Cancer de la prostate avec métastases osseuses: manifestations cliniques de métastases à d'autres organes

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne qui se développe à partir de cellules épithéliales glandulaires. Chaque année dans le monde, l’incidence augmente considérablement.

Parmi les pathologies cancéreuses de nombreux pays, il a presque atteint la troisième place en termes de prévalence, juste derrière le cancer du poumon et le tractus gastro-intestinal. Environ pour chaque cinquième patient atteint du cancer de la prostate, le processus se termine par une issue fatale.

Les signes d'une tumeur dans la prostate

Aux premiers stades de la maladie, il n'y a pas de signes cliniques.

Ils apparaissent dans les dernières phases de la progression du cancer de la prostate et sont représentés par les éléments suivants:

  • troubles dysuriques, indiquant la présence d'une obstruction de l'urètre et du fond de la tumeur de la vessie (faible flux urinaire, fausse envie d'aller aux toilettes, sensation de vidange insuffisante de la vessie, incontinence urinaire);
  • douleur dans le bas-ventre, le périnée, au-dessus du pubis;
  • hématurie (présence de sang dans les urines);
  • hémospermie (présence de sang dans le liquide séminal);
  • dysfonction érectile;
  • perte de poids soudaine;
  • fièvre basse;
  • faiblesse générale, fatigue.

Le processus de métastase à d'autres organes dans le cancer de la prostate

L'un des dangers d'une tumeur maligne est le processus de métastase (mouvement des cellules cancéreuses le long du sang ou des vaisseaux lymphatiques) vers d'autres organes et tissus. Ceux-ci peuvent être des ganglions lymphatiques régionaux ou des structures distantes. Les ganglions lymphatiques régionaux dans ce cas sont ceux qui sont situés dans la cavité pelvienne en dessous de la division de l'artère iliaque commune en branches droite et gauche.

Les métastases distantes affectent le plus souvent le tissu osseux, moins souvent - le col de la vessie, le gros intestin, les poumons, le cerveau, la peau, le foie et tout autre groupe de ganglions lymphatiques. Le cancer de la prostate avec des métastases dans les os du bassin, de la colonne vertébrale, des côtes, du bassin ou des membres inférieurs représente 85% du nombre total de métastases.

Manifestations cliniques

La présence de métastases à distance peut être jugée par l'apparition de douleurs dans l'organe affecté, l'apparition d'œdèmes des membres inférieurs (apparition d'une lymphostase), de symptômes neurologiques (sensibilité altérée, paraplégie), d'anémie, d'urémie, de cachexie. La fonction de l'organe affecté en souffrira également. Si c'est un foie, il y aura des signes d'insuffisance hépatique, une altération du métabolisme de la bilirubine, la synthèse de nombreux composés importants, y compris des facteurs de coagulation du sang.

Les métastases cérébrales provoquent des vertiges, des maux de tête intenses, une perte de mémoire, une concentration, une vision floue, des évanouissements. Le cancer de la prostate avec métastases dans la colonne vertébrale est caractérisé par une douleur, une déformation de la vertèbre et des symptômes de compression de la moelle épinière.

Métastases dans le cancer de la prostate: localisation et traitement au stade de progression

Les métastases dans les os du bassin - la pathologie la plus courante, selon toute vraisemblance, en raison de leur proximité. Moins commune est la défaite des os de la cuisse. La manifestation clinique principale de la pathologie est un syndrome douloureux intense. À mesure que la maladie progresse, les cellules sont détruites, leur architecture est perturbée et les os deviennent fragiles, sujets aux fractures pathologiques.

Diagnostics

Les métastases dans le cancer de la prostate sont localisées le plus souvent au cours de la scintigraphie du squelette.

L'ostéo-scintigraphie est basée sur l'introduction dans le corps d'une préparation pharmaceutique spéciale à l'étude contenant des radio-isotopes marqués, suivie d'une observation de sa distribution et de son accumulation dans les os.

Cet examen n'est pas prescrit aux patients ne présentant aucun symptôme clinique du système squelettique et un taux de PSA inférieur à 20 ng / ml dans un type de cancer hautement et modérément différencié.

Dans d'autres cas, une radiographie de la colonne vertébrale et des os touchés peut être utile. Avec des résultats discutables, on utilise la dite TEP-CT (tomographie par émission de positrons / tomodensitométrie) avec du 11C-choline, du 18F-fluorure. L’étude implique également l’introduction d’un patient radiopharmaceutique. La méthode se distingue par une grande précision et des informations.

Parfois, lorsqu'il est impossible d'effectuer des examens antérieurs, on utilise l'IRM (imagerie par résonance magnétique) de la colonne vertébrale, du bassin, de la hanche ou du corps entier.

Indirectement, la présence de métastases dans les os peut indiquer certains indicateurs de laboratoire. Par exemple, une augmentation de l'activité plasmatique de la phosphatase alcaline est détectée chez la majorité des patients.

Méthodes de traitement

La métastase pour la localisation du cancer de la prostate dans le tissu osseux nécessite un traitement long et complexe. Son apparence et sa durée sont déterminées par la gravité de la maladie, le nombre de lésions, etc.

Radiothérapie

Une des méthodes radicales de traitement qui permet de détruire les cellules cancéreuses, augmentant ainsi le taux de survie des patients. Le plus souvent utilisé en association avec une hormonothérapie. Dans le traitement des méthodes de rayonnement, le corps d'un homme reçoit une certaine dose de rayonnement ionisant, visant spécifiquement la zone touchée.

Il existe plusieurs types de radiothérapie:

  • à distance (le plus commun);
  • corpusculaire;
  • contact, y compris interstitiel.

Dans le traitement de la méthode de radiation possible récupération complète du patient. Dans ce cas, le traitement chirurgical n'est généralement pas effectué. La durée de la radiothérapie est d’au moins 1,5 mois ou plus. Les dommages ionisants causés aux cellules saines des tissus adjacents constituent l’un des principaux inconvénients. En outre, des complications possibles peuvent survenir sous la forme d'incontinence urinaire, de dysfonctionnement érectile, de diarrhée, d'hématurie, de rétrécissement de l'urètre, de saignements rectaux.

L'hormonothérapie

L'hormonothérapie, en tant que méthode indépendante, n'est pratiquement pas utilisée. Il est généralement associé à une élimination chirurgicale radicale de la tumeur ou à une radiothérapie. L'objectif principal de l'impact de cette technique est de réduire autant que possible la testostérone, une hormone masculine, dans les cellules de la prostate.

Cependant, certains médicaments peuvent affecter les testicules et arrêter la production de testostérone, mais dans ce cas, sa concentration dans le plasma sanguin diminue.

