Polypes dans les intestins: symptômes et traitement

Les polypes sont des formations bénignes qui représentent la croissance "charnue" de tissus dépassant au-dessus de la membrane muqueuse des organes. Selon de nombreux chirurgiens, les polypes dans les intestins peuvent être diagnostiqués chez toutes les 10 personnes âgées de plus de 40 ans dans notre pays, à condition qu'un examen complet soit effectué sur ce groupe d'âge.

Causes des polypes dans l'intestin

Il n’existe pas de théorie expliquant l’apparition de polypes dans les intestins. Certains scientifiques ont tendance à croire que ces tumeurs apparaissent à la suite d'une perturbation des processus de régénération dans les zones lésées de la paroi intestinale. D'autres considèrent que la cause de la formation de polypes est anormale au cours du développement embryonnaire. Il existe de nombreuses autres opinions sur la nature de cette maladie.

Cependant, les facteurs susceptibles d’accroître la probabilité de formation de polypes dans l’intestin sont identifiés:

  • sexe masculin (chez les hommes, la maladie est détectée plus souvent que chez les femmes);
  • prédisposition génétique;
  • mode de vie inactif et obésité;
  • prévalence dans le régime alimentaire des glucides et des aliments gras;
  • constipation persistante et dysbiose;
  • diverticulose et cancers intestinaux.

Symptômes de polypes dans les intestins

Dans la plupart des cas, les polypes dans l'intestin ne se manifestent pas, en particulier les plus petits. Par conséquent, la pathologie n'est pas diagnostiquée à temps et ne peut être guérie.

S'il y a des polypes dans le côlon, le patient peut se plaindre des problèmes suivants:

  • douleur dans l'abdomen;
  • alternance de constipation et de diarrhée;
  • fausse envie de déféquer (ténesme);
  • inconfort pendant les selles;
  • l'apparition de sang et de mucus sur les matières fécales et entre les périodes de selles.

Dans le petit et le duodénum, ​​les polypes sont rarement formés, les symptômes apparaissent lorsqu'ils atteignent de grandes tailles. Et cela est dû au fait que les tumeurs contractent la lumière intestinale, ce qui entraîne:

  • sensation de plénitude dans l'estomac;
  • douleur épigastrique;
  • brûlures d'estomac;
  • éructations;
  • des nausées, parfois même des vomissements.

Si la maladie n’est ni diagnostiquée ni traitée, son issue peut alors être une obstruction intestinale élevée.

Diagnostic des polypes dans les intestins

Il est impossible d'établir un diagnostic sans procédures de diagnostic spéciales: sur la base des plaintes et des résultats de laboratoire, le médecin ne peut que présumer de la présence de néoplasmes dans l'intestin. Les proctologues et les endoscopistes sont impliqués dans le diagnostic de cette maladie.

Examen rectal numérique

Il s'agit de la première étude obligatoire réalisée sur un patient présentant des formations suspectes dans l'intestin. Le médecin estime que les parties les plus proches du rectum peuvent être identifiées au cours de l’étude et que diverses pathologies peuvent être responsables de l’apparition des symptômes.

Méthodes de radiographie

L'irrigoscopie est une étude du gros intestin utilisant un agent de contraste qui est administré de manière rétrograde, c'est-à-dire à l'aide d'un lavement du rectum. Cette méthode vous permet de visualiser les caractéristiques de la structure du gros intestin et d’identifier ses diverses formations (défauts de remplissage). La détection de petits polypes n’est souvent pas possible avec ce test.

Si vous soupçonnez la présence de polypes ou d’autres défauts dans les sections supérieures, vous examinez le passage du baryum dans les intestins. Avant l'examen, le patient doit boire une solution contenant un agent de contraste. Après plusieurs heures, des rayons X sont pris, dans lesquels, au passage de l'agent de contraste, différentes parties de l'intestin sont visualisées.

Méthodes endoscopiques

La rectoromanoscopie est une méthode de diagnostic qui permet d'inspecter les parties rectale et distale du côlon sigmoïde, à environ 20-25 cm de l'anus. Avec l'aide de l'appareil, le médecin peut:

  • évaluer visuellement l'état de la muqueuse intestinale;
  • examiner les tumeurs, le cas échéant;
  • prendre le matériel pour une biopsie ultérieure.

La coloscopie est le "gold standard" dans le diagnostic des maladies du côlon. Cette méthode permet d’examiner l’intestin presque sur toute sa longueur (jusqu’à 1,5 m). Avec l'aide d'un coloscope, un médecin peut:

  • inspecter la membrane muqueuse, en révélant les plus petits polypes de la taille de quelques millimètres;
  • prendre le matériel de biopsie;
  • retirer l'éducation.

Traitement des polypes intestinaux

Le traitement radical de cette maladie n’est possible que par chirurgie. Il est impossible de se débarrasser des polypes à l'aide de médicaments.

L'élimination endoscopique des polypes sur les parois du gros intestin est réalisée à l'aide d'un sigmoïdoscope ou d'un coloscope. Le plus souvent, l'opération est réalisée sous anesthésie générale.

  1. Lorsque des polypes sont détectés dans le rectum, leur excision transanale est réalisée, la plupart de ces opérations étant réalisées à l'aide d'une anesthésie locale. Il est recommandé de supprimer l’éducation dans cette partie de l’intestin, même si elle est petite et de nature bénigne, car elle est souvent blessée et provoque des symptômes désagréables pour le patient.
  2. Si la formation endoscopique ne peut pas être enlevée, alors l'enlèvement est effectué par une incision dans la paroi de l'intestin, une telle opération s'appelle une colotomie.
  3. Dans la polypose, lorsqu'il y a plus d'une centaine de polypes et qu'ils sont concentrés dans une section de l'intestin, la zone touchée est retirée et une anastomose est appliquée entre les extrémités de l'intestin.

Polypes intestinaux - est-ce un cancer ou pas?

Cette question se pose chez de nombreux patients chez qui des polypes sont trouvés dans l'intestin.

Les polypes sont des tumeurs bénignes, ils ne sont pas des cancers, mais certaines de leurs espèces peuvent se maligner au fil du temps (devenir malignes).

Lorsque les polypes sont détectés au cours de la coloscopie, le matériel de biopsie est prélevé. Les recherches en laboratoire permettent d’établir le type de néoplasmes, ce qui permet de tirer des conclusions sur la possibilité d’une tumeur maligne.

Polypes adénomateux (glandulaires)

La probabilité de malignité de ce type de polypes est très élevée: dans 85% des cas, 5 à 15 ans après leur détection, le cancer colorectal est retrouvé chez des patients. Plus la taille de ces polypes est grande et plus leur nombre est élevé, plus le risque de progression défavorable de la maladie est élevé; par conséquent, les polypes adénomateux sont souvent appelés précancéreux.

Les patients présentant des polypes de type adénomateux selon les résultats de la biopsie sont priés de les retirer avec une coloscopie de contrôle annuelle ultérieure. Il existe des preuves que les personnes dont les parents étaient les «propriétaires» de polypes de ce type (même si cela n’a pas attiré le cancer du côlon), le risque de cette pathologie augmente de 50%.

En outre, sécrétez histologiquement des polypes hyperplasiques, inflammatoires et hamartomatiques, qui renaissent très rarement en cancer. Les petits polypes de taille unique présentant une faible probabilité de malignité, qui ne provoquent aucun symptôme, ne sont généralement pas retirés et un examen régulier est recommandé pour les patients.

