Combien de temps pouvez-vous vivre avec des métastases dans la colonne vertébrale et si le pronostic peut être positif

La colonne vertébrale est non seulement la colonne de soutien de tout le corps, mais également une gaine protectrice pour la moelle épinière. Par conséquent, la présence d'une tumeur primaire ou secondaire dans la colonne vertébrale peut perturber toutes les fonctions du corps - du mouvement à la nutrition et à la respiration.

En dépit du fait que la colonne vertébrale présente rarement des tumeurs malignes primitives, les cellules atypiques peuvent s'y propager à partir d'autres organes en raison du flux sanguin et lymphatique actif. Compte tenu de la fréquence des diagnostics de métastases osseuses, il est nécessaire de prendre en compte le pronostic et les perspectives de traitement de cette pathologie.

Critères de survie du patient

La principale question qui inquiète tous les patients atteints de métastases diagnostiquées dans la colonne vertébrale - combien reste-t-il à vivre? Un mot «métastases» est associé à la peine de mort chez de nombreuses personnes. Cependant, dans la pratique, les perspectives de traitement dépendent de plusieurs paramètres. Et une perspective favorable, en principe, est possible.

Le pronostic de survie des patients atteints de cancers secondaires des vertèbres dépend de ces facteurs:

  • le type de néoplasie maligne primitive et le degré de différenciation des cellules cancéreuses (cet indicateur est la tumeur maligne inverse de la tumeur: plus le degré de différenciation est élevé, moins les foyers de néoplasme sont sujets à une croissance et à une propagation rapides);
  • le nombre et le volume de nœuds de cancer dans la colonne vertébrale;
  • l'âge, l'état de santé et le système immunitaire du patient, la présence de maladies systémiques chroniques et les processus de cancer;
  • diagnostic en temps opportun et choix approprié du déroulement du traitement.

La préservation de la densité osseuse (absence de forme ostéoclastique agressive), la croissance lente des tumeurs secondaires et primaires, la nature unique des métastases et le diagnostic précoce de la maladie permettent de prédire avec optimisme une survie d'au moins 3 à 5 ans.

La détection précoce des tumeurs secondaires est possible avec des bilans de santé réguliers. Le syndrome douloureux, qui est souvent le seul signe de dommage, est souvent confondu avec un signe de myosite, d'ostéochondrose, de radiculite et d'autres maladies du système musculo-squelettique. Par conséquent, les visites chez le médecin préfèrent prendre des médicaments contre la douleur et des méthodes traditionnelles.

Cependant, il convient de garder à l’esprit que, contrairement à ces maladies, les métastases de la colonne vertébrale provoquent souvent des troubles sensoriels et des douleurs que les analgésiques traditionnels ne soulagent pas. Cela est dû au fait que la croissance des foyers secondaires de cancer s'accompagne de compression de la moelle épinière et de la destruction progressive des fibres nerveuses.

Le développement de néoplasies secondaires est probable même après plusieurs années après le traitement réussi d'un néoplasme primaire. Par conséquent, les patients enregistrés auprès d'un oncologue pour un cancer dans le passé devraient être particulièrement attentifs à leur propre santé.

Survie dans le cancer métastatique de la colonne vertébrale

En présence de métastases dans la colonne vertébrale, le pronostic est déterminé par plusieurs circonstances. Tout d'abord, il est très important de savoir si une localisation spécifique de la tumeur primitive est établie. Si le diagnostic révèle le type de tumeur et l'organe dans lequel elle se trouve, les chances d'une survie d'un an voire de cinq ans du patient augmentent considérablement.

Avec une localisation non identifiée de la tumeur primitive, l'espérance de vie moyenne d'un patient atteint d'un cancer de la colonne vertébrale métastatique est de plusieurs mois.

Un critère supplémentaire est l'agressivité et la contrôlabilité de la tumeur primitive. Pour que le traitement des métastases soit efficace, sa croissance doit être inhibée par le traitement prescrit.

Deuxièmement, le nombre de néoplasmes secondaires dans la colonne vertébrale elle-même compte, mais aussi leur présence dans les organes viscéraux. Tout d'abord - dans les poumons, le cerveau, les reins et le foie.

En présence de métastases dans les organes internes et d'autres parties du squelette, de fractures pathologiques causées par la résorption osseuse et d'un foyer primaire non détecté du processus oncologique, le taux de survie annuel ne dépasse pas 10%.

Troisièmement, la complexité de l'histoire et la présence d'autres tumeurs malignes primitives sont prises en compte. Lorsque deux cancers primitifs sont associés à des métastases d'un des deux au tissu osseux de la colonne vertébrale, un patient sur 4 a la possibilité de vivre plus d'un an.

