

L'utilisation de la biochimiothérapie - une combinaison d'immunothérapie et de chimiothérapie - associée à l'utilisation de médicaments tels que l'interféron et l'interleukine contribue à améliorer l'état du patient, mais n'affecte pas l'espérance de vie.

Un nouveau médicament, le Pembrolizumab (Keitrud), a été créé pour les patients atteints du mélanome au quatrième stade, qui est contre-indiqué pour un traitement chirurgical ou ne donne pas de résultats positifs. Il bloque les voies cellulaires qui inhibent le système immunitaire du patient. L'utilisation de ce médicament renforce le système immunitaire humain, qui attaque et détruit les cellules tumorales du mélanome.

Parmi les autres médicaments efficaces, citons l'Ipilimumab (Yervoy). Cela accélère le travail du système immunitaire du patient et c’est la raison pour laquelle il faut arrêter l’augmentation du mélanome, la croissance des métastases et le degré de lésion des organes internes et des ganglions lymphatiques.

Ces médicaments ont déjà fait l'objet de tests cliniques et ont prouvé que le taux de survie des patients ayant pris l'un de ces deux médicaments a presque doublé.

Espérance de vie pour le mélanome stade 4

Le principal indicateur de pronostic pour les patients cancéreux est la survie à cinq ans. Cela signifie que les patients continuent à vivre plus de 5 ans à partir du moment où ils ont diagnostiqué la maladie. Le stade 4 a un faible taux de survie, seulement 5-15%.

Bien que important est le nombre et l'emplacement des métastases, l'âge et l'état général du patient, d'autres maladies. Si le cerveau et les organes internes qui ne peuvent pas être retirés sont affectés, le pronostic est décevant.

Ces patients ne vivent pas plus d'un an, même si le traitement est poursuivi. S'il est possible de retirer les zones touchées des organes internes, le pronostic atteint 20% et le patient peut vivre plusieurs années. Dix à 12% des patients dépassent le taux de survie à dix ans.

La durée de l'effet positif des méthodes de traitement dépend de l'âge du patient et de son état de santé. Après la fin du traitement, afin d'augmenter l'espérance de vie, il est nécessaire de surveiller en permanence un spécialiste. L’état général du patient est vérifié tous les mois pendant les deux premières années, puis tous les six mois pendant trois ans. Après 5 ans - chaque année jusqu'à la fin de la vie.

Pronostic de survie

Certaines raisons influencent le pronostic de survie. Les femmes souffrent mieux de la maladie que les hommes, car elles ont le plus souvent un mélanome aux membres, ce qui est un signe plus positif. Pire encore, si la maladie touchait le cou, le cou ou le haut du dos. Joue le rôle et l'épaisseur, le changement des contours et la pigmentation de la tumeur. Si le mélanome se développe verticalement, il s'agit d'un symptôme plus défavorable que la direction horizontale.

Le mélanome touche des personnes quel que soit leur âge: des enfants aux personnes âgées. Par conséquent, il est nécessaire d'empêcher le développement du processus malin jusqu'à la dernière étape. Il est préférable de l'éliminer au tout début, lorsqu'il n'y a pas encore de métastases.

Mélanome stade 4

Le mélanome est le nom d'une maladie cutanée oncologique qui survient à la suite d'une défaillance du système de production de mélanine - la source de la couleur spécifique de la peau humaine. Cet article discutera du 4ème stade de ce type de cancer du derme, des méthodes de traitement possibles et de leur efficacité. À ce stade, le néoplasme atteint une taille critique et son influence destructrice s'étend à tout l'organisme.

Caractéristiques caractéristiques pour l'étape 4


Le stade mentionné du mélanome est le dernier et le plus difficile à traiter. Il est accompagné des symptômes suivants:

  • une forte augmentation de la taille de la tumeur;
  • la plaie commence à faire mal, se fissurer et saigner;
  • réduction significative du poids;
  • toux suffocante;
  • somnolence, fatigue chronique;
  • malaise général et nervosité accrue;
  • assombrissement de la peau entière;


Ce stade est également caractérisé par une métastase élevée dans tout le corps. De plus, les cellules cancéreuses, tombant dans le sang, peuvent former des métastases dans les parties les plus inattendues du corps, telles que:

Il existe des cas où des excroissances saillantes apparaissent sur d'autres zones visibles du derme, sous la forme de taches floues noires ou brun foncé. Des ganglions lymphatiques hypertrophiés à l'aine ou aux aisselles peuvent ressembler à une éruption cutanée normale.

À ce stade, la tumeur atteint une taille impressionnante et n'est pas toujours susceptible d'être enlevée. Dans ce cas, vous devez recourir à d'autres méthodes pour résoudre le problème. Il est beaucoup plus facile de se débarrasser de la formation maligne au cours des premières étapes de son développement.

Méthodes de traitement

À ce stade de la maladie, les cellules cancéreuses envahies envahissent gravement les ganglions lymphatiques. Le traitement est donc forcé avec les médicaments et les méthodes les plus agressifs. C'est une nécessité, car le processus d'infection de l'organisme tout entier est presque irréversible. La thérapie intensive comprend trois méthodes principales:

  • la chimiothérapie n'est pas très efficace et a un effet à très court terme (3-6 mois);
  • L'immunothérapie est le maintien artificiel de l'immunité afin de réduire la formation de nouvelles métastases et de maintenir le tonus général du corps. L'interféron et l'interleukine sont le plus souvent prescrits, ce qui entraîne un certain nombre d'effets secondaires graves.
  • les radiations - utilisées pour réduire la tumeur et empêcher la propagation des cellules cancéreuses;
  • intervention chirurgicale - enlève toute la croissance, ou sa partie accessible, en capturant une peau saine et proche.

Contrairement aux trois précédentes, cette dernière méthode est pertinente si le cancer est opérable ou si des métastases apparaissent sur des organes moins importants. Dans tous les autres cas, des médicaments sont prescrits pour enrayer la propagation de la tumeur et permettre au corps de fonctionner de toutes les manières possibles.

Quand un patient est dans un état critique, si les cellules malignes affectent le cerveau, les médecins utilisent la chirurgie par radiation stéréotaxique. Le but d’une telle exposition n’est pas tant de guérir que de soulager l’état du patient et d’augmenter ses chances de prolonger sa vie. Cependant, avec l'effet positif, il convient de prendre en compte les effets secondaires importants.

Espérance de vie au stade 4 du mélanoblastome

Les prévisions de survie au dernier stade de cette maladie ne sont pas encourageantes. Statistiques de l'espérance de vie, dans cette situation, décevantes. Il est beaucoup plus facile d'éradiquer les débuts du mélanome que toutes les conséquences auxquelles il aboutit. En général, le pourcentage de survie ne dépasse pas 15%. Toutefois, cela dépend en grande partie de l'emplacement des zones infectées. Si vous respectez toutes les recommandations médicales, vous pouvez vivre encore quelques années, mais cela dépend en grande partie de l’attitude personnelle du patient, qui est également importante.

Malheureusement, le nombre de personnes ayant subi une forme aussi agressive de cancer du derme augmente chaque année. Par conséquent, il est important de prendre soin de votre corps et de consulter un médecin à la moindre indisposition.

Mélanome - le pronostic de la vie au 4ème stade

Les nouvelles technologies arrivent en Russie.

