Cancer duodénal chez l'homme et la femme

Le cancer duodénal est une tumeur maligne localisée dans la partie initiale de l'intestin grêle. Cette pathologie est rarement diagnostiquée à un jeune âge. Le plus souvent, les hommes et les femmes de plus de 50 ans sont touchés.

Cancer duodénal: localisation, symptômes et signes

La structure du duodénum 12

Le cancer de l'intestin grêle est le développement d'un cancer dans l'intestin grêle:

  • ulcère duodénal (12 duodénal) de l'intestin;
  • iléal;
  • jéjunum.

Le cancer du duodénum est également fréquent chez les hommes et les femmes, rarement dans les cancers jéjunaux et iléaux.

L'épithélium des glandes duodénales et des cryptes intestinales est le site de la luxation de la cellule cancéreuse, moins souvent - l'épithélium de surface. Par conséquent, le cancer duodénal est similaire (duodénal) aux manifestations de tumeurs malignes dans la principale papille duodénale, la tête du pancréas et le canal biliaire principal.

Le cancer de l'intestin et de l'estomac se métastase plus souvent que le cancer du duodénum. Les premiers symptômes de sa métastase surviennent chez 15 à 20% des patients dans les ganglions lymphatiques régionaux proches de la tête du pancréas et des portes du foie. Avec le développement de l'oncologie du duodénum, ​​il est rare de remarquer les symptômes des tumeurs intestinales à un stade précoce, ainsi que la généralisation du cancer du péritoine avec métastases hématogènes. Cependant, il y a eu des cas de germination de métastases multiples dans le cas d'une petite tumeur primitive du duodénum à la tête du pancréas sur fond de jaunisse obstructive.

Il est presque impossible de diagnostiquer le cancer duodénal à un stade précoce, les symptômes du cancer dans la muqueuse n'apparaissent pas et la patiente ne se plaint de rien. Une tumeur peut se développer à différents endroits.

Avec une augmentation de la tumeur, les signes généraux du cancer duodénal apparaissent:

  • développement progressif de l'anémie;
  • perte d'appétit et perte de poids;
  • diminution de la capacité de travail.

Avec la croissance, une tumeur cancéreuse capture la quasi-totalité de la paroi intestinale, rétrécissant la lumière de l'intestin. De plus, les tumeurs péripapillaires situées près du gros mamelon duodénal rétrécissent la lumière du canal biliaire et du mamelon. Ils apparaissent plus tôt que les néoplasmes PDK dans d'autres zones, car le mur et le mamelon sont impliqués dans la croissance infiltrante. Dans ce cas, le canal au-dessus de la tumeur se dilate, s'attarde ou pénètre faiblement dans la bile dans l'intestin.

Dans ce cas, le cancer duodénal se manifeste par les signes et symptômes suivants:

  • douleur dans la zone du substrat et sous les côtes à droite;
  • nausée, diminution et perte d'appétit;
  • le développement de la jaunisse.

Si le diagnostic ne contient aucune indication indiquant une maladie du foie et de la vésicule biliaire, ces symptômes indiquent un cancer de l'intestin. Ils sont référés à la manifestation du cancer dans le grand mamelon duodénal. Pendant cette période, il est extrêmement difficile de poser un diagnostic différentiel et de déterminer l’origine des maladies oncologiques. Les tumeurs peuvent se trouver dans le duodénum, ​​la papille duodénale, les voies biliaires principales ou dans la tête du pancréas.

Au cours de la croissance d'une tumeur duodénale, le pancréas se modifie également et s'enflamme, ce qui se manifeste par une pancréatite de gravité variable ou une nécrose pancréatique avec présence de péritonite. La symptomatologie de la sténose peut survenir dans le cancer du duodénum suprapapillaire et horizontal supérieur. La forme scyrrotique de la tumeur oncooker se déforme progressivement et rétrécit la lumière dans la zone horizontale supérieure de l'intestin.

Dans ce cas, les patients vont se plaindre de signes similaires à la sténose de la zone pyloroduodénale sur le fond de l'ulcère peptique:

  • malaise à l'estomac;
  • des nausées et des vomissements;
  • douleurs sourdes et persistantes sous les côtes droites ou dans la zone du plexus solaire;
  • distension abdominale et expansion intestinale;
  • augmentation de l'acidité, qui se traduit par des éructations ou des brûlures d'estomac.

Si le patient a déjà traité un ulcère de l'estomac ou du duodénum, ​​la sténose désigne la complication d'un ulcère. Si aucune maladie de l'estomac ou du duodénum, ​​y compris un ulcère, n'a été observée au cours de la vie, un cancer duodénal est suspecté. La palpation de la tumeur, en particulier la forme rampante, n'est pas toujours possible. Avec les symptômes ci-dessus, le cancer du côlon est souvent suspecté, en particulier le cancer du côlon transverse en raison de sa proximité avec le duodénum.

Causes du cancer et des maladies précancéreuses du duodénum

Les causes du cancer de l'intestin ne sont toujours pas bien comprises. Les chercheurs ne peuvent que suggérer des facteurs de risque de cancer, notamment le cancer colorectal du côlon. Ce diagnostic associe le cancer du côlon: cancer du rectum, cancer du côlon sigmoïde et cancer du cæcum.

L'intestin commence par le duodénum et ses facteurs de risque oncologiques comprennent:

  • inflammation chronique du tube digestif - maladie de Crohn;
  • polypose intestinale diffuse héréditaire. Ce sont de petites tumeurs ressemblant à des tumeurs de cellules sous la forme de polypes de formes et de tailles différentes, qui se gonflent dans la lumière intestinale;
  • adénomes caverneux mous bénignes ville, atteignant de grandes tailles;
  • l'hérédité: en présence d'oncotumeurs chez les parents;
  • l'abus d'aliments épicés, salés et fumés, de café, de viande, de graisses animales et de mauvaises habitudes: alcool et tabagisme;
  • mauvaise nutrition avec un manque de fruits et légumes;
  • diabète sucré, pancréatite chronique, cholélithiase.

Maladies précancéreuses du duodénum

Les médecins ont des opinions contradictoires sur l'ulcère duodénal en tant que condition précancéreuse. Les patients se plaignent de douleurs dans le haut de l'abdomen, avec recul dans l'hypochondre à droite et à gauche, dans la région de la colonne lombaire et thoracique, de l'omoplate et du thorax à gauche. Les douleurs sont accompagnées de brûlures d'estomac, de nausées et de vomissements, d'éructations acides et d'une tendance à la constipation. Les symptômes du cancer duodénal ressemblant à un ulcère, il est donc difficile de faire la distinction entre ces maladies.

Causes et maladies précancéreuses du cancer duodénal 12

Les médecins estiment que, pour que l'ulcère renaisse en cancer, des conditions appropriées sont nécessaires, telles qu'une récidive à long terme de la maladie en l'absence d'un traitement adéquat ou d'une prédisposition génétique. On pense que l'ulcère est à l'origine du cancer, mais peut également survenir à l'arrière-plan. Une cause possible de la transformation d'un ulcère en cancer peut être une altération du processus de reproduction et de la croissance cellulaire (maturation) dans le foyer de l'inflammation d'un ulcère chronique.

D'autres auteurs estiment que la tendance à la renaissance (tumeur maligne) des ulcères duodénaux dans le cancer est minime, ainsi que des polypes bénins (jusqu'à 15%). Dans les cas de polypose multiple, la probabilité de transition au cancer augmente jusqu'à 30%.

Si vous soupçonnez un cancer de l'intestin, en particulier du duodénum, ​​il est important d'identifier les patients atteints non seulement de maladies précancéreuses, mais également de modifications précancéreuses des organes digestifs dans leur ensemble.

Par exemple, vous devriez vous inquiéter si vous avez des maladies chroniques avec métaplasie et dysplasie:

Par conséquent, une étude histologique de la biopsie des membranes muqueuses de l'œsophage, de l'estomac, du duodénum, ​​du côlon et de l'intestin grêle, ainsi que du matériel de biopsie du pancréas et du foie est réalisée. La dysplasie des cellules hépatiques résultant de la biopsie est un marqueur de la possible malignité dans les organes digestifs.

Types et formes de cancer duodénal

Le cancer duodénal primitif est rare et représente 0,5% de tous les cas de cancer. En liaison avec la germination d'on-tumeurs d'organes voisins, un cancer duodénal secondaire peut se développer.

Formes de cancer (type de croissance) surviennent:

  • exophytique - croissant dans la lumière intestinale;
  • endophyte - poussant en dehors du duodénum.

Adénocarcinome souvent diagnostiqué, moins souvent - cancer de l'anneau cricoïde, indifférencié. La part des cancers exocrines, touchant le tiers moyen du duodénum, ​​représente 65 à 75% des cas. Dans ce cas, la tumeur affecte les parois de l'intestin, leur lumière est rétrécie, ce qui entraîne une obstruction intestinale.

Quand un nœud se développe, des saignements intestinaux sont possibles, en particulier dans le cancer primitif. Une partie des tumeurs duodénales provoque une jaunisse mécanique, 10 à 30% des métastases s'étendant aux ganglions lymphatiques situés à proximité.

Dans le duodénum, ​​il existe trois sites tumoraux:

  • la région descendante et la région périphérique, qui sont attribuées au carcinome périampulaire et péripapillaire de la papille principale (dans 75% des cas), provenant de l'épithélium du pancréas ou du canal biliaire;
  • la partie horizontale supérieure du duodénum (cancer suprapapillaire, 16%);
  • partie inférieure horizontale du duodénum (cancer infra-papillaire ou préjunal, 9%).

Les autres types de cancer du duodénum comprennent:

  • lymphosarcome, provenant de cellules oncellulaires du tissu lymphatique;
  • leiomyosarcome se développant à partir des muscles lisses;
  • fibrosarcome à cellules de tissu conjonctif;
  • neurinome malin - de la gaine des nerfs.

Les étapes du cancer duodénal

Selon la classification clinique des tumeurs (décrite dans l'article Cancer du rein - classification, types de types, formes), le cancer du PDK peut comporter 4 étapes:

  1. Le cancer duodénal de stade 1 est de petite taille et se distingue nettement des autres tissus. Il est situé à l'intérieur de la membrane muqueuse et dans la couche sous-muqueuse du duodénum. Les métastases régionales et les nouveaux foyers de cellules cancéreuses ne sont pas observés.
  2. Le cancer duodénal de stade 2 augmente de taille de 2 à 5 cm, se développe dans les couches du duodénum, ​​mais ne viole pas les organes voisins. Donne des métastases uniques aux ganglions lymphatiques régionaux.
  3. Au stade 3, la tumeur acquiert une taille significative (plus de 5 cm), dépasse les limites de la paroi intestinale et se développe dans les organes adjacents. Peut être inférieur à 5 cm, mais donner plusieurs métastases régionales.
  4. Le cancer duodénal de stade 4 acquiert des tailles et des caractères différents. Il a des métastases à distance.

Stades du développement onco-tumoral

Classification TNM

La sévérité du processus tumoral est évaluée en fonction de plusieurs critères (taille et étendue de la tumeur, métastases dans les ganglions lymphatiques et les organes distants). Pour cela, la classification TNM (tumeur (tumeur) Nodulus (nœud) métastase (métastase (distribution à d'autres organes))) est utilisée.

T - la taille et la prévalence d'une tumeur duodénale:

  • T1 - la tumeur commence à se développer à travers la paroi interne du duodénum;
  • T2 - la tumeur commence à se développer dans la couche musculaire de la paroi duodénale;
  • T3 - la tumeur commence à germer à la surface du duodénum;
  • T4 - la tumeur a complètement poussé à travers la paroi du duodénum.

N - la présence de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques:

  • N0 - les cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques sont absentes;
  • Les cellules cancéreuses N1 se trouvent dans 1 à 2 ganglions lymphatiques près du duodénum;
  • Les cellules cancéreuses N3 se trouvent dans 3 à 6 ganglions lymphatiques proches.

M - cancer se propageant à d'autres organes éloignés du duodénum:

  • M0 - le cancer ne s'est pas propagé à d'autres organes;
  • M1 - le cancer s'est propagé à une distance inférieure à 12 p.

Diagnostic du cancer duodénal

Comment identifier le cancer de l'intestin? Initialement, il est nécessaire de procéder à une analyse des antécédents familiaux pour détecter la présence de cancer et de maladies du tractus gastro-intestinal. Ensuite, examinez l'histoire de la vie du patient: maladies et mauvaises habitudes et nourriture.

Pour confirmer le cancer intestinal, le diagnostic de la peau, des muqueuses de tous les organes: la bouche et le nez, des yeux est nécessaire pour confirmer la jaunisse et la cachexie (épuisement).

En outre, un test sanguin pour le cancer de l'intestin revêt une grande importance pour le diagnostic: l'anémie (anémie) est déterminée par un test sanguin général. À la suite de recherches en laboratoire:

  • à partir du sang en oncologie intestinale, il aide à identifier les marqueurs tumoraux - protéines spéciales sécrétées dans les tumeurs, analyse détaillée - augmentation du taux d'albumine (protéine);
  • L’analyse d’urine permet également de déterminer les protéines (protéinurie) et les érythrocytes - globules rouges (érythrocyturie);
  • l'analyse des selles révèle la présence de sang dans les selles.

La coloscopie, en tant que méthode instrumentale, est réalisée avec un endoscope. En même temps, inspectez et évaluez l'état interne de l'intestin.

Comment vérifier l'intestin d'une oncologie sans coloscopie:

  • l'irrigoscopie;
  • examen de la capsule;
  • CT et IRM, échographie;
  • copie d'organe du recteur;
  • œsophagogastroduodénoscopie (EGDS).

Lorsque irrigoskopii utilise des rayons X et un agent de contraste, pré-nettoyez l’intestin. L'étude fournit un double: estomac et duodénum. Une caméra vidéo est insérée dans l'endocapsule pour étudier la structure du tractus gastro-intestinal et détecter une pathologie. Ce type de diagnostic est réalisé avec des douleurs abdominales, des saignements cachés et des cancers soupçonnés. Le patient avale la capsule sur un estomac mince. Après 8 heures, la capsule contient des masses de selles et toutes les perturbations de l’estomac et des intestins sont enregistrées.

