Enlèvement des polypes intestinaux

L’opération au cours de laquelle l’élimination des polypes dans l’intestin est réalisée s’applique principalement à ceux chez qui on a diagnostiqué une polypose. Le fait est que même les petits polypes peuvent se développer en tumeur maligne et cela ne devrait pas être autorisé. Quand une intervention chirurgicale est-elle indiquée et de quelle manière est-elle pratiquée, quelles sont les principales étapes de la préparation et quelles aggravations devriez-vous craindre?

Les polypes dans les intestins, bien que des tumeurs bénignes, doivent être retirés pour empêcher le passage à l’oncologie.

Caractéristique

Les polypes dans les intestins sont des néoplasmes bénins qui apparaissent dans différentes parties du corps et, dans certains cas, renaissent dans une tumeur cancéreuse. Les polypes ont une forme et une méthode de fixation différentes sur les tissus de la muqueuse et, en ce qui concerne le diamètre, la taille varie de 1 à 50 mm. Les formations sont localisées individuellement et en groupes, il arrive aussi que les polypes affectent complètement l'intestin et qu'il ne reste même pas une petite zone saine. La polypose intestinale est une maladie grave qui affecte les adultes et les enfants. Parfois, les symptômes de la maladie sont présents chez le fœtus au cours de son développement.

Les patients demandent s’il faut enlever les polypes dans l’intestin. Lors du diagnostic et de la confirmation d'une telle maladie, le proctologue vous conseillera de retirer les néoplasmes, car il existe toujours un risque de le transformer en oncologie.

Indications pour la chirurgie

L'élimination des polypes intestinaux est effectuée chez les personnes présentant les symptômes suivants:

  • saignement interne, dans lequel une personne ressent une douleur intense, des problèmes de toilettes, l'apparition d'une anémie;
  • douleur, sang et mucus dans les matières fécales, dans le contexte duquel se développe la constipation;
  • l'affaiblissement de l'intestin, la détérioration de son péristaltisme;
  • le risque d'obstruction du côlon;
  • grandes plaies et ulcères sur les muqueuses du corps.
Retour à la table des matières

Contre-indications

La polypectomie est contre-indiquée chez les catégories de patients suivantes:

  • avec le diabète;
  • avec l'épilepsie;
  • en présence d'un cancer dans le corps;
  • dans les maladies infectieuses graves;
  • avec des problèmes avec les organes du système cardiovasculaire;
  • au cours du processus inflammatoire dans le côlon, car il y a une forte probabilité de dommages à la partie de l'intestin affectée par les polypes.

Comment se préparer à l'élimination des arrosages dans les intestins?

2 jours avant la procédure pour enlever la tumeur, le patient doit nettoyer son corps des toxines, des toxines et des dépôts fécaux. Le médecin attribue l’utilisation d’absorbants et de médicaments aux propriétés laxatives. Si l'intestin n'est pas gravement endommagé et qu'il n'y a pas de saignement, vous pouvez utiliser un lavement nettoyant (utilisation 1 fois le soir, à la veille de l'opération et 3 fois le matin, le jour de l'intervention). Il est impossible de manger et de boire le jour de la résection.

Comment enlever?

En fonction des symptômes et du degré d'endommagement de l'intestin par les polypes, de leur taille et de leur méthode de localisation, différents types d'intervention chirurgicale sont effectués. Si les polypes sont placés dans l'intestin un à un, chacun d'eux est retiré, la jonction avec le tissu muqueux est cautérisée de sorte que la rechute n'apparaisse pas. Lorsqu'une grande partie de l'intestin est touchée par les tumeurs et qu'elles se développent en groupes, le gros intestin est réséqué et la partie affectée est retirée. Considérez les caractéristiques des interventions chirurgicales les plus couramment utilisées pour éliminer les polypes.

La procédure de laparoscopie est réalisée dans le cas de la présence de gros polypes dans l'intestin. Retour à la table des matières

Chirurgie laparoscopique

La chirurgie endoscopique est réalisée lorsqu'une tumeur bénigne de grande taille est détectée (au moins 20 mm de diamètre). La procédure est effectuée à travers de petites incisions dans la cavité abdominale, à travers lesquelles le médecin insère un endoscope avec une caméra vidéo et des dispositifs spéciaux. Avec leur aide, une procédure endoscopique sera effectuée. La chirurgie est peu invasive, les complications apparaissent rarement après, la période de récupération est beaucoup plus courte qu'avec d'autres formes de résection plus radicales.

Retrait laser

Il est rarement utilisé pour cette maladie, car il n'entraîne pas un tel effet, par exemple la laparoscopie, car le médecin n'a pas la possibilité de prendre un polype pour la recherche (la tumeur est brûlée jusqu'à la racine). Au cours de l'intervention chirurgicale, le contrôle de la résection pose des problèmes, car une grande fumée se forme. Le retrait au laser est indiqué pour les grands polypes bénins à jambes épaisses ou à bases larges.

La chirurgie laparotomique des polypes intestinaux est réalisée avec des lésions étendues de la section épaisse. Retour à la table des matières

Intervention laparotomique

Elle est réalisée en cas de polypose, lorsqu'une grande partie du côlon est endommagée et qu'il est impossible d'éliminer la maladie par laparoscopie. Lors d'une laparotomie, la cavité abdominale est ouverte et la partie affectée de l'intestin est enlevée. Afin de supprimer les polypes et les tumeurs duveteuses, une colotomie est réalisée. Une incision abdominale est également pratiquée, l'intestin malade est éliminé par son intermédiaire. L'étendue de sa défaite par les polypes est déterminée et éliminée en capturant une petite partie de tissu organique sain, puis suturée et cousue.

Résection pour polypose

Elle est réalisée en cas de lésions massives du gros intestin et une incision du tissu abdominal doit être pratiquée. Si le néoplasme est localisé dans la partie supérieure de l'intestin, une résection antérieure est effectuée. Au cours de l'intervention chirurgicale, le médecin retire la zone touchée du rectum et le segment inférieur, situé à côté du côlon sigmoïde. Lorsque l'opération est presque terminée, les extrémités des deux tripes sont cousues.

Si les tumeurs touchent la partie centrale de l'intestin, une chirurgie antérieure basse est réalisée. Si les tumeurs sont localisées dans la partie inférieure de l'intestin, une chirurgie transanale est réalisée, qui s'effectue par l'anus. La période de récupération suivant de telles méthodes de retrait est plus longue, le patient est souvent confronté à des aggravations.

Polypectomie

Elle est réalisée chez des patients dont la tumeur est d'origine bénigne. L'opération est considérée comme peu invasive et réalisée sous anesthésie locale. Tout d'abord, un endoscope est inséré dans le gros intestin du patient et une électrode en plomb (passive) est fixée à la section lombaire. Lorsque l'endoscope est fixé au niveau du polype, une boucle d'extrémité y est introduite, qui sert de seconde électrode. Il est fixé à la base de la tumeur. En outre, la boucle est resserrée et, au cours du parcours, soumise à un courant de haute fréquence. Le polype est carbonisé, si nécessaire, une électrocoagulation supplémentaire du site d'élimination est réalisée. Après l'excision, le polype est retiré du corps et, si nécessaire, envoyé pour un examen histologique.