D'autres ne réduisent son niveau que dans la prostate, sans affecter le contenu total dans le sérum.

Types de traitement hormonal:

  • orchidectomie;
  • usage de drogue:
    • LHEHL, agonistes des hormones libérant la lutéinisation (goséréline, leuprolide, décapeptil, buséréline);
    • Antagonistes de la LHRH (Degarelix);
    • oestrogénothérapie (diéthylstilbestrol);
    • antiandrogènes (Tsiproteron, Chlormadinon, Flutamid).

Dans le cancer métastatique, les antiandrogènes sont plus souvent prescrits dans le mode blocage maximum des androgènes. Parmi les effets secondaires figurent les nausées, les vomissements, l’anémie, une fonction hépatique anormale, une diminution de la puissance, la gynécomastie.

Chimiothérapie

Parfois, les patients atteints d'un cancer métastatique développent une résistance aux effets des médicaments hormonaux, puis la plupart des spécialistes ont recours à la chimiothérapie. Aujourd'hui, le traitement généralement accepté est le cytostatique, bloquant la croissance et le développement des cellules cancéreuses. Les médicaments les plus étudiés et les plus utilisés dans cette zone sont le Taxotere (docétaxel) et le cabazitaxel.

La chimiothérapie est indiquée chez les patients présentant des métastases cliniquement manifestes (symptomatiques) et asymptomatiques. Les médicaments de chimiothérapie sont prescrits en fonction de la réponse du corps à l'administration précédente, de la présence de douleur, du taux de PSA et d'autres caractéristiques.

Intervention chirurgicale

Le traitement chirurgical implique l'ablation complète de la prostate avec les vésicules séminales et la partie adjacente de l'urètre. Habituellement utilisé chez les personnes présentant un pronostic favorable (espérance de vie supérieure à 10 ans).

Le type de chirurgie le plus courant est l’adénomectamie radicale à la posadilone et l’ablation bilatérale des ganglions lymphatiques pelviens.

Complications de la prostatectomie radicale: décès (0-1,2% des cas), lésion du rectum, uretères, embolie pulmonaire, incontinence urinaire, thrombose des veines des membres inférieurs, dysfonction érectile.

La survie du patient

Le pronostic est déterminé par le stade de la maladie, le taux de PSA, la différenciation de la tumeur elle-même et la présence de métastases. La survie à cinq ans des patients au stade 1-2 après la chirurgie et la radiothérapie varie de 70 à 90%. Après confirmation du diagnostic de cancer de la prostate au stade de la métastase, la durée moyenne jusqu'au début de la progression de la maladie dans les conditions du traitement est de 2 à 3 ans.

Avec le développement d'un cancer hormono-résistant et d'une activité encore plus intense du processus, le taux de survie est inférieur à 12 mois. Sur le fond de la chimiothérapie chez les personnes sans symptômes, la période de survie est de 21 à 22 mois, tandis que chez les patients présentant des symptômes cliniques de métastases osseuses - jusqu'à 14 mois.

Caractéristiques des métastases osseuses dans le cancer de la prostate

Une tumeur maligne de la prostate peut se développer de manière asymptomatique si nous parlons des premiers stades de l'évolution de la maladie. Les patients urologiques consultent déjà des médecins en phase sévère de pathologie urologique (III ou IV), lorsque débute le processus actif de métastase et d’intoxication du corps. Le pronostic de survie des patients atteints d'une telle maladie dépend en grande partie du choix de la méthode de traitement. La chimiothérapie pour le cancer de la prostate avec métastases osseuses est utilisée par les oncologues pour réduire les symptômes douloureux de la maladie, inhiber le processus de propagation, et constitue l’un des moyens les plus radicaux de lutter contre la pathologie grave.

Contenu de l'article

Mécanisme commun de métastases dans le cancer de la prostate

Les métastases dans le cancer de la prostate commencent à se former activement et se développent au stade III de l'évolution de la maladie, alors que la tumeur dépasse les limites de la capsule prostatique. À la dernière phase IV du développement de cette maladie, la tumeur cancéreuse passe aux organes voisins: vessie, rectum, foie, poumons. Il n’est pas possible de se débarrasser complètement des métastases dans les os du cancer de la prostate.

En raison de la spécificité de la circulation des cellules cancéreuses dans la lymphe, des foyers secondaires d'inflammation peuvent se former dans les ganglions lymphatiques, les os pelviens et les membres. Sur la base de données statistiques, les lésions des os du bassin sont moins souvent diagnostiquées que dans les membres. Avec une destruction importante du tissu conjonctif solide dans les mains et les pieds en raison de la violation de sa minéralisation, un homme peut difficilement marcher. En conséquence, le patient ressent non seulement une douleur dans le cancer de la prostate, mais tombe également dans la dépression en raison de son insolvabilité, ce qui complique le traitement de la pathologie.

Le cancer malin de la prostate avec métastases a un pronostic défavorable sur la survie du patient en urologie, basé sur la rapidité du début du traitement. Avec un traitement efficace et opportun, il est possible non seulement d'améliorer la qualité de vie du patient, mais également de prolonger considérablement sa vie.

En pratique médicale, il arrive souvent que des patients présentant des métastases distantes de la prostate soient irréversibles. Dans de telles situations, les oncologues se concentrent sur la fourniture de soins palliatifs, qui consistent à soulager la douleur liée au cancer de la prostate, à atténuer les souffrances et à fournir un soutien psychologique au patient et à sa famille.

Symptômes accompagnant le développement de métastases dans les os

Les signes généraux de l’apparition de processus pathologiques dans la prostate sont identiques aux symptômes de la prostatite chronique ou aiguë, de l’hyperplasie bénigne. Aux stades initiaux du développement d’une tumeur maligne, le patient peut présenter les symptômes suivants:

  • une augmentation de la fréquence des mictions, surtout la nuit;
  • faible courant d'urine;
  • sensation de brûlure, coupure dans l'urètre;
  • sensation de vessie pas complètement vidée;
  • développement de dysfonctions érectiles dues à la compression de la tumeur sur l'organe génital.

Au fil du temps, le cancer de la prostate se métastase aux extrémités, le petit bassin et les symptômes spécifiques de la maladie sont ajoutés. Le tissu osseux humain est constitué de parties organiques (collagène, albumine) et minérales (calcium, phosphore). Les métastases dans le cancer de la prostate à des stades sévères du flux provoquent un processus actif de destruction des os, basé sur le remplacement du tissu conjonctif solide par un tissu malin.

