Cancer duodénal chez l'homme et la femme

Le cancer duodénal est une tumeur maligne localisée dans la partie initiale de l'intestin grêle. Cette pathologie est rarement diagnostiquée à un jeune âge. Le plus souvent, les hommes et les femmes de plus de 50 ans sont touchés.

Cancer duodénal: localisation, symptômes et signes

La structure du duodénum 12

Le cancer de l'intestin grêle est le développement d'un cancer dans l'intestin grêle:

  • ulcère duodénal (12 duodénal) de l'intestin;
  • iléal;
  • jéjunum.

Le cancer du duodénum est également fréquent chez les hommes et les femmes, rarement dans les cancers jéjunaux et iléaux.

L'épithélium des glandes duodénales et des cryptes intestinales est le site de la luxation de la cellule cancéreuse, moins souvent - l'épithélium de surface. Par conséquent, le cancer duodénal est similaire (duodénal) aux manifestations de tumeurs malignes dans la principale papille duodénale, la tête du pancréas et le canal biliaire principal.

Le cancer de l'intestin et de l'estomac se métastase plus souvent que le cancer du duodénum. Les premiers symptômes de sa métastase surviennent chez 15 à 20% des patients dans les ganglions lymphatiques régionaux proches de la tête du pancréas et des portes du foie. Avec le développement de l'oncologie du duodénum, ​​il est rare de remarquer les symptômes des tumeurs intestinales à un stade précoce, ainsi que la généralisation du cancer du péritoine avec métastases hématogènes. Cependant, il y a eu des cas de germination de métastases multiples dans le cas d'une petite tumeur primitive du duodénum à la tête du pancréas sur fond de jaunisse obstructive.

Il est presque impossible de diagnostiquer le cancer duodénal à un stade précoce, les symptômes du cancer dans la muqueuse n'apparaissent pas et la patiente ne se plaint de rien. Une tumeur peut se développer à différents endroits.

Avec une augmentation de la tumeur, les signes généraux du cancer duodénal apparaissent:

  • développement progressif de l'anémie;
  • perte d'appétit et perte de poids;
  • diminution de la capacité de travail.

Avec la croissance, une tumeur cancéreuse capture la quasi-totalité de la paroi intestinale, rétrécissant la lumière de l'intestin. De plus, les tumeurs péripapillaires situées près du gros mamelon duodénal rétrécissent la lumière du canal biliaire et du mamelon. Ils apparaissent plus tôt que les néoplasmes PDK dans d'autres zones, car le mur et le mamelon sont impliqués dans la croissance infiltrante. Dans ce cas, le canal au-dessus de la tumeur se dilate, s'attarde ou pénètre faiblement dans la bile dans l'intestin.

Dans ce cas, le cancer duodénal se manifeste par les signes et symptômes suivants:

  • douleur dans la zone du substrat et sous les côtes à droite;
  • nausée, diminution et perte d'appétit;
  • le développement de la jaunisse.

Si le diagnostic ne contient aucune indication indiquant une maladie du foie et de la vésicule biliaire, ces symptômes indiquent un cancer de l'intestin. Ils sont référés à la manifestation du cancer dans le grand mamelon duodénal. Pendant cette période, il est extrêmement difficile de poser un diagnostic différentiel et de déterminer l’origine des maladies oncologiques. Les tumeurs peuvent se trouver dans le duodénum, ​​la papille duodénale, les voies biliaires principales ou dans la tête du pancréas.

Au cours de la croissance d'une tumeur duodénale, le pancréas se modifie également et s'enflamme, ce qui se manifeste par une pancréatite de gravité variable ou une nécrose pancréatique avec présence de péritonite. La symptomatologie de la sténose peut survenir dans le cancer du duodénum suprapapillaire et horizontal supérieur. La forme scyrrotique de la tumeur oncooker se déforme progressivement et rétrécit la lumière dans la zone horizontale supérieure de l'intestin.

Dans ce cas, les patients vont se plaindre de signes similaires à la sténose de la zone pyloroduodénale sur le fond de l'ulcère peptique:

  • malaise à l'estomac;
  • des nausées et des vomissements;
  • douleurs sourdes et persistantes sous les côtes droites ou dans la zone du plexus solaire;
  • distension abdominale et expansion intestinale;
  • augmentation de l'acidité, qui se traduit par des éructations ou des brûlures d'estomac.

Si le patient a déjà traité un ulcère de l'estomac ou du duodénum, ​​la sténose désigne la complication d'un ulcère. Si aucune maladie de l'estomac ou du duodénum, ​​y compris un ulcère, n'a été observée au cours de la vie, un cancer duodénal est suspecté. La palpation de la tumeur, en particulier la forme rampante, n'est pas toujours possible. Avec les symptômes ci-dessus, le cancer du côlon est souvent suspecté, en particulier le cancer du côlon transverse en raison de sa proximité avec le duodénum.

Causes du cancer et des maladies précancéreuses du duodénum

Les causes du cancer de l'intestin ne sont toujours pas bien comprises. Les chercheurs ne peuvent que suggérer des facteurs de risque de cancer, notamment le cancer colorectal du côlon. Ce diagnostic associe le cancer du côlon: cancer du rectum, cancer du côlon sigmoïde et cancer du cæcum.

L'intestin commence par le duodénum et ses facteurs de risque oncologiques comprennent:

  • inflammation chronique du tube digestif - maladie de Crohn;
  • polypose intestinale diffuse héréditaire. Ce sont de petites tumeurs ressemblant à des tumeurs de cellules sous la forme de polypes de formes et de tailles différentes, qui se gonflent dans la lumière intestinale;
  • adénomes caverneux mous bénignes ville, atteignant de grandes tailles;
  • l'hérédité: en présence d'oncotumeurs chez les parents;
  • l'abus d'aliments épicés, salés et fumés, de café, de viande, de graisses animales et de mauvaises habitudes: alcool et tabagisme;
  • mauvaise nutrition avec un manque de fruits et légumes;
  • diabète sucré, pancréatite chronique, cholélithiase.

Maladies précancéreuses du duodénum

Les médecins ont des opinions contradictoires sur l'ulcère duodénal en tant que condition précancéreuse. Les patients se plaignent de douleurs dans le haut de l'abdomen, avec recul dans l'hypochondre à droite et à gauche, dans la région de la colonne lombaire et thoracique, de l'omoplate et du thorax à gauche. Les douleurs sont accompagnées de brûlures d'estomac, de nausées et de vomissements, d'éructations acides et d'une tendance à la constipation. Les symptômes du cancer duodénal ressemblant à un ulcère, il est donc difficile de faire la distinction entre ces maladies.

Causes et maladies précancéreuses du cancer duodénal 12

Les médecins estiment que, pour que l'ulcère renaisse en cancer, des conditions appropriées sont nécessaires, telles qu'une récidive à long terme de la maladie en l'absence d'un traitement adéquat ou d'une prédisposition génétique. On pense que l'ulcère est à l'origine du cancer, mais peut également survenir à l'arrière-plan. Une cause possible de la transformation d'un ulcère en cancer peut être une altération du processus de reproduction et de la croissance cellulaire (maturation) dans le foyer de l'inflammation d'un ulcère chronique.

