Combien vivent avec un cancer de la gorge (pronostic), photo d'un cancer

Lorsqu'il s'agit d'un cancer de la gorge, alors, dans la plupart des cas, cette tumeur maligne se développe dans l'un des services du larynx, moins souvent dans le pharynx (voir photo).

Le cancer du larynx représente environ 3 à 8% de tous les néoplasmes malins et il s’agit de la tumeur la plus courante dans la pratique du médecin ORL. Considérez les principaux aspects de ce problème et de son traitement.

Le cancer du larynx, c'est quoi?

Le cancer de la gorge est une tumeur maligne pouvant toucher différentes parties de l'hypopharynx. Il est capable d'une croissance exophytique (extérieure) et infiltrante (intérieure) et, au cours de son développement, produit des métastases lointaines et régionales. Le cancer du larynx est une tumeur d'une des sections de la gorge, le larynx.

Vous pouvez lire sur le traitement du cancer en Israël sur le site Web assutalex.org.il

En règle générale, cette éducation est détectée chez les patients âgés et séniles, mais elle peut également apparaître chez un enfant. Chez les hommes, le cancer de la gorge survient plusieurs fois plus souvent que les femmes.

Les femmes qui fument sont exposées à la maladie plusieurs fois plus que leurs voisines non-fumeurs. La maladie est plus fréquente chez les citadins que chez les ruraux.

Parmi les facteurs qui contribuent au développement de cette pathologie, il y a tout d’abord le tabagisme. Une certaine importance est attachée aux risques professionnels (poussière, inhalation de gaz, etc.), à l’alcool, à l’augmentation de la charge sur la voix (chanteurs, enseignants, etc.).

Souvent, une tumeur cancéreuse se développe dans le contexte des conditions pathologiques déjà existantes de l'hypopharynx. Ainsi, chez environ la moitié des patients, un cancer de la gorge s'est développé sur fond de laryngite chronique (forme hyperplasique).

C'est important! Le reflux gastro-oesophagien est un autre facteur de risque, car le contenu acide de l'estomac et de l'œsophage irrite en permanence la zone hypopharyngée, ce qui peut entraîner une dégénérescence des cellules malignes, ainsi que la papillomatose juvénile.

Une tumeur à la gorge peut se former sous une forme mature (kératinisante, différenciée) ou immature (plus maligne, faiblement différenciée).

Une tumeur mature se développe plus lentement, elle est moins susceptible de métastaser à des périodes ultérieures. Le cancer mal formé non mûr se développe beaucoup plus rapidement et les métastases précoces vers d'autres organes et tissus.

C'est important! Les métastases sont un foyer secondaire de la croissance des cellules tumorales. C'est à dire À partir de la tumeur primitive, les cellules cancéreuses se propagent à d'autres organes et tissus, donnant lieu à d'autres néoplasmes.

En fonction de la zone affectant la tumeur, émettez:

1. Cancer du pharynx. C'est rare et principalement chez le mâle. Les carcinomes et les sarcomes se développent généralement dans cette zone. Les premiers symptômes sont très rares, mais il est plus facile d'inspecter cette section. Il y a donc beaucoup de chances de détecter une tumeur à ses débuts.

2. Cancer de la partie supérieure du larynx. Une des tumeurs les plus défavorables en termes de survie du patient. Il se produit dans 15-20% des cas. Cette région est bien alimentée en sang; par conséquent, avec le développement du processus tumoral, une métastase étendue et précoce se produit.

Les premiers signes de cancer du larynx sont très faibles et les patients les confondent souvent avec l'inflammation et l'infection. Cela conduit au fait que la pathologie est diagnostiquée dans les stades avancés.

3. Tumeur de la partie médiane du larynx. Il survient chez plus de la moitié des patients, il s’agit d’une forme de cancer «favorable» au pronostic.

Le néoplasme apparaît généralement sur les cordes vocales - cette région a peu de ganglions lymphatiques, de sorte que les métastases ne sont pas observées du tout ou se développent très tardivement. Cliniquement, les patients le remarquent beaucoup plus tôt en raison de l'apparition de problèmes de voix.

4. Cancer de la partie inférieure du larynx. Rarement rencontré. Cette section est riche en vaisseaux lymphatiques et est bien alimentée en sang; la métastase de la tumeur est donc précoce.

Les premiers symptômes du cancer du larynx

L’un des traits désagréables de ces néoplasmes est la faiblesse de leurs symptômes aux premiers stades. Les premiers signes de cancer de la gorge ne se manifestent pas du tout ou sont simplement ignorés par le patient, qui lui attribue un rhume ou une autre pathologie.

Considérez les symptômes du cancer du larynx à ses débuts:

  1. Sécheresse, inconfort, brûlure dans la gorge.
  2. Sensation de coma et de corps étranger.
  3. Difficulté à avaler la salive, les aliments solides.
  4. Douleur au cou et aux oreilles.
  5. Enrouement, change de timbre.

Ces symptômes rares font que le cancer du larynx est détecté au cours des stades avancés ou lors d'un examen programmé au hasard par un médecin ORL. Les symptômes du cancer de la gorge chez les femmes et les hommes ne diffèrent pas entre eux, sauf que les femmes sont plus attentives à leur santé et que le processus est détecté plus tôt - mais cela dépend non pas du sexe, mais des qualités personnelles de la patiente.

Signes et symptômes du cancer du larynx

Les symptômes du cancer du larynx dépendent du stade, de la présence de métastases et du type de cancer. À différents stades du patient, les symptômes suivants peuvent être préoccupants:

  1. Inconfort dans la gorge. La douleur dans le cancer de la gorge apparaît dans les derniers stades, lors de la formation d'une compression des terminaisons nerveuses. Ces douleurs sont très prononcées et ne cessent pas de prendre des analgésiques conventionnels.
  2. Difficulté à avaler. Tout d'abord, l'utilisation d'aliments solides pose des problèmes, puis la tumeur grossit et le patient avale à peine la salive et l'eau.
  3. Fatigue, surdité de voix.
  4. Toux
  5. Gonflement dans le cou.
  6. Augmentation des ganglions lymphatiques régionaux.
  7. Violation de l'état général: faiblesse, perte d'appétit, perte de poids et autres.

La maladie se manifeste également par d’autres symptômes, en particulier lorsque la tumeur se métastase à d’autres organes; le tableau clinique est donc largement déterminé par le type et le stade de la néoplasie.

Degré de cancer de la gorge

Presque toutes les tumeurs peuvent être classées selon le système TNM international, où T est la taille de la tumeur primitive même, N les métastases régionales et M les métastases distantes. Selon cette classification, le larynx est divisé schématiquement en zones distinctes de manière à pouvoir évaluer la prévalence du processus pathologique.

La taille de la tumeur primitive est estimée comme suit:

  • T1 signifie que la tumeur s'est propagée à l'un des éléments anatomiques du larynx et ne la dépasse pas;
  • T2 - la tumeur occupe complètement l'un des éléments anatomiques du larynx;
  • T3 - le processus pathologique a dépassé les limites d'un élément anatomique du larynx;
  • T4 dit que la tumeur s'est déjà étendue au-delà du larynx et qu'il existe des métastases à distance.

Alors, évaluez le degré de dommage aux ganglions lymphatiques régionaux (proches):

  • Les ganglions lymphatiques N0 ne sont ni hypertrophiés ni palpables;
  • N1 - les ganglions lymphatiques unilatéraux sont palpables;
  • N2 - les grands ganglions lymphatiques sont palpés, soudés ensemble.

Sur la base de ces critères, le cancer de la gorge est divisé en 4 étapes. Le premier est T1N0M0, qui doit être compris comme une tumeur de l’un des éléments anatomiques du larynx, sans métastases, les ganglions lymphatiques à proximité ne sont pas touchés. L'étape 4 peut être écrite en T2N3M0. Ces données sont nécessaires à un spécialiste pour choisir un traitement efficace contre le cancer du larynx au stade 4.