Avec cette progression du cancer de la prostate, les symptômes de la patiente apparaissent comme suit:

  1. La sensation de douleur dans les os du bassin et des extrémités, qui inquiète principalement la nuit, alors que les sensations caractéristiques se développent progressivement.
  2. Les blessures mineures augmentent le risque de fractures.
  3. Épaississement de la peau, gonflement dans la région des os affectés par les métastases.
  4. À la suite de fractures, de grandes quantités de calcium pénètrent dans le sang. Un tel processus affecte négativement le fonctionnement des organes de l'homme et se manifeste par une fatigue accrue, des nausées, des vomissements, des selles bouleversées et une perte d'appétit.

Méthodes de diagnostic

Le carcinome malin de la prostate est l'une de ces maladies qui peuvent rester asymptomatiques pendant de nombreuses années et déjà commencer à perturber l'homme au cours de processus actifs de destruction des os. Pour identifier le stade de la maladie, le patient fait l’objet d’un diagnostic complet lorsqu’il se réfère à un médecin. En général, à la première admission, l’urologue effectue une palpation rectale, ce qui permet d’enquêter sur les changements structurels dans les tissus et le gonflement de la glande. Cependant, cette forme d'examen ne révèle pas la présence possible de métastases dans les os du cancer de la prostate. En raison de la similitude des signes d’une maladie maligne avec une hyperplasie et une prostatite, les spécialistes ne se limitent pas à une seule technique d’examen, car il est nécessaire de poser un diagnostic précis et de choisir correctement le traitement approprié.

À cette fin, les études suivantes sont menées:

  • analyse du PSA (nature de la protéine antigène spécifique) dans le sang. Dans le cas où l'antigène présent dans la lymphe est supérieur à 40 ng / ml, les médecins comprennent que le processus de métastase a commencé chez le patient urologique;
  • échographie de la prostate: externe ou transrectale, qui s'accompagne de la prise simultanée de matériel de biopsie pour le diagnostic de laboratoire;
  • l'imagerie par résonance magnétique, qui permet d'identifier la localisation des tumeurs et leur prévalence.

Selon les résultats des examens médicaux, le médecin décide de la méthode de traitement de base d'une tumeur de la prostate et des moyens de lutte supplémentaires qui contribueront à améliorer l'efficacité globale.

Selon des recherches médicales dans le domaine de l'oncologie, il a été révélé que les hommes plus âgés menant une vie sédentaire, abusant de boissons alcoolisées, de produits du tabac et présentant un principe de nutrition erroné courent un risque accru de maladie.

Pour cette raison, les médecins recommandent vivement que des examens préventifs annuels soient effectués dans le but de détecter rapidement une pathologie urologique, qui peut être traitée à un stade précoce du développement dans 90% des cas.

Méthodes de traitement du cancer de la prostate au stade de progression des métastases

L'efficacité du traitement dépend de l'âge du patient, du stade de détection de la maladie, de la présence de maladies associées, de la disposition du patient à se battre pour sa santé. Dans ce cas, le traitement d'une tumeur maligne dans la prostate doit nécessairement être complexe.

Lors du diagnostic des métastases à l'extérieur de la capsule prostatique du patient, les méthodes de traitement suivantes sont utilisées: radiothérapie, utilisation de médicaments chimiques ou hormonaux, chirurgie.

Radiothérapie

En règle générale, l'effet des ondes radio est combiné à l'utilisation de médicaments hormonaux pour atteindre une efficacité élevée. L'avantage du traitement aux rayonnements ionisants réside dans le fait que les ondes de dosage recommandées sont dirigées vers les foyers tumoraux, détruisant les cellules cancéreuses. Cette technique peut être réalisée à l’extérieur en utilisant des dispositifs gamma et en interne par l’introduction d’une capsule contenant une micro-source dans la prostate enflammée.

L'hormonothérapie

Il est conçu pour supprimer la reproduction active de l’hormone testostérone, responsable du développement d’une tumeur maligne. Avec cette méthode de traitement, les médecins prescrivent les médicaments suivants: buséréline, triptoréline, flutamide, leuproréline. Au cours de l'observation, le patient doit périodiquement faire l'objet de recherches permettant de surveiller et d'analyser les modifications de l'évolution de la maladie urologique. En cas de résultats inexpressifs et de progression continue d'une tumeur maligne, l'oncologue prend une décision concernant le caractère approprié de la chimiothérapie.

Chimiothérapie

Les effets des produits chimiques sont qualifiés de méthodes agressives de traitement du cancer de la prostate. Cela est dû au fait que les médicaments pris par voie orale ou orale (vinblastine, carboplatine, vinorelbine) agissent de manière destructive non seulement sur les cellules tumorales cancéreuses, mais également sur celles qui sont en bonne santé. Au cours de cette méthode de traitement, les follicules pileux (racines), les organes hématopoïétiques (moelle osseuse) et les muqueuses sont affectés, tandis que le patient urologique est difficile à tolérer une chimiothérapie (nausées, maux de tête, perte de poids, perte d'appétit, faiblesse corporelle). Pour cette raison, les médecins ont recours à une méthode aussi radicale et agressive que dans les cas où d'autres méthodes ne sont d'aucune aide.

Intervention chirurgicale

En ce qui concerne la chirurgie, les médecins effectuent une opération pour retirer partiellement ou complètement la prostate (prostatectomie) et les testicules (orchidectomie). Ces méthodes de lutte poursuivent un objectif identique en hormonothérapie: la normalisation du taux de testostérone dans le sang. Le traitement chirurgical du cancer de la prostate comporte de nombreuses complications possibles au cours de la période postopératoire, telles que la défaillance de l'appareil urinaire, l'apparition de l'impuissance. Dans le même temps, si elles ne sont pas traitées, les métastases du cancer de la prostate dans les os progressent et augmentent.

Comme le montre la pratique médicale, le traitement des tumeurs malignes de stade III ou IV dans la prostate ne peut pas détruire complètement les cellules cancéreuses. À ces stades de la pathologie urologique, les médecins luttent principalement pour prolonger la vie du patient. Par conséquent, les méthodes modernes d’influence sur les sites inflammatoires visent à ralentir les métastases et l’homme ne souffre pas de symptômes douloureux.

L'espérance de vie prévue du patient

Le pronostic de survie des patients urologiques dépend du stade de détection d'une tumeur maligne et de son degré de croissance. Dans le cancer de la prostate, les métastases dans les os du bassin et des membres sont particulièrement dangereuses.

Selon la pratique médicale, les cancers de la prostate de stade III et IV ont un pronostic moins favorable que les stades initiaux de la pathologie. À ces stades de la maladie, la vie d'un homme varie de 1 à 2 ans en l'absence d'un traitement adéquat. Le début du traitement en temps voulu permet non seulement de réduire la douleur, mais également de prolonger la vie du patient de 1 à 2 ans, le premier groupe d’infirmités étant affecté à celui-ci. Avec une métastase active dans les os, le patient urologique vit un peu plus d'un an.