Nous invitons les patients à participer à de nouvelles méthodes de traitement du cancer, ainsi qu’à des essais cliniques portant sur le traitement par LAK et le traitement par TIL.

Retour sur la méthode du ministre de la Santé de la Fédération de Russie Skvortsova V.I.

Ces méthodes ont déjà été utilisées avec succès dans de grandes cliniques de cancérologie aux États-Unis et au Japon.

Lors de la prévision de la vie d'un mélanome au stade 4, le patient et ses proches sont principalement intéressés par les questions suivantes:

  1. Quelles sont les prédictions de la vie du mélanome stade 4?
  2. Qu'est-ce qui influence le pronostic et le choix du traitement?
  3. Quels sont les traitements et lesquels de ces traitements fonctionnent réellement?
  4. Prévisions de la vie lors de l'exécution de toutes les recommandations du médecin?

Comment le pronostic du cancer de la vie 4 est-il calculé?

Les résultats du traitement sont évalués sur la base de taux de survie à cinq ans, répartis en étapes:
1er - dans 90% des cas, le processus de guérison donne un résultat positif; le diamètre du mélanome ne dépasse pas 2 mm; aucun signe d'ulcération;
La survie entre le 2e et le 5 ans est comprise entre 45 et 70%, selon la mutation;
La 3ème - 5ème année est atteinte dans 24 à 70% des cas; pathologie forme métastases régionales;
4ème - pronostic négatif (moins de 10% des patients survivent);

Qu'est-ce qui influence le pronostic et le choix du traitement?

  • La présence d'ulcérations à la surface du mélanome.
    L'ulcération de la surface tumorale peut commencer au stade 1 de la maladie. Toutefois, selon de nombreuses données issues de communautés oncologiques, les mélanomes présentant ce symptôme ont un pronostic plus sombre.
  • L'épaisseur de la tumeur.
    Le pronostic de la vie dans le mélanome est au stade 4, lorsque la tumeur primitive a une épaisseur supérieure à 4 mm. Cependant, le diagnostic final n’est posé que lorsque des métastases se trouvent dans des ganglions lymphatiques et des organes internes distants, et que leur taille varie d’une personne à l’autre. En outre, le traitement peut modifier la taille de la tumeur, mais pour cette raison, la tumeur ne perd pas la capacité de métastaser davantage. Par conséquent, la taille de la tumeur n'est pas un indicateur absolu de l'espérance de vie du patient.
  • L'emplacement de la tumeur primaire.
  • Âge du patient et état de santé général.
  • Le nombre de métastases régionales et distantes jusqu'au début du traitement.
  • La réponse du patient au traitement.
  • Nouveaux développements dans le traitement du cancer.

Quels traitements fonctionnent vraiment?

Le traitement doit commencer immédiatement après le diagnostic!

La chirurgie

Le traitement chirurgical est utilisé dans les cas où les métastases et les ganglions lymphatiques élargis peuvent entraîner le développement de complications menaçant la vie du patient, le syndrome de la douleur sévère.

Radiothérapie

Il est utilisé en tant que composante d'un traitement palliatif et symptomatique.

Par exemple, la radiochirurgie stéréotaxique ou la radiothérapie peuvent être utilisées pour les métastases au cerveau, en fonction du volume et de la quantité de la tumeur.

Chimiothérapie

Le traitement par chimiothérapie peut améliorer le pronostic vital du mélanome au stade 4, mais ne pas utiliser la chimiothérapie comme première option de traitement. Le traitement du mélanome commun a changé au cours des dernières années. De nouveaux médicaments immunitaires et ciblés sont apparus, dont l'efficacité est supérieure à la chimiothérapie.

Biochimiothérapie

L’utilisation de la biochimiothérapie, qui associe chimiothérapie et immunothérapie à l’interféron et à l’interleukine, a montré que ce traitement améliorait l’état du patient, mais n’affectait pas sa longévité.

Immunothérapie

Le médicament le plus populaire dans le traitement du mélanome commun en immunothérapie est le médicament Pembrolizumab (Keitrud) de Merck. Co, New Jersey. Ce médicament a été créé spécifiquement pour les patients atteints de mélanome à un stade avancé, pour lesquels un traitement chirurgical n'est pas présenté ou lorsque le traitement ne donne aucun résultat.

Le médicament agit en bloquant une voie cellulaire appelée PD-1, qui empêche le système immunitaire du patient d’attaquer les cellules cancéreuses du mélanome. Dans le traitement de ce médicament, le système immunitaire du patient restaure son travail et détruit les cellules tumorales.

Le médicament efficace et éprouvé comprend également l’ipilimumab (Yervoy). L'ipilimumab active le système immunitaire du patient, ce qui entraîne l'arrêt de la progression du mélanome et de la croissance des lésions métastatiques des organes internes et des ganglions lymphatiques.

Ces médicaments ont passé avec succès des essais cliniques, qui ont montré que le taux de survie des patients qui en prenaient un (Erva ou Keitrud) avait été multiplié par 2.

Etudes cliniques de nouveaux traitements

Intéresser votre médecin, recherchez des invitations à des essais cliniques de nouveaux médicaments et de nouvelles méthodes de traitement sur les sites des cliniques d’oncologie. Les avantages d'un tel traitement sont que le patient subit un traitement gratuit avec des médicaments non disponibles au moment de l'étude. De telles études donnent aux gens l’espoir et la possibilité de prolonger leur vie et d’en améliorer la qualité.

Le pronostic pour le mélanome de stade 4

Selon les statistiques de la Fondation pour le cancer de la peau, une tumeur atteint les ganglions lymphatiques et le taux de survie à 5 ans chute à 62%, et atteint 15% dans les autres organes. Bien que le mélanome de stade 4 fasse partie des maladies incurables, une faible proportion de la population répond assez bien au traitement et vit de nombreuses années après un diagnostic établi.

Espérance de vie avec mélanome stade 4

Le mélanome est un type de lésion maligne de la peau. Cette forme de cancer peut se développer chez une personne à tout âge, quelle que soit son affiliation sociale et sa sécurité financière, mais elle est plus souvent diagnostiquée chez les femmes de la belle moitié de l'humanité. Plus de la moitié des cas de mélanome détectés surviennent dans des cas avancés - 4 stades. L'une des questions fréquemment posées aux spécialistes est de savoir combien de temps dure cette pathologie.

Les oncologues sont guidés dans la détermination du pronostic de la structure d'une tumeur maligne, du stade de développement de la tumeur, de sa taille ainsi que de l'état de santé initial du patient. La réponse sans équivoque, en règle générale, ne se produit pas.

Quelle est la dernière étape de la maladie?

La formation de néoplasme se produit à partir de mélanocytes épidermiques. La localisation peut être absolument quelconque - de la zone du visage et du cuir chevelu au corps et aux membres, ainsi que dans les organes internes. Le mélanome est considéré comme une forme agressive de cancer de la peau - il se caractérise par une croissance rapide et, au quatrième stade, il affecte des zones du derme étroitement espacées et se métastase à des structures éloignées.

Visuellement, la lésion est un défaut cutané modifié et compacté. Les mélanomes peuvent être transformés à partir de naevis - après leurs effets physiques, chimiques et intensifs traumatisants. Il peut s'agir d'un seul élément, il existe rarement plusieurs éruptions cutanées.