D'autres auteurs estiment que la tendance à la renaissance (tumeur maligne) des ulcères duodénaux dans le cancer est minime, ainsi que des polypes bénins (jusqu'à 15%). Dans les cas de polypose multiple, la probabilité de transition au cancer augmente jusqu'à 30%.

Si vous soupçonnez un cancer de l'intestin, en particulier du duodénum, ​​il est important d'identifier les patients atteints non seulement de maladies précancéreuses, mais également de modifications précancéreuses des organes digestifs dans leur ensemble.

Par exemple, vous devriez vous inquiéter si vous avez des maladies chroniques avec métaplasie et dysplasie:

Par conséquent, une étude histologique de la biopsie des membranes muqueuses de l'œsophage, de l'estomac, du duodénum, ​​du côlon et de l'intestin grêle, ainsi que du matériel de biopsie du pancréas et du foie est réalisée. La dysplasie des cellules hépatiques résultant de la biopsie est un marqueur de la possible malignité dans les organes digestifs.

Types et formes de cancer duodénal

Le cancer duodénal primitif est rare et représente 0,5% de tous les cas de cancer. En liaison avec la germination d'on-tumeurs d'organes voisins, un cancer duodénal secondaire peut se développer.

Formes de cancer (type de croissance) surviennent:

  • exophytique - croissant dans la lumière intestinale;
  • endophyte - poussant en dehors du duodénum.

Adénocarcinome souvent diagnostiqué, moins souvent - cancer de l'anneau cricoïde, indifférencié. La part des cancers exocrines, touchant le tiers moyen du duodénum, ​​représente 65 à 75% des cas. Dans ce cas, la tumeur affecte les parois de l'intestin, leur lumière est rétrécie, ce qui entraîne une obstruction intestinale.

Quand un nœud se développe, des saignements intestinaux sont possibles, en particulier dans le cancer primitif. Une partie des tumeurs duodénales provoque une jaunisse mécanique, 10 à 30% des métastases s'étendant aux ganglions lymphatiques situés à proximité.

Dans le duodénum, ​​il existe trois sites tumoraux:

  • la région descendante et la région périphérique, qui sont attribuées au carcinome périampulaire et péripapillaire de la papille principale (dans 75% des cas), provenant de l'épithélium du pancréas ou du canal biliaire;
  • la partie horizontale supérieure du duodénum (cancer suprapapillaire, 16%);
  • partie inférieure horizontale du duodénum (cancer infra-papillaire ou préjunal, 9%).

Les autres types de cancer du duodénum comprennent:

  • lymphosarcome, provenant de cellules oncellulaires du tissu lymphatique;
  • leiomyosarcome se développant à partir des muscles lisses;
  • fibrosarcome à cellules de tissu conjonctif;
  • neurinome malin - de la gaine des nerfs.

Les étapes du cancer duodénal

Selon la classification clinique des tumeurs (décrite dans l'article Cancer du rein - classification, types de types, formes), le cancer du PDK peut comporter 4 étapes:

  1. Le cancer duodénal de stade 1 est de petite taille et se distingue nettement des autres tissus. Il est situé à l'intérieur de la membrane muqueuse et dans la couche sous-muqueuse du duodénum. Les métastases régionales et les nouveaux foyers de cellules cancéreuses ne sont pas observés.
  2. Le cancer duodénal de stade 2 augmente de taille de 2 à 5 cm, se développe dans les couches du duodénum, ​​mais ne viole pas les organes voisins. Donne des métastases uniques aux ganglions lymphatiques régionaux.
  3. Au stade 3, la tumeur acquiert une taille significative (plus de 5 cm), dépasse les limites de la paroi intestinale et se développe dans les organes adjacents. Peut être inférieur à 5 cm, mais donner plusieurs métastases régionales.
  4. Le cancer duodénal de stade 4 acquiert des tailles et des caractères différents. Il a des métastases à distance.

Stades du développement onco-tumoral

Classification TNM

La sévérité du processus tumoral est évaluée en fonction de plusieurs critères (taille et étendue de la tumeur, métastases dans les ganglions lymphatiques et les organes distants). Pour cela, la classification TNM (tumeur (tumeur) Nodulus (nœud) métastase (métastase (distribution à d'autres organes))) est utilisée.

T - la taille et la prévalence d'une tumeur duodénale:

  • T1 - la tumeur commence à se développer à travers la paroi interne du duodénum;
  • T2 - la tumeur commence à se développer dans la couche musculaire de la paroi duodénale;
  • T3 - la tumeur commence à germer à la surface du duodénum;
  • T4 - la tumeur a complètement poussé à travers la paroi du duodénum.

N - la présence de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques:

  • N0 - les cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques sont absentes;
  • Les cellules cancéreuses N1 se trouvent dans 1 à 2 ganglions lymphatiques près du duodénum;
  • Les cellules cancéreuses N3 se trouvent dans 3 à 6 ganglions lymphatiques proches.

M - cancer se propageant à d'autres organes éloignés du duodénum:

  • M0 - le cancer ne s'est pas propagé à d'autres organes;
  • M1 - le cancer s'est propagé à une distance inférieure à 12 p.

Diagnostic du cancer duodénal

Comment identifier le cancer de l'intestin? Initialement, il est nécessaire de procéder à une analyse des antécédents familiaux pour détecter la présence de cancer et de maladies du tractus gastro-intestinal. Ensuite, examinez l'histoire de la vie du patient: maladies et mauvaises habitudes et nourriture.

Pour confirmer le cancer intestinal, le diagnostic de la peau, des muqueuses de tous les organes: la bouche et le nez, des yeux est nécessaire pour confirmer la jaunisse et la cachexie (épuisement).

En outre, un test sanguin pour le cancer de l'intestin revêt une grande importance pour le diagnostic: l'anémie (anémie) est déterminée par un test sanguin général. À la suite de recherches en laboratoire:

  • à partir du sang en oncologie intestinale, il aide à identifier les marqueurs tumoraux - protéines spéciales sécrétées dans les tumeurs, analyse détaillée - augmentation du taux d'albumine (protéine);
  • L’analyse d’urine permet également de déterminer les protéines (protéinurie) et les érythrocytes - globules rouges (érythrocyturie);
  • l'analyse des selles révèle la présence de sang dans les selles.

La coloscopie, en tant que méthode instrumentale, est réalisée avec un endoscope. En même temps, inspectez et évaluez l'état interne de l'intestin.

Comment vérifier l'intestin d'une oncologie sans coloscopie:

  • l'irrigoscopie;
  • examen de la capsule;
  • CT et IRM, échographie;
  • copie d'organe du recteur;
  • œsophagogastroduodénoscopie (EGDS).

Lorsque irrigoskopii utilise des rayons X et un agent de contraste, pré-nettoyez l’intestin. L'étude fournit un double: estomac et duodénum. Une caméra vidéo est insérée dans l'endocapsule pour étudier la structure du tractus gastro-intestinal et détecter une pathologie. Ce type de diagnostic est réalisé avec des douleurs abdominales, des saignements cachés et des cancers soupçonnés. Le patient avale la capsule sur un estomac mince. Après 8 heures, la capsule contient des masses de selles et toutes les perturbations de l’estomac et des intestins sont enregistrées.

Le rectoromanoscope examine 20-30 cm de l'intestin à travers l'anus du patient, puis prélève le matériel pour la biopsie. Il est prescrit pour les polypes et autres néoplasmes du rectum.

