Types de chimiothérapie

En pratique médicale, la chimiothérapie est conditionnellement divisée par la couleur. La chimie peut être rouge, bleu, jaune et blanc. Les couleurs de l'échantillon indiquées correspondent aux couleurs du médicament utilisé.

• La chimiothérapie rouge est le type de traitement le plus puissant, qui s'accompagne également d'effets toxiques sur le corps. Avec une telle "chimie", on utilisera l'idarubicine ou l'épirubicine. Après ce traitement, il y a une faiblesse et une diminution du travail du système immunitaire.

• La "chimie" bleue implique l’utilisation de mitoxantrone ou de mitomycine.

• La chimiothérapie "jaune" utilise généralement des médicaments appelés fluorouracile, méthotrexate ou cyclophosphamide.

• La «chimie» blanche implique l’utilisation de Taxol ou de Tacosela.

En règle générale, un cours de chimiothérapie est combiné, c'est-à-dire il utilise 2 médicaments ou plus.

Nomination de chimiothérapie néoadjuvante

Ce type de traitement par chimiothérapie est prescrit aux personnes avant une ablation chirurgicale radicale de la tumeur. Grâce à ce traitement, il est possible de ralentir la croissance de l’oncocarpe primaire. De plus, cette approche réduit le risque de métastases.

Chimiothérapie adjuvante

Un type de chimiothérapie administrée après la chirurgie. On peut dire qu'il s'agit d'une mesure préventive qui empêche la récurrence d'un foyer cancéreux. La chimie adjuvante peut être utilisée pour tout type de tumeur. En utilisant cette technique, vous pouvez détruire les métastases cachées ou miniatures qui sont restées après l'opération ou qui n'ont pas été détectées pendant les procédures de diagnostic.

Induction "chimie"

Le traitement avec ce type de chimiothérapie est prescrit pour une sensibilité accrue ou modérée de la tumeur aux médicaments anticancéreux. En outre, il est prescrit en présence de contre-indications à la chirurgie.
En général, il existe de tels cas d'induction de nomination "chimie":
• pour un traitement en présence de leucémie ou de lymphome, d'une maladie testiculaire des cellules germinales;
• comme mesure palliative avec laquelle il est possible de prolonger la vie du patient; Cette approche améliore la qualité de vie et réduit la gravité des symptômes.

Médicaments ciblés

C'est aujourd'hui l'une des approches les plus innovantes dans l'élimination du cancer. Avec l'aide de médicaments anticancéreux spéciaux, il est possible d'influencer les anomalies génétiques moléculaires des cellules. L'utilisation de médicaments ciblés inhibe la croissance des masses tumorales ou provoque leur autodestruction. Avant la désignation du type de chimiothérapie envisagé, le patient doit subir une IHC (étude immunohistochimique).

Chimiothérapie hyperthermique (à chaud)

Il s'agit d'une technique thérapeutique pour des effets complexes sur la tumeur et les métastases, qui inclut dans la procédure des températures élevées de médicaments de chimiothérapie injectés dans la cavité abdominale au cours de (carcinomatose péritonéale). Cette thérapie est particulièrement efficace en cas d'ensemencement (métastase) du péritoine. Grâce à la "chimie" hyperthermique, il est possible d'éliminer les foyers de deux millimètres en agissant sur eux à une température de quarante et un degrés Celsius.

Chimiothérapie platine

Une telle "chimie" implique l'utilisation de médicaments anticancéreux à base de platine (ce qui signifie Cisplatine, Phenantry Platinum). En règle générale, on a recours aux techniques du platine en présence de cancer du poumon, avec 4 stades d'oncogynécologie. Parmi les patients, il existe un avis selon lequel la prescription de la chimie du platine évoque un état déplorable. L'utilisation de médicaments à base de platine s'explique par leur capacité à affecter les parties du corps qui ne peuvent pas être influencées par d'autres produits chimiques. En outre, ce sont les médicaments à base de platine qui ont l’effet thérapeutique le plus prononcé dans certaines tumeurs malignes.

Douce "chimie"

Avec cette approche, les médicaments qui ont un ensemble minimal d’effets secondaires sont utilisés. Le principal inconvénient de cette méthode réside dans son efficacité minimale. Attribuer des patients:
- avoir un âge significatif
- affaibli par les cours précédents de chimiothérapie,
- avec une faible numération sanguine
- patients au stade 4,
- quand il est impossible de mener un traitement complet.

Chimie à haute dose

Ce type de chimiothérapie implique l’utilisation de doses plus élevées de médicaments anticancéreux. En règle générale, cette approche est utilisée en présence de différents types de lymphomes. L'augmentation des doses de cytostatiques entraîne une augmentation proportionnelle de l'efficacité de l'élimination des lymphomes malins. En outre, cette approche nous permet d’éviter la résistance des cellules cancéreuses à l’influence des médicaments. Cependant, une dose accrue a un effet néfaste important sur les éléments cellulaires sains.

"Chimie" palliative

En l'absence de chances même minimes de guérison, la chimiothérapie dite palliative est prescrite.
Il va à:
• inhibition du développement ultérieur du cancer;
• bloquer les symptômes de la douleur;
• augmentation de l'espérance de vie;
• réduire la gravité des effets toxiques des médicaments anticancéreux et du formoformage lui-même;
• inhibition de la croissance du centre de contact.
La "chimie" palliative peut être prescrite même avec un traitement oncopathologique relativement favorable. En particulier, il est montré aux personnes capables de se servir elles-mêmes. De plus, cette approche est recommandée pour les patients cancéreux pouvant supporter une chimiothérapie, visant à soulager la douleur et à améliorer la qualité de la vie.

La chimiothérapie: qu'est-ce que c'est et les effets du traitement

La chimiothérapie est l’une des principales méthodes de traitement des tumeurs malignes. En d’autres termes, il s’agit de la pharmacothérapie, qui implique la prise de certains médicaments anticancéreux, dont l’action est destinée à la destruction des structures des cellules malignes et à la prévention de leur division. À l’hôpital Yusupov, les chimiothérapeutes utilisent les schémas thérapeutiques les plus efficaces, en utilisant les meilleurs médicaments modernes.

La peur de la chimiothérapie est principalement due au grand nombre d'effets secondaires et de désordres du corps, qui accompagne toujours cette méthode anticancéreuse. Cela s'explique par le fait que ces préparations contiennent des poisons puissants qui tuent non seulement les cellules malades, mais également les cellules saines. Cependant, dans certaines situations, la chimiothérapie est le seul moyen de réussir un traitement; il est donc inacceptable de refuser son utilisation, préférant la radiothérapie ou la chirurgie.

Objectifs de la chimiothérapie

La chimiothérapie, utilisée comme traitement principal, contribue à la destruction complète de la tumeur. Avec cette méthode, vous pouvez également ralentir la croissance et le développement des tumeurs. Lors de la préparation préopératoire, une chimiothérapie est réalisée afin de réduire la taille de la tumeur. De plus, cette technique aide à prévenir les métastases en détruisant les cellules cancéreuses.