Pour prévenir les complications et conséquences graves - la transition de la pathologie au 4ème stade et les métastases à distance, il est recommandé de prendre soin de votre propre santé. Le spécialiste doit être contacté si les faits alarmants suivants ont été identifiés:

  • asymétrie ponctuelle - sur un côté;
  • contours inégaux du défaut;
  • décoloration des taupes, ajout d'autres nuances, ou assombrissement soudain intense;
  • augmentation significative de la taille d'un naevus dans un court laps de temps.

Un recours rapide à un spécialiste ainsi qu’un examen approfondi en laboratoire et sur instruments permettent de détecter une atypie dans les cellules du derme aux premiers stades de son apparition, ce qui augmente considérablement les chances de guérison.

Caractéristiques générales du bien-être humain avec le mélanome

La pathologie a traditionnellement été divisée en quatre degrés - en proportion directe des modifications identifiées dans les tissus affectés. Les symptômes peuvent également être divisés en plusieurs étapes - à mesure que le patient oncologique s'aggrave:

  • Au tout début, une personne ne ressent aucun changement dans sa propre santé - elle mène son mode de vie habituel, sa capacité de travail reste au même niveau. Les symptômes d'alerte sont absents.
  • Dans la seconde - la troisième étape des signes cliniques alarmants, vous pouvez spécifier:
  • augmentation des ganglions lymphatiques régionaux;
  • l'apparition d'une faiblesse jusqu'alors inhabituelle, la fatigue;
  • douleur impulsions de localisation floue;
  • troubles du sommeil;
  • une diminution de la capacité de travail.

L’appel à un spécialiste à ce stade et l’examen diagnostique complet qui en résulte suggèrent toujours un résultat favorable de mesures thérapeutiques complexes.

  • Au dernier stade du mélanome, lors du diagnostic de la germination de la lésion dans les tissus et organes voisins, la présence de métastases à distance, le pronostic est extrêmement médiocre. Au niveau de la localisation du foyer tumoral, on observe une douleur intense, des fissures négatives se forment, des saignements des tissus apparaissent. Parmi les symptômes caractéristiques sont indiqués:
  • épaississement important des tissus;
  • réduction de poids déraisonnable - jusqu'à la cachexie;
  • augmentation significative des ganglions lymphatiques, lymphostase possible;
  • changement de coloration koi - acquisition d'une teinte grisâtre, mélanose;
  • douleurs impulsives non seulement directement dans la région de la tumeur, mais également dans d'autres parties du corps - leur gravité augmente progressivement;
  • une personne perd la capacité d'accomplir ses tâches professionnelles, de mener une vie normale - elle a besoin d'une aide constante dans la vie quotidienne, de soins particuliers.

Les patients en oncologie ont particulièrement peur du complexe du syndrome douloureux. Cependant, la pharmacothérapie moderne peut réduire de manière significative la sévérité des impulsions douloureuses et améliorer la qualité de vie des patients atteints d'un mélanome du dernier stade.

Qu'est-ce qui influence la prévision?

Le diagnostic différentiel à part entière, ainsi que la prédiction de la survie d'une lésion tumorale, sont basés sur des informations reçues par un spécialiste à partir d'un certain nombre de procédures de diagnostic. De la visualisation: échographie, tomodensitométrie, IRM, à la biopsie en laboratoire, tests sanguins pour les marqueurs tumoraux.

Le pronostic est significativement affecté par les facteurs suivants:

  • la présence d'ulcérations à la surface du mélanome - comme l'indique habituellement l'évolution de la tumeur;
  • l'épaisseur du néoplasme - non seulement la taille du néoplasme est évaluée, mais également le degré de germination dans les tissus et organes voisins, la présence de métastases distantes, ce dernier aggravant davantage le pronostic de survie;
  • la localisation de l'objectif principal - la localisation superficielle vous permet d'effectuer rapidement des procédures diagnostiques et thérapeutiques;
  • la tranche d'âge du patient - chez les jeunes, la réserve de forces est plus grande: sans conséquences graves, il est possible de faire face même à une multitude de foyers tumoraux;
  • nombre total de métastases - si les cellules mutées avec le flux sanguin, la lymphe s'est déplacée vers les organes parés, elles peuvent être rapidement identifiées, pas immédiatement, ce qui affecte le pronostic global;
  • Sensibilité du patient aux mesures thérapeutiques - les formes individuelles de mélanome sont extrêmement agressives au cours de l'évolution et résistent aux procédures thérapeutiques.

C’est pour ces raisons qu’il n’est pas facile de juger de la façon dont un processus sera mis en oeuvre chez un patient. La prévision est donnée au patient, généralement approximative, avec de nombreuses réserves.

Combien de personnes vivent avec la maladie en 4 étapes

Les statistiques médicales permettent aux oncologues de s’appuyer sur les données suivantes pour répondre à la question de savoir combien de temps ils vivent avec un mélanome: lorsque le site tumoral des ganglions lymphatiques est atteint, le taux de survie à cinq ans chute à 60–65%. Avec la propagation des mutations cancéreuses dans d'autres organes - avec métastases, ce paramètre diminue encore de 15 à 20%.

Cependant, une certaine partie des patients atteints du cancer, chez lesquels un mélanome en phase terminale a été diagnostiqué, réagit assez bien à la thérapie antitumorale complexe dont ils bénéficient et vit plus de dix ans après le diagnostic. La mise en œuvre des recommandations des experts, le rejet des mauvaises habitudes, la saturation du régime en vitamines et oligo-éléments, un repos approprié après des procédures médicales - tout cela a un effet positif sur l'évolution de la pathologie.

Dans un certain nombre de cas identifiés, il n’est possible d’obtenir que de légères améliorations de l’état de rémission du mélanome pendant plusieurs années, grâce aux avancées modernes en matière de traitement antitumoral. Sa complexité, l'utilisation d'une chimiothérapie puissante, la radiothérapie - les principales directions. Mais en raison d'un certain nombre de facteurs négatifs, une rechute se produit, avec un résultat létal très rapide.

Si vous trouvez une erreur, sélectionnez le fragment de texte et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Combien de personnes vivent avec le cancer au stade 4?

La question de combien de personnes vivent avec le cancer à 4 stades avec métastases ou même plus précisément: "Maman (tante, grand-mère...) a été assignée au stade IV, combien lui reste-t-elle?", Sont régulièrement sollicités auprès d'oncologues par les proches des patients. N'ayant pas entendu de réponse claire, les intervenants commencent généralement à se plaindre des médecins.

Pourquoi n'y a-t-il pas une réponse claire à la question de savoir combien de temps les patients atteints d'un cancer de stade IV vivent-ils? Qu'est-ce qui détermine l'espérance de vie d'un patient atteint de ce stade très avancé du cancer? Nous avons posé cette question au médecin de la plus haute catégorie, responsable du département scientifique des méthodes innovantes d'oncologie thérapeutique et de réadaptation de l'Institut de recherche en oncologie. N.N. Petrov, docteur en sciences médicales Semiglazova Tatyana Yuryevna.

Les cellules cancéreuses sont des cellules humaines propres à la croissance et à la reproduction dont le corps a perdu le contrôle.

