Cancer de l'utérus: comment reconnaître la maladie à un stade précoce, méthodes et efficacité du traitement

Le cancer du corps de l'utérus, ou cancer de l'endomètre, occupe la première place en termes d'incidence parmi les maladies oncologiques. En Russie, jusqu'à 16 000 nouveaux cas de maladie sont dépistés chaque année et le nombre de cas ne cesse d'augmenter.

La pathologie affecte principalement les femmes après 60 ans, mais peut survenir à un plus jeune âge. Environ 40% des patients tombent malades avant la ménopause. Au cours de la dernière décennie, l’incidence des femmes de moins de 29 ans a augmenté au rythme le plus rapide.

La tumeur est accompagnée de l'apparition rapide de symptômes qui obligent une femme à consulter un médecin. Cela conduit au fait que jusqu'à 90% des cas de cancer de l'utérus sont diagnostiqués à un stade précoce, ce qui améliore considérablement le pronostic.

Causes et facteurs de risque

Dans de nombreuses pathologies cancéreuses, la cause exacte de leur survenue est inconnue. Ceci s'applique également au cancer de l'utérus. La pathologie est considérée comme une "maladie de civilisation" qui survient sous l'influence de conditions extérieures défavorables, d'habitudes alimentaires et d'un mode de vie.

Facteurs prédisposant au cancer de l'utérus:

  • fin des premières périodes;
  • ménopause seulement après 55 ans;
  • anovulation prolongée;
  • stérilité endocrinienne;
  • tumeur polykystique ovarienne et hormono-active de ces organes (cancer de Brenner);
  • l'obésité;
  • diabète sucré;
  • utilisation à long terme d'hormones œstrogènes sans association avec les gestagènes;
  • traitement avec des médicaments anti-œstrogènes (tamoxifène);
  • manque de sexe ou de grossesse;
  • cas de maladie chez des parents proches.

Le cancer de l'endomètre de l'utérus survient dans le contexte d'un déséquilibre hormonal complexe, du métabolisme des graisses et des glucides.

Principaux types pathogéniques de la maladie:

  • hormono-dépendant (chez 70% des patients);
  • autonome.

Dans la première variante, les troubles de l'ovulation associés à l'obésité ou au diabète entraînent une augmentation de la production d'œstrogènes. En agissant sur la couche utérine interne - l'endomètre, les œstrogènes entraînent une reproduction améliorée de ses cellules et leur hyperplasie - une augmentation de la taille et une modification des propriétés. L'hyperplasie acquiert progressivement un caractère malin, se développant en cancer précancéreux et utérin.

Le cancer de l'utérus hormono-dépendant est souvent associé à une tumeur de l'intestin, du sein ou de l'ovaire, ainsi qu'à un ovaire sclérocystique (syndrome de Stein-Leventhal). Une telle tumeur se développe lentement. Il est sensible aux progestatifs et a une évolution relativement favorable.

Les signes qui augmentent le risque de cancer hormono-dépendant:

  • infertilité, ménopause tardive, saignements anovulatoires;
  • kystes ovariens folliculaires et processus hyperplasiques en eux (tekomatoz);
  • l'obésité;
  • traitement anormal avec œstrogène, adénome surrénalien ou cirrhose du foie, entraînant des modifications hormonales.

La variante autonome se développe le plus souvent chez les femmes ménopausées présentant une atrophie ovarienne et endométriale. La dépendance hormonale est absente. La tumeur se caractérise par une évolution maligne se propageant rapidement dans les tissus et dans les vaisseaux lymphatiques.

Il existe une théorie génétique du cancer selon laquelle les mutations cellulaires sont programmées dans l'ADN.

Les principales étapes de la formation d'une tumeur maligne de l'utérus:

  • absence d'ovulation et augmentation des taux d'œstrogènes sous l'influence de facteurs provoquants;
  • développement de processus en arrière-plan - polypes et hyperplasie de l'endomètre;
  • lésions précancéreuses - atypie avec hyperplasie des cellules épithéliales;
  • cancer préinvasif qui ne pénètre pas dans la membrane muqueuse;
  • pénétration minimale dans le myomètre;
  • forme prononcée.

Classification

Le cancer du corps de l'utérus est classé en fonction de la taille de la tumeur, de sa pénétration dans la couche musculaire, de sa croissance dans les organes environnants, de ses dommages aux ganglions lymphatiques et de la présence de métastases à distance. Il est utilisé comme définition du stade selon le système TNM et selon la classification de la Fédération internationale des obstétriciens-gynécologues (FIGO).

Une tumeur qui ne s'étend pas au-delà de l'endomètre est appelée préinvasive. Il est appelé carcinome in situ, Tis ou stade 0.

Il y a 4 stades de cancer de l'utérus

1. La tumeur n'affecte que le corps de l'utérus:

  • endomètre (T1a ou IA);
  • myomètre à la moitié de la profondeur (T1b ou IB);
  • plus de la moitié de la profondeur du myomètre (T1c ou IC).

2. Des cellules malignes se trouvent dans le cou:

  • seulement dans la couche glandulaire (T2a ou IIA);
  • la tumeur pénètre dans les couches profondes du col utérin (T2b ou IIB).

3. La tumeur passe dans le vagin, les appendices ou les ganglions lymphatiques:

  • lésion de la couche séreuse externe de l'utérus et / ou des appendices (T3a ou IIIA);
  • se propager au vagin (T3b ou IIIB);
  • il existe des métastases dans les ganglions lymphatiques pelviens ou proches de l'aorte (N1 ou IIIC).

4. Cancer de l'utérus à 4 degrés avec métastases:

  • dans la vessie ou le rectum (T4 ou IVA);
  • aux poumons, au foie, aux os, aux ganglions lymphatiques distants (M1 ou IVB).

En outre, il existe différents degrés de différenciation des cellules tumorales: de G1 (degré élevé de maturité cellulaire) à 3 (tumeur faiblement différenciée). Plus la différenciation est prononcée, plus la croissance de la tumeur est lente et moins elle est susceptible de métastaser. Avec un cancer peu différencié, le pronostic se dégrade.

Selon la structure microscopique, on distingue ces types morphologiques de cancer:

  • adénocarcinome;
  • cellule unique;
  • squameux;
  • cellule glandulaire;
  • séreux;
  • muzinozny;
  • indifférencié.

Le type morphologique détermine en grande partie la malignité. Ainsi, l'évolution du cancer indifférencié est défavorable et, avec une tumeur épidermoïde, la probabilité de guérison est plutôt élevée.

Le néoplasme peut devenir exophytique (dans la lumière de l'utérus), endophyte (dans l'épaisseur de la paroi musculaire) ou avoir un caractère mixte.

Cancer localisé dans le bas et le corps de l'utérus, dans son segment inférieur, la tumeur est moins fréquente.