Recommandations de l'OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de réaliser une coloscopie diagnostique chez toutes les personnes âgées de 55 ans, puis tous les 10 ans (en l’absence de plaintes et de symptômes caractéristiques des polypes dans l’intestin). Cette recommandation est due au fait que dans plus de 85% des cas, le cancer du côlon est détecté chez des patients de plus de 60 ans.

La limite d'âge de la première étude est réduite à 45 ans si une polypose ou un cancer de l'intestin ont été identifiés dans une famille de parents de première ligne (mère, père, frères et sœurs), notamment à l'âge de 45 ans.

Différents pays ont leurs propres normes pour incorporer cette procédure dans le plan des examens médicaux. Dans de nombreux pays européens, il est recommandé de pratiquer chaque année une coloscopie à toutes les personnes de plus de 45 ans, et une analyse de sang occulte dans les selles est également incluse dans le plan d'examen (réaction de Gregersen).

En cas de plainte pouvant indiquer la présence de cette maladie, une coloscopie est réalisée selon les directives du médecin, quel que soit l'âge du patient. Des cas fréquents de détection de polypes bénins chez les enfants.

Ces recommandations sont dictées par des statistiques décevantes. Au cours des 30 dernières années, le cancer colorectal, qui annonce souvent des polypes dans les intestins, s'est hissé au deuxième rang des causes de décès par cancer dans les pays développés. De plus, dans la très grande majorité des cas, la maladie est déjà diagnostiquée au stade III ou IV, lorsque le traitement radical est impossible ou inefficace. Ainsi, l'inclusion de la coloscopie dans un plan d'enquête pour les personnes de plus de 45 ans est l'une des mesures les plus efficaces pour prévenir le cancer du côlon.

Un spécialiste parle de polypes du côlon:

Polypes dans les intestins: symptômes et traitement

Selon les statistiques, dix pour cent des Russes ont des polypes dans les intestins et dans l'estomac. La polypose est plus fréquente chez l'homme que chez la femme. La maladie est dangereuse car elle ne renaît pas rarement en cancer. À temps pour déterminer la maladie aider les symptômes caractéristiques, qui doivent être conscients de. La maladie est traitée par l'ablation chirurgicale du néoplasme. Les recettes de médicaments issus de la médecine traditionnelle sont également très efficaces.

Polypes dans les intestins - caractéristiques générales de la maladie

Quels sont les polypes dans les intestins, les symptômes et le traitement de la maladie sont décrits dans de nombreuses sources, la médecine, ce problème est connu depuis longtemps. Mais personne n'a encore décrit la nature de son origine. Les polypes sont des tumeurs bénignes faisant saillie à la surface, composées de cellules épithéliales. Ils sont fixés aux parois de l'organe interne de la jambe ou à la base large. Ils peuvent se former dans n’importe quel organe et l’intestin est l’un des endroits préférés.

Les nouvelles croissances se produisent souvent dans la partie directe, sigmoïde, descendante de l'intestin, moins souvent dans le segment transverse du côlon. Les polypes ne se transforment pas toujours en tumeur maligne. Mais dans quatre-vingts pour cent des cas de polypose au rectum - le futur cancer.

Les néoplasmes du duodénum et, dans des cas isolés, de l'intestin grêle sont très rares.

Ce qui est intéressant, c'est que la maladie survient le plus souvent chez les enfants et les adolescents. Plus la personne est âgée, plus le risque de formation de polypes est faible.

Les causes

Il n'est pas établi avec précision d'où provient la polypose. Mais il y a des facteurs qui contribuent à leur éducation.

On pense à provoquer la maladie:

  • l'hérédité;
  • l'hypodynamie;
  • fascination pour les produits d'origine animale au détriment des aliments d'origine végétale;
  • questions environnementales;
  • dysbactériose;
  • une tendance à la constipation;
  • cancer intestinal;
  • diverticulose intestinale.

Certains experts estiment que la polypose est une limite entre l'inflammation normale et le cancer d'un organe. La polypose est dangereuse précisément parce qu'elle peut évoluer en cancer.

Les principaux symptômes et signes de polypes dans les intestins chez les adultes, chez les enfants

Cela devrait être connu de tous, et même des enfants, afin d'informer les parents du problème à temps.

C'est ce qui devrait être alerté:

  • diarrhée diarrhée;
  • saignements de l'anus au cours d'une selle;
  • besoin fréquent de selles;
  • douleurs abdominales ou inconfort persistant pendant les selles.

La présence de saignements dans les matières fécales peut être confondue avec les hémorroïdes. Et chez les enfants, ce phénomène peut être dû à beaucoup d'autres raisons. Dans tous les cas, vous devriez consulter un médecin pour un examen afin de déterminer la cause de cette affection.

Hélas, très souvent, la polypose est généralement asymptomatique jusqu'à ce qu'elle se transforme en maladie oncologique. C’est pourquoi il est si important, après 50 ans, de réussir les contrôles annuels.

Le plus souvent, il saigne de ceux qui ont des polypes dans le rectum. Les polypes dans le côlon provoquent également des douleurs abdominales, des brûlures dans le canal anal, des diarrhées alternant avec des diarrhées. La polypose de l'intestin grêle peut entraîner une obstruction intestinale chez les adultes et les enfants. Les polypes du duodénum ne se détectent pas eux-mêmes pendant longtemps, et lorsqu'ils atteignent de grandes tailles, ils entraînent une obstruction intestinale.

Types et diagnostic de polypes

Tous les polypes sont classés par type.

Il y a des polypes:

  • Fleecy Ils ressemblent à un tapis tapissant les parois de l’intestin et, dans 40% des cas, ils renaissent avec le cancer;
  • Adénomateux Le plus souvent, précurseurs du cancer;
  • Hyperplasique De très petite taille, le plus souvent dans le rectum;
  • Hamartomateux. Ils sont constitués de tissus sains. On suppose que leur apparition est une violation du développement de l'épithélium glandulaire;
  • Jeunes excroissances locales. Habituellement trouvé chez les enfants, très rarement malin, bien qu'il existe des exceptions.

Les polypes sont multiples ou simples. Plusieurs groupes se développent souvent, et il arrive qu'ils soient dispersés dans les intestins.

Traitement des polypes intestinaux

Les polypes doivent absolument être éliminés par n'importe quel moyen: à l'aide d'un scalpel de chirurgien, de méthodes folkloriques ou de tablettes. Dans chaque cas, il existe une approche différente de cette question. Si les polypes sont laissés seuls, ils ont toutes les chances de se transformer en cancer.

L'élimination des polypes dans les intestins est la tâche du médecin traitant et, à temps, demander de l'aide est une tâche pour le patient. C'est pourquoi il est si important de faire attention aux symptômes alarmants et de ne pas remettre à plus tard la visite chez le médecin. Les polypes sont détectés à l'aide des technologies modernes - coloscopie, sigmoïdoscopie, irrigoscopie, résonance magnétique et tomographie par ordinateur. Et parfois, avec une polypose rectale, une inspection de routine et une palpation sont suffisantes.