L'évolution du cancer a 4 étapes - 4 étapes, chacune étant généralement désignée par des chiffres romains de I à IV. La détection d'une tumeur à un stade où des métastases sont déjà apparues sur des ganglions lymphatiques et / ou des tissus et des organes distants détermine automatiquement le stade du processus en tant que quatrième.

Qu'est-ce qui affecte l'espérance de vie d'un patient atteint d'un cancer au stade 4?

Le pronostic de la vie des patients atteints de tumeurs malignes de stade IV est déterminé par le taux de propagation de la tumeur dans les tissus environnants et les organes distants.

La période de dédoublement d'une tumeur peut prendre de 30 jours à plusieurs années et décennies. Il y a des tumeurs qu'une personne peut ne jamais connaître dans leur corps. Ils se caractérisent par une croissance très lente et ne se manifestent pas cliniquement pendant longtemps. Ce sont des tumeurs dites latentes, lentes ou «bonnes».

Un exemple de pratique. En 1997, sous la direction du professeur Mikhail Lazarevich Gershanovich, nous avons traité un patient atteint d'un lymphome de stade IV non hodgkinien. Le mari du patient nous a demandé combien il lui restait à vivre pour sa jeune femme. Après la polychimiothérapie et la radiothérapie pour les foyers restants, la patiente venait me voir en bonne santé depuis 20 ans et son fils était entré avec succès à l’Université.

Il existe des «tumeurs malignes» caractérisées par un potentiel agressif de métastases. Avec une taille apparemment réduite du foyer principal, on observe une diffusion rapide du processus - l’émergence et la croissance rapides de métastases distantes dans divers organes, le plus souvent dans le foie, les poumons, les os, le cerveau... Cependant, dans la plupart des cas, avec l’aide d’un traitement anticancéreux moderne et opportun Cependant, il est possible de contrôler les symptômes de la maladie et de ralentir, voire d'arrêter, la «progression» de la maladie elle-même.

Dans certains cas, le pronostic vital du patient est associé à des maladies concomitantes (diabète sucré grave, insuffisance cardiaque décompensée chronique, insuffisance respiratoire ou rénale, maladies cardiovasculaires et thromboemboliques, infections chroniques, etc.) qui ne permettent pas un traitement complet.

Paradoxes d'âge

On pense que les personnes âgées sont plus difficiles à traiter avec une maladie appelée cancer. Après tout, un grand nombre de maladies associées limite l'utilisation de certains types de traitement, en raison du risque de complications diverses. Par ailleurs, chez les personnes âgées, les processus métaboliques sont ralentis et l'évolution de la maladie elle-même est inactive, paresseuse. Il est important de rappeler qu’aujourd’hui les personnes âgées et la vieillesse ne constituent pas en soi une contre-indication à la nomination d’un traitement antitumoral. L'âge biologique du patient est plus important que celui indiqué dans le passeport.

Chez les patients jeunes, au contraire, le nombre de maladies comorbides est plusieurs fois inférieur et il n’ya peut-être pas de maladie grave du tout. Mais les processus métaboliques actifs peuvent contribuer en partie au déroulement agressif de la tumeur. Ainsi, l'âge devient à la fois un allié et un ennemi.

La durée de l'histoire de la maladie, ainsi que les réserves de traitement antitumoral, revêtent une grande importance.

Tout dépend d’un certain nombre de facteurs importants, dont le principal est le passeport tumoral, qui est déterminé par les résultats de tests histologiques, immunohistochimiques. + conclusion génétique moléculaire.

Le traitement antitumoral pour le cancer de stade IV actuel peut inclure:

  • tous les types de médicaments antitumoraux (chimiothérapie, hormonothérapie, immunothérapie ciblée, immunoconjugués);
  • traitement concomitant (agents ostéomodifiants, par exemple bisphosphonates ou dénosumab, prévention des complications les plus courantes de la chimiothérapie: nausées et vomissements, neutropénie et anémie, etc.);
  • radiothérapie, principalement dans un but analgésique;
  • traitement chirurgical cytoréducteur (visant à réduire le volume des masses tumorales);
  • méthodes physiques locales - thérapie photodynamique, cryodestruction, etc.
  • thérapie symptomatique (visant à corriger divers symptômes de la maladie) - analgésique, sédatif, correction de carence nutritionnelle, etc.

Par conséquent, les tumeurs sont divisées en 3 groupes principaux:

  • Très sensible à la chimiothérapie, qui peut être guérie grâce à son aide (tumeurs des cellules germinales, skid kystique, lymphome de Hodgkin, etc.).
  • Tumeurs qui répondent à la chimiothérapie mais ne sont pas complètement guéries (lymphomes non hodgkiniens, cancer du sein, cancer du poumon à petites cellules, cancer de l'ovaire, etc.).
  • Tumeurs peu susceptibles au traitement chimiothérapeutique, telles que cancer de l'estomac, cancer du foie, cancer du pancréas, mélanome, etc.

Ainsi, chez les patients atteints d'un mélanome de stade IV, la dacarbazine était considérée comme le médicament le plus sensible jusqu'à récemment. Il a maintenant été prouvé que des médicaments onco-immunologiques - des inhibiteurs de Chek-point - des anticorps anti-CTLA-4, PDL1 et PD1 (3 médicaments ont déjà été enregistrés en Fédération de Russie: l’ipilimumab, le pembrolizumab et le nivolumab) entraînent à nouveau le système immunitaire de l’organisme à combattre le système immunitaire. tumeur maligne, empêchant les cellules tumorales de «s'échapper» de la surveillance immunitaire. Selon les études cliniques et le programme d'accès élargi mis en place dans notre institut, l'effet antitumoral de ces médicaments persiste même des années après la fin du traitement. Il est important de se rappeler que la réaction de l’organisme à ce groupe de médicaments est particulière. Par conséquent, pour tous les médicaments appartenant à une nouvelle classe d'inhibiteurs de points de réponse immunitaire, le traitement doit commencer sous la supervision d'oncologues expérimentés et qualifiés!

Laboratoire d'oncologie moléculaire

Parmi les patients atteints d'un cancer de stade 4, il faut mettre l'accent sur les patients en soins palliatifs.

Les patients en soins palliatifs sont des patients cancéreux qui ont épuisé toutes les possibilités de traitement et dont le corps ne peut plus lutter contre la maladie. La condition physique de ces patients est dans certains cas due à une défaillance multiviscérale. Un traitement antitumoral épuisé ne permet pas de poursuivre le traitement. D'après l'analyse d'une analyse clinique du sang, on peut constater que l'hématopoïèse est fortement réduite (par exemple, faible taux d'hémoglobine, nombre de plaquettes, leucocytes). Au contraire, dans l'analyse biochimique du sang, ils peuvent passer à une autre échelle, par exemple la créatinine, la bilirubine et / ou les transaminases, etc.

Le stade où un patient en soins palliatifs est gravement affaibli, ne sort pas du lit, ne bouge pas, ne mange pas tout seul, il a une confusion - on l’appelle thermique. Tous les traitements possibles ont déjà été essayés et ont cessé de fonctionner, seul un soulagement symptomatique est possible (par exemple, un soulagement de la douleur). La cause du décès des patients cancéreux est souvent une défaillance multiorganique. La tumeur inhibe la fonction d'organes et de systèmes corporels importants, la masse tumorale se développe et devient incompatible avec la vie. Néanmoins, les patients atteints du cancer de stade 4 et bénéficiant de soins médicaux palliatifs compétents, qui sont actuellement dispensés intégralement par du personnel HOSPITAL qualifié et spécialement formé, peuvent vivre suffisamment longtemps et avec une bonne qualité de vie. Chaque patient a toujours la possibilité d'attendre de nouveaux types de traitement pour lesquels le cancer sera sensible. La science avance à pas de géant!