La tomodensitométrie est une méthode virtuelle permettant de réaliser une coloscopie sans substance contractuelle et de l'insérer dans des dispositifs. Déterminer le degré de compression des organes par la tumeur. Une tumeur IRM est détectée - une méthode plus précise que la tomodensitométrie.

Lorsqu'un médecin EGD examine avec l'endoscope la surface interne de l'œsophage, de l'estomac, du duodénum et prélève un fragment de l'organe en vue d'une biopsie. L'échographie indique la présence de tumeurs et de métastases.

En outre, examiner la radiographie pulmonaire pour déterminer les métastases et le cancer secondaire. Effectuer des examens chez le gastro-entérologue et le thérapeute.

Méthodes de traitement et espérance de vie pour le cancer duodénal

Le traitement du cancer duodénal est effectué par résection gastro-pancréatoduodénale (GPDR). Cela supprime les ganglions lymphatiques à proximité. Pour les petites tumeurs (moins de 1 cm): patients âgés à cellules endocrines et non épithéliales présentant des maladies surpeuplées, les tumeurs sont excisées et une partie du duodénum est retirée. L'intervention chirurgicale dans ce cas sera non radicale.

Pour déterminer le cancer duodénal exocrine, les opérations sont effectuées à 60-80%, ce qui dépend de la structure de la tumeur, de son stade et de sa distribution. Les tumeurs duodénales à cellules endocrines sont traitées selon la méthode NIERT - Thérapie électro résonance intensive. Puisqu'une rechute peut se développer après l'opération GPDR, des métastases se forment dans le foie et la cavité abdominale. Par conséquent, la rééducation postopératoire est effectuée à l'aide de la méthode NEDT.

Après résection gastro-pancréatique-dodécodénale, les métastases peuvent être éliminées par cryodestruction, thermodestruction et la chimiothérapie est également utilisée pour le cancer duodénal. La chimiothérapie est prescrite lorsque lymphosarcome duodénum et des doutes quant à l'efficacité d'une opération radicale. Le traitement combiné est utilisé pour les tumeurs peu différenciées et le caractère infiltrant de sa croissance.

Cancer duodénal, combien de patients vivent?

Le traitement du cancer de l'intestin avec des remèdes populaires est administré dans le cadre d'une thérapie pour renforcer l'effet du traitement chirurgical, l'amélioration après la chimiothérapie et la qualité de vie. Une nutrition adéquate dans le cancer de l'intestin afin de prolonger la vie pendant et après le traitement est importante.

L'espérance de vie d'un cancer du duodénum pendant 5 ans est de:

  • 17 à 67% après le GPDR;
  • 60 à 80% - après élimination des tumeurs opérables.

Le pronostic de survie après traitement est individuel et dépend de l'histologie de la tumeur, du stade de la maladie, de la présence de métastases et des maladies chroniques associées, de processus inflammatoires de l'intestin et de l'estomac, de l'âge et de l'état général du corps.

Avec un diagnostic tardif, le pronostic de l'oncologie intestinale est défavorable. Il s'aggrave encore davantage en présence de métastases dans les ganglions lymphatiques, les canaux de l'estomac, du foie et des voies biliaires, ainsi que de métastases à distance. Les complications oncologiques du duodénum se détériorent en raison de la croissance des métastases des organes voisins, de la sténose et des saignements.

Prévention d'oncologie intestinale

Afin de prévenir le cancer du duodénum, ​​le régime alimentaire devrait être révisé, l'alcool devrait être jeté, le tabagisme devrait être complètement transféré à un mode de vie sain. En présence d'ulcères gastriques et duodénaux, de gastrites atrophiques, de polypes à l'estomac et de proches parents ayant subi un traitement pour maladies oncologiques, il est nécessaire de subir une gastroscopie annuelle et un examen par un oncologue.

Conclusions. Les onco-tumeurs du duodénum peuvent lentement progresser également dans le corps de l'homme et de la femme, plus souvent après 50 ans. Le cancer duodénal est difficile à distinguer des tumeurs de la tête pancréatique, des principales papilles duodénales, des voies biliaires, de l’estomac en raison de symptômes similaires et de caractéristiques de la maladie.
Le cancer se développe lentement, vous ne pouvez donc pas laisser sans attention les symptômes de maladies chroniques du tractus gastro-intestinal, ainsi que de la métaplasie et de la dysplasie, du diabète, des ulcères d'estomac et du DPS. Un examen précoce permet de détecter un cancer dont les signes peuvent se dissimuler derrière les symptômes de ces maladies. Un traitement précoce augmente le pronostic de survie après le traitement du cancer de l'intestin.

Tableau clinique et traitement du cancer duodénal

Les processus oncologiques dans le tractus gastro-intestinal occupent la 3ème place parmi les pathologies malignes. Le duodénum subit des processus de cancer relativement rarement, moins de 1% des cas.

La maladie touche également les deux sexes, surtout après 55 ans. Il a un taux de mortalité élevé.

Description du corps

Le duodénum est situé immédiatement après l'estomac. Cela commence par l'intestin grêle. Chez un adulte, l'organe est situé dans la région des deuxième et troisième vertèbres lombaires.

  • amène le niveau acide-base du bol alimentaire aux indicateurs souhaités;
  • régule la production de certaines enzymes et de la bile;
  • affecte les régions de sécrétion de l'estomac.

Caractéristiques et types de maladie

La tumeur primitive se développe très rarement dans le duodénum. Plus souvent dans le corps, les foyers secondaires sont diagnostiqués. Fondamentalement, un néoplasme de particules épithéliales se développe. Classer la pathologie selon les critères suivants:

  • direction de la croissance;
  • histologie;
  • l'emplacement;
  • étendue de la distribution.

Dans le sens de la croissance

Les cellules malignes se comportent différemment dans l'intestin. En fonction de cela, il existe deux types d’oncologie du duodénum:

  • Exophytique - un néoplasme se développe dans la paroi interne, il se développe dans la lumière intestinale. Une obstruction partielle ou complète peut survenir.
  • Une pathologie endophyte maligne se développe dans la couche musculaire en laissant à travers la gaine externe.

Sur la base histologique

La pathologie peut être formée à partir de différentes cellules du corps. Les types suivants de cancers intestinaux duodénaux sont distingués:

  • Tumeur en forme d'anneau - le nom de la pathologie est associé à un type de cellules atypiques qui deviennent similaires aux anneaux. La maladie est caractérisée par un cours agressif avec la propagation rapide des métastases, il est difficile à diagnostiquer.
  • Cancer indifférencié - une tumeur maligne se développe souvent sur la paroi interne du duodénum.
  • Lymphosarcome - survient dans 15% des cas de lésions malignes du duodénum. Elle se caractérise par une transition fréquente vers les ganglions lymphatiques voisins. Il est détecté principalement chez les hommes de plus de 50 ans.
  • Leumisarcome - fait référence à des formes non épithéliales, une tumeur pouvant atteindre une moyenne de 8 cm. La pathologie est capable de métastaser par les vaisseaux sanguins vers le foie et la cavité abdominale. Diagnostiqué plus souvent chez les hommes et les femmes de plus de 40 ans.
  • Neurome - fait référence aux pathologies malignes non épithéliales du duodénum, ​​a une origine neurogène. Il sont extrêmement rares, mais peuvent apparaître dans l'enfance. Il se caractérise par une croissance lente, ne diffuse pas de métastases pendant longtemps, mais est capable de se reproduire.
  • Fibrosarcome - Un ganglion malin du tissu conjonctif se forme dans le duodénum. Sa taille est supérieure à 3 cm, a une couleur blanchâtre.
  • Adénocarcinome muqueux - se développe à partir de particules glandulaires saines de la membrane muqueuse d'un organe. La tumeur est formée dans la couche musculaire et externe, capable de se développer dans la cavité du péritoine. Une grande quantité de mucus s'accumule.