Conclusion

Afin d'éviter la mort de la maladie au cours du traitement du cancer de la prostate métastatique, vous devez contacter rapidement un spécialiste aux premiers signes de pathologie urologique. Il est important de comprendre les spécificités du développement d'une tumeur maligne, qui peut se former avec des symptômes bénins 5 à 10 ans avant la croissance de formations ressemblant à une tumeur.

Pour ces raisons, chaque homme de plus de 50 ans doit surveiller de près son état de santé et ne pas ignorer la nécessité de procéder à des examens préventifs chez l'urologue afin de détecter rapidement d'éventuelles pathologies de la prostate. Une attention particulière devrait être accordée aux mesures préventives, qui consistent en une alimentation adéquate, en un mode de vie sain, en abandonnant les mauvaises habitudes. Ce n'est qu'avec cette approche que vous pourrez faire face au cancer malin de la prostate.

Métastases dans le cancer de la prostate

La métastase dans le cancer de la prostate est un problème très grave qui nécessite un traitement intensif. De par sa nature, il s’agit de l’introduction de cellules cancéreuses dans des structures distantes du corps qui ne sont pas directement liées à la prostate.

Ce processus indique une progression marquée d'une tumeur maligne avec sa propagation dans tout le corps. Il convient de noter un fait désagréable: l'espérance de vie des patients atteints de cette maladie est fortement réduite en raison du développement de diverses lésions des organes et des systèmes.

Qu'est-ce qu'une métastase?

Une tumeur dans son processus de développement passe par 4 étapes consécutives:

  1. Phase précancéreuse. A ce stade, toute germination de cellules atypiques en dehors de la prostate est totalement absente, mais des mutations sont observées au sein de leurs structures génétiques. Avec un examen microscopique, on peut parfois même le remarquer. L'adénome est classé comme un pré-cancer potentiel. Le traitement opportun à ce stade est idéal pour le patient, car il contient peu de substrat pathologique et peut être facilement éliminé avec des méthodes peu invasives. Mais en raison du déroulement «muet» du processus, relativement peu de patients consultent les médecins à ce stade de la maladie pour commencer le traitement.
  2. Cancer en place. Dégénérescence maligne de cellules atypiques qui commencent à se multiplier de manière incontrôlable, mais ne se développent pas dans la capsule de la prostate. On pense qu'à cet intervalle de temps, il existe encore un certain équilibre entre les systèmes de protection du corps et la tumeur. Cependant, le phénomène est temporaire.
  3. Cancer invasif. Les cellules tumorales se développent à un rythme effréné et commencent à pénétrer dans les tissus adjacents. Le premier concerne la capsule de la prostate et d’autres organes voisins: vésicules séminales et autres. Le volume de la lésion augmente activement, il existe une symptomatologie prononcée.
  4. Tumeur métastatique. Des particules séparées d'une tumeur maligne se propagent dans tout le corps et se déposent dans les organes périphériques. Les métastases dans le cancer de la prostate subissent 4 phases consécutives de développement:
  • La formation d'un substrat pathologique dans la glande;
  • Néoangiogenèse - la création de nouveaux capillaires. Avec leur aide, les cellules atypiques pénètrent dans la circulation sanguine ou dans la lymphe;
  • Circulation dans le lit sanguin / lymphatique;
  • Fixation sur des tissus sains distants.

Quelques caractéristiques de la pathogenèse et des manifestations de la maladie

Un trait caractéristique de la tumeur maligne dans l'organe mâle est sa croissance relativement lente. Parfois, il faut des années et même davantage avant l'apparition des premiers symptômes.

Bien entendu, beaucoup dépend des caractéristiques individuelles de chaque organisme et de son immunité. Cependant, il arrive souvent que les personnes âgées meurent de vieillesse sans avoir conscience de la terrible maladie qui les envahit.

Avec une activité élevée du processus, un complexe caractéristique de symptômes se développe:

  1. Perte de poids Un homme peut perdre du poids de 10-15 kg par mois.
  2. Faiblesse générale.
  3. Acquisition de teinte verdâtre de la peau.

Ce sont les signes classiques d'intoxication et de cachexie du corps.

Les phénomènes supplémentaires qui alarment les patients avec le processus métastatique sont:

Localisation préférée des métastases dans le cancer de la prostate

Il y a des organes périphériques qui sont presque toujours attaqués par des cellules malignes.

Ceux-ci comprennent:

  1. Ganglions lymphatiques.
  2. Poids léger
  3. Du foie
  4. Les glandes surrénales.
  5. Le rectum
  6. Les os. Les métastases les plus courantes dans la colonne vertébrale pour le cancer de la prostate. Les structures de la hanche sont également touchées, moins souvent - les côtes.

Pour le diagnostic et la détection de la propagation du processus tumoral est utilisé:

  • Rayons X.
  • Tomodensitométrie (CT).
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM).
  • Balayage radio-isotopique.
  • Tomographie par émission de positrons (PET CT).

Toutes ces méthodes sont conçues pour visualiser non seulement le foyer initial de la pathologie, mais également ses parties distantes. Dans différentes situations, il est possible de combiner ces méthodes.

Est-il possible de récupérer?

Il faut tout de suite dire que le problème des lésions corporelles multiples par des structures atypiques est une maladie très grave. Très souvent, il n'est pas possible de détruire complètement la tumeur, mais seulement de parvenir à une période de rémission relative.

Cependant, plus de la moitié des patients ont d'excellents résultats cliniques après un traitement complet du cancer de la prostate utilisant divers traitements.

Ceux-ci comprennent:

  1. Opération La majeure partie de la prostate est enlevée.
  2. Exposition aux radiations des zones pathologiques.
  3. Intervention médicale. La chimiothérapie pour le cancer de la prostate avec métastases osseuses s’est révélée particulièrement efficace, car il est très difficile de les atteindre par d’autres méthodes.

Seule une approche multiforme du traitement du patient peut offrir la possibilité d’une guérison complète. Le problème des néoplasmes malins dans l'organe masculin est toujours d'actualité. Le meilleur moyen de le prévenir reste le dépistage annuel de tous les représentants du sexe fort après 40 ans pour détecter les modifications atypiques dans les cellules de la prostate.

Enfin, il convient de noter que les métastases dans l'adénome de la prostate ne se produisent pas. S'il y a présence de lésions distantes, nous devons parler exclusivement de cancer.

Métastases dans le cancer de la prostate: voies d'accès, signes, traitement

Les métastases qui se sont propagées en raison du cancer de la prostate indiquent les derniers stades du processus malin. Ils sont la principale cause de décès des patients.

Le traitement moderne n'est pas capable de guérir le patient à ce stade. La thérapie vise à faciliter la vie et à la prolonger.

Une pathologie maligne se développe dans la prostate, affectant la miction et la fonction de reproduction. Le principal facteur de risque est l’âge, c’est-à-dire que les chances de tomber malade après 50 ans augmentent considérablement.

Le cancer de la prostate est très différent de l'adénome en ce sens qu'il propage des métastases et se développe avec des symptômes moins graves.

Quel est ce processus?

À un certain stade du développement du cancer, le processus de métastase commence. Elle implique la propagation de particules malignes dans tout le corps et la formation de tumeurs secondaires à partir de celles-ci.

Habituellement, les cellules endommagées sont transportées par le sang ou la lymphe. La présence de métastases indique les derniers stades de la maladie de la prostate. Ils aggravent considérablement le pronostic de survie, entraînant de graves conséquences pour le corps.

Mécanismes de dommages

Les cellules malignes commencent à se propager avec l'apparition de la tumeur primitive. Les foyers secondaires se forment avec le développement ultérieur de la tumeur.

Voies connues pour la propagation des métastases du cancer de la prostate:

  • chemin local - les particules malignes sont transférées aux tissus voisins;
  • intravasation - les cellules oncoforming pénètrent dans la lumière des vaisseaux lymphatiques et sanguins;
  • retard - les particules cancéreuses arrêtent leur mouvement et se déposent dans les capillaires;
  • l'angiogenèse - le développement de cellules cancéreuses dans les vaisseaux sanguins nouvellement formés qui fournissent un apport sanguin au oncoformage;
  • circulation - cellules oncologiques se propageant dans les vaisseaux des systèmes circulatoire et lymphatique jusqu'aux organes et tissus;
  • prolifération - les particules malignes se divisent en micro-métastases.

Organes vulnérables

Les particules de cancer, éloignées du foyer principal, s’installent dans les mêmes organes. Ils sont appelés organes cibles. Les néoplasmes secondaires se développent souvent plus rapidement que la lésion primaire de la prostate.

Organes cibles du cancer de la prostate:

  • Ganglions lymphatiques - le cancer se propage dans les ganglions lymphatiques situés près de la vessie. Mais cela ne signifie pas que les foyers secondaires ne peuvent pas affecter les ganglions lymphatiques distants. Cela se produit au stade 3-4 du cancer de la glande.
  • Os - Des métastases osseuses se forment au stade avancé du cancer de la prostate. Colonne lombo-sacrée principalement touchée, fémurs. Ceci est dû à leur proximité avec l'oncoformage primaire.
  • Cerveau - l'organe est affecté par des particules de cancer de la prostate n'est pas souvent. Les foyers secondaires sont situés entre la matière grise et la matière blanche. L'emplacement dépend de l'intensité du flux sanguin.
  • Les particules malignes légères pénètrent principalement dans l'organe couplé par voie hématogène. Dans 20% des cas, les métastases de cet organe manifestent des symptômes avant le foyer principal.
  • Foie - Les métastases traversent le sang et la lymphe. Les foyers secondaires se caractérisent par le fait qu'ils se forment simultanément dans plusieurs régions du foie. Ils perturbent grandement le travail du corps et se développent rapidement.

Lésions secondaires dans le foie. Échographie

Les métastases en oncologie de la prostate peuvent pénétrer dans les testicules, la vessie et les fibres nerveuses. Tout cela témoigne des 4 étapes du développement de la pathologie de la prostate.

Où sont les métastases après le cancer de l'estomac? Les organes vulnérables sont énumérés ici.

Les symptômes

Selon l’organe affecté par la formation secondaire, certains symptômes apparaissent. Sur eux, il est possible de suspecter le développement du processus oncologique, mais seul un spécialiste sera en mesure de déterminer à partir de quel organe se propage le cancer.

Les principaux symptômes de métastases du cancer de la prostate:

  • Intoxication - les dommages aux organes vitaux et la prolifération d'un grand nombre de tumeurs absorbent les nutriments nécessaires à la vie. Les néoplasmes sont progressivement détruits, empoisonnant le sang. Le patient se plaint de faiblesse, d'appétit, de fièvre. Cela commence par 4 stades d'oncologie de la prostate avec métastases multiples.
  • Hépatomégalie - En raison de multiples foyers secondaires, la taille du foie augmente considérablement. Un patient mince physique peut remarquer une augmentation inexplicable de l'abdomen.
  • Ascite - un foyer secondaire dans le foie conduit à un liquide stagnant. Il peut s'accumuler en grande quantité dans la partie abdominale. Une personne a un gros ventre, parfois pas de forme symétrique.
  • Essoufflement - symptôme associé à une atteinte des poumons, une personne remarque d'abord un essoufflement après un exercice. Au fil du temps, cela devient permanent. Il y a un essoufflement au stade initial des dommages aux poumons.
  • Syndrome douloureux - Selon l’emplacement de la métastase, la douleur peut être ressentie dans l’abdomen, la poitrine. Avec la défaite du tissu osseux, la douleur se fait sentir dans les muscles.
  • Crachats purulents lors de la toux - une toux prolongée pendant plus de deux semaines qui ne disparaît pas, malgré le traitement, devrait donner l’alerte. Si en même temps dans les expectorations se trouve du mucus visible avec des traces de pus et de sang, vous devriez immédiatement consulter un médecin. Un symptôme peut survenir avant que tout problème de la prostate soit détecté.
  • Hypercalcémie - accompagnée d'un mal de tête. Une concentration élevée de calcium dans le sang endommage les reins, entraînant le coma et la mort.
  • Anomalies du système musculo-squelettique - un symptôme indique des métastases dans le cerveau. La démarche du patient peut changer, il peut perdre la capacité de contrôler une partie du corps et l'apparition d'une paralysie complète est possible. La raison en est des métastases, qui pressent certaines parties du cerveau.

Lorsque des foyers secondaires sont détectés dans le corps, il est extrêmement important de détecter une oncoformation primaire. Vous devez d'abord le détruire. Pour ce faire, un examen approfondi du corps.

Diagnostics

Dans le diagnostic du cancer de la prostate et la suspicion du développement de foyers secondaires, le spécialiste prescrit des études supplémentaires pour les identifier. L'équipement moderne vous permet d'étudier le corps de l'intérieur sans intervention chirurgicale.