Le rectoromanoscope examine 20-30 cm de l'intestin à travers l'anus du patient, puis prélève le matériel pour la biopsie. Il est prescrit pour les polypes et autres néoplasmes du rectum.

La tomodensitométrie est une méthode virtuelle permettant de réaliser une coloscopie sans substance contractuelle et de l'insérer dans des dispositifs. Déterminer le degré de compression des organes par la tumeur. Une tumeur IRM est détectée - une méthode plus précise que la tomodensitométrie.

Lorsqu'un médecin EGD examine avec l'endoscope la surface interne de l'œsophage, de l'estomac, du duodénum et prélève un fragment de l'organe en vue d'une biopsie. L'échographie indique la présence de tumeurs et de métastases.

En outre, examiner la radiographie pulmonaire pour déterminer les métastases et le cancer secondaire. Effectuer des examens chez le gastro-entérologue et le thérapeute.

Méthodes de traitement et espérance de vie pour le cancer duodénal

Le traitement du cancer duodénal est effectué par résection gastro-pancréatoduodénale (GPDR). Cela supprime les ganglions lymphatiques à proximité. Pour les petites tumeurs (moins de 1 cm): patients âgés à cellules endocrines et non épithéliales présentant des maladies surpeuplées, les tumeurs sont excisées et une partie du duodénum est retirée. L'intervention chirurgicale dans ce cas sera non radicale.

Pour déterminer le cancer duodénal exocrine, les opérations sont effectuées à 60-80%, ce qui dépend de la structure de la tumeur, de son stade et de sa distribution. Les tumeurs duodénales à cellules endocrines sont traitées selon la méthode NIERT - Thérapie électro résonance intensive. Puisqu'une rechute peut se développer après l'opération GPDR, des métastases se forment dans le foie et la cavité abdominale. Par conséquent, la rééducation postopératoire est effectuée à l'aide de la méthode NEDT.

Après résection gastro-pancréatique-dodécodénale, les métastases peuvent être éliminées par cryodestruction, thermodestruction et la chimiothérapie est également utilisée pour le cancer duodénal. La chimiothérapie est prescrite lorsque lymphosarcome duodénum et des doutes quant à l'efficacité d'une opération radicale. Le traitement combiné est utilisé pour les tumeurs peu différenciées et le caractère infiltrant de sa croissance.

Cancer duodénal, combien de patients vivent?

Le traitement du cancer de l'intestin avec des remèdes populaires est administré dans le cadre d'une thérapie pour renforcer l'effet du traitement chirurgical, l'amélioration après la chimiothérapie et la qualité de vie. Une nutrition adéquate dans le cancer de l'intestin afin de prolonger la vie pendant et après le traitement est importante.

L'espérance de vie d'un cancer du duodénum pendant 5 ans est de:

  • 17 à 67% après le GPDR;
  • 60 à 80% - après élimination des tumeurs opérables.

Le pronostic de survie après traitement est individuel et dépend de l'histologie de la tumeur, du stade de la maladie, de la présence de métastases et des maladies chroniques associées, de processus inflammatoires de l'intestin et de l'estomac, de l'âge et de l'état général du corps.

Avec un diagnostic tardif, le pronostic de l'oncologie intestinale est défavorable. Il s'aggrave encore davantage en présence de métastases dans les ganglions lymphatiques, les canaux de l'estomac, du foie et des voies biliaires, ainsi que de métastases à distance. Les complications oncologiques du duodénum se détériorent en raison de la croissance des métastases des organes voisins, de la sténose et des saignements.

Prévention d'oncologie intestinale

Afin de prévenir le cancer du duodénum, ​​le régime alimentaire devrait être révisé, l'alcool devrait être jeté, le tabagisme devrait être complètement transféré à un mode de vie sain. En présence d'ulcères gastriques et duodénaux, de gastrites atrophiques, de polypes à l'estomac et de proches parents ayant subi un traitement pour maladies oncologiques, il est nécessaire de subir une gastroscopie annuelle et un examen par un oncologue.

Conclusions. Les onco-tumeurs du duodénum peuvent lentement progresser également dans le corps de l'homme et de la femme, plus souvent après 50 ans. Le cancer duodénal est difficile à distinguer des tumeurs de la tête pancréatique, des principales papilles duodénales, des voies biliaires, de l’estomac en raison de symptômes similaires et de caractéristiques de la maladie.
Le cancer se développe lentement, vous ne pouvez donc pas laisser sans attention les symptômes de maladies chroniques du tractus gastro-intestinal, ainsi que de la métaplasie et de la dysplasie, du diabète, des ulcères d'estomac et du DPS. Un examen précoce permet de détecter un cancer dont les signes peuvent se dissimuler derrière les symptômes de ces maladies. Un traitement précoce augmente le pronostic de survie après le traitement du cancer de l'intestin.

Tableau clinique et traitement du cancer duodénal

Les processus oncologiques dans le tractus gastro-intestinal occupent la 3ème place parmi les pathologies malignes. Le duodénum subit des processus de cancer relativement rarement, moins de 1% des cas.

La maladie touche également les deux sexes, surtout après 55 ans. Il a un taux de mortalité élevé.

Description du corps

Le duodénum est situé immédiatement après l'estomac. Cela commence par l'intestin grêle. Chez un adulte, l'organe est situé dans la région des deuxième et troisième vertèbres lombaires.

  • amène le niveau acide-base du bol alimentaire aux indicateurs souhaités;
  • régule la production de certaines enzymes et de la bile;
  • affecte les régions de sécrétion de l'estomac.

Caractéristiques et types de maladie

La tumeur primitive se développe très rarement dans le duodénum. Plus souvent dans le corps, les foyers secondaires sont diagnostiqués. Fondamentalement, un néoplasme de particules épithéliales se développe. Classer la pathologie selon les critères suivants:

  • direction de la croissance;
  • histologie;
  • l'emplacement;
  • étendue de la distribution.

Dans le sens de la croissance

Les cellules malignes se comportent différemment dans l'intestin. En fonction de cela, il existe deux types d’oncologie du duodénum:

  • Exophytique - un néoplasme se développe dans la paroi interne, il se développe dans la lumière intestinale. Une obstruction partielle ou complète peut survenir.
  • Une pathologie endophyte maligne se développe dans la couche musculaire en laissant à travers la gaine externe.

Sur la base histologique

La pathologie peut être formée à partir de différentes cellules du corps. Les types suivants de cancers intestinaux duodénaux sont distingués:

  • Tumeur en forme d'anneau - le nom de la pathologie est associé à un type de cellules atypiques qui deviennent similaires aux anneaux. La maladie est caractérisée par un cours agressif avec la propagation rapide des métastases, il est difficile à diagnostiquer.
  • Cancer indifférencié - une tumeur maligne se développe souvent sur la paroi interne du duodénum.
  • Lymphosarcome - survient dans 15% des cas de lésions malignes du duodénum. Elle se caractérise par une transition fréquente vers les ganglions lymphatiques voisins. Il est détecté principalement chez les hommes de plus de 50 ans.
  • Leumisarcome - fait référence à des formes non épithéliales, une tumeur pouvant atteindre une moyenne de 8 cm. La pathologie est capable de métastaser par les vaisseaux sanguins vers le foie et la cavité abdominale. Diagnostiqué plus souvent chez les hommes et les femmes de plus de 40 ans.
  • Neurome - fait référence aux pathologies malignes non épithéliales du duodénum, ​​a une origine neurogène. Il sont extrêmement rares, mais peuvent apparaître dans l'enfance. Il se caractérise par une croissance lente, ne diffuse pas de métastases pendant longtemps, mais est capable de se reproduire.
  • Fibrosarcome - Un ganglion malin du tissu conjonctif se forme dans le duodénum. Sa taille est supérieure à 3 cm, a une couleur blanchâtre.
  • Adénocarcinome muqueux - se développe à partir de particules glandulaires saines de la membrane muqueuse d'un organe. La tumeur est formée dans la couche musculaire et externe, capable de se développer dans la cavité du péritoine. Une grande quantité de mucus s'accumule.