Période postopératoire

Après l'élimination rapide des polypes, il existe un risque de récurrence de la maladie pendant 2 ans et de formation d'un oncologie. Pendant cette période, une personne doit surveiller attentivement les symptômes et l’état de l’organe et se soumettre à des examens réguliers 1 fois en 4 mois. Après la résection, vous devez changer vos habitudes alimentaires, cesser de boire de l'alcool et des cigarettes, éliminer les efforts physiques importants, ne pas être nerveux, essayer de surveiller l'état de veille et de sommeil, ne pas se calmer et améliorer l'immunité.

Régime après le retrait

Après une intervention chirurgicale visant à retirer les polypes, un régime thérapeutique est présenté au patient. Après le retrait des polypes, le premier jour, le patient est contre-indiqué dans l’utilisation d’aliments et de liquides. Au bout de 24 heures, il est permis de boire de l'eau, après quoi on donne au patient 3 à 4 heures avec un bouillon de légumes et une compote légère. La prochaine étape de l'alimentation se produit après 12 heures. L'eau de riz et la gelée de fruits sont autorisées. De telles restrictions alimentaires reposent sur le fait que l'intestin est soumis à une charge minimale, car les blessures fraîches doivent être retardées et que le menu habituel gênera ce processus.

Après 3 jours, le patient peut manger de la soupe de légumes moulue, du porridge liquide haché et de la viande maigre grillée. Dans ce cas, le médecin surveille de près le patient. Si un plat quelconque causait de la douleur et de l'inconfort, il était exclu du régime. Après la période de deux semaines, le menu s’élargit progressivement, mais la nutrition reste douce.

Le régime est contre-indiqué lors de l’utilisation d’aliments contenant des inclusions grossières, des aliments gras, des épices et assaisonnements chauds, des légumes et fruits crus, du pain blanc et des viennoiseries. Lors de la cuisson, il est permis d'ajouter un peu de légume ou de beurre, les plats doivent être à une température confortable et ne pas irriter les organes de l'appareil digestif. Vous devez manger souvent (5 à 6 fois par jour), tandis que le volume consommé ne doit pas dépasser 250 ml à la fois. Avec une telle nutrition, les plaies et les cicatrices guérissent rapidement et le risque d’exacerbation est minimisé.

Des complications

Lors de la polypectomie, des complications telles que des saignements abondants et difficiles à arrêter se développent. Il en résulte une détérioration de la santé du patient et un danger de sa vie. S'il n'est pas possible d'arrêter le saignement dans les 3 à 4 jours, et si ce dernier augmente, une deuxième intervention chirurgicale est effectuée, au cours de laquelle une cautérisation du site lésé est effectuée.

La perforation des parois intestinales fait également référence à une complication. Une telle pathologie se produira avec une forte cautérisation du site d'une tumeur distante. L'élimination de ce problème est réalisée par une méthode laparotomique, dans laquelle le trou formé est suturé et une colostomie est appliquée. Après l'opération, dans les 1,5 à 2 premières années, il existe un risque de récurrence de la maladie. Vous devez donc contacter le médecin et subir les procédures de diagnostic nécessaires.

Polypes dans les intestins: symptômes, traitement, élimination, photo

Une pathologie assez fréquente de l'intestin humain, ainsi que d'autres organes creux, est un polype. Cette pathologie fait référence à des tumeurs bénignes. Le polype est situé dans l'intestin et s'attache à sa paroi à l'aide d'une tige ou d'une base large, tandis qu'il se gonfle dans la lumière intestinale. Une telle formation tumorale se produit à la fois chez l'adulte et chez l'enfant.

Si la polypose a une origine héréditaire, très souvent, il se produit une transition vers une tumeur maligne dans l'intestin. Par conséquent, ces pathologies doivent être rapidement supprimées, car elles appartiennent à des maladies précancéreuses. Un polype intestinal ne présente pas toujours de symptômes graves et, dans la plupart des cas, il est asymptomatique en général. Si un polype se forme dans le rectum, des symptômes caractéristiques sont observés - flatulence, ballonnements, constipation, démangeaisons sévères et parfois érosion, provoquant des saignements. Si une infection est liée à un tel polype, une fissure anale ou une paraproctite peut survenir.

Selon les statistiques, environ 10% de la population de plus de 40 ans a des polypes dans le rectum et le gros intestin, alors que les hommes souffrent de cette pathologie 1,5 fois plus souvent que les femmes. Étant donné que les tumeurs malignes se manifestent par des saignements, le renvoi rapide à un spécialiste et une analyse régulière du test de sang occulte dans les selles aideront à identifier la maladie à un stade précoce. Dans les conditions d'un diagnostic précoce de pathologie dans 85 à 90% des cas après un traitement et une chirurgie précoces, le patient peut être complètement guéri et la survie après le traitement est assez longue.

Un polype dans l'intestin a généralement une texture douce et une forme différente: sphérique, champignon, ramifié, la couleur de la formation peut également varier du rouge jaunâtre ou foncé au gris rougeâtre avec du mucus à la surface. Et en fonction du nombre de néoplasmes, les polypes peuvent être diffus (familiaux), simples et multiples (dans 30% des cas), répartis en groupes dans différentes parties de l'intestin.

Les causes des polypes

Aujourd'hui, en médecine, il n'y a pas de consensus sur les causes de l'apparition de polypes dans l'intestin, l'étiologie de la polypose n'ayant pas été étudiée à fond. Il n'y a que des hypothèses sur le mécanisme de formation possible et l'origine des formations pathologiques dans les organes du système digestif:

Inflammation chronique dans les parois intestinales.

C'est la théorie la plus commune et la plus évidente de l'origine des polypes dans l'intestin. Les polypes ne se développant pas dans les tissus sains, le principal facteur pathogène du développement des polypes est la présence de maladies inflammatoires de la muqueuse, dues au vieillissement de l'épithélium muqueux et à son atrophie rapide.

La prolifération des polypes est favorisée par: la dysenterie, la rectosigmoïdite, la colite ulcéreuse, l'entérite, la fièvre typhoïde. Ceci est en partie prouvé par le fait qu'après la guérison clinique complète de la colite ulcéreuse chez un patient, les foyers de croissance polypeuse disparaissent. Il est également communément admis que l'apparition de polypes dans l'intestin se manifeste par une constipation persistante et une dyskinésie intestinale. Chez la majorité des patients ayant des antécédents de processus inflammatoires dans l'intestin, les polypes étaient localisés précisément dans les zones d'irritation provoquées par la stagnation des masses fécales et dans les lieux susceptibles de subir un traumatisme accru.

L’affaiblissement général de la santé publique face à des conditions environnementales défavorables.