Diagnostic du cancer de la gorge

Le diagnostic précoce est basé sur des symptômes à peine perceptibles qui vous font suspecter la présence d'une tumeur. Ainsi, la sécheresse constante, les chatouillements et l'inconfort de la gorge devraient alerter le patient et le spécialiste du cancer du larynx.

C'est important! La similitude des manifestations avec la laryngite et la pharyngite (processus inflammatoires du pharynx pharyngé) est une cause fréquente d'erreurs de diagnostic aux premiers stades;

La reconnaissance précoce de la tumeur facilitera l’inspection régulière du larynx à l’aide d’outils spéciaux et d’un endoscope.

Le diagnostic final ne peut être fait que sur la base d'un examen histologique. Pour ce faire, retirez un petit morceau de tissu suspect (biopsie) et examinez-le au microscope.

TDM, IRM. Les ultrasons et les rayons X sont utilisés après confirmation du diagnostic de cancer de la gorge pour clarifier la prévalence du processus et la présence de métastases régionales ou distantes.

Traitement du cancer du larynx

Il existe plusieurs approches pour le traitement du cancer du larynx, en fonction du stade, de la structure cellulaire et de la région où il se trouve. Les principales méthodes de traitement sont la radiothérapie, la chirurgie et la chimiothérapie.

  1. Dans la première étape, la radiothérapie est généralement choisie. En outre, ils peuvent effectuer une intervention chirurgicale, enlever la tumeur puis procéder à une radiothérapie.
  2. Dans la deuxième étape, une combinaison de méthodes de rayonnement et chirurgicales est choisie. Tout d'abord, le cancer est enlevé, puis les vaisseaux et les nœuds lymphatiques sont irradiés.
  3. Dans la troisième étape, le traitement est approximativement le même: la tumeur est enlevée et les voies de drainage lymphatiques sont irradiées.
  4. Au quatrième stade, la chimiothérapie est utilisée car les traitements chirurgicaux et radiologiques ne sont plus efficaces. En outre, ils suivent un traitement palliatif: ils soulagent la douleur et préservent la qualité de vie du patient.

Combien vit avec le cancer de la gorge (prévision)

La survie dans le cancer de la gorge dépend du type de tumeur et du stade auquel elle a été constatée et le début du traitement.

Le pronostic le plus favorable pour le cancer de la partie moyenne du larynx, détecté au stade 1. Ici, la survie du patient à cinq ans est supérieure à 80%. En ce qui concerne les tumeurs d'autres localisations et stades, les nombres sont respectivement inférieurs.

Il n'y a pas de réponse précise à la question de savoir combien vivent-ils en cas de cancer de la gorge à 4 degrés. La survie dépend du type de tumeur, ainsi que du traitement que le patient peut se permettre.

Le cancer de la gorge (larynx) est un diagnostic difficile, à la fois pour le patient et pour ses proches, mais ce n'est pas une phrase. La détermination de la maladie aux premiers stades et un traitement approprié vous permettent de faire face à ce problème. Pour ce faire, ne négligez pas les inspections planifiées d'un spécialiste et, si possible, supprimez les facteurs de risque de cette maladie.

Métastases dans la gorge: combien vivent?

La métastase est le processus oncologique qui a débuté dans certains organes du corps humain et s'est étendu à d'autres régions. Mais il est toujours classé par type de cancer initial. Dans cette situation, les oncologues réparent une lésion secondaire.

Les métastases dans la gorge se développent généralement à partir de lésions primaires ayant une certaine structure histologique:

  • cancer kystique lymphoïde ou adénocarcinome qui s'étend généralement dans l'espace buccal;
  • les tumeurs malpighiennes constituées de cellules anormales plates recouvrant la muqueuse des organes creux, des vaisseaux sanguins, des voies respiratoires, du tube digestif, etc.
  • carcinome neuroendocrine (constitué par exemple de cellules de Merkel).

Ces types de cancer touchent principalement les mêmes organes que ceux qui transmettent les tissus malins par le système lymphatique ou par la circulation sanguine.

Les symptômes

L'apparition des symptômes est directement liée à la localisation exacte des métastases. Ils affectent une partie de la gorge ou la totalité de la gorge, ce qui commence par l'espace situé derrière le nez et se termine par le début de l'œsophage.

Selon la zone touchée, les patients présentent les symptômes suivants:

  • sensation constante d'inflammation;
  • décoloration de la muqueuse buccale;
  • la présence d'ulcères et de plaies sujettes aux saignements;
  • gonflement des tissus de la bouche;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques;
  • problèmes de respiration;
  • difficulté à parler;
  • douleur déraisonnable au cou, à l'oreille et inconfort douloureux à avaler;
  • bourdonnant dans les oreilles.

Signes de métastases dans la gorge

Comme pour la tumeur primitive, l'invasion métastatique s'exprime sous l'une des formes suivantes:

  1. Papillaire: l'éducation se développe sous la membrane muqueuse.
  2. Infiltrant: ressemble à une masse inconfortable. Il est caractérisé par des bords distincts, mais avec la présence de fluide à l'intérieur.
  3. Ulcératif: bords saignants irréguliers, parfois parfois immédiatement avec nécrose tissulaire.

Diagnostics

La pénétration de tissus anormaux peut être diagnostiquée par les méthodes suivantes:

  1. L'endoscopie est une procédure réalisée à l'aide d'un endoscope. Il s’agit d’un instrument à tubes minces doté d’un dispositif permettant de prélever des échantillons lors du façonnage.
  2. Une biopsie prévoit des tests en laboratoire des particules suspectes par aspiration à l'aiguille fine ou par excision de la totalité de la tumeur, si possible.
  3. Une des méthodes d'imagerie: scanner, IRM ou TEP. Techniquement effectué de différentes manières, l’objectif principal est de produire des images détaillées du nasopharynx.
  4. Test d'identification des marqueurs tumoraux: un échantillon de sang est analysé pour détecter les concentrations élevées de certaines substances associées à certains types de cancer. En particulier, l’accent est mis sur l’alpha-foetoprotéine et la gonadotrophine chorionique bêta-humaine.

Traitement et enlèvement

Les effets traditionnels sur les masses métastatiques orales comprennent:

  1. La radiothérapie, représentée par les méthodes modernes avancées:
  • Radiothérapie conformationnelle tridimensionnelle, qui permet à de fortes doses de rayonnement de se diriger directement vers la formation avec un risque minimal pour les cellules normales.
  • Tomothérapie: fournit un rayonnement d'intensité variable à l'aide de dispositifs rotatifs modélisés sous forme de feuilles. Plus le nombre de directions est important, plus la dose qui atteindra directement la cible sera importante, sans affecter les autres zones.
  • Les radiosensibilisateurs qui contribuent à la susceptibilité des cellules cancéreuses aux radiations. Ces médicaments agissent en augmentant le taux d'oxygène généralement bas dans les cellules cancéreuses.
  1. Métastases dans la gorge - le traitement prévoit l’utilisation de la chimiothérapie, qui repose sur des médicaments individuels ou leur combinaison. Platinol, Paraplatin, Methotrexate, Bléomycine et 5-FU sont souvent recommandés.
  2. Les récepteurs du facteur de croissance épidermique sont de petites protéines situées à la surface des cellules et associées exclusivement aux éléments qui favorisent la croissance. Ils inhibent le développement du processus malin en facilitant la mort des cellules cancéreuses. Ceux-ci comprennent:
  • «Iressa» est un médicament particulièrement efficace dans le cancer métastatique. Il vous permet d'augmenter la durée de vie de 2-4 mois.
  • Anticorps monoclonaux visant la destruction d'éléments tumoraux, en particulier IMC-22 («Erbitux»).
  1. L'élimination des métastases dans la gorge est un moyen important de contrôler la maladie. Cependant, avec les métastases, l'efficacité est établie par le médecin traitant. Les options possibles sont associées à la localisation exacte de l'extension et représentent:
  • Hordectomie: excision des cordes vocales uniquement.
  • Une laryngectomie épiglottique prévoit une opération dans la partie supérieure de la gorge.
  • Hémilaringectomie: la moitié du larynx est enlevée, mais la voix reste.
  • La laryngectomie partielle ou complète est associée à la nécessité de ne retirer qu'une partie du larynx ou la structure entière.

Métastases dans la gorge - photo:

Métastases dans la gorge: comment prolonger la vie?

La médecine mène constamment des essais cliniques. Actuellement, de nouvelles techniques peuvent améliorer les résultats pronostiques si une métastase à la gorge est diagnostiquée chez une personne:

  1. La thérapie génique implique la manipulation de gènes afin de corriger les changements anormaux en remplaçant le gène. L'attention est focalisée sur le gène p53, qui participe à la pénétration des tissus oncologiques.
  2. Thérapie photodynamique: le concept est basé sur le fait que la lumière d'un laser qui améliore les agents photosensibilisants peut tuer des unités oncologiques sans affecter les tissus sains.
  3. Nouveaux médicaments chimiothérapeutiques:
  • “Doksil”: contrairement à son prédécesseur, une fois testé, il a augmenté le taux de survie de 8 mois à 10 mois, tout en réduisant les effets secondaires;
  • Le «paclitaxel» ​​et le «5-FU» ont montré un effet positif en cas d'influence métastatique
  • Taxotere, associé à Platinol, a également montré une activité anticancéreuse réconfortante.

Combien reste-t-il à vivre si malade?

Avec le cancer envahissant la gorge, l'espérance de vie moyenne est de 8 mois. La survie médiane globale varie de 5 à 9 mois et dépend des mesures thérapeutiques prises.

Après un traitement traditionnel avec une seule lésion, le taux de survie à trois ans est de 28%. Avec une pénétration parallèle dans les ganglions lymphatiques de la gorge, les statistiques s'aggravent et indiquent environ 20%.

L'utilisation d'un traitement combiné avec des méthodes innovantes vous permet de rester en vie pendant au moins 6 mois, par rapport au traitement traditionnel.

Malheureusement, les métastases dans la gorge ne sont pas un bon signe, mais la recherche médicale moderne s'améliore constamment et vous permet de gérer la condition et la durée de vie du patient atteint de cancer.

Cancer du larynx: symptômes, signes du stade initial, comment identifier et traiter

Le cancer de la gorge est une tumeur maligne, qui a une structure principalement squameuse et se développe à partir de l'épithélium muqueux. La maladie touche principalement les hommes âgés de 40 à 75 ans vivant en ville. Dans les zones rurales, cette pathologie se développe beaucoup moins fréquemment, ce qui est associé à la pollution maximale de l'atmosphère dans une grande ville par les émissions provenant des transports, des installations industrielles et des centrales électriques.

Le néoplasme est situé dans l'une des trois parties du larynx - supérieure, moyenne et inférieure:

La tumeur du larynx du larynx est la plus maligne, à croissance rapide et métastatique précoce. C'est la forme la plus agressive d'une tumeur, qui a un pronostic défavorable et conduit presque toujours au smetri. La tumeur est diagnostiquée assez souvent et devient une cause d'insuffisance respiratoire et de phonation.

  • Le cancer des cordes vocales est plus rare et moins malin. Cette forme de pathologie se caractérise par une évolution plus favorable et lente, une propagation rare de métastases.
  • La tumeur du larynx submental ne se développe que très rarement, elle se caractérise par une croissance infiltrante, des lésions des vaisseaux sanguins et des ganglions lymphatiques, est détectée tardivement et présente un parcours caché et un pronostic défavorable.
  • Le cancer exophytique du larynx se développe dans la lumière du corps, a une surface grumeleuse et des limites claires. Il est considéré comme moins agressif, il se développe lentement et ne métastase pas en pratique. La tumeur endophyte se développe profondément dans les tissus, s'ulcère souvent et n'a pas de limites prononcées. Une tumeur de type mixte, localisée au seuil du larynx, est caractérisée par la propagation active de métastases aux ganglions lymphatiques, par un développement rapide et par des récidives fréquentes.

    Le cancer de la gorge chez la plupart des patients a une structure squameuse. Certaines personnes ont un cancer glandulaire, un cancer basocellulaire et un sarcome. Le carcinome épidermoïde peut être de deux types: kératinisant et non kératinisant. La première forme est une formation tubéreuse à croissance exophytique et la seconde est une ulcération et une érosion de la membrane muqueuse du larynx.

    Les symptômes de la maladie dépendent de la localisation de la tumeur. Les patients présentent des troubles respiratoires, des troubles de la voix, des douleurs, une dysphagie, une toux, une cachexie. Les symptômes du cancer du larynx sont considérés comme assez vagues et créent certaines difficultés pour le diagnostic.

    L'espérance de vie des patients atteints d'un cancer du larynx dépend des visites effectuées en temps utile chez un oncologue et d'un traitement bien choisi. Les personnes âgées développent la maladie et sont plus lentes que les jeunes. Les caractéristiques de la réactivité du corps du patient jouent un rôle important dans la détermination de la durée de la vie. Plus le corps résiste à la pathologie, plus le patient vivra longtemps. La localisation d'une tumeur maligne a un effet important sur l'espérance de vie. Le cancer des cordes vocales a une évolution plus longue et plus favorable que les tumeurs d'autres parties du larynx. Si le cancer se propage à la racine de la langue et au laryngopharynx, si le patient a des ganglions lymphatiques fixes, le pronostic sera défavorable dans 100% des cas.

    Étiologie

    Les facteurs étiologiques de cette pathologie ne sont pas entièrement compris et ne sont pas scientifiquement prouvés. La cause du cancer du larynx est une dégénérescence maligne des cellules initialement normales. Certains facteurs provoquent ce processus et augmentent le risque de développer la maladie.

    Ceux-ci comprennent:

    1. Tabagisme actif et passif. La nicotine, le goudron et d'autres produits de combustion ont un effet cancérigène. Le facteur de température a un effet néfaste sur la membrane muqueuse de la gorge.
    2. Alcoolisme Les boissons fortes irritent l'épithélium et peuvent causer des brûlures aux muqueuses.
    3. Exposition prolongée à la poussière, aux gaz et à l'hyperthermie.
    4. Non-respect de l'hygiène personnelle.
    5. La vieillesse
    6. Sexe masculin.
    7. Prédisposition héréditaire.
    8. Lésion traumatique du larynx et brûlures de la membrane muqueuse.
    9. Inflammation chronique du larynx.
    10. Oesophagite par reflux.
    11. Papillomatose - infection par le virus du papillome humain.
    12. Conditions environnementales défavorables.
    13. Tension régulière des cordes vocales chez les personnes des professions de la parole vocale.

    Le groupe à risque comprend les personnes ayant des antécédents de maladies précancéreuses: hyperplasie, kératose, leucoplasie, granulomes, pachydermie, ulcères de contact, polypes, fibromes, cicatrices postyphilitiques ou post-brûlures du larynx.

    Symptomatologie

    Les premiers stades de la maladie ne se manifestent pas et ne ressemblent pas à un rhume banal. À cela s’ajoute la difficulté de diagnostiquer le cancer du larynx.

    Les patients développent des douleurs laryngées régulières, des problèmes de déglutition, un gonflement du cou, des changements de la voix. De tels signes cliniques sont perçus par les patients comme une manifestation d’une infection virale ou d’une allergie. Le syndrome d'intoxication est toujours présent dans le cancer et se manifeste par une pâleur de la peau, un malaise, des nausées, une somnolence ou une insomnie, une cachexie.

    Après un certain temps, des taches blanches et de petits ulcères apparaissent sur la muqueuse laryngée. La douleur à la déglutition augmente, devient coupante et assez intense. Pour cette raison, les patients essaient de manger moins souvent, leur corps est épuisé. Une toux sèche ou humide prolongée tourmente les malades et est difficile à traiter. Les patients cancéreux se plaignent d'une sensation de manque d'air et d'une sensation de coma dans la gorge, de maux d'oreille paroxystiques, de sautes de température corporelle. Les symptômes de la désagrégation de la tumeur sont une hémoptysie et une haleine putride.

    Le timbre de la voix change, un enrouement et un enrouement apparaissent - incapacité de parler fort. Ces symptômes indiquent une lésion des cordes vocales. La violation de la fonction vocale est appelée dysphonie et a une origine fonctionnelle ou organique.

    La nature et l'étendue des troubles sont déterminées par la taille, le stade et le type de croissance d'une tumeur maligne. Les symptômes du cancer de la gorge dépendent également de l'emplacement de la tumeur:

    1. La principale manifestation du cancer de l'épiglotte est la douleur, due à l'irritation des terminaisons nerveuses et à sa déformation. Les patients sont étouffés par la nourriture car l'épiglotte déformée ne bloque pas complètement l'entrée du larynx.
    2. Le cancer de la partie supérieure se manifeste par une voix grossière, des nausées et des sensations désagréables dans la gorge. Les symptômes du cancer de cette localisation apparaissent assez tardivement, ce qui entraîne une visite tardive chez le médecin et aggrave le pronostic de la pathologie.
    3. Le cancer de la partie médiane est causé par des dommages aux cordes vocales. Chez les patients avec voix perturbée ou disparaît complètement. Ils se lassent rapidement pendant une conversation et arrêtent de parler. Peu à peu, l'enrouement et l'enrouement augmentent, la sonorité de la voix disparaît. Avec ezkofitnom, il se produit des difficultés respiratoires.
    4. Le cancer de la partie inférieure du larynx se caractérise par l’absence de symptômes au stade initial de la maladie. Les patients ont une toux sèche. Il devient douloureux et paroxystique, acquiert un cours prolongé. La cause de la toux est une irritation de la muqueuse du larynx. Si la tumeur grossit de manière intensive et atteint une taille considérable, le patient présente un essoufflement et des crises d'asthme.

    Les différences dans les manifestations cliniques du cancer du larynx chez les femmes et les hommes sont absentes.

    Il existe 4 stades de cancer du larynx:

    • Le stade zéro ou précancéreux se caractérise par l'absence de signes cliniques majeurs. Des cellules atypiques sont présentes dans le corps, mais elles n'ont pas encore formé de tumeur. Le diagnostic de la pathologie est extrêmement rare.
    • Stade 1 - tumeur se présentant sous la forme d'un ulcère ou d'un tubercule, située dans un département du larynx et ne se propageant pas dans les autres. Chez les patients avec la voix et le bien-être général ne change pas.
    • Étape 2 - une néoplasie occupe tout le département et n'affecte pas les structures voisines. Apparaît enrouement, pas de métastases.

    cancer de gorge de stade 3

    • Stade 3 - La tumeur envahit toutes les parois du larynx, se propage en 2 ou 3 sections et perturbe la mobilité du larynx. Chez les patients, la voix change considérablement ou disparaît complètement. Les ganglions lymphatiques cervicaux et régionaux augmentent, des métastases y apparaissent.
    • Étape 4 - la tumeur devient énorme et peut bloquer toute la lumière du larynx. En même temps, tous les tissus adjacents sont touchés: la glande thyroïde, la trachée, l'œsophage. Les métastases sont présentes dans presque tous les ganglions lymphatiques et autres organes. Le traitement du cancer du larynx quatrième degré ne peut pas être. Les patients ne reçoivent qu'un traitement de soutien et un traitement antalgique. La quatrième étape de la pathologie est la dernière. Au cours de cette période, développez des processus irréversibles dans le corps, entraînant la mort du patient.

    Diagnostics

    Les premiers signes de cancer du larynx sont détectés par les patients eux-mêmes et servent de signal d'alarme. Si les ganglions lymphatiques restent dilatés pendant 3 semaines ou plus, la déglutition devient difficile, le visage enfle constamment, la voix devient soudainement agitée ou disparaît complètement. Vous devriez consulter un médecin.

    Le diagnostic du cancer du larynx commence par la collecte des plaintes, l'anamnèse, l'examen médical général et la palpation du cou. Maux de gorge et enrouement - symptômes caractéristiques d'un certain nombre de maladies: laryngite, pharyngite, amygdalite. C'est pourquoi les patients sont souvent mal traités et que le cancer est détecté aux stades avancés.

    La palpation vous permet d'évaluer la configuration et le volume de la tumeur, ainsi que sa localisation par rapport aux tissus voisins. Le patient se penche en avant et le médecin palpe les ganglions lymphatiques cervicaux et les muscles et tire une conclusion sur la présence de métastases.

    Méthodes de diagnostic médical - laryngoscopie, radiographie, échographie, scanner et IRM, biopsie.

    1. Laryngoscopie - examen de la surface interne du larynx à l'aide d'outils spéciaux introduits dans la cavité buccale. La laryngoscopie indirecte est réalisée pour les adultes avec un miroir et une source de lumière. La procédure se déroule directement dans l'ENT. Après une anesthésie locale, le patient tire la langue et le médecin insère un miroir et une lampe dans la cavité buccale. Au cours de l'étude pour la divulgation de la glotte, le patient doit dire: "aaaa". Cette procédure dure 5 minutes et est considérée comme obsolète, ne permettant pas au médecin d'évaluer complètement l'état du larynx. La laryngoscopie directe est réalisée chez les enfants et les patients gravement malades en insérant un laryngoscope flexible dans le nez, muni d’une lanterne. Cette méthode de recherche est considérée comme plus informative, vous permettant d’inspecter les trois sections du larynx. Après anesthésie locale, un spécialiste insère un laryngoscope dans le larynx par les voies nasales et procède à une inspection. Il s'agit d'une procédure désagréable au cours de laquelle des nausées et des malaises surviennent souvent. La laryngoscopie directe vous permet de sélectionner le matériel pathologique à examiner au microscope. À l'aide de la laryngoscopie, il est possible d'évaluer l'état d'une certaine partie du larynx et de l'épiglotte.

    tomodensitométrie du larynx

    CT, IRM - méthodes instrumentales permettant de déterminer le degré de cancer et la germination de la tumeur dans le tissu sous-jacent.

  • L'échographie du cou et du système lymphatique permet d'évaluer l'état des ganglions lymphatiques et d'identifier les ganglions présentant des métastases non détectées lors de la palpation. Le cancer proposé apparaît sur le moniteur comme une structure hétérogène qui forme une ombre distale d’intensité différente sur différents sites de la tumeur.
  • Le diagnostic de laboratoire: une analyse de sang pour les marqueurs tumoraux - les produits métaboliques des néoplasmes malins.
  • Enquête sur la fonction vocale.
  • Traitement

    Actuellement, un traitement complet du cancer du larynx. La diététique, la radiothérapie, l'ablation chirurgicale de la tumeur et la chimiothérapie sont utilisées.

    Thérapie de régime

    Les patients sont invités à utiliser principalement des aliments à base de légumes comprenant des légumes, des fruits, des herbes, des baies et des haricots. Vous pouvez inclure dans le régime alimentaire des variétés diététiques de viande et de graisses d'origine végétale. La préférence doit être donnée au poulet, à la dinde, à la viande de lapin, aux olives et à l'huile de tournesol raffinée. Les produits à base d'acide lactique ayant une durée de vie minimale sont utiles pour les patients atteints de cancer.

    Il est nécessaire d'exclure du régime le thé fort et le café, les boissons gazeuses, les viandes fumées, les cornichons, les cornichons, les conserves. Le sucre est préférable pour remplacer le miel. Les portions doivent être petites et les aliments fractionnés. Il est nécessaire de bien mastiquer les aliments.

    Radiothérapie

    Le traitement du carcinome épidermoïde du larynx commence généralement par une irradiation, car ce type de tumeur est le plus sensible à la radiothérapie. La radiothérapie consiste à exposer les structures génétiques des cellules cancéreuses à des rayonnements à haute fréquence, ce qui inhibe le processus de division. Cette méthode de traitement ralentit la croissance d'une tumeur ou la détruit complètement. Dans le cancer du larynx, grade 3, tout le cou est irradié pour réduire la taille de la tumeur et, deux semaines plus tard, il est éliminé ainsi que la partie du larynx ou de l’organe complet présentant des métastases régionales.

    La radiothérapie est de deux types:

    • Externe - l'appareil a à côté du patient, ses rayons sont directement dirigés vers la tumeur.
    • Interne - une aiguille ou un fil radioactif est amené directement à la tumeur.

    Actuellement, les radiosensibilisants sont prescrits aux personnes qui reçoivent certaines doses de rayonnement. Ce sont des agents qui augmentent la sensibilité des cellules cancéreuses aux rayonnements ionisants. Ils vous permettent de calculer correctement la dose minimale qui n'endommage pas les tissus sains du corps. La radiothérapie est réalisée simultanément avec une oxygénation hyperbare.

    Les complications et les effets secondaires de la radiothérapie comprennent: bouche sèche, maux de gorge, caries, changements de la voix, altération du sens de l'odorat et du toucher, lésions cutanées sur le site de l'exposition.

    Après la radiothérapie, les patients subissent une longue période de rééducation. Un corps affaibli a besoin de repos, de repos et d'air frais. Les médecins chargés de préserver l’immunité prescrivent des vitamines et des immunomodulateurs.

    Traitement chirurgical

    Les principaux types de chirurgie:

    1. La résection laryngée est une chirurgie préservant les organes, efficace aux stades 1 et 2 de la maladie.
    2. Laryngectomie totale - élimination de tout le larynx avec les tissus environnants et imposition ultérieure d'une trachéotomie.
    3. Laryngectomie partielle ou hémilaringectomie - retrait d'une partie du larynx atteinte par une tumeur. Cette opération est plus bénigne pour le patient.
    4. Hordectomie - retrait d'une ou des deux cordes vocales.

    Actuellement, l'élimination de la tumeur au laser est assez souvent effectuée. Il s'agit d'une nouvelle méthode extrêmement efficace pour éliminer les tumeurs malignes. La chirurgie au laser présente plusieurs avantages. Il est facilement toléré par les patients, ne provoque ni douleur ni inconfort, se caractérise par une courte période de rééducation et l’absence de complications postopératoires. Le laser affecte peu les tissus environnants et coagule les vaisseaux sanguins.

    Chimiothérapie

    La chimiothérapie complète les traitements radiologiques et chirurgicaux. Des cytostatiques sont prescrits aux patients, des médicaments qui inhibent la croissance tumorale et suppriment les cellules cancéreuses.

    Les médicaments cytotoxiques sont administrés par voie orale, intramusculaire, intraveineuse ou directement dans l'organe affecté. La polychimiothérapie intra-artérielle, qui implique un cathétérisme de l'artère carotide externe, est particulièrement populaire. La chimiothérapie n'est efficace que pour le cancer de la partie supérieure du larynx. Il a de nombreux effets secondaires et nécessite un traitement de restauration supplémentaire.

    Les effets secondaires de la chimiothérapie incluent: perte de cheveux, affaiblissement du système immunitaire, perturbation du tractus gastro-intestinal.

    Médecine populaire

    Le traitement traditionnel du cancer du larynx n’est qu’une méthode auxiliaire et n’est pratiqué qu’après consultation d’un spécialiste. Remèdes populaires efficaces: teinture de laurier, décoction d'arizéma japonais, décoction ou teinture d'une chaussure tachetée, jus d'un boléus affligé.

    Prévention

    Activités pour prévenir la formation de cancer du larynx:

    • Renforcement de l'immunité
    • Traitement des maladies des voies respiratoires supérieures,
    • Enlèvement rapide des polypes et autres tumeurs bénignes du larynx,
    • Une bonne nutrition avec une prédominance dans le régime alimentaire des légumes, des fruits, des produits laitiers,
    • Lutte avec de mauvaises habitudes,
    • Mode de vie actif
    • Protection contre les effets de cancérogènes potentiels,
    • L'hygiène buccale,
    • Passage d’examens professionnels réguliers.

    Métastases dans la gorge

    La moitié antérieure du cou, chez le commun des mortels "gorge", est en réalité une concentration d'un ensemble complexe d'organes et de tissus qui assurent le fonctionnement normal d'une personne.

    C’est ici que la voie générale entre l’air et les aliments absorbés par le pharynx est divisée en deux passages supérieurs: le larynx et le haut de l’œsophage.

    C’est là que les vaisseaux qui fournissent au cerveau l’oxygène frais passent.

    C'est ici que se situent superficiellement les plexus des nerfs, une irritation excessive pouvant perturber le fonctionnement du cœur.

    Ce n'est que dans cet endroit que vous pouvez évaluer et sonder visuellement la seule de toutes les glandes endocrines, située superficiellement, immédiatement sous la peau - la glande thyroïde.

    Mais c’est cette fonction limite du pharynx et du larynx qui est à l’origine de la plus fréquente des tumeurs malignes du cou à partir de leurs tissus en formation, réunies dans le concept de "cancer de la gorge".

    Dans le pharynx, il existe trois zones anatomiques de haut en bas:

    Le plus souvent, les tumeurs malignes de ce composant de la gorge surviennent dans le nasopharynx (voûte et surfaces latérales) et ont un pronostic grave en raison de la germination des os du crâne dans les sinus de l'air.

    Dans d'autres régions du pharynx, les tumeurs sont rares.

    La division des régions anatomiques du larynx se produit par rapport aux cordes vocales:

    1. Nadvyazochny (avec l'épiglotte, qui couvre l'entrée des voies respiratoires lors de l'ingestion) département
    2. Département ligament
    3. Sous-reliure

    Chacune des localisations a ses caractéristiques pronostiques en cas de tumeurs malignes.

    Le département supravasculaire du larynx est le plus souvent touché par le cancer (65%), le processus se développe rapidement et le cancer se métastase tôt.

    Le cancer des cordes vocales est plus long, ce qui permet de le détecter à un stade précoce et de le traiter à temps. Il survient dans 32% des cas de lésions malignes du larynx.

    La localisation du cancer de substitution est diagnostiquée à 3%. Cependant, le développement diffus et sa distribution dans la couche sous-muqueuse de cette partie du larynx déterminent un pronostic plus grave.

    En général, dans la structure de l'incidence des tumeurs malignes, le cancer de la gorge occupe environ la dixième place dans la fréquence d'apparition (1-4%). Et 50 à 60% d'entre eux sont des cancers directement du larynx lui-même. Et 98% de toutes les tumeurs de cette localisation expliquent histologiquement la variante malpighienne ou ses variations (tumeur de Schminke - lymphoépithéliome).

    Causes et facteurs prédisposants

    1. Fumer est actif et passif.
    2. L'abus d'alcool. Lorsque ce facteur est associé au tabagisme, la probabilité de développer une tumeur à la gorge est doublée.
    3. Âge supérieur à 60 ans.
    4. Prédisposition génétique. Le risque de tomber malade est trois fois plus élevé si les membres de la famille ont une tumeur maligne de cette localisation.
    5. Risques industriels (poussières de charbon et d’amiante, benzène, produits pétroliers, résines phénoliques).
    6. Les personnes qui ont été traitées pour une tumeur précédemment maligne avec une localisation dans la région tête-cou. En plus des effets locaux possibles de la chimiothérapie et de la radiothérapie, il existe également une grande importance, associée à un traitement agressif, à une diminution du statut immunitaire global.
    7. Longue charge professionnelle de la parole.
    8. Lésion spécifique des voies respiratoires supérieures par le virus d'Epstein-Barr, qui provoque également la mononucléose infectieuse.
    9. Papillomavirus Humain (VPH). Des études montrent que l'incidence du cancer de la gorge a été multipliée par cinq lorsque des signes de dommages causés par ce virus sont détectés dans les muqueuses.
    10. Laryngite productive productive avec présence de maladies précancéreuses et de modifications dans cette région (papillomatose, leucoplasie, dyskératose, pachydermie, fibrome à grande échelle, formations kystiques dans les cordes vocales).
    11. Maladies inflammatoires chroniques des voies respiratoires supérieures (sinusite, pharyngite, amygdalite, amygdalite, etc.).
    12. Non-respect des règles d'hygiène buccale et présence de dents non traitées.
    13. Préférences culinaires sous forme d'aliments salés et salés.
    14. Modifications cicatricielles de la muqueuse après une blessure, une brûlure, une syphilis antérieure ou une tuberculose.

    Selon les statistiques, le cancer de la gorge chez les femmes est diagnostiqué beaucoup moins souvent que chez les hommes. Environ 80 à 90% des patients sont des hommes âgés de 45 ans.

    Symptômes du cancer de la gorge

    Comme toutes les tumeurs malignes, le cancer avec localisation dans la gorge se caractérise par un certain nombre de symptômes communs. Ces symptômes apparaissent quelque temps avant les premiers signes cliniques clairs qui permettent de déterminer clairement l'emplacement de la tumeur. Souvent, l'apparition de ces symptômes est associée à un effet secondaire du tabagisme persistant, en tant que variante de l'état normal d'un fumeur chronique et ne fait pas appel immédiatement à un oto-rhino-laryngologiste. La durée de cette période «silencieuse» dépend également du degré de malignité des cellules cancéreuses.

    1. Manque d'appétit.
    2. Perte de poids, faiblesse, perte de poids, troubles du sommeil.
    3. Température subfébrile.
    4. L'anémie

    Les principaux signes suggèrent un cancer de la gorge.

    1. Sensations d'irritation catarrhale dans la cavité nasale et la gorge.
    2. La sensation naissante de se tenir «boule dans la gorge» ou d’os de poisson coincés.
    3. Violations de la déglutition et du passage d'aliments épais, puis de liquides, flottement périodique d'aliments liquides, salive.
    4. Goût inhabituel et désagréable dans la bouche.
    5. Toux sèche-chaude, devenant permanente au fil du temps.
    6. L'apparition d'impuretés de sang dans la salive, les expectorations, les écoulements du nez.
    7. Augmentation du groupe des ganglions lymphatiques cervicaux et œdème général des tissus mous, définie dans la «masse grasse», non observée auparavant chez un patient.
    8. Des changements dans la respiration, accompagnés d'une sensation d'inhalation inadéquate et d'une difficulté à expirer.
    9. L'apparition d'une douleur dans le larynx de durée et d'intensité variables.
    10. Amincissement, associé à des sensations désagréables dans la gorge lorsqu'on mange avec un appétit relativement sûr.
    11. Odeur désagréable et putride de la bouche.
    12. Un changement inexplicable et durable dans le timbre habituel de la voix, un enrouement sans périodes d'amélioration, avec la perte qui en résulte.
    13. Mal d'oreille avec une perte auditive importante.
    14. Engourdissement et asymétrie des parties inférieures du visage.
    15. Modifications de la mobilité et déformation de la peau du cou, avec hémorragies intradermiques sans cause.

    Les modifications décrites ci-dessus qui durent plus de deux semaines nécessitent le renvoi immédiat d'un patient à un spécialiste (dentiste, oto-rhino-laryngologiste)!

    Les symptômes locaux dépendent de la localisation et du type de croissance (exophytique, endophyte, mixte) de la tumeur elle-même.

    Tumeurs du nasopharynx et de l'oropharynx

    1. Douleur semblable à l'angine au repos et à la déglutition.
    2. Une augmentation des groupes d'amygdales, leur asymétrie, des saignements, l'apparition de raids sur eux.
    3. Changer la forme de la langue, sa mobilité, son goût, accompagnés de la difficulté apparue dans la prononciation de certains sons.
    4. L'apparition de défauts ulcératifs qui n'ont pas guéri depuis longtemps lors de l'inspection de la cavité nasale et de la bouche.
    5. Congestion nasale, difficultés respiratoires nasales.
    6. Saignements de nez.
    7. Maux de dents, perte de dents soudaine.
    8. Saignements dentaires.
    9. Un peu de voix.
    10. Changements d'audience.
    11. Mal de tête indiscutable.
    12. Asymétrie du visage, sensation d'engourdissement (manifestation de la compression des nerfs crâniens lors de la germination de la tumeur à la base du crâne).
    13. Augmentation précoce des ganglions lymphatiques sous-maxillaires.

    Localisation Nonsvyazochny.

    1. Sensation de corps étranger dans la gorge, chatouilles et chatouilles.
    2. Douleur lors de la déglutition, qui se propage à l'oreille par le côté de la lésion.
    3. Les changements de voix et les maux de gorge constants se rejoignent dans les étapes ultérieures.

    Localisation dans la région des cordes vocales.

    1. Changements de voix, enrouement.
    2. Maux de gorge, qui augmente avec la conversation
    3. Perte de voix complètement.

    Ce symptôme apparaît au tout début de la maladie.

    Localisation des sous-liaisons.

    1. Douleur, inconfort dans le larynx lors du passage du gros morceau de nourriture.
    2. Constante, avec signes d'augmentation, dyspnée et difficulté à respirer, accompagnée de sons "gutturaux".
    3. Les changements de la voix et des maux de gorge sont associés à la localisation du cancer dans cette région aux stades avancés.

    Vous devez savoir que plus une personne a un cancer de la gorge jeune, plus la maladie se développe de manière agressive et plus elle se transforme en métastase des ganglions lymphatiques.

    Dans les cas avancés, les principales causes de décès sont:

    • saignement massif des vaisseaux érodés par la tumeur;
    • l'apparition d'une infection secondaire dans la désintégration de la tumeur avec le développement de la septicémie;
    • aspiration avec du sang ou de la nourriture.

    Diagnostic du cancer de la gorge

    1. Enquête sur le patient avec clarification des plaintes.
    2. Inspection de la forme du cou, palpation des ganglions lymphatiques.
    3. Examen de la cavité buccale, du pharynx et du larynx à l'aide de miroirs.
    4. La palpation du sol de la bouche, de la langue et des amygdales.
    5. Effectuer un frottis sur une zone visuellement altérée de la membrane muqueuse et une aspiration à l'aiguille d'un ganglion lymphatique hypertrophié et superficiel pour un examen cytologique afin de détecter une atypie cellulaire permettant de suspecter une tumeur.
    6. Examen à l'aide d'un laryngoscope et d'un fibrolaryngoscope. Un changement dans le relief des surfaces examinées est déterminé visuellement avec la formation du «tissu plus», un changement de la couleur de la muqueuse dans sa projection, son ulcération et son revêtement avec revêtement. Dans de tels cas, il est obligatoire de prélever un échantillon de tissu suspect pour un examen histologique (biopsie). Examen histologique et seulement il permet de différencier les processus inflammatoires, bénins et malins se produisant dans le pharynx et le larynx entre eux. Le résultat de l'étude détermine les principales directions de traitement.
    7. L'étude de la trachée supérieure à l'aide d'un trachéoscope pour clarifier l'étendue de la propagation de la tumeur et sa déformation lors de la compression à l'extérieur.
    8. Recherche par ultrasonographie. C'est la plus accessible au stade actuel de la méthode de radiologie. Avec elle, des groupes de ganglions lymphatiques profonds sont examinés. L'excès de taille normale, les changements de contraste, les frontières floues, indiquent une éventuelle défaite par leur tumeur. De plus, l'état du tissu entourant la tumeur et la compression possible des gros vaisseaux et son degré sont évalués.
    9. Examen aux rayons X des sinus intracérébraux, des mâchoires (orthopantomographie) et de la cavité thoracique (en présence de métastases).
    10. Imagerie par résonance calculée et magnétique avec contraste. Selon ces études, il est possible de juger de la taille réelle de la tumeur, de sa germination possible dans les tissus environnants et de ses métastases aux ganglions lymphatiques.
    11. De plus, les propriétés phonétiques du larynx sont étudiées pour clarifier le degré d'immobilité des cordes vocales, modifier la forme de la glotte. À cette fin, on utilise la stroboscopie, l’électroglottographie, la phonétographie.

    Traitement du cancer de la gorge

    L'ensemble standard de méthodes de traitement du cancer du poumon n'est pas original et inclut un ensemble standard utilisé dans le cancer: traitement chirurgical, chimiothérapie et radiothérapie.

    Contrairement à d'autres cancers localisés, une partie des tumeurs de la gorge au stade précoce (I-II) répondent bien à la radiothérapie et à la chimiothérapie (par exemple, limitée aux cordes vocales). Le choix du volume de traitement est strictement individuel, en fonction de la forme histologique de la maladie et de la localisation de la tumeur. Dans certains cas, vous pouvez vous passer d'opérations paralysantes.

    Les troisième et quatrième stades cliniques nécessitent un traitement chirurgical associé à une chimiothérapie et à une exposition à des radiations. Dans certains cas, une chimiothérapie et une radiothérapie sont effectuées avant la chirurgie afin de réduire le volume de tissus prélevés et de déterminer avec précision les limites de la tumeur, susceptibles de apparaître sous l’influence du décès d’une partie des cellules cancéreuses externes.

    La particularité des tumeurs des parties sous-laryngées du larynx est faible et parfois même absente, la sensibilité à la radiothérapie, à l'exception de rares tumeurs de grade élevé. Par conséquent, les tumeurs de cette localisation à n'importe quel stade nécessitent un traitement chirurgical.

    En même temps que l'ablation de la tumeur, produisez la résection maximale possible des ganglions lymphatiques, en fonction de leurs caractéristiques d'emplacement. La germination minimale du cancer dans les organes et les tissus voisins déterminera le niveau minimal d'avantages chirurgicaux paralysants. Malheureusement, sans mutiler, les opérations invalidantes, dans les étapes ultérieures, afin de guérir complètement et prolonger la vie du patient, il est impossible.

    L'enlèvement du larynx dans son ensemble et en combinaison avec la langue est une opération invalidante. Dans de tels cas, la respiration normale et l'ingestion de nourriture sont perturbées, sans oublier le fait que la possibilité de sentir le goût des aliments et de participer à une conversation est perdue à jamais. La respiration est réalisée en utilisant la fistule formée avec la peau sur la surface avant du tiers inférieur du cou.

    Les opérations de récupération après l'ablation radicale de la tumeur ont récemment fait l'objet d'un nouveau développement avec le développement de la greffe chirurgicale et l'utilisation d'organes de donneurs, des parties artificielles du larynx. Il existe des développements modernes dans la culture de la trachée à partir des cellules souches du patient.

    Prévisions

    Lorsque l'on effectue un traitement complet, le taux de survie au cancer de la gorge à cinq ans correspond en moyenne, selon différentes sources, aux données suivantes:

    Cancer de la gorge - prédictions de survie en fonction du type et de la méthode de traitement

    Toutefois, il convient de noter que le cancer de la gorge est la tumeur la plus répandue parmi les tumeurs des voies respiratoires supérieures (50 à 70%) et conduit souvent à une invalidité. Il reste donc un problème grave en médecine clinique.

    Pronostic de survie et types de cancer de la gorge

    Les perspectives de survie dans le cancer de la gorge dépendent directement du type et du stade de la tumeur, ce que confirment de nombreuses études cliniques. De plus, c'est le type de tumeur qui joue un rôle important dans le choix de la méthode de traitement, dont dépendent la mortalité et l'espérance de vie.

    Le cancer de la gorge est classé selon son emplacement:

    La défaite de la partie supérieure du larynx (préfixe ou région vestibulaire) dans 50 à 70% des cas;

    Le centre dans la section centrale (zone de stockage) à 30-40%;

    Le processus dans les sections inférieures (région du sous-stock) dans 3-5%.

    Cette subdivision est due aux caractéristiques anatomiques de la structure de la muqueuse laryngée, à la nature de l’approvisionnement en sang et à la circulation de la lymphe.

    Le cancer de la gorge est également divisé en sous-espèces en fonction de la forme de croissance tumorale:

    Croissance exophytique (dans la lumière du larynx) - 53,5% des cas;

    Endophyte (profondément dans les tissus) - 28,5%;

    Ces facteurs déterminent souvent la nature de la maladie, les symptômes et la capacité de métastaser. En 1982, Krugovov, après avoir pratiqué une autopsie sur des patients, a montré que les néoplasmes malins de la tête et du cou donnent dans 40,6% des métastases à distance, avec cancer du larynx. Ce chiffre est de 29,4%. Les métastases dans les nœuds régionaux et dans les tissus distants étaient chez 23,5% des patients, chez 5,9% des patients distants.

    Le plus malin est le cancer des parties supérieures du larynx, car il se caractérise par un long trajet asymptomatique, une croissance rapide et un degré élevé de métastases (40 à 60%). Lorsque la tumeur atteint une taille importante, des signes cliniques apparaissent (inconfort et douleur en avalant sont considérés comme majeurs) et les patients demandent de l'aide. Par conséquent, dans 60% des cas, le diagnostic précoce de la pathologie est impossible et les patients sont enregistrés en présence d'un processus cancéreux courant.

    Les métastases de la lésion primaire se propagent par la voie lymphogène: c'est dans la partie vestibulaire de la gorge que se situe le réseau le plus développé du système lymphatique. Dans le même temps, dans la plupart des cas, les métastases du côté affecté sont détectées - de 32 à 62%, mais les processus bilatéraux ne sont pas exclus - 15 à 18%.

    Pronostic plus favorable pour le cancer du larynx dans les zones de stockage et de sous-stockage. Dans ces types de maladies, la fréquence des métastases varie de 5 à 12%. Dans ces régions, les vaisseaux lymphatiques sont minces et étroits, ce qui rend difficile la propagation des métastases. De plus, dans ces parties de la gorge, même de petites formations provoquent l’apparition de symptômes négatifs: enrouement, difficultés respiratoires, aphonie et autres, qui incitent à consulter un spécialiste.

    Tous les types de cancer énumérés passent par plusieurs étapes de développement:

    Stade 0: une petite tumeur est située dans la muqueuse. La tumeur est difficile à diagnostiquer, mais à ce stade, les mesures thérapeutiques permettent une survie à cinq ans à 100%.

    Stade 1: la tumeur se propage au-delà de la membrane muqueuse, mais n'affecte pas les ganglions lymphatiques ni les tissus environnants; le taux de survie à 5 ans est de 80%;

    Étape 2: le cancer affecte les tissus environnants, la respiration devient difficile, les changements de voix, le taux de survie sur 5 ans - 70%;

    Étape 3: métastases dans les parois du larynx, elles perturbent la mobilité des cordes vocales et entraînent une perte de voix (aphonie), taux de survie à cinq ans - pas plus de 50%;

    Stade 4: métastases à distance, taux de survie à 5 ans - 25%.

    Pronostic de survie au cancer de la gorge, selon le type et le stade

    Stade du processus oncologique

    Cancer de la gorge de la région vestibulaire

    Cancer de la gorge de la zone de stockage

    Cancer de la gorge

    Selon des statistiques de sources étrangères, les taux de survie à cinq ans en Europe et aux États-Unis sont légèrement différents:

    Épidémiologie

    Les tumeurs malignes de la tête et du cou occupent la 6ème place mondiale en termes de prévalence et la 5ème place en Russie, tandis que le cancer du larynx parmi ce groupe de pathologies se présente le plus souvent. Il fait partie des maladies socialement significatives, car il affecte fortement la qualité de la vie et la capacité de travail.

    Les scientifiques ont observé une augmentation constante de l'incidence du cancer de la gorge. Dans la seule période de 1985 à 1991, le nombre de patients en phase primaire a augmenté de 15,5% et a atteint une fréquence de 3,9: 100 000 dans la population. En 2000, le nombre a encore augmenté et la fréquence a approché de 4,7: 100 000, tandis, 8% des patients étaient en âge de travailler.

    Selon les statistiques, plus de 12 000 nouveaux cas de pathologie ont été détectés aux États-Unis en 2000 et en Angleterre, l'incidence du cancer du larynx était de 4: 100 000. L'incidence la plus élevée de cancer de la gorge est observée en Pologne, Thaïlande, Ohio, France, Espagne et Italie. Une faible incidence est enregistrée en Norvège, en Suède et au Japon, où l’incidence de la maladie n’est pas supérieure à 2: 100 000.

    Selon les prévisions mondiales, plus de 25 000 nouveaux patients atteints d'un cancer de la gorge seront détectés chaque année. Dans ce cas, les hommes les plus touchés âgés de 50 à 65 ans. Selon les statistiques, il n'y a que 8 femmes pour 1 000 cas masculins.

    Des scientifiques américains ont mené de nombreuses études en 2005-2006 et identifié le pourcentage d’âge des nouveaux cas de cancer de la gorge:

    Pronostic de la morbidité en fonction de l'étiologie

    Bien sûr, les experts ne peuvent nommer les causes exactes du cancer de la gorge, mais plusieurs facteurs de risque augmentent les risques de développement. Parmi eux, le tabagisme et l'abus d'alcool sont de la plus haute importance. Ceci a été établi par une étude approfondie des mécanismes de la formation de tumeurs. Les scientifiques ont découvert que le gène p53 joue un rôle important dans le développement du cancer du larynx, puisque sa mutation a été découverte chez près de 50% des patients. Chez les personnes qui abusent de l'alcool et des fumeurs, une mutation a été détectée dans 58% des cas, chez les fumeurs - dans 33% des cas, chez les personnes sans mauvaises habitudes - dans 17% des cas.

    Les précancéreuses obligatoires (papillomatose, pachidermie, dyskératose), qui peuvent ozlokachestvlyatsya et transformé en cancer du larynx, sont d'une grande importance. Les papillomes sont particulièrement dangereux, ils représentent environ 40% de toutes les tumeurs bénignes de la gorge, alors que 7 à 20% d'entre eux peuvent se transformer en cancer en 1 à 20 ans.

    Récemment, l'importance du virus du papillome humain (VPH) dans le développement du cancer du larynx a augmenté. Le VPH se retrouve chez environ 28% des patients. Lorsque l'on compare les tissus cancéreux et normaux, les tests de recherche de virus dans les foyers d'endommagement sont positifs 5,4 fois plus souvent que dans les tissus inchangés.

    On estime que si vous excluez les facteurs ci-dessus (tabagisme, alcool, HPV et précancers), vous pouvez réduire de 90% la probabilité de développer un cancer.

    Méthodes de survie et de traitement modernes

    Le choix de la méthode de traitement détermine en grande partie le pronostic de survie du cancer de la gorge. Le choix des procédures thérapeutiques repose sur la classification internationale du cancer du larynx selon le système TNM. T - tumeur primaire. TO - une tumeur n'est pas détectée, T1 - c'est dans une zone, T2 - une tumeur de plusieurs parties du larynx, TZ - elle s'est étendue aux régions voisines, la T4 est une large distribution du néoplasme à tous les tissus et départements voisins. N - ganglions lymphatiques régionaux, M - métastases à distance.

    En cas de cancer du larynx de la zone T1N0M0 avant l'entrepôt, il est conseillé d'effectuer une radiothérapie efficace à 95% et contribuant à préserver toutes les fonctions du larynx. T2N0M0 de cette localisation nécessite une opération de préservation des organes, car la radiothérapie entraîne une rechute de 80%.

    La zone de pliage T1N0M0 commence par la radiothérapie; son efficacité est de 75 à 78%. Si la tumeur a diminué de moins de 70%, une opération est effectuée. Avec la propagation de la tumeur est montré la résection du larynx. T3N0M0 - T4N0M0 implique la mise en œuvre séquentielle de la radiothérapie, du stade chirurgical et de la chimiothérapie. La survie à cinq ans des patients sous traitement complexe est de 73%.

    Le problème du traitement des patients cancéreux est qu’une tumeur est détectée aux stades 3 et 4 dans 70% des cas. Environ 60% d'entre eux subissent une radiothérapie radicale, un traitement combiné - 25%, une intervention chirurgicale - 15%, une chimiothérapie - 8%. Par conséquent, l'objectif principal des oncologues est d'améliorer les méthodes de diagnostic pour améliorer les indicateurs d'efficacité et de survie du traitement.

    La fréquence de récurrence de la pathologie dans les stades précoces est faible (12-15%), cela est devenu possible grâce aux méthodes de traitement intégrées modernes. Mais dans le même temps, le traitement du cancer de la gorge est considéré comme le plus coûteux par rapport aux autres tumeurs malignes, car il inclut des procédures chirurgicales, une chimioradiothérapie et une phase difficile de rééducation. Les taux de survie sont plus élevés chez les personnes sous traitement d'association. Le traitement combiné améliore considérablement la qualité de vie et les résultats de la maladie.

    L'enlèvement du larynx, qui est pratiqué dans le cancer de la gorge, entraîne une incapacité et une invalidité. Par conséquent, ils se tournent de plus en plus vers d'autres méthodes de thérapie. Les méthodes les plus récentes d’exposition aux radiations peuvent non seulement sauver le corps, mais aussi assurer la survie à trois ans dans 70% des cas. Par conséquent, au Royaume-Uni, 97% des patients atteints d'un cancer du larynx passent une chimiothérapie, et ce n'est qu'en cas de dynamique négative qu'ils subissent une intervention chirurgicale. En Europe et aux États-Unis, cette technique est suivie à 81% et les radiations dans la première étape ne sont pratiquées que chez 59% des patients.

    Mais le traitement chirurgical donne le maximum d’effet, il ne peut donc pas être complètement rejeté. En outre, la chirurgie moderne permettant de préserver les organes vous permet d’élargir les indications pour les interventions chirurgicales, en raison du risque élevé de récupération complète de toutes les fonctions. Bien qu'ils n'excluent pas le développement de récidives de cancer du larynx et la formation de complications, telles que pneumonie, aspiration d'aliments dans la trachée, rétrécissement du larynx, etc.

    Taux de mortalité

    Le pronostic de la mortalité dans le cancer de la gorge est assez favorable, ils dépendent d'un diagnostic opportun, des méthodes de traitement, de la probabilité de récidive et d'autres facteurs. En moyenne, la mortalité de ce type de tumeur est de 17%. Selon des statistiques canadiennes, plus de 32 000 décès en 2005 sont liés au cancer du larynx, l'incidence chez les femmes est de 1,5: 100 000, chez les hommes de 2,6: 1 000. En Russie, le taux de mortalité par cette maladie est de 3,4. : 100 000; chez les hommes, 6,9: 100 000; chez les femmes, 0,29: 100 000. Le cancer du larynx occupe le 11e rang pour le niveau de mortalité chez les hommes et le 19e chez les femmes.

    Sur la base de nombreuses études, les scientifiques ont prouvé que le décès chez la plupart des patients était dû à un saignement, à une croissance tumorale progressive, à des rechutes et à des métastases. Tous les patients présentaient des symptômes d'intoxication.

    A Propos De Nous

    Il était possible de guérir le cancer du sein sans recourir à la chimiothérapie. Les oncologues sont arrivés à cette conclusion après avoir étudié un nouvel oncotest, qui détermine la probabilité d'une rechute chez les femmes après le retrait précoce de la tumeur.