Traitement médicamenteux des polypes

Hélas, les médicaments contre la polypose ne peuvent être guéris. La médecine n'a pas encore inventé un tel outil. Mais des médicaments sont prescrits pour préparer le patient au traitement chirurgical. Par exemple, la gastrite devient un satellite fréquent de polypose. Pour réduire les symptômes de la gastrite, le médecin prescrit Motilium, la ranitidine et d'autres médicaments de ce groupe pour soulager la mucosite.

Parfois, le patient refuse délibérément l'opération. Dans ce cas, le médecin choisit les moyens qui soulagent l’état du patient, c’est-à-dire qu’il lutte avec les symptômes et non avec la maladie sous-jacente.

Remèdes populaires

Le traitement des polypes dans les intestins avec des remèdes populaires a des résultats assez efficaces. Ils ne peuvent pas être considérés comme universels, car ils ne peuvent pas guérir à cent pour cent. Mais pour ralentir leur croissance et empêcher l'apparition de nouvelles pousses, ils pourraient bien l'être.

Parmi les méthodes populaires:

  • décoctions d'écorce de chêne, d'aiguilles de sapin, de chélidoine;
  • jus, décoction, boisson à partir de viorne fraîche;
  • kvas de chélidoine;
  • un mélange de raifort et de miel.

Et ils prennent également des queues, calendula et tutsan dans des proportions égales et font une décoction, qui est utilisée pour le lavement. Il faut prendre conformément à l'art. chaque herbe, versez un demi-litre d’eau bouillante et insistez 6 heures. Lorsque la composition est infusée, elle doit être chauffée à 37 degrés et introduite dans l'anus le soir peu avant le coucher. Cela devrait être fait tous les soirs jusqu'à ce que les symptômes de la maladie disparaissent.

Quel que soit le moyen recommandé, dans tous les cas, vous devriez consulter un médecin. Les méthodes populaires ne sont pas si inoffensives, elles peuvent faire du mal au lieu du bien. Mais ils peuvent être d'une grande aide dans le traitement.

Intervention chirurgicale

Si la présence de polypes est confirmée, il est préférable d'accepter l'opération. Cela réduira plusieurs fois le risque de renaissance d'un polype bénin dans une affection maligne.

Il existe plusieurs types de soins chirurgicaux pour la polypose. C'est:

  1. Chirurgie endoscopique avec un coloscope.
  2. Colotomie - en coupant la paroi de l'intestin affecté.
  3. Transal - élimination des tumeurs par le rectum.
  4. Résection de la région de l'intestin, lorsque les tumeurs sont nombreuses et localisées à un endroit particulier.

En règle générale, après l'élimination des polypes, ils ne sont plus formés. Par conséquent, la chirurgie a des résultats assez efficaces. Bien qu'il y ait des cas où de nouvelles croissances sont en train de se reformer - déjà dans de nouveaux endroits. Pour éviter que cela ne se produise, il est conseillé aux patients de suivre un traitement médicamenteux, de les aider avec des remèdes populaires, de suivre un régime alimentaire particulier et de modifier leur mode de vie. Il est important d'abandonner les mauvaises habitudes, d'arrêter de fumer et de boire de l'alcool pour toujours.

Régime après la suppression d'un polype dans les intestins

Le régime alimentaire après élimination du polype consiste nécessairement en une nourriture légère et douce. Si ce sont des soupes ou des porridges, alors nécessairement essuyé. Si viande ou poisson, cuit à la vapeur et râpé.

Il est très utile d'utiliser:

  • tout produit laitier fermenté enrichi de biobactéries, probiotiques, prébiotiques;
  • pas de fruits aigres;
  • plats à la citrouille;
  • chou marin, mais pas sous la forme d'une salade avec du vinaigre, du chou blanc, du brocoli;
  • germe de blé (peut être germé par vous-même);
  • carottes, oignons, épinards sous n'importe quelle forme.

Complètement avoir à abandonner gras et frits, salés et acides, marinés et en conserve. Produits raffinés et produits laitiers interdits.

Tous les plats doivent être chauds. Ne pas manger des aliments protéinés avec des légumes féculents.

Quelle est la probabilité de dégénérescence des polypes en cancer intestinal?

Les petits polypes, atteignant 1 cm de taille, se régénèrent rarement en cancer. Ce n'est que 1% sur cent. Si les dimensions atteignent 1 à 2 cm, la probabilité de renaissance augmente 10 fois, et avec la taille encore plus - 40 fois. Le taux de croissance des polypes est toujours individuel. Ils peuvent se développer sur 10 ans ou plus. Et parfois, grandir en quelques mois.

Les polypes adénomateux et villeux sont les plus dangereux. Dans 95% des cas, ils deviennent malins. Et ce processus de renaissance prend de cinq à quinze ans. Les polypes hamartomateux et hyperplasiques sont les plus inoffensifs, ils ne se transforment jamais en une affection maligne.

Mesures préventives

Il est difficile de se protéger contre la polypose s’il s’agit d’une affection héréditaire. Ça vaut toujours la peine d'essayer. Eh bien, si dans la famille, personne n’avait de polypes, à plus forte raison, prenez soin de votre santé dès le plus jeune âge.

L'essentiel est de manger les bons aliments sains. Et en cas de problèmes de digestion, il faut agir à temps. Dans le régime alimentaire doit être un lieu pour les légumes avec des fibres grossières - courgettes, citrouilles, betteraves. Les pommes sont bonnes à cet égard.

Nous devons bouger plus, marcher, faire du vélo.

Au moins une fois tous les trois ans, consultez un médecin pour un examen intestinal de routine. Cela vaut particulièrement pour les personnes à risque, qui dans la famille étaient des parents atteints de cette maladie.

Polypes dans les intestins: symptômes, traitement, élimination, photo

Une pathologie assez fréquente de l'intestin humain, ainsi que d'autres organes creux, est un polype. Cette pathologie fait référence à des tumeurs bénignes. Le polype est situé dans l'intestin et s'attache à sa paroi à l'aide d'une tige ou d'une base large, tandis qu'il se gonfle dans la lumière intestinale. Une telle formation tumorale se produit à la fois chez l'adulte et chez l'enfant.

Si la polypose a une origine héréditaire, très souvent, il se produit une transition vers une tumeur maligne dans l'intestin. Par conséquent, ces pathologies doivent être rapidement supprimées, car elles appartiennent à des maladies précancéreuses. Un polype intestinal ne présente pas toujours de symptômes graves et, dans la plupart des cas, il est asymptomatique en général. Si un polype se forme dans le rectum, des symptômes caractéristiques sont observés - flatulence, ballonnements, constipation, démangeaisons sévères et parfois érosion, provoquant des saignements. Si une infection est liée à un tel polype, une fissure anale ou une paraproctite peut survenir.

Selon les statistiques, environ 10% de la population de plus de 40 ans a des polypes dans le rectum et le gros intestin, alors que les hommes souffrent de cette pathologie 1,5 fois plus souvent que les femmes. Étant donné que les tumeurs malignes se manifestent par des saignements, le renvoi rapide à un spécialiste et une analyse régulière du test de sang occulte dans les selles aideront à identifier la maladie à un stade précoce. Dans les conditions d'un diagnostic précoce de pathologie dans 85 à 90% des cas après un traitement et une chirurgie précoces, le patient peut être complètement guéri et la survie après le traitement est assez longue.