Les symptômes

Souvent, la patiente se tourne vers le médecin quand elle présente les premiers signes d’un cancer de l’utérus à un stade précoce. Tout d'abord, il s'agit d'un saignement irrégulier de jeunes femmes qui ne coïncide pas avec le cycle menstruel. Chez la femme ménopausée, des saignements utérins apparaissent. Chez les jeunes patients, il y a des Blancs brillants.

Les saignements se produisent non seulement dans le cancer de l'endomètre, mais également dans de nombreuses autres maladies. Ceci est associé à des difficultés dans le diagnostic précoce de la maladie, en particulier chez les femmes jeunes. On peut les observer pendant longtemps au sujet des saignements utérins anormaux.

D'autres symptômes du cancer de l'utérus apparaissent à un stade ultérieur. Avec l'accumulation de sang dans la cavité du corps, douleur dans le bas de l'abdomen. La douleur prolongée survient lorsqu'une tumeur se développe en appendices et se propage à travers le péritoine.

Un écoulement abondant d'eau ou de mucus dans le cancer de l'utérus est caractéristique des femmes plus âgées.

Avec la défaite de la vessie peut être accrue miction douloureuse. Si le rectum est impliqué, il y a constipation, douleur lors des selles, sang dans les selles.

Les signes courants d'oncopathologie sont la faiblesse, la détérioration de la capacité de travail, des nausées, le manque d'appétit, la perte de poids.

À quelle vitesse est le cancer de l'utérus?

Avec un degré élevé de différenciation, la tumeur se développe lentement sur plusieurs années. Les formes faiblement différenciées ont un taux élevé de reproduction des cellules malignes. Dans ce cas, une tumeur cliniquement grave peut se développer en quelques mois.

Métastase

La propagation des cellules cancéreuses est possible par les canaux lymphatiques, les vaisseaux sanguins et le péritoine.

La métastase lymphogène est réalisée dans les ganglions lymphatiques pelviens les plus proches (régionaux). Au stade précoce et à forte différenciation (G1-G2), la probabilité que les ganglions ne soient endommagés ne dépasse pas 1%. Si les cellules cancéreuses envahissent le myomètre, le risque de métastase augmente jusqu'à 6%. Si la tumeur touche une grande surface, pénètre profondément dans la paroi utérine ou se propage jusqu'au col de l'utérus, des métastases ganglionnaires se trouvent chez 25% des patientes.

Les métastases hématogènes surviennent plus tard. Les cellules tumorales pénètrent dans les poumons, les os et le foie par les vaisseaux sanguins.

Les métastases d’implantation se produisent sur le péritoine et l’épiploïde au cours de la germination de la couche externe de l’utérus et de la défaite des trompes de Fallope.

Diagnostics

Les études de dépistage pour la détection précoce de l'éducation ne sont pas effectuées. On pense que, pour une reconnaissance rapide, il suffit d'observer chaque année le gynécologue.

L'analyse des marqueurs tumoraux, dont le plus commun est considéré comme étant du CA-125, n'est généralement pas effectuée. Il s'agit d'une méthode supplémentaire d'évaluation de l'efficacité du traitement et de la détection précoce des rechutes.

La méthode de diagnostic la plus simple consiste à aspirer le contenu de l'utérus à l'aide d'une seringue spéciale et à un examen histologique (biopsie par aspiration). A un stade précoce, le contenu en informations de cette méthode ne dépasse pas 36%, avec une tumeur commune, ses signes peuvent être retrouvés chez 90% des patients. Pour augmenter la précision de la recherche, il peut être effectué à plusieurs reprises. La biopsie par aspiration ne nécessite pas d'expansion du canal cervical et est réalisée en ambulatoire.

Diagnostic instrumental du cancer de l'utérus:

  • Échographie des organes pelviens: l'épaisseur de l'endomètre chez la femme ménopausée ne doit pas dépasser 4 mm.
  • Hystéroscopie avec biopsie de la zone suspecte de l'endomètre et son examen microscopique.

Pour déterminer la prévalence de la tumeur et les dommages aux ganglions lymphatiques, une IRM du pelvis est réalisée. Contrairement à l'échographie, cette méthode permet de clarifier l'état des ganglions lymphatiques chez 82% des patients.

La radiographie des poumons est nécessairement réalisée pour exclure les métastases dans ceux-ci.

Le cancer de l'utérus est-il visible sur une échographie?

Les données de l'échographie utérine devraient alerter le médecin si une augmentation de plus de 4 mm de l'écho M (épaisseur de l'endomètre) chez les femmes âgées ou de 10 à 16 mm chez les patientes avant la ménopause.

Lorsque la valeur de M-écho est supérieure à 12 mm, la biopsie par aspiration est prescrite chez les jeunes femmes. Si cette valeur est comprise entre 5 et 12 mm - effectuer une hystéroscopie et une biopsie ciblée (prélèvement de matériel dans une zone suspecte).

Lorsqu'une tumeur est détectée par échographie, vous pouvez déterminer:

  • la taille et les contours de l'utérus;
  • structure du myomètre;
  • l'emplacement de la tumeur;
  • profondeur de germination dans le myomètre;
  • dommages aux os internes, aux ovaires et aux ganglions lymphatiques.

Des informations supplémentaires sont fournies par la cartographie Doppler couleur - un examen par ultrasons des vaisseaux sanguins, qui permet d’évaluer la vitesse et l’intensité du flux sanguin dans les vaisseaux de l’utérus et la lésion tumorale.

L'hystéroscopie est la méthode de diagnostic la plus importante, permettant d'évaluer la gravité et la prévalence de la tumeur et de prélever le matériel pour une analyse histologique.

Si l'on soupçonne un cancer de l'utérus, il est nécessaire d'effectuer un curetage diagnostique séparé des parois du canal cervical et de l'endomètre.

Comment déterminer le cancer utérin avec une taille de lésion minimale?

Une méthode moderne pour détecter les stades précoces du cancer de l'endomètre - le diagnostic par fluorescence. Des substances spéciales qui s'accumulent sélectivement dans les cellules cancéreuses sont injectées dans le corps. Lorsque la surface interne de l'utérus est irradiée au laser, ces substances commencent à briller. Cela vous permet de voir les foyers de la tumeur jusqu'à 1 mm et d'effectuer une biopsie ciblée. A un stade précoce, la sensibilité d'un tel diagnostic atteint 80%.

Enfin, le diagnostic est confirmé selon le curetage de l'utérus. Si la tumeur est située dans la partie supérieure du corps, elle est reconnue dans 78% des cas et, en cas de lésion étendue, dans 100% des cas.

Le cancer de l'utérus doit être différencié de ces maladies:

Traitement

Si une femme est diagnostiquée avec une tumeur maligne de l'appareil reproducteur, la patiente devrait être examinée par un oncogynécologue.

Le traitement du cancer de l’utérus repose sur diverses combinaisons des trois méthodes:

  1. Opération
  2. Irradiation.
  3. Thérapie avec des substances médicinales.

La principale méthode de traitement pratiquée à n'importe quel stade de la maladie est l'ablation de l'utérus avec appendices. S'il existe une tumeur mal différenciée ou si elle pénètre profondément dans la couche musculaire de l'organe, les ganglions lymphatiques pelviens, qui peuvent présenter des métastases, sont également retirés.

L'intervention est pratiquée chez 90% des femmes présentant un stade précoce de la maladie. Le reste est contre-indiqué en raison de comorbidités sévères. Le développement de nouvelles méthodes d'intervention chirurgicale vous permet d'élargir les possibilités de traitement chirurgical.

Si la tumeur ne pénètre pas à plus de 3 mm de profondeur, elle peut être enlevée par ablation («cautérisation») au cours de l'hystéroscopie. Donc, vous pouvez sauver le corps. Cependant, le risque d'ablation incomplète de la lésion est assez élevé et, après un tel traitement, une surveillance régulière par un oncologue dans un établissement spécialisé est nécessaire.

La radiothérapie pour le cancer de l'utérus en tant que méthode de traitement indépendante est rarement utilisée, uniquement lorsqu'il est impossible de prélever un organe. Le plus souvent, une irradiation est effectuée après une intervention chirurgicale (radiothérapie adjuvante) afin de détruire les cellules cancéreuses restantes.

Cette combinaison est montrée dans les cas suivants:

  • germination profonde de la nouvelle formation dans le myomètre;
  • se propager au canal cervical et au col utérin;
  • métastases ganglionnaires;
  • tumeur mal différenciée ou non endométriale.

Méthodes modernes de traitement: radiothérapie - IMRT et curiethérapie. La méthode IMRT implique une irradiation ciblée de la tumeur avec des dommages minimaux aux tissus environnants. La curiethérapie est l'introduction de substances radioactives spéciales agissant directement sur les cellules cancéreuses dans le néoplasme du néoplasme.

Avec le précancer de l'endomètre chez les femmes jeunes, une hormonothérapie avec des progestatifs est possible. Ces hormones bloquent l'effet d'activation sur la tumeur d'œstrogène, empêchant sa croissance ultérieure. Les hormones sont utilisées pour le cancer avancé (disséminé), ainsi que pour sa récurrence. Leur efficacité ne dépasse pas 25%.

A un stade précoce, la prise d'hormones selon un certain schéma dure environ un an. L'efficacité du traitement est contrôlée par biopsie. Avec un résultat favorable, un cycle menstruel normal est restauré au cours des 6 prochains mois. Dans la suite de la grossesse normale est possible.

La chimiothérapie est prescrite pour les cancers utérins de faible grade et les tumeurs non endométriosiques, les cancers disséminés et les cancers récurrents, si la tumeur ne répond pas aux effets des gestagènes. Il s’agit d’un traitement palliatif, c’est-à-dire qui vise à réduire les symptômes graves causés par une tumeur, mais ne guérit pas la maladie. Les médicaments des groupes anthracyclines, les taxanes et les dérivés du platine sont utilisés. La chimiothérapie postopératoire (adjuvante) n'est pas prescrite.

À la maison, une femme a besoin de plus de repos. Son entourage devrait la protéger du stress émotionnel. Les aliments pour le cancer de l'utérus sont complets et variés, à l'exception des glucides raffinés (sucre), de la limitation des graisses animales, des aliments frits et en conserve, des épices, du chocolat et d'autres produits irritants. Les produits laitiers et les aliments végétaux sont très utiles.

On pense que certaines plantes aident à gérer la tumeur ou à améliorer le bien-être du patient:

Traitement tactique en fonction du stade

La question de savoir comment guérir le cancer de l’utérus est tranchée par le médecin après une analyse minutieuse de toutes les informations de diagnostic obtenues. Cela dépend en grande partie du stade de la tumeur.

Dans le cancer du 1er degré (stade), on utilise l'ablation complète de l'utérus et de ses appendices (hystérectomie totale et annexectomie).

Une telle opération est effectuée lorsque toutes les conditions suivantes sont remplies:

  • différenciation tumorale modérée et élevée;
  • l'éducation occupe moins de la moitié de la cavité des organes;
  • profondeur de germination du myomètre inférieure à 50%;
  • aucun signe de propagation de la tumeur par le péritoine (aucune cellule cancéreuse n’a été trouvée dans les lavages péritonéaux).

Si la profondeur de pénétration dans la couche musculaire est supérieure à la moitié de son épaisseur, une radiothérapie intravaginale est prescrite après l'opération.

Dans tous les autres cas, l'ablation des organes génitaux est complétée par l'excision des ganglions pelviens et, dans certains cas, des ganglions para-aortiques. Nœuds situés près de l'aorte, perforés pendant l'opération et effectuant un examen histologique urgent. Selon ses résultats, il est décidé de supprimer ces formations.

Après la chirurgie, on utilise une irradiation. Si la chirurgie n'est pas possible, seule la radiothérapie est utilisée, mais l'efficacité de ce traitement est moindre.

L'hormonothérapie au stade 1 n'est pas utilisée.

En cas de cancer du 2e degré, il est montré au patient l'ablation de l'utérus, les appendices, les ganglions lymphatiques pelviens (parfois paraaortiques) et la radiothérapie postopératoire. L'irradiation est réalisée selon le schéma combiné: intravaginal et distant.

Pour le cancer de grade 3, des traitements combinés chirurgicaux et radiologiques sont effectués. Si la tumeur s'est développée dans les parois du bassin, son retrait complet est impossible. Dans ce cas, la radiothérapie est prescrite par le vagin et à distance.

Si la radiothérapie et la chirurgie sont contre-indiquées, le traitement dépend de la sensibilité hormonale de la tumeur: des progestatifs ou des médicaments de chimiothérapie sont prescrits.

Pour les tumeurs de grade 4, la chimiothérapie palliative est utilisée en association avec des hormones. Ces substances aident à détruire les métastases distantes du cancer dans d'autres organes.

La rechute du néoplasme est également traitée avec l'utilisation d'hormones et la chimiothérapie. Au foyer répété, situé dans le petit bassin, une radiothérapie palliative est effectuée. Les rechutes surviennent le plus souvent pendant les 3 premières années après le traitement. Ils sont situés principalement dans le vagin, les ganglions lymphatiques et les organes distants.

Cancer de l'utérus et grossesse

Pendant la grossesse, les changements pathologiques sont presque impossibles à reconnaître. La croissance tumorale pendant la gestation est le plus souvent non observée. Cependant, le cancer de l’utérus pendant la grossesse peut être accompagné d’une fausse couche, d’un décollement du placenta, de mort fœtale et d’hémorragies graves. Dans ces cas, un accouchement d'urgence est effectué, suivi d'une extirpation de l'utérus.

Dans le cas où une jeune femme a subi un traitement complet avec un effet positif, elle peut tomber enceinte à l’avenir. Pour restaurer la fertilité, les médecins prescrivent des cours d’hormonothérapie rétablissant une fonction de reproduction normale.

Combien vivent avec un cancer de l'utérus?

Cela dépend du stade de détection de la maladie et de la sensibilité aux hormones. Avec la variante hormono-dépendante, 85 à 90% des patients vivent 5 ans ou plus. Sous forme autonome chez les femmes âgées, ce chiffre est de 60 à 70%. Cependant, au 3ème stade de toutes les formes, l’espérance de vie de plus de 5 ans est enregistrée chez un tiers des patients, et au 4ème stade - dans seulement 5% des cas.

Les signes d'une tumeur maligne de l'utérus - les premières manifestations, les symptômes, le diagnostic, les stades et le traitement

Après 45 ans, les femmes risquent de contracter le cancer de l'utérus en raison de changements hormonaux. Vous devez donc connaître les premiers signes et symptômes de la maladie afin de la prévenir. Les stades initiaux de la maladie sont asymptomatiques, mais il est possible de suspecter le développement de l'oncologie avec un examen régulier par un gynécologue. Plus la pathologie est détectée tôt, plus elle peut être soignée rapidement, sans conséquences graves.

Qu'est-ce que le cancer de l'utérus?

Dans la terminologie médicale, le cancer de l'utérus est le développement d'une tumeur maligne dans l'organe reproducteur de la femme. C'est principalement pour porter un enfant et est responsable de la reproduction des femmes. En apparence, l'utérus ressemble à un sac conique creux avec un angle composé du corps et du cou. À l'intérieur, il est tapissé d'endomètre, qui est rejeté et libéré à l'extérieur à chaque menstruation. L'oncologie de ce corps est extrêmement dangereuse et peut entraîner la mort.

Raisons

Les médecins ont identifié un certain nombre de causes qui affectent la survenue d'un cancer dans la cavité utérine et provoquent la croissance rapide de cellules cancéreuses:

  • manque d'accouchement;
  • l'obésité;
  • diabète sucré;
  • médicaments hormonaux dus à une défaillance hormonale, mais pas à la pilule;
  • infertilité, troubles menstruels;
  • menstruation précoce et ménopause tardive;
  • ovaires polykystiques, leurs tumeurs;
  • cancer du sein dû au manque d'allaitement;
  • cancer du côlon héréditaire sans polypes:
  • dysfonctionnement de l'endomètre dans le passé;
  • plus de 45 ans;
  • grossesses graves, fausses couches, avortements.

Classification

Selon les données oncologiques, il existe plusieurs types de classifications des tumeurs malignes:

  1. Selon la forme morphologique, adénocarcinome, sarcome, adénocarcinome à cellules claires (mésonéphroïde), carcinome spinocellulaire, oncologie glanduleuse squameuse, carcinome séreux, mucineux, indifférencié.
  2. Selon la forme de croissance - avec une croissance autonome principalement exo- ou endophyte, mixte.
  3. Par localisation - dans la zone du bas, du corps et du segment inférieur.
  4. Selon le degré de différenciation (le plus faible, le pire) - cancer hautement différencié, modérément différencié, peu différencié.
  5. Selon le code IBC, selon la classification FIGO - ses propres types avec un code numérique et alphabétique.

Prévisions

Dans 90% des cas, l'oncologie du col de l'utérus et des ovaires est complètement guérie par la chirurgie et la radiothérapie ultérieure. Si le cancer est détecté à temps, il est possible de prévenir le développement de métastases et d'améliorer le pronostic de survie. Selon le stade, les prévisions seront:

  • dans le premier cas, 78% des patients ont survécu aux cinq premières années;
  • sur le second - 57%;
  • le troisième - 31%;
  • quatrième - 7,8%.

Stades du cancer de l'utérus

L'oncologie se développe progressivement, à partir du stade zéro, lorsqu'il est possible de détecter uniquement les premiers germes de cellules cancéreuses. Les principales étapes de développement sont:

  • d'abord, la tumeur affecte l'endomètre ou se développe dans la couche musculaire (myomètre);
  • le second est le développement d'une tumeur au cou (collus utérus);
  • le troisième - la sortie du cancer au-delà de l'utérus, la propagation dans le vagin, les ganglions lymphatiques pelviens ou lombaires;
  • quatrième - germination dans la vessie, le rectum;
  • métastases - l'apparition de métastases dans le foie, les poumons, les ganglions inguinaux.

Cancer de l'endomètre

Une tumeur maligne de la membrane muqueuse tapissant la cavité de l'intérieur est le cancer initial de l'endomètre de l'utérus. Il survient après la ménopause, 72% de la détection tombe au premier stade. La cause du développement devient l'œstrogénisation - en raison d'un excès d'hormones sexuelles féminines, une hyperplasie de l'endomètre commence. Types d'oncologie de l'endomètre:

  • hyperplasie simple sans atypie;
  • complexe adénomateux sans atypie;
  • simple condition atypique - précancéreuse d'une tumeur maligne (MN);
  • complexe atypique - renaître en cancer avec une probabilité de 80%.

Cancer utérin

La prochaine étape après la défaite de l'endomètre est une tumeur du corps de l'utérus. L'oncologie de l'utérus se développe à partir d'une membrane de tissu muqueux (adénocarcinome) ou de muscle (léiomyosarcome). La croissance d'une tumeur maligne tombe sur le fond, l'isthme, l'utérus. Les cellules se métastasent dans les tissus adjacents, dans le cou, dans les trompes de Fallope, les ovaires, les ganglions lymphatiques et les vaisseaux.

Cancer du col utérin

Une tumeur maligne, souvent trouvée chez les femmes, est le cancer du col utérin. 85% de ses cas sont dus à la survenue d'un néoplasme à partir de cellules épithéliales malpighiennes, les 15% restants sont des adénocarcinomes provenant de cellules produisant du mucus. Les formes exo- et endophytes qui affectent le vagin ou le corps de l'utérus sont distinguées. Le type papillaire est caractérisé par la croissance de petites papilles (ressemblant à un chou-fleur) et le type en forme de cratère est caractérisé par le recouvrement de la tumeur par des ulcères et une patine grise. Le papillomavirus humain (VPH) est souvent à l'origine de la croissance tumorale.

Cancer de l'utérus et des ovaires

Après des lésions cervicales et en l'absence de traitement, l'oncologie atteint les ovaires, qui sont utilisés pour produire des hormones. La maladie est asymptomatique, mais peut se manifester par la douleur, la constipation, la compression de la vessie. Types de cancer de l'ovaire:

  • mucineux;
  • séreux;
  • endométrioïde;
  • Le gonflement de Brener;
  • cellule claire;
  • épithélial mixte;
  • un carcinome;
  • stroma génital;
  • cellule lipoïde;
  • lésions des tissus mous;
  • germinogène;
  • secondaire;
  • gonoblastome;
  • kystes.

Une tumeur des ovaires se développe dans un organe, passe rapidement dans le second, elle affecte complètement l'un d'entre eux. L'éducation concerne les trompes de Fallope, le corps, la cavité abdominale. La troisième étape se manifeste par une infection des ganglions lymphatiques, inguinaux, se terminant par des métastases dans le foie et les poumons. 80% des patients du premier stade peuvent être traités avec succès en oncologie, ce chiffre n’atteignant que 10% au dernier stade.

Métastase

Les métastases sont des foyers secondaires de croissance des tumeurs malignes. La tumeur endométriale se manifeste par trois types de métastases:

  • implantation - la voie de décomposition impliquant le péritoine viscéral;
  • lymphogène - dommages aux ganglions lymphatiques du bassin;
  • hématogène - dommages aux ganglions lymphatiques et infection des os, du foie et des poumons.

Symptômes du cancer de l'utérus

Les premiers stades de l'oncologie utérine sont asymptomatiques; on ne peut noter que chez les patientes ménopausées des saignements utérins acycliques ou des règles abondantes et prolongées. Les signes précoces de cancer de l’utérus aux stades précoces sont des écoulements aqueux du vagin avec des traînées de sang. Un symptôme moins commun est une douleur dans le bassin, l'abdomen, accompagnée d'une courte durée. Les femmes plus âgées peuvent présenter une sténose (fusion) et une accumulation de pus dans l'utérus.

Premiers signes

Les médecins identifient les premiers signes suivants du cancer de l’utérus, qui caractérisent le cancer, et en présence desquels vous devriez immédiatement consulter un médecin:

  • saignements des organes génitaux, rappelant la menstruation, mais coulant soudainement;
  • les douleurs.

Lotissement

Selon le stade de développement de la tumeur, le type, le format et la quantité de décharge, à la fois pendant la menstruation et la pathologie, diffèrent:

  • en cas d'oncologie du corps de l'utérus - leucorrhée séreuse, douleur, saignements sans lien avec le cycle;
  • au premier stade - saignements utérins légers et jetables, écoulements aqueux, muqueuses inodores;
  • dans les derniers stades - écoulement offensant, souillé de sang, pus, fièvre

Diagnostic et traitement du cancer de l'utérus

Si vous trouvez des symptômes d'oncologie, il est urgent de contacter la gynécologie pour un examen et un diagnostic. Le médecin effectue un examen, une palpation de l'utérus, une éraflure du col de l'utérus. Un frottis est examiné pour la présence de cellules cancéreuses, avec un résultat positif, un nettoyage de la couche interne de l'utérus sous anesthésie générale est effectué et un test de la muqueuse est effectué. Pour confirmer une tumeur cervicale, une tomodensitométrie est effectuée pour déterminer exactement où se trouve la formation. La biopsie, l'hystéroscopie, l'immunohistochimie, la cytologie et l'IRM aident à établir l'étiologie.

Le traitement de l'oncologie est effectué de plusieurs manières, en fonction du stade de développement et de la gravité du cours:

  1. Chirurgie - ablation complète de l'utérus et des ovaires, si la tumeur les a affectés. Les trompes de Fallope sont enlevés. La méthode chirurgicale conduit à la ménopause précoce, frappe la psyché de la femme.
  2. La radiothérapie - est prescrite pour les signes de la maladie après le retrait de l'utérus. La procédure réduit le risque de maladies cervicales et métastatiques. La radiothérapie peut être réalisée à distance (irradiation de tous les organes du petit bassin en plusieurs séries) ou interne (introduction d'émetteurs radioactifs sur le site de la pathologie).
  3. Hormonothérapie - pour prévenir la récurrence de l'oncologie. Nommés progestérone, médicaments hormonaux qui réduisent la production d’œstrogènes.
  4. Chimiothérapie - pour réduire le volume de la tumeur et dans les cas avancés avancés.

Prévention du cancer de l'utérus

Pour réduire le risque d'oncologie, on élimine l'hyperestrogénisme et l'hormonothérapie. De plus, la prévention comprend:

  • examen régulier par un gynécologue, livraison de frottis;
  • échographie;
  • prendre des contraceptifs oraux combinés;
  • perte de poids;
  • Vaccin contre le VPH sans contre-indications.

Vidéo

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Traitement du cancer de l'utérus, espérance de vie pour le cancer

Cancer de l'utérus (ou cancer de l'endomètre de l'utérus) - une tumeur maligne, formée à partir des tissus de l'utérus, qui peut se disperser dans tout le corps.

Cette maladie courante occupe la 4ème place après le cancer du sein, le cancer de la peau et le cancer gastro-intestinal. Formé chez les femmes âgées de 45 ans et le type d'oncologie dépend de son emplacement, car l'utérus est un organe à plusieurs couches. Pensez-y: des centaines de milliers de femmes sont confrontées à ce diagnostic chaque année.

Causes de l'oncologie

Les causes du cancer de l’utérus ne sont pas identifiées avec précision; certains facteurs aggravent le risque de développer et de développer la maladie. Les résultats de la recherche montrent que les causes contribuent à la maladie:

  • diabète sucré;
  • l'hypertension;
  • Infection par le VIH;
  • fumer;
  • infection humaine par papillomavirus;
  • violation du cycle menstruel;
  • ménopause tardive;
  • infertilité;
  • vie sexuelle active avec plusieurs partenaires, son apparition précoce;
  • maladies sexuellement transmissibles;
  • contraceptifs oraux;
  • accouchement précoce.

L'obésité reste un facteur d'influence significatif. Si le poids d’une femme est supérieur de 15 kg à la normale, le risque de maladie augmente. Et si plus de 30 kilogrammes, alors 10 fois.

Des facteurs tels que les conditions précancéreuses qui affectent la formation de l’oncologie sont susceptibles d’augmenter l’apparition du cancer de l’utérus. Parmi ceux-ci figurent les cicatrices, les ulcères, l'érosion après l'accouchement, la leucoplasie, les polypes, les verrues et les processus inflammatoires de nature chronique, tels que: l'endométrite et l'endocervicite.

Comment se développe le cancer de l'utérus?

La nature de l'épithélium est divisée en carcinome épidermoïde et cancer glandulaire (adénocarcinome) dans l'utérus. Le cancer glandulaire est le plus fréquent et atteint environ 70%. Une tumeur rare affecte la lumière utérine - il s’agit d’un sarcome.