La population du pays a récemment connu une détérioration importante de la santé en général, ce qui est particulièrement visible en raison de l'augmentation du nombre d'enfants en mauvaise santé et d'enfants souffrant de pathologies graves. Les enfants modernes souffrent de maladies qui ne se sont développées qu'au cours de la vieillesse et entraînent un "rajeunissement" important de toutes les maladies. En outre, le corps est affecté par d'autres facteurs pouvant être à l'origine du développement de polypes dans l'intestin: ingestion irrégulière de nourriture, consommation excessive de nicotine et d'alcool, pollution gazeuse en ville, mode de vie sédentaire, forte chimisation des aliments, composants capables d'irriter les muqueuses, nutrition déséquilibrée., impact environnemental général défavorable.

L'état pathologique des organes digestifs et des vaisseaux sanguins.

La membrane muqueuse de l'intestin dépend en grande partie de toute maladie des organes pénétrant dans le système digestif, en particulier de la maladie de l'intestin diverticulaire. En outre, l'état des vaisseaux a un effet significatif sur la muqueuse, donc la présence de thrombose des vaisseaux mésentériques, l'athérosclérose de l'aorte abdominale (provoque des lésions ischémiques de l'intestin), les varices des organes internes contribuent au développement de la pathologie.

Théorie embryonnaire.

Il existe également une théorie reliant le développement des symptômes d'un polype dans l'intestin à l'âge du patient, ainsi que les conditions préalables et le début de la nucléation d'un néoplasme avant la naissance, lorsqu'un trouble survient pendant la période prénatale lors de la formation de la membrane muqueuse du tube digestif, ce qui entraîne une pathologie de la paroi intestinale.

Prédisposition génétique.

Il existe une théorie selon laquelle le développement de polypes dans l'intestin dépend de la prédisposition génétique. Il existe des cas où le corps d’un enfant en parfaite santé subit la formation de polypes dans l’intestin, car certaines parties de la membrane muqueuse sont génétiquement programmées pour produire des modifications pathologiques.

Allergies alimentaires et hypersensibilité au gluten.

Jusqu'à récemment, il y avait relativement peu de personnes souffrant d'allergies alimentaires, mais il existe aujourd'hui beaucoup de cas de maladie cœliaque (intolérance au gluten) chez les patients, et cette maladie est particulièrement fréquente chez les enfants. Les personnes atteintes d'une telle maladie, lorsqu'elles ingèrent des produits contenant du gluten, développent une réponse immunitaire atypique, qui endommage la muqueuse intestinale.

Si vous n'excluez pas l'utilisation de produits contenant du gluten, le patient peut développer des maladies graves - de l'ostéoporose au cancer de l'intestin.

La probabilité d'une dégénérescence de polypes en oncologie

Quels types de polypes peuvent donc entraîner un cancer de l'intestin? Un tel résultat est probable pour 75% des polypes présents dans l'intestin, également appelés polypes ou adénomes adénomateux. Lors de l'examen détaillé d'un tel polype au microscope, on peut distinguer les sous-types suivants: glandulaire (tubulaire), villeuse, glandulaire-villeuse. Les adénomes tubulaires sont moins sujets à la dégénérescence en tumeurs malignes, tandis que les tumeurs malignes conduisent souvent à la malignité.

Un autre critère important pour la dégénérescence possible d'un polype en une tumeur maligne est sa taille, respectivement, plus le polype est grand, plus la probabilité de sa malignité est élevée. Si la formation a une taille de 2 cm, le risque d'oncologie est augmenté de 20%, il est donc recommandé d'enlever même les petits polypes en cas de détection. Outre les adénomes, il existe d'autres types de polypes. Hyperplasique, inflammatoire, hamartomatique - ce sont des polypes qui ne présentent pas le potentiel de dégénérescence oncologique.

Il est important de se rappeler:

Il existe une méthode moderne de tests génétiques, qui permet de déterminer la prédisposition héréditaire au cancer du côlon à partir du syndrome: syndrome de Gardner, Turkot, Lynch, polyple adénomateux familial. Le but du test est de diagnostiquer le cancer intestinal précoce avec une sigmoïdoscopie flexible et une coloscopie pour augmenter les chances d’arrêter son développement.

Après la découverte et l'élimination du polype adénomateux, le patient doit être examiné régulièrement pour rechercher de nouvelles lésions dans l'intestin.

Après 50 ans, il est recommandé de subir une coloscopie et une hygroscopie flexible pour exclure ou confirmer la présence de polypes dans l'intestin. Si les études sont négatives, le diagnostic doit être répété après 5 ans.

Le risque de polype malin dépend de sa taille.

Les polypes adénomateux sont considérés comme les plus dangereux en termes de transformation en cancer.

Symptômes de polypes dans les intestins

Dans la plupart des cas, la formation et le développement de polypes dans l'intestin sont asymptomatiques. Malheureusement, les signes cliniques spécifiques, les manifestations, les symptômes de la présence de polypes dans l'intestin ne sont pas observés, il est donc très difficile de déterminer la polypose à un stade précoce de son développement. La présence et la gravité des symptômes dépendent de l'emplacement, de la taille et du nombre de polypes, ainsi que de l'absence ou de la présence d'un processus oncologique dans l'éducation.

Avec les polypes adénomateux villeux dans les matières fécales, on peut observer du sang et de grandes quantités de mucus.

Les gros polypes peuvent parfois provoquer des crampes douloureuses et ressembler aux symptômes caractéristiques de l’obstruction intestinale avec constipation fréquente et sécrétions de sang muqueux. Dans ce cas, la pathologie est accompagnée d'une douleur au bas de l'abdomen, de sa région iliaque et de la sensation d'un objet étranger dans l'anus.

Très souvent, les polypes ont des symptômes mixtes avec d'autres maladies du tractus gastro-intestinal. Ils sont donc découverts par hasard lors du diagnostic d'autres pathologies.

Dans les 5 à 15 ans sur fond de présence dans l’intestin de polypes adénomateux villeux dans 90% des cas, se développe un cancer colorectal.

Certains des symptômes des polypes sont la diarrhée et la constipation, car les formations perturbent la motilité intestinale. La constipation se développe particulièrement souvent en présence de polypes de grande taille, la lumière de l'intestin étant réduite, il en résulte une obstruction intestinale partielle et une stagnation.

Si vous ressentez des douleurs à l'estomac ou aux intestins, cela peut indiquer une adhésion à la pathologie de l'inflammation.

Le symptôme le plus dangereux d'un polype est un saignement rectal. Dans le cas d'un tel symptôme devrait consulter un médecin, car cela peut être un symptôme d'une tumeur maligne dans l'intestin. Plus le diagnostic est posé tôt, plus la probabilité de succès du traitement est grande.

Diagnostic de la maladie

Comme le risque de dégénérescence du polype intestinal en l'une des formes de cancer est très élevé et que les symptômes de la néoplasme sont insignifiants, il est courant dans la plupart des pays de procéder à une analyse des matières fécales chaque année après avoir atteint l'âge de quarante ans. Au cours de recherches en laboratoire, il est possible de révéler du sang caché dans les masses fécales, ce qui n'est pas perceptible avec un simple examen visuel. Cette méthode est additionnelle, car la présence ou l’absence de sang dans les fèces ne confirme ni n’empêche la présence d’un polype dans l’intestin.

Le plus souvent, au cours du diagnostic, on utilise des appareils qui effectuent des scanners corporels par tomodensitométrie et IRM pour détecter la présence de polypes dans l'intestin. La rectomanoscopie est utilisée pour étudier le poussin direct et sigmoïde, ce qui permet d'examiner les parois intestinales avec un rectoscope. Après 50 ans, les proctologues recommandent d'effectuer une sigmoïdoscopie flexible tous les 3 à 5 ans.

Dans certains cas, la présence d'un polype dans le canal anal ou la partie terminale du rectum peut être détectée par un simple examen numérique de ces parties de l'intestin. Cette méthode aidera à diagnostiquer un kyste pararectal, des tumeurs, des hémorroïdes et des fissures anales.

L'irrigoscopie est un examen aux rayons X du gros intestin à l'aide d'un agent de contraste. Aide à déterminer la présence de polypes dans le côlon, dont la taille dépasse 1 centimètre.

La recherche la plus informative pour diagnostiquer l'état du gros intestin est la coloscopie. C'est la méthode optimale pour déterminer les polypes dans les intestins. La muqueuse intestinale est examinée, ce qui permet de déterminer la présence d'autres pathologies. Au cours de l'examen endoscopique, un médecin peut détecter un polype en prélevant un échantillon pour un examen cytologique et histologique supplémentaire.

Les polypes doivent être différenciés des autres pathologies, à savoir:

La maladie de Crohn, qui peut se manifester par des pseudopolypes avec sa localisation dans les parties supérieures du gros intestin;

actinomycose du côlon, qui affecte le plus souvent le caecum;

tumeur ou fibromes de la couche musculaire, ce qui arrive très rarement et provoque une obstruction intestinale;

les tumeurs d'étiologie vasculaire (angiomes), qui entraînent des saignements sévères;

lipomes - souvent volumineux et localisés à droite dans le côlon;

les tumeurs d'origine non épithéliale, qui sont généralement grandes et n'ont pas de jambes.

L'examen histologique est le principal moyen de déterminer la nature des néoplasmes dans l'intestin.

Traitement des polypes intestinaux

Il n’existe aucun médicament ni traitement conservateur des polypes dans l’intestin. Il existe des cas où, lors de l'endoscopie, il est possible de retirer les polypes, mais uniquement s'ils sont petits et bien situés. Tous les autres cas impliquent une intervention chirurgicale pour éliminer la polypose. Si le polype est bas, l'élimination transanale est possible.

Les petits polypes trouvés lors de la coloscopie sont éliminés à l'aide d'une électrode à boucle (excision électrique), à ​​savoir que la tige du polype est serrée avec une électrode. Dans certains cas, la polypectomie conduit à une perforation de la paroi intestinale et à des complications sous la forme de saignements. Tout polype retiré subit un examen histologique. Si, au cours d'une telle étude, la présence de cellules cancéreuses dans l'intestin est confirmée, le patient subit une résection de la partie endommagée de l'intestin.

En cas de polypose diffuse et familiale, et en particulier en association avec des tumeurs d'autres tissus ou le syndrome de Gardner, le traitement consiste en une résection complète du gros intestin, l'anus étant relié à l'extrémité de l'iléon.

Un à trois ans après le retrait des gros polypes, des récidives de la pathologie peuvent survenir. Il est donc recommandé, un an après l'opération, de subir une coloscopie et de procéder à un diagnostic endoscopique tous les cinq ans. Les polypes de grande taille et multiples, ainsi que les polyposes familiales, présentent le plus grand risque de transformation en oncologie.

À ce jour, aucune mesure préventive ne peut empêcher le développement de polypes dans l'intestin. Par conséquent, seul un diagnostic régulier opportun après 40 ans ou avec une susceptibilité génétique au cancer de l'intestin peut déterminer la présence de polypes oncogènes dans le corps au cours des premiers stades de leur développement. Avec une détection et une élimination rapides des cellules cancéreuses, la récupération se produit dans 90% des cas.

Polypes dans les intestins: signes, symptômes, traitement chez l'adulte

Les appendices polypes dans les intestins sont l'une des pathologies les plus courantes du système digestif. Les polypes sont principalement localisés dans le gros intestin et le rectum. Ils se développent longtemps sans présenter de symptômes et sont souvent détectés par hasard lors de l'examen endoscopique. En raison du risque élevé d'ozlokachestvleniya, il est recommandé de retirer les polypes dans l'intestin par voie chirurgicale.

Quels sont les polypes?

En fonction de la structure morphologique des polypes intestinaux peuvent être les types suivants:

  • ferreux (adénomateux);
  • hyperplasique;
  • villeux (papillaire);
  • juvénile;
  • glandulo-villeux (adénopapillaire).

Les polypes glandulaires sont plus fréquents dans le gros intestin. Ils sont identifiés par des experts chez la majorité des patients présentant des processus polypes. Le polype adénomateux est capable de magnification (malignité). Extérieurement, il ressemble aux champignons qui poussent le long de la membrane muqueuse. Habituellement, le polype adénomateux glandulaire ne saigne pas, ce qui explique le retard du début du traitement.

Le polype hyperplasique n'est pas sujet à la malignité. C'est un nodule mou qui monte légèrement sur la membrane muqueuse. Dans le même temps, l'intestin est pratiquement inchangé en raison de la petite taille de la tumeur (le diamètre des polypes hyperplasiques ne dépasse pas 3–5 mm).

Les polypes de Fleecy peuvent être sous la forme de nœuds ou de formations rampantes de couleur rouge saturée. Localisés dans le rectum, ont de nombreux vaisseaux, ils saignent donc souvent et produisent des écoulements muqueux abondants. Appartient à des tumeurs bénignes, mais sont soumis à un traitement chirurgical.

Les processus polypes juvéniles peuvent atteindre de grandes tailles. Avoir une jambe et sont détectés principalement chez les enfants et les adolescents. Par malignité pas incliné. Situé seul.

La forme intermédiaire entre les formations papillaires et adénomateuses est constituée de polypes adénopapillaires dans l'intestin. Ils sont accompagnés d'un risque oncogène modéré.

Pourquoi les polypes apparaissent?

Les causes exactes des polypes dans l'intestin ne peuvent pas être spécifiées. Les experts ne font des suppositions qu’en analysant l’histoire des patients au cours des dernières décennies. Les médecins ont avancé plusieurs hypothèses expliquant pourquoi des excroissances polypeuses peuvent apparaître sur les parois intestinales. L'une des principales raisons est un processus inflammatoire chronique au niveau de la membrane muqueuse, associé à un régime alimentaire inadéquat, à des maladies infectieuses, à de mauvaises habitudes, à une alimentation pauvre en fibres.