Chez les patients présentant une seule métastase dans la colonne vertébrale, les chances de survie pendant au moins 5 ans sont au contraire relativement élevées: elles atteignent 49%. Un traitement adéquat pour ces patients consiste généralement en une élimination chirurgicale des métastases avec une surveillance attentive à la recherche de nouvelles rechutes et d'un renforcement des vertèbres avec une vertébrectomie.

Lors du diagnostic précoce de métastases vertébrales, le taux de survie à cinq ans, selon les données actuelles, pourrait atteindre 80%.

Malheureusement, il est assez difficile de détecter les tumeurs secondaires dans la colonne vertébrale immédiatement après leur apparition en raison de l'imperfection des méthodes standard d'examen préventif et de l'évolution asymptomatique de la maladie avec des tumeurs de petite taille. Les méthodes les plus précises pour diagnostiquer les tumeurs osseuses sont la scintigraphie osseuse, l’imagerie calculée et l’imagerie par résonance magnétique. Ils vous permettent de suivre les formations pathologiques d'un diamètre de 0,3 à 0,5 mm.

Le pronostic pour divers emplacements de la tumeur primitive

La propagation des métastases sur les tissus de la colonne vertébrale est la plus caractéristique des tumeurs des glandes mammaires, de la prostate, des poumons, des reins, de la glande thyroïde et du système lymphatique.

Pour les tumeurs du cancer du sein et du poumon, compliquées par la présence de métastases dans la colonne vertébrale sans fractures pathologiques et par une réduction significative de la hauteur des vertèbres, le taux de survie annuel est d'environ 50%.

L'espérance de vie moyenne des métastases du carcinome rénal est d'environ 9 mois. Plus de 50% des patients vivent avec un traitement adéquat pendant plus d'un an.

Avec les métastases de la tumeur primitive de la glande thyroïde, les projections sont plus optimistes. La survie moyenne des patients après le traitement est de presque 3 ans (la valeur exacte est de 33,1 mois).

Il convient de garder à l'esprit que les métastases du système musculo-squelettique indiquent le plus souvent le développement du 4ème stade du processus oncoprocess, ce qui en soi n'est pas favorable du point de vue pronostique. Cependant, la croissance des tumeurs secondaires dans les os est considérée comme un processus moins agressif que des dommages similaires aux organes internes.

Même avec une compression importante de la moelle épinière, il existe des méthodes pour soulager l’état du patient. Alors que dans le cas de métastases dans le cerveau, le foie ou les poumons, la qualité de vie d'un patient est beaucoup plus difficile à améliorer.

Perspectives pour le traitement du cancer de la colonne vertébrale métastatique

En fonction du degré de sensibilité des cellules tumorales à différents types de thérapie, la radiothérapie, la chimiothérapie hautement toxique, les lasers, la radiochirurgie classique et la radiochirurgie, la thérapie par diphosphonates et médicaments hormonaux sont utilisés dans le traitement des métastases osseuses.

La radiochirurgie est considérée comme la méthode de traitement la plus prometteuse, au cours de laquelle un couteau gamma ou un cyber-couteau est utilisé. Le fonctionnement de l'instrument est basé sur l'irradiation ponctuelle de la tumeur et permet de réduire considérablement ou de détruire complètement les métastases. Le diamètre maximal de la tumeur pour la récupération complète ne doit pas dépasser 20 mm. L'avantage de la technologie est l'impact exclusivement sur les cellules cancéreuses.

Pour les petites tailles, les tumeurs utilisent également une irradiation systémique, mais cette méthode est considérée comme moins efficace. La combinaison de plusieurs cycles de chimiothérapie et de radiochirurgie a fait ses preuves.

L'hormonothérapie est utilisée si le développement d'une tumeur primitive dépend de la concentration en œstrogènes et en testostérone (carcinome de la prostate, cancer du sein, etc.), ainsi que pour soulager l'œdème (glucocorticoïdes).

Le traitement aux diphosphonates et le renforcement des vertèbres au cours des opérations sont utilisés pour réduire le risque de fracture et de compression de la moelle épinière. La laminectomie et les autres types de chirurgie visent principalement à réduire les symptômes neurologiques.

Ainsi, la perspective de survie dépend principalement du volume de la tumeur, de la tolérance du patient à la chimiothérapie, de la sensibilité des cellules cancéreuses à la chimiothérapie et de la complexité du cas (présence d'autres néoplasies primitives, résorption osseuse, etc.). Une grande partie de la santé du patient dépend de sa volonté de suivre les instructions du médecin et de maintenir l'état de son corps grâce à toutes les méthodes de médecine traditionnelle disponibles.