Il existe trois différenciations tumorales: les tumeurs bien différenciées, les tumeurs modérément différenciées et indifférenciées.

Stades du cancer utérin:

  1. Dans la première étape, la tumeur est située dans le corps de l'utérus.
  2. Sur le second, le processus cancéreux produit des dommages supplémentaires au col de l'utérus.
  3. La troisième étape est caractérisée par la transition de la tumeur à la fibre et des métastases se produisent dans le vagin.
  4. Le quatrième degré est caractérisé par la propagation de la tumeur sur la région pelvienne et sa germination ultérieure sur le rectum ou les organes adjacents.

Symptômes de la maladie

Lorsque le cancer de l'utérus développe des symptômes de cette maladie. Les premiers signes d'un cancer de l'utérus - une femme se plaint de saignements, de douleurs et de malaises, ainsi que d'une apparence plus blanche.

Les symptômes et les signes apparaissent lorsqu'une tumeur se décompose, ce qui signifie que pendant longtemps, le cancer de l'utérus peut ne pas se manifester.

Aux premiers stades, des masses muqueuses purulentes peuvent apparaître, provoquant irritation et démangeaisons. Les premiers symptômes apparaissent après un effort physique, un acte de défécation ou de tremblement.

Ensuite, il y a une manifestation de décharge sanglante, peu importe le caractère. Un processus similaire se produit périodiquement (constamment) et les excrétions sont abondantes ou rares.

Les violations du cycle menstruel suggèrent que le développement de la pathologie. La durée des menstruations peut être réduite ou augmentée, la miction étant caractérisée par une douleur indiquant que la tumeur se développe dans la vessie.

Quels sont les principaux symptômes du cancer de l'utérus? Les oncologues disent que 80% des saignements de l'utérus sont détectés, de tels symptômes du cancer de l'utérus ne s'appliquent pas aux menstruations.

Aux stades avancés, le cancer de l’utérus présente des signes et des symptômes:

  • Dans la région lombaire, dans l'abdomen et dans la région périnéale, il se forme une douleur liée à la traction.
  • Pendant et après les rapports sexuels - douleur.
  • Troubles de l'intestin - diarrhée ou constipation.
  • Perte de poids sans cause.
  • Perte d'appétit.
  • Nausée et envie d'émétique.
  • Diminution des performances, réalisation rapide de la fatigue.
  • Hyperthermie (fièvre, accumulation de chaleur).

Le cancer de l'utérus avant la ménopause présente les symptômes suivants:

  • L'absence d'une réduction caractéristique de la quantité de saignement.
  • L'écoulement de sang se produit fréquemment.
  • L'abondance de décharge est observée (au lieu de due à l'affaiblissement et à l'appauvrissement).

En période de menstruation post-ménopausique est absente, de sorte que les pertes vaginales devraient au moins alerter la femme. Peu importe l'intensité, la durée et la fréquence des saignements. Des symptômes suspectés de cancer de l’utérus devraient apparaître chez les femmes préoccupées par leur santé.

Si vous détectez le moindre symptôme de cancer de l’utérus, consultez immédiatement un médecin! Après tout, le cancer de l’utérus peut avoir de terribles conséquences. Un appel opportun au médecin n’aggravera pas la situation, mais à temps pour faire face à l’oncologie.

Méthodes de diagnostic

Le diagnostic est une étape importante, elle dépend du traitement du cancer de l’utérus. Premièrement, l'examen et la détermination des plaintes du patient. Des cas suspects de la maladie surviennent sous l'observation d'un gynécologue, il est impossible de guérir la maladie sans examiner les patients.

Le diagnostic est réalisé par des méthodes d'examen vaginal, rectal et à l'aide de miroirs.

Un examen vaginal du cancer de l'endomètre de l'utérus aide à identifier les modifications d'un processus de développement tumoral prononcé. L'investigation est caractérisée par un saignement dû à la lésion d'une tumeur avec un doigt. Si le cancer de l'utérus est fréquent, un examen rectal supplémentaire est effectué pour identifier une tumeur sur les parois du pelvis, dans la zone située entre l'utérus et le sacrum.

Afin de détecter le cancer du col utérin au stade initial, il y aura peu d’examens vaginaux. Connectez la méthode d'inspection avec l'utilisation de miroirs. Une biopsie ou un examen cytologique aide à déterminer le stade initial du cancer du col utérin, après quoi un échantillon d'un frottis prélevé à la surface est prélevé. Si les médecins soupçonnent un cancer du canal cervical ou de la cavité, un raclage du canal à des fins de diagnostic et d'histologie est effectué.

Les manipulations sont effectuées à la clinique par un médecin disposant du matériel nécessaire. La méthode exacte reste une biopsie, ici les cas d'erreurs sont rares. Dans la moitié des cas de diagnostic avec examen vaginal, le cancer du col de l’utérus n’est pas détecté. Les diagnostics utilisant des miroirs ont laissé environ dix pour cent des cas de cancer non reconnus.

Traitement du cancer de l'utérus

Peut-on guérir du cancer de l'utérus? Tout dépend de l'état général du patient, de l'âge, de la forme et du stade de développement de la tumeur. Le traitement principal est chirurgical, dans lequel l'hystérectomie est extirpée (enlevée), et dans certains cas, les ganglions lymphatiques de la zone pelvienne doivent être enlevés.

À un stade ultérieur, on utilise une méthode combinée de traitement dans laquelle l'opération a lieu, puis - l'irradiation vaginale à distance (radiothérapie, radiothérapie) et l'utilisation de médicaments (chimiothérapie).

Le traitement combiné du cancer de l’utérus implique un traitement intracavitaire. Si le développement d'un cancer a atteint le troisième stade, la radiothérapie est effectuée avant l'opération. En tant que méthode autonome, la radiothérapie est efficace dans la localisation localisée de la tumeur, ainsi qu'en présence de contre-indications à la chirurgie. Aux troisième et quatrième stades de développement, les médicaments anticancéreux sont efficaces.

Après le traitement du cancer de l’utérus, vous devez consulter un gynécologue pour un examen et des tests supplémentaires. Faire des procédures de pyélographie intraveineuse, radiographie thoracique, échographie. Au cours de la première année après le traitement, le médecin doit être visité quatre fois et au cours des cinq prochaines années - une fois tous les six mois, mais le contrôle ne cesse pas - le patient rend visite au médecin chaque année. Avec le développement de rechutes faire exenteration pelvienne (ablation partielle ou complète des organes pelviens).

La survie à cinq ans varie de 80 à 40% après la chirurgie.