Les formations à haut risque oncogène apparaissent en raison de la forte teneur en graisses animales, aliments frits contenant des substances cancérigènes. Sur la base du manque de fruits et légumes frais, le péristaltisme intestinal est réduit, son contenu est en contact prolongé avec les parois intestinales. Les substances cancérogènes provenant des aliments transformés sont absorbées dans l'épithélium, ce qui provoque des processus hyperplasiques dans les cellules glandulaires.

Le groupe à risque pour la formation de polypes comprend les personnes qui:

  • consomme souvent des boissons et des aliments irritants pour la membrane muqueuse du tube digestif;
  • souffrir de constipation chronique;
  • subi des procédures diagnostiques ou opératoires traumatiques sur les intestins;
  • abuser des boissons alcoolisées;
  • ont des pathologies chroniques du tractus gastro-intestinal, en particulier une nature infectieuse-inflammatoire;
  • engagé dans un travail physique pénible;
  • mener une vie sédentaire;
  • manger des fast-foods, de la viande grasse, des produits de restauration rapide contenant des agents cancérigènes et des conservateurs;
  • obtenir un peu de fibres avec la nourriture.

Complications possibles

Il est impossible de laisser sans l’attention des spécialistes une quelconque formation dans l’intestin, en particulier des polypes, propice à la malignité. Ils sont souvent formés sans signes supplémentaires et une personne peut ne pas être au courant de sa présence pendant de nombreuses années avant d'avoir réussi l'examen ou en présence de manifestations cliniques évidentes de la maladie. Mais quels sont les polypes si dangereux dans les intestins? Pourquoi ont-ils besoin d'être traités à temps?

Le principal danger des polypes est l'oxydation. C'est le risque de renaissance dans le cancer que la plupart des spécialistes en alerte. Polypes adénomateux du côlon particulièrement dangereux. Ils ne sont pas sujets aux ulcérations et la patiente ne sait pas depuis des décennies qu'elle souffre d'une pathologie précancéreuse. Le taux moyen de dégénérescence d'un polype glandulaire en cancer est de 7 à 10 ans. Mais les experts préfèrent ne pas risquer et mener l'opération immédiatement après la découverte de processus polypes.

Avec un parcours à long terme et une croissance active, les polypes peuvent entraîner les complications suivantes:

  • constipation chronique;
  • saignements;
  • obstruction intestinale;
  • flatulences prolongées;
  • l'anémie;
  • constipation, diarrhée;
  • inversion de l'intestin;
  • perforation de la paroi intestinale;
  • inflammation chronique des parois intestinales due à une lésion des parois de la tumeur.

Pour éviter les complications, il est nécessaire, dès l’apparition des premiers symptômes de polypes dans l’intestin, de contacter immédiatement le spécialiste pour un examen complémentaire.

Les personnes ayant des antécédents de maladies inflammatoires du tractus gastro-intestinal, hérédité défavorable, sont recommandées des examens préventifs réguliers des spécialistes. Cela permettra à un traitement précoce de commencer et de se débarrasser des polypes de manière moins traumatisante.

Tableau clinique des polypes

Chez la plupart des patients, les signes de polypes sont absents pendant une longue période, jusqu'à ce que la formation atteigne sa taille maximale. Nouveaux excroissances, presser les tissus environnants, provoquant une ischémie locale. Ils interfèrent avec la promotion des masses fécales, provoquant la constipation, le saignement, la douleur et d'autres signes de polypes intestinaux.

Les polypes duodénaux se développent de manière asymptomatique. Des douleurs apparaissent au milieu de la maladie, localisées dans l'abdomen, accompagnées d'une lourdeur dans l'estomac, de nausées, d'éructations fréquentes. En croissance active, un polype peut fermer la lumière du duodénum, ​​ce qui a pour conséquence que la nourriture reste longtemps dans l'estomac. Dans un tel état, les douleurs deviennent aiguës et ressemblent à des manifestations d'obstruction intestinale.

Les polypes de l'intestin grêle se développent également longtemps sans présenter de symptômes éclatants. Les patients se plaignent de flatulences régulières, de douleurs abdominales et de nausées constantes. Si la tumeur est localisée au début de l'intestin grêle, des crises de vomissements surviennent souvent. Les gros polypes entraînent des torsions intestinales, une obstruction intestinale, des saignements et d'autres symptômes aigus nécessitant des soins médicaux immédiats.

Le polype dans le côlon pendant une longue période passe inaperçu pour le patient. Il peut être formé en raison d'une autre pathologie du tube digestif. Les polypes dans les intestins de cette localisation s'accompagnent dans la plupart des cas de la libération de mucus et de sang de l'anus. Quelques mois avant l’apparition de manifestations cliniques caractéristiques, les patients remarquent une gêne au niveau de l’intestin, des troubles digestifs peuvent apparaître sous la forme de diarrhée alternée et de constipation.

Comment détecter les polypes intestinaux?

Afin de détecter les excroissances polypeuses sur les parois intestinales, les spécialistes utilisent les méthodes de recherche suivantes:

  • coloscopie;
  • oesophagogastroduodénoscopie;
  • biopsie endoscopique;
  • tomographie par ordinateur;
  • imagerie par résonance magnétique;
  • l'irrigoscopie;
  • rectoromanoscopie;
  • examen histologique.

Pour établir un diagnostic précis et déterminer le nombre et l'emplacement de la localisation des néoplasmes, plusieurs études sont nécessaires, mais plusieurs à la fois. Si les spécialistes ne prescrivent pas encore d’opération et choisissent une tactique d’attente, des examens endoscopiques de la lumière intestinale sont régulièrement effectués. Vous pourrez ainsi évaluer l’état des muqueuses et la qualité du traitement.

Caractéristiques du traitement

Traitement des polypes dans l'intestin le plus tôt possible. Le traitement conservateur est utilisé au stade préopératoire afin de réduire la taille des tumeurs. Dans la plupart des cas, une intervention chirurgicale est nécessaire. Le traitement conservateur est également utilisé en présence de plusieurs polypes recouvrant la muqueuse de tout le tractus gastro-intestinal. Les tactiques futures sont également appliquées aux patients âgés qui présentent des contre-indications à une intervention chirurgicale.

Parmi les méthodes courantes de traitement chirurgical sont les suivantes:

  • polypectomie endoscopique;
  • ablation transanale;
  • retrait d'un polype pendant la colotomie;
  • résection d'une partie ou de la totalité de l'intestin.

Les polypes du rectum sont enlevés par endoscopie. Les instruments microchirurgicaux sont insérés à travers des ouvertures naturelles et, sous le contrôle de l'optique, un spécialiste effectue l'excision des tumeurs. Les matériaux rassemblés sont en outre soumis à une étude détaillée. Si les spécialistes détectent des cellules malignes, le traitement sera complété par une chimiothérapie.

La chirurgie endoscopique est souvent associée à une électrocoagulation de la base du polype. Étant donné que l'opération est réalisée sans blessures massives, la période de rééducation est raccourcie. Les patients tolèrent bien l'élimination des polypes par endoscopie, alors que le risque de récurrence de la pathologie, tout en respectant les recommandations médicales et le régime alimentaire, est minime.

L'élimination transanale des tumeurs est réalisée avec des ciseaux spéciaux ou un scalpel, après quoi les tissus muqueux sont suturés. Ces opérations sont utilisées si nécessaire pour éliminer les polypes proches de l'anus. L'excision est réalisée sous anesthésie locale. Pour la commodité du chirurgien, le canal anal est dilaté avec un spéculum rectal.

La coloscopie est utilisée en présence de polypes larges ou localisés dans le côlon sigmoïde. Les néoplasmes sont excisés avec les muqueuses adjacentes, puis suturés. Avec la polypose familiale et diffuse, il est souvent nécessaire de réséquer tout le gros intestin. Les spécialistes pendant l'opération connectent l'extrémité de l'iléon avec l'anus.

Garantir l'absence de rechute après le retrait du polype ne peut être fait par un seul spécialiste. Tous les tissus prélevés sont soumis à un examen histologique. Au cours des premières années suivant le traitement chirurgical, les patients subissent régulièrement des diagnostics prophylactiques.

Il est indiqué non seulement aux patients ayant des antécédents de polypes, mais également à toutes les personnes âgées de 40 ans et plus.

Polypose diffuse

La polypose diffuse est une pathologie héréditaire, accompagnée de multiples lésions de tout le gros intestin et des parties adjacentes du tube digestif par des polypes. La maladie est plus fréquente chez les parents de patients atteints de la même pathologie La polypose conduit au développement du cancer colorectal. Pour éviter le développement de la maladie est presque impossible, car il se produit à la suite d'une mutation d'un gène particulier responsable de la prolifération de la membrane muqueuse du tube digestif. En raison de ce défaut, le tissu épithélial se développe rapidement avec la formation de multiples polypes.

Les patients découvrent le plus souvent la présence d’une polypose diffuse à l’adolescence, lors de l'apparition de douleurs abdominales, de diarrhée sanglante et d'autres signes caractéristiques de la maladie. Ces patients prennent mal du poids, ont souvent l’air épuisés. En raison d'une perte de sang chronique, une anémie se développe, la peau devient pâle. Le proctologue réussit à détecter de nombreux polypes même lors d'un examen rectal normal.

Le grossissement des formations polypes survient chez la plupart des patients. Le traitement est toujours rapide et plus tôt les patients demandent de l'aide, moins le risque de cancer de l'intestin diminue. Au stade précoce, la résection du rectum et du côlon sigmoïde est possible. Dans ce cas, le sphincter peut être maintenu. Avec la large distribution de la polypose nécessite l'utilisation de l'anastomose. Si un cancer est détecté, une colectomie totale est réalisée, le sphincter est retiré et une stomie est créée dans la paroi abdominale.

Régime Polyp

La nature de la nutrition affecte directement la fréquence des polypes. S'il y a peu de fibres dans l'alimentation et beaucoup d'aliments riches en substances cancérigènes, des conditions favorables sont créées pour l'hyperplasie de la membrane muqueuse, la progression de la constipation et des lésions de l'épithélium avec des masses fécales et sa croissance ultérieure. Ne vous mêlez pas des légumineuses, des cornichons et de la viande fumée. Ces produits sont capables de provoquer un processus inflammatoire dans le tube digestif.

Un régime strict pour les polypes dans l'intestin n'est pas effectué. Il est recommandé d’abandonner l’alcool, les plats épicés, les muqueuses irritantes. Le régime devrait être en fibres naturelles. Vous pouvez l'obtenir à partir de légumes, fruits, céréales. Une éponge semblable à la cellulose nettoie les intestins et favorise la formation de masses fécales, prévenant ainsi l’apparition de constipation. Les aliments doivent être à une température confortable - chaud, mais pas chaud ni froid.

Il est recommandé aux personnes souffrant de polypes intestinaux d’utiliser les plats suivants:

  • bouillie en purée;
  • soupes sur bouillon de viande maigre;
  • fruits non acides, légumes bouillis;
  • des fruits de mer;
  • boissons à base d'acide lactique, fromage cottage.

L'alcool est contre-indiqué sous n'importe quelle forme. L'acceptation de l'alcool peut provoquer des saignements et provoquer l'apparition d'une obstruction intestinale chez les gros polypes. Il est également recommandé d’arrêter de fumer car la nicotine et le goudron contiennent des substances cancérigènes pouvant provoquer une dégénérescence des tissus.

Prévention

Une prévention de haute qualité des polypes intestinaux devrait commencer bien avant leur détection. Personne n'est à l'abri du développement de cette maladie et le risque de leur apparition ne peut être complètement exclu. Mais, en suivant les recommandations suivantes, il est possible de réduire au minimum la probabilité de croissance de formations polypes:

  • suivre les règles de la nutrition, manger le moins possible d'aliments frits contenant des substances cancérigènes;
  • augmenter la quantité de fibres végétales dans les aliments, les boissons à base de lait fermenté qui favorisent une microflore intestinale saine;
  • refuser les boissons alcoolisées fortes, le tabagisme;
  • En temps opportun traiter les maladies du tractus gastro-intestinal, lutter contre la constipation chronique;
  • mener une vie active, contrôler son poids;
  • Ne pas négliger les examens préventifs, après avoir atteint l'âge de 40 ans, effectuez régulièrement un diagnostic de l'intestin à l'aide de techniques modernes.

Lorsque les polypes dans l'intestin, la nourriture devrait être fréquente. Mangez de petits repas, mais au moins toutes les 2-3 heures. Dans ce cas, les aliments transformés ne stagneront pas dans les anses intestinales pendant une longue période. Une attention particulière à la prévention de la polypose devrait être portée aux personnes qui ont une prédisposition héréditaire à l'apparition de polypes.

La médecine traditionnelle aidera-t-elle?

Beaucoup de gens sont intéressés à savoir si la médecine traditionnelle aide les polypes dans les intestins? Il faut immédiatement noter que les excroissances polypeuses sont des néoplasmes graves, souvent compliqués par un cancer colorectal. Si les polypes adénomateux ou les formations adénopapillaires ne sont pas retirés à temps, les tissus peuvent devenir grossis pendant plusieurs années. Par conséquent, les remèdes populaires ne doivent être considérés que comme un complément aux méthodes chirurgicales visant à éliminer les néoplasmes intestinaux. Même si à présent le polype ne présente aucun signe d'ozlokachestvleniya, ils peuvent apparaître dans quelques mois ou quelques années.

En ce qui concerne l'efficacité de la médecine traditionnelle contre la polypose, il existe encore des différends dans le monde scientifique. De nombreux médecins pensent que les méthodes traditionnelles ne peuvent être utilisées qu’à des fins prophylactiques et que les polypes doivent être éliminés immédiatement avant qu’ils ne deviennent malins. Que vous utilisiez ou non les méthodes traditionnelles de traitement dépend de vous.