Un polype dans l'intestin a généralement une texture douce et une forme différente: sphérique, champignon, ramifié, la couleur de la formation peut également varier du rouge jaunâtre ou foncé au gris rougeâtre avec du mucus à la surface. Et en fonction du nombre de néoplasmes, les polypes peuvent être diffus (familiaux), simples et multiples (dans 30% des cas), répartis en groupes dans différentes parties de l'intestin.

Les causes des polypes

Aujourd'hui, en médecine, il n'y a pas de consensus sur les causes de l'apparition de polypes dans l'intestin, l'étiologie de la polypose n'ayant pas été étudiée à fond. Il n'y a que des hypothèses sur le mécanisme de formation possible et l'origine des formations pathologiques dans les organes du système digestif:

Inflammation chronique dans les parois intestinales.

C'est la théorie la plus commune et la plus évidente de l'origine des polypes dans l'intestin. Les polypes ne se développant pas dans les tissus sains, le principal facteur pathogène du développement des polypes est la présence de maladies inflammatoires de la muqueuse, dues au vieillissement de l'épithélium muqueux et à son atrophie rapide.

La prolifération des polypes est favorisée par: la dysenterie, la rectosigmoïdite, la colite ulcéreuse, l'entérite, la fièvre typhoïde. Ceci est en partie prouvé par le fait qu'après la guérison clinique complète de la colite ulcéreuse chez un patient, les foyers de croissance polypeuse disparaissent. Il est également communément admis que l'apparition de polypes dans l'intestin se manifeste par une constipation persistante et une dyskinésie intestinale. Chez la majorité des patients ayant des antécédents de processus inflammatoires dans l'intestin, les polypes étaient localisés précisément dans les zones d'irritation provoquées par la stagnation des masses fécales et dans les lieux susceptibles de subir un traumatisme accru.

L’affaiblissement général de la santé publique face à des conditions environnementales défavorables.

La population du pays a récemment connu une détérioration importante de la santé en général, ce qui est particulièrement visible en raison de l'augmentation du nombre d'enfants en mauvaise santé et d'enfants souffrant de pathologies graves. Les enfants modernes souffrent de maladies qui ne se sont développées qu'au cours de la vieillesse et entraînent un "rajeunissement" important de toutes les maladies. En outre, le corps est affecté par d'autres facteurs pouvant être à l'origine du développement de polypes dans l'intestin: ingestion irrégulière de nourriture, consommation excessive de nicotine et d'alcool, pollution gazeuse en ville, mode de vie sédentaire, forte chimisation des aliments, composants capables d'irriter les muqueuses, nutrition déséquilibrée., impact environnemental général défavorable.

L'état pathologique des organes digestifs et des vaisseaux sanguins.

La membrane muqueuse de l'intestin dépend en grande partie de toute maladie des organes pénétrant dans le système digestif, en particulier de la maladie de l'intestin diverticulaire. En outre, l'état des vaisseaux a un effet significatif sur la muqueuse, donc la présence de thrombose des vaisseaux mésentériques, l'athérosclérose de l'aorte abdominale (provoque des lésions ischémiques de l'intestin), les varices des organes internes contribuent au développement de la pathologie.

Théorie embryonnaire.

Il existe également une théorie reliant le développement des symptômes d'un polype dans l'intestin à l'âge du patient, ainsi que les conditions préalables et le début de la nucléation d'un néoplasme avant la naissance, lorsqu'un trouble survient pendant la période prénatale lors de la formation de la membrane muqueuse du tube digestif, ce qui entraîne une pathologie de la paroi intestinale.

Prédisposition génétique.

Il existe une théorie selon laquelle le développement de polypes dans l'intestin dépend de la prédisposition génétique. Il existe des cas où le corps d’un enfant en parfaite santé subit la formation de polypes dans l’intestin, car certaines parties de la membrane muqueuse sont génétiquement programmées pour produire des modifications pathologiques.

Allergies alimentaires et hypersensibilité au gluten.

Jusqu'à récemment, il y avait relativement peu de personnes souffrant d'allergies alimentaires, mais il existe aujourd'hui beaucoup de cas de maladie cœliaque (intolérance au gluten) chez les patients, et cette maladie est particulièrement fréquente chez les enfants. Les personnes atteintes d'une telle maladie, lorsqu'elles ingèrent des produits contenant du gluten, développent une réponse immunitaire atypique, qui endommage la muqueuse intestinale.

Si vous n'excluez pas l'utilisation de produits contenant du gluten, le patient peut développer des maladies graves - de l'ostéoporose au cancer de l'intestin.

La probabilité d'une dégénérescence de polypes en oncologie

Quels types de polypes peuvent donc entraîner un cancer de l'intestin? Un tel résultat est probable pour 75% des polypes présents dans l'intestin, également appelés polypes ou adénomes adénomateux. Lors de l'examen détaillé d'un tel polype au microscope, on peut distinguer les sous-types suivants: glandulaire (tubulaire), villeuse, glandulaire-villeuse. Les adénomes tubulaires sont moins sujets à la dégénérescence en tumeurs malignes, tandis que les tumeurs malignes conduisent souvent à la malignité.

Un autre critère important pour la dégénérescence possible d'un polype en une tumeur maligne est sa taille, respectivement, plus le polype est grand, plus la probabilité de sa malignité est élevée. Si la formation a une taille de 2 cm, le risque d'oncologie est augmenté de 20%, il est donc recommandé d'enlever même les petits polypes en cas de détection. Outre les adénomes, il existe d'autres types de polypes. Hyperplasique, inflammatoire, hamartomatique - ce sont des polypes qui ne présentent pas le potentiel de dégénérescence oncologique.

Il est important de se rappeler:

Il existe une méthode moderne de tests génétiques, qui permet de déterminer la prédisposition héréditaire au cancer du côlon à partir du syndrome: syndrome de Gardner, Turkot, Lynch, polyple adénomateux familial. Le but du test est de diagnostiquer le cancer intestinal précoce avec une sigmoïdoscopie flexible et une coloscopie pour augmenter les chances d’arrêter son développement.

Après la découverte et l'élimination du polype adénomateux, le patient doit être examiné régulièrement pour rechercher de nouvelles lésions dans l'intestin.

Après 50 ans, il est recommandé de subir une coloscopie et une hygroscopie flexible pour exclure ou confirmer la présence de polypes dans l'intestin. Si les études sont négatives, le diagnostic doit être répété après 5 ans.

Le risque de polype malin dépend de sa taille.

Les polypes adénomateux sont considérés comme les plus dangereux en termes de transformation en cancer.

Symptômes de polypes dans les intestins

Dans la plupart des cas, la formation et le développement de polypes dans l'intestin sont asymptomatiques. Malheureusement, les signes cliniques spécifiques, les manifestations, les symptômes de la présence de polypes dans l'intestin ne sont pas observés, il est donc très difficile de déterminer la polypose à un stade précoce de son développement. La présence et la gravité des symptômes dépendent de l'emplacement, de la taille et du nombre de polypes, ainsi que de l'absence ou de la présence d'un processus oncologique dans l'éducation.

Avec les polypes adénomateux villeux dans les matières fécales, on peut observer du sang et de grandes quantités de mucus.

Les gros polypes peuvent parfois provoquer des crampes douloureuses et ressembler aux symptômes caractéristiques de l’obstruction intestinale avec constipation fréquente et sécrétions de sang muqueux. Dans ce cas, la pathologie est accompagnée d'une douleur au bas de l'abdomen, de sa région iliaque et de la sensation d'un objet étranger dans l'anus.