Méthodes efficaces pour le diagnostic des métastases:

  • IRM - la méthode permet d’obtenir une image du corps du patient dans le plan frontal. Lors de l'étude, une personne est placée dans un tomographe pendant 30 à 60 minutes. Le spécialiste étudie toutes les photos prises, les compare aux données connues et pose un diagnostic.
  • Criblage - la méthode implique la mesure régulière du taux de PSA, qui est un antigène spécifique de la glande. Si son taux sanguin est dépassé, une biopsie systématique est requise. De la même manière, on peut suspecter le développement de l'oncologie dans d'autres organes.
  • Biopsie - un tissu est prélevé dans la zone touchée pour être examiné au microscope. Le plus souvent, la méthode implique une version à l'aiguille fine.

La méthode la plus précise pour confirmer un diagnostic est la biopsie. Ce n’est qu’après avoir été effectué qu’un spécialiste peut établir le diagnostic final et prescrire un traitement.

Cet article répertorie les symptômes de métastases cérébrales.

Traitement

En pratique médicale, il n’existe pas de traitement spécifique pour les métastases. Le médecin utilise des méthodes traditionnelles conçues pour ralentir la croissance des foyers secondaires. Cela permet d'alléger les souffrances et de prolonger un peu la vie.

  • La monothérapie - la thérapie consiste à introduire dans le corps un médicament destiné à lutter contre les particules cancéreuses. Souvent, le traitement est accompagné d'effets secondaires. La plupart d'entre eux passent après la fin du traitement.
  • Thérapie intermittente - une méthode basée sur la médication intermittente. Le plus souvent, ce sont des substances hormonales.
  • Radiothérapie - les cellules cancéreuses sont détruites sous l'influence d'une irradiation aux rayons X de haute puissance. La méthode conduit souvent à la mort de cellules saines, situées près de l’oncoformation.
  • Thérapie hormonale - la méthode implique la réduction du niveau d'hormones mâles, telles que la testostérone. Le médicament est conçu pour une longue période.

Vidéo de la conférence sur le traitement du cancer avancé de la prostate:

Prévisions

Les tumeurs secondaires du cancer de la prostate sont la raison de l’aggravation du pronostic. Ceci établit un diagnostic qui correspond au cancer de la prostate de grade 4. La survie dépend de l'étendue de la pathologie, de son comportement dans la prostate. Avec la défaite des seuls ganglions lymphatiques voisins, leur retrait permettra de continuer la vie pendant 10 ans.

L'atteinte osseuse a une issue moins favorable: le taux de survie à cinq ans est de 23%. Le patient vit habituellement 2-3 ans.

Aucun pronostic moins favorable en ce qui concerne la vie avec des dommages au foie. Les patients présentant de multiples lésions secondaires dans cet organe meurent 2 à 6 mois plus tard.

Les métastases pulmonaires peuvent être enlevées par chirurgie. Ensuite, le pronostic de survie ne sera pas si négatif. Lorsque les métastases du cancer de la prostate dans les poumons, les patients vivent de 3 à 20 ans. Tout dépend du comportement du cancer, de l'efficacité du traitement.

Les foyers secondaires dans le cerveau avec des symptômes graves donnent un mauvais pronostic. Le patient pourra vivre 2-4 mois. La qualité de la vie en souffre beaucoup. Si des métastases étaient détectées aux stades précoces et qu'il était possible de mener un traitement à temps, l'espérance de vie augmentait considérablement.

Métastases pour cancer de la prostate

Les causes

Le corps humain fonctionne comme une horloge. Et ce n'est qu'en lui que le moindre échec se produit, diverses maladies commencent à l'attaquer immédiatement. Pourquoi est-ce que cela se passe? Tout cela peut arriver pour plusieurs raisons:

  • Situations stressantes fréquentes

facteur héréditaire;

  • fréquentes situations stressantes;
  • épuisement du corps dans son ensemble;
  • mauvaise écologie;
  • troubles hormonaux;
  • Le stress chez une personne se manifeste par une réaction spécifique spécifique à la vie ordinaire et quotidienne, ainsi qu’à un certain nombre de circonstances pouvant être à l’origine de cet état négatif. Il en résulte une mobilisation de la plupart des ressources du corps. Un stress pathologique, transitoire en chronique contribue à la manifestation de l'oncologie dans la glande prostatique.

    Le taux de progression de cette maladie dépend du nombre de problèmes accumulés par le patient. Et plus un homme est âgé, plus la probabilité d'apparition de foyers de maladie de la prostate est élevée. Le cancer de la prostate s'est formé assez longtemps. Pendant de nombreuses années sans rien montrer. La cause la plus fréquente de métastases chez l'homme est considérée comme une prédisposition génétique à ce type de maladie.

    Cette terrible maladie provoque l'héritage de patients porteurs du gène LDC1. Il est situé dans l'ADN humain. La croissance de la foudre est facilitée par la présence de testostérone. Ainsi que la présence de certaines maladies infectieuses dans le système urogénital, qui créent des conditions idéales pour le développement de cellules cancéreuses dans ces organes. Les provocateurs les plus puissants sont l’herpès ou le papillomavirus.

    Si des métastases du cancer de la prostate ont déjà été détectées, la première chose à laquelle vous devriez prêter attention est la qualité de la nutrition. Par exemple, les graisses, qui sont nombreuses dans la viande et les produits laitiers, contribuent uniquement à la manifestation des symptômes de la maladie cancéreuse. Mais un grand nombre de fruits ou de légumes, au contraire, protège le corps contre la dégénérescence malheureuse des cellules. Dans ce dernier cas, aucune graisse ne favorise la modification des propriétés des cellules, et la présence de lycopène agit comme un agent anticancéreux. La présence de minéraux, d'oligo-éléments et du complexe de vitamines sur la glande agit de deux manières.

    Après tout, les produits d'origine végétale ne peuvent empêcher la manifestation de l'oncologie dans la prostate. Le risque de tumeurs malignes dans la prostate est significativement accru avec la consommation de produits à haute teneur en calcium.

    Signes d'une tumeur maligne

    Cette maladie est très insidieuse. Et surtout, sa ruse est qu’il n’a montré aucun symptôme clinique pendant longtemps. Et, en augmentant en taille, la tumeur de la glande commence à pincer fortement le canal de l'urètre. En conséquence, l'urine va littéralement goutte à goutte et la taille de la vessie augmente.

    Grâce à l'amélioration des méthodes de diagnostic, l'oncologie de la prostate peut être détectée à un stade précoce.

    Douleur dans l'excrétion de l'urine

    Si cela ne se produit pas et que la maladie est déclenchée, le patient peut présenter les symptômes suivants:

    • la présence de sang dans la composition de l'urine;
    • la quantité de miction augmente;
    • flux d'urine intermittent;
    • des douleurs surviennent pendant l'écoulement de l'urine;
    • anurie.