L’un des moyens connus de traiter les polypes consiste à utiliser un mélange spécial à base de graines de citrouille, de jaunes de poulet et d’huile végétale. Vous devez prendre 12 cuillères à soupe de graines de citrouille, les réduire en farine, mélanger avec 7 jaunes de poulet bouillis et 2 tasses d'huile végétale. La composition résultante doit être soigneusement mélangée et maintenue pendant 15 minutes dans un bain-marie. Après cela, vous pouvez commencer le traitement. Les moyens sont pris le matin, avant les repas, dans la semaine. Dose unique - 1 c.

Les polypes de l'anus sont éliminés avec un mélange de poudre sèche de chélandine et de vaseline borique. Des tampons de cette composition sont insérés dans l'anus plusieurs fois par jour. Traiter les polypes et la décoction de cônes de houblon. L'outil est utilisé pendant une semaine, puis faites une courte pause. Lorsque polypose utile produits d'abeille. Prenez régulièrement du miel naturel, du pollen, de la gelée royale. Tous ces produits ont une activité biologique accrue, la capacité d'activer les réserves internes du corps et de les accorder pour la récupération.

Chirurgie d'élimination des polypes dans les intestins: indications, conduction, rééducation

Auparavant, on pensait que l'élimination des polypes dans l'intestin n'était recommandée que pour les tumeurs volumineuses ou multiples. Toutefois, les statistiques sur la transformation de ces tumeurs bénignes en tumeurs malignes (10 à 30% des cas) ont montré qu’il était important que la prévention du cancer élimine même les petits polypes.

Aujourd'hui, le traitement endoscopique est utilisé pour éliminer les polypes du côlon et de l'intestin grêle, sauf lorsque la tumeur est située dans les régions intestinales inaccessibles à l'endoscope. Polypes volumineux et multiples, risque élevé de transformation en cancer - une indication du fonctionnement de la résection segmentaire.

Tactique de traitement

Lorsqu’un petit polype est détecté, une tactique d’attente peut être prescrite - le médecin observe la dynamique de la croissance tumorale au cours de l’année et, si aucun changement significatif n’est constaté, l’opération de retrait des polypes n’est pas effectuée. Cependant, dans ce cas, il est impératif de continuer à faire l’objet d’un examen régulier afin d’éliminer le risque de renaissance dans le temps.

En raison de la psychologie des patients russes, dans la plupart des cas, le retrait endoscopique est immédiatement attribué à la place de la tactique d'attente. Les gens pensent qu'il n'est pas nécessaire de s'inquiéter des petits polypes et qu'ils ne tiennent pas compte des rendez-vous des médecins pour des examens répétés. Les experts abordent donc immédiatement le problème de manière radicale - c'est l'option la plus sûre. Même une petite tumeur peut rapidement maligniser.

Le traitement conservateur des polypes dans l'intestin n'existe pas - il est simplement inefficace.

En présence d'autres complications possibles des polypes - saignements, diarrhée persistante, sécrétion abondante de mucus ou processus inflammatoires sévères - la tactique d'attente n'est pas utilisée, l'opération est prescrite immédiatement.

Enlèvement de polypes dans le côlon

Dans la plupart des cas, l’élimination des polypes dans le rectum en toute simplicité est réalisée par une méthode endoscopique au cours d’une coloscopie. Le même traitement s'applique aux polypes sigmoïdes. L'opération s'appelle une polypectomie.

Préparation à la chirurgie

Lors de la préparation à la chirurgie, il est nécessaire de nettoyer les intestins. Pour ce faire, la veille du jour où il est montré au patient de boire au moins 3,5 litres d’eau propre, la nourriture ne comprend que de la nourriture liquide et légère. Dans la soirée avant la procédure ne peut pas manger et boire. Un lavement nettoyant peut être prescrit.

Parfois prescrit l'utilisation d'une solution spéciale avec de l'eau et des laxatifs. Le plus souvent, il s'agit d'une solution de polyéthylène glycol (4 litres), à boire 180 minutes le soir avant l'opération, ou de préparations à base de lactulose (solutions de Duphalac ou d'autres médicaments contenant ce composant). Dans le second cas, 3 litres de liquide sont divisés en deux étapes - avant le déjeuner de la veille de l'opération et le soir. Après avoir pris ces solutions devrait ouvrir la diarrhée, éventuellement des ballonnements et des douleurs dans l'abdomen.

Si le patient prend des médicaments anticoagulants (aspirine, warfarine, ibuprofène, etc.), il est important de le signaler à votre médecin. Très probablement, un à deux jours avant une coloscopie, ils devront être abandonnés.

Polypectomie

La coloscopie est réalisée uniquement dans des salles spécialement équipées. Le patient est couché sur le côté gauche du canapé, des médicaments sont introduits pour l'anesthésie. L'accès aux polypes se fait par l'anus, un endoscope souple et fin (coloscope) avec une petite lampe de poche et une caméra vidéo y est inséré, ce qui vous permet de surveiller visuellement la progression de l'opération.

Si le polype est plat, on lui injecte un médicament spécial (souvent de l'adrénaline) qui le soulève au-dessus de la surface de la muqueuse. La tumeur est enlevée avec une boucle diathermique à la fin. Elle saisit la base du polype et l'intercepte, agissant simultanément avec un courant électrique pour cautériser la zone endommagée et prévenir les saignements.

C'est important! Les polypes découpés sont obligatoirement envoyés pour analyse histologique, mais seulement après le diagnostic final. Si des cellules anormales indiquant une tumeur maligne sont trouvées, le patient subit une résection partielle de l'intestin.

Dans de rares cas, la chirurgie au laser pour éliminer les polypes est utilisée. Il n’est pas aussi efficace qu’une coloscopie, car il n’est pas possible d’obtenir du matériel tissulaire pour l’histologie (le polype est tout simplement brûlé à la racine) et il existe des difficultés pour le contrôle visuel (dû à la fumée).

Excision transanale de polypes

S'il est impossible d'effectuer une opération coloscopique, une intervention chirurgicale directe par l'anus peut être prescrite. Un tel traitement n'est pas possible si les polypes sont situés à plus de 10 cm de l'anus.

Avant l'opération, une anesthésie locale est effectuée selon Vishnevsky, une anesthésie générale est parfois prescrite. Un spéculum rectal est inséré dans l'anus. La base / jambe du polype est excisée avec des outils spéciaux (pince de Billroth), la plaie est suturée avec 2-3 nœuds de catgut.

Si le polype est situé dans un intervalle de 6 à 10 cm de l'ouverture, après l'opération, le spéculum rectal est inséré avec les doigts, le sphincter est relâché, après quoi un grand miroir gynécologique est inséré, permettant de déplacer la paroi intestinale non touchée par les polypes. Ensuite, un court miroir est inséré et la tumeur est enlevée de la même manière. Les polypes sont envoyés pour histologie.