Photo: adénocarcinome duodénal

Par lieu

Le duodénum est constitué de différentes zones. Une tumeur maligne peut se former dans l'un d'entre eux. Il existe les types de cancer suivants:

  • Péri-ampulaire ou péripapillaire - la partie de la région de l'okolosocsochnoy est touchée. Il se produit dans 75% des cas. Un examen détaillé est difficile, il est donc difficile de poser un diagnostic final.
  • Suprapapillary - la zone horizontale supérieure de l'organe en souffre. Il est diagnostiqué dans 16% des cas.
  • Infapapillary - la surface horizontale de l'intestin est affectée. Il se produit dans 9% des cas.

Ce tableau présente les normes de résultats des marqueurs tumoraux du cancer de l’intestin grêle.

Les étapes

Les processus oncologiques du duodénum sont divisés en 4 étapes. Ils sont déterminés par la taille de la tumeur, son développement, ses symptômes, la présence de foyers secondaires:

  • Stade 1 - la tumeur a des contours clairs, de petite taille, situés dans la couche sous-muqueuse sans symptômes. Les métastases sont absentes.
  • Stade 2 - la pathologie se développe dans la couche musculaire, mais n'atteint pas les tissus des organes voisins. Les métastases apparaissent dans les ganglions lymphatiques voisins.
  • Étape 3 - L'éducation atteint de grandes tailles, au-delà du duodénum. Affecte souvent le pancréas. Des métastases multiples sont diagnostiquées. De nombreux symptômes de la maladie se manifestent.
  • Étape 4 - la tumeur peut être de n'importe quelle taille. Les néoplasmes secondaires se propagent dans tout le corps, affectant les poumons, l’estomac et le foie. Le patient présente la plupart des symptômes inhérents à la maladie.

Les symptômes

Les premiers stades du cancer duodénal de l'intestin sont souvent asymptomatiques. Le patient commence à ressentir des problèmes lorsque le processus de cancer commence.

  • La douleur Le syndrome est ressenti dans 80% des cas. Sa localisation et son intensité chez les patients peuvent varier considérablement. Le symptôme apparaît lorsque la pathologie atteint les canaux nerveux, obstrue le canal biliaire. La douleur est plus souvent ressentie dans la région de l'hypochondre droit, la région épigastrique. Gêne possible dans la région des organes voisins.
  • Démangeaisons Les patients se plaignent de démangeaisons cutanées qui affectent grandement la qualité de vie, provoquant une insomnie et une agitation excessive. Le symptôme est associé à une grande quantité de bilirubine dans le sang.
  • Réduction de poids. L'oncologie manifeste une perte de poids brutale. Le corps souffre d'intoxication causée par des particules cancéreuses. Une tumeur peut provoquer une obstruction, entraînant une rupture de la digestion. Le patient n'a pas de perception normale de la nourriture, car il se produit un blocage des conduits.
  • Jaunisse Le symptôme est exprimé dans 80% des cas. Il est associé à la croissance d'un néoplasme dans les voies biliaires et à la stagnation de la bile. La peau devient jaune ou verte, la couleur de l'urine et des matières fécales change.

Diagnostics

Le diagnostic final nécessite un examen préalable. Même des symptômes prononcés ne peuvent obliger un spécialiste à prescrire un traitement sans diagnostic. L'étude comprend des méthodes de laboratoire et instrumentales.

Tests de laboratoire

À l'aide de tests spécifiques confirmant ou non la présence d'oncologie:

  • test sanguin (général, biochimique) - anémie, une augmentation des enzymes hépatiques peut indiquer une tumeur;
  • test sanguin pour la détection des marqueurs tumoraux - en fonction des résultats du test, vous pouvez déterminer le type de tumeur maligne, son degré de développement, le test permet de contrôler l'efficacité du traitement;
  • analyse d'urine - une teinte rouge dans l'urine, sa turbidité, ainsi que la présence de marqueurs tumoraux dans celle-ci peuvent indiquer un processus malin;
  • un test de selles pour le sang occulte - la présence de sang peut indiquer que la tumeur a grandi, a commencé à se décomposer partiellement ou à perturber l'intégrité de l'intestin.

Des conseils nutritionnels sur le cancer de l'intestin après une chirurgie sont rassemblés dans cet article.

Méthodes instrumentales

Avec l'aide de la technologie moderne, les médecins peuvent étudier l'oncologie du duodénum en regardant à l'intérieur du corps. Parfois, de telles procédures peuvent causer de l'inconfort.

Les méthodes les plus informatives:

  • FGS - la méthode permet de détecter des tumeurs, de prélever le matériel pour une biopsie ultérieure.
  • Des rayons X avec baryum - du baryum sont injectés dans le duodénum pour le contraster, le déplaçant autour de l'organe et surveillant son état à l'aide d'un moniteur. La procédure nécessite une préparation préalable du corps.
  • Examen par ultrasons de la cavité abdominale - un spécialiste sera en mesure de déterminer le type de pathologie endophytique et de détecter la présence de lésions secondaires dans la cavité abdominale.
  • La tomodensitométrie permettra d'étudier le néoplasme en couches.
  • IRM - la méthode ne cause pas de gêne et ne nécessite pas de préparation préalable, mais pour l'intestin, elle peut ne pas être trop informative.
  • L'endoscopie vidéo capsulaire est une méthode très informative. Un spécialiste reçoit une image vidéo de la région duodénale pour en distinguer les changements pathologiques. Dans ce cas, le médecin ne pourra pas prélever le matériel pour la biopsie ou contrôler le mouvement de la capsule.

La caméra montre cette vidéo:

Méthodes de traitement de la maladie

Le traitement implique l'ablation de la tumeur et le traitement ultérieur. Les types de chirurgie dépendent du lieu de formation du cancer:

  • Résection circulaire de la partie supérieure - la zone touchée est retirée et la perméabilité intestinale est restaurée. La procédure est effectuée avec une petite quantité d'éducation.
  • Résection circulaire de la partie inférieure de l'intestin - la partie touchée est enlevée avec rétablissement ultérieur de son intégrité.
  • Ablation de la tumeur avec la région du canal biliaire, la tête pancréatique et l'extrémité du canal excréteur - la procédure est parmi les plus complexes. La zone touchée est enlevée avec la dernière partie du canal et la tête du pancréas.

Prévisions

Le pourcentage de survie dépend du stade du processus du cancer:

  • dans les premiers stades, le taux de survie à cinq ans est de 70%;
  • dans ce dernier cas - 15-20% (avec résection gastroduodénale).

Des complications

L'oncologie du duodénum peut endommager de nombreux organes internes, y compris le pancréas. Souvent, des tumeurs secondaires se développent dans la tête de la glande. Cela conduit à une pancréatite aiguë et à une nécrose ultérieure.