Pronostic pour les métastases vertébrales

Quelle est l'espérance de vie lorsque des métastases apparaissent dans la colonne vertébrale? La question douloureuse se pose avant ceux qui ont dû faire face à une maladie grave. Pas par hasard, le pronostic de cette pathologie n’est pas très consolant. Que sont les métastases? Ce sont des tumeurs secondaires dont l'apparition est provoquée par la tumeur maligne existante. Ils peuvent être formés dans une variété de tissus et d'organes. Pour les métastases osseuses, une espèce multiple est typique.

Classification

Les métastases en tant que cancer secondaire compliquent souvent l'évolution de l'oncologie primaire. À certains stades de la maladie, les cellules atypiques commencent à se répandre de manière incontrôlable dans tout le corps. Ils sont transportés par le sang ou la lymphe, formant de nouveaux foyers pathologiques à divers endroits. Après tout, on sait depuis longtemps qu’une seule cellule défectueuse suffit au développement d’une tumeur. En très peu de temps, il reproduit nombre de ses analogues.

Les métastases à la colonne vertébrale compliquent souvent l'évolution des lymphomes, des myélomes multiples, des tumeurs malignes du poumon, du sein et de la prostate.

Mais la tumeur primitive n’est pas toujours possible à déterminer, et pas tous les patients. À savoir, un diagnostic opportun et une reconnaissance précise de la nature de la maladie primaire sont cruciaux pour le traitement et le pronostic. Et la rapidité du début du traitement dépend directement de la durée de vie de la personne.

Compte tenu des changements survenant dans le tissu osseux, on distingue deux types de métastases osseuses dans la colonne vertébrale:

  • Foyers secondaires ostéoclastiques. Activation observée des cellules osseuses géantes, provoquant la dissolution des éléments osseux. Les images radiographiques montrent clairement une diminution de la hauteur des vertèbres individuelles;
  • Ostéoblastique. Ils se caractérisent par une croissance chaotique des cellules et une augmentation de la densité de la matière osseuse. Les images montrent l'évolution du volume de la zone pathologique, qui se manifeste par un "repérage" prononcé. Il s'étend souvent à tous les composants de la vertèbre.

Sur le plan morphologique, les tumeurs secondaires de la colonne vertébrale sont très variables: leur type dépend de la nature de la lésion primaire. L'histologie révèle souvent un carcinome épidermoïde de la colonne vertébrale, divers carcinomes et de nombreux autres types d'oncologie.

Les symptômes

Les manifestations les plus caractéristiques de la pathologie sont la douleur. La douleur est sourde ou sourde, limitée ou va au-delà de la zone touchée. Une légère douleur ressemble souvent aux symptômes de l'ostéochondrose, mais dans ce cas, elle est plus prononcée et progresse. Au début de la maladie, elle est insignifiante, mais au bout d’un moment elle devient plus forte, elle devient permanente, elle poursuit au repos. Une métastase typique est une douleur épuisante la nuit. Si les métastases sont localisées dans le cou, elles peuvent être administrées aux mains si les tumeurs sont localisées à la poitrine et que la douleur se noue.

Lorsqu'elles se forment dans la zone lombaire, les jambes ressentent des sensations douloureuses.

Les patients présentent souvent une diminution de la sensibilité des membres en raison du type de gants ou de bas, de leur rougeur. La mobilité du patient est perturbée, un trouble de sa sensibilité est perceptible. Troubles pelviens fréquents.

Traitement

La thérapie permet au patient de rester aussi actif que possible le plus longtemps possible. Le succès de la thérapie est souvent déterminé par son actualité: à quelle période particulière du développement de la pathologie elle est commencée. Plus les métastases étaient diagnostiquées rapidement, plus la probabilité de leur élimination était probable. Développé les méthodes de lutte suivantes:

  • Opérationnel;
  • Radiothérapie;
  • La chimiothérapie;
  • Hormonothérapie et plus.

Le plan d'un traitement spécifique dépend du type et du stade de la maladie primaire, de l'état du patient, du nombre et de la taille des néoplasmes. Les objectifs principaux de la thérapie sont de réduire au maximum la douleur, d’éliminer la constriction de la substance cérébrale, de faciliter la vie du patient. Avec les métastases vertébrales, le pronostic est considéré comme pas très favorable. L'une des tâches principales du médecin consiste à prolonger la vie du patient.

Le besoin de radiothérapie et de chimiothérapie est déterminé par la sensibilité à leurs effets sur la tumeur primitive. La chirurgie est pratiquée pour réduire la souffrance du patient et est palliative en cas de douleur intense. Toutes les opérations peuvent être divisées en décompressant stabilisant et décompressif. Ces derniers sont beaucoup plus faciles à exécuter et mieux tolérés, mais ils sont dangereux en raison de la probabilité de détérioration.

