Métastases ganglionnaires

Une des complications des néoplasmes malins est la métastase des ganglions lymphatiques.

Ce sont des foyers secondaires résultant de la propagation de cellules anormales. La formation de métastases parle de la progression du processus oncologique.

Causes de métastases

La métastase est toujours déterminée par le développement et la croissance du foyer principal, dont les structures cellulaires sont capables de se propager à travers le système lymphatique.

Parmi les causes courantes de métastases lymphatiques sont les néoplasmes malins des structures organiques:

  • système respiratoire (par exemple, cancer du poumon);
  • tête (cancer de la bouche, de la mâchoire, de la langue, etc.);
  • les tissus glandulaires (par exemple, cancer de la prostate, cancer du sein, glande thyroïde);
  • organes du tractus gastro-intestinal (cancer du côlon, cancer de l'estomac, etc.);
  • organes génitaux (cancer de l'ovaire, cancer du col de l'utérus);

Façons de se répandre

La propagation des métastases peut prendre plusieurs formes: avec un flux lymphatique, avec du sang et de type mixte.

D'abord, les structures malignes pénètrent dans le système lymphatique, puis dans les ganglions lymphatiques proches et lointains. Les cancers épithéliaux et les lésions tumorales intra-organiques peuvent entraîner des métastases ganglionnaires.

Le système lymphatique étant assez bien étudié, la détection de métastases dans les ganglions lymphatiques est possible à un stade précoce. Les symptômes de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux peuvent se manifester tout au long de l'année. Le patient cancéreux doit donc être examiné périodiquement pour détecter en temps voulu la propagation du processus malin.

Symptômes de métastases ganglionnaires

L’un des premiers symptômes de la propagation des cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques est l’augmentation de leur taille, qui est facile à détecter visuellement ou à la palpation.

Les signes qui indiquent la propagation de métastases aux ganglions lymphatiques:

  • maux de tête;
  • l'hyperthermie;
  • perte de poids spectaculaire;
  • foie élargi;
  • faiblesse chronique;
  • hyperémie de la peau;
  • troubles névrotiques;
  • déficit en hémoglobine.

Localisation des métastases

Métastases dans les ganglions lymphatiques cervicaux

Un complexe lymphatique particulièrement important se situe dans la région du cou, dans lequel des néoplasmes malins localisés dans des structures et des tissus voisins (larynx, œsophage, thyroïde, pharynx) peuvent métastaser.

La propagation du cancer a pour conséquence une modification des caractéristiques structurelles et échogènes, des formes et de la taille des ganglions lymphatiques. Les métastases dans les ganglions lymphatiques cervicaux peuvent être: tumeurs malignes du cou, de la tête (larynx, cancer de la thyroïde, etc.), cancer du poumon, cancer glandulaire laiteux, oncologie des organes abdominaux.

Ces phénomènes indiquent les troisième et quatrième stades de la maladie. Environ le tiers des patients cancéreux présentant des métastases similaires ne peuvent pas identifier le foyer principal.

Métastases à l'aine

Les structures inguinales constituent une barrière qui protège et détruit les agents microorganiques qui sont entrés dans le système lymphatique par les organes des membres inférieurs et les jambes. Dans certains cas, il se produit un cancer ou un lymphome à caractère primaire. Avec la métastase de cette nature, une augmentation des noeuds de l'aine se produit, avec la douleur peut être absente lors de la palpation.

En règle générale, le cancer des organes de l'appareil reproducteur, le lymphome de Hodgkin, le cancer du rectum, le cancer de la peau des jambes et le mélanome lombaire peuvent métastaser aux ganglions inguinaux.

Visuellement, les ganglions lymphatiques de l'aine sont transformés en phoques arrondis, situés dans les zones des plis inguinaux. Les ganglions lymphatiques sont inactifs et étroitement liés aux tissus voisins. Souvent, les métastases à l'aine sont accompagnées d'une hyperthermie sans cause, d'une forte diminution de poids et d'une hyperinfluence nocturne.

Métastases rétropéritonéales

Ces métastases peuvent être observées dans les cancers du rein, des organes gastro-intestinaux et des testicules. Les symptômes peuvent être des douleurs abdominales par crampes paroxystiques, une hyperthermie et une diarrhée. Avec cette métastase, les ganglions lymphatiques sont élargis, ce qui entraîne la compression des muscles lombaires et des racines nerveuses. Par la suite, le patient se plaint de fortes douleurs au dos.

Métastases para-aortales

Avec cette métastase de la zone antérieure de la partie vertébrale lombaire, les ganglions lymphatiques sont situés le long de l'aorte. Le plus souvent, de telles métastases sont observées chez des patients atteints d'un cancer de la sphère urinaire, de tumeurs malignes des glandes surrénales et des reins et d'un cancer des organes du système digestif. Si la métastase a atteint les ganglions lymphatiques para-aortiques, cela signifie que le processus malin a atteint le troisième ou le quatrième stade.

Métastases dans la cavité abdominale

Ce processus se produit en présence de cancers des organes abdominaux et lignés. Le symptôme de la lésion est un ganglion lymphatique élargi pouvant atteindre dix centimètres ou plus.

Métastases axillaires

Dans la plupart des cas, ils se développent dans le cas d'oncologie cutanée des mains, du torse et de la poitrine. Il est possible de déterminer la métastase à l'examen visuel habituel, les ganglions axillaires sont élargis. Les symptômes peuvent être des manifestations sous forme de faiblesse, de rhumes fréquents.

Métastases supraclaviculaires

Dans les ganglions lymphatiques supraclaviculaires, des métastases des tumeurs du système digestif, des poumons et des tumeurs oncologiques indifférenciées peuvent se produire, à condition que la tumeur primitive soit localisée dans la tête ou le cou.

Dans le cancer gastrique, des métastases aux ganglions lymphatiques supraclaviculaires gauches se produisent. Les ganglions lymphatiques supraclaviculaires élargis sont des signaux d'alarme indiquant un cancer de l'abdomen ou du thorax.

Diagnostic des métastases ganglionnaires

L’étude diagnostique des métastases ganglionnaires est une procédure obligatoire. Si le ganglion lymphatique est situé dans la zone d'accès, un biomatériau est prélevé à l'aide de la méthode de ponction et envoyé à l'histologie.

Si le site de métastases affecté est à l'intérieur du corps, il est soumis aux études suivantes: tomographie assistée par ordinateur, diagnostic par ultrasons et TEP.

Les experts utilisent plusieurs critères pour identifier le degré de lésion ganglionnaire:

  • légère (avec une lésion de un à trois ganglions lymphatiques);
  • degré moyen (quatre à neuf);
  • dommages étendus (extension du processus secondaire à dix ganglions lymphatiques ou plus).

La détermination visuelle des lésions lymphatiques est possible avec les ganglions lymphatiques axillaires, supraclaviculaires, cervicaux et inguinaux. À d'autres endroits, vous devez identifier l'équipement.

Traitement des métastases

Le traitement des métastases lymphatiques n’est pratiquement pas différent du traitement des lésions cancéreuses primaires - la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie sont utilisées. Ces méthodes sont combinées en fonction du stade et de l'étendue des dommages aux ganglions lymphatiques.

Si une lésion primaire est retirée chez un patient, les ganglions lymphatiques voisins sont également retirés. Et ces ganglions lymphatiques situés sur le néoplasme sont affectés par la radiothérapie ou éliminent les métastases à l'aide d'un cyber-couteau.

Prévisions

Il est assez difficile de prédire l'évolution du processus oncologique par des métastases dans le système lymphatique uniquement. Tout dépend de la nature, de l'emplacement et du degré de malignité de la tumeur primitive.

Si les métastases dans les ganglions lymphatiques sont identifiées à partir du foyer principal, le pronostic de récupération est positif.

  • Métastases dans les ganglions lymphatiques axillaires. Avec la localisation, des récidives de la maladie sont observées et l'espérance de vie après traitement varie de un à deux ans.
  • Métastases dans les ganglions lymphatiques de la cavité abdominale. En oncologie rénale et gastrique, le pronostic est décevant.
  • Métastases dans les ganglions lymphatiques du cou. Le taux de survie à cinq ans est de 50%.
  • Métastases à l'aine. Taux de survie de 60%.

La détection et le traitement rapides des métastases lymphatiques bloquent la croissance du cancer et améliorent le pronostic à vie.

Métastases ganglionnaires - symptômes et pronostic de la vie

Les métastases ganglionnaires surviennent généralement en premier. Dans le même temps, les ganglions lymphatiques régionaux situés le plus près du site du cancer primitif sont affectés, par exemple, cervicale, axillaire, inguinale. Quel type de symptômes avez-vous, combien vivent et quelles prévisions considérons-nous ci-dessous

C'est quoi

La formation de métastases dans les ganglions lymphatiques est une complication fréquente du cancer, qui se produit généralement en premier lieu. Après avoir accumulé un volume critique dans la tumeur, les cellules malignes commencent à se répandre dans tout le corps. Le moyen le plus simple de le faire est lymphogène, le but pour lequel se trouvent les ganglions lymphatiques situés près du foyer principal. Les ganglions lymphatiques du cou, des aisselles, de l'aine, des supraclavicules et d'autres sont affectés.

Le système lymphatique est nécessaire pour combattre les agents pathologiques pénétrant. La défaite du cancer de l’un de ses éléments est une atteinte grave à la santé humaine en général et, dans le cas d’une tumeur maligne, elle comporte des risques encore plus importants et une menace pour la vie.

Dans certains cas, l'inflammation du ganglion se produit avec un foyer primaire indéfini. Dans une telle situation, les métastases ganglionnaires sont considérées comme le premier symptôme du cancer, ce qui facilite l'identification de la maladie. Mais dans tous les cas, le processus actif de métastase indique un stade grave de la maladie, lorsque le pronostic de l'espérance de vie dépend de nombreux facteurs qui nécessitent une analyse individuelle.

Comment les cellules malignes se déplacent

Le mouvement des cellules cancéreuses dans le corps se déroule de plusieurs manières:

La propagation de la lymphe est la méthode la plus simple, car il est plus facile d'atteindre les ganglions lymphatiques et de pénétrer dans les cellules de laque. Donner de telles métastases est capable à la fois de tumeurs des organes internes et de tumeurs superficielles, par exemple, un mélanome de la peau.

La médecine moderne a la capacité de diagnostiquer rapidement et avec précision les réactions pathologiques au sein du système lymphatique. Par conséquent, si nécessaire, le processus tumoral y est détecté même à un stade précoce. Lorsqu'une tumeur est détectée, il est important de diagnostiquer périodiquement des métastases au niveau des ganglions lymphatiques chez le patient afin de commencer le traitement à temps et d'empêcher le passage à un degré de maladie grave.

Raisons

Si des métastases se sont développées dans les ganglions lymphatiques, cela indique un développement sérieux de la tumeur primitive menacée par de multiples métastases. Parfois, une personne ne suspecte aucun cancer, ses symptômes étant totalement absents ou lubrifiés. Mais sans cible principale, les métastases sont impossibles. Il est donc très important d'identifier la lésion initiale et de commencer le traitement complexe pour toutes les tumeurs existantes.

Nous énumérons les types de cancer les plus courants qui provoquent l’apparition d’une oncologie secondaire dans le système lymphatique:

  1. Pathologie des organes respiratoires - larynx, poumons
  2. Les différentes parties de la cavité buccale
  3. Glande thyroïde et mammaire, prostate
  4. Organes du tractus gastro-intestinal - estomac, œsophage, intestins
  5. Le système reproducteur et les organes du petit bassin. Risque accru chez les femmes atteintes d'oncologie utérine ou de tumeurs de l'ovaire

Glande mammaire

Le cancer du sein est une pathologie féminine commune souvent fatale et de mauvais pronostic. Les cellules malignes de la glande mammaire migrent principalement par le système lymphatique, affectant principalement les ganglions lymphatiques régionaux. Les métastases sont localisées sous les aisselles, dans les ganglions lymphatiques sous-claviens et supraclaviculaires. Les premiers symptômes sont les signes de leur augmentation et de leur douleur.

Carcinome épidermoïde

Dans le cancer, formé de cellules plates de l'épithélium, elles commencent à germer dans la structure sous-cutanée après un certain temps. Cela ne se produit pas rapidement, la probabilité de métastase n'existe pas toujours, mais si elles apparaissent, tout d'abord dans les ganglions lymphatiques les plus proches, d'où elles se propagent plus loin. En présence de métastases, on parle immédiatement des cancers des 3ème et 4ème stades, ce qui réduit sensiblement la durée de vie.

Les symptômes

Les premiers signes de cancer dans les ganglions lymphatiques incluent une augmentation de leur taille, qui est détectée par palpation ou par inspection visuelle.

Les symptômes supplémentaires incluent:

  • Bouts de douleur dans la tête
  • Fièvre
  • Perte de poids
  • Fatigue chronique
  • Problèmes de foie
  • Rougeur sur la peau
  • Déviations dans le système nerveux

Examinons plus en détail les symptômes de métastases, basés sur le site du ganglion lymphatique.

Ganglions lymphatiques cervicaux

Le cou est un élément important qui comprend de nombreux éléments lymphatiques. Les métastases apparaissent ici en oncologie de la glande thyroïde, de la gorge, de l'œsophage, du nasopharynx, du sein, des poumons, etc.


Photo 1. Métastases dans les ganglions lymphatiques cervicaux

Les métastases affectent les caractéristiques échogènes et structurelles, ce qui modifie la forme et la taille du nœud, ce qui signifie un degré élevé de cancer. Dans le même temps, chez environ 30% des patients, l'objectif principal reste incertain.

Inguinal

Les principaux symptômes sont également une augmentation du ganglion lymphatique à l'aine et des signes d'inflammation. Parfois, lors de la palpation, le nœud est clairement ressenti, mais il n’ya aucune douleur. Les causes courantes de la croissance des ganglions inguinaux sont les suivantes:

  • Cancer dans le système reproducteur des hommes et des femmes
  • Développement des membres de Hodgkin
  • Oncologie intestinale
  • Mélanome Nom, bas du dos

L'apparence des phoques est arrondie, ils sont placés dans la zone des plis de l'aine. Lorsque vous vous sentez différent dans l'inactivité, aussi étroitement attaché aux tissus dans le voisinage. Des signes supplémentaires incluent une forte diminution de poids, une augmentation de la température sans autres symptômes et une augmentation de la transpiration.

Rétropéritonéal

Les principales pathologies malignes dans lesquelles les ganglions lymphatiques rétropéritonéaux sont enflammés en raison de métastases sont le cancer du rein, le cancer gastro-intestinal, les maladies des testicules chez l'homme.

Les principales manifestations sont des douleurs paroxystiques au bas de l'abdomen, similaires aux contractions, à la diarrhée et à l'hyperthermie. La croissance de la taille des nœuds se produit également, ce qui conduit souvent à une compression des terminaisons nerveuses et des muscles et à une augmentation de la douleur au dos et à l'abdomen.

Paraaortique

Les soi-disant ganglions lymphatiques situés le long de l'aorte passant dans la colonne lombaire. Les métastases ici sont causées par un cancer dans le système urogénital masculin et féminin, avec un oncologie dans les reins, les glandes surrénales, le système gastro-intestinal.

La propagation des métastases dans les ganglions lymphatiques para-aortiques amène le processus oncologique au stade 3-4.

Cavité abdominale

Dans le ventre se trouve un grand nombre de ganglions lymphatiques appartenant au pariétal, bordant le bas du dos et intrapariétaux. En raison du grand nombre d'éléments nodaux, une métastase rapide est observée en présence d'une tumeur dans le pelvis, l'abdomen, les ovaires chez la femme et la prostate chez l'homme. À propos des métastases dit l'augmentation de la taille, qui est détectée par le diagnostic.

Axillaire

Une lésion des aisselles est observée lors du développement d'un cancer de la peau sur les bras ou le tronc, ainsi que d'un néoplasme dans les glandes mammaires. Les symptômes sont une augmentation notable de la taille et de la saillie au-dessus de la surface de la peau. Parmi les autres signes: faiblesse, maigreur, ARVI régulier. Souvent, la détection des métastases axillaires se produit avec un foyer primaire indéfini, ce qui donne une chance de détecter la malignité initiale.


Photo 2. Augmentation des ganglions axillaires

Supraclaviculaire

La métastase dans les ganglions lymphatiques supraclaviculaires est un cancer de l'estomac, des intestins, des poumons, de la tête et du cou.

La localisation sur le côté droit indique la source de la maladie dans la prostate ou le système respiratoire. La métastase dans la zone gauche de la prise lymphatique supraclaviculaire est synonyme de pathologie abdominale, de cancer de l'estomac. L'inflammation des ganglions au-dessus de la clavicule indique un degré de maladie grave et nécessite un diagnostic et un traitement urgents.

Médiastin

Le médiastin est compris comme la région thoracique avec les ganglions lymphatiques antérieurs et rétrosternaux. Les métastases sont causées par l'oncologie ici:

  1. Glande thyroïde
  2. Oesophage
  3. Rein
  4. Utérus et sein chez les femmes
  5. Mélanosarcome

Même avec de petites tumeurs à ces endroits, des métastases étendues du médiastin sont probables. Les symptômes traditionnels d'augmentation et de douleur incluent gonflement du cou, difficulté à avaler, voix rauque, respiration sifflante, veines superficielles enflées.

Diagnostics

Lorsqu'un signe de ganglion lymphatique élargi est détecté, en particulier en présence de symptômes associés, le diagnostic est obligatoire.

Différentes méthodes sont utilisées pour détecter les métastases. Lorsque le ganglion lymphatique est accessible depuis la surface, une ponction est prélevée. Ensuite, les échantillons du biomatériau sont envoyés pour analyse histologique. Lorsque vous placez un nœud à l'intérieur, vous ne pouvez l'examiner que sans contact. L'IRM, l'échographie et la tomographie par émission de positrons le plus couramment utilisé.

Au cours du processus de diagnostic, le degré de métastase est classé en fonction de plusieurs paramètres importants qui affectent le traitement prescrit, le pronostic et la durée de vie du patient:

  • A propos d'un faible degré en pathologie de 1 à 3 ganglions lymphatiques
  • Moyenne de 4 à 9
  • Lorsque les métastases dans plus de 10 nœuds, diagnostiquer une lésion étendue.
Le processus de diagnostic visuel est très limité et ne s'applique que dans l'aine, le cou, les aisselles et la clavicule. Toute inflammation doit donc toujours être rapportée à un médecin.

Traitement

Les mêmes méthodes sont utilisées pour traiter les métastases lymphatiques comme lors du traitement du cancer dans d'autres parties du corps:

La combinaison et le choix des méthodes dépendent du stade de développement de la maladie dans le ganglion lymphatique et du foyer principal. Habituellement, lorsqu'une tumeur primitive est retirée, il se produit une excision des ganglions lymphatiques régionaux. Ils peuvent potentiellement avoir des métastases qui n'ont pas encore été découvertes et qui ne se sont pas déclarées.

D'autres sites ne présentant aucun signe de pathologie ne sont pas supprimés, mais sont traités par la méthode des rayons. Un cyber-couteau est utilisé pour traiter et éliminer les métastases distantes.

Grâce à un traitement rapide, vous pouvez ajouter au processus de reproduction des métastases dans le corps, de sorte que la prédiction de l'espérance de vie du patient s'améliore.

Prévisions et combien vivent

Il est très difficile de dire combien de temps une personne vivra en présence de métastases dans les ganglions lymphatiques. Trop de facteurs supplémentaires sont essentiels, en premier lieu l'objectif principal, son stade et sa définition générale.

En présence de métastases uniquement à proximité de la tumeur principale, les prédictions sont plus positives, car elles indiquent un faible niveau de traitement oncoprocess:

  • Avec les néoplasmes secondaires des aisselles, la probabilité de lésion des glandes mammaires est élevée. Par conséquent, les métastases axillaires sont plus courantes chez les femmes. Souvent, une rechute survient après le traitement. Dans ce cas, l’espérance de vie du patient est de 1,5 à 2 ans. S'il n'y a pas de récidive, le taux de survie à cinq ans, analogue du rétablissement, est de 2/3.
  • Avec des métastases au cou, il s'agit probablement d'un mélanome, sujet au développement agressif. Avec le traitement le plus positif, l’espérance de vie de plus de cinq ans n’est retrouvée que chez une personne sur deux. Si le temps est perdu, alors les gens vivent 6-12 mois.
  • Une inflammation maligne des nœuds du ventre indique des dommages aux organes internes. Le pronostic dépendra du degré de suppression de la pathologie initiale.

Aux dernières étapes de la formation de métastases multiples dans les ganglions lymphatiques, le traitement ne vise pas à récupérer un patient sans espoir mais à améliorer son état et son bien-être.

Auteur: éditeur du site, date du 27 janvier 2018

Cancer des ganglions lymphatiques - Prévisions de survie

Cancer des ganglions lymphatiques - pronostic de survie

Le cancer des ganglions lymphatiques est primaire et secondaire. Le cancer primitif des ganglions lymphatiques comprend le lymphome. Il se développe dans 95% des cas chez les personnes à risque:

personnes de plus de 50 ans (70%);

âge des femmes en travail (28%);

Personnes infectées par le VIH atteintes d'hépatite C et infectées par le virus de la leucémie T (62%);

avoir un contact direct avec des agents cancérigènes (88%).

Cancer des ganglions lymphatiques et provoquent d’autres facteurs étiologiques:

rayonnements ionisants (dans 67% des cas);

recevoir des médicaments immunosuppresseurs (38%);

utilisation de cytostatiques (71%);

pathologie génique (53%).

Le cancer des ganglions lymphatiques présente des signes caractéristiques qui le distinguent d'autres maladies caractérisées par un gonflement des ganglions lymphatiques. Si le patient souffre d'un lymphome, alors chez lui 100% des cas sont déterminés par une augmentation de plusieurs ganglions lymphatiques. Ils peuvent être localisés dans 31% des cas au cou, chez 28% des patients sous l'aisselle et chez 35% des sujets de la région inguinale. 6% tombe sur des ganglions lymphatiques élargis de localisation différente.

Dans 26% des cas, les ganglions lymphatiques sont dilatés dans des zones parallèles: des axillaires ou de l'aine des deux côtés, ou des deux côtés du cou. Dans le cas où le processus tumoral s'étend aux nœuds voisins, dans 100% des cas, vous pouvez être sûr que nous parlons du deuxième stade du lymphome. Au dernier stade du cancer des ganglions lymphatiques, le pronostic est défavorable à 99,9%, car des cellules atypiques se trouvent dans tous les ganglions lymphatiques.

Il faut faire attention à la forme et à la consistance des ganglions lymphatiques. Avec le lymphome, ils ressembleront à des mûres. Dans 100% des cas, la surface du site devient cahoteuse, sa consistance est dense. Chez 98% des patients qui se plaignent d'un cancer des ganglions lymphatiques, le tissu entourant les glandes n'est pas enflé, il n'y a pas d'hyperémie cutanée. Si les ganglions lymphatiques sont soudés à la peau, 99% peuvent être certains de leur affectation par le processus du cancer.