Résection segmentaire du côlon

Une telle opération est prescrite uniquement à haut risque de tumeur maligne de la tumeur du côlon ou de la présence de plusieurs polypes étroitement espacés. Il est effectué sous anesthésie générale. En fonction de l'emplacement des tumeurs, choisissez le type d'opération:

  • Résection antérieure du rectum. Nommé avec une tumeur à plus de 12 cm de l'anus. Le médecin enlève les parties affectées du sigmoïde et du rectum, puis assemble les parties restantes de l'intestin. Les terminaisons nerveuses, une miction saine et la fonction sexuelle sont préservés, les selles sont normalement conservées dans l'intestin.
  • Faible devant Il est utilisé lorsque la tumeur est située à 6-12 cm de l'anus. Une partie de la sigmoïde et de tout le rectum est retirée, l'anus est préservé. Un «réservoir» temporaire est formé pour contenir les matières fécales et la stomie (une partie de l'intestin est sortie par le péritoine), ce qui aide à empêcher les excréments de pénétrer dans la région réticulée de l'intestin. Après 2-3 mois, une opération de reconstruction est effectuée pour fermer la stomie et rétablir la fonction normale du transit intestinal.
  • Abdominale et anale. Elle est réalisée lorsque les néoplasmes sont situés à une distance de 4 à 6 cm de l'anus. La partie du côlon sigmoïde, le rectum entier et éventuellement la partie de l'anus sont enlevés. Une stomie est formée, qui est fermée après 2-3 mois.
  • Abdominale-périnéale. Indiqué lorsque la tumeur est située près de l'anus. Retirez une partie du côlon sigmoïde, toute la ligne, l'anus et une partie des muscles du plancher pelvien. Une stomie permanente est formée, car il est impossible de maintenir la fonction des selles normales (le sphincter est découpé).

C'est important! Lors de l'ouverture d'une stomie permanente, la patiente reçoit des conseils pour prendre soin d'elle et organiser ses activités vitales. Dans la plupart des cas, vous pouvez atteindre une qualité de vie élevée, malgré les inconvénients et les défauts esthétiques.

Traitement des polypes dans l'intestin grêle

Les polypes simples de l'intestin grêle situés sur la jambe sont éliminés à l'aide d'une entérotomie. En présence d'autres néoplasmes, on observe une résection de l'intestin grêle.

Entérotomie

Cette intervention chirurgicale est dangereuse, elle est beaucoup plus grave que les méthodes endoscopiques et nécessite un chirurgien hautement qualifié. Étapes de:

  1. Le patient est injecté dans un état d'anesthésie générale.
  2. Au-dessus de la section nécessaire de l'intestin grêle se trouve une incision transversale avec un scalpel ou un couteau électrique.
  3. Les polypes sont excisés à travers la zone de coupe et envoyés à l'histologie.
  4. Toutes les coupes sont suturées.

Après l'opération, le patient devrait être à l'hôpital sous la surveillance d'un chirurgien et d'un gastro-entérologue. Le repos au lit est nécessaire, des analgésiques sont prescrits pour le soulagement de la douleur, un régime strict est observé. Avec un professionnalisme insuffisant du médecin peut provoquer un rétrécissement de l'intestin grêle, des saignements.

Résection segmentaire de l'intestin grêle

L’opération est réalisée par une méthode ouverte ou laparoscopique, la seconde est préférable, car elle a moins d’effets négatifs - les cicatrices sont plus petites, la probabilité d’infection est plus faible et la réadaptation rapide du patient. La préparation à l'intervention est effectuée selon le schéma standard décrit ci-dessus. L'exécution est la suivante:

  1. Immersion du patient sous anesthésie générale.
  2. Introduction de dioxyde de carbone sous le péritoine pour faciliter la manipulation d'instruments chirurgicaux dans l'abdomen.
  3. La dissection du péritoine en 4 à 6 endroits, des sections de 1 à 2 cm de longueur, un laparoscope muni d'une caméra est inséré dans l'un d'eux et les outils d'un chirurgien sont introduits dans l'autre.
  4. La partie endommagée de l'intestin est enlevée, les parties saines sont cousues ou des agrafes chirurgicales sont placées dessus.
  5. Les instruments chirurgicaux sont retirés, le dioxyde de carbone est éliminé, les incisions sont cousues et stérilisées.

L'opération dure jusqu'à 3 heures, après quoi le patient est progressivement retiré de l'anesthésie (jusqu'à 2 heures). La récupération prend 3-7 jours à l'hôpital. Lorsqu'une résection de type ouvert est effectuée, une grande incision péritonéale est pratiquée. La réadaptation prend jusqu'à 10 jours à l'hôpital, sinon il n'y a pas de différence.

Période de rééducation

Dans les 2 ans suivant l'élimination des polypes, le risque de récidive et de cancer de l'intestin est élevé. Les patients présentent des examens réguliers tous les 3 à 6 mois. La première inspection est nommée après 1-2 mois après la chirurgie. Dans la période suivante (à partir de la troisième année après le traitement), il est nécessaire de procéder à l'examen tous les 12 mois.

Voici des recommandations générales après le retrait des polypes:

  • N'ignorez pas les examens prophylactiques, venez chez le médecin à l'heure convenue, suivez ses recommandations.
  • Abandonnez les mauvaises habitudes, fumer et boire de l'alcool sont hautement indésirables.
  • Ne vous engagez pas dans un travail physique pénible, soulevez des poids - cela augmentera le risque de saignement.
  • Évitez de trop refroidir et de surchauffer, ne restez pas au soleil trop longtemps, jetez le lit de bronzage et suivez les mesures d'hygiène prescrites.
  • Essayez de limiter le stress, évitez le surmenage. Un repos sain joue un rôle important dans la récupération.

Pendant la période de rééducation, vous devez suivre un régime. Au cours de la première semaine après la chirurgie endoscopique, il est conseillé de manger de la nourriture broyée, de la purée de pomme de terre et des céréales tendres. Les aliments durs et difficiles à digérer riches en fibres grossières sont exclus. Les repas doivent être fractionnés - manger jusqu'à 6 fois par jour.

C'est important! Après des chirurgies ouvertes, le médecin prescrit un régime alimentaire, il est très difficile et exclut presque tous les aliments.

Un besoin urgent de consulter un médecin si vous avez les complications suivantes:

  • Fièvre, frissons;
  • Lourdeur dans l'estomac, douleurs tiraillantes;
  • Rougeur, gonflement dans l'anus;
  • Noirceur des selles, mélange de sang pendant les selles, constipation;
  • Nausées, vomissements et autres signes d'intoxication.

Cela peut indiquer les conséquences dangereuses de l'opération, notamment un saignement, une perforation de la paroi intestinale, une obstruction intestinale, une entérocolite, la formation de calculs fécaux ou une tumeur maligne.

Prix ​​moyens

Le coût des opérations d'élimination des polypes dans les intestins varie considérablement en fonction de la clinique, des qualifications du médecin et de la quantité de travail. La fourchette de prix approximative est présentée dans le tableau.

A Propos De Nous

Question: Comment traiter le cancer de l'estomac avec de la chélidoine?Comment la chélidoine est-elle utilisée dans le traitement du cancer gastrique?Celandine pour le traitement du cancer gastrique est utilisé de différentes manières.