Nous ne devrions pas oublier les composantes psychologiques, sociales et spirituelles. Les psychologues médicaux aident souvent à trouver leurs «ancres spirituelles» pour les patients oncologiques.

Qu'est-ce qui donne une aide psychologique à un patient atteint de cancer?

  • L'état émotionnel des patients et de leurs proches s'améliore;
  • les alarmes, les peurs, les difficultés dans les relations familiales sont surmontées;
  • la motivation à suivre un traitement est renforcée;
  • la qualité de vie des malades et des membres de leur famille est améliorée;
  • les compétences de communication efficace avec le personnel médical, les collègues, les amis et les proches sont acquises.

Il est important de rappeler que la phase IV du processus malin est aujourd'hui un processus bien géré qui, avec l'aide d'un traitement antitumoral, est traduit avec succès en un processus chronique et lent. Cela permet aux patients de bénéficier d'un traitement nouveau et plus efficace. Vingt ans d'expérience en tant que chimiothérapeute à l'Institut de recherche en oncologie. N.N. Petrova à la question: "Combien de temps les patients atteints de cancer ont-ils l'étape 4?" Vous permet de répondre: "Long", mais avec un traitement rapide et moderne.

Publication de l'auteur:
Tatyana Y. Semiglazova
médecin de la plus haute catégorie
docteur en sciences médicales
Chef du département scientifique des méthodes innovantes d'oncologie thérapeutique et de rééducation de l'Institut de recherche en oncologie N.N. Petrova

Espérance de vie des patients atteints d'un mélanome au stade 4

Le mélanome est une tumeur maligne, un type de cancer de la peau. Diffère dans le développement accéléré par rapport à d'autres maladies oncologiques, métastase très rapidement.

La propagation des cellules cancéreuses dans le mélanome se fait de deux manières: relativement lente, lymphocytaire, avec atteinte des ganglions lymphatiques et fulminante, hématogène (les cellules cancéreuses pénètrent dans le système circulatoire et forment des métastases dans des organes internes distants).

Les dommages aux organes internes résultant du transfert de cellules cancéreuses par le système circulatoire sont caractéristiques du dernier quatrième stade de développement du mélanome. Les métastases les plus courantes dans les poumons, le foie et les glandes surrénales sont moins susceptibles d’affecter les os et le cerveau.

La différence entre le mélanome et le naevus

À ce stade, le mélanome est considéré comme une maladie presque incurable. Nous ne pouvons ici parler que d’augmenter l’espérance de vie du patient et de soulager son état.

Caractéristiques de l'état général du patient

Au dernier stade du développement de la maladie dans la région de la tumeur, des douleurs, des fissures et un saignement se produisent. Les symptômes suivants apparaissent:

  • épaississement de la peau;
  • toux chronique;
  • forte diminution déraisonnable du poids corporel;
  • ganglions lymphatiques enflés;
  • crises nerveuses;
  • décoloration de la peau, la peau acquiert une teinte grisâtre (mélanose);
  • maux de tête;
  • douleurs articulaires.

Détermination de la méthode de traitement

Lors du choix d'un type de traitement et de la prescription de médicaments, il est nécessaire de prendre en compte de manière exhaustive et approfondie non seulement les avantages de chaque méthode, mais également ses effets secondaires, son interaction avec d'autres médicaments et les procédures utilisées dans le traitement du patient.

Étant donné que la guérison complète du dernier stade du mélanome n'est pas possible, les principaux objectifs du traitement sont les suivants:

  1. limiter la propagation de la tumeur, en réduisant son taux de croissance;
  2. soutenir le fonctionnement normal des organes et des systèmes d'activité vitale;
  3. prévention des complications associées qui menacent la vie du patient (thromboembolie, accidents vasculaires cérébraux et crises cardiaques).

La première étape du traitement est généralement la méthode chirurgicale. Par excision chirurgicale, les tumeurs cutanées sont enlevées. En même temps, avec les tissus affectés, une partie des cellules cutanées saines est éliminée. Si les ganglions lymphatiques sont touchés, une lymphectomie est réalisée.

En fonction du type, du nombre et de l'emplacement des métastases dans les organes internes présentant un état physique satisfaisant du patient, les zones touchées sont éliminées.

L'intervention chirurgicale est également utilisée pour les indicateurs suivants:

  • éliminer les symptômes qui menacent la vie du patient ou qui aggravent considérablement son état;
  • réduire le volume des tumeurs malignes afin d'accroître la sensibilité à une chimiothérapie ultérieure.

Au stade ultérieur du traitement du mélanome, la chimiothérapie, la radiothérapie et l’immunothérapie sont utilisées.

Chimiothérapie. Au dernier stade de développement du mélanome, il est inefficace car il ne produit qu'un effet à court terme (pas plus de 3 à 6 mois), après quoi la tumeur recommence à se développer. Pour réduire la taille des mélanomes, les médicaments les plus couramment utilisés sont la dacarbazine et le témozolomide. Le médicament d'une nouvelle génération, l'ipilimubab, peut considérablement augmenter l'espérance de vie du patient.

Immunothérapie Pour activer et maintenir les défenses de l'organisme, divers vaccins et sérums immunomodulateurs sont utilisés pour prévenir la formation de nouvelles métastases. L'interféron et l'interleukine sont les plus couramment utilisés. Ils améliorent le pronostic de survie, mais ils ont de graves effets secondaires.

La radiothérapie est utilisée en cas de lésion par des métastases d'organes dont l'ablation est impossible (par exemple, le cerveau ou des lésions osseuses locales), ainsi que pour prévenir l'apparition de nouvelles métastases. Parfois, la radiothérapie est utilisée avant la chirurgie pour réduire la masse de la tumeur en vue d’une chimiothérapie ultérieure.

La durée de l'effet positif de ces méthodes dépend de l'âge du patient et de son état de santé. Pour augmenter l'espérance de vie en fin de traitement, une surveillance constante par un spécialiste est nécessaire. Le suivi de l’état général du patient est effectué mensuellement pendant les deux premières années, puis tous les six mois pendant trois ans et à l’âge de cinq ans - chaque année tout au long de la vie.

Prévisions

Le principal indicateur du pronostic du cancer est le soi-disant taux de survie à cinq ans. Ce terme désigne la proportion de patients qui continuent à vivre plus de 5 ans à partir du moment où la maladie est diagnostiquée.

Au stade 4, le mélanome a un pronostic extrêmement faible pour la survie, il varie de 5 à 15%. Cependant, l'emplacement des métastases, leur nombre, leur âge et l'état physique du patient, la présence dans son histoire d'autres maladies revêtent une grande importance. Avec des dommages au cerveau et aux organes internes qui ne peuvent pas être enlevés, le pronostic est assez grave.

Une issue fatale se produit en un an, même avec un traitement en cours. Toutefois, s’il est possible de retirer les zones touchées des organes internes, le pronostic devient plus favorable et atteint 20%.