    Si la douleur dans les os est sévère, des métastases sont suspectées. Ils commencent à «attaquer» le corps dans la colonne vertébrale, affectant les os du bassin de la région lombaire et des membres inférieurs.

    Souvent, les métastases dans le cancer de la prostate peuvent avoir des conséquences très dangereuses - c'est la rétention urinaire dans le corps. Et dans ce cas, une intervention médicale immédiate est nécessaire. Des maladies infectieuses trop fréquentes peuvent indiquer la présence de cellules cancéreuses. Et avec l'âge chez les hommes, le risque de lésion tumorale dans les organes adjacents à la prostate augmente.

    La douleur lors de la miction, qui augmente chaque jour, témoigne de la croissance d'une tumeur maligne.

    Métastases à d'autres tissus organiques

    Le cancer de la prostate présente un tableau clinique particulier caractérisé par la présence de fortes altérations du tissu osseux. Les oncologues distinguent deux types principaux de destruction du tissu osseux:

    Métastases du cancer de la prostate

    Dans la première variante de la lésion avec métastases osseuses, il y a une augmentation significative de la quantité de substances minérales. Un changement ostéolytique consiste à les laver du tissu osseux et, par conséquent, à augmenter le risque de fractures. Les cellules qui contribuent aux formations oncologiques ont deux propriétés: détruire les cellules du tissu osseux et stimuler simultanément ce processus de division. L'infection et la destruction d'autres organes par la tumeur sont dues à la migration des cellules cancéreuses par le canal sanguin ou lymphatique.

    Dans le processus de croissance tumorale, les glandes des cellules saines sont remplacées par des cellules cancéreuses, à la suite desquelles des formations osseuses de la forme tumorale apparaissent. Dans le même temps, la composition du tissu est complètement modifiée: du magnésium et du calcium, du sodium et du fluor y sont présents en grande quantité. La présence de métastases dans le corps affecte les performances de la moelle osseuse. Le plus souvent, ce processus se produit dans la région lombaire de la colonne vertébrale beaucoup moins fréquemment dans la région du fémur ou de la région thoracique.

    Manifestations cliniques

    Souvent, le développement du cancer de la prostate au début est asymptomatique.

    Cependant, les symptômes suivants apparaissent souvent:

    1. Avec la défaite du patient souffrant de métastases médullaires, de graves douleurs au dos surviennent, en particulier lors de la marche ou de l'effort physique.
    2. La sensibilité est altérée.
    3. Une hypoesthésie se manifeste dans l'abdomen.
    4. Douleur intolérable, tir parfois dans le tiers inférieur du dos.
    5. Il y a une violation de la miction.
    6. Perdu votre appétit.
    7. Une très vive manifestation de soif.
    8. Fatigue déraisonnable.
    9. Selon l'emplacement de la tumeur localisée, le patient peut ressentir un engourdissement des jambes.
    10. Après perte de sensibilité, le syndrome douloureux apparaît.

    Méthodes de diagnostic de la manifestation de métastases dans la colonne vertébrale et dans les tissus osseux

    Le processus de diagnostic d'une telle maladie commence principalement par les rayons X, la thérapie par radio-isotopes. Simultanément à ces procédures, le médecin traitant applique des tests de dépistage. Ce test révélera le risque de cancer dans la prostate. Pour les hommes atteints d'une maladie, certaines méthodes de diagnostic permettent de déterminer la forme d'une tumeur maligne. La méthode la plus efficace est la biopsie. Cette méthode consiste dans le fait que le matériel sélectionné pour l'analyse (un petit morceau du tissu vivant du patient) est soigneusement examiné pour la présence de cellules cancéreuses.

    Un autre moyen de détecter les métastases de la prostate est un antigène spécifique de la prostate. Sa vitesse indique la présence et la taille de la tumeur elle-même. Si le niveau d'antigène est inférieur à 20ng / ml, cela signifie qu'il n'y a pas de métastases dans les tissus osseux. Si l'indice antigénique dépasse 40 ng / ml, cela signifie qu'une métastase massive se produit dans le corps. Si un niveau accru d'antigène est détecté, le spécialiste du traitement prescrit un test de métastase au patient. Et ensuite, un traitement individuel est sélectionné.

    Cancer de la prostate avec métastases

    Le cancer de la prostate avec métastases est une maladie grave dont le pronostic est décevant. Les métastases peuvent se propager à divers tissus et organes avec un flux sanguin et lymphatique, ce qui aggrave considérablement l'état du patient.

    Le cancer métastatique de la prostate est caractérisé par la propagation du processus tumoral dans la région des ganglions lymphatiques, des tissus et des organes. Le plus souvent, cette pathologie est diagnostiquée chez les hommes plus âgés et se développe assez lentement, asymptomatique, ce qui entraîne un taux de mortalité élevé.

    Les métastases du cancer de la prostate pénètrent dans d'autres organes et tissus internes avec un flux sanguin et lymphatique.

    • Toutes les informations sur le site sont à titre informatif seulement et ne constitue pas un manuel pour l'action!
    • Seul le MÉDECIN peut vous fournir le DIAGNOSTIC EXACT!
    • Nous vous exhortons à ne pas vous auto-guérir, mais à vous inscrire auprès d'un spécialiste!
    • Santé à vous et à votre famille! Ne pas perdre courage

    L'étude de telles cellules vous permet de sélectionner la zone principale de localisation de la tumeur. La défaite des cellules cancéreuses de la prostate s'accompagne de symptômes tels que mictions fréquentes et douleurs, ainsi que l'apparition de sang dans le sperme et l'urine.

    Les voies de métastases du cancer de la prostate:

    • chemin local - dommages aux tissus très proches;
    • intravasation - pénétration de cellules cancéreuses dans la lumière des ganglions lymphatiques et des ganglions sanguins;
    • retarder - arrêter le mouvement des cellules cancéreuses et les installer dans les capillaires;
    • angiogenèse - la croissance dans de petits vaisseaux sanguins de petites cellules métastatiques qui fournissent un apport sanguin à la tumeur;
    • circulation - la propagation des cellules cancéreuses de la prostate dans les organes internes et les tissus par les vaisseaux lymphatiques et sanguins;
    • prolifération - la division des cellules cancéreuses, suivie de la formation de micro-métastases.

    Les métastases apparaissent lors de la formation de vaisseaux sanguins dans les tissus cancéreux de la prostate et pénètrent dans la lymphe et dans le sang en se propageant dans les tissus et les organes.

    Le plus souvent, la sédimentation cellulaire se produit dans le tissu osseux et les ganglions lymphatiques, formant le même tissu que dans la tumeur de la prostate.