Des méthodes de recherche supplémentaires aident à comprendre le diagnostic. Si vous suspectez un cancer des ganglions lymphatiques, le pronostic dépend des résultats de ces tests:

A. Numération globulaire. Ce n'est pas pathognomonique pour le lymphome. L'anémie peut être détectée dans 78% des cas, lymphocytopénie et neutrophilie, dans 49% d'augmentation de l'ESR.

B. Analyse biochimique du sang. Chez 42% des patients atteints d'un lymphome de Hodgkin, on observe des taux élevés de LDH, de phosphatase alcaline et de créatinine. En présence d'un lymphome non hodgkinien, une augmentation du taux de LDH dans 98% des cas indique un cancer agressif du sang et un mauvais pronostic.

C. Chez 61% des patients, lors de la radiographie thoracique, ils présentent des signes de cancer des ganglions lymphatiques du médiastin.

D.CT (tomodensitométrie). Chez 99% des patients atteints d'un cancer des organes internes, on trouve des métastases à distance. Dans 70% des cancers du sang, le pronostic se détériore s’il existe des formations dans les organes internes.

E.MRT (imagerie par résonance magnétique) est présenté chez 100% des patients suspects de métastase d'une tumeur cancéreuse au cerveau ou à la moelle épinière.

La F. PET (tomographie par émission de positrons) est devenue une méthode indispensable pour diagnostiquer le cancer des ganglions lymphatiques. La substance spéciale, introduite à la veille de l'étude dans le sang, est accumulée à 100% dans les zones touchées par les cellules de lymphome. Dans 98% des cas, une analyse ultérieure permet d'identifier toutes les zones dans lesquelles la tumeur est localisée.

G.La biopsie du ganglion lymphatique avec examen histologique ultérieur d'un échantillon de tissu dans 100% des cas vous permet de vérifier la forme de cancer des ganglions lymphatiques.

H.La biopsie de ponctuation ou de tréphination aide à détecter la présence d'un lymphome dans la moelle osseuse rouge chez 24% des patients.

I. La méthode la plus moderne de diagnostic précoce du cancer des ganglions lymphatiques est la détermination des marqueurs tumoraux dans le sang. Ils sont détectés dans 88% des cas de lymphome.

Pour déterminer la prédiction de la survie dans le cancer des ganglions lymphatiques, un indicateur tel que l'indice de pronostic international a été mis au point. Il est utilisé pour les lymphomes de tous degrés de malignité. Les facteurs suivants influent sur la survie des patients atteints d’un cancer des ganglions lymphatiques:

l'état du patient (déterminé selon une échelle standardisée de l'OMS);

stade de la maladie maligne;

le nombre de lésions en dehors des ganglions lymphatiques.

Lorsqu'un diagnostic de cancer des ganglions lymphatiques est posé, le pronostic est établi en fonction du nombre de balles reçues dans chaque section. Par exemple, de bons indicateurs de pronostic seraient pour un patient diagnostiqué avec un lymphome folliculaire, qui présente les caractéristiques suivantes:

a) âgé de 31 ans;

b) le niveau de LDH n'est pas élevé;

c) la condition générale est définie comme 1 point, alors que la capacité de travail est limitée;

d) lymphome de stade I.

Pour les patients de cet âge, la survie est déterminée uniquement par ces quatre indicateurs. Si l'on vérifie une tumeur faiblement différenciée, la sensibilité des cellules cancéreuses à la chimiothérapie et l'efficacité du traitement primaire deviennent un indicateur pronostique significatif. Dans le cas d'un traitement de première intention peu développé, le pronostic se dégrade de 48% à 62%.

Le tableau 1 présente le pronostic de survie des patients ayant reçu un diagnostic de cancer des ganglions lymphatiques, en fonction du stade de la maladie.

Numéro de table 1. Survie aux stades du cancer des ganglions lymphatiques.

Métastases ganglionnaires

Les métastases dans les ganglions lymphatiques sont des foyers de croissance secondaires d'une tumeur maligne déjà présente dans le corps. Le développement de métastases dans le corps humain indique la progression de la tumeur.

Raisons

La principale cause de métastases est la croissance d'une tumeur maligne, dont les cellules commencent à se déplacer dans le corps en utilisant le système lymphatique.

Les tumeurs peuvent déclencher des métastases chez:

  • Toutes les informations sur le site sont à titre informatif seulement et ne constitue pas un manuel pour l'action!
  • Seul le MÉDECIN peut vous fournir le DIAGNOSTIC EXACT!
  • Nous vous exhortons à ne pas vous auto-guérir, mais à vous inscrire auprès d'un spécialiste!
  • Santé à vous et à votre famille! Ne pas perdre courage
  • tête (cancer des lèvres, de la langue, de la bouche, de la mâchoire);
  • voies respiratoires (cancer du poumon, du larynx, des bronches);
  • glandes (thyroïde, laiteuses, prostate);
  • tractus gastro-intestinal (cancer de l'estomac, de l'œsophage, du côlon);
  • petit bassin (cancer des ovaires, de l'utérus);
  • les organes génitaux;
  • membres inférieurs.

Il existe deux principaux types de propagation des cellules affectées: lymphogène et hématogène.

La méthode lymphogène consiste à disséminer des cellules endommagées en pénétrant dans le flux lymphatique. Les cellules infectées, pénétrant dans les vaisseaux lymphatiques, se déplacent vers les ganglions lymphatiques proches et lointains.

La méthode hématogène est caractérisée par la prolifération de cellules tumorales dans le sang. Vous pouvez également trouver un type mixte qui aide à maximiser la propagation des cellules endommagées par le cancer.

Les métastases dans les ganglions lymphatiques de la mâchoire et du menton apparaissent lorsque la lésion tumorale principale est située dans la lèvre inférieure, la mâchoire supérieure, la langue ou la bouche. Les ganglions lymphatiques du faisceau neurovasculaire médial sont atteints d'un cancer de la langue, du larynx et de la glande thyroïde.

Le développement de tumeurs dans les glandes mammaires, dans les poumons ou dans la cavité abdominale peut affecter les ganglions lymphatiques supraclaviculaires.

Les métastases aux ganglions inguinaux se propagent dans les tumeurs cancéreuses des membres inférieurs, dans le sacrum et dans les tumeurs de l'aine. Les ganglions lymphatiques du médiastin sont sensibles à la formation de métastases en oncologie de la glande thyroïde, des poumons, de l'œsophage et d'autres organes internes.

Le cancer de la prostate peut causer des métastases aux ganglions lymphatiques situés de part et d'autre du col de la vessie. Ces ganglions lymphatiques sont considérés comme régionaux. Les cancers des voies respiratoires, du sein et de l'estomac peuvent contribuer à l'apparition de métastases de Virchow. Ils sont un ganglion lymphatique dense et indolore situé dans la région de la clavicule gauche.

Les symptômes

L'un des premiers symptômes qui indiquent que les métastases affectent les ganglions lymphatiques, c'est qu'ils commencent à grossir. Pour inspecter les ganglions lymphatiques peuvent être visuellement ou en utilisant la méthode de palpation. La méthode d'examen est choisie en fonction de la surface des ganglions lymphatiques.

Les ganglions lymphatiques enflés peuvent être accompagnés de:

  • perte de poids;
  • la faiblesse;
  • diminution des taux d'hémoglobine;
  • augmentation de la température;
  • fortes attaques de migraine;
  • névrose;
  • une augmentation de la taille du foie;
  • rougeur de la peau.

Diagnostic (comment déterminer)

Le degré de participation du système lymphatique au processus de développement de la tumeur est déterminé en plusieurs catégories:

  • 1-3 ganglions lymphatiques affectés;
  • 4 à 9 ganglions lymphatiques affectés;
  • plus de 10 ganglions lymphatiques ont été touchés.

La médecine moderne dicte une condition immuable. Les ganglions lymphatiques ne sont pas seulement situés à proximité immédiate de la tumeur, ils sont également distants. Cela permet au patient de faire le meilleur traitement possible.

L'étude des ganglions lymphatiques, déterminée par inspection visuelle, est réalisée à l'aide d'une ponction et d'une biopsie. Les ganglions lymphatiques situés en profondeur sont étudiés à l'aide de méthodes informatiques modernes telles que l'échographie et l'IRM.

À l'examen visuel, on peut déterminer que les cellules affectées ont pénétré dans les ganglions lymphatiques axillaires, ainsi que dans les ganglions lymphatiques situés dans le cou, l'aine et au-dessus de la clavicule.

Traitement

Par principe, le traitement des métastases dans les ganglions lymphatiques est presque identique à celui du site de la tumeur primitive. Les méthodes suivantes sont utilisées pour le traitement:

  • déménagement opérationnel
  • chimiothérapie
  • radiothérapie.

Quelles méthodes seront applicables dans un cas particulier, ou leur combinaison dépend du stade de la maladie et des dommages subis par les ganglions lymphatiques. Le traitement est choisi individuellement. Lors de la chirurgie visant à enlever la lésion du cancer, tous les ganglions lymphatiques voisins sont également retirés.

Si des ganglions lymphatiques distants sont atteints, le traitement est réalisé par radiothérapie ou est retiré à l'aide d'un Cyber ​​Knife. Cette méthode est également utilisée pour éliminer les métastases uniques localisées dans les ganglions lymphatiques rétropéritonéaux, ainsi que les métastases dans les ganglions lymphatiques de la cavité abdominale et de la zone pelvienne.

L'anesthésie pour les métastases dans les os doit être effectuée à l'heure. Plus de détails sont écrits ici.

Au cours des séances de chimiothérapie, divers médicaments et leurs combinaisons sont utilisés:

  • "Temozolomid" - le médicament est utilisé à la fois indépendamment et en combinaison avec la méthode de radiothérapie. Les effets secondaires sont les suivants: maux de tête, faiblesse, nausées, vomissements et constipation;
  • "Carmustine" - est utilisé par voie intraveineuse ou sous forme de gélules. L'administration intraveineuse du médicament peut être accompagnée de faiblesse, de nausées, de vomissements, de complications respiratoires, de fibrose pulmonaire, de troubles de la moelle osseuse affectant la production de globules rouges (baisse marquée);
  • • circuit PCV. Ce schéma combine 3 médicaments principaux: «Procarbazine», «Lomustine», «Vincristine». Chaque médicament peut être utilisé seul ou en différentes combinaisons. La prise de médicaments peut provoquer une chute brutale du nombre de globules rouges, des nausées, des vomissements, une faiblesse, une constipation, des ulcères peuvent se former sur la membrane muqueuse de la cavité buccale;
  • préparations de platine. Ces médicaments comprennent le cisplatine et le carboplatine. Sont pris par voie intraveineuse. En plus des nausées et des vomissements, les médicaments peuvent causer la calvitie et une faiblesse musculaire.

Pronostic pour les métastases ganglionnaires

Si des métastases dans les ganglions lymphatiques sont diagnostiquées, le pronostic dépend du stade du cancer, des méthodes utilisées pour traiter la tumeur, de l'utilisation d'équipements de haute technologie et des qualifications du personnel médical. En outre, le traitement a commencé à temps.

Les métastases dans le cancer du cerveau peuvent être localisées dans divers organes. Plus de détails sont écrits ici.

Des détails sur le traitement national des métastases hépatiques sont décrits ici.

L'un des facteurs importants est le type de ganglions lymphatiques touchés, à savoir

  • L'espérance de vie des patients atteints d'un cancer gastrique dépend de la rapidité de l'opération. L'espérance de vie des patients non opérés ne dépasse pas un an. Le développement de métastases dans les ganglions lymphatiques éloignés de la source de la tumeur peut avoir un impact majeur sur l'espérance de vie.
  • la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques du cancer du sein aggrave le pronostic. Déjà dans le premier plan quinquennal, plus de 50% des patients opérés ont des rechutes de la maladie. Après traitement, l’espérance de vie ne dépasse pas 2 ans;
  • si un patient a reçu un diagnostic de mélanome du visage, du cou et du tronc, son pronostic est plus favorable que celui des patients atteints de la maladie diagnostiquée aux membres inférieurs. Dans ce dernier cas, le risque de métastase dans les ganglions lymphatiques augmente de plus de 30%;
  • les lésions dans les ganglions lymphatiques para-aortiques se trouvent chez des patients atteints d'une tumeur dont le foyer est situé dans le foie. Les micro-métastases et les métastases uniques développées dans ces ganglions lymphatiques créent un pronostic de survie pour un patient atteignant 5 ans;
  • dans les cancers du colon sigmoïde aux stades 3 et 4, lorsque les métastases affectent les ganglions lymphatiques régionaux, le pronostic de survie est de 40% pour 5 ans.

Métastases ganglionnaires: quel type de maladie?

Les métastases ganglionnaires sont des formations secondaires se propageant dans le corps à partir d'une tumeur maternelle.

Le cancer peut apparaître dans les ganglions lymphatiques de deux manières: il peut commencer ici ou se propager à partir d'un autre endroit.

Le cancer qui commence dans les ganglions lymphatiques est appelé lymphome. Vous pouvez en apprendre plus sur le lymphome dans un article séparé.

Mais le plus souvent, le cancer commence ailleurs et se propage ensuite aux ganglions lymphatiques. A propos de ce type de cancer et sera discuté.

Raisons

La principale cause de la propagation de métastases dans les ganglions lymphatiques est un cancer primitif, ou cancer de la mère, qui affecte différentes parties du corps humain et provoque leur oncologie:

Organes de la tête (bouche et ses composants, tissus de la mâchoire, etc.)

Glandes tissulaires (thyroïde, prostate ou lactique)

Composants du système digestif (estomac, intestins, gros intestin, tube digestif)

Organes reproducteurs et système reproducteur (ovaires, testicules, appendices, utérus, etc.)

Le temps d'apparition de foyers secondaires de la maladie dépend de nombreux points de la vie:

Âge

L'apparition la plus rapide et la plus précoce de métastases en oncologie se produit à l'âge adulte, chez les enfants, ils apparaissent plus tard.

Immunité affaiblie

Dans l'immunodéficience aiguë, le VIH et le sida, les formations se métastasent rapidement dans certaines parties du corps et leur croissance devient plus agressive.

La sévérité et l'étendue de la maladie

Avec une évolution plus sévère de la maladie, la propagation des cellules malades dans le corps se produit plus activement.

Tous les cas d'oncologie ne peuvent pas causer de métastases, elles sont parfois évitées grâce à un traitement approprié.

Les médecins distinguent deux types de voies de propagation des cellules malades:

Lymphogène

Dans ce cas, les particules touchées pénètrent dans la lymphe et se propagent ainsi dans les ganglions lymphatiques humains.

Hématogène

La base de ce type est la capture du corps par les cellules touchées par le sang.

Une vue mixte est également possible et agit dans la métastase la plus rapide et la plus active.

Classification

Selon la localisation des tumeurs, on distingue les types de cancers métastatiques suivants:

Oncologie du sein

Ce type de cancer est le plus fréquent et le plus dangereux pour les femmes: il entraîne souvent la mort du patient. La voie à suivre est lymphogène.

Premièrement, il est avancé dans les ganglions axillaires, et plus tard, des métastases sont envoyées aux ganglions lymphatiques supraclaviculaires et sous-claviers. Le système lymphatique dans la zone autour de la poitrine peut être affecté.

Zone de la tête

Si le foyer maternel est situé dans les organes de la tête (bouche, lèvres, mâchoire), les cellules filles se propagent aux nœuds de la mâchoire ou du menton. Sur la photo: ganglions lymphatiques de la tête et du cou

Zone d'aine

Avec les formations initiales dans les jambes, dans l'aine ou dans le sacrum, dans l'aine du patient se forment des métastases.

Dommages aux ganglions lymphatiques dans le cou

Les formations maternelles localisées localement dans l'œsophage, dans la glande thyroïde ou dans la gorge forment des métastases dans les ganglions lymphatiques du cou, dangereuses pour la vie humaine: il existe dans cette zone un important collecteur du système lymphatique. Avec cette distribution dans le système cervical, il se produit un changement de nœuds (taille, structure, forme, etc.), et cela se produit aux derniers stades de la maladie.

Région abdominale et rétropéritonéale

  • L'oncologie, qui touche les reins, les testicules masculins, le système digestif, transmet ses métastases aux ganglions lymphatiques rétropéritonéaux: ainsi, elles augmentent et exercent une pression sur les muscles de la colonne vertébrale et les nerfs, ce qui provoque des douleurs au dos.
  • Il existe de nombreux ganglions lymphatiques dans la région abdominale: son cancer ou le cancer des structures et des organes du petit bassin provoque des métastases dans les ganglions lymphatiques de la cavité abdominale, et les ganglions eux-mêmes peuvent atteindre 10 centimètres.
350/5000
Cette photographie montre un cancer métastatique de la prostate qui s'est propagé aux ganglions lymphatiques.
Les zones globulaires de couleur jaune sont des tissus cancéreux autour des ganglions lymphatiques.
Le tube creux au centre de la photographie est l'aorte. L'aorte est l'artère principale du corps et fait partie du système circulatoire. Le sang est pompé par les artères du cœur.

Zone médiastine

Dans la région du médiastin se trouvent les voies lymphatiques thoraciques, les ganglions antérieur et postérieur du sein: ces tumeurs sont le plus souvent des métastases de la glande thyroïde, de l'œsophage, de l'utérus et des testicules masculins.

Les étapes

Selon le système international de classification des tumeurs, le stade de cette maladie est déterminé en fonction du nombre de ganglions atteints. Les métastases elles-mêmes sont désignées par N.

Symptomatologie

Le tout premier signe de la maladie est une augmentation de la taille des ganglions lymphatiques.

Mais ce symptôme peut être un signe d'infection virale ou d'autres maladies. Par conséquent, s'il est détecté, il est nécessaire de consulter un médecin pour un examen plus approfondi.

Il existe des symptômes communs qui accompagnent cette maladie:

  • Douleur dans la tête, migraine possible
  • Augmentation de la température dans le corps
  • Perte de poids
  • Malaise général, faiblesse, impuissance
  • Anémie et diminution de l'hémoglobine
  • Décoloration (rougeur possible)
  • Troubles du système nerveux
  • Hépatomégalie
  • Dans le cas de formations rétropéritonéales, le patient a des convulsions dans l'abdomen avec des crampes, une diarrhée est observée.

Diagnostics

Pour la détection de cette maladie nécessite une étude clinique par un spécialiste: les symptômes peuvent être similaires à ceux d'autres affections. Afin d’établir un nouveau pronostic et de choisir correctement le traitement des métastases, il est nécessaire d’examiner les nœuds proches de la formation et répartis loin de ceux-ci.

Diverses méthodes de diagnostic sont utilisées.

Examen médical

Lors de l'examen initial, le spécialiste sent les formations visibles et détermine leur taille et leur degré de distribution.

Ponction, biopsie

Lorsque la zone touchée est dans un endroit accessible, un matériau est prélevé et envoyé pour analyse histologique.

Échographie

Cette méthode est particulièrement efficace si les métastases ne sont pas disponibles et qu'elles sont situées à l'intérieur du corps: cela permet d'établir le degré de maladie et de voir la structure des formations.

Voici à quoi ressemblent les métastases lors d'une échographie

Tomographie, IRM

Avec leur aide, la magnitude, la multiplicité et la localisation claire des formations malades sont déterminées.

Enquête moléculaire

Vérifie la présence de certaines protéines afin de pouvoir distinguer un type de cancer.

Photo: Adénocarcinome métastatique de l'anneau cellulaire de l'estomac dans le ganglion périgastrique à partir d'un échantillon de gastrectomie. De nombreuses cellules s'étirent avec une abondante mucine intracellulaire, qui pousse le noyau vers la périphérie, donnant l'apparence d'un anneau imprimé. Le patient avait 50 ans.

Traitement

Dans leurs méthodes de traitement des métastases et des foyers d'éducation maternelle ne présentent pas de différences significatives. Le plus souvent, les méthodes sont combinées, mais le plan de traitement est déterminé uniquement en fonction de l'état du patient et a un caractère individuel.

La chirurgie

La technique chirurgicale pour les métastases est utilisée simultanément avec l’implication de l’enseignement primaire, les chirurgiens travaillant sur chaque ganglion lymphatique présentant une lésion. Les organes dans lesquels des cellules infectées ont pénétré peuvent également être prélevés.

Chimie et radiothérapie

La chimiothérapie est un moyen permanent de lutter contre le cancer. Il affecte la formation et détruit les cellules malades, ce qui entraîne une réduction de la tumeur. Il existe un nouveau type: la chimiothérapie endolymphatique: cette innovation permet d’arrêter partiellement la progression ultérieure de la tumeur dans tout le corps.

Lors du traitement, les médecins prescrivent un certain nombre de médicaments anticancéreux et le patient doit suivre le régime alimentaire correct, à savoir exclure de son régime les aliments associés à l'apparition de cellules cancéreuses (par exemple, les aliments pour animaux).

Prévisions

En fonction de nombreux facteurs, le pronostic des métastases ganglionnaires peut être différent:

Pronostic de la maladie

Dans les premiers stades, il est possible de se débarrasser complètement de la maladie en l'absence de rémissions ultérieures. Pour les patients du quatrième stade, leur espérance de vie peut aller jusqu'à 1 - 1,5 ans.

Prévisions de localisation

Par exemple, avec des métastases dans les organes internes, les pronostics sont extrêmement négatifs et, lorsqu’ils se propagent au cou, la durée de vie peut être de 5 ans ou plus.

Le bon traitement et la rapidité de la chirurgie

Pour les patients non opérés, la durée de la période d'existence ne dépasse pas 1 an.

Cancer dans les ganglions lymphatiques: signes d'oncologie, son apparence, diagnostic et traitement

Les métastases sont la caractéristique la plus importante de toute tumeur maligne. Ce processus est associé à la progression de la maladie, qui aboutit souvent à la mort du patient. Si le système lymphatique est affecté par le carcinome d'un autre organe, un homme de la rue peut qualifier ce phénomène de «cancer des ganglions lymphatiques», du point de vue de la médecine, il s'agit d'une métastase cancéreuse, c'est-à-dire d'une lésion secondaire.

Les cellules d'une tumeur maligne présentent un certain nombre de différences par rapport aux cellules saines, parmi lesquelles non seulement l'action destructive locale du tissu ou de l'organe, mais également la capacité de se séparer les unes des autres et de se répandre dans tout le corps. La perte de molécules de protéines spécifiques qui établissent un lien fort entre les cellules (molécules d’adhésion) conduit à la séparation du clone malin de la tumeur primaire et à sa pénétration dans les vaisseaux.

Les tumeurs épithéliales, c'est-à-dire les cancers (carcinomes), se métastasent principalement par voie lymphogène, par les vaisseaux lymphatiques qui transportent la lymphe de l'organe. Les sarcomes (néoplasmes du tissu conjonctif) peuvent également toucher les ganglions lymphatiques, bien que la principale voie de métastase pour eux soit hématogène.

Sur le chemin du flux lymphatique, la nature prévoit des «filtres» contenant tous les «extra» - microorganismes, anticorps et fragments cellulaires détruits. Les cellules tumorales tombent également dans un tel filtre, mais elles ne sont pas neutralisées, mais le clone malin commence à se diviser activement, donnant lieu à une nouvelle tumeur.

Initialement, on trouve les signes d’une lésion tumorale secondaire dans les ganglions lymphatiques régionaux, c’est-à-dire ceux qui se trouvent le plus près de l’organe touché par la tumeur et qui rencontrent d’abord la lymphe portant les éléments carcinomateux. Avec la progression de la maladie, les métastases se propagent davantage, capturant des groupes lymphatiques plus distants. Dans certains cas, les ganglions lymphatiques sont situés dans une autre partie du corps, ce qui indique un stade avancé de la tumeur et un pronostic très défavorable.

Un ganglion lymphatique élargi dans le cancer est une conséquence de la prolifération de cellules tumorales dans celles-ci, qui déplacent les tissus sains, remplissant le ganglion. Inévitablement, il y a une difficulté de drainage lymphatique.

Selon la structure histologique, les métastases correspondent généralement à la tumeur primitive, mais dans certains cas, le degré de différenciation est plus faible, de sorte que le cancer secondaire du ganglion se développe plus rapidement et de manière plus agressive. Il arrive souvent que la tumeur primitive ne se manifeste que par des métastases et que la recherche de leur source n’apporte pas toujours de résultats. Une telle lésion est appelée métastase d'un cancer provenant d'une source inexpliquée.

Présentant toutes les caractéristiques de la malignité, le cancer (métastase) des ganglions lymphatiques empoisonne le corps avec des produits métaboliques, augmente l’intoxication et provoque des douleurs.

Toute tumeur maligne commence tôt ou tard à métastaser, lorsque cela se produit - dépend de nombreux facteurs:

  • Age - plus le patient est âgé, plus les métastases apparaissent;
  • Les maladies concomitantes sous forme chronique, qui affaiblissent les défenses immunitaires, les immunodéficiences - contribuent à une croissance tumorale plus agressive et à une métastase précoce;
  • Stade et degré de différenciation - les grosses tumeurs, qui se développent dans la paroi de l'organe et endommagent les vaisseaux sanguins, se métastasent plus activement; plus le degré de différenciation du cancer est faible, plus les métastases se propagent plus tôt et plus rapidement.

Toutes les cellules tumorales d’un ganglion lymphatique ne se divisent pas et ne métastasent pas. Avec une bonne immunité, cela peut ne pas se produire ou surviendra après une longue période de temps.

Dans le diagnostic, l'indication d'une lésion métastatique ganglionnaire est indiquée par la lettre N: N0 - les ganglions lymphatiques ne sont pas atteints, N1-2 - métastases des ganglions lymphatiques régionaux (proches), N3 - métastases distantes, lorsque les ganglions lymphatiques sont situés à une distance considérable de la tumeur primitive, ce qui correspond à une quatrième, importante. stade du cancer.

Manifestations de métastases lymphogènes

Les symptômes du cancer des ganglions lymphatiques dépendent du stade de la maladie. Habituellement, le premier signe est leur augmentation. Si les ganglions lymphatiques superficiels sont atteints, ils peuvent être palpés sous forme de nodules simples agrandis ou de conglomérats qui ne sont pas toujours douloureux.

Ces métastases ganglionnaires sont facilement déterminées dans la région axillaire pour le cancer du sein, dans l'aine pour les tumeurs de l'appareil génital, dans le cou pour les maladies du larynx, de la cavité buccale, au-dessus et au-dessous de la clavicule dans le cas du cancer de l'estomac.

Si la tumeur affecte l'organe interne et que des métastases surviennent dans les ganglions lymphatiques situés profondément dans le corps, il n'est pas si facile de détecter leur augmentation. Par exemple, les ganglions lymphatiques mésentériques élargis avec cancer de l'intestin, les portes du foie avec carcinome hépatocellulaire, les petites et grandes courbures de l'estomac avec les tumeurs de la palpation de cet organe ne sont pas facilement disponibles, et des méthodes supplémentaires d'examen - échographie, tomodensitométrie, IRM viennent en aide au médecin.

Les grands groupes de ganglions lymphatiques métastatiques à l'intérieur du corps peuvent présenter des symptômes de compression des organes ou des vaisseaux près desquels ils se trouvent. Avec une augmentation des ganglions lymphatiques médiastinaux, une dyspnée, des troubles du rythme cardiaque et des douleurs thoraciques sont possibles, des collecteurs lymphatiques hypertrophiés mésentériques contribuent à la douleur et à la distension abdominale, ainsi qu'à des troubles digestifs.

Une hypertension portale se produit lorsque la veine porte est comprimée: le foie et la rate augmentent, le liquide (ascite) s'accumule dans la cavité abdominale. Les signes de difficulté à la sortie du sang par la veine cave supérieure, tels que l'enflure du visage et la cyanose, peuvent indiquer des lésions des ganglions lymphatiques atteints de cancer.

Dans le contexte des métastases, l'état général du patient change également: la faiblesse et la perte de poids augmentent, l'anémie progresse, la fièvre devient permanente et le fond émotionnel est perturbé. Ces symptômes indiquent une augmentation de l'intoxication, qui contribue largement à la croissance du cancer dans les ganglions lymphatiques.

Métastases lymphogènes dans certains types de cancer

Les types de cancer les plus courants sont les carcinomes de l'estomac, de la glande mammaire chez la femme, des poumons et du tractus génital. Ces tumeurs sont sujettes aux métastases des ganglions lymphatiques et les voies des cellules cancéreuses et la séquence des lésions du système lymphatique sont assez bien comprises.

Dans le cancer du sein, les premières métastases se trouvent dans les ganglions axillaires au deuxième stade de la maladie et, dans le quatrième, ceux-ci sont présents dans des organes distants. La dissémination lymphogène commence tôt et la cause de la recherche d'une tumeur n'est souvent pas une masse palpable dans la poitrine, mais un élargissement des ganglions lymphatiques dans la région axillaire.

Le cancer du sein se manifeste par la défaite de plusieurs groupes de ganglions lymphatiques - axillaire, okolovrudinnyh, supra - et sous-clavier. Si le cancer se développe à l’extérieur de la glande, il est logique d’attendre des métastases cancéreuses dans les ganglions lymphatiques situés sous l’aisselle, les lésions des segments internes entraînant la pénétration de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques situés le long du sternum. Les métastases des groupes indiqués de ganglions lymphatiques situés du côté opposé à la tumeur, ainsi que les lésions des ganglions du médiastin, de la cavité abdominale et du cou seront considérées comme lointaines.

Dans le cancer du poumon, les groupes de ganglions lymphatiques régionaux atteints, les premiers et les ganglions éloignés impliqués dans les stades avancés, sont identifiés Les ganglions lymphatiques paratrachéaux, bifurcations et péri-bronchiques situés près des bronches et de la trachée sont considérés comme régionaux, distal - supra et sous-clavien, médiastinal, cervical.

Dans les poumons, la propagation lymphogène du cancer se produit tôt et rapidement; elle est facilitée par un réseau bien développé de vaisseaux lymphatiques nécessaires au bon fonctionnement de l'organe. Le cancer central qui se développe à partir des grandes bronches est particulièrement sujet à cette dissémination.

Dans le cancer gastrique, les métastases dans les ganglions lymphatiques peuvent avoir une localisation particulière. Les premiers ganglions sont atteints le long de la grande et de la petite courbure antrale, puis les cellules atteignent les ganglions cœliaque (deuxième stade), il est possible de détecter un cancer gastrique dans les ganglions lymphatiques de l'aorte, la veine porte du foie.

Les types particuliers de métastases lymphogènes du cancer gastrique sont les noms des chercheurs qui les ont décrites ou qui les ont rencontrés pour la première fois. La métastase de Virchow affecte les ganglions lymphatiques supraclaviculaires gauches, la cellulose de Schnitzler de la région rectale, Krukenberg - les ovaires, Ayrisha - les ganglions lymphatiques sous le bras. Ces métastases parlent de dissémination distante d'une tumeur et d'un stade sévère de la maladie, quand un traitement radical est impossible ou peu pratique.

Les ganglions lymphatiques du cou sont atteints de tumeurs du plancher de la bouche, de la langue, des gencives, du palais, de la mâchoire, du larynx, de l'œsophage, de la thyroïde et des glandes salivaires. Les groupes de ganglions lymphatiques sous-maxillaires, cervicaux et occipitaux sont impliqués dans le processus pathologique. Des métastases à distance des ganglions lymphatiques cervicaux sont possibles avec les carcinomes du sein, du poumon et de l'estomac. Dans le cancer de la région buccale du visage, la propagation lymphogène se produit rapidement, ce qui est associé à un excellent apport lymphatique de cette zone.

En plus des métastases, les ganglions lymphatiques du cou peuvent former des tumeurs primitives - lymphomes, lymphogranulomatose, que l’on appelle également cancer du ganglion cervical. Dans certains cas, la détermination de la tumeur primitive ou de la métastase touchée aux ganglions du cou n’est possible qu’avec un examen complémentaire, notamment une biopsie.

Les ganglions lymphatiques dans le cou ont tendance à augmenter, pas seulement avec les métastases. Chacun de nous peut probablement trouver au moins un nodule élargi sous la mâchoire inférieure ou entre les muscles du cou, mais cela ne signifie pas nécessairement un cancer. Il ne faut pas paniquer, bien que trouver la cause ne fasse pas mal.

Les ganglions lymphatiques cervicaux et sous-maxillaires recueillent la lymphe de la cavité buccale, du larynx, du pharynx, de la mâchoire, qui présentent très souvent des modifications inflammatoires. Toutes sortes d'amygdalites, de stomatites et de caries sont accompagnées d'une inflammation chronique. Il n'est donc pas étonnant qu'il y ait une augmentation des ganglions lymphatiques régionaux. En outre, la zone de la bouche et des voies respiratoires supérieures est constamment occupée par divers micro-organismes qui, avec un courant lymphatique, pénètrent et se neutralisent dans les ganglions lymphatiques. Une telle amélioration de leur travail peut également conduire à une adénopathie.

Diagnostic et traitement des métastases ganglionnaires

Le diagnostic des métastases ganglionnaires repose sur leur palpation, si possible. Si vous soupçonnez une lésion des ganglions lymphatiques inguinaux axillaires et cervicaux, le médecin pourra les sentir partout, dans certains cas, la palpation et les ganglions lymphatiques internes - cœliaque, mésentérique.

Échographie des vaisseaux du cou

Pour confirmer les lésions métastatiques, appliquez des méthodes d'examen supplémentaires:

  • L'échographie est particulièrement utile lorsque les collecteurs lymphatiques situés à l'intérieur du corps sont agrandis - près de l'estomac, des intestins, de la porte du foie et de l'espace rétropéritonéal, dans la cavité thoracique;
  • CT, IRM - vous permettent de déterminer le nombre, la taille et l'emplacement exact des ganglions lymphatiques modifiés;
  • Ponction et biopsie - les moyens les plus informatifs de visualiser les cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques. Avec une biopsie, il est possible d’en supposer la source, afin de clarifier le type et le degré de différenciation du cancer.

Les études de génétique moléculaire visent à déterminer la présence de certains récepteurs ou protéines sur les cellules cancéreuses, qui peuvent être utilisés pour évaluer le type de cancer. De telles analyses sont notamment montrées lors de la détection de métastases provenant d'une source inconnue, la recherche n'ayant pas abouti.

Le traitement des métastases du cancer dans les ganglions lymphatiques comprend l'ablation chirurgicale, la radiothérapie et la chimiothérapie, prescrites individuellement en fonction du type et du stade de la maladie.

L'ablation chirurgicale des ganglions lymphatiques affectés est réalisée simultanément à l'excision de la tumeur elle-même, et l'ensemble du groupe de collecteurs régionaux qui ont pénétré ou pourraient obtenir des cellules cancéreuses subit une dissection des ganglions lymphatiques.

Pour de nombreuses tumeurs, on connaît les ganglions lymphatiques «sentinelles», où les métastases se produisent très tôt. Ces nœuds sont retirés pour un examen histologique et l'absence de cellules cancéreuses avec un degré de probabilité élevé indique l'absence de métastase.

Lors des manipulations sur la tumeur elle-même et sur les ganglions lymphatiques, le chirurgien agit avec une extrême prudence en évitant la compression des tissus, ce qui peut provoquer la dissémination des cellules tumorales. La prévention précoce de la ligature des cellules cancéreuses dans les vaisseaux sanguins est réalisée.

La chimiothérapie pour les métastases est presque toujours prescrite. Le choix des médicaments ou de leur association dépend du type de tumeur primitive et de sa sensibilité à des médicaments spécifiques. Dans le cancer gastrique, le 5-fluorouracile, la doxorubicine est le plus efficace, tandis que les tumeurs du sein se prescrivent au cyclophosphamide, à l'adriamycine, le cancer du poumon non à petites cellules étant sensible à l'étoposide, au cisplatine et au taxol.

S'il n'a pas été possible d'identifier le site de la tumeur primitive, le cisplatine, le paclitaxel, la gemcitabine, l'étoposide sont prescrits. Les médicaments à base de platine (cisplat en.) Sont efficaces pour les carcinomes mal différenciés qui affectent les ganglions lymphatiques. Pour les tumeurs neuroendocrines, le cisplatine et l’étoposide sont inclus dans le schéma thérapeutique.

L'objectif de la chimiothérapie dans les tumeurs métastatiques est d'inhiber la croissance et la propagation du processus malin. Il est prescrit avant la chirurgie (chimiothérapie néoadjuvante) pour la prévention des métastases et la destruction des micrométastases dans les ganglions lymphatiques et après la chirurgie (adjuvant) - pour prévenir de nouvelles métastases, dont le risque après une chirurgie de l'organe touché augmente.

La radiothérapie est plus importante dans les métastases hématogènes que les lymphogènes, mais la radiochirurgie ou le cyber-couteau peuvent être efficaces pour les ganglions lymphatiques, lorsque le cancer des ganglions lymphatiques est éliminé avec un faisceau de radiations agissant strictement sur le tissu touché. Cette méthode est justifiée en cas de métastases simples tardives apparaissant des années après le traitement, lorsque la réintervention peut être évitée.

La métastase des ganglions lymphatiques dans le cancer, quel que soit le type de tumeur primitive, caractérise la progression de la maladie, et le pronostic est pire, plus le nombre de cellules lymphocollecteurs impliquées dans la croissance du cancer est important. Les métastases ne répondent au traitement que chez un cinquième des patients pour lesquels le pronostic peut être favorable, dans les 80% restants, le traitement au stade métastatique vise à soulager les symptômes ou à prolonger la vie. En cas de métastases lymphogènes multiples de carcinomes faibles et non différenciés, l'espérance de vie est en moyenne de six mois ou d'un an et, dans le cas de cancers hautement différenciés, le pronostic est légèrement meilleur.