Autres complications de la tumeur:

  • provoque des saignements internes;
  • se désintègre et provoque une péritonite purulente dans le péritoine;
  • viole le flux de bile;
  • épuisement du corps.

Cancer duodénal: un diagnostic effrayant

Les cancers constituent une classe particulière de pathologies systémiques qui touchent tout le corps humain. Bien que de nombreux patients perçoivent le diagnostic de cancer comme une phrase, la médecine moderne connaît de nombreuses méthodes efficaces de traitement de l'oncologie. Le cancer duodénal est une maladie rare, difficile à diagnostiquer à ses débuts, ce qui complique le traitement de cette maladie.

Qu'est-ce que le cancer duodénal?

Le cancer duodénal est un carcinome, c'est-à-dire une tumeur maligne qui se développe à partir des cellules du tissu épithélial de l'intestin et peut se propager aux organes voisins et à tout le corps. La tumeur primitive, qui provient directement du duodénum, ​​est extrêmement rare. On la diagnostique plus souvent d'un cancer secondaire, apparu à la suite de la germination de tumeurs d'organes voisins.

Selon les statistiques, les tumeurs malignes de cette partie de l'intestin sont diagnostiquées dans 0,3 à 0,5% des cas de toutes les pathologies oncologiques du système digestif. Sarcome duodénal et carcinoïde extrêmement rarement diagnostiqués. Le sarcome touche principalement les jeunes et un cancer duodénal est diagnostiqué chez les hommes et les femmes de plus de 50 ans.

Anatomiquement, il est difficile de déterminer l’origine d’une tumeur, car elle s’étend aux organes voisins. Le plus souvent, le cancer est formé à partir du tissu épithélial des glandes duodénales, des cryptes intestinales et, très rarement, à partir de cellules de l'épithélium de surface.

Classification et stades de la maladie

Les critères de classification du cancer duodénal:

  • forme (direction) de la croissance;
  • caractéristiques microscopiques (histologiques);
  • localisation tumorale;
  • degré de progression.

Selon la forme de croissance d'un néoplasme, il existe une forme exophytique et une forme endophyte. Le cancer exophytique se développe dans la lumière intestinale, une tumeur endophyte envahit les parois du duodénum et se propage au-delà de l'intestin.

En raison de la forte adhérence du bulbe duodénal au pancréas, une tumeur cancéreuse germe souvent dans la tête de cet organe.

Sur la base histologique, les néoplasmes sont divisés en types suivants:

  • adénocarcinome muqueux (formé de cellules muqueuses);
  • chevalière en forme d'anneau (les cellules accumulent plus de protéines - mucine);
  • cancer indifférencié (les cellules tumorales sont très différentes des cellules saines qui les entourent);
  • lymphosarcome (une tumeur développée à partir de tissu lymphatique);
  • leiomisarcome (du tissu musculaire lisse);
  • névrome (de la gaine des nerfs);
  • fibrosarcome (du tissu conjonctif).

L'adénocarcinome le plus commun est dans 80% des cas.

Selon l'emplacement de la tumeur est classé comme suit:

  • Le carcinome périampulaire ou péripapillaire - localisé dans la partie descendante de l'intestin, représente 75% de tous les cas de cancer duodénal;
  • le carcinome suprapapillaire est situé dans la région horizontale supérieure de l'intestin;
  • cancer infrapapillaire (synonyme - preyunalny) est localisé dans la région horizontale inférieure de l'intestin et est moins susceptible de se produire;

Initialement, la tumeur se forme le plus souvent à l'endroit où la concentration de média interne agressif est la plus élevée - le suc de l'estomac et du pancréas, la bile. C’est l’intestin supérieur et la région de la papille duodénale.

Ce type de cancer est divisé en primaire et secondaire, ce dernier est beaucoup plus commun.

Les étapes du cancer duodénal

Stades du cancer duodénal:

  • 0 étape. La tumeur commence à se développer, elle a une très petite taille et se forme dans la couche muqueuse.
  • Stade I La tumeur est de petite taille, se développe dans les couches muqueuses et sous-muqueuses de l'intestin, a des limites claires avec les autres tissus de l'intestin, sans métastases.
  • Étape II Le cancer se propage à la couche musculaire mais n'affecte pas les autres organes. Il existe déjà des métastases uniques dans les ganglions lymphatiques voisins.
  • Étape III. Le néoplasme de grande taille, s'étend au-delà de l'intestin, s'est propagé aux organes voisins. La tumeur de ce stade peut être plus petite mais comporter de nombreuses métastases rapprochées.
  • Étape IV. Cancer de toute taille avec métastases lointaines.

Ce type de cancer n'est pas très sujet aux métastases.

Les métastases, qui commencent souvent par les ganglions régionaux du plus proche voisin - le pancréas, les ganglions lymphatiques des portes du foie, se propagent ensuite dans le foie, la tête et le corps du pancréas - affectent rarement le péritoine et les poumons.

Les tumeurs chez les filles sont nettement plus primitives, raison pour laquelle elles posent souvent un mauvais diagnostic - cancer primitif de la tête du pancréas.

Causes de la maladie

Il est impossible de déterminer la cause non équivoque de la survenue d'un cancer primitif duodénal, il serait plus correct de parler des facteurs prédisposants conduisant à cette pathologie.

Les facteurs de précipitation les plus probables sont:

  • polypose intestinale diffuse, transmise par voie héréditaire;
  • tumeurs bénignes - adénomes plus sauvages;
  • Maladie de Crohn - inflammation chronique du système digestif.

Les facteurs de risque incluent:

  • hérédité (tumeurs malignes chez des parents);
  • diabète sucré;
  • les maladies du foie et de la vésicule biliaire avec drainage biliaire altéré;
  • pancréatite chronique;
  • mauvaises habitudes - tabagisme et consommation excessive d'alcool fort;
  • mauvaise alimentation - un excès dans le régime des aliments protéinés sous la forme d'aliments frits épicés, salés, fumés, fumés, manque de nutrition dans les fruits et légumes.

Il convient de noter que la santé ne nuit pas à la viande elle-même, riche en protéines, mais en graisse animale, dont l’excès nuit au travail du pancréas. La nicotine et la caféine sont également nocives pour ce corps.

Symptômes et signes

Aux premiers stades, le cancer duodénal est presque asymptomatique en raison du développement lent du processus.

Puis apparaissent des signes pouvant se manifester dans diverses maladies du tractus gastro-intestinal:

  • brûlures d'estomac;
  • éructations;
  • perte d'appétit;
  • la faiblesse;
  • perte de poids;
  • pâleur
  • maux de tête;
  • troubles du sommeil.

Le principal symptôme est une douleur sourde et douloureuse qui n'est pas associée à la prise de nourriture, souvent permanente.

La tumeur se développe, le processus affecte les terminaisons nerveuses de l'intestin, la douleur s'intensifie. Pour le stade où la tumeur se développe à l'intérieur de la paroi intestinale et va au-delà, des douleurs brûlantes graves sont caractéristiques.

Fondamentalement, la douleur se manifeste dans la partie supérieure de l'abdomen, provoquant une sensation de lourdeur constante dans la région du bord. Après avoir mangé, la douleur devient plus intense et des vomissements peuvent survenir. Ceci est associé à une augmentation de l'obstruction intestinale et à la participation d'organes voisins au processus.

Les symptômes d'intoxication augmentent:

  • la faiblesse;
  • fatigue
  • somnolence;
  • fièvre
  • perte d'appétit et perte de poids drastique;
  • des nausées et des vomissements;
  • augmentation de l'anémie;
  • symptômes dyspeptiques - diarrhée et constipation.

Avec la progression de la maladie et l'implication d'organes voisins dans le processus de la douleur augmente, principalement après avoir mangé.

Le lieu de la douleur peut changer en fonction de l’organe lésé: le plus souvent - dans l’hypocondre à droite, la douleur se fait dans le dos (douleur encerclante). Comme la lumière intestinale est considérablement réduite (une sténose se développe), des vomissements surviennent avec de la nourriture juste mangée. Le syndrome d’obstruction aiguë de l’intestin grêle accompagné de coliques se joint. La peau devient pâle avec une teinte bleuâtre.

La jaunisse se développe (la peau acquiert une teinte jaune) en raison de la compression des voies biliaires. Il y a du sang dans les selles (méléna) si la tumeur commence à saigner. Il y a une forte déshydratation du corps avec un épaississement du sang.

Les manifestations spécifiques du cancer duodénal dépendent de la localisation de la tumeur.

Les principaux symptômes de ce type de cancer dépendent en grande partie de l'emplacement initial de la tumeur.

Carcinome suprapapillaire supérieur horizontal

Carcinome infapapillaire - intestin horizontal inférieur

Diagnostic: méthodes de base

Le diagnostic du cancer duodénal est réalisé sur la base de la prise d'antécédents, de l'examen, des tests instrumentaux et de laboratoire.

  1. Antécédents médicaux de la maladie - plaintes du patient, durée d'apparition des symptômes.
  2. Histoire de la vie - que le patient présente des troubles du système digestif: inflammation chronique ou héréditaire, existe-t-il de mauvaises habitudes?
  3. Antécédents familiaux - si les membres de la famille ont des maladies du tractus gastro-intestinal ou un cancer.

Examen objectif - la peau, les muqueuses du patient, la palpation de la paroi abdominale antérieure.

  • test sanguin général et biochimique - pour déterminer l’état général du corps, la présence d’anémie;
  • l'analyse des marqueurs tumoraux détermine la teneur élevée en antigènes des cellules cancéreuses dans le sang;
  • analyse clinique de l'urine;
  • analyse du sang occulte fécal;
  • test sanguin biochimique.
Examen du duodénum avec une sonde

  1. FGS (fibroesophagogastroduodenoscopy) est une procédure dans laquelle l'examen et l'évaluation de l'état de la muqueuse duodénale a lieu. La méthode permet de réaliser une biopsie et d'examiner histologiquement le tissu prélevé pour analyse.
  2. La radiographie est réalisée avec un agent de contraste pour déterminer les défauts de remplissage cancéreux.
  3. Une radiographie pulmonaire détermine s'il y a une métastase dans les poumons.
  4. Une échographie (échographie) des organes situés dans la cavité abdominale aide à poser un diagnostic et à déterminer s'il existe des métastases dans les organes adjacents.
  5. La tomodensitométrie (TDM) est une méthode d’investigation précise avec une taille de tumeur de 3 cm qui permet de déterminer l’emplacement de la tumeur, sa taille, sa connexion avec les organes adjacents. L'inconvénient de la procédure est que le patient lors de sa mise en œuvre est exposé à une grande dose de rayonnement.
  6. L'IRM (imagerie par résonance magnétique) est une méthode de haute précision permettant de confirmer un diagnostic. Elle permet d'examiner le duodénum dans toutes les projections et de différencier avec précision le néoplasme des tissus environnants. L'inconvénient de la méthode est son coût élevé et son impossibilité à la réaliser si le patient a des implants métalliques.
  7. L’angiographie (étude des vaisseaux) vous permet d’évaluer l’état des vaisseaux, leur emplacement (ce qui est important pendant l’opération), pour déterminer s’il existe de petites métastases dans le foie qui n’avaient pas été identifiées auparavant.
  8. L'endoscopie vidéo capsulaire est une nouvelle méthode qui consiste à avaler une capsule avec une microcaméra intégrée. En passant dans le tube digestif, la microcaméra prend plusieurs dizaines de milliers d'images, qui sont transmises à l'opérateur par le biais de capteurs spéciaux. Cette méthode innovante est absolument indolore et vous permet de poser un diagnostic précis (93-100%).

Traitement

Le traitement de ce type de cancer repose sur une approche intégrée associant chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie.

Opération

C'est le traitement principal du cancer du duodénum. En l'absence de métastases, une laparoscopie est réalisée - une petite incision à travers laquelle les instruments de microchirurgie effectuent une opération, ses progrès sont contrôlés par des chirurgiens au moyen de dispositifs optiques spéciaux.

Si le diagnostic est posé alors que le cancer est déjà sous une forme négligée et qu'il existe des métastases, l'opération devient beaucoup plus compliquée, car non seulement la tumeur elle-même, mais également les ganglions lymphatiques touchés et les tissus adjacents seront enlevés. L'opération s'appelle résection gastro-pancréatoduodénale.

En fonction du niveau auquel le néoplasme est situé, les opérations suivantes sont effectuées:

  1. La partie horizontale supérieure présente une résection circulaire du duodénum, ​​puis la restauration de la perméabilité intestinale - anastomose gastroduodénale directe.
  2. En cas de cancer infra-papillaire (se développant dans la partie inférieure de l'intestin), une résection circulaire de la zone touchée et la connexion de bout en bout de l'intestin sont utilisées.
  3. Les opérations les plus longues et les plus complexes dans le traitement du cancer périampulaire. Dans ce cas, non seulement la partie affectée de l'intestin est enlevée, mais également la partie finale du canal biliaire principal, l'extrémité du canal excréteur du pancréas, ainsi que sa tête.

Après la résection de la tumeur, les métastases hépatiques sont éliminées au besoin par destruction thermique ou cryodestruction, et une chimiothérapie est également nécessaire (moins couramment, la radiothérapie) pour prévenir les complications et les métastases.

Chimiothérapie

Les principaux médicaments utilisés en chimiothérapie sont:

  • Le 5-fluorouracile (5-FU);
  • La mitomycine;
  • Lomustine;
  • La doxorubicine;
  • préparations de platine (oxyplatine);
  • Docétaxel.

Au stade métastatique du cancer, une chimiothérapie d'association est prescrite, par exemple le fluorouracile en association avec le docétaxel et le platine.

Thérapie ciblée

L'approche actuelle du traitement du cancer duodénal est une thérapie ciblée, c'est-à-dire l'utilisation de médicaments anticancéreux qui indiquent des cibles spécifiques des récepteurs moléculaires qui jouent un rôle important dans le développement et la croissance des cellules. Ces médicaments sont conçus pour supprimer la croissance tumorale, bloquer leur division et prévenir le développement de métastases.