Très souvent, les polypes ont des symptômes mixtes avec d'autres maladies du tractus gastro-intestinal. Ils sont donc découverts par hasard lors du diagnostic d'autres pathologies.

Dans les 5 à 15 ans sur fond de présence dans l’intestin de polypes adénomateux villeux dans 90% des cas, se développe un cancer colorectal.

Certains des symptômes des polypes sont la diarrhée et la constipation, car les formations perturbent la motilité intestinale. La constipation se développe particulièrement souvent en présence de polypes de grande taille, la lumière de l'intestin étant réduite, il en résulte une obstruction intestinale partielle et une stagnation.

Si vous ressentez des douleurs à l'estomac ou aux intestins, cela peut indiquer une adhésion à la pathologie de l'inflammation.

Le symptôme le plus dangereux d'un polype est un saignement rectal. Dans le cas d'un tel symptôme devrait consulter un médecin, car cela peut être un symptôme d'une tumeur maligne dans l'intestin. Plus le diagnostic est posé tôt, plus la probabilité de succès du traitement est grande.

Diagnostic de la maladie

Comme le risque de dégénérescence du polype intestinal en l'une des formes de cancer est très élevé et que les symptômes de la néoplasme sont insignifiants, il est courant dans la plupart des pays de procéder à une analyse des matières fécales chaque année après avoir atteint l'âge de quarante ans. Au cours de recherches en laboratoire, il est possible de révéler du sang caché dans les masses fécales, ce qui n'est pas perceptible avec un simple examen visuel. Cette méthode est additionnelle, car la présence ou l’absence de sang dans les fèces ne confirme ni n’empêche la présence d’un polype dans l’intestin.

Le plus souvent, au cours du diagnostic, on utilise des appareils qui effectuent des scanners corporels par tomodensitométrie et IRM pour détecter la présence de polypes dans l'intestin. La rectomanoscopie est utilisée pour étudier le poussin direct et sigmoïde, ce qui permet d'examiner les parois intestinales avec un rectoscope. Après 50 ans, les proctologues recommandent d'effectuer une sigmoïdoscopie flexible tous les 3 à 5 ans.

Dans certains cas, la présence d'un polype dans le canal anal ou la partie terminale du rectum peut être détectée par un simple examen numérique de ces parties de l'intestin. Cette méthode aidera à diagnostiquer un kyste pararectal, des tumeurs, des hémorroïdes et des fissures anales.

L'irrigoscopie est un examen aux rayons X du gros intestin à l'aide d'un agent de contraste. Aide à déterminer la présence de polypes dans le côlon, dont la taille dépasse 1 centimètre.

La recherche la plus informative pour diagnostiquer l'état du gros intestin est la coloscopie. C'est la méthode optimale pour déterminer les polypes dans les intestins. La muqueuse intestinale est examinée, ce qui permet de déterminer la présence d'autres pathologies. Au cours de l'examen endoscopique, un médecin peut détecter un polype en prélevant un échantillon pour un examen cytologique et histologique supplémentaire.

Les polypes doivent être différenciés des autres pathologies, à savoir:

La maladie de Crohn, qui peut se manifester par des pseudopolypes avec sa localisation dans les parties supérieures du gros intestin;

actinomycose du côlon, qui affecte le plus souvent le caecum;

tumeur ou fibromes de la couche musculaire, ce qui arrive très rarement et provoque une obstruction intestinale;

les tumeurs d'étiologie vasculaire (angiomes), qui entraînent des saignements sévères;

lipomes - souvent volumineux et localisés à droite dans le côlon;

les tumeurs d'origine non épithéliale, qui sont généralement grandes et n'ont pas de jambes.

L'examen histologique est le principal moyen de déterminer la nature des néoplasmes dans l'intestin.

Traitement des polypes intestinaux

Il n’existe aucun médicament ni traitement conservateur des polypes dans l’intestin. Il existe des cas où, lors de l'endoscopie, il est possible de retirer les polypes, mais uniquement s'ils sont petits et bien situés. Tous les autres cas impliquent une intervention chirurgicale pour éliminer la polypose. Si le polype est bas, l'élimination transanale est possible.

Les petits polypes trouvés lors de la coloscopie sont éliminés à l'aide d'une électrode à boucle (excision électrique), à ​​savoir que la tige du polype est serrée avec une électrode. Dans certains cas, la polypectomie conduit à une perforation de la paroi intestinale et à des complications sous la forme de saignements. Tout polype retiré subit un examen histologique. Si, au cours d'une telle étude, la présence de cellules cancéreuses dans l'intestin est confirmée, le patient subit une résection de la partie endommagée de l'intestin.

En cas de polypose diffuse et familiale, et en particulier en association avec des tumeurs d'autres tissus ou le syndrome de Gardner, le traitement consiste en une résection complète du gros intestin, l'anus étant relié à l'extrémité de l'iléon.

Un à trois ans après le retrait des gros polypes, des récidives de la pathologie peuvent survenir. Il est donc recommandé, un an après l'opération, de subir une coloscopie et de procéder à un diagnostic endoscopique tous les cinq ans. Les polypes de grande taille et multiples, ainsi que les polyposes familiales, présentent le plus grand risque de transformation en oncologie.

À ce jour, aucune mesure préventive ne peut empêcher le développement de polypes dans l'intestin. Par conséquent, seul un diagnostic régulier opportun après 40 ans ou avec une susceptibilité génétique au cancer de l'intestin peut déterminer la présence de polypes oncogènes dans le corps au cours des premiers stades de leur développement. Avec une détection et une élimination rapides des cellules cancéreuses, la récupération se produit dans 90% des cas.

Les polypes dans les intestins - est-ce dangereux? Symptômes et élimination des polypes

Les polypes sont des excroissances bénignes situées sur la membrane muqueuse et suspendues dans la lumière. Elles se forment lors de l'échec de la régénération de l'épithélium, lorsque de nouvelles cellules se multiplient à un rythme anormal et forment des excroissances qui recouvrent les parois intestinales de colonies occupant une grande surface.

À mesure que l'épithélium augmente, les polypes peuvent être endommagés par les matières fécales, entraînant un saignement interne. Les ampoules à grande échelle peuvent obstruer la lumière, contribuant à la constipation. Les dommages systématiques aux polypes peuvent causer des tumeurs malignes. Par conséquent, l’apparition de polypes est considérée comme une condition précancéreuse et doit être supprimée.

Qu'est ce que c'est

Les polypes dans les intestins sont des tumeurs bénignes, souvent localisées sur ses parois internes, comme dans d'autres organes creux. Ces excroissances sont formées à partir de l'épithélium glandulaire et font saillie dans la lumière de l'intestin, parfois elles reposent sur le pédicule, parfois elles sont absentes, et ensuite elles parlent de polypes sur une large base.

Les causes

Les causes exactes des polypes dans l'intestin ne peuvent pas être spécifiées. Les experts ne font des suppositions qu’en analysant l’histoire des patients au cours des dernières décennies. Les médecins ont avancé plusieurs hypothèses expliquant pourquoi des excroissances polypeuses peuvent apparaître sur les parois intestinales. L'une des principales raisons est un processus inflammatoire chronique au niveau de la membrane muqueuse, associé à un régime alimentaire inadéquat, à des maladies infectieuses, à de mauvaises habitudes, à une alimentation pauvre en fibres.

Le groupe à risque pour la formation de polypes comprend les personnes qui:

  • subi des procédures diagnostiques ou opératoires traumatiques sur les intestins;
  • consomme souvent des boissons et des aliments irritants pour la membrane muqueuse du tube digestif;
  • souffrir de constipation chronique;
  • engagé dans un travail physique pénible;
  • mener une vie sédentaire;
  • manger des fast-foods, de la viande grasse, des produits de restauration rapide contenant des agents cancérigènes et des conservateurs;
  • abuser des boissons alcoolisées;
  • ont des pathologies chroniques du tractus gastro-intestinal, en particulier une nature infectieuse-inflammatoire;
  • obtenir un peu de fibres avec la nourriture.

Les formations à haut risque oncogène apparaissent en raison de la forte teneur en graisses animales, aliments frits contenant des substances cancérigènes. Sur la base du manque de fruits et légumes frais, le péristaltisme intestinal est réduit, son contenu est en contact prolongé avec les parois intestinales. Les substances cancérogènes provenant des aliments transformés sont absorbées dans l'épithélium, ce qui provoque des processus hyperplasiques dans les cellules glandulaires.

Classification

Les néoplasmes bénins des intestins ont une structure, une forme et une taille différentes. Il existe également de véritables polypes, à savoir la prolifération de cellules muqueuses et de pseudopolypes génétiquement modifiés, constitués de cellules non modifiées et apparaissant avec des effets indésirables (par exemple, lors d'un processus inflammatoire local à long terme).

Par structure, les polypes se distinguent:

1) ferreux (adénome). Constitué d'un tissu glandulaire en croissance de la paroi interne de l'intestin, atteignant 2 à 3 cm de diamètre et d'une consistance dense. De telles formations ne sont pas sujettes aux ulcérations et aux saignements. Ce type de polype est plus commun et plus susceptible de dégénérer en cancer.

  • polypes tubulaires, qui se caractérisent par une couleur rose et une surface lisse.
  • villeuse - nodulaire de taille moyenne ou rampante le long de la paroi de la formation, richement vascularisée, par conséquent, présente une couleur rouge et une tendance au saignement, aux ulcérations et à la nécrose;
  • glandulo-villeux;
  • villeux tubulaire.

2) juvénile. Consistent en des tissus embryonnaires restant dans la paroi intestinale en raison de défauts de développement. Le plus souvent, les enfants malades âgés de moins de 10 ans, plus de garçons.

3) hyperplasique. Ce sont de petites formations, d’une taille allant jusqu’à 5 mm, de texture douce, de couleur similaire à celle du tissu environnant. Les polypes hyperplasiques de l'intestin sont rarement retrouvés en un seul exemplaire, souvent la maladie est multiple.

4) Hamartromes. Conglomérats de tissu épithélial normal et altéré. On pense qu'ils se développent de la même manière que les tissus environnants, mais plus désorganisés. L'incidence est associée à la transmission par héritage.

5) lymphoïde. Dans le cadre des cellules envahies du tissu lymphoïde. Ce type est souvent compliqué par des saignements et peut provoquer une invagination intestinale chez l'enfant.

Les polypes se trouvent sous la forme:

  • formation nodulaire de consistance dense;
  • champignon sur la jambe;
  • éponges lobulaires;
  • grappe de raisin.

Par le nombre d'émettre:

  • célibataire;
  • multiples - jusqu'à des centaines, peuvent être placés en groupes;
  • diffuse - le nombre peut atteindre plusieurs milliers.

Les deux dernières espèces sont définies comme polypose intestinale, diffuse est héritée.

Quelle est la probabilité de dégénérescence des polypes en cancer intestinal?

Quels polypes peuvent devenir malins? Ces types de tumeurs comprennent près de 75% de tous les polypes de l'intestin, on parle alors d'adénomes ou de polypes adénomateux. Selon le comportement des polypes au microscope, il est habituel en médecine de subdiviser les adénomes en sous-types - ceux-ci sont glandulo-villeux, villeux et glandulaires (tubulaires). Les lésions tubulaires sont moins sujettes aux tumeurs malignes lorsque, comme les adénomes villeux, conduisent très souvent à une dégénérescence oncologique.

La taille de la formation détermine également si un polype est menacé de malignité. Ce que c'est, le risque est plus élevé. Lorsque la croissance en volume dépasse 20 mm, la menace est aggravée de 20%. Etant donné que même les plus petits polypes vont augmenter régulièrement, ils doivent être retirés immédiatement après la détection. Il existe certains types de polypes qui ne sont pas menacés par une tumeur maligne - ce sont des formations hyperplasiques, inflammatoires et hamartomatiques.

  1. Après l'élimination de la formation adénomateuse, une personne est régulièrement examinée pour rechercher de nouveaux polypes dans l'intestin.
  2. Les gros polypes renaissent de manière maligne avec un degré de probabilité plus élevé.
  3. Les formations adénomateuses sont les plus dangereuses. Ils ont un fort potentiel de malignité.
  4. La médecine moderne a des tests spéciaux pour diagnostiquer une prédisposition héréditaire au développement du cancer de l'intestin. Cette technique permet d’empêcher en temps voulu le début de la dégénérescence oncologique des polypes.
  5. La coloscopie, la rectoromanoscopie et la sigmoïdoscopie sont des procédures de diagnostic qui doivent être effectuées régulièrement pour les personnes de plus de 50 ans présentant une hérédité dangereuse. Si les excroissances ne sont pas détectées, il est recommandé de se rendre au dispensaire après deux ans.

Les symptômes

Au stade initial, les polypes ne provoquent aucun symptôme, car ils sont petits et peu nombreux. De plus, ces néoplasmes sont difficiles à détecter par des méthodes de recherche conservatrices, sauf avec l'aide d'une coloscopie. Avec la croissance ultérieure de tumeurs non malignes, il existe un risque de blessure par leurs écoulements fécaux.

Dans ce cas, des dommages à l'intégrité du polype entraînent la libération de sang ou de mucus. En général, les saignements sont de nature mineure et, par conséquent, ils ne sont détectés que par des analyses de sang caché. À l'heure actuelle, tout syndrome douloureux fait défaut ou est si peu prononcé qu'il ne suggère pas le développement d'une polypose.

Les symptômes disponibles permettent au contraire de diagnostiquer la présence de gros polypes dans le gros intestin et le petit intestin. Le patient a observé:

  1. Constipation régulière. La masse fécale sort de leur propre chef, mais rarement et douloureuse, soit avec l'aide de lavements ou de laxatifs.
  2. Saignement de l'anus. Les patients confondent souvent ce symptôme avec des fissures anales, des hémorroïdes et une fistule. En règle générale, le saignement est accompagné d'une grande quantité de mucus.
  3. Sensation de corps étranger. La sensation survient dans le rectum près de l'anus.
  4. Sensations douloureuses. Les gros polypes provoquent des crampes douloureuses dans la région intestinale (parfois confondues avec des flatulences). En outre, des sensations douloureuses peuvent apparaître dans le bas de l'abdomen.
  5. Dommage. En raison de la constipation, un processus inflammatoire se produit lorsque des masses fécales dures endommagent la paroi intestinale. Souvent, des fissures anales apparaissent, qui doivent être traitées avec des antiseptiques et des anti-inflammatoires. Si cela n'est pas fait, des fistules purulentes peuvent se former.
  6. La diarrhée Vidage fréquent avec des selles molles. Des impuretés de sang, du pus et des sécrétions séreuses peuvent être présentes.
  7. Décrochage scolaire Si la tumeur est dans le rectum, elle peut alors tomber lors des selles ou bloquer le passage de masses fécales autour du sphincter. Ce symptôme s'accompagne également de saignements.
  8. Épuisement. Les polypes sont des tissus mous qui se développent aux dépens de la nutrition. Il entre par le système circulatoire et les courants lymphatiques. Le patient voit souvent une augmentation de son appétit ou, au contraire, une diminution. Des symptômes d'anémie peuvent être présents: peau pâle, cercles sous les yeux, vertiges, nausées, maux de tête. Dans certains cas, l'anémie est un symptôme clinique.

Examine et prescrit un traitement - coloproctologist. La coloscopie est la principale méthode de détection des polypes.

Polypes dans les intestins - traitement ou élimination?

Il n’existe aucun traitement médical conservateur pour les polypes dans les intestins. Parfois, lors de l'endoscopie du rectum, il est possible de retirer les polypes de l'intestin, s'ils sont petits et bien situés. Dans d'autres cas, une intervention chirurgicale est nécessaire. Si le polype est bas dans le rectum, il peut être retiré par voie transanale.

Lorsque de petits polypes sont détectés au cours d'une coloscopie, lors d'une procédure endoscopique, ils peuvent être éliminés à l'aide d'une électrode à boucle, par électroexcision, lorsque la jambe de la tumeur est pincée avec une électrode. Dans certains cas, une polypectomie peut provoquer une perforation de la paroi intestinale et être compliquée par un saignement. Dans tous les cas, les polypes intestinaux retirés sont examinés histologiquement. Si les résultats de l'histologie donnent une conclusion positive sur la présence de cellules cancéreuses, recourir à la résection de cette partie de l'intestin.

Les types de chirurgie suivants sont distingués:

  1. Électrocoagulation. La procédure est réalisée à l'aide de l'introduction à travers l'anus d'un coloscope opérationnel. Grâce à cet outil, une boucle spéciale est introduite dans la lumière de l'intestin, qui laisse passer le courant, qui chauffe jusqu'à une certaine température. Il capture un polype et le coupe.
  2. Excision transanale. Ce type de chirurgie est recommandé pour les patients dont l'emplacement de la formation pathologique ne se situe pas à plus de 10 centimètres du passage anal. Pendant l'opération, une anesthésie locale est appliquée. Ensuite, le canal anal est élargi avec un miroir spécial et le polype est excisé avec des ciseaux ou un scalpel, après quoi les sutures sont appliquées sur la muqueuse.
  3. Résection transanale du rectum. Il est recommandé aux personnes présentant des lésions précancéreuses. Son essence réside dans l'ablation du rectum par l'anus et dans l'enlèvement de la zone touchée avec les formations.
  4. Excision de l'endomyrose transanale. L'opération est réalisée par l'anus à l'aide d'un proctoscope. Une boucle endoscopique est insérée à travers l'instrument, ce qui coupe la formation. La procédure est le plus souvent utilisée pour éliminer les gros polypes villeux.
  5. Colotomie Il s’agit d’une intervention chirurgicale réalisée par une incision abdominale. A travers la plaie, un certain intestin est retiré avec le retrait ultérieur des formations. Cette procédure est réalisée avec la difficulté des interventions transanales utilisant un proctoscope et d'autres instruments.

En cas de polypose diffuse et familiale, et en particulier en association avec des tumeurs d'autres tissus ou le syndrome de Gardner, le traitement consiste en une résection complète du gros intestin, l'anus étant relié à l'extrémité de l'iléon. Un à trois ans après le retrait des gros polypes, des récidives de la pathologie peuvent survenir. Il est donc recommandé, un an après l'opération, de subir une coloscopie et de procéder à un diagnostic endoscopique tous les cinq ans. Les polypes de grande taille et multiples, ainsi que les polyposes familiales, présentent le plus grand risque de transformation en oncologie.

À ce jour, aucune mesure préventive ne peut empêcher le développement de polypes dans l'intestin. Par conséquent, seul un diagnostic régulier opportun après 40 ans ou avec une susceptibilité génétique au cancer de l'intestin peut déterminer la présence de polypes oncogènes dans le corps au cours des premiers stades de leur développement. Avec une détection et une élimination rapides des cellules cancéreuses, la récupération se produit dans 90% des cas.

Règles de puissance

Le régime alimentaire des patients subissant une intervention chirurgicale pour éliminer les polypes dans l'intestin devrait être doux et fournir au moins six repas pendant la journée. Les produits consommés doivent contenir une grande quantité de fibres végétales, d’antioxydants et de vitamines.

Contre-indiqué à l'utilisation:

  • produits laitiers;
  • toute nourriture en conserve;
  • les cornichons;
  • viande fumée;
  • plats frits et gras;
  • produits raffinés contenant un grand nombre de parfums et de colorants.
  • chou de mer et chou blanc;
  • plats à la citrouille;
  • carottes fraîches, oignons, épinards;
  • germe de blé;
  • soupes et bouillies en purée;
  • tous les types de produits laitiers fermentés;
  • thé vert;
  • les fruits ne sont pas des variétés acides;
  • viandes maigres, bouillies ou cuites au bain-marie.

Tous les aliments doivent être chauds (des plats trop chauds et froids sont dangereux pour le patient). Les produits protéiques ne doivent pas être utilisés avec l'amidon.

Remèdes populaires

Le traitement avec des remèdes populaires n'a pas de fondement scientifique et n'apporte pas le résultat souhaité aux patients qui refusent de retirer une tumeur.

Sur Internet, de nombreuses informations sur l'utilisation de la chélidoine, du chaga, de l'hypericum et même du raifort avec du miel, que vous pouvez prendre par voie orale ou sous forme de lavements. Il convient de rappeler que cette auto-médication est dangereuse non seulement par la perte de temps, mais également par les lésions de la muqueuse intestinale, qui entraînent des saignements et augmentent considérablement le risque de malignité polypale.

Prévention

Afin de réduire le risque de développement de polypes dans l'intestin, certaines règles prophylactiques doivent être suivies, notamment:

  • cesser de fumer;
  • mode de vie actif;
  • traitement rapide et complet des maladies intestinales;
  • bonne nutrition;
  • élimination de la constipation;
  • rejet d'alcool;
  • inspection de routine de l'intestin 1 tous les 3 ans et plus souvent si nécessaire.

En cas de risque de formation de polypes dans les intestins, il est conseillé de consulter un médecin au préalable, de choisir un programme individuel d’examens préventifs des intestins et de se renseigner précisément sur les tout premiers symptômes de polypes. Ces actions permettront soit de prévenir la maladie, soit, si cela se produit, d’aider à la combattre avec succès.

Polypes dans les intestins

Les polypes dans l'intestin sont une formation de tumeur bénigne. Il repose sur la jambe ou sur une base large et se bloque dans la lumière des parois intestinales. Des polypes dans les intestins peuvent apparaître à la suite de processus inflammatoires chroniques de la muqueuse intestinale.

Il existe également une théorie selon laquelle, même dans la période de développement embryonnaire, il existe parfois un excès de matériel embryonnaire. C'est lui qui devient une telle éducation dans le processus d'inflammation. Les polypes hyperplasiques intestinaux sont petits et se trouvent le plus souvent dans le rectum. De tels polypes n'appartiennent pas aux formations néoplasiques.

Les polypes hamartomateux dans les intestins se développent à partir de tissus ordinaires, si leur combinaison est inhabituelle ou si un certain élément du tissu se développe de manière disproportionnée.

Les polypes intestinaux juvéniles sont des polypes du type hamartomateux dans le côlon.

Les polypes adénomateux dans l'intestin sont un précurseur facultatif. En fonction du type et de la taille de ces polypes, la probabilité de leur dégénérescence ultérieure dépend. Les adénomes tubulaires ont une couleur rose, une surface lisse et dense. Pour les adénomes villeux, il existe un grand nombre d'excroissances en forme de branche à la surface. Dans la plupart des cas, ils ont une base large et une texture douce. Fondamentalement, la maladie est asymptomatique, mais dans certains cas, les selles peuvent devenir liquides, avec la présence d'impuretés de sang noir. Les adénomes villeux sont plus fortement saturés de cellules, ce qui explique leur risque accru de dégénérescence. Un autre type d'adénome est l'adénome villeux tubulaire. Ils ont des éléments des deux types d'adénomes. Les polypes intestinaux de type inflammatoire apparaissent en raison de la croissance de la membrane muqueuse en réaction à un processus inflammatoire aigu. Ce ne sont pas des formations néoplasiques, mais des pseudo-tumeurs.

Symptômes de polypes dans les intestins

En règle générale, les personnes atteintes de polypes intestinaux ne présentent pas de symptômes prononcés de la maladie. Dans les adénomes villeux, les matières fécales peuvent contenir de grandes quantités de mucus. Des saignements peuvent également se produire. Si les polypes dans l'intestin sont trop volumineux, ils peuvent créer une imitation des symptômes d'obstruction intestinale partielle et provoquer des crampes.

Selon les études, dans 95% des cas de polypes adénomateux et villeux, le cancer colorectal survient dans les 5-15 ans. En raison du fait que la maladie ne présente aucun symptôme, les polypes se trouvent dans l'intestin principalement lors de l'examen endoscopique. Mais si les tumeurs villeuses grossissent et atteignent deux à trois centimètres, le patient peut ressentir un écoulement de sang et de mucus, une douleur à l'abdomen et à l'anus et des démangeaisons anales. Une personne peut avoir la constipation et la diarrhée. Si les tumeurs villeuses atteignent une très grande taille, l'homéostasie peut être considérablement perturbée en raison d'une sécrétion trop importante de mucus. Cela est dû à la perte importante de protéines et d'électrolytes. De plus, en raison de l'invagination, les polypes dans l'intestin peuvent provoquer une obstruction partielle ou une obstruction totale aiguë.

Diagnostic des polypes dans les intestins

Si le patient se plaint de la présence de symptômes, dont il a été question ci-dessus, le spécialiste procédera nécessairement à un examen numérique du rectum et à une sigmoïdoscopie. Lors de l'examen digital, une zone rectale d'environ dix centimètres du bord de l'anus est disponible pour l'inspection. Il est très important d’appliquer cette méthode de diagnostic de manière obligatoire, car c’est une méthode informative pour le spécialiste, permettant d’identifier un certain nombre de maladies associées dans le rectum entourant les tissus, et chez les hommes, d’identifier les problèmes affectant la prostate.

Avant la rectoromanoscopie, il est nécessaire de procéder à une préparation approfondie de la procédure, en posant des lavement nettoyant ou en prenant préalablement des préparations laxatives par voie orale. La rectoromanoscopie est une méthode qui donne une image plus large: elle permet de retrouver la plupart des formations dans l'intestin, car plus de la moitié des polypes se trouvent dans le rectum et le côlon sigmoïde, c'est-à-dire dans la zone de pénétration du proctoscope, entrée à 25-30 cm. trouvé, vous devez très soigneusement examiner les sections du côlon, qui sont situées au-dessus, ainsi que de l'estomac. En effet, très souvent, les polypes affectent différentes parties du tube digestif. Les examens par rayons X et endoscopiques sont utilisés pour des recherches ultérieures.

Une autre méthode, souvent utilisée pour la détection des polypes, est l’irrigoscopie. Avec lui, vous pouvez identifier la plupart des polypes, dont la taille atteint 1 cm de diamètre. Mais les petites formations sont difficiles à détecter. Pour cette raison, lors des inspections à des fins de prévention, vous devez utiliser un colonoscope, qui vous permet de diagnostiquer des polypes de toute taille.

Traitement des polypes intestinaux

Pour éliminer les polypes dans les intestins d'une jambe mince, les méthodes d'électrocoagulation en boucle sont principalement utilisées lors de la coloscopie. Si les polypes ont une base large, ils sont généralement excisés. Si la forme ou la taille des polypes est telle qu'ils ne peuvent pas être retirés par endoscopie, ils sont éliminés par une opération chirurgicale. La même chose s'applique aux polypes présentant des signes de malignité.

Selon les observations d'un spécialiste, les polypes sont synchrones, c'est-à-dire qu'ils apparaissent simultanément, ils sont observés dans 20% des cas, alors que dans le même temps, les formations asynchrones sont balayées dans 30% des cas. Dans cette optique, les spécialistes de l'identification des polypes prescrivent la radiographie au baryum, ainsi que la coloscopie complète. Ces méthodes peuvent être combinées et appliquées tous les trois ans. Chaque année, les polypes testent le sang caché dans leurs excréments.

Les polypes, dans lesquels le processus de régénération a eu lieu et le soi-disant cancer précoce sont apparus, sont éliminés par technique endoscopique. Mais dans le même temps, le médecin prend en compte certaines caractéristiques. Il est donc important que ces polypes répondent aux caractéristiques suivantes: ils doivent être conservés sur la jambe, une dégénérescence maligne n’est observée que sur la tête du polype, la formation n’est pas germée par les éléments du système veineux ou lymphatique.

Après l'opération, les patients doivent être constamment à l'observation du dispensaire. Si les polypes bénins ont été enlevés dans l'intestin, le patient devrait être examiné au bout de deux mois environ. Ensuite, une visite à un spécialiste est requise tous les six mois. Si les tumeurs villeuses ont été enlevées, il est ennuyeux de procéder à une inspection tous les trois mois. Un tel calendrier est pertinent la première année après le retrait des polypes, une inspection supplémentaire est effectuée une fois par an. Il est important de noter qu’après le retrait des polypes, une rechute de la maladie est possible.

Prévention des polypes dans les intestins

Il est important de garder à l'esprit que si des parents ont reçu un diagnostic de polypes dans l'intestin, le risque de développer une telle maladie augmente quatre à cinq fois.

Par conséquent, il est important de respecter les mesures préventives. Il est donc très important de manger des aliments sains, de boire beaucoup d’eau et de manger régulièrement des fibres. L'utilisation de produits raffinés n'est pas recommandée. Vous devriez arrêter de fumer et essayer de maintenir un mode de vie sain et actif. Il est également très important de prévenir l'apparition de constipation, qui peut provoquer des processus inflammatoires et, par conséquent, le développement de polypes.

A Propos De Nous

Le marqueur tumoral CEA, ou antigène embryonnaire du cancer, est une protéine utilisée pour diagnostiquer les tumeurs malignes.