Dans ce cas, nous parlons de plusieurs années de vie. Le pronostic de survie à dix ans pour ces patients est de 10 à 12%.

Important à savoir! Malgré le pronostic globalement défavorable, l'attitude positive du patient revêt une grande importance, une bonne attitude à l'égard du traitement peut prolonger l'espérance de vie.

Méthodes de traitement et espérance de vie pour le mélanome 4 degrés

Le mélanome au stade 4 est difficile à traiter. C'est l'un des types de cancer de la peau les plus agressifs. Jusqu'à présent, il n'y a pas de technique permettant de stopper la propagation des cellules malignes dans le corps. L'espoir pour les patients atteints d'un mélanome inopérable et métastatique aux derniers stades donne une nouvelle direction au traitement: la bioembryothérapie. L'introduction d'un extrait du placenta dans le corps du patient réveille et restaure l'immunité du corps de manière si active que la protection construite d'une tumeur maligne s'effondre.

Que se passe-t-il à différentes étapes

Le mélanome se développe à la suite de la transformation des mélanocytes - cellules pigmentaires de la peau. La tumeur se développe en raison de la division incontrôlée des cellules endommagées. Les protéines membranaires PD1, qui inhibent le système immunitaire et nuisent à la reconnaissance et à la destruction des cellules malignes, ont une grande influence sur ce processus.

Le mélanome passe systématiquement le stade de développement. Aux stades primaires (zéro et premier), la formation se propage dans une surface horizontale - les cellules malignes ne se développent que dans l'épithélium. En diamètre, il est presque toujours supérieur à 10 mm, très rarement inférieur à 6 mm. Après une élimination réussie à ce stade, le risque de récurrence est réduit à zéro.

Au début du développement, une tumeur est souvent difficile à diagnostiquer en raison de sa petite taille et de sa croissance lente, presque imperceptible. C’est pourquoi, en présence d’un grand nombre de taches de naissance sur le corps et de prédispositions héréditaires, il est important de noter tout changement.

Si un grain de beauté a augmenté, changé de couleur et de configuration, sa surface est légèrement surélevée par rapport à la surface de la peau, vous devriez toujours consulter un dermatologue.

Le mélanome est plus souvent diagnostiqué à un stade ultérieur, lorsque la tumeur se développe à un taux plus actif. À la deuxième étape, un nœud serré se forme dans la peau et des ulcérations sont visibles à la surface.

Dans la troisième étape, le mélanome est plus grave en raison de sa capacité à métastaser à d'autres parties du corps. À ce stade de développement, le processus oncologique entraîne des lésions des organes internes et des ganglions lymphatiques.

Dans la quatrième étape:

  1. Le mélanome augmente considérablement en taille et germe vers l'intérieur (stade de croissance verticale).
  2. La tumeur capture les couches profondes de la peau et du tissu sous-cutané.
  3. Le processus oncologique se propage à travers les systèmes circulatoire et lymphatique et devient si étendu qu'il métastase les ganglions lymphatiques distants. Les organes les plus importants sont touchés: le foie, les poumons, le cerveau et la moelle épinière.

Lors du diagnostic du mélanome, il se distingue des tumeurs malignes telles que le sarcome et le tératome. Les manifestations externes de ces formations présentent des similitudes.

Le sarcome, comme le mélanome, s'élève quelque peu au-dessus de la surface de la peau, a des bords déchirés et peut être coloré dans les tons de brun. Avec la progression de l'obscurité, dépasse les limites d'origine et donne des métastases. Si les cellules pigmentaires forment un mélanome, le sarcome est formé de cellules du tissu conjonctif.

Tératome - formation de cellules embryonnaires, formées à partir des composants de l'endo, de l'exo et du mésoderme. Comme le mélanome, il métastase aux ganglions lymphatiques et au système circulatoire. Maligne est une tumeur immature. En croissance, il affecte les tissus sains.

Apparence et symptômes caractéristiques du stade 4

Le mélanome de grade 4 est caractérisé par la probabilité la plus élevée de métastases. Les cellules cancéreuses pénètrent d'abord dans les organes adjacents, puis à distance du centre de la formation, des organes et des systèmes par le biais du sang et du flux lymphatique.

Si la formation de mélanome a eu lieu sans phase de croissance radiale (ne s'est pas développée dans le plan horizontal), elle est alors nodale. À la quatrième étape, il ressemble à un nœud dense de couleur sombre à la surface de la peau. Le diamètre de la formation ne dépasse généralement pas 1 cm.

Si le mélanome a dépassé le stade de croissance radiale, une tache sombre asymétrique entoure le site du nœud (au centre) au dernier stade.

Le bord inférieur de la tumeur, pénétrant dans les couches les plus profondes de la peau, peut avoir des bords lisses et vallonné / déchiré. Dans la dernière étape, la surface de la formation peut éclater et saigner. Lieu de localisation de l'éducation est extrêmement douloureux.

Condition du patient

Si le mélanome a atteint le quatrième stade, en plus de changements cutanés prononcés, le travail de nombreux organes et systèmes du corps est perturbé. Il se fait sentir un certain nombre de symptômes caractéristiques:

  • ganglions lymphatiques enflés;
  • maux de tête fréquents;
  • toux, se transformant souvent en une forme chronique;
  • en raison de troubles du système nerveux, l'état émotionnel du patient devient instable, des dépressions nerveuses peuvent survenir;
  • une personne perd beaucoup de poids;
  • la peau dans la zone du néoplasme est enflée, noircie et très douloureuse, elle se craquelle et saigne, des ulcérations se forment dessus.

Quelles méthodes de traitement et d'entretien du patient sont appliquées à la dernière étape?

Guérir le mélanome au dernier stade est une tâche extrêmement difficile. Le déroulement du traitement est choisi en fonction de la localisation de la tumeur, de la présence de métastases et des résultats d'un examen approfondi, comprenant une analyse génétique moléculaire des cellules de la formation.

L'analyse moléculaire vous permet d'évaluer l'efficacité de l'utilisation de médicaments ciblés spéciaux. Le traitement repose sur l’utilisation de médicaments qui bloquent les cellules cancéreuses. Les substances actives réduisent l'activité des cellules atypiques et empêchent leur propagation.

Comme traitement palliatif on utilise:

  • hormonothérapie;
  • radiothérapie - la radiothérapie est réalisée après le retrait des ganglions lymphatiques afin de soulager les symptômes en présence de métastases;
  • chimiothérapie;
  • La protonthérapie est plus efficace si la tumeur a des limites clairement définies; les faisceaux de protons sont envoyés directement au mélanome, les tissus sains n'affectent pas;
  • retrait des zones affectées chirurgicalement;
  • une chimiothérapie combinée peut être prescrite avant la chirurgie;
  • cours d'analgésiques.

Le traitement du mélanome de stade 4 est principalement axé sur l'optimisation de la vie du patient, la prévention de la formation de nouvelles métastases et la réduction de la gravité des symptômes négatifs au cours des dernières années.

L'immunothérapie donne des résultats positifs dans le traitement de l'éducation de stade 4.

De tels résultats en termes de survie chez les patients atteints d'un mélanome au stade 4 peuvent être obtenus grâce à une telle activation du système immunitaire, lorsque le soi-disant effet de mémoire se produit. À la fin du traitement, le résultat de l'exposition est fixé pour une longue période.