Métastases dans le cancer de l'utérus

Les métastases à distance sont curables par chimiothérapie. Les métastases se produisent dans les ganglions lymphatiques du pelvis, au moins - dans l'inguinal. Avec les métastases à distance, le pronostic n’est pas favorable, elles surviennent plus souvent dans les poumons, les reins ou le foie. Un quart des patients en rechute économise la radiothérapie. En cas de rechute de métastases, il est peu probable que le cancer guérisse et l'effet obtenu par le traitement ne dure pas.

Méthodes de prévention

À titre préventif, il est conseillé à toutes les femmes de plus de 30 ans de passer un examen médical avec un médecin et de le faire régulièrement deux fois par an.

Identifier les maladies pré-tumorales possibles, dont les signes ne se manifestent pas, facilitera les examens réguliers qui doivent commencer avec l'avènement du sexe. La cytologie et la tomographie par ultrasons devraient être ajoutées à ces méthodes d'inspection.

Symptômes communs - la présence de symptômes, leur type chronique et durable, l'absence de résultats d'un traitement anti-inflammatoire.

Les maladies du col utérin doivent être traitées de manière radicale par électrocoagulation, électroscission ou élimination complète du col de l'utérus.

Les diagnostics, réalisés dans le temps et le processus de traitement - donnent un pronostic positif de survie. Si une tumeur maligne de l'utérus est détectée à un stade précoce, les chances d'une issue favorable sont plus grandes. Surveillez votre santé et consultez un médecin en temps opportun.

Symptômes du cancer de l'utérus à un stade précoce

Le cancer de l'utérus est l'un des cancers les plus courants. Selon différentes données, la prévalence se situe à la deuxième place après une tumeur maligne localisée dans la glande mammaire.

Le cancer de l'utérus affecte souvent les patients âgés. Cependant, comme d’autres pathologies oncologiques, le cancer de l’utérus rajeunit rapidement. En gynécologie moderne, les premiers symptômes et signes du cancer de l’utérus peuvent être diagnostiqués chez les jeunes femmes. Selon les statistiques, des signes de cancer de l'utérus se retrouvent chez les femmes avant la ménopause dans 40% des cas.

Le cancer de l’utérus est généralement diagnostiqué chez les personnes âgées. Les premiers stades de détection sont plus fréquents chez les femmes en âge de procréer. Toutefois, afin de détecter la maladie à un stade précoce, il est nécessaire de consulter un spécialiste à temps et de subir un examen. Le gynécologue détermine les premiers symptômes et signes et prescrit un traitement approprié.

Comme on le sait, la paroi utérine n'est pas homogène. Dans la structure du corps utérin peut être divisé en trois couches interconnectées.

  1. Parametrii ou membrane séreuse, qui est la couche externe de l'utérus.
  2. Myomètre - la couche musculaire, qui est considérée comme la couche utérine moyenne.
  3. L'endomètre ou membrane muqueuse, appelée la couche interne de l'utérus.

Les premiers signes de cancer du col utérin affectent la muqueuse utérine. Endometrium comprend les couches fonctionnelle et basale. La couche fonctionnelle de surface, à chaque cycle, se développe sous l'influence des hormones sexuelles, préparant ainsi une éventuelle conception. Si la grossesse ne se produit pas, la couche d'accrétion est rejetée, ce qui s'accompagne de l'apparition de jours critiques. Les réserves de la couche basale permettent de restaurer la membrane muqueuse.

Avec la progression du cancer du col utérin à un stade précoce, toutes les couches sont progressivement impliquées dans le processus malin. Ensuite, la tumeur se déplace vers le col et les tissus environnants. Avec le temps, des organes distants peuvent être affectés par l’apparition de métastases.

Raisons

Le cancer du col utérin peut avoir de nombreuses causes et facteurs prédisposants. Souvent, l'apparition de signes et de symptômes de pathologie devient un ensemble de causes et de modes de vie variés, à la tête de la femme.

Divers facteurs peuvent prédisposer au cancer de l’utérus. Le cancer de l'utérus peut être à la fois hormono-dépendant et autonome. Les gynécologues notent que dans la plupart des cas, la survenue des premiers signes et symptômes du cancer est associée à des déséquilibres hormonaux et aux causes qui les provoquent.

L'ensemble du système de reproduction d'une femme dépend du ratio normal d'hormones sexuelles. En raison du ratio optimal de stéroïdes sexuels chez les femmes, il existe un cycle régulier en deux phases avec la présence de l'ovulation, ce qui permet à la conception de se produire. Endometrium se développe également et est rejeté sous l'influence des hormones sexuelles nécessaires.

Cependant, sous l’influence de facteurs défavorables, cet équilibre est perturbé. Il existe des troubles fonctionnels, puis structurels. L'endomètre peut grossir excessivement. Au fil du temps, les premiers signes et symptômes de l’atypie apparaissent souvent.

Les gynécologues identifient les facteurs suivants qui entraînent des troubles hormonaux et l'apparition de stades précoces de cancer:

  • l'apparition précoce des premières règles et de la puberté en général;
  • l'apparition de signes de ménopause après 55 ans;
  • absence prolongée d'ovulation;
  • troubles endocriniens;
  • SOPK;
  • surpoids, contribuant à une production excessive d'œstrogènes;
  • diabète sucré;
  • l'utilisation de médicaments contenant des œstrogènes pendant une longue période;
  • traitement avec des médicaments pour le cancer du sein, par exemple le tamoxifène;
  • caractère irrégulier de la sexualité;
  • absence de grossesse et d'accouchement subséquent;
  • prédisposition génétique;
  • maladie du foie, qui utilise des œstrogènes;
  • l'hypertension.

Le cancer de l'utérus de nature hormono-dépendante est souvent détecté avec les signes d'une tumeur maligne de l'intestin, la glande mammaire. Habituellement, une telle tumeur progresse lentement et est sensible aux progestatifs. Si la tumeur est détectée à un stade précoce, l'évolution peut être considérée comme favorable.

Les signes suivants augmentent le risque de développer des symptômes du cancer de l’utérus:

  • infertilité;
  • saignement anovulatoire;
  • ménopause tardive;
  • kystes folliculaires sur les ovaires et tekomatoz;
  • surpoids;
  • oestrogénothérapie incorrecte;
  • adénome surrénalien;
  • cirrhose du foie.

Le cancer utérin autonome est souvent diagnostiqué chez les représentants de l'âge et se développe dans le contexte de pathologies telles que l'atrophie des ovaires ou de l'endomètre. Une telle tumeur est rarement détectée aux stades précoces, car elle progresse rapidement et a un mauvais pronostic.

Le développement du cancer de l'utérus se produit conformément aux étapes suivantes.

  1. Anovulation et croissance des œstrogènes.
  2. L'émergence de processus pathologiques de fond, tels que la polypose et l'hyperplasie de l'endomètre.
  3. L'apparition de conditions précancéreuses, en particulier une hyperplasie avec des signes d'atypie.
  4. Le développement du cancer préinvasif, qui est un stade précoce du cancer de l'utérus.
  5. Les premiers signes d'une légère pénétration de cellules malignes dans le myomètre.
  6. Cancer utérin sévère.

Les femmes à risque doivent être systématiquement visitées par un gynécologue et examinées.

Etapes et types

Les experts classifient la gravité du carcinome utérin en déterminant le stade. En général, les stades montrent la taille du néoplasme, la profondeur de pénétration dans le myomètre et la nature de la propagation du cancer dans les tissus environnants, la présence de métastases.

Le stade précoce du cancer utérin est appelé cancer préinvasif. D'une autre manière, une telle pathologie est définie comme un cancer à stade zéro. En règle générale, à ce stade précoce du traitement, les signes et les symptômes sont absents. Identifier la maladie est possible grâce à l'utilisation de méthodes de diagnostic en laboratoire et instrumentales.

Les gynécologues distinguent quatre stades de cancer de l'utérus.

  • Le stade 1 est caractérisé par des lésions de l'endomètre (A). Dans le cadre du premier stade précoce, le myomètre peut être affecté jusqu'à la moitié de la couche (B) ou la totalité de la couche musculaire (C).
  • Le stade 2 est caractérisé par une implication dans le processus pathologique du col utérin. Si la tumeur est présente exclusivement dans la couche glandulaire - A, avec pénétration de la tumeur dans les couches profondes - B.
  • L'étape 3 implique la pénétration de cellules malignes dans la membrane séreuse et les appendices (A). Parfois, il y a une lésion du vagin (B). Dans les cas les plus graves, des métastases aux ganglions lymphatiques environnants se produisent (C).
  • Le stade 4 signifie l'apparition de métastases. Si des métastases ne se développent que dans la vessie et l'intestin - A. S'il y a des métastases dans les poumons, le foie et les os - B.

Il est connu que dans les premiers stades, par exemple, préinvasif et premier, le pronostic est plus favorable. Cependant, les premiers symptômes et signes apparaissent souvent aux troisième et quatrième stades.

Le pronostic de la maladie ne dépend pas seulement du stade. L'apparition précoce des premiers signes et symptômes dépend du degré de différenciation cellulaire:

La tumeur se développe plus lentement avec une tumeur hautement différenciée du corps utérin. La probabilité de guérison avec une telle oncologie est significativement plus élevée. Les tumeurs mal différenciées présentent les premiers signes et symptômes à un stade précoce. Pour guérir une telle pathologie est assez difficile.

Il existe les types morphologiques de cancer de l'utérus suivants:

  • squameux;
  • adénocarcinome;
  • cellule claire;
  • cellule glandulaire;
  • muzinozny;
  • séreux;
  • indifférencié.

La tumeur la plus courante est l'adénocarcinome. L'éducation peut être localisée dans la zone du bas de l'utérus, ainsi que dans son segment inférieur.

Symptômes et signes

Souvent, les femmes consultent leur médecin pour détecter les premiers signes de pathologie. Cela peut être un saignement acyclique ou une augmentation du flux menstruel. Après examen, dans certains cas, un cancer de l'utérus est détecté.

Bon nombre des premiers signes et symptômes du cancer de l’utérus, en particulier aux stades précoces, coïncident avec d’autres pathologies gynécologiques:

  • leucorrhée abondante associée à des lésions des capillaires lymphatiques;
  • saignement accru pendant la menstruation;
  • saignements;
  • mise en évidence de la couleur de la chair de viande en relation avec la désintégration du tissu tumoral;
  • douleur dans le bas du dos et l'abdomen;
  • miction douloureuse fréquente;
  • la constipation;
  • écoulement de sang pendant la défécation, qui peut être accompagné de douleur;
  • gonflement des jambes;
  • augmentation de la circonférence abdominale.

Les premiers signes précoces comprennent généralement des écoulements anormaux, qui peuvent être observés au deuxième ou au troisième stade. Les premiers stades, par exemple préinvasif et premier, ne sont généralement pas accompagnés de symptômes. L'apparition des premiers signes est associée à la propagation du cancer et à la croissance tumorale.

Lors des étapes, les premiers signes sont:

  • douleurs d'intensité variable;
  • gonflement;
  • détérioration du bien-être général pouvant se traduire par une faiblesse, des vertiges, une faible fièvre.

Méthodes de diagnostic et de traitement

Le diagnostic du cancer de l'utérus aux premiers stades est quelque peu difficile. Afin d'identifier les premiers signes d'un processus malin, les études suivantes sont menées.

  1. La biopsie par aspiration aux premiers stades n'est pas suffisamment informative, cependant, avec la progression de la tumeur, ses symptômes peuvent être identifiés dans 90% des cas. La procédure est effectuée sur une base ambulatoire.
  2. L'échographie des organes pelviens est un moyen simple et fiable de détecter diverses maladies gynécologiques. Aux premiers stades, un signe tel que l'hyperplasie de l'endomètre chez les patients doit être alerté. En règle générale, dans de tels cas, des recherches supplémentaires sont effectuées.
  3. L'hystéroscopie est une méthode de diagnostic instrumental qui permet de diagnostiquer et de traiter certaines formations. Un hystéroscope est inséré dans l'utérus par le canal cervical. La méthode permet de racler et de réaliser une biopsie pour une analyse histologique plus poussée.

Pour identifier les métastases, il est nécessaire de réaliser une IRM, un scanner et une radiographie des poumons. L'évaluation des fonctions de la vessie et des intestins, souvent affectés par le cancer de l'utérus, est réalisée par cystoscopie et rectoscopie.

Le traitement implique une combinaison de plusieurs techniques:

  • une chirurgie;
  • radiothérapie;
  • chimiothérapie.

La principale méthode de traitement, utilisée à n'importe quel stade de la maladie, consiste à enlever l'utérus et ses appendices. L'étendue de l'intervention dépend du degré de propagation du processus du cancer. Les opérations de préservation des organes peuvent être réalisées à un stade précoce - cancer préinvasif.

L'irradiation est plus souvent effectuée après une intervention chirurgicale afin d'éliminer les cellules malignes restantes. En tant que méthode indépendante, il n’est pratiquement pas utilisé.

La chimiothérapie est utilisée pour éliminer les signes et les symptômes d'une tumeur. Une telle tactique n'est pas recommandée comme méthode principale de traitement. Lorsque des formes hormonodépendantes du processus malin, les médecins prescrivent également un traitement hormonal.

A Propos De Nous

Les cancers touchent de plus en plus des personnes d'âges différents. Le cancer du col utérin est une localisation fréquente des tumeurs malignes chez la population féminine.