    Les métastases du cancer de la prostate sont considérées comme désastreuses, malgré le fait qu'elles se trouvent dans quelle région.

    Normalement, les cellules cancéreuses se propagent aux premiers stades de la maladie, mais les symptômes ne peuvent commencer à se manifester que lorsque le traitement n'est plus possible.

    Les traitements du cancer de la prostate sont décrits ici.

    Organes qui affectent les métastases

    Les ganglions lymphatiques - les ganglions lymphatiques les plus sensibles (régionaux) des cellules cancéreuses sont des grappes de tissu lymphoïde situées près de la vessie. Le processus de métastase peut également pénétrer dans les ganglions lymphatiques éloignés de la zone touchée de la prostate;

    Tissu osseux - Les métastases primaires du cancer de la prostate dans cette région sont diagnostiquées aux derniers stades du développement du processus pathologique.

    La présence de cellules cancéreuses dans le tissu osseux n'indique pas le développement d'un cancer de l'os mais constitue un dispositif de signalisation de la présence dans le corps de la lésion primaire. Les symptômes de ce processus peuvent être une lourdeur ou des douleurs aux hanches, au bassin et au bas du dos;

    Poumons - les cellules cancéreuses secondaires pénètrent rarement dans cette zone au stade initial de développement, principalement au stade terminal de la maladie. La présence de métastases de la prostate dans les poumons seulement dans 20% des cas se manifeste par des symptômes prononcés: toux constante, essoufflement, crachats de sang en toussant, sensation de raideur et de douleur à la poitrine, augmentation de la température corporelle à 38 ° C, perte de poids;

    Foie - Des métastases dans cette zone surviennent dans 30 à 35% des cas et sont non spécifiques. Manifesté sous forme d'inconfort dans la partie supérieure de l'abdomen, de perte de poids ou de symptômes du stade initial du cancer. Les cellules cancéreuses secondaires affectent simultanément plusieurs régions du foie et perturbent considérablement son travail en se développant assez rapidement.

    Cerveau - dans cette zone, les cellules cancéreuses secondaires sont localisées en fonction de l'intensité du flux sanguin dans le cerveau, principalement entre les limites de la substance grise et de la substance blanche. Le processus de métastase du cancer de la prostate dans cette région ne se produit pas souvent, principalement après des lésions du tissu osseux.

    La défaite des cellules cancéreuses secondaires du cerveau s'accompagne d'une augmentation progressive des symptômes neurologiques: maux de tête, vomissements, troubles de la mémoire, hallucinations, troubles moteurs, crises d'épilepsie et parésies.

    Les cellules cancéreuses secondaires peuvent également affecter d'autres organes, par exemple, la première métastase pénètre dans les testicules et le col de la vessie. S'étendant avec le courant lymphatique et sanguin, les métastases sont localisées dans les organes internes du pelvis et même dans les organes mous avec la défaite des gros vaisseaux et des conduits.

    Dans ce cas, les fibres nerveuses peuvent être endommagées. Le cancer de la prostate a un trait caractéristique qui consiste en la métastase du système squelettique, y compris la colonne vertébrale et les côtes.

    Méthodes de détection des métastases

    Pour identifier la zone de métastase du cancer de la prostate, plusieurs méthodes efficaces sont utilisées pour obtenir des résultats précis.

    La première étape du diagnostic est réalisée à l'aide d'un examen rectal digital permettant de déterminer la présence des modifications suivantes:

    • au stade initial de développement - nœuds simples, simples ou multiples compactés;
    • aux derniers stades de développement - augmentation de la prostate, dégénérescence de la consistance des rochers, absence de limites nettes, présence d'une surface bosselée avec des cordes, réparties sous forme de cornes dirigées vers les uretères et les vésicules séminales.

    Les tests de laboratoire sont utilisés comme mesures de diagnostic auxiliaires pour déterminer le cancer de la prostate. En général, le test sanguin augmente le taux de RSE et de l'enzyme phosphatase acide. Lors de la réalisation d'une cystoscopie, il est possible de déterminer la déformation asymétrique au niveau du col de la vessie.

    L'urétrocystographie permet d'identifier les anomalies pathologiques suivantes:

    • la présence d'une tumeur faisant saillie dans la vessie ou l'urètre, caractérisée par une asymétrie et des contours irréguliers;
    • soulèvement asymétrique du bas de la vessie;
    • hypertrophie de la prostate.

    Une telle méthode de recherche, comme les ultrasons, permet de détecter la présence de déformations des vésicules séminales et l’asymétrie de leur localisation, l’alternance de dilatation des plans et le remplissage défectueux.

    Les données de l'examen cytologique de la sécrétion de la prostate et du matériel obtenu lors d'une ponction par aspiration peuvent confirmer la présence d'un processus de métastase dans le corps.

    Mais sur la base des résultats de cette méthode de diagnostic, le diagnostic final ne peut être établi.

    Par conséquent, pour obtenir un résultat plus précis, une biopsie par ponction est réalisée, ce qui implique de détacher le tissu du site tissulaire affecté.

    Les méthodes de traitement du cancer de la prostate avec des remèdes populaires sont décrites dans cet article.

    Prévisions

    Les métastases du cancer de la prostate qui se sont propagées dans la région des tissus ou des organes internes sont une raison sérieuse de la détérioration du pronostic de la maladie. Le résultat le plus triste est une lésion osseuse, car la présence de tels foyers de métastases indique un taux de survie à cinq ans de 23% et un à dix ans - dans 10% des cas.

    Le pronostic du cancer de la prostate dépend de la croissance des cellules cancéreuses, de la zone du processus pathologique et de l'agressivité du cours de la maladie.

    Vous pouvez déterminer la complexité de la maladie en utilisant les marqueurs suivants:

    • Échelle de Gleason - vous permet de déterminer le degré de cancer et sa malignité;
    • Niveau de PSA (antigène spécifique de la prostate) - aide à détecter la présence d'un cancer aux premiers stades de son développement, ainsi qu'à déterminer les stades de développement du processus pathologique;
    • Le taux de croissance du PSA - offre l’occasion d’établir les risques de progression du cancer de la prostate et de sa prévalence au-delà de la prostate.

    Vidéo: opportunité de l'analyse PSA

    A Propos De Nous

    Le mot "métastases" est familier à beaucoup, à cause d'eux le cancer est si difficile à traiter et passe rapidement au stade 3-4. L'essence de la métastase réside dans le fait que les cellules cancéreuses, apparues et se multipliant, commencent à se déplacer dans le corps, affectant d'autres organes - ganglions lymphatiques, foie, poumons, intestins, cerveau, etc.