Photo: adénocarcinome duodénal

Par lieu

Le duodénum est constitué de différentes zones. Une tumeur maligne peut se former dans l'un d'entre eux. Il existe les types de cancer suivants:

  • Péri-ampulaire ou péripapillaire - la partie de la région de l'okolosocsochnoy est touchée. Il se produit dans 75% des cas. Un examen détaillé est difficile, il est donc difficile de poser un diagnostic final.
  • Suprapapillary - la zone horizontale supérieure de l'organe en souffre. Il est diagnostiqué dans 16% des cas.
  • Infapapillary - la surface horizontale de l'intestin est affectée. Il se produit dans 9% des cas.

Ce tableau présente les normes de résultats des marqueurs tumoraux du cancer de l’intestin grêle.

Les étapes

Les processus oncologiques du duodénum sont divisés en 4 étapes. Ils sont déterminés par la taille de la tumeur, son développement, ses symptômes, la présence de foyers secondaires:

  • Stade 1 - la tumeur a des contours clairs, de petite taille, situés dans la couche sous-muqueuse sans symptômes. Les métastases sont absentes.
  • Stade 2 - la pathologie se développe dans la couche musculaire, mais n'atteint pas les tissus des organes voisins. Les métastases apparaissent dans les ganglions lymphatiques voisins.
  • Étape 3 - L'éducation atteint de grandes tailles, au-delà du duodénum. Affecte souvent le pancréas. Des métastases multiples sont diagnostiquées. De nombreux symptômes de la maladie se manifestent.
  • Étape 4 - la tumeur peut être de n'importe quelle taille. Les néoplasmes secondaires se propagent dans tout le corps, affectant les poumons, l’estomac et le foie. Le patient présente la plupart des symptômes inhérents à la maladie.

Les symptômes

Les premiers stades du cancer duodénal de l'intestin sont souvent asymptomatiques. Le patient commence à ressentir des problèmes lorsque le processus de cancer commence.

  • La douleur Le syndrome est ressenti dans 80% des cas. Sa localisation et son intensité chez les patients peuvent varier considérablement. Le symptôme apparaît lorsque la pathologie atteint les canaux nerveux, obstrue le canal biliaire. La douleur est plus souvent ressentie dans la région de l'hypochondre droit, la région épigastrique. Gêne possible dans la région des organes voisins.
  • Démangeaisons Les patients se plaignent de démangeaisons cutanées qui affectent grandement la qualité de vie, provoquant une insomnie et une agitation excessive. Le symptôme est associé à une grande quantité de bilirubine dans le sang.
  • Réduction de poids. L'oncologie manifeste une perte de poids brutale. Le corps souffre d'intoxication causée par des particules cancéreuses. Une tumeur peut provoquer une obstruction, entraînant une rupture de la digestion. Le patient n'a pas de perception normale de la nourriture, car il se produit un blocage des conduits.
  • Jaunisse Le symptôme est exprimé dans 80% des cas. Il est associé à la croissance d'un néoplasme dans les voies biliaires et à la stagnation de la bile. La peau devient jaune ou verte, la couleur de l'urine et des matières fécales change.

Diagnostics

Le diagnostic final nécessite un examen préalable. Même des symptômes prononcés ne peuvent obliger un spécialiste à prescrire un traitement sans diagnostic. L'étude comprend des méthodes de laboratoire et instrumentales.

Tests de laboratoire

À l'aide de tests spécifiques confirmant ou non la présence d'oncologie:

  • test sanguin (général, biochimique) - anémie, une augmentation des enzymes hépatiques peut indiquer une tumeur;
  • test sanguin pour la détection des marqueurs tumoraux - en fonction des résultats du test, vous pouvez déterminer le type de tumeur maligne, son degré de développement, le test permet de contrôler l'efficacité du traitement;
  • analyse d'urine - une teinte rouge dans l'urine, sa turbidité, ainsi que la présence de marqueurs tumoraux dans celle-ci peuvent indiquer un processus malin;
  • un test de selles pour le sang occulte - la présence de sang peut indiquer que la tumeur a grandi, a commencé à se décomposer partiellement ou à perturber l'intégrité de l'intestin.

Des conseils nutritionnels sur le cancer de l'intestin après une chirurgie sont rassemblés dans cet article.

Méthodes instrumentales

Avec l'aide de la technologie moderne, les médecins peuvent étudier l'oncologie du duodénum en regardant à l'intérieur du corps. Parfois, de telles procédures peuvent causer de l'inconfort.

Les méthodes les plus informatives:

  • FGS - la méthode permet de détecter des tumeurs, de prélever le matériel pour une biopsie ultérieure.
  • Des rayons X avec baryum - du baryum sont injectés dans le duodénum pour le contraster, le déplaçant autour de l'organe et surveillant son état à l'aide d'un moniteur. La procédure nécessite une préparation préalable du corps.
  • Examen par ultrasons de la cavité abdominale - un spécialiste sera en mesure de déterminer le type de pathologie endophytique et de détecter la présence de lésions secondaires dans la cavité abdominale.
  • La tomodensitométrie permettra d'étudier le néoplasme en couches.
  • IRM - la méthode ne cause pas de gêne et ne nécessite pas de préparation préalable, mais pour l'intestin, elle peut ne pas être trop informative.
  • L'endoscopie vidéo capsulaire est une méthode très informative. Un spécialiste reçoit une image vidéo de la région duodénale pour en distinguer les changements pathologiques. Dans ce cas, le médecin ne pourra pas prélever le matériel pour la biopsie ou contrôler le mouvement de la capsule.

La caméra montre cette vidéo:

Méthodes de traitement de la maladie

Le traitement implique l'ablation de la tumeur et le traitement ultérieur. Les types de chirurgie dépendent du lieu de formation du cancer:

  • Résection circulaire de la partie supérieure - la zone touchée est retirée et la perméabilité intestinale est restaurée. La procédure est effectuée avec une petite quantité d'éducation.
  • Résection circulaire de la partie inférieure de l'intestin - la partie touchée est enlevée avec rétablissement ultérieur de son intégrité.
  • Ablation de la tumeur avec la région du canal biliaire, la tête pancréatique et l'extrémité du canal excréteur - la procédure est parmi les plus complexes. La zone touchée est enlevée avec la dernière partie du canal et la tête du pancréas.

Prévisions

Le pourcentage de survie dépend du stade du processus du cancer:

  • dans les premiers stades, le taux de survie à cinq ans est de 70%;
  • dans ce dernier cas - 15-20% (avec résection gastroduodénale).