Ces médicaments comprennent:

Radiothérapie

La médecine moderne utilise les méthodes de radiothérapie suivantes:

  1. IMRT (radiothérapie intensive modulée). Cette méthode vous permet de minimiser les effets négatifs sur les tissus sains environnants, ce qui entraîne une réduction significative des effets secondaires. Une telle thérapie avec des rayonnements ionisants est réalisée en 5-6 semaines.
  2. Radiothérapie stéréotaxique (Cyber ​​Knife). Des doses précises de radiations sont utilisées pour tuer les cellules cancéreuses. Cette procédure est effectuée sur une base ambulatoire, il est prescrit 1-3 cours.
  3. Radiothérapie à protons. Il se caractérise par des effets ciblés précis sur la tumeur et un impact minimal sur les tissus sains. L'appareil Cyclotron est utilisé pour produire des faisceaux à haute énergie de particules chargées subatomiques - des protons, dirigés vers la tumeur à l'aide d'un aimant et provoquant la mort des cellules tumorales.

Traitement du cancer de l'intestin en Israël

Des méthodes modernes telles que la coloscopie virtuelle et l'endoscopie par capsule vidéo sont utilisées pour diagnostiquer le cancer de l'intestin en Israël. Selon les normes en vigueur en Israël, la gastroscopie et la coloscopie conventionnelles sont toujours pratiquées sous sédation médicamenteuse. Ce type d'anesthésie diffère de l'anesthésie en ce que le patient est conscient, maintient tous ses réflexes et ne déprime pas le centre respiratoire. Le patient se réveille en à peine 5 minutes et ne ressent plus aucune gêne par la suite. En raison du diagnostic opportun de la mortalité par cancer intestinal en Israël au cours des 17 dernières années, il a diminué de 40 à 50%.

Pour le traitement des tumeurs intestinales malignes, les chirurgiens israéliens préfèrent de plus en plus les chirurgies laparoscopiques à ciel ouvert, qui sont réalisées au moyen de ponctions de la peau abdominale. Après les opérations, la méthode de récupération accélérée est appliquée.

Au cours des dernières phases du cancer de l'intestin dans les cliniques israéliennes, le médicament biologique régorafénib (Stivarg) est utilisé depuis 2013. Les essais cliniques ont prouvé qu'il contribuait à une augmentation significative de la survie des patients atteints de cette maladie.

Seul un médecin qualifié peut appliquer efficacement les méthodes de traitement modernes. Si vous avez besoin d’aide pour choisir un spécialiste du traitement du cancer de l’intestin, contactez l’association des médecins israéliens https://israel-doctor.info/lechenie-raka-kishechnika-v-izraile/ et obtenez une consultation gratuite pour choisir un médecin.

Pronostic de traitement

Le pronostic global pour le traitement du cancer duodénal dépend de nombreux facteurs. Le pronostic peut être défavorable si vous faites appel aux soins médicaux trop tard. Ce type d’oncologie étant difficile à diagnostiquer à un stade précoce, le processus peut être démarré avant le stade de métastase, ce qui alourdit l’évolution de la maladie.

Le traitement commencé aux premiers stades, associant chirurgie et chimiothérapie, est souvent efficace et prolonge la vie du patient pendant plusieurs années.

Données statistiques: les tumeurs opérables représentent 60 à 80% du total. Après une intervention chirurgicale visant à enlever une tumeur chez 50% des patients, la durée de la rémission est d'environ 5 ans.

Le pronostic de survie est individuel et dépend du degré de développement du cancer, de la présence de métastases, de l'histologie du néoplasme, des comorbidités, de l'âge du patient, de l'état général du corps. Il est impossible de dire avec certitude combien de temps un patient est capable de vivre à un stade particulier de la maladie.

Après le traitement, il est très important de respecter toutes les recommandations médicales, de maintenir un mode de vie correct, de manger de manière rationnelle et de subir des examens médicaux réguliers à l'hôpital.

Complications possibles

Les principales complications du cancer duodénal sont:

  1. Métastases au foie, au pancréas, aux ganglions lymphatiques, moins souvent aux poumons et à la cavité abdominale.
  2. Avec le développement du processus affecte le pancréas, le cancer de la tête de la glande se développe souvent. En raison de la compression du canal de la glande par la tumeur, une pancréatite aiguë avec une possible nécrose pancréatique se produit. La sténose de l'intestin entraîne une obstruction intestinale aiguë.
  3. La tumeur peut s'ulcérer et saigner, éventuellement une hémorragie interne massive. Les saignements peuvent être cachés et durer longtemps, provoquant une anémie aiguë chez le patient.
  4. Désintégration possible de la tumeur et perforation dans la cavité abdominale avec développement d'une péritonite purulente.
  5. La compression de la voie biliaire provoque des violations de la sortie de la bile, développe une jaunisse.
  6. La cachexie - l'épuisement extrême du corps - peut également être considérée comme une complication du cancer duodénal.

Prévention des maladies

Les recommandations suivantes peuvent être considérées comme des mesures préventives:

  • Adoptez un mode de vie actif et sain, renoncez au tabac et à l'alcool, mangez complet, en évitant les collations et les repas rapides
  • De manière complète et en temps opportun pour traiter les maladies inflammatoires du tractus gastro-intestinal, ainsi que les maladies pouvant provoquer le développement du cancer.
  • Examiné régulièrement par un gastro-entérologue, en particulier chez les personnes à risque âgées de plus de 50 ans.

Il n'y a pas de prévention spécifique du cancer duodénal.

Malgré le terrible diagnostic, vous ne devez pas perdre espoir en une issue favorable de la maladie. Une attitude attentive envers votre corps, un mode de vie sain, le respect de toutes les recommandations médicales empêcheront le développement de cette maladie et prolongeront la vie si le diagnostic est confirmé.

Cancer duodénal: symptômes et traitement

Cancer duodénal - les principaux symptômes:

  • Lourdeur dans l'estomac
  • Nausée
  • Vomissement bile
  • Perte d'appétit
  • Écorchure
  • Douleur dans l'hypochondre droit
  • Brûlures d'estomac
  • Apathie
  • Fatigue
  • Dégradation de la performance
  • L'anémie
  • Flatulence
  • Perte de poids
  • Jaunissement de la peau
  • Mucus jaune
  • Signes de compactage lors de la palpation

Cancer duodénal - la maladie est assez fréquente et grave. Dans ce cas, le processus cancéreux affecte la partie initiale de l'intestin grêle - le duodénum. Selon les symptômes, cette maladie peut être difficile à distinguer des autres cancers de l'intestin. Dans le même temps, les personnes de plus de 50 ans souffrent de cette maladie, ce type de cancer est extrêmement rare chez les jeunes.

Étiologie

À ce jour, les causes des pathologies cancéreuses dans le corps humain ne sont pas entièrement comprises - il n’existe que certaines hypothèses. En particulier, de nombreux chercheurs suggèrent que le développement d'une maladie telle que le cancer duodénal joue le rôle des effets toxiques de divers nutriments.

Nous pouvons certainement dire que conduire à cette maladie:

  • abus d'alcool;
  • fumer en grande quantité;
  • aliments riches en graisses animales;
  • certaines maladies des organes internes, telles que le diabète sucré, la pancréatite chronique, la maladie des calculs biliaires et la polypose.

La maladie est souvent de nature secondaire, c’est-à-dire qu’elle résulte de la germination de tumeurs provenant d’organes très rapprochés.

La prédisposition génétique à une maladie telle que le cancer duodénal joue un rôle majeur dans le schéma étiologique. En outre, au cours des recherches, il a été constaté que des substances telles que la benzidine, la nitrosamine et un certain nombre d’autres, sont cancérogènes et provoquent souvent un cancer duodénal.