En règle générale, la chimiothérapie est l’une des étapes d’un traitement complexe. Elle est utilisée avant et après la chirurgie.

Comment fonctionne la chimiothérapie?

L'action des médicaments anticancéreux vise à détruire les cellules cancéreuses et à prévenir leur division. Cet effet est dû à l'effet de ces médicaments sur les membranes des cellules cancéreuses et à la destruction de leur structure interne. Un certain nombre de médicaments contribuent à la formation de ce que l'on appelle l'effet antitumoral.

Dans le traitement de la pathologie du cancer, les experts préfèrent l’utilisation d’un complexe composé de plusieurs médicaments antitumoraux offrant le meilleur effet thérapeutique. Certains médicaments contribuent à renforcer l'effet antitumoral de la radiothérapie. Un autre groupe de médicaments peut détruire les cellules tumorales déjà irradiées. Par conséquent, dans la pratique médicale, on utilise souvent une combinaison de radiothérapie et de chimiothérapie.

Qui est indiqué pour la chimiothérapie?

La chimiothérapie peut être prescrite aux patients présentant des pathologies oncologiques qui ne sont pas susceptibles de rémission sans traitement chimiothérapeutique - pour la leucémie, les carcinomes chorioniques, l'hémoblastose, le rhabdomyosarcome, etc.

Cette méthode de thérapie est également pratiquée par les patients avant une intervention chirurgicale visant à enlever une tumeur - afin de réduire sa taille et d’être opérationnelle.

Le traitement chimiothérapeutique est effectué à des fins préventives - pour prévenir les métastases.

De plus, la chimiothérapie est utilisée comme méthode complémentaire à la radiothérapie et à la thérapie chirurgicale.

Les cas cliniques impliquant des lésions des ganglions lymphatiques, quelle que soit leur taille, nécessitent également un effet chimiothérapeutique.

Contre-indications à la chimiothérapie

Après un examen approfondi, l'oncologue émet une conclusion sur l'efficacité de la chimiothérapie ou la présence de contre-indications à ce type de traitement.

Le traitement par chimiothérapie n’est pas effectué dans les cas où les métastases se sont propagées dans les structures cérébrales, avec des taux excessifs de bilirubine dans le sang, avec des lésions métastatiques au niveau du foie, une cachexie et une intoxication organique.

Les contre-indications dépendent de la localisation de la formation de la tumeur, du processus de métastase, du stade du processus oncologique et des caractéristiques individuelles du patient.

Préparation à la chimiothérapie

Pendant le traitement par chimiothérapie, il est recommandé de réduire l'activité physique au minimum, pour cela une liste de maladie est émise.

Il devrait complètement abandonner les mauvaises habitudes - fumer, boire de l'alcool.

Avant de commencer un traitement chimiothérapeutique, les patients doivent recevoir une prémédication - afin de préparer le corps aux effets toxiques des médicaments anticancéreux:

  • guérir les maladies associées à l'oncologie;
  • pour obtenir le maximum d'effet, le patient doit d'abord nettoyer le corps des toxines qui se sont accumulées à la suite du développement de la tumeur et de la prise de médicaments;
  • assurer une protection médicamenteuse du tractus gastro-intestinal, de la moelle osseuse, des reins et du foie.

Types de chimiothérapie

Selon la couleur du médicament administré, le traitement chimiothérapeutique se divise en plusieurs types:

  • La chimiothérapie rouge est le traitement le plus puissant et toxique pour les structures organiques, impliquant l’utilisation de médicaments du groupe des antacyclines (doxorubicine, idarubicine, épirubicine). Après une chimiothérapie de ce type, on observe une neutropénie qui réduit l’immunité et la protection anti-infectieuse;
  • chimiothérapie bleue - traitement consistant à prendre des médicaments à base de mitomycine, de mitoxantrone;
  • chimiothérapie jaune - prise de médicaments anticancéreux jaunes (fluorouracile, méthotrexate, cyclophosphamide);
  • Chimiothérapie blanche - médicaments antitumoraux: Tacosel, Taxol.

En règle générale, plusieurs types de médicaments sont inclus dans le schéma de traitement antitumoral, à savoir: La polychimiothérapie est effectuée.

Chimiothérapie néoadjuvante - de quoi s'agit-il?

Ce type de traitement chimiothérapeutique est effectué avant une intervention chirurgicale visant à éliminer radicalement le néoplasme. De plus, avec l'aide d'une chimiothérapie néoadjuvante (ou préopératoire), l'agression et la croissance du site de la tumeur primitive sont supprimées et le risque de métastase est réduit.

La chimiothérapie adjuvante - de quoi s'agit-il?

Ce type de chimiothérapie est appliqué après la chirurgie. L’essence de la chimiothérapie adjuvante est la prévention préventive de la poursuite du développement du processus oncologique. Ce type de traitement chimiothérapeutique est utilisé pour tous les cancers.

La chimiothérapie adjuvante est utilisée en tant que méthode de traitement supplémentaire, permettant d'éliminer les éventuelles micrométastases cachées, qu'il n'est pas toujours possible d'identifier avec l'aide de méthodes de recherche diagnostiques modernes.

Chimiothérapie d'induction - qu'est-ce que c'est?

Il s’agit du type dit chimiothérapeutique utilisé dans les cas cliniques suivants: sensibilité de la tumeur élevée ou modérée aux médicaments anticancéreux et contre-indication au traitement chirurgical du cancer.

La chimiothérapie d'induction est prescrite comme méthode thérapeutique pour certains processus tumoraux: lymphomes, leucémies, formations trophoblastiques et tumeurs des cellules germinales des testicules. De plus, cette méthode est utilisée dans le traitement palliatif nécessaire pour réduire les symptômes du cancer (soulager la douleur, éliminer l'essoufflement, etc.), améliorer la qualité de vie du patient et ainsi la prolonger.

Chimiothérapie ciblée - de quoi s'agit-il?

Aujourd'hui, la chimiothérapie ciblée est la méthode de traitement du cancer la plus moderne et en plein développement. Des médicaments antitumoraux spéciaux agissent sur les troubles des cellules génétiques moléculaires. L’action des médicaments ciblés vise à freiner la croissance et à lancer un programme d’autodestruction des cellules. Avant d'utiliser une chimiothérapie ciblée, il est nécessaire de mener des études génétiques et immunohistochimiques préliminaires.

La chimiothérapie hyperthermique - de quoi s'agit-il?

La chimiothérapie hyperthermique (à chaud) est une méthode thérapeutique qui implique un effet complexe sur les cellules tumorales au moyen de médicaments anticancéreux et à haute température. Ce traitement est considéré comme le plus efficace en présence de grosses tumeurs et de métastases intra-organiques.

L'avantage indéniable de ce type de chimiothérapie est de réduire l'effet toxique. Selon les experts, la méthode hyperthermique de traitement du cancer permet dans certains cas d’obtenir une efficacité supérieure à la chimiothérapie systémique traditionnelle.