Des complications

L'oncologie du duodénum peut endommager de nombreux organes internes, y compris le pancréas. Souvent, des tumeurs secondaires se développent dans la tête de la glande. Cela conduit à une pancréatite aiguë et à une nécrose ultérieure.

Autres complications de la tumeur:

  • provoque des saignements internes;
  • se désintègre et provoque une péritonite purulente dans le péritoine;
  • viole le flux de bile;
  • épuisement du corps.

Comment le cancer duodénal se manifeste-t-il et quelles sont les prévisions?

Le cancer duodénal est une très grave maladie cancéreuse. Les premiers symptômes apparaissent au moment du développement actif de la maladie. Cette circonstance complique grandement le traitement du cancer.

La maladie se caractérise par le fait qu'une tumeur maligne apparaît dans la partie supérieure de l'intestin grêle.

Elle survient principalement à l’âge de 55 ans, quel que soit le sexe de la personne. Chez les jeunes, un cancer duodénal peut également apparaître. Mais cela arrive très rarement.

Au stade initial de la maladie, les cancers proviennent de l'épithélium et des fossettes de la membrane muqueuse, ainsi que de tissus glandulaires denses. Au fur et à mesure que la maladie progresse, la tumeur se développe dans les organes voisins.

Causes de développement

Comme d’autres cancers, le cancer duodénal n’a pas de cause précise. Les médecins ne peuvent nommer que les facteurs prédisposants contribuant au développement de la maladie:

  • soif d'alcool, conduisant à l'alcoolisme;
  • prendre des drogues;
  • fumer;
  • la dépendance au café;
  • consommation fréquente de plats gras ou à base de viande.

Les maladies suivantes conduisent au cancer duodénal:

  • diabète sucré;
  • urolithiase;
  • pancréatite chronique.

Souvent, les patients en oncologie ont des parents proches atteints du même mal. Tous ces facteurs ne peuvent pas être un indicateur conduisant au développement de la pathologie. En pratique médicale, il y a eu des cas où des personnes menaient un mode de vie tout à fait en bonne santé lorsqu'elles étaient atteintes d'un cancer. L'étiologie de cette maladie n'est pas entièrement comprise.

Pathogenèse de la maladie

Habituellement, une tumeur apparaît dans la région papillaire. En médecine, on parle de cancer péripapillaire. Les cancers suprapapillaires, c'est-à-dire ceux qui se forment dans la partie supérieure de l'intestin grêle, ne sont présents que chez 16% des patients. Moins communément, le cancer infra-papillaire peut être détecté lorsque le cancer est situé dans la région horizontale inférieure du duodénum.

L'oncologie du duodénum, ​​contrairement à d'autres tumeurs malignes du tube digestif, conduit rarement à des métastases. Cela donne certaines chances aux patients avec ce diagnostic, puisque seul l'organe lui-même ou ses ganglions lymphatiques adjacents est affecté.

Mais tout n’est pas aussi réconfortant, le rétablissement n’est possible qu’au stade initial de la maladie. En outre, le cancer du duodénum est souvent causé par un cancer gastrique ou pancréatique, qui métastase activement.

Comment se manifeste la maladie?

Aux premiers stades de l'oncologie de l'intestin grêle, il est presque impossible de le diagnostiquer. À mesure que la tumeur se développe dans un département particulier du corps, le tableau clinique est déterminé.

Les symptômes du cancer duodénal ont les caractéristiques suivantes:

  1. Avec une tumeur dans la région papillaire pendant une longue période, aucun signe de la maladie n’est observé. Il est possible de détecter le cancer uniquement lors d'un examen programmé ou au cours des étapes ultérieures, lorsque les premiers symptômes apparaissent. C’est principalement la difficulté de pénétration de la bile dans l’intestin. Dans ce cas, la personne ressentira une douleur dans le bon hypochondre. En outre, il y aura des nausées et une perte d'appétit. Au fur et à mesure que la maladie progresse, un jaunissement de la peau et des muqueuses apparaît, d’abord insignifiant, mais il augmentera par la suite. En raison du fait que la sortie de la bile est perturbée et que l'organe fonctionne difficilement, le patient développe une pancréatite.
  2. Si le cancer se situe dans le duodénum horizontal supérieur ou inférieur, les symptômes seront légèrement différents. Dans ce cas, il existe des signes de sténose intestinale, à savoir nausée, distension abdominale, sensation douloureuse du côté droit sous les côtes, brûlures d'estomac, éructations avec contenu acide, sensation de lourdeur dans l'estomac.

Lorsque la tumeur se développe, une obstruction intestinale se développe. À ce stade, l’éducation peut être ressentie pour vous-même. La patiente vomit avec un mélange de bile et une compression se fait sentir dans l'hypochondre droit.

La manifestation clinique de la maladie est la même que dans d'autres pathologies cancéreuses. Ainsi, les signes généraux du cancer duodénal sont les suivants:

  • l'anémie;
  • manque d'appétit;
  • perte de poids spectaculaire;
  • état d'apathie et fatigue constante;
  • diminution de la capacité de travail;
  • tardivement, la température corporelle augmente;
  • il y a un enduit blanc sur la langue;
  • transpiration accrue.

Aux stades ultérieurs, l’abdomen de la patiente est élargi visuellement. Ceci est réalisé grâce à la croissance tumorale. Si la désintégration d'un néoplasme a commencé, la personne aura des excréments noirs pendant la défécation.

Selon leur structure, les tumeurs peuvent être divisées en types suivants:

  • sarcome neural;
  • réticulosarcome;
  • lymphosarcome.

Il existe d'autres variétés, mais ces 3 maladies sont les plus courantes.

Mesures de diagnostic

Le plus souvent, une personne pense à consulter un médecin lorsque les premiers symptômes du cancer duodénal apparaissent - nausées, douleurs dans le côté droit, vomissements et obstruction intestinale. La première chose à laquelle le médecin référera le patient est une image radiographique.

En scannant l'intestin, il sera possible de détecter l'emplacement de la tumeur.

Le patient doit subir une échographie de l'organe. Il détermine le changement de surface de l'épithélium muqueux intestinal. Des analyses de sang, de selles et d'urine sont effectuées.

Dans les centres médicaux modernes, on utilise des méthodes de tomographie par ordinateur ou d’IRM. Une biopsie est effectuée - un morceau de la tumeur est examiné et sa structure est déterminée.

Un EGD est une procédure dans laquelle une analyse biochimique est prise. En conséquence, l'état d'organes tels que:

  • estomac;
  • l'œsophage;
  • Le duodénum;
  • les conduits de la bile.

Le traitement de la maladie n’est prescrit qu’après le diagnostic.