Pathogenèse

Le plus souvent, le cancer duodénal se développe dans la région papillaire - c'est ce que l'on appelle le cancer péripapillaire. Le cancer suprapapillaire (organe supérieur) ne prend que 16% dans la clinique de cette pathologie. En outre, il existe un type infra-papillaire - l'emplacement de la tumeur dans la section horizontale inférieure.

Il convient de noter que cette pathologie, contrairement à de nombreux autres types de cancer des organes gastro-intestinaux, est beaucoup moins susceptible de provoquer des métastases. Ceci est un indicateur de très bonnes chances pour les personnes avec un tel diagnostic de récupération, car avec le cancer, l'organe lui-même souffre ou les deux ganglions lymphatiques environnants. Mais le rétablissement n'est possible que s'il s'agit des premiers stades de la maladie. De plus, il est très probable que le cancer duodénal soit lui-même une conséquence de lésions cancéreuses de l’estomac ou du pancréas, qui peuvent déjà produire des métastases.

Tableau clinique

Selon le type de tumeur et sa localisation dans le corps, les symptômes cliniques de la maladie et les méthodes de traitement peuvent varier. Par exemple, avec une tumeur dans la région papillaire à un stade précoce, les symptômes sont absents, de sorte que la maladie est souvent détectée par hasard lors d'un examen de routine ou à un stade ultérieur, lorsque les symptômes sont déjà évidents.

Les premiers signes de ce type de pathologie sont une difficulté dans le flux de bile dans l'intestin, qui se manifeste par une douleur dans l'hypochondre droit, une nausée constante et une perte d'appétit.

Au stade de la progression du processus, on peut noter des symptômes tels qu'un léger jaunissement des muqueuses et de la peau, qui s'intensifie avec le temps. En même temps, en raison de la perturbation de l'organe et du flux de bile, les patients développent généralement une pancréatite.

Les symptômes d'un cancer situé dans le duodénum horizontal supérieur ou inférieur diffèrent quelque peu de ceux décrits ci-dessus. Ici, les signes de sténose intestinale sont primordiaux:

  • des nausées;
  • flatulences;
  • syndrome douloureux dans l'hypochondre droit;
  • brûlures d'estomac;
  • éructations de contenu acide;
  • lourdeur dans l'estomac.

La progression de la croissance tumorale conduit à l'apparition progressive d'une obstruction intestinale - à ce stade, une formation semblable à une tumeur dans l'intestin peut déjà être palpée. Lorsque l'obstruction chez les patients peut éprouver des vomissements avec mélange de bile, et une sensation de compression dans l'hypochondre droit.

Comme avec d'autres pathologies cancéreuses, le cancer duodénal peut provoquer des symptômes cliniques généraux. Il s’agit d’une anémie, d’une perte d’appétit et d’une perte de poids brutale, d’une apathie et d’une fatigue constante, d’une diminution des performances.

Les tumeurs pathologiques du duodénum peuvent avoir une structure structurelle différente et, selon ce facteur, ces tumeurs se distinguent par:

Traitement de pathologie

Aujourd'hui, le traitement du cancer duodénal implique le choix de l'un des trois types d'opérations. À un stade précoce et si la tumeur est située dans la zone horizontale supérieure, une résection circulaire est appliquée, dans laquelle la zone touchée est remplacée par une anastomose. Cette intervention est également appropriée pour une intervention dans la partie inférieure de l'organe, mais la restauration de l'intégrité anatomique est réalisée par joint bout à bout.

Les opérations les plus complexes en présence d'une pathologie humaine telle que le cancer duodénal papillaire - dans ce cas, il est montré la suppression non seulement d'une partie de cet organe, mais également d'autres atteintes par la pathologie. Pour détruire les éventuelles cellules pathologiques restant après la chirurgie, on prescrit une chimiothérapie au patient.

Beaucoup sont intéressés par la question du nombre de personnes vivant après le retrait de la tumeur de la glande duodénale. Malheureusement, le pronostic de la maladie est défavorable, car le duodénum est relié à d'autres organes, qui sont souvent également impliqués dans le processus. Et comme la maladie est rarement détectée à un stade précoce et que les opérations sont déjà effectuées au stade de progression de la pathologie, après le retrait chirurgical de la zone touchée, seulement 5 à 8% des personnes survivent après cinq ans.

Si vous pensez souffrir du cancer duodénal et des symptômes caractéristiques de cette maladie, des médecins peuvent vous aider: un gastro-entérologue, un oncologue.

Nous vous suggérons également d'utiliser notre service en ligne de diagnostic des maladies, qui sélectionne les maladies possibles en fonction des symptômes entrés.

La cirrhose alcoolique est une maladie qui évolue de manière chronique. Elle est causée par l’empoisonnement régulier des cellules du foie par l’alcool et par leur mort. Dans le monde actuel, l'alcool est largement disponible et beaucoup de gens l'utilisent avant de prendre un apéritif. Cependant, peu de gens pensent que la consommation régulière d'alcool entraîne des lésions des cellules du foie, entraînant l'apparition d'une cirrhose. On pense généralement que seules les personnes qui boivent de l'alcool fréquemment et en grande quantité peuvent souffrir de cette pathologie. En réalité, la cirrhose alcoolique du foie peut se développer même chez les personnes qui boivent un peu, mais régulièrement.

L'hépatite alcoolique est une maladie inflammatoire du foie qui se développe à la suite d'une utilisation prolongée de boissons contenant de l'alcool. Cette condition est un précurseur du développement de la cirrhose du foie. D'après le nom de la maladie, il devient évident que la principale raison de son apparition est la consommation d'alcool. En outre, les gastro-entérologues identifient plusieurs facteurs de risque.

L'hyperbilirubinémie est une pathologie lorsque le taux de bilirubine dans le sang augmente. Le développement de la maladie provoque diverses maladies des organes internes. Ce sont l'insuffisance hépatique et la maladie de calculs biliaires. Si le processus d'hyperbilirubinémie est au premier stade de développement, aucun traitement spécifique n'est effectué. Dans certains cas, la vésicule biliaire commence à s'enflammer.

Des pierres dans la vésicule biliaire sont formées en raison de problèmes de métabolisme dans le corps. Ils deviennent la cause du JCB. Les bétons formés dans l'organe peuvent être situés n'importe où, à la fois dans la vessie et dans ses canaux, et même dans le foie, tandis que leur forme et leur taille varient du très petit (sable) au très grand.

La pancréatite biliaire est une maladie du pancréas, étroitement associée aux calculs biliaires et à la formation de calculs qui perturbent le flux de la bile. Aujourd'hui, le nombre de personnes atteintes de cette maladie a considérablement augmenté, ce qui est associé à un mode de vie inapproprié et à un régime alimentaire malsain - manger trop d'aliments gras et frits. Par conséquent, le régime alimentaire doit être inclus dans le traitement de cette maladie, car sans normalisation de la consommation de graisses et de glucides dans le corps, il est impossible de se débarrasser de la maladie. En d'autres termes, le régime alimentaire est la clé d'un traitement efficace d'un état pathologique.

Avec l'exercice et la tempérance, la plupart des gens peuvent se passer de médicaments.

A Propos De Nous

Les métastases sont des foyers malins dus à la propagation de cellules cancéreuses de la tumeur primitive par le sang et la lymphe à d'autres organes.Pendant plusieurs années, une seule lésion peut se développer, généralement à la place d'un polype.