Lors de la prescription d'un traitement pour le mélanome au stade 4, d'autres médicaments du groupe des anticorps monoclonaux sont utilisés:

  • Keitrude (Pembrolizumab) - permet aux lymphocytes T d’attaquer les cellules d’une tumeur maligne.
  • Nivolumab (Opdivo) - efficace pour les tumeurs progressivement inopérables.
  • Erva (Ipilimumab) - n’affecte pas le mélanome, mais le système immunitaire du patient. L'immunité est activée au niveau nécessaire pour lutter efficacement contre le cancer. Le médicament active les lymphocytes, rejoignant un récepteur spécial. Améliore significativement la qualité de vie des patients atteints de mélanome à un stade ultérieur.
  • Zelboraf (Vemurafenib) - provoque une réduction des métastases et une intoxication du corps. Il n'est efficace que lorsqu'il existe une mutation du gène BRAF dans le corps, ce qui permet aux cellules de se diviser de manière incontrôlée et de devenir résistantes aux médicaments.
  • Tufinlar (Dabrafenib) - le traitement par ce médicament n'est pas associé à une radiothérapie ni à une chimiothérapie.

De grandes perspectives dans le traitement tardif des tumeurs métastatiques ouvrent la bioembryothérapie. Le traitement est complexe et comprend:

  • thérapie cellulaire - des lymphocytes antitumoraux sont clonés et injectés au patient;
  • l'utilisation d'antigènes de cellules tumorales (vaccination thérapeutique);
  • un traitement avec un médicament moderne dont l’effet est dû aux propriétés des glycoprotéines placentaires.

Comme chez la femme enceinte, les embryons surmontent l'immunité maternelle, les cellules malignes suppriment l'immunité du corps de la patiente. Lorsqu'une préparation contenant un extrait du placenta est injectée dans le corps d'un patient atteint de mélanome, le système de protection constitué par la masse maligne est détruit. Immunity "débloqué" et obtient la possibilité d'attaquer pleinement l'ennemi.

Combien de personnes vivent avec le mélanome stade 4

L'espérance de vie pour le mélanome stade 4 dépend de:

  • caractéristiques du patient;
  • Sexe - plus élevé chez les femmes;
  • emplacement et épaisseur de la tumeur;
  • pigmentation (augmente l'espérance de vie) et présence d'ulcérations (réduit le taux);
  • tactiques de traitement sélectionnées.

Le pronostic du mélanome au stade 4, selon le fonds pour le cancer de la peau, dépend de l'ampleur du processus. Si les ganglions lymphatiques sont atteints, la survie à cinq ans des patients ne dépasse pas 62%, si l’oncologie s’est propagée à d’autres organes - pas plus de 47%. S'il n'y a pas de métastases dans les ganglions lymphatiques et que l'épaisseur de la tumeur n'est pas supérieure à 0,75 mm, le taux de survie à cinq ans atteint 96 à 99%.

Cancer de la peau - Prévisions de survie

Au cours des 20 dernières années, l’incidence et la prévalence des cancers de la peau ont augmenté dans le monde, bien que les scientifiques pensent que ce type de tumeur peut être prévenu.

Selon les statistiques pour la période 2004-2014, la prévalence de la tumeur a nettement augmenté: en 2004, le mélanome est survenu à une fréquence de 36,1: 100 000, autres formes de cancer - 216,4: 100 000, en 2014, le taux de mélanome est passé à 54,8 : 100 000, autres formes jusqu’à 269,9: 100 000.

Faits généraux et prévisions de survie

Le cancer de la peau est un groupe de tumeurs, parmi lesquelles le mélanome est le plus malin et représente un danger grave pour la vie. De nombreux facteurs influent sur les prévisions de survie: stade du processus, type de tumeur, race, âge, facteurs de risque, etc. Malgré l'augmentation de l'incidence, les pronostics de survie à cinq ans pour le cancer de la peau se sont améliorés: dans les années cinquante, ce chiffre n'était que de 49% et, en 2010, de 92%.

Il a été scientifiquement prouvé que le pronostic du cancer de la peau se détériore avec l’âge: l’espérance de vie la plus courte est observée chez les patients de plus de 70 ans. La survie est également affectée par la localisation de la tumeur: si elle est située sur la paume et les pieds, dans des endroits où la peau est constamment exposée à un stress mécanique, les prédictions sont défavorables. Ceci s'applique également à la course. Tout le monde sait que le cancer de la peau foncée est rarement diagnostiqué, mais ce faible pourcentage de patients présente un risque élevé de progression rapide du cancer de la peau, de métastases et de décès.

Il convient de noter que la majorité des patients vivent non seulement pendant des décennies, mais se débarrassent complètement de la maladie. Mais cela ne peut être réalisé qu'avec un diagnostic opportun et une thérapie adéquate. Ce sont ces facteurs qui ont une forte influence sur les projections de survie. Si une tumeur est détectée dans les premiers stades et qu'elle n'a pas réussi à infecter les ganglions lymphatiques, le taux de survie à cinq ans est de 90%. Les métastases dans les ganglions lymphatiques et les tissus régionaux réduisent le taux à 60%, chez les lointains - à 15%. La détection de la tumeur dans les dernières étapes conduit à des prévisions négatives de survie: seulement 7-10%.

Épidémiologie

Le cancer de la peau représente 12% de tous les néoplasmes malins en Russie, il occupe le 3e rang en termes de morbidité chez les hommes (22,7 par 100 000) et le 2e rang chez les femmes (25,1: 100 000). L'Australie a les taux d'incidence les plus élevés: 52 chez les hommes et 38 chez les femmes.

Pendant 5 ans, l'augmentation du nombre de patients en Russie a été d'environ 15-17%, en Angleterre de 62%. Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée à un âge avancé (environ 69 ans), des cas isolés sont enregistrés chez les jeunes. Au Royaume-Uni, l’âge moyen des patients atteints d’un cancer de la peau est de 50 ans; dans 25% des cas, il est enregistré à 75 ans.

Le mélanome dans le monde ne représente pas plus de 4% de toutes les formes de cancer de la peau, mais c'est elle qui cause une létalité élevée: après tout, une personne dans le monde meurt toutes les heures à cause de ce diagnostic. On estime qu'en moyenne 1 personne sur 50 développera un mélanome.

Selon les estimations des centres américains du cancer, l'incidence du cancer de la peau a nettement augmenté au cours des 30 dernières années. En 2013, plus de 71 500 nouveaux cas de mélanome ont été détectés aux États-Unis, dont environ 9 400 sont décédés. La croissance des indicateurs est causée non seulement par une augmentation du nombre de patients, mais également par une amélioration de la qualité des diagnostics.

Il convient de noter que ces dernières années, les taux d'incidence du cancer de la peau chez les enfants ont également augmenté de 2%. Dans ce cas, 90% des cas sont âgés de 10 à 19 ans. Le mélanome représente 2 à 6% de tous les néoplasmes malins de l’enfance. Dans 40% des cas, le cancer est détecté aux stades avancés.

Projections de survie et type de tumeur

Le cancer de la peau est divisé en 3 groupes principaux en fonction de la structure morphologique: squameux, basocellulaire et mélanome.