Méthodes de traitement du cancer duodénal

Traitement chirurgical. Selon le niveau auquel le néoplasme est situé, les procédures chirurgicales suivantes sont effectuées:

  1. Si la formation est petite et située dans la partie horizontale supérieure du duodénum, ​​une résection circulaire de la section touchée par les cellules cancéreuses est réalisée. Après cela, la perméabilité intestinale est restaurée par anastomose gastroduodénale directe. Ou l'opération se termine selon la méthode de Billroth 2, s'il y a de faibles ulcères de l'organe.
  2. Si le cancer est du type infrapapillaire, une résection circulaire du duodénum horizontal inférieur est également appliquée. Dans ce cas, l'intestin est réuni bout à bout.
  3. S'il y a un cancer péripapillaire, l'opération est extrêmement difficile. Comme la tumeur se situe dans le département de la grande papille duodénale et du canal excréteur du pancréas, il est nécessaire de retirer la partie malade de l'intestin, la partie inférieure des canaux biliaires et virsung ainsi que la tête du pancréas.

Une chirurgie laparoscopique est également pratiquée aux premiers stades de la maladie. La tumeur est retirée par une petite incision utilisant des instruments de microchirurgie et sous la surveillance d'instruments optiques. Seuls les tissus affectés par les cellules cancéreuses sont éliminés.

Après toute opération, la rééducation est indiquée. Après cela, le médecin prescrit une chimiothérapie pour réduire le risque de métastases. Récemment, une thérapie ciblée a commencé à apparaître. Il s’agit de bloquer la croissance des cellules cancéreuses à l’aide de molécules de protéines cibles.

Outre le fait que des événements médicaux ont lieu, le patient devra changer radicalement son mode de vie.

Tout d'abord, la nutrition du patient est en train de changer. Il aura un peu de temps pour ne consommer que de la nourriture végétale. Même les graisses et les protéines seront d'origine végétale. Utilisation acceptable des produits laitiers. Mais le lait entier est interdit.

Quelles sont les prédictions de survie?

Si le cancer est détecté aux stades 1 et 2, le taux de survie pour les cinq prochaines années est de 70%. Si la tumeur est détectée plus tard, le taux de survie à cinq ans n'est que de 15 à 20%, sous réserve d'une résection gastroduodénale.

Les indicateurs suivants sont pris en compte:

  • type de néoplasme;
  • la présence ou l'absence de métastases;
  • la présence de maladies concomitantes;
  • l'âge du patient.

Rappelez-vous que le cancer duodénal est mieux diagnostiqué à un stade précoce, et que cela n’est possible que grâce à des examens préventifs effectués par un médecin. Ensuite, le traitement sera couronné de succès. Les derniers stades de la maladie ne peuvent presque pas être traités. Par conséquent, soyez aussi attentif que possible à votre santé.

Tumeurs malignes du duodénum

. ou: tumeurs malignes du duodénum 12, cancer du duodénum

Symptômes de tumeurs malignes du duodénum

  • Faiblesse générale, fatigue rapide et perte d'intérêt pour le travail régulier, dépression, retard mental, maux de tête et vertiges, troubles du sommeil (somnolence pendant le jour, insomnie pendant la nuit).
  • Diminution de l'appétit jusqu'à l'anorexie (perte de poids important), la cachexie (degré d'épuisement extrême).
  • Cyanose (cyanose) et pâleur, jaunissement possible de la peau.
  • Sécheresse des muqueuses de la bouche, du nez et des yeux.
  • Augmentation de la température corporelle - de subfebrile (37 ° C) à trépidante (39 ° C et plus).
  • Transpiration accrue (surtout la nuit).
  • Différents types d'anémie (anémie).
  • Immunité réduite et, par conséquent, résistance de l'organisme aux infections.
  • Nausées et vomissements.

Il est également possible de développer des symptômes tels que:
  • vomissements d'aliments récemment consommés au cours de la sténose (contraction) de la région pyloroduodénale (région de l'estomac jusqu'au duodénum);
  • jaunisse (jaunissement de la peau) - avec compression des voies biliaires, en raison d'une obstruction progressive du duodénum 12 (rétrécissement de la lumière duodénale dû à une tumeur);
  • melena (présence de sang dans les selles) en cas de saignement d'une tumeur.

Les formulaires

  • cancer duodénal (tumeur maligne (le type de cellule n'est pas similaire au type de cellule de l'organe dont il est originaire) du tissu épithélial (couvrant) du duodénum 12);
  • cancer de la papille principale du duodénum 12 (tumeur maligne de la papille duodénale (élévation du duodénum comportant un trou par lequel passe le suc biliaire et pancréatique (produit par le pancréas) dans le duodénum 12));
  • lymphosarcome (tumeur maligne provenant du tissu lymphatique);
  • leiomyosarcome (tumeur maligne provenant des muscles lisses);
  • fibrosarcome (néoplasme malin issu du tissu conjonctif);
  • névrome malin (tumeur maligne découlant de la gaine des nerfs).

Par type de croissance émettre:
  • tumeur exophytique (se développant dans la lumière intestinale),
  • tumeur endophyte (se développe au-delà de l'intestin).

Également distinguer 4 stades de la maladie.
  • Stade I - petite tumeur clairement délimitée (séparée des autres tissus) située dans l'épaisseur de la membrane muqueuse et de la couche sous-muqueuse du duodénum. Il n'y a pas de métastases régionales (les lésions malignes (le type de cellule diffère du type de cellule de l'organe d'où elles proviennent), les cellules qui se sont déplacées de l'organe d'origine de la tumeur à d'autres organes) n'en ont pas.
  • Stade II - une tumeur qui se développe dans les couches musculaires du duodénum, ​​mais n'est pas soudée aux organes adjacents. Des métastases uniques surviennent dans les ganglions lymphatiques régionaux les plus proches.
  • Stade III - une tumeur importante, s'étendant au-delà de la paroi du duodénum, ​​se développant dans des organes adjacents ou la même tumeur (ou plus petite) avec plusieurs métastases régionales.
  • Stade IV - une tumeur de toute taille et de toute nature en présence de métastases distantes.

La sévérité du processus tumoral est évaluée en fonction de plusieurs critères (taille et étendue de la tumeur, métastases dans les ganglions lymphatiques et les organes distants). Pour cela, la classification TNM (tumeur (tumeur) Nodulus (nœud) métastase (métastase (distribution à d'autres organes))) est utilisée.
  • T est la taille et la prévalence d'une tumeur duodénale.
    • T1 - la tumeur commence à se développer à travers la paroi interne du duodénum.
    • T2 - la tumeur commence à se développer dans la couche musculaire de la paroi du duodénum 12.
    • T3 - la tumeur commence à germer à la surface du duodénum.
    • T4 - la tumeur a complètement poussé à travers la paroi du duodénum.
  • N - la présence de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques.
    • N0 - les cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques sont absentes.
    • Les cellules cancéreuses N1 se trouvent dans 1-2 ganglions lymphatiques près du duodénum.
    • Les cellules cancéreuses N3 se trouvent dans 3 à 6 ganglions lymphatiques proches.
  • M - la propagation du cancer à d'autres organes éloignés du duodénum.
    • M0 - le cancer ne s'est pas propagé à d'autres organes.
    • M1 - le cancer s'est propagé à des organes éloignés du duodénum.

Raisons

  • Maladie de Crohn (maladie inflammatoire chronique affectant le tractus gastro-intestinal).
  • Formes héréditaires (transmises des parents aux enfants) de polypose intestinale diffuse (éducation sur la membrane muqueuse de l'intestin de nombreux polypes (petites tumeurs ressemblant à des tumeurs de cellules faisant saillie dans la lumière intestinale) de formes et de tailles variées).
  • Adénomes viles (villeux) (bénignes (le type de cellules tumorales est similaire au type de cellules de l'organe à partir duquel il s'est formé), des tumeurs ressemblant à un chou-fleur, de consistance très molle, atteignant souvent des tailles importantes).
  • La présence de néoplasmes malins chez les proches.
  • Mauvaises habitudes (alcool et tabac).
  • Nutrition déséquilibrée et pauvre (consommation excessive d'aliments salés et fumés, manque de fruits et de légumes diététiques).

Un oncologue aidera au traitement de la maladie.

Diagnostics

  • Analyse des antécédents de la maladie et des plaintes (quand (combien de temps) douleur dans la partie supérieure de l'abdomen, perte d'appétit, éructations, nausées, vomissements, perte de poids, faiblesse, fatigue, ganglions lymphatiques cervicaux élargis, auxquels le patient associe l'apparition de ces symptômes).
  • Analyse des antécédents de vie du patient (le patient a des maladies gastro-intestinales (telles que la maladie de Crohn (maladie inflammatoire chronique affectant le tractus gastro-intestinal)); des formes héréditaires (transmises des parents aux enfants) de polypose intestinale diffuse (éducation sur la muqueuse une variété de polypes (petites tumeurs ressemblant à une tumeur de cellules faisant saillie dans la lumière intestinale) de formes et de tailles variées; adénomes ville (villeux) (bénins (le type de cellule de la tumeur est similaire au type de cellule) La crête à partir de laquelle elle s'est formée est une tumeur ressemblant à un chou-fleur, de consistance très molle, atteignant souvent de grandes tailles)); les mauvaises habitudes (alcool, tabac).
  • Analyse des antécédents familiaux (la présence de proches de maladies du tractus gastro-intestinal, ainsi que le cancer).
  • Données d'examen objectif (examen de la peau, des muqueuses de la bouche, du nez, des yeux; le médecin peut détecter une jaunisse (jaunissement de la peau), une cachexie (une déplétion extrême)).
  • Études de laboratoire.
    • Numération sanguine complète (détection d'anémie (anémie)).
    • Détection de marqueurs tumoraux (protéines spécifiques libérées dans certaines tumeurs) dans le sang et l'urine. Il n'y a pas de marqueur tumoral spécifique pour le cancer duodénal.
    • Analyse d'urine (présence possible de protéinurie (protéine dans l'urine), érythrocyturie (présence d'érythrocytes (globules rouges) dans l'urine))
    • Analyse des matières fécales (examen microscopique possible détection de sang dans les matières fécales).
    • Un test sanguin biochimique détaillé (éventuellement une augmentation de l'albumine (protéine)).
  • Méthodes de recherche instrumentales.
    • L'œsophagogastroduodénoscopie (EGDS) est une procédure de diagnostic au cours de laquelle le médecin examine et évalue l'état de la surface interne de l'œsophage, de l'estomac et du duodénum à l'aide d'un instrument optique spécial (endoscope) avec biopsie obligatoire (prélèvement d'un fragment d'organe pour déterminer la structure de son tissu et de ses cellules).
    • Examen aux rayons X avec double contraste de l'estomac et du duodénum 12 avec suspension de baryum. Utilisé pour déterminer les irrégularités dans le duodénum, ​​qui peuvent indiquer indirectement la présence d'un néoplasme dans celui-ci.
    • Radiographie du thorax. Il est utilisé pour déterminer la présence de métastases (lésions malignes (le type de cellule n’est pas similaire au type de cellule de l’organe dont elles proviennent)) qui se sont déplacées de l’organe où la tumeur est originaire à d’autres organes distants) dans les poumons.
    • Échographie (échographie) des organes abdominaux pour établir la présence d'une tumeur duodénale, ainsi que la présence de métastases dans le foie, le pancréas.
    • La tomodensitométrie (CT) permet de détecter les tumeurs du duodénum, ​​le degré de compression des organes voisins.
    • L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est une méthode de diagnostic plus précise que la tomographie par ordinateur. Conduit pour détecter les tumeurs du duodénum 12.
  • Les consultations sont également possibles gastro-entérologue, thérapeute.

Traitement des tumeurs malignes du duodénum 12

  • Traitement chirurgical. Enlèvement de la tumeur par chirurgie. Cela supprime une partie du duodénum. Le traitement chirurgical est possible pour les personnes âgées de moins de 75 ans, en l’absence de métastases (nouveaux foyers de cellules malignes qui ont quitté l’organe où la tumeur est originaire d’autres organes distants) et en l’absence de maladies graves concomitantes.
  • Chimiothérapie. Traitement avec des médicaments visant à la destruction des cellules tumorales. Lorsque la chimiothérapie arrête ou ralentit la croissance des cellules cancéreuses, qui se divisent et se développent rapidement.
  • Radiothérapie L'utilisation de radiations pour traiter une tumeur. Il est principalement utilisé en association avec une chimiothérapie ou un traitement chirurgical.

Complications et conséquences

  • Métastases (nouveaux foyers de cellules malignes qui se sont déplacés de l'organe d'origine de la tumeur vers d'autres organes distants).
  • Perforation de la tumeur (formation d'un trou dans la paroi du duodénum) avec développement de péritonite (inflammation sévère des organes abdominaux).
  • Sténose du duodénum 12 (réduction ou rétrécissement important de la lumière duodénale) - survient le plus souvent lorsque la tumeur atteint une taille importante.
  • La survenue de saignements des tumeurs du duodénum 12.
  • Perte de poids significative jusqu'à la cachexie (épuisement extrême).

Prévention des tumeurs malignes du duodénum

  • arrêter de boire et de fumer;
  • manger de manière rationnelle et équilibrée (refuser de manger trop d'aliments salés, frits, fumés, marinés; augmenter la quantité de fruits et de légumes frais dans l'alimentation);
  • traitement opportun et suffisant des maladies prédisposant au développement d'une tumeur maligne du duodénum (par exemple, maladie de Crohn (maladie inflammatoire chronique affectant le tractus gastro-intestinal)); adénomes viles (villeux) (bénins (le type de cellules tumorales est similaire au type de cellules de l'organe à partir duquel il se développe) tumeurs ressemblant à du chou-fleur, de consistance très molle, atteignent souvent de grandes tailles));
  • être régulièrement examinés par un gastro-entérologue chez des personnes de plus de 50 ans atteintes de maladies du tractus gastro-intestinal (une fois par an).
  • Les sources
  • Gastroentérologie clinique. Grigoriev P. Ya., Yakovlenko A. V. Agence d'information médicale, 2004
  • Normes pour le diagnostic et le traitement des maladies internes: Shulutko B. I., Makarenko S. V., 4ème édition complétée et révisée. “ELBI-SPb” SPb 2007.

Symptômes et traitement du cancer duodénal

Le cancer duodénal est considéré comme une maladie rare du tractus gastro-intestinal. Cette maladie est également diagnostiquée chez les deux sexes à partir de 50 ans. L'origine du cancer est difficile à détecter au dernier stade, car la germination et la propagation de la tumeur à d'autres organes et muqueuses conduisent à la formation d'un néoplasme constitué du même tissu.