La chimiothérapie "platine" - c'est quoi?

Lors de la chimiothérapie au platine, on utilise des médicaments anticancéreux, notamment le platine - cisplatine, phénantriplatine, etc. Cette chimiothérapie est prescrite en l’absence de résultat positif après traitement par d’autres méthodes. Le plus souvent, la chimiothérapie au platine est utilisée pour traiter le cancer des testicules, des ovaires, des poumons et de la vessie. Les médicaments à base de platine ont l'effet thérapeutique le plus prononcé et peuvent avoir un effet positif dans les cas où d'autres médicaments anticancéreux n'apportent pas le résultat souhaité.

Chimiothérapie douce - qu'est-ce que c'est?

Ce type de traitement chimiothérapeutique implique l’utilisation de médicaments anticancéreux, caractérisés par un nombre minimal d’effets secondaires. L'inconvénient d'une chimiothérapie épargnée est la faible efficacité de ces médicaments dans la lutte contre le cancer.

La chimiothérapie à haute dose - de quoi s'agit-il?

Au cours de cette chimiothérapie pour les patients cancéreux, des doses plus élevées de médicaments anticancéreux sont administrées. La chimiothérapie à haute dose est le plus souvent prescrite pour le traitement de certains types de lymphomes (tels que les cellules du manteau, les cellules non hodgkiniennes, etc.).

Des doses élevées de médicaments cytostatiques permettent d'augmenter proportionnellement l'efficacité du traitement des lymphomes malins et d'éviter la résistance des cellules cancéreuses aux effets des médicaments anticancéreux. Cependant, parallèlement à cela, ce type de chimiothérapie a un effet toxique plus prononcé.

La chimiothérapie palliative - de quoi s'agit-il?

En cas de pronostic défavorable de la maladie, une chimiothérapie palliative est prescrite. Ce traitement vous permet de limiter la progression des processus cancéreux, de bloquer les symptômes douloureux, d’augmenter l’espérance de vie des patients atteints de cancer, de réduire la gravité de l’effet toxique des médicaments anticancéreux et de la formation de tumeurs, ainsi que d’arrêter la croissance ou de réduire la tumeur.

Cependant, le traitement palliatif n'est pas toujours appliqué uniquement dans les cas où les chances de guérison sont absentes. Elle peut être prescrite à des patients qui peuvent se servir eux-mêmes et qui subissent une chimiothérapie pour réduire la douleur et améliorer la qualité de la vie.

Comment est la chimiothérapie?

Le plus couramment utilisé est l'administration intraveineuse de médicaments anticancéreux sous forme d'injections classiques ou de compte-gouttes. Dans ce dernier cas, les médicaments sont injectés pendant plusieurs jours, ce qui nécessite l'installation d'un cathéter dans la veine.

En outre, pour l'introduction de médicaments anticancéreux peuvent être appliquées d'autres manières:

  • orale (par la bouche);
  • intramusculaire;
  • sous-cutané;
  • dans la plèvre, la cavité abdominale, le liquide céphalorachidien;
  • local;
  • directement dans l'artère menant à la formation de la tumeur;
  • directement dans la formation de la tumeur.

Effets de la chimiothérapie

Outre les effets positifs - réduction de l’éducation, suspension de la croissance, retour du patient à une vie normale et son prolongement, la chimiothérapie a certaines conséquences négatives, consistant en une détérioration notable de la santé. Généralement, plus la toxicité du médicament est élevée, plus son action dans la lutte contre les pathologies cancéreuses est efficace. Les patients prenant une chimiothérapie présentent une perte de cheveux, une faiblesse générale, une perte d'appétit, des nausées, des vomissements, des problèmes intestinaux, une diminution de l'audition, des vertiges, des acouphènes, un engourdissement des membres, une mauvaise coordination des mouvements, des changements dans le sang, etc.

La gravité d'un problème particulier est différente pour tous les patients et la combinaison des effets secondaires est également différente. Les cheveux commencent à tomber, le plus souvent, 2-3 semaines après l'injection. Des nausées et des vomissements peuvent survenir immédiatement après la chimiothérapie. Malgré la forte détérioration de l'état du patient, la survenue de réactions indésirables ne constitue pas un motif d'annulation du traitement de chimiothérapie. Une fois la chimiothérapie terminée, les effets négatifs du traitement disparaîtront.

À l’hôpital Yusupov, les oncologues utilisent les schémas de chimiothérapie les plus efficaces pour diverses formes d’oncopathologie. Pour vous inscrire à un appel de consultation et d'hospitalisation.

Découvert un nouveau médicament anticancéreux à base de platine

Selon des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology, qui ont testé un nouveau médicament expérimental antitumoral, le phénantri-triplatine, ce médicament s'est avéré plus efficace que le cisplatine, qui est actuellement largement utilisé. Le professeur Steven J. Lippard (Stephen J. Lippard) et ses collègues ont suggéré que non seulement le phénanthriplatine détruisait les cellules cancéreuses, mais qu'il pouvait également empêcher le développement d'une résistance aux médicaments contenant du platine.

La chimiothérapie à base de platine est l’une des méthodes les plus puissantes de lutte contre le cancer. Le cisplatine a été testé pour la première fois en 1978 aux États-Unis. Il est principalement efficace contre le cancer du testicule, mais il est également utilisé dans le traitement du lymphome, du cancer du poumon, du cancer de l'ovaire et de certains autres types de cancer. Cependant, cette médaille présente un inconvénient: des réactions secondaires toxiques prononcées et la formation de résistances aux médicaments par les cellules tumorales.

... sur la base des résultats de la dernière étude, le scientifique a déclaré que le platine pouvait être utilisé en chimiothérapie en relation avec une gamme plus large de cancers.

Lippard étudie le platine depuis longtemps. Comme il l'a lui-même admis à la presse, son hypothèse initiale sur la spécificité étroite de ces drogues est erronée. Maintenant, sur la base des résultats de la dernière étude, le scientifique a annoncé la possibilité d'utiliser la chimiothérapie avec des médicaments à base de platine en relation avec une gamme plus large de cancers.

Les principaux avantages de la phénanthalatlatine par rapport au cisplatine sont les suivants:

  • plus facile à pénétrer dans les cellules cancéreuses;
  • inhibe la transcription (première étape vers la réalisation de l'information génétique de la cellule par la conversion de l'ADN en ARN).

L’effet cytostatique des préparations à base de platine repose sur la formation dans l’ADN de liaisons longitudinales et transversales intracellulaires qui empêchent sa réplication. Cela est dû à la structure même chimique de ces médicaments: au centre se trouve un atome de platine associé à deux ligands d’ammonium et deux ions de chlore. Tout ce complexe a une charge négative, mais lorsqu'il pénètre dans la cellule cancéreuse, il est hydrolysé par le remplacement des ions chlorure par des groupes OH et acquiert une charge positive. Les groupes OH peuvent être facilement réprimés, permettant au complexe de platine d'attaquer l'ADN des cellules cancéreuses.

Autrefois, on croyait que l’effet cytostatique ne pouvait être réalisé que lorsqu’il interagissait avec deux centres de liaison à l’ADN, car il permettait la formation de liaisons croisées entre des sections d’ADN. Mais dans les années 1980, les scientifiques ont commencé à étudier des complexes de platine chargés positivement, associés à un seul centre ADN, mais ayant également un effet cytostatique.

En 2008, un groupe de scientifiques dirigé par Lippard a étudié le pyriplatine. Ce médicament est presque identique au cisplatine, à une exception près: l'un des ions chlore est remplacé par un cycle pyridine à six chaînons contenant cinq atomes de carbone et un atome d'azote. Cependant, son efficacité était inférieure à celle du cisplatine et de l'oxaliplatine, un autre agent antitumoral approuvé par la Drug and Food Administration (USA). Mais le premier échec n'a pas dérangé les chercheurs. Des expériences avec le pyriplatinum les ont amenés à penser qu’il serait souhaitable d’utiliser des composés du platine à grands anneaux en oncologie. À leur avis, une telle caractéristique de la structure chimique permettra un blocage plus important de la transcription de l'ADN des cellules tumorales. Ainsi, par essais et erreurs, ils sont arrivés à la phénanthlatine. Les scientifiques ont compris que c’était exactement ce qu’ils recherchaient lorsque la phénantriplatine réduisait en cisplatine le cisplatine en comparant leur efficacité. L'étude a utilisé 60 types de cellules cancéreuses, tandis que la phénantriplatine était de 4 à 40 fois supérieure, selon le type de cellule, par rapport au cisplatine. Ainsi, le nouveau médicament peut être utilisé dans les cas où le cisplatine est impuissant.

Un autre point important. Certaines cellules tumorales sont capables de former une résistance à l'action du cisplatine. Ces cellules contiennent un composant contenant du soufre, le glutathion, qui inactive le cisplatine avant même de se lier à l'ADN. Anneau volumétrique à trois chaînons, une partie de la structure de la phénanthlatlatine, toujours le même et protège le complexe de platine des attaques de tiers

Maintenant, après que le médicament ait prouvé son efficacité dans des expériences de laboratoire, les scientifiques doivent maintenant tester son effet antitumoral sur les animaux.

Quels médicaments sont utilisés pendant la chimiothérapie?

La chimiothérapie est l’un des principaux domaines dans le traitement des pathologies cancéreuses. Le plus souvent, la polychimiothérapie est utilisée chez les patients, ce qui implique l'administration de plusieurs médicaments anticancéreux de différents groupes.

La chimiothérapie peut être utilisée comme traitement primaire ou en complément d'une chirurgie et d'une radiothérapie.

Types de médicaments pour la chimiothérapie

Tous les médicaments chimiothérapeutiques sont classés en plusieurs groupes, en fonction du mécanisme de leur action:

  • Agents d'alkylation;
  • Les anthracyclines;
  • Drogues de platine;
  • Antibiotiques anticancéreux;
  • Vincalcaloïdes;
  • Cytostatiques;
  • Taxanes, etc.

Chaque groupe de médicaments peut affecter différentes phases des processus cellulaires et des cycles de vie.

Agents d'alkylation

Le principe d'action des médicaments de ce groupe repose sur la formation de liaisons covalentes avec la chaîne d'ADN.

Il n'a pas encore été déterminé comment la mort des structures cellulaires survient après l'effet alkylant, mais il est clair que ces médicaments provoquent une erreur dans la lecture des informations génétiques, ce qui conduit à la suppression de la formation des protéines correspondantes.

Cependant, il existe un système de glutathion - une immunité naturelle contre les agents alkylants. Par conséquent, avec une teneur accrue en glutathion, l'efficacité des agents alkylants contre une tumeur maligne sera réduite.

Mais en raison de la consommation de ces médicaments, il existe une possibilité de cancer secondaire, dont la forme la plus courante est la leucémie, qui se manifeste plusieurs années après la chimiothérapie.

Les principaux représentants de ce groupe sont des médicaments comme le cyclophosphamide, l’embiquine et l’ifosfamide, le chlorambucil et le busulfan, la procarbazine et le BCNU, produits à base de nitrosourée.

Antibiotiques anticancéreux

Ces médicaments ne sont pas associés à des agents antibiotiques bien connus. Le mécanisme de leur impact est de ralentir la division des gènes dans les structures onccellulaires.

Les antibiotiques anticancéreux pouvant influencer différentes phases cellulaires, leurs mécanismes d'action sont parfois quelque peu différents. En ce qui concerne les effets indésirables, les médicaments de ce groupe sont les plus dangereux pour les structures pulmonaires car, en raison de la formation de radicaux libres, ils ont un effet toxique sur les poumons.

L'Adriamycine et la Bléomycine sont les antibiotiques anti-cancer les plus connus. Le plus souvent, il est utilisé en polychimiothérapie avec la cytotoxine.

Ne confondez pas les antibiotiques avec les antimétabolites, dont les substances actives sont intégrées dans l’appareil cellulaire génétique. En conséquence, lorsque la structure des cellules cancéreuses est divisée, elle est détruite.

Ce sont le méthotrexate, le Gemzar, la Gemcitabine, la Fludarabine et la Kladribine, le 5-fluorouracile, etc. Ce dernier médicament, en tant qu'effet indésirable, peut supprimer la moelle osseuse, provoquer une intoxication gastro-intestinale sévère, provoquer l'apparition de neurotoxines, provoquer des convulsions et un coma.

Pour exclure de tels effets, la thymidine est prescrite comme antidote aux oncopaciens. La capécitabine est un analogue oral du 5-fluorouracile, mais ses effets secondaires sont identiques.

Anthracyclines

Les médicaments de ce groupe comprennent Adriblastin et Rubomycin. Dans leur composition, il existe un cycle anthracycline spécifique qui interagit avec les cellules à ADN.

En outre, les composants de ces médicaments peuvent supprimer les réactions chimiques qui se produisent lors de la formation de l'enzyme topoisomérase (II) et former des radicaux libres qui endommagent la base structurelle de l'ADN des cellules cancéreuses.

Les préparations de daunorubicine et de doxorubicine appartiennent également au groupe des anthracyclines et ont une origine naturelle; leur principe actif a été isolé à partir de champignons du sol. Ils forment des radicaux libres d'oxygène qui violent l'intégrité et l'inhibition de la synthèse de l'ADN.

Les anthracyclines sont très efficaces contre les processus cancérogènes. Cependant, elles ont quelques effets secondaires dangereux, tels que la toxicité cardiaque. Les radicaux libres formés par ces médicaments peuvent endommager les structures cellulaires du myocarde. Par conséquent, l'utilisation des fonds de ce groupe nécessite un contrôle spécial de la part du médecin.

Vinca-alcaloïdes

Ce sont des médicaments antinéoplasiques d'origine végétale (basés sur l'extrait de feuilles de pervenche).

Les composants de ces médicaments sont capables de se lier à la tubuline (une protéine spécifique) à partir de laquelle le cytosquelette est formé.

Il est nécessaire pour les cellules dans toutes les phases et sa destruction viole les mouvements chromosomiques lors de la division, ce qui conduit à la destruction des cellules.

Les vinca-alcaloïdes se distinguent également par le fait que les structures cellulaires malignes-anormales sont plus sensibles aux vincalcaloïdes que les cellules normales.

Pour les médicaments du groupe vincaalkaloid, la neurotoxicité est l’effet secondaire le plus caractéristique. Les vinca alcoloids les plus célèbres sont des médicaments comme la vindésine et la vinorelbine, la vincristine et la vinblastine.

Platine

Les préparations à base de platine sont des métaux lourds toxiques et affectent le corps d’une manière similaire à celle d’un agent alkylant.

Après pénétration dans l'organisme, les composants des médicaments à base de platine commencent à interagir avec les molécules d'ADN, détruisant leurs fonctions et leurs structures, ce qui provoque la mort de la cellule maligne.

Parmi les médicaments les plus utilisés en chimiothérapie, on distingue le platine:

  • Le cisplatine (utilisé en particulier dans le cancer des testicules et du poumon), mais il provoque souvent des lésions rénales;
  • Carboplatin, la deuxième génération de médicaments à base de platine, a un effet toxique considérablement réduit sur les structures rénales;
  • L'oxaliplatine appartient à la troisième génération. Il est particulièrement efficace contre le cancer de la colique. Il n'est pas toxique pour les reins, mais peut provoquer une neuropathie.

Cytostatiques

Ces médicaments ont un mécanisme d'action combiné, similaire aux médicaments déjà décrits. Certains d'entre eux sont similaires aux agents alkylants (par exemple, la Dacarbazine et la Procarbazine).

Il existe des cytostatiques agissant par analogie avec des antimétabolites (hydroxyurée). Les préparations de corticostéroïdes, souvent utilisées en thérapie anticancéreuse, sont également dotées d'excellentes propriétés cytostatiques.

Les cytostatiques couramment utilisés comprennent des médicaments tels que l’apécitabine, le taxol, etc.

Les taxanes

Ce sont des médicaments qui agissent sur les microtubules présents dans chaque structure cellulaire. Il en résulte une violation des processus de division cellulaire et une nouvelle mort cellulaire.

Ce groupe de médicaments anticancéreux comprend: Docetax, Paclitaxel, etc.

Les taxanes ont un éventail d'applications assez large: dans les cancers du poumon et du sein, de la prostate et de la tête, de l'œsophage et de la vessie, ainsi qu'en oncopathologie maligne de l'ovaire et de l'estomac. La réaction indésirable la plus caractéristique des taxanes est une diminution du nombre de cellules sanguines.

La dernière génération de médicaments

L'étude de l'activité anticancéreuse de diverses substances se poursuit.

Les médicaments antinéoplasiques des nouvelles générations ont un plus grand effet thérapeutique et moins de réactions secondaires toxiques.

Ces outils incluent:

  1. Avastin;
  2. Carboplatine et oxaliplatine;
  3. La thalidomide;
  4. Zomera;
  5. Gleevec;
  6. Femara;
  7. Sandostatin.

Les experts tentent de plus en plus d’utiliser une chimiothérapie ciblée, faisant appel à la dernière génération de médicaments.

Chimiothérapie Xelox: Schéma

La chimiothérapie selon le schéma Xelox implique l’administration orale du médicament Xeloda avec l’oxaliplatine. Ce schéma thérapeutique est le plus efficace contre le cancer colorectal commun.

Mais dernièrement, plusieurs découvertes ont été faites, qui ont permis de modifier quelque peu la combinaison de Xelox. Il est généralement utilisé pour traiter le cancer intestinal métastatique, une oncologie maligne gastrique et laiteuse prononcée.

Le traitement chimiothérapeutique mis à jour selon le schéma XELOX offre de nouvelles possibilités aux patients, car avec l'addition d'oxaliplatine et de Xeloda à la chimiothérapie d'Avastin, les taux de survie sont nettement augmentés et la progression de l'oncopathologie est absente.

Outils de récupération

Étant donné que la chimiothérapie s'accompagne d'une foule d'effets secondaires et que les processus cancéreux nuisent gravement à la santé, il est nécessaire d'aider le corps à se rétablir après le traitement du cancer.

Pour cela, on prescrit des médicaments traditionnels et des phytopreparations aux oncopacies. Pour chaque patient, le schéma de traitement de rééducation est sélectionné individuellement.

En règle générale, un traitement de restauration est prescrit pendant la chimiothérapie ou immédiatement après, afin de réduire la gravité des symptômes indésirables et d'éliminer les dommages causés aux structures intra-organiques par les effets toxiques des médicaments anticancéreux.

Élévations des leucocytes

Étant donné que, dans le contexte du traitement chimiothérapeutique, les fonctions hématopoïétiques sont inhibées, le nombre de cellules sanguines est considérablement réduit, y compris les leucocytes.

Tous les patients ayant subi un traitement de chimiothérapie développent une leucopénie, accompagnée d'un niveau d'immunité extrêmement bas.

Par conséquent, il est extrêmement important que ces patients normalisent le taux de leucocytes.

Normalement, le taux de leucocytes est d'environ 4 à 9 x 10 9 / l; toutefois, après traitement anticancéreux, ils sont cinq fois moins élevés.

L'immunité est réduite sur le plan pathologique et, en fait, elle est tellement nécessaire à la poursuite de l'opposition aux processus tumoraux malins. Pour restaurer le niveau précédent de leucocytes, on prescrit aux patients des médicaments comme Imofal ou Polyoxidonium.

S'ils sont inefficaces, des médicaments plus puissants sont montrés, tels que Batilol, Leucogen, Cefaransin, Methyluracil, etc. De plus, l'augmentation des leucocytes est obtenue par la pharmacothérapie extracorporelle, qui implique l'introduction de médicaments dans le sang ainsi que la perfusion d'érythrocytes du donneur.

Du foie

Au cours du traitement de chimiothérapie, les structures du foie sont soumises à un lourd fardeau, car les médicaments anticancéreux détruisent également les structures saines. Les toxines s'accumulent dans le corps, dont le retrait est effectué par le foie.

Pour restaurer le foie, on prescrit aux patients des médicaments hépatoprotecteurs tels que:

  • Hepasteril;
  • L'hépamine;
  • Syrepara;
  • Erbisol;
  • Karsila;
  • Hepadifa;
  • Essentiale Forte-N, etc.

Pour que les toxines accumulées dans le foie soient plus susceptibles d'être excrétées, il est recommandé de boire divers liquides en abondance et souvent: bouillon de dogrose, eau, jus de canneberge, etc.

Immunité

Chez tous les patients, à la suite d'une immunité réduite, des processus infectieux se développent et les microorganismes pathogènes conditionnels présents dans l'organisme acquièrent un statut pathogène. Lorsque le corps est exposé à des effets toxiques généraux, des infections à caractère fongique se développent.

Selon les statistiques, 100% des patients sont confrontés à une candidose. Ils craignent également les infections à staphylocoques, qui conduisent à la formation de foyers inflammatoires et nécrotiques, de thromboses, de saignements et de sepsis.

Le manque de traitement de réadaptation nécessaire aboutit dans la plupart des cas au décès Par conséquent, il est si important de soutenir l'immunité à l'aide de médicaments tels que Polyoxidonium et Antiox. Aussi attribué Bisk immuno-modulateurs bioactifs, Nutrimaks, Ursul, etc.

Effets secondaires

La chimiothérapie s'accompagne d'une foule de réactions indésirables telles que l'anémie et les nausées, la calvitie et les ongles cassants, les changements de goût et les problèmes d'appétit, les troubles gastro-intestinaux et la rétention d'eau, les troubles urinaires, etc.

Par conséquent, pour améliorer l'état du patient, des médicaments supplémentaires sont prescrits pour le soulagement des symptômes indésirables.

Pilules contre la nausée

Généralement, les nausées sont causées par des toxines, qui sont libérées lors de la dégradation d'une tumeur cancéreuse et pénètrent dans le corps avec des médicaments chimiothérapeutiques. C'est une réaction normale du corps.

Pour soulager les nausées, des médicaments spéciaux sont prescrits, tels que:

  1. La dompéridone;
  2. La dexaméthasone;
  3. Cerucala;
  4. Métoclopramide;
  5. Raglana;
  6. Cisapride.

Des médicaments comme Wistaril, Kompazin et Torekan aideront également à réduire les nausées.

Il est préférable de choisir des suppositoires rectaux, car ils sont directement absorbés par la muqueuse intestinale, sans causer d’irritation supplémentaire de l’estomac. Les bougies les plus efficaces sont Compazin et Kytril.

Antiémétique

Étant donné que les patients cancéreux après la chimiothérapie souffrent non seulement de nausées, mais aussi de vomissements, on leur prescrit également des antiémétiques.

Des vomissements particulièrement forts sont observés après des médicaments du groupe cytostatique comme le cisplatine. Avec l'introduction de ce médicament chez tous les patients, des vomissements ont été notés jusqu'à 20 fois par jour.

Pour supprimer les vomissements aigus, qui se produisent le premier jour après la chimiothérapie, on prend Tropisetron, Granisetron ou Emetron, Dolasetron ou Ondacetron. Des agents anti-émétiques sont également prescrits: Lorazépam, Marinol, Halopéridol, etc.

Vitamines pour l'oncologie

Après la chimiothérapie, le corps a besoin de vitamines. Il est préférable de les obtenir à partir de sources naturelles, car il est interdit de prendre des complexes multivitaminiques, généralement contenant des vitamines du groupe B, après le traitement chimiothérapeutique, à savoir:6, Dans2 et B1, qui favorisent la croissance des cellules cancéreuses malignes.

Mais les vitamines comme le tocophérol (E), l'acide ascorbique, le rétinol (A) et la vitamine D devraient être enrichies après le traitement de chimiothérapie. Ils peuvent être pris sous forme de drogues ou manger des aliments riches en eux.

Le médicament anti-ulcéreux Omez est souvent prescrit aux patients après une chimiothérapie.

Le but de cette nomination est de protéger les structures gastriques des réactions indésirables aux médicaments anticancéreux toxiques.

Le médicament est généralement prescrit pendant 3 jours avant la chimiothérapie, sa réception se poursuit pendant une semaine après le traitement.

Heptral

Heptral est un puissant médicament hépatoprotecteur conçu pour protéger le foie. Il est souvent prescrit à des patients après une chimiothérapie dans le cadre d'un traitement de rééducation.

Heptral normalise les processus métaboliques dans les tissus du foie et stimule la récupération des hépatocytes.

Le médicament est pris sous forme de comprimé entre la prise de nourriture. La posologie quotidienne est de 2 à 4 capsules ou de 0,8 à 1,6 g Si, après la chimiothérapie, le patient présente des formes sévères de cholestase, alors Heptral est administré sous forme injectable.

Réhabilitation après chimie à la maison

La période de rééducation après la chimiothérapie est accompagnée d’un ensemble assez large de complications, les plus courantes étant les lésions entéropathiques et le syndrome de nausée vomissement, l’alopécie et une immunité réduite.

L'entéropathie se produit dans le contexte de l'accumulation de substances toxiques qui pénètrent dans le corps avec les médicaments chimiothérapeutiques.

Polysorb

Disponible sous la forme d'une poudre blanche de dioxyde de silicium. Il est pris à l'intérieur sous forme de suspension, après avoir préalablement dissous la poudre dans de l'eau. La substance active pénètre dans le tractus gastro-intestinal, où se trouvent les plus grandes accumulations toxiques.

Les molécules Polysorb se lient aux toxines et les éliminent avec des masses fécales. De plus, le dioxyde de silicium lui-même ne s'accumule pas dans le corps et ne viole pas les processus métaboliques et digestifs.

Enterosgel

Le médicament est fabriqué sous la forme de pâtes, qui est prêt à l'emploi. Habituellement, le médicament est prescrit pour une période de 1 à 2 semaines. Vous devez le prendre trois fois par jour, environ deux heures avant la prise de nourriture ou de médicaments.

Une seule dose équivaut à 15 g. Si les conséquences après la chimiothérapie sont graves, la posologie peut être doublée, mais seulement pendant les 3 premiers jours d'administration, elle est progressivement réduite à la norme.

Les avis

Elena:

Toute personne ayant subi ce type de traitement frissonnera probablement avec un seul mot de chimiothérapie. Tout d'abord, on m'a administré une chimiothérapie rouge, la plus meurtrière. Après elle, j'ai complètement perdu mes cheveux et tout mon corps et mon visage. En outre, des nausées et des vomissements constants, la coordination motrice a été perturbée, des problèmes gastro-intestinaux sont apparus et bien d'autres choses. Dans mon cas, le but de la chimiothérapie, malheureusement, est la plus longue prolongation de vie possible, car je ne peux plus me rétablir. Mon corps est trop faible, je suis donc en train de suivre des cours de chimiothérapie avec des pilules (capécitabine, Xeloda, Tutabin + hormonothérapie). La procédure est très difficile, mais vous ne pouvez pas survivre sans elle.

Hope:

Lorsque le cancer du col utérin a été découvert, il est devenu pour moi littéralement un choc. En aucun cas je ne m'attendais à ce que, à mon âge, j'ai 39 ans, vous puissiez rencontrer une telle maladie. L'oncologue a suggéré une chimiothérapie au platine. Après avoir entendu les récits sur ce traitement épouvantable, je me suis préparée au pire, mais après l'injection, il n'y avait plus aucun mal, l'appétit antérieur est resté, et les nausées et les vomissements, assez curieusement, ne l'étaient plus du tout. A déjà réussi deux cours avec une pause mensuelle. Les cheveux ont commencé à tomber, le sang est devenu complètement inexistant, de même que l'immunité, mais heureusement, il n'y avait aucun problème promis avec l'estomac et les intestins. Il reste encore 2 cours. J'espère pour le mieux, mais attendez et voyez.

Prix ​​du médicament

Les prix des médicaments de chimiothérapie sont très différents et dépendent du groupe et de la génération du médicament.

Agents d'alkylation:

  • Vinblastine - à partir de 145 roubles;
  • Vincristine - à partir de 100 roubles;
  • Vinorelbin - à partir de 6914 roubles.

Antibiotiques anticancéreux:

  • Mitomycine - à partir de 4250 roubles;
  • Epirubicine - à partir de 280 roubles.

Anthracyclines:

  • Adriblastin - à partir de 230 roubles;
  • Zavedos - à partir de 2800 roubles;
  • Cyclophosphamide - à partir de 20 roubles;
  • Doxorubicine - à partir de 100 roubles.

Antimetabolites:

  • Méthotrexate - à partir de 99 roubles;
  • Fluorouracil - à partir de 260 roubles;
  • Xeloda - à partir de 2380 roubles;
  • Mercaptopurine - à partir de 860 roubles;
  • Cytarabine - de 720 roubles;
  • Ftorafur - à partir de 10 000 roubles.

Préparations de platine:

  • Cisplatine - de 140 roubles;
  • Carboplatine - de 430 roubles;
  • Oxaliplatine - à partir de 1210 roubles.

Le prix des médicaments chimiothérapeutiques peut varier en fonction du fabricant, de la pharmacie dans laquelle ils sont vendus, du volume et du type de libération du médicament. Les prix ci-dessus sont approximatifs.

Types de chimiothérapie et leurs différences

La chimiothérapie est l’un des principaux axes du traitement anticancéreux au stade actuel de développement du médicament. Les réalisations de l'industrie pharmaceutique peuvent traiter les foyers de cancer beaucoup plus efficacement qu'il y a quelques décennies. Dans la plupart des cas, l’introduction de cytostatiques - médicaments spéciaux dotés d’une activité antitumorale - contribue non seulement à réduire de façon répétée la taille de la tumeur, mais également à prévenir les métastases et à obtenir une rémission stable sur une longue période.

Le choix d’une chimiothérapie, le type et le mode d’administration des médicaments, ainsi que la durée totale des effets cytostatiques sont largement déterminés par la structure du foyer tumoral, sa localisation, l’état initial de la santé humaine. Les experts adhèrent à certains protocoles pour le traitement des lésions cancéreuses, mais tiennent compte de toutes les caractéristiques ci-dessus. L'attitude du patient oncologique lui-même, l'accent mis sur le rétablissement, revêtent également une grande importance.

Types de chimiothérapie par heure

Un ensemble de procédures médicales supplémentaires dont le but principal est de prévenir la rechute d'un foyer atypique déjà identifié et arrêté - le traitement de soutien adjuvant. Grâce aux effets des cytostatiques modernes, il se produit non seulement une inhibition, mais également une inhibition prononcée des processus pathologiques dans les tissus. Cela crée un fond favorable à la division active et à la reproduction de tissus sains. Il en résulte une augmentation de 10 à 15% de la survie à cinq ans des patients cancéreux. L'explication est le fait que la technique vous permet d'affecter les micrométastases, en restant éventuellement dans les tissus et les organes après une intervention chirurgicale. La destruction des cellules atypiques de cette manière empêche la récurrence ou la métastase des tumeurs - les chances de guérison sont considérablement accrues.

L’utilisation de cytostatiques au stade préparatoire à une intervention chirurgicale est appelée thérapie non adjuvante. L'avantage incontestable de cette méthode est la capacité d'un spécialiste à suivre la réponse d'une tumeur maligne à des médicaments spéciaux dont l'action vise à réduire la taille de la lésion tumorale. De plus, les médicaments combattent les lésions de micro-cancer, les métastases et contribuent à améliorer la résécabilité de la pathologie.

Une autre étape préparatoire est la chimiothérapie d'induction. Il prépare le corps aux patients cancéreux pour l'excision chirurgicale de la tumeur. Dans certains cas, il est considéré comme plus efficace dans la lutte contre les lésions secondaires. Cependant, dans la plupart des cas, il s’agit d’une néoplasie reconnue inopérable - pour améliorer la qualité de vie d’une personne.

La chimiothérapie palliative est utilisée lorsqu'il est impossible de recourir à d'autres méthodes de traitement. La taille de la tumeur ou l'étendue des métastases sont si grandes qu'il n'est pas possible de les traiter autrement, par exemple lors d'une intervention chirurgicale ou d'une radiothérapie. Les cytostatiques ralentissent également la croissance des tumeurs, réduisent l'intensité des impulsions de douleur, soulageant ainsi l'état du patient atteint de cancer et prolongeant sa vie.

La différence dans les types de chimiothérapie par colorants

Les variétés de médicaments utilisés par les spécialistes pour supprimer l’activité cancéreuse dans le corps des patients sont classiquement divisées par la couleur de leurs composants.

Sur cette base, il existe actuellement les types de chimiothérapie suivants:

  1. Le plus agressif et le plus toxique pour le corps humain est bien entendu la version rouge de la thérapie antitumorale. Les préparations antacyclines du sous-groupe, par exemple la doxorubicine ou l’idarubicine, qui forment la base de ce type de chimiothérapie, ont une teinte rougeâtre, d’où le nom. Après leur introduction, une neutropénie grave peut survenir, entraînant une diminution importante des barrières immunitaires et une protection anti-infectieuse. Le schéma correct est conçu pour détruire les cellules atypiques, pour empêcher leur reproduction et distribution ultérieures. Entre les cours, les cytostatiques tiennent nécessairement des pauses pendant lesquelles le corps d’un patient atteint de cancer a la possibilité de se rétablir et se purifie des substances toxiques.
  2. Les préparations de mitoxantrone ou de mitomycine ont une teinte légèrement bleuâtre et sont appelées chimiothérapie bleue. Les médicaments ont pour but de supprimer l’activité cancéreuse dans le corps humain et d’empêcher la réapparition de la tumeur. L'effet toxique des médicaments est légèrement inférieur à celui des médicaments ci-dessus. Cependant. Des pauses entre les cycles de chimiothérapie doivent également être effectuées.
  3. Le schéma de couleur jaune de la thérapie antitumorale inclut des médicaments tels que le fluorouracile, le métatrexate et le cyclophosphamide. Les solutions ont une teinte jaunâtre et, par conséquent, les patients sont appelés chimiothérapie jaune. Ce sont les médicaments anticancéreux les plus "mous", ils sont plus facilement tolérés par les patients cancéreux. Le corps après leur introduction nécessite moins de temps pour se guérir de soi.
  4. Un autre schéma de chimiothérapie est appelé «blanc». Il est basé sur des médicaments tels que le Taxol ou le Takosel. Afin de maximiser l'efficacité des traitements, la polychimiothérapie est généralement recommandée par les spécialistes.

Les combinaisons optimales sont sélectionnées individuellement dans chaque cas - en proportion directe de la pathologie diagnostiquée, de la structure de la tumeur, et non de la taille et de l'emplacement, ainsi que de l'état initial de la santé humaine.

Chimiothérapie ciblée

L’une des méthodes les plus rapides et modernes, telle que la chimiothérapie, peut être qualifiée de méthode de traitement antitumoral de manière agressive. L'impact est réalisé au niveau génétique moléculaire.

L’introduction de médicaments permet de ralentir efficacement la croissance des cellules atypiques et même de provoquer leur autodestruction à l’aide d’un dérèglement sélectif et super précis des mécanismes subtils du métabolisme cellulaire. Les experts reconnaissent que l’avantage incontestable de cette technique est le fait que le métabolisme en éléments sains n’est pratiquement pas altéré. Par conséquent, le risque de formation d'effets indésirables dus à la chimiothérapie est minimisé.

Le choix du traitement optimal est effectué par un spécialiste sur la base de l'histologie du néoplasme, de son stade et de la complexité de la localisation. Cependant, les réalisations du marché pharmaceutique suggèrent une avancée significative dans le domaine du traitement antitumoral. Après tout, après avoir pénétré dans le sang, les médicaments sont disséminés dans le sang, pouvant atteindre même les tumeurs les plus éloignées, inhibant ainsi la croissance et la reproduction de cellules uniques, même atypiques.

Chimiothérapie d'induction

La technique est recommandée par les experts dans le cas où la lésion maligne présente une sensibilité très sensible aux médicaments anticancéreux. Ou une tumeur est diagnostiquée à un stade tel que l'intervention chirurgicale ne sera plus aussi efficace. Moins fréquemment, on a recours à la chimiothérapie d'induction si le patient atteint de cancer présente des pathologies somatiques aggravantes.

La technique est recommandée pour:

  • à des fins thérapeutiques, pour supprimer les processus pathologiques qui se sont formés dans les lymphomes et les leucémies, ainsi que dans les tumeurs trophoblastiques et les tumeurs germinales du testicule;
  • L’une des orientations des tactiques palliatives de traitement consiste à maximiser la durée de vie d’un patient atteint de cancer en améliorant sa qualité, en règle générale, en réduisant les manifestations de l’intoxication par le cancer, telles que les pulsions de douleur intense, l’essoufflement, les nausées et une faiblesse grave.

La chimiothérapie d'induction contribue à améliorer de manière significative le bien-être des personnes souffrant des symptômes négatifs du stade 4 de la tumeur. Grâce à elle, les gens ont la possibilité de vivre le reste de leurs jours dans la dignité.

Chimiothérapie hyperthermique

La méthode thérapeutique de contrôle complexe anticancéreux, qui comprend non seulement les effets de la chimiothérapie, mais également ceux des températures élevées - la chimiothérapie hyperthermique. Cette tactique est justifiée lors du diagnostic de grosses tumeurs malignes, ainsi que lors de métastases intra-organiques.

Ainsi, grâce à l'effet combiné d'une température de 41–41,5 degrés et de cytostatiques sur le foyer de l'atypie de 1–2 mm de diamètre, on peut s'en débarrasser rapidement.

Les avantages incontestables comprennent une réduction significative des effets toxiques sur le corps des patients cancéreux. En outre, des études menées prouvent de manière convaincante que ce traitement anticancéreux est dans certains cas encore plus efficace que la chimiothérapie traditionnelle.

Cependant, toutes les personnes ayant une technique hyperthermique diagnostiquée avec une tumeur ne seront pas présentées. Un spécialiste prend en compte de nombreux facteurs différents pour prévenir l’apparition de complications et de conséquences.

Chimiothérapie platine

Les médicaments à base de platine, tels que le cisplatine ou la phénanthlatlatine, ont fait leurs preuves dans la lutte contre les foyers d’atypies. D'où la technique et a obtenu son nom - chimiothérapie au platine.

Ces médicaments sont justifiés pour l'introduction dans le corps d'un patient atteint de cancer dans les cas où d'autres méthodes de traitement antitumoral ont été inefficaces. En règle générale, ces médicaments aident à combattre les tumeurs des ovaires et de la vessie, des testicules et des structures pulmonaires.

L’opinion des gens selon laquelle la chimiothérapie au platine n’est pratiquée que pour des personnes désespérément malades est fondamentalement erronée. Simplement, ces médicaments ont la capacité d’affecter des cellules atypiques, localisées dans des endroits où d’autres médicaments sont impuissants.

En outre, les recherches médicales confirment le puissant effet thérapeutique indéniable des cytostatiques du platine sur de nombreux néoplasmes malins.

Chimiothérapie légère et à haute dose

Les foyers tumoraux individuels peuvent très bien succomber à des médicaments cytotoxiques avec un ensemble minimal d’effets secondaires. Un tel traitement anticancéreux est qualifié de doux. Cependant, le fait que ces médicaments soient beaucoup moins efficaces que d’autres médicaments anticancéreux est une approche moins efficace du traitement.

En tant que telle, la thérapie douce est utilisée par les spécialistes présentant des formes bénignes de tumeurs malignes au stade 2-3 de leur formation, afin de prévenir d'éventuelles métastases simples à distance. Ou, chez les patients cancéreux affaiblis, l'effet toxique sur leur corps est minime.

En revanche, des doses accrues de chimiothérapie seront montrées lors du diagnostic de toute forme de lymphome - par exemple, les cellules du manteau ou les non-Hodgins. Même au stade initial de leur apparition, le risque de croissance rapide et de métastases est assez élevé.

Une telle tactique permet d'augmenter proportionnellement l'efficacité de la polychimiothérapie à haute dose, ainsi que d'éviter la résistance des éléments atypiques aux effets des médicaments. Cependant, simultanément sur ce fond, il existe un effet toxique marqué sur le corps du patient cancéreux. Ceci est exprimé dans les troubles dyspeptiques graves - nausée, vomissement, diarrhée. Les pauses médicamenteuses sont un peu plus longues, ce qui permet aux tissus sains de récupérer et au bien-être de s’améliorer.

Quel que soit le type de chimiothérapeute choisi, le principe fondamental qui le guidera est de ne pas nuire au patient. En règle générale, on préfère les méthodes qui, avec des doses minimales des cytostatiques utilisés, permettent d’obtenir une efficacité maximale. Les efforts principaux visent à supprimer l’activité des cellules atypiques - de la croissance et de la reproduction. Dans ce cas, les chances de récupération seront les plus élevées.

A Propos De Nous

Le cancer de la prostate est une maladie grave du tractus génital masculin caractérisé par le développement d'une tumeur maligne à partir des tissus de la prostate.