Basalioma se produit dans 75% des cas, il est caractérisé par une croissance lente sans métastases. Le cancer épidermoïde est moins fréquent (10%), mais il se caractérise par une croissance rapide et des métastases par les voies lymphatiques. Le mélanome est diagnostiqué dans 4% des cas, mais c’est cette tumeur qui est responsable de la majorité des décès par tumeurs de la peau (jusqu’à 89%). Il est formé à partir de cellules de la peau - les mélanocytes - le processus pathologique est caractérisé par une croissance incontrôlée et des métastases précoces dans tout le corps.

Très rarement (dans 0,5%), il existe des types de néoplasmes tels que:

Cancer des cellules de Merkel, cette pathologie est caractérisée par une tumeur maligne excessive, car elle forme des métastases précoces chez 50% des patients;

Sarcome de la peau - une tumeur des éléments du tissu conjonctif.

Selon l'évolution clinique, le cancer de la peau est divisé en plusieurs types:

Superficielle: elle a la forme d’une petite tache aux limites claires, sa surface est recouverte de nodules ou de zones incolores, elle est caractérisée par une croissance lente, souvent localisée sur le dos, le cou, la tête, les membres inférieurs, le pronostic de survie est de 70%;

Nodulaire: souvent formé sur le corps, a l'apparence d'un nodule de couleur foncée, peut s'ulcérer, telle une tumeur pénètre profondément dans les tissus, la mortalité est de 50%;

Lentigineux: se produit chez tous les 10 patients atteints de mélanome, se développe en raison du rayonnement solaire, a la forme d'une tache de couleur sombre. Si le néoplasme grandit par rapport à la surface, le pronostic est favorable, mais s'il pénètre en profondeur, il entraîne une métastase précoce, le taux de mortalité est de 10%.

Les projections de survie dépendent également de la profondeur des tissus affectés. Pour évaluer cet indicateur, la classification de Clark est utilisée en fonction du degré de lésion des couches de la peau:

Stade 1 - les cellules cancéreuses sont situées à l'avant de la couche épithéliale supérieure. Le taux de survie à dix ans est de 99%;

Grade 2 - la pathologie affecte la couche papillaire de la peau et de la membrane basale, taux de survie à 10 ans - 95%;

Grade 3 - la défaite des couches supérieures jusqu'au filet. Taux de survie à dix ans - 90%;

Grade 4 - lésion de la couche réticulaire, survie à 10 ans - 65%;

Grade 5 - pathologie de toutes les couches de la peau et pénétration de la tumeur dans le tissu adipeux sous-cutané, taux de survie à 10 ans de 25% seulement.

Dans la plupart des cas, le cancer de la peau se situe dans la tête et le cou (90%). Cette zone du corps est caractérisée par un réseau développé de nerfs et de vaisseaux sanguins, ainsi que par un relief anatomique complexe et la présence d'organes vitaux. Par conséquent, même les néoplasmes de petite taille (plus de 2 cm) entraînent la formation d’effets négatifs: destruction du cartilage du nez, défauts de l’oreillette, lésions des yeux et autres troubles nécessitant des procédures thérapeutiques complexes.

Prévisions de survie: types et stades de cancer de la peau

Le basaliome est la forme la plus courante de cancer de la peau et la moins agressive. Il est souvent situé sur le visage et la tête, moins souvent sur le tronc et les extrémités. La probabilité de formation de ce type de tumeur chez les hommes est de 33%, chez les femmes - 23%. Basalioma n'a pas de stade de développement clair, il donne très rarement des métastases (0,5%), mais en même temps, il agit de manière agressive sur les tissus environnants, provoquant leur destruction et, dans 50%, il provoque des récidives. Les projections de survie pour ce type de néoplasme sont presque 100%.

Dans 20% des cas, les patients développent un carcinome épidermoïde de la peau. Il se forme souvent dans les zones ouvertes du corps exposées au rayonnement solaire. Il passe par 5 étapes de développement:

Stade 0: les cellules tumorales sont situées dans les couches superficielles de l'épithélium.

Stade 1: la lésion mesure jusqu'à 2 cm de diamètre et se développe lentement dans les tissus.

Stade 2: une tumeur de 2 à 4 cm de diamètre endommageant les couches profondes de la peau.

À toutes ces étapes, le pronostic pour le traitement du cancer de la peau est favorable, les procédures consistent à enlever la tumeur, le taux de survie à cinq ans est supérieur à 90%.

Stade 3: métastases dans les tissus régionaux.

Stade 4: métastases dans les tissus distants.

Ces étapes impliquent une intervention chirurgicale visant à éliminer le foyer principal et les métastases, ainsi que la chimiothérapie. Le pronostic de survie à 5 ans est compris entre 25 et 45%.

La probabilité de récidive après l'ablation de la tumeur est de 40%; dans 20% des cas, elle se forme dans la région du foyer principal.

Parmi tous les types de cancer de la peau, le mélanome présente la plus forte malignité. Elle se caractérise par une progression rapide, l'affection des couches profondes et les métastases précoces. Il ressemble à une taupe asymétrique, s'élevant au-dessus du niveau des tissus environnants, pouvant en éroder la surface, les démangeaisons et la douleur. Il passe par 5 étapes de développement:

Stade 0: les mélanocytes pathologiques sont situés dans la couche superficielle de l'épithélium. Les mesures thérapeutiques consistent à enlever la lésion, le taux de survie à cinq ans de ce stade est de 97%.

Stade 1: cette période correspond à une augmentation de la tumeur, mais son épaisseur n’est pas supérieure à 1 mm et il n’ya pas de métastases. Le traitement implique une intervention chirurgicale et une biopsie des ganglions lymphatiques pour la présence de métastases est recommandée. Le taux de survie à cinq ans est de 75 à 95%. L'ulcération de la tumeur à ce stade réduit les projections à 60%.

Stade 2: l'épaisseur du néoplasme atteint 4 mm ou plus, mais il n'y a pas de métastase. Avec un traitement adéquat, le pronostic du cancer de la peau atteint 65%.

Stade 3: la tumeur métastase au tissu le plus proche dans 67% des cas. Si les métastases sont petites et ne sont déterminées qu’après un examen histologique, le taux de survie à 5 ans est de 30 à 60%. Si les ganglions lymphatiques sont gravement endommagés, les prévisions sont réduites à 20-40%. Par conséquent, aux stades 2 et 3, il est souhaitable de retirer non seulement le néoplasme, mais également les ganglions lymphatiques régionaux afin de prévenir le développement de récidives.

Stade 4: le mélanome donne des métastases à des organes distants (foie, reins, poumons et autres). À ce stade, la chirurgie est rarement pratiquée, le plus souvent des médicaments de chimiothérapie ou des opérations palliatives sont utilisés pour éliminer les métastases les plus dangereuses. La prédiction d'un taux de survie à cinq ans est de 10%.

Des récidives après des mesures thérapeutiques sont observées chez 3 à 5% des patients. Par conséquent, il est important de surveiller l’état de votre santé et de votre peau pendant une longue période après la manipulation dans le but de détecter rapidement une nouvelle tumeur.

A Propos De Nous

Inscription: 24/02/2010 Messages: 1Ai-je besoin d'une radiothérapie après le retrait de l'utérus?Bonjour Je vais décrire la situation.Inscription: 4 mars 2008 Messages: 4 019