Les tumeurs malignes du duodénum sont plus souvent diagnostiquées chez les personnes de plus de 50 ans.

Causes de l'oncologie

  1. Virus. Certains d'entre eux sont capables de changer le génome cellulaire.
  2. Carcinogènes. Il y a des substances qui peuvent altérer l'ADN cellulaire.
  3. Mauvaise nutrition. L'utilisation de plats trop cuits, gras et épicés en grande quantité irrite la membrane de l'estomac, ce qui entraîne l'apparition d'une tumeur.
  4. Rayonnement X. Capable de changer la structure des cellules.
  5. Le tabagisme Les résines qui pénètrent dans l'organisme sont de puissants agents cancérigènes.
  6. Immunité réduite. Si les fonctions de protection du corps sont affaiblies, il lui est difficile de résister à diverses maladies. Si l'état d'immunité est normal, les lymphocytes sont capables de détruire les cellules cancéreuses, ne leur permettant pas de se multiplier davantage.

En outre, un certain nombre de maladies provoquent la formation de processus pathologiques malins dans le tractus gastro-intestinal. Parmi eux se trouvent:

  • ulcère peptique;
  • processus érosifs dans l'estomac;
  • polypes (des tumeurs bénignes peuvent se développer en une tumeur maligne);
  • tumeurs bénignes du duodénum.

Les symptômes

Il existe des symptômes, avec l'apparition desquels il est possible de suspecter le développement d'un cancer à un stade précoce:

  • vomissements fréquents, brûlures d'estomac;
  • perte de poids notable sans changement de régime;
  • réduction du tonus corporel;
  • pâleur de la peau;
  • lourdeur dans l'estomac, manque d'appétit;
  • états dépressifs;
  • troubles du sommeil.

Les signes ci-dessus ne confirment pas toujours que le patient a un cancer du duodénum, ​​mais il est conseillé de consulter un spécialiste et, si nécessaire, de se faire examiner. Les symptômes d'une tumeur cancéreuse dans les derniers stades sont:

  • perte de poids importante;
  • l'anémie;
  • douleur intense et régulière pouvant irradier la région lombaire;
  • l'apparition de saignements dans les intestins et l'estomac (les selles deviennent noires, les vomissements deviennent sombres);
  • faiblesse, blanchissement marqué de la peau.
Retour à la table des matières

Symptômes d'un cancer péripapillaire

À un stade précoce, les symptômes n'apparaissent presque pas. De telles manifestations sont caractéristiques pour les termes ultérieurs. En particulier, il est difficile pour les sécrétions biliaires de pénétrer dans les intestins. Les symptômes suivants se manifestent: douleur dans l'hypochondre, haut-le-cœur, perte d'appétit. Le développement d'une tumeur maligne provoque une inflammation du tissu pancréatique, responsable de la pancréatite.

Symptômes du processus malin dans les divisions horizontales du duodénum 12:

  • sensation de lourdeur dans l'abdomen;
  • des nausées;
  • douleur dans l'hypochondre
  • flatulences;
  • envie de vomir;
  • brûlures d'estomac sévères, apparition d'éructations de sécrétion gastrique de forte acidité.

Dans le même temps, la formation ne peut pas être détectée par la palpation (les premières étapes du développement). Si l'oncologie se développe au bas de la section horizontale du duodénum, ​​elle peut être détectée lors de la palpation. Les patients ont également un appétit réduit, une faiblesse, une anémie et des saignements internes.

Diagnostics

Diagnostiquer le cancer duodénal est nécessaire pour déterminer le stade. Pour l'examen de l'estomac et des intestins, appliquez des diagnostics de laboratoire, instrumentaux:

  • test sanguin pour les marqueurs tumoraux;
  • imagerie par résonance magnétique;
  • oesophagogastroduodénoscopie;
  • biopsie;
  • Scanner;
  • échographie.

Traitement

Options chirurgicales

Il existe trois types de chirurgie. Le chirurgien en choisit un en fonction du type et de l'emplacement du cancer dans les sections intestinales. Si le patient présente une petite tumeur au sommet de la région horizontale du duodénum, ​​il est nécessaire de recourir à la résection circulaire de la partie affectée de l'intestin. Ensuite, il est nécessaire de rétablir la perméabilité à l'aide d'une anastomose ou de réintervenir. Dans le cas du type infra-papillaire de la maladie, une résection peut être effectuée au bas du duodénum.

Les interventions les plus difficiles concernent le développement d'un cancer péripapillaire. Si la tumeur est localisée dans la papille duodénale, la région affectée de l'intestin est enlevée. De plus, la lésion près de la papille nécessite l'ablation de la tête du pancréas et d'une partie du canal.

Chimiothérapie

Après la chirurgie, une chimiothérapie est prescrite. Il utilise des médicaments puissants qui suppriment les cellules qui se divisent rapidement. Ces remèdes aident à éliminer le reste des cellules cancéreuses.

Des complications

  • métastases;
  • l'apparition de trous dans la tumeur et l'inflammation du tube digestif;
  • sténose duodénale;
  • saignements des tissus affectés;
  • perte de poids, épuisement du corps.
Retour à la table des matières

Métastases

Cancer duodénal dans la plupart des cas, métastases aux stades avancés. Les processus à distance sont diagnostiqués chez les personnes présentant une pathologie primaire de grande taille, souvent le foie. Initialement, les métastases affectent les ganglions lymphatiques les plus proches, le foie, le pancréas, le péritoine, etc. Les métastases de la tête pancréatique peuvent provoquer le développement de la jaunisse. Les métastases sont capables d'atteindre de grandes tailles qui dépassent le cancer primitif, souvent diagnostiqué comme une tumeur primitive de la tête.

Prévisions

Les experts enquêtent sur le nombre de personnes vivant après avoir posé un tel diagnostic. Le cancer duodénal suggère un pronostic favorable si la maladie a été détectée tôt. Tout dépend du nombre de mois qui se sont écoulés après l'apparition des symptômes. Un diagnostic opportun permet un traitement dans les délais les plus brefs et prévient la survenue de complications et de métastases. Si des métastases surviennent (formation de foyers supplémentaires de cellules cancéreuses qui se sont déplacées de l'endroit où la tumeur est apparue vers des tissus et des organes distants proches), le pronostic du patient s'aggrave. Dans de tels cas, il est probable que le cancer duodénal sera fatal.

Prévention des maladies

Aucune mesure prophylactique spécifique ne permet de prévenir le cancer duodénal. Vous devez suivre des règles simples qui aideront une personne à rester en bonne santé le plus longtemps possible:

  • rejet de l'alcool et du tabac;
  • une bonne nutrition (éviter la consommation excessive de plats salés, marinés, trop cuits, d'aliments fumés; transition vers un régime alimentaire équilibré);
  • traitement opportun des maladies pouvant causer le cancer de l'intestin (p. ex. adénomes, papillomes);
  • examens réguliers effectués par un gastro-entérologue chez des personnes de plus de cinquante ans souffrant de maladies de l'estomac et des intestins.

A Propos De Nous

Les symptômes de la lymphogranulomatose que le test sanguin détermine très rapidement, compte tenu de la non-spécificité des symptômes de la maladie, c’est ce type de diagnostic qui permet de suspecter en temps utile des modifications pathologiques du système sanguin du patient.