Le premier type de chirurgie assure un effet plus efficace. Ces opérations améliorent considérablement la qualité de vie du patient, lui permettant de continuer à exercer des fonctions vitales plus longtemps. Pour ce faire, utilisez une variété de greffes, d'implants et de fixateurs. Mais de telles interventions ne sont pas toujours possibles et sont souvent traumatisantes.

Durée de vie

Il est difficile de donner une réponse concrète à la question sur l'espérance de vie d'un tel patient. Trop de facteurs affectent cette catégorie:

  • Le type de maladie sous-jacente ou le type spécifique de cancer initial;
  • La taille et le nombre de tumeurs dans la colonne vertébrale;
  • Traitements utilisés;
  • L'état général du patient - la présence d'immunité, résistance corporelle, d'autres maladies.

Seul un cinquième des patients présentant de telles métastases vit plus d'un an après le diagnostic. Pour calculer l'espérance de vie des patients, les médecins prennent un an.

Prévisions

Malheureusement, les métastases dans les tissus de la colonne vertébrale apparaissent aux derniers stades de la pathologie oncologique. Habituellement, cet état est déjà un facteur défavorable pour le pronostic. Les experts procèdent du degré de développement de la maladie sous-jacente, des organes importants et de leurs zones affectés et de leur intensité.

Sans traitement, une personne est capable de vivre en quelques mois. En utilisant toutes les méthodes de traitement connues, la durée de la vie suivante ne dépasse pas 2 ans dans la plupart des cas (90%).

Cependant, même avec un diagnostic précoce précis et la mise en œuvre d'un traitement moderne et efficace, seuls 80% des patients vivent encore 5 ans. La nature de la maladie est telle que souvent les patients ne remarquent pas les symptômes alarmants et cherchent de l'aide trop tard.

Métastases dans la colonne vertébrale

Les métastases rachidiennes sont une lésion maligne secondaire de la colonne vertébrale qui se produit lors de la migration de cellules tumorales à partir d'une lésion située dans un autre organe. Manifesté par la douleur, une altération de la sensibilité et des mouvements, une parésie, une paralysie, des troubles pelviens, une hypercalcémie et des fractures pathologiques. Le diagnostic de "métastases dans la colonne vertébrale" est établi en tenant compte de l'historique, de l'examen général et neurologique, de la radiographie de la colonne vertébrale, du scanner de la colonne vertébrale et d'autres procédures de diagnostic. Traitement - chimiothérapie, radiothérapie, hormonothérapie, laminectomie, chirurgie stabilisatrice.

Métastases dans la colonne vertébrale

Les métastases rachidiennes sont des foyers secondaires d'une tumeur maligne d'un autre emplacement, affectant les vertèbres et les structures anatomiques proches. Ce sont les lésions malignes secondaires les plus courantes du squelette. Ils représentent 13% du nombre total de maladies oncologiques. Les néoplasies rachidiennes primaires sont plus courantes. Dans 80% des cas, les métastases de la colonne vertébrale sont diagnostiquées dans les cancers du poumon, du sein et de la prostate. Souvent trouvé dans les sarcomes et les lymphomes. Toute partie de la colonne vertébrale peut être affectée. Le plus souvent, les régions thoracique et lombaire sont touchées et, dans la région cervicale, les métastases de la colonne vertébrale sont relativement rares. Le pronostic est défavorable. Le traitement est effectué par des spécialistes dans le domaine de l'oncologie et de la vertébrologie.

Classification des métastases dans la colonne vertébrale

Compte tenu des modifications caractéristiques de la matière osseuse, il existe deux types de métastases dans la colonne vertébrale:

  • Les foyers secondaires ostéolytiques (ostéoclastiques) - caractérisés par l'activation prédominante des ostéoclastes, la dissolution du tissu osseux. Accompagné d'une diminution de la hauteur des vertèbres visible sur les radiographies.
  • Métastases ostéoblastiques (ostéosclérotiques) de la colonne vertébrale - se caractérisent par une croissance incontrôlée et une augmentation de la densité osseuse. Sur les radiographies apparaissent des "taches", un changement de forme et une augmentation du volume de l'os atteint. Avec les corps, les arcs et les processus de la vertèbre peuvent être impliqués dans le processus.

La structure morphologique des métastases de la colonne vertébrale est caractérisée par une grande variabilité et dépend du type de néoplasie primaire. Au cours de l'examen histologique, il est possible de détecter des carcinomes de grade élevé, moyen et bas et anaplasiques, un carcinome épidermoïde et d'autres types de néoplasmes malins.

Symptômes de métastases dans la colonne vertébrale

La première manifestation devient généralement une douleur. La douleur est souvent sourde, localisée ou s'étend au-delà du niveau de la lésion. Les douleurs de faible intensité dans les métastases de la colonne vