Traitement de l'oncologie par radiothérapie

L’histoire du développement de la radiothérapie remonte à la première décennie du XIXe siècle. Les scientifiques français A. Danlo et E. Bénier ont découvert la capacité des substances radioactives à détruire des cellules jeunes et à développement rapide et ont décidé de les utiliser pour lutter contre les néoplasmes malins. Ainsi, une méthode a été formée qui démontre une grande efficacité à ce jour. La radiothérapie en oncologie, comme un tournevis dans une mécanique: sans elle, le traitement du cancer et d'autres maladies dangereuses associées aux tumeurs n'est pas possible. Plus à ce sujet dans la suite de l'article.

Types de radiothérapie et leurs caractéristiques

Grâce à la radiothérapie au cours des cinquante dernières années, la médecine a réussi à lutter contre le cancer. Les scientifiques ont mis au point de nombreux dispositifs spécialisés qui ont un effet destructeur sur les cellules des tumeurs malignes. L'arsenal moderne d'appareils techniques pour le traitement du cancer compte plus d'une douzaine d'appareils et d'appareils divers. Chacun d'eux a son propre rôle. Quant au concept de radiothérapie, il recouvre un certain nombre de techniques, notamment:

  1. Alpha thérapie. Comme son nom l'indique, il repose sur les effets du rayonnement alpha sur le corps humain. À cette fin, certains types d’isotopes à libération rapide et à vie courte sont utilisés. Il vise à normaliser le travail des systèmes nerveux et végétatif, à restaurer les fonctions des glandes endocrines, à stabiliser les processus naturels du système cardiovasculaire, etc.
  2. Bêta thérapie. Effets biologiques sur le corps avec les particules bêta. Les sources de l'élément actif peuvent être divers isotopes radioactifs. Il fait preuve d'une grande efficacité dans la lutte contre les angiomes capillaires et certaines maladies des yeux.
  3. Radiothérapie. Cela implique l'utilisation d'une irradiation aux rayons X avec un indice d'énergie de 10 à 250 keV. Plus la tension est élevée, plus la profondeur de pénétration des rayons est grande. Une radiothérapie de petite et moyenne puissance est prescrite pour les lésions superficielles de la peau et des muqueuses. L’exposition profonde aux radiations est utilisée pour lutter contre les foyers pathologiques situés en profondeur.
  4. Gamma thérapie. Cette technique est attribuée aux personnes identifiées comme tumeurs cancéreuses bénignes ou cancéreuses. Un rayonnement gamma électromagnétique est émis en raison de la désexcitation d'atomes de cellules qui constituent une menace pour la santé humaine.
  5. Thérapie neutronique. Cette technique repose sur la capacité des atomes à capturer, transformer et émettre des neutrons, qui produisent un effet biologique puissant sur les cellules cibles. La thérapie aux neutrons est prescrite aux patients atteints de formes sévères de cancer résistant.
  6. Protonthérapie. Une méthode unique pour le traitement des petites tumeurs oncologiques. La méthode du proton permet d’agir sur des foyers situés à proximité d’organes / structures extrêmement radiosensibles.
  7. Thérapie pi-méson. La technique la plus moderne en oncologie. Il est basé sur l'utilisation de caractéristiques de mésons pi négatifs - des particules nucléaires, produites à l'aide d'équipements spéciaux. Ces particules ont une distribution de dose favorable. Leur efficacité biologique laisse loin derrière toutes les technologies de radiothérapie décrites ci-dessus. Actuellement, le traitement au pi-méson n'est disponible qu'aux États-Unis et en Suisse.

Méthodes modernes de conduite

Les méthodes de radiothérapie sont divisées en deux catégories: à distance et par contact. Les techniques à distance incluent des méthodes dans lesquelles la source de rayonnement est située à une certaine distance du corps du patient. Contactez appelez les procédures qui sont effectuées avec une avance dense d'une source de rayonnement à un néoplasme. Vous en apprendrez plus sur chacune de ces catégories dans le tableau ci-dessous.

Radiothérapie en oncologie: conséquences et indications

Le cancer est le pronostic le plus embarrassant qu'un médecin puisse offrir. Il n'y a toujours pas de médicament garantissant un traitement curatif de cette maladie. La ruse du cancer, c'est qu'il affecte presque tous les organes connus. En outre, le cancer peut courir ses "tentacules" même dans le corps des animaux domestiques. Y a-t-il un moyen de combattre cet ennemi? L'une des méthodes les plus efficaces est la radiothérapie en oncologie. Mais le fait est que beaucoup rejettent une telle perspective.

Aller à travers les bases

Que savons-nous du cancer? Cette maladie est presque incurable. Et l'incidence augmente chaque année. Le plus souvent, les Français tombent malades, ce qui s'explique par le vieillissement de la population, la maladie affectant souvent les personnes âgées.

En fait, le cancer est une maladie des cellules, au cours de laquelle elles commencent à se diviser en continu, formant de nouvelles pathologies. À propos, les cellules cancéreuses ne meurent pas mais se transforment en une nouvelle étape. C'est le moment le plus dangereux. Dans notre corps, a priori, il existe une certaine quantité de cellules cancéreuses, mais celles-ci peuvent se développer quantitativement en raison de facteurs externes tels que les mauvaises habitudes, l'abus d'aliments gras, le stress ou même l'hérédité.

Dans ce cas, la tumeur, formée par ces cellules, peut être bénigne si elle se développe en dehors de l'organe. Dans une telle situation, vous pouvez le supprimer et éliminer le problème. Mais si la tumeur se développe sur l'os ou si elle a germé à travers des tissus sains, il est presque impossible de la découper. Dans tous les cas, si la tumeur est enlevée chirurgicalement, la radiothérapie est inévitable. En oncologie, cette méthode est assez courante. Mais de plus en plus de personnes malades abandonnent cette pratique par peur d'être exposées.

Types de traitement

S'il y a une maladie, alors il convient de considérer les principales méthodes de traitement. Ceux-ci incluent l'ablation chirurgicale de la tumeur. En passant, il est toujours retiré avec une marge pour éliminer le risque de germination possible de la tumeur à l'intérieur de tissus sains. En particulier, dans le cancer du sein, toute la glande est retirée, ainsi que les ganglions axillaires et sous-claviers. Si vous manquez une certaine partie des cellules cancéreuses, la croissance des métastases est accélérée et une chimiothérapie est nécessaire, méthode efficace contre les cellules à division rapide. La radiothérapie qui tue les cellules malignes est également en cours. En outre, ils utilisent une thérapie cryo- et photodynamique, une immunothérapie, qui aident le système immunitaire à lutter contre la tumeur. Si la tumeur est détectée à un stade avancé, un traitement combiné ou une prise de médicament peut être prescrit pour soulager la douleur et la dépression.

Des indications

Alors, quand la radiothérapie est-elle nécessaire en oncologie? Lorsque vous parlez à un malade, le plus important est d'expliquer de manière raisonnable la nécessité d'une telle méthode de traitement et de formuler clairement la tâche que vous souhaitez réaliser de cette manière. Si la tumeur est maligne, la radiothérapie en oncologie est utilisée comme méthode principale de traitement ou en combinaison avec une intervention chirurgicale. Le médecin attend du traitement de la réduction de la taille de la tumeur, une suspension temporaire de la croissance, un soulagement de la douleur. La radiothérapie est utilisée en oncologie dans les deux tiers des cas de cancer. Les conséquences de cette méthode se traduisent par une augmentation de la sensibilité de la zone touchée. Dans certains types de tumeurs, la radiothérapie est préférable par rapport à la méthode chirurgicale, car elle se caractérise par moins de traumatismes et le meilleur résultat esthétique dans les zones ouvertes.

Dans les tumeurs épithéliales, une radiothérapie combinée avec un traitement chirurgical est indiquée, la radiothérapie étant d’une importance primordiale, car elle contribue à la réduction de la tumeur et à sa croissance. Si l'opération n'était pas suffisamment efficace, l'irradiation postopératoire est indiquée.

Pour les formes avec métastases à distance, une combinaison de radiothérapie et de chimiothérapie est indiquée.

Contre-indications

Quand la radiothérapie est-elle clairement déplacée en oncologie? Les conséquences ne sont pas les plus agréables, qu’il s’agisse de lymphopénie, de leucopénie, de thrombocytopénie, d’anémie, ainsi que de toute maladie accompagnée de forte fièvre et de fièvre. Si le thorax est irradié, le facteur de risque sera une insuffisance cardiovasculaire ou respiratoire, ainsi qu'une pneumonie.

La radiothérapie en oncologie après l'opération est indiquée pour les personnes qui se distinguent par la santé du système nerveux central et du système urinaire. Ils ne doivent pas souffrir de maladies aiguës, avoir des pustules, des éruptions allergiques ou des inflammations de la peau. Il existe également des conditions, par exemple, l'anémie ne peut pas être considérée comme une contre-indication si le saignement provient d'une tumeur. En effet, après les premières séances de thérapie, les saignements peuvent cesser.

Risque inattendu

La radiothérapie en oncologie après une chirurgie peut constituer un risque injustifié si le patient a des antécédents de tuberculose dans l’histoire du patient. Le fait est que l'irradiation permet l'aggravation d'une infection du sommeil provoquée par des foyers latents. Mais dans le même temps, les formes fermées de tuberculose ne seront pas considérées comme une contre-indication, bien qu'elles nécessiteront un traitement médical pendant la radiothérapie.

En conséquence, l'exacerbation sera possible sous la condition du processus inflammatoire existant, des foyers purulents, des infections bactériennes ou virales.

Dans tout ce qui précède, il peut être révélé que l’utilisation de la radiothérapie est déterminée par les circonstances spécifiques de l’ensemble des arguments. Les critères seront notamment le moment prévu des résultats et l’espérance de vie probable du patient.

Objectifs spécifiques

Le tissu tumoral est très sensible aux radiations. Par conséquent, la radiothérapie est devenue très courante. Le traitement de l'oncologie par radiothérapie est effectué afin d'endommager les cellules cancéreuses et leur mort ultérieure. L'impact est réalisé sur la tumeur primitive et sur les métastases sélectionnées. En outre, l'objectif peut être de limiter la croissance agressive des cellules avec le transfert possible d'une tumeur à un état opérationnel. Également pour prévenir le développement de métastases dans les cellules, la radiothérapie en oncologie peut être recommandée. Les conséquences, les témoignages et les attitudes chez les personnes malades diffèrent en termes polaires car, en substance, le corps est irradié afin de détruire les cellules endommagées. Comment cela affectera-t-il votre santé? Hélas, il est impossible de prédire avec précision, car tout dépend des caractéristiques individuelles de l'organisme.

Variétés de Thérapie

En examinant les propriétés et les sources du faisceau, différents types de radiothérapie en oncologie sont mis en évidence. Ce sont les thérapies alpha, bêta, gamma, ainsi que le neutron, le pi-méson et le proton. Il existe également une thérapie par rayons X et électronique. Avec chaque type de cancer, l'exposition aux radiations donne un effet unique, car les cellules se comportent différemment selon le degré de dommage et la gravité de la maladie. Avec un succès égal, vous pouvez compter sur une guérison complète ou un résultat totalement nul.

Lors du choix de la méthode d'irradiation, l'emplacement de la tumeur joue un rôle important car il peut être situé à proximité d'organes ou de vaisseaux vitaux. L'irradiation interne est effectuée lorsqu'une substance radioactive est introduite dans le corps par le tube digestif, les bronches, la vessie ou le vagin. En outre, la substance peut être injectée dans les vaisseaux sanguins ou par contact pendant la chirurgie.

Mais le rayonnement externe traverse la peau. Il peut être général ou ciblé sur un site particulier. La source d'exposition peut être des produits chimiques radioactifs ou des équipements médicaux spéciaux. Si le rayonnement externe et interne est effectué simultanément, on parle alors de radiothérapie combinée. En fonction de la distance entre la peau et la source du faisceau, on distingue les irradiations distantes, rapprochées et de contact.

Algorithme d'action

Mais comment faire la radiothérapie pour l'oncologie? Le traitement commence par une confirmation histologique de la présence d'une tumeur. Déjà sur la base de ce document, l’affiliation tissulaire, la localisation et le stade clinique sont établis. Le radiologue, sur la base de ces données, calcule la dose de rayonnement et le nombre de séances nécessaires au traitement. Tous les calculs peuvent maintenant être effectués automatiquement, car il existe des programmes informatiques appropriés. En outre, les données disponibles aident à déterminer s'il convient de mener une radiothérapie en combinaison avec d'autres méthodes ou sans elles. Si le traitement est combiné, une irradiation peut être effectuée à la fois avant et après la chirurgie. Selon la norme, la durée du traitement par irradiation avant l'opération ne devrait pas dépasser trois semaines. Pendant ce temps, la radiothérapie peut réduire considérablement la taille de la tumeur. En oncologie, les critiques sur cette méthode sont très polaires, car l’effet reste imprévisible. Il arrive aussi que le corps repousse littéralement les radiations ou les absorbe dans des cellules saines, pas dans des cellules malades.

Si la radiothérapie est effectuée après l'opération, elle peut durer d'un mois à deux.

Effets secondaires de la procédure

Après avoir commencé un traitement, une personne malade peut présenter une faiblesse, une fatigue chronique. Son appétit diminue, son humeur se dégrade. En conséquence, il peut grandement perdre du poids. Les changements peuvent être observés par analyse - le nombre d'érythrocytes, de plaquettes et de leucocytes diminue dans le sang. Dans certains cas, le lieu de contact avec le faisceau peut gonfler et devenir enflammé. De ce fait, des plaies peuvent se former.

Jusqu'à tout récemment, l'irradiation était réalisée sans tenir compte du fait que des cellules saines pouvaient pénétrer dans la zone d'action. Cependant, la science progresse et la radiothérapie peropératoire est apparue en oncologie du sein. L’essence de la technique est que le processus d’irradiation peut être démarré au stade de l’exploitation, c’est-à-dire qu’après l’excision, le faisceau est dirigé vers le site d’intervention. L'efficacité dans ce domaine minimise la probabilité d'une tumeur résiduelle, puisque sa neutralisation se produit.

Avec une tumeur au sein, une femme court toujours le risque de se séparer de ses seins. Cette perspective est souvent encore plus effrayante qu'une maladie mortelle. Et la reconstruction mammaire par l'intervention de chirurgiens plasticiens est trop coûteuse pour les femmes moyennes. Par conséquent, les femmes se tournent vers la radiothérapie en guise de salut, car elle peut nous permettre de limiter l'excision de la tumeur elle-même et de ne pas retirer complètement la glande. Les lieux de germination possibles seront traités avec des rayons.

L'effet de la radiothérapie dépend directement de la santé du patient, de son humeur, des maladies indésirables existantes et de la profondeur de pénétration des rayons radiologiques. Souvent, les effets des radiations apparaissent chez les patients ayant subi un traitement de longue durée. Des douleurs mineures peuvent survenir pendant longtemps - ce tissu musculaire affecté se rappelle de lui-même.

Le problème principal des femmes

Selon les statistiques, la radiothérapie en oncologie de l'utérus est la méthode de traitement la plus courante. Cette pathologie survient chez la femme majeure. Il faut dire que l'utérus est un organe multicouche et que le cancer affecte les parois et se propage à d'autres organes et tissus. Au cours des dernières années, le cancer de l’utérus a également été constaté chez les jeunes femmes, ce que les médecins attribuent souvent à une activité sexuelle précoce et à une négligence en matière de protection. Si vous «attrapez» la maladie à un stade précoce, elle peut être complètement guérie, mais à la fin de la période, il ne sera pas possible d’obtenir une rémission complète, mais en suivant les recommandations de l’oncologue, vous pourrez prolonger la vie de la personne.

Le traitement du cancer de l’utérus repose sur la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. Le bonus est un traitement hormonal, une diète spéciale et une immunothérapie. Si le cancer progresse activement, l'excision n'est pas la bonne méthode. Les meilleurs résultats peuvent être obtenus par irradiation. La procédure est interdite pour l'anémie, le mal des rayons, les métastases multiples et autres maux.

Dans ce cas, les méthodes radiothérapeutiques peuvent différer par la distance entre la source et la zone d’impact. La radiothérapie de contact est la plus douce, car elle implique un effet interne: le cathéter est inséré dans le vagin. Les tissus sains ne sont pratiquement pas affectés. L'oncologie transférée peut-elle être inoffensive? Après la radiothérapie, après le retrait de l'utérus et d'autres procédures désagréables, la femme est faible et vulnérable. Elle doit donc absolument repenser son mode de vie et son régime alimentaire.

L'utérus est retiré si la tumeur s'est considérablement étendue et a affecté tout l'organe. Hélas, mais dans cette situation, la possibilité d’une continuation de l’espèce est mise en doute. Mais ce n’est pas le moment de regretter, car des mesures aussi radicales prolongeront la vie d’une femme malade. Nous devons maintenant réduire l’intoxication, qui consiste à boire abondamment et à prendre des plantes et des complexes de vitamines avec la plus grande part des antioxydants. Les aliments protéinés doivent être introduits progressivement dans le régime alimentaire, en mettant l’accent sur le poisson, le poulet ou le lapin. Les habitudes néfastes doivent être éliminées une fois pour toutes et les visites préventives chez un oncologue doivent être introduites en règle générale.

Il est nécessaire d'inclure dans le régime des produits anti-cancer. Ceux-ci incluent des pommes de terre, du chou dans toutes les variétés, des oignons, des verts et diverses épices. Vous pouvez vous concentrer sur les repas à base de céréales ou de grains entiers. En honneur soja, asperges et pois. Aussi utile haricots, betteraves, carottes et fruits frais. La viande est toujours préférable de remplacer par du poisson et plus souvent de manger des produits laitiers à faible teneur en matières grasses. Mais toutes les boissons alcoolisées, le thé fort, les viandes fumées et la salinité, les marinades sont interdites. Nous aurons à dire adieu au chocolat, aux plats cuisinés et au fast food.

La radiothérapie en oncologie: l’essence et les méthodes de traitement, la rééducation

La radiothérapie occupe à juste titre l'une des principales places dans le traitement des tumeurs malignes de divers organes et tissus. Cette méthode peut augmenter de manière significative la survie des patients, ainsi que soulager leur état en cas de stade avancé de la maladie.

La découverte des rayons X a constitué une véritable avancée dans le domaine de la science médicale, car il était possible de «voir» le corps de l'intérieur pour découvrir comment «ressemblaient» les maladies déjà connues de divers organes et systèmes. Inspirés par les possibilités d’utilisation des rayons X et ayant ressenti un sentiment d’euphorie, les scientifiques ont commencé à les utiliser non seulement à des fins de diagnostic, mais également à des fins thérapeutiques. On a donc appris l’effet néfaste des rayons X sur les tumeurs, dont la taille a diminué, alors que les patients ont ressenti un soulagement important.

Cependant, le revers de la médaille était les nombreuses complications et réactions aux radiations qui ont inévitablement poursuivi les patients irradiés. Les informations sur les effets négatifs des rayonnements ionisants sur les tissus sains se sont accumulées et les critiques de la méthode se sont multipliées. Pendant un certain temps, l'utilisation de la radiothérapie a été considérablement réduite, mais la possibilité de lutter contre les tumeurs malignes, dont le nombre n'augmente que chaque année, n'a pas permis d'abandonner complètement l'exposition. Les physiciens, les radiologistes et les médecins ont mis au point de nouveaux dispositifs et méthodes d’irradiation qui permettraient de réduire la charge radiologique et, partant, la probabilité d’effets secondaires, rendant le traitement efficace et sûr.

Aujourd'hui, la radiothérapie est considérée comme l'une des principales méthodes de traitement du cancer et permet, dans certains cas, de refuser une intervention chirurgicale aboutissant à une guérison complète. Le nombre d'effets secondaires a considérablement diminué en raison de la possibilité d'un effet ciblé des rayonnements sur le tissu tumoral, ainsi que de l'utilisation non seulement des rayons X, mais également strictement dirigés sur les faisceaux tumoraux de particules élémentaires. Dans la plupart des cas, ce type de traitement est bien toléré par les patients, mais certaines règles et particularités relatives au mode de vie restent en vigueur et nous les étudierons plus en détail.

Types de radiothérapie et leurs caractéristiques

La radiothérapie fait référence aux effets de divers types de rayonnements ionisants sur le tissu tumoral. Comme les cellules cancéreuses se divisent très rapidement, elles sont très sensibles à divers types d’effets physiques. La radiation endommage l'appareil principal des cellules - l'ADN, ce qui non seulement entraîne leur mort, mais aussi, ce qui est extrêmement important dans le cas de l'oncopathologie, une violation du processus de division. Le résultat de l'irradiation est une réduction de la taille de la tumeur due à la mort (nécrose) de ses éléments constitutifs, ainsi que la cessation de la croissance de la néoplasie. Les cellules saines souffrent beaucoup moins et le fait de focaliser le faisceau sur la tumeur aide à éviter les conséquences indésirables. Parallèlement à la chimiothérapie et au traitement chirurgical, la radiothérapie contribue à l'amélioration rapide de l'état des patients et, dans les cas favorables, à l'ablation complète de la tumeur du corps.

L'irradiation dans le cancer est possible à la fois indépendamment, en particulier dans le cas de tumeurs superficielles (peau, par exemple), et en combinaison avec la chimiothérapie et la chirurgie. La radiothérapie effectuée avant la chirurgie réduit la taille de la tumeur, le risque de séparation et l’entrée de cellules cancéreuses dans les vaisseaux sanguins et lymphatiques et, par conséquent, l’efficacité du traitement sera beaucoup plus grande. Dans le cas des formes négligées de cancer, en présence de métastases, l'utilisation de l'énergie de radiation permet non seulement d'améliorer la vie des patients et de réduire la douleur, mais empêche également une dissection ultérieure des cellules cancéreuses dans tout le corps, et les nodules métastatiques existants subissent une régression.

Souvent, la radiothérapie est effectuée après une intervention chirurgicale, lorsqu'il existe une chance de laisser les cellules tumorales sur le site de la croissance du cancer. Cette approche vous permet de détruire toutes les cellules et d’éviter la récurrence de la maladie à l’avenir.

Le type et la méthode de radiothérapie dans chaque cas sont choisis par le médecin en fonction des caractéristiques de la tumeur, de son emplacement, de son stade et de l'état général du patient. Les radiations pouvant endommager les tissus sains, les doses sont déterminées individuellement et divisées en plusieurs séances, contrairement à la chimiothérapie, qui utilise souvent des schémas thérapeutiques standard.

Les types de radiothérapie sont déterminés par le rayonnement utilisé:

Les rayons X ont été utilisés en premier lieu, puis, grâce aux efforts de physiciens, des installations sont apparues qui permettaient de générer des faisceaux de particules élémentaires dans des accélérateurs spéciaux.

Les méthodes de radiothérapie dépendent de la méthode d’influence sur le tissu tumoral:

  1. Radiothérapie à distance lorsque l'appareil est à l'extérieur et que le faisceau traverse d'autres tissus directement vers la tumeur;
  2. Traitement de contact, impliquant l'impact uniquement sur le tissu tumoral en y introduisant des porteurs de rayonnement (aiguilles, fils, billes, etc.). Il peut être interstitiel, intracavitaire, intravasculaire, sous forme d'applications. La curiethérapie pour le cancer de la prostate est un exemple de radiation interstitielle.
  3. La thérapie par radionucléides consiste à introduire des préparations pharmacologiques contenant un élément radioactif pouvant s'accumuler dans des tissus bien définis (iode dans la glande thyroïde).

Il convient de noter en particulier une méthode très prometteuse et efficace de traitement des tumeurs avec des faisceaux de protons. Les protons accélérés dans des accélérateurs spéciaux atteignent leur destination et émettent un maximum de rayonnement radioactif dans les derniers millimètres de leur trajet. En d’autres termes, sur le chemin menant à la tumeur, seule une quantité insignifiante d’énergie de radiation est dissipée et elle ne se propage pas du tout vers le tissu situé derrière le site tumoral. Cette fonctionnalité vous permet de minimiser les effets nocifs des rayonnements sur les organes et les tissus sains avec une efficacité élevée à l'intérieur du néoplasme.

La possibilité de focaliser le faisceau de protons strictement sur le tissu tumoral et la faible probabilité d'effets secondaires confèrent un avantage considérable au traitement des enfants chez qui des tumeurs secondaires après une exposition normale peuvent devenir un réel problème. En outre, avant l’utilisation de la protonthérapie, une tumeur telle que le mélanome rétinien se terminait inévitablement par l’ablation de tout l’œil, ce qui altérait considérablement la qualité de vie après la chirurgie. Avec l'avènement de la protonthérapie, il est devenu possible de traiter la tumeur, en préservant l'organe de la vision, et le patient ne subit pas de conséquences graves de son adaptation, comme après un traitement chirurgical.

Pendant de nombreuses années, une telle technique n’était disponible que dans les conditions de centres spécialisés dans la recherche en physique, mais des progrès importants ont récemment été enregistrés dans l’utilisation de ce type de traitement en Amérique du Nord et en Europe, comme en témoigne le fonctionnement des cliniques de protonthérapie. Malheureusement, en Russie et dans d'autres pays de l'espace post-soviétique, ces méthodes ont un usage très limité et les centres de protonthérapie sont en construction. Cela est dû au coût élevé des équipements, à la nécessité d'équiper des structures offrant une radioprotection fiable, dans lesquelles l'épaisseur des murs peut atteindre 5 mètres ou plus. En Russie, 1% seulement des patients ont la possibilité de suivre un tel traitement, mais la construction de centres dotés d'équipements appropriés laisse espérer la disponibilité future de la protonthérapie pour la plupart des patients atteints de cancer.

La radiochirurgie a été utilisée avec succès pour traiter les tumeurs cérébrales.

Une autre méthode moderne et très efficace de radiothérapie est l'utilisation de la radiochirurgie, lorsque le faisceau de rayonnement est focalisé dans un endroit strictement défini, provoquant la mort des cellules et la destruction des tumeurs. La radiochirurgie est utilisée avec succès pour traiter non seulement les tumeurs malignes, mais aussi les tumeurs cérébrales bénignes (méningiome, adénome de l'hypophyse, etc.), en particulier celles auxquelles il est difficile d'accéder pour une chirurgie conventionnelle. La radiochirurgie stéréotaxique (communément appelée "gamma knife", "cyber couteau") permet d’enlever les tumeurs sans craniotomie et autres interventions chirurgicales, mais son effet n’est pas immédiat, il faut plusieurs mois, voire six mois - un an comme dans le cas de tumeurs bénignes. Le patient est actuellement sous la surveillance dynamique de spécialistes.

Les étapes de la radiothérapie

Compte tenu de la complexité des méthodes et des équipements utilisés, ainsi que de la possibilité de réactions aux rayonnements et d'autres complications, la radiothérapie doit être strictement présentée au patient et son schéma de mise en œuvre doit être vérifié avec précision. L'ensemble des procédures comprend trois étapes:

Le comportement du patient à chaque stade a ses propres caractéristiques, ce qui peut déterminer l'efficacité du traitement. Le respect de règles simples aidera à éviter les effets secondaires indésirables.

La période de pré-irradiation est peut-être la plus importante, car une planification appropriée des procédures, le calcul de la dose et la méthode d’influence sur la tumeur déterminent le résultat final. Il est également important de prendre soin de l'état des tissus sains qui, d'une manière ou d'une autre, peuvent subir les effets des radiations.

La planification de la radiothérapie est réalisée simultanément par plusieurs spécialistes - un radiothérapeute, un oncologue, un physicien médical, un dosimétriste, qui calcule les doses de rayonnement nécessaires, choisit la manière optimale de l'introduire dans les tissus pendant la curiethérapie (dans ce cas, le brachythérapeute est connecté), détermine la charge maximale de rayonnement et la capacité de réserve des tissus environnants. qui peuvent être exposés aux radiations.

La planification avant la période d’essai peut nécessiter non seulement des efforts de spécialistes et plusieurs jours de travail acharné. Pour une détermination précise de tous les paramètres de la radiothérapie, des recherches supplémentaires et l'utilisation de l'informatique moderne sont indispensables, car seul l'appareil permet de calculer le trajet complet du rayon radioactif vers les cellules tumorales avec une précision millimétrique, en utilisant des images tridimensionnelles des organes ou tissus atteints obtenues avec un tomographe.

Le point important est le marquage sur le corps du patient, qui est effectué en fonction des résultats de la tomodensitométrie, de l'IRM et des rayons X. Le médecin marque une tumeur sur le corps de la tumeur et sur la zone irradiée avec un marqueur spécial. S'il est nécessaire de passer à un autre appareil irradiant, la mise à zéro est effectuée automatiquement en fonction des marques existantes. Le patient doit savoir que les marques doivent être conservées jusqu'à la fin du traitement. Par conséquent, elles doivent être évitées lors de la douche. Si cela se produit, vous devez en informer l'infirmière ou le médecin qui corrigera la situation.

Quelles sont les règles de comportement de base dans la période précédant le procès? Tout d’abord, vous devriez essayer de conserver l’étiquette sur le site de l’exposition. Deuxièmement, il n’est pas nécessaire de prendre le soleil ou d’utiliser diverses crèmes, irritants, produits de parfumerie, iode dans la zone d’exposition prévue. Enfin, en cas de lésion de la peau, de dermatite, d'érythème fessier ou d'érythème fessier, vous devez en informer votre médecin, qui vous aidera à vous débarrasser des problèmes existants. S'il est nécessaire d'irradier la région de la tête et de la gorge, il convient de prendre soin de l'état des dents, de soigner les caries et de mettre de l'ordre dans la cavité buccale.

Avec le respect de ces simples recommandations, la prescription d’un médecin et une attitude positive à l’égard du résultat, le traitement doit être effectué de manière sûre et efficace.

La période de rayons comprend l'exposition réelle selon le schéma développé précédemment. La radiothérapie ne dure généralement pas plus de 4 à 7 semaines, et 2 à 3 semaines suffisent pour une réduction préopératoire de la taille de la tumeur. Les sessions ont lieu tous les jours cinq jours par semaine, avec une pause de deux jours pour restaurer la peau et les tissus impliqués dans l'exposition aux radiations. Si la dose de rayonnement quotidienne est importante, elle peut être divisée en plusieurs sessions.

Le traitement est effectué dans une pièce spécialement équipée pour la radioprotection et le personnel le quitte pendant l'intervention. Le patient est connecté au médecin par le biais d'un haut-parleur. Le patient est placé sur une table ou une chaise, règle la source de rayonnement sur la zone souhaitée et les tissus environnants sont recouverts de blocs de protection. Au moment de la procédure, la table ou le radiateur peut se déplacer dans l’espace ou créer du bruit, ce qui ne doit pas être intimidant et sur lequel l’infirmière prévient habituellement.

La procédure est indolore et dure 5 à 10 minutes, durant lesquelles le patient doit conserver la position adoptée, ne pas bouger, ne pas respirer calmement et de manière uniforme.

Pendant toute la durée du traitement, il est nécessaire de respecter les règles suivantes:

  1. Pendant la radiothérapie, les aliments doivent être pleins, riches en calories et contenir toutes les vitamines et oligo-éléments nécessaires. Ne vous privez pas d’hydrates de carbone, dont la proportion peut être de 3 à 4 fois supérieure à la quantité de protéines et de lipides consommée. L'exposition aux radiations entraînant la désintégration du tissu tumoral et la formation d'une grande quantité de toxines, il est nécessaire de veiller à bien boire (jusqu'à trois litres de liquide par jour), en utilisant les jus, les compotes, le thé et l'eau minérale.
  2. Pendant le traitement, il est nécessaire d’éliminer complètement le tabagisme et la consommation d’alcool, bien qu’il soit préférable de se débarrasser complètement et définitivement des mauvaises habitudes.
  3. Une attention particulière doit être portée aux zones de la peau dans la zone d'irradiation. Les vêtements doivent être fabriqués dans des tissus naturels (coton, lin), gratuits et non adjacents aux lieux d'exposition aux rayonnements. Si possible, ces zones doivent rester ouvertes, mais protégées du soleil lorsque vous sortez.
  4. L'utilisation de produits cosmétiques et de parfums est préférable de reporter à plus tard, même avec du savon, il est préférable de ne pas utiliser, afin de ne pas trop sécher la peau déjà sèche. Lorsque vous prenez une douche, vous devez vous rappeler les élévations dans la zone de rayonnement.
  5. Si vous ressentez des rougeurs, une sécheresse, des démangeaisons, une transpiration excessive, vous ne devez pas prendre de mesures indépendantes, appliquer des objets froids ou chauds sur la peau, il est préférable d'en parler avec votre médecin.
  6. Les recommandations générales concernant tous les patients cancéreux, telles que les promenades en plein air, un bon sommeil, une activité physique adéquate, s’étendent également à la période de radiothérapie.

L'irradiation dans diverses formes de néoplasmes malins a ses propres caractéristiques, qui sont généralement prévenues à l'avance des patients. Dans le cancer du sein, le recours le plus courant est la radiothérapie postopératoire à distance, conçue pour détruire les cellules tumorales qui pourraient subsister après le retrait de la néoplasie. En présence de métastases, l'objectif est de réduire leur taille, ainsi que la sévérité de la douleur. Pendant le traitement, une fatigue et une sensation de fatigue peuvent apparaître, qui devraient disparaître à la fin du cours.

Dans le cas du cancer colorectal, le traitement le plus efficace est la radiothérapie avant l'opération et, dans certains cas, il suffit de traiter suffisamment de chimiothérapie, même sans élimination chirurgicale de la tumeur. Outre l'exposition à distance, il existe des techniques avec l'introduction d'une source de rayonnement directement dans le rectum. La radiothérapie n'est pas effectuée pour le côlon sus-jacent.

Les tumeurs de la prostate sont traitées avec succès par curiethérapie, lorsque des capsules ou des aiguilles contenant un isotope radioactif sont injectées directement dans le tissu tumoral. Cette approche vous permet d’éviter les réactions indésirables des organes adjacents (diarrhée, difficulté à uriner, etc.).

Les nouveaux excroissances des organes génitaux féminins impliquent une irradiation à distance de la région pelvienne et, en cas de cancer du col utérin, la radiothérapie revêt souvent une importance primordiale. Donc, si dans le cas d'un cancer micro-invasif, l'irradiation est réalisée dans la période postopératoire, alors, aux stades II-III de la maladie, elle constitue la principale et souvent la seule méthode de traitement. Dans la quatrième phase du cancer du col utérin, la radiothérapie est palliative, ne contribuant qu’à soulager l’état des patients.

La période de post-irradiation commence après la fin du traitement. En règle générale, la majorité des patients se sentent bien et les effets indésirables sont totalement absents ou peu exprimés. Néanmoins, il y a encore des conséquences et vous devez en être conscient afin de ne pas vous perdre et à temps pour demander l'aide nécessaire.

La récupération après la radiothérapie commence immédiatement après la fin des séances d’irradiation et consiste à observer un régime doux, à assurer un sommeil correct et à se reposer pendant la journée. La nature du pouvoir, ainsi que l'humeur émotionnelle du patient, sont tout aussi importants. Au stade de la réadaptation, vous aurez peut-être besoin non seulement de l'aide d'un médecin, mais également de la famille et des proches, dont la participation et le soutien sont très importants pendant cette période.

En raison de la présence d'une tumeur, ainsi que de la nécessité de procéder à toutes sortes de recherches et de procédures thérapeutiques qui ne sont pas toujours agréables pour le patient, des troubles émotionnels peuvent survenir. Cela peut être l'apathie, la dépression ou l'anxiété et parfois la dépression. Il est très important de ne pas devenir autonome, d'essayer de communiquer davantage avec les amis et la famille, de maintenir autant que possible le rythme de la vie habituel, mais de réduire l'activité globale à un point tel que la fatigue ne se produise pas. N'abandonnez pas les tâches ménagères, les passe-temps, les passe-temps, et si vous voulez vous reposer, les plans peuvent être reportés à un moment. Marcher et socialiser aide de nombreux patients à retrouver leur ancien mode de vie et à améliorer leur humeur.

La sensation de fatigue est souvent accompagnée de radiothérapie, car la charge corporelle associée aux procédures ainsi que la destruction de la tumeur nécessitent une énergie considérable et peuvent être accompagnées de modifications métaboliques. Au cours de cette période, il est recommandé de se reposer davantage, d’organiser un court sommeil de jour et, si le patient continue de travailler, il est logique de discuter avec la direction de la possibilité de passer à un travail plus facile. De nombreux patients préfèrent partir en vacances au moment du traitement.

Après la fin du traitement, vous devriez consulter régulièrement votre médecin pour surveiller l’état et les résultats du traitement. L'observation est généralement effectuée par un oncologue d'un dispensaire polyclinique ou oncologique, qui détermine la fréquence des examens. En cas de détérioration soudaine de l'état, de douleurs, de troubles gastro-intestinaux, de fièvre et d'autres symptômes, vous devez consulter un médecin sans attendre la prochaine visite prévue.

Une place importante dans la rééducation après la radiothérapie est prise en charge par les soins de la peau, qui sont dans la plupart des cas impliqués dans l’irradiation et dont la radiothérapie à distance souffre presque toujours. Au moins un an après la fin du traitement par irradiation, la peau doit être protégée du soleil et de diverses blessures. Les zones de peau qui se trouvaient dans la zone de rayonnement doivent être lubrifiées avec une crème nourrissante, même en l'absence de signes d'inflammation ou de brûlure. Les amoureux des bains ou des baignoires doivent cesser de les utiliser pendant un moment, les remplacer par une douche. Les produits irritants pour la peau et les gants de toilette résistants doivent être éliminés.

Parfois, les patients peuvent avoir des difficultés de communication en raison du manque de sensibilisation des autres à l’oncologie et à son traitement. Par exemple, certaines personnes pensent que les personnes ayant subi une radiothérapie sont capables d’émettre elles-mêmes des radiations. Il est donc préférable de rester à l’écart de ces personnes. Cet avis est erroné: les patients à tous les stades, y compris la rééducation, ne représentent pas un danger pour les autres et la tumeur elle-même n'est pas contagieuse. Si possible, n'abandonnez pas les relations intimes, car cela fait partie d'une vie bien remplie. En cas de modification des muqueuses de l’appareil génital ou d’inconfort, le médecin vous expliquera comment le traiter.

Vaincre le stress, c'est diversifier son temps de loisirs. Cela peut être une visite au théâtre, des expositions, des loisirs, des promenades et des rencontres avec des amis. Il est important de détourner l'attention des pensées qui peuvent accompagner toutes les étapes du traitement d'une tumeur maligne.

Un peu sur les complications et les effets secondaires de la radiothérapie

Comme tout autre type de traitement, la radiothérapie peut provoquer diverses réactions indésirables, tant locales que générales. Les effets secondaires courants de la radiothérapie peuvent être considérés comme une sensation de fatigue, une faiblesse, un changement de l'état émotionnel, ainsi que des perturbations de la moelle osseuse qui se produisent sous l'action des radiations. S'il est nécessaire d'irradier de grandes surfaces du corps, le renouvellement constant des cellules sanguines souffre d'une manière ou d'une autre, leur maturation dans la moelle osseuse est altérée, ce qui se traduit par une diminution du nombre de leucocytes, d'érythrocytes et de plaquettes. Le patient est régulièrement soumis à des analyses de sang pour contrôler ses composants et, si nécessaire, un traitement approprié est prescrit ou le traitement par irradiation est suspendu pendant une semaine.

Parmi les autres effets courants de la radiothérapie, on peut observer la perte de cheveux, la détérioration des ongles, la perte d’appétit, des nausées et même des vomissements. Ces modifications sont le plus souvent associées à l'irradiation de la région de la tête, des organes du tractus gastro-intestinal, ainsi qu'à la dégradation du tissu tumoral par radiation. Après la fin du traitement, l'état du patient revient progressivement à la normale.

Une attention particulière devrait être accordée à la nutrition des patients subissant une radiothérapie. Les changements d'appétit, les nausées ne contribuent pas à l'adoption de la nourriture et, entre temps, les besoins en nutriments sont assez élevés. Si le sentiment de faim ne survient pas, c’est que vous devez, comme on dit, «je ne le veux pas». Comme la liste des produits recommandés est assez longue, il n’est pas nécessaire de se limiter aux sucreries, aux plats de viande et de poisson, aux fruits et aux jus de fruits. Le régime doit être riche en calories et saturé de toutes les substances nécessaires.

Lorsque vous cuisinez, vous devez suivre certaines règles:

  • Les repas doivent être riches en calories. Si vous voulez de la crème glacée - vous devez la manger, si le patient aime la bouillie pour le petit-déjeuner, ajoutez-y davantage de beurre;
  • La quantité quotidienne de nourriture doit être divisée en plusieurs réceptions, il est préférable de manger plus souvent, mais en petites portions, afin de ne pas créer une charge sur les organes digestifs;
  • Le régime alimentaire doit contenir une grande quantité de liquide (s'il n'est pas contre-indiqué en cas de maladie rénale, d'œdème, etc.) et la préférence doit être donnée aux jus de fruits, aux boissons lactées, au yaourt;
  • Eh bien, si vous avez toujours en main les produits préférés qui sont autorisés à être stockés dans la clinique (biscuits, chocolat, etc.), vous pouvez donc les manger quand vous en avez envie;
  • Mieux vaut manger, regarder la télévision ou même un livre;
  • Dans certains hôpitaux, les médecins permettent même aux patients de boire un verre de bière en mangeant pour améliorer leur appétit. Vous ne devez donc pas hésiter à discuter de toutes les caractéristiques du régime alimentaire avec votre médecin.

Les complications locales de la radiothérapie sous forme de réactions cutanées sont le plus souvent observées. Après plusieurs séances d'irradiation, un rougissement de la peau est possible, ce qui finit par disparaître, laissant la pigmentation derrière. Certains patients se plaignent d'une sensation de sécheresse, de démangeaisons, de brûlures et d'une desquamation de la peau dans la zone irradiée. Avec des soins appropriés, la peau est restaurée dans les 4 à 6 semaines suivant le traitement.

Parmi les complications possibles figurent des brûlures, parfois graves, avec formation d'ulcères ou d'infection de la plaie par rayonnement. La probabilité d'un tel développement d'événements augmente avec l'augmentation de la dose de rayonnement, la présence d'une sensibilité individuelle à un rayonnement et d'une pathologie concomitante, par exemple, le diabète sucré.

Pour éviter de tels problèmes, après la procédure, vous devez traiter le lieu d'irradiation avec une crème hydratante, des huiles, protéger la peau du soleil. En cas de lésions cutanées graves, le médecin peut recommander des médicaments contenant des corticostéroïdes. Par conséquent, en cas de modification du bien-être, vous devez en informer le médecin.

Lors de l'irradiation des organes de la tête ou du cou, les effets nocifs des rayonnements sur les muqueuses de la cavité buccale et de la gorge sont possibles. Il est donc nécessaire de suivre à nouveau certaines recommandations:

  • Cesser de fumer, l'alcool, la nourriture agaçante;
  • Utiliser une brosse à dents douce et un brossage doux des dents;
  • Rincer la bouche avec de la décoction de camomille ou d’autres solutions recommandées par votre médecin.

La radiothérapie des organes thoraciques peut provoquer une toux, une difficulté respiratoire, une sensibilité et un gonflement de la région du sein. Lors du traitement de tumeurs rectales, il peut y avoir une tendance à la constipation, au sang dans les selles, à la douleur à l'abdomen, il est donc important de suivre un régime qui empêche la rétention du contenu dans l'intestin.

A propos de toute détérioration de la santé, l'apparition de ces changements, il est nécessaire d'informer le médecin traitant qui aidera avec la nomination d'un traitement supplémentaire.

La radiothérapie fait partie intégrante du traitement de la plupart des tumeurs malignes, dont l’effet peut être un rétablissement. Si toutes les recommandations et règles sont suivies, il est généralement bien toléré et les patients peuvent déjà ressentir une amélioration après plusieurs séances d’irradiation.

Ainsi, même en tenant compte d'éventuels effets indésirables, il n'est pas utile de refuser la radiothérapie, car elle donne une chance à l'évolution favorable de la maladie, qui, sans elle, condamnerait à mort un individu. Pour que le traitement soit efficace, il est important de mener une vie correcte, de suivre les recommandations ci-dessus et de signaler rapidement tout changement à son état de santé à son médecin.

Oncologie radiologique, radiation

La radio-oncologie (radiologie interventionnelle) est un domaine médical dans lequel l’utilisation des rayonnements ionisants pour le traitement du cancer est étudiée. En général, le procédé peut être décrit comme suit. Le rayonnement corpusculaire ou ondulatoire est dirigé vers une partie du corps touchée par une tumeur afin d'éliminer les cellules malignes avec des dommages minimaux aux tissus sains environnants. La radiothérapie est l’une des trois méthodes principales de lutte contre le cancer, ainsi que la chirurgie et la chimiothérapie.

Classification des méthodes de radio-oncologie

Premièrement, il convient de distinguer différents types de rayonnement.

  • particules α
  • faisceaux de protons,
  • particules β
  • faisceaux d'électrons,
  • π-mésons
  • rayonnement neutronique.
  • rayonnement gamma,
  • rayons x bremsstrahlung.

Deuxièmement, il existe différentes manières de le résumer.

Curiethérapie:

  • Thérapie de contact. Avec cette méthode, l'émetteur est amené directement à la tumeur. Dans la plupart des cas, la mise en œuvre nécessite une intervention chirurgicale. La méthode est donc rarement utilisée.
  • Méthode interstitielle. Les particules radioactives sont introduites dans le tissu contenant la tumeur. En tant que traitement indépendant, il est principalement utilisé pour les maladies oncogynécologiques et oncourologiques. En complément - avec exposition externe (à distance).

Actuellement, le champ d’application de la curiethérapie en tant que méthode indépendante ou auxiliaire s’élargit, de nouvelles méthodes font leur apparition, par exemple la thérapie SIRT.

Exposition externe (à distance):

Avec une telle exposition, l'émetteur est situé loin de la zone contenant la tumeur maligne. La méthode est cependant la plus universelle et la plus difficile à mettre en œuvre. Le développement de ce domaine de l'oncologie est étroitement lié aux progrès scientifiques et technologiques. Les premières réalisations significatives sont associées à l’invention et à la mise en oeuvre de la radiothérapie au cobalt (années 1950). La prochaine étape a été marquée par la création d’un accélérateur linéaire. Le développement ultérieur est dû à l’introduction de la technologie informatique et de diverses méthodes de modulation (modifications des caractéristiques du faisceau). De nombreuses innovations ont été faites dans cette direction, notamment:

  • Radiothérapie conformationnelle 3D (3DCRT),
  • radiothérapie à modulation d'intensité (IMRT),
  • l'apparition de la radiochirurgie (utilisation de faisceaux étroits d'intensité élevée),
  • technologies combinant l'utilisation de la modélisation 3D / 4D et de la modulation d'intensité (par exemple, RapidArc).

Les installations modernes de radiothérapie sont les appareils les plus complexes et les plus coûteux, combinant des réalisations techniques issues de nombreux domaines technologiques. À ce jour, il existe deux zones d'exposition distante.

  • Radiothérapie Dès le début, la radio-oncologie a précisément évolué dans ce sens: la radiothérapie consiste à utiliser de larges faisceaux de rayonnements ionisants. La conduite d'un LT traditionnel se déroule généralement en plusieurs sessions. Aujourd'hui, cette approche a de nombreuses applications: la technique d'irradiation est constamment améliorée et a subi de nombreux changements au fil du temps. Maintenant, la LT est l’un des moyens les plus courants de traiter le cancer. Il est utilisé pour de nombreux types de tumeurs et de stades: soit en tant que méthode de traitement indépendante, soit en combinaison avec d'autres (par exemple, la radiochimiothérapie). LT est également utilisé à des fins palliatives.
  • Radiochirurgie Direction relativement nouvelle de la radiologie interventionnelle, caractérisée par l’utilisation de rayonnements très ciblés. La procédure prend moins de sessions par rapport à la RT. Alors que le champ d'application de la radiochirurgie est limité et petit comparé à la radiothérapie. Cependant, la direction se développe et progresse activement. Les installations les plus populaires: «Cyber-knife» et ses prédécesseurs «Gamma-knife», «LINAC».

Exposition aux radiations

Les processus se produisant dans les cellules sous irradiation sont extrêmement complexes, il existe de nombreux changements morphologiques et fonctionnels dans les tissus. Le début de ces processus est l'ionisation et l'excitation des atomes et des molécules qui composent la cellule. Nous ne visons pas une description détaillée de ces processus, nous ne donnerons donc que quelques exemples.

L’effet positif de l’irradiation est une violation des processus d’autorégulation des cellules malignes, ce qui, au fil du temps, entraîne leur mort. En raison de la destruction de la structure de l'ADN des cellules cancéreuses, celles-ci perdent leur capacité de division. L'irradiation détruit les vaisseaux tumoraux, sa nutrition est perturbée.

L'effet négatif est que des changements peuvent survenir dans les cellules saines. Cela conduit à des complications radiologiques, qui sont divisées en deux groupes.

  • Réactions de rayonnement. Les violations sont temporaires et disparaissent après un certain temps (jusqu'à plusieurs semaines).
  • Dommages causés par les radiations. Effets irréversibles des radiations.

Chaque type de cellule a ses propres paramètres de radiosensibilité, c'est-à-dire que les changements de cellules commencent à un certain rapport fréquence, type, intensité et durée de rayonnement. En principe, toute tumeur peut être détruite par l'exposition à des radiations, mais elle endommagera également les cellules saines. La tâche principale de l’oncologie rationnelle est de trouver l’équilibre optimal entre les effets bénéfiques des radiations et la réduction des risques de complications.

De manière plus détaillée, les effets secondaires et les caractéristiques les plus caractéristiques de l'exposition aux rayonnements sont pris en compte pour des types spécifiques de maladies oncologiques auxquelles la radiothérapie est applicable. Voir les matériaux suivants.

Minimisation des complications

Depuis la création de la région, la radio-oncologie s'est développée dans le but de minimiser les effets secondaires. De nombreuses innovations ont été développées dans cette voie. Pensez aux techniques de base utilisées par les experts pour réduire les risques d’endommagement des tissus sains.

Gamme de rayons X

Les rayons X de haute intensité permettent d’agir sur les tissus profonds tout en endommageant légèrement les tissus superficiels: le faisceau traverse la peau presque sans perte d’énergie. En sélectionnant l'intensité optimale, la zone d'impact principale est transférée à la profondeur requise. En conséquence, une petite dose de rayonnement tombe sur des cellules saines, la probabilité de brûlure de la peau disparaît.

À l'heure actuelle, les rayons X sont utilisés dans la majorité absolue des installations, mais ce n'est pas le seul type de rayonnement utilisé en radiologie interventionnelle: la protonthérapie, par exemple, ouvre de vastes perspectives.

Résumé exact

La tâche principale est de déterminer avec précision l'emplacement de la tumeur. Il est souvent nécessaire d'éliminer non pas une tumeur distincte mais les restes d'une tumeur après l'opération, des foyers possibles de métastases, qui peuvent être multiples, difficiles à voir et avoir un arrangement désordonné. Pour déterminer leur emplacement, tous les moyens disponibles sont utilisés: IRM, tomodensitométrie, PET-CT, protocole de l'opération effectuée. Nécessite également une connaissance fiable des propriétés du takney environnant: il est nécessaire de déterminer où de nouvelles lésions tumorales peuvent se former et d’empêcher ce processus.

Aujourd'hui, l'utilisation d'un modèle informatique du processus tumoral est devenue la référence en matière de radiothérapie et de radiochirurgie: la stratégie d'irradiation est calculée à l'aide de tels modèles. Dans Cyber ​​Knife, par exemple, il utilise l'informatique sur ordinateur.

Des efforts considérables sont également orientés vers le respect de la précision finale de l'exposition: la situation réelle du patient peut différer de celle dans laquelle le modèle a été construit. Par conséquent, des méthodes permettant de reconstruire la position ou de corriger le sens de l'exposition sont nécessaires.

  • Méthodes de fixation. La radiothérapie dure souvent entre 30 et 40 cycles et il est nécessaire de maintenir la précision à un demi-centimètre près. A ces fins, différentes méthodes de fixation de la position du patient sont utilisées.
  • Contrôle respiratoire L’irradiation des organes en mouvement est une complexité importante: plusieurs techniques ont maintenant été développées pour suivre la respiration du patient et corriger la direction de l'exposition ou la suspendre jusqu'à ce qu'elle revienne à la plage de positions acceptable.

Irradiation à différents angles

Sauf dans de rares cas où il est impossible de changer l'angle de direction du faisceau, cette méthode est nécessairement appliquée. Cette technique vous permet de répartir uniformément les effets secondaires et de réduire la dose totale par unité de volume de tissu sain. La plupart des installations peuvent faire pivoter un accélérateur linéaire autour d'un cercle (rotation 2D), certaines installations vous permettent d'effectuer des rotations / mouvements spatiaux (pas uniquement le long du même axe).

Fractionnement

Il est nécessaire de déterminer aussi précisément que possible les propriétés des cellules saines et cancéreuses touchées et d'identifier les différences de radiosensibilité. L'intensité et le type d'étude sont sélectionnés individuellement pour chaque cas, ce qui permet d'optimiser l'efficacité du traitement.

La modulation

Outre la direction de l'impact, le faisceau présente deux caractéristiques transversales importantes: la forme et la distribution de l'intensité. En modifiant la forme du faisceau, il est possible de prévenir l'exposition des organes sains à radiosensibilité élevée. En raison de la répartition de l'intensité - réduire la dose de rayonnement pour les tissus voisins de la tumeur et inversement, augmenter pour le foyer de la tumeur.

Des techniques similaires ont été utilisées depuis les années 90, lorsque la technologie de modulation d'intensité a été inventée. Au début, les dispositifs ne permettaient l'utilisation que de quelques (1 à 7) directions d'irradiation (pour chacune desquelles les caractéristiques optimales du faisceau étaient calculées à l'avance) au cours d'une session. Il existe maintenant des collimateurs à plusieurs pétales (un dispositif qui forme la forme du faisceau), qui peuvent rapidement recréer divers profils, en effectuant une rotation de l'accélérateur linéaire. Cela a permis de produire une irradiation dans un nombre illimité de directions (technologie RapidArc) en une seule session, ce qui permet de raccourcir la durée du traitement de presque un ordre de grandeur.

A Propos De Nous

Les maladies du système digestif sont graves et souvent très dangereuses. Au stade aigu, la vie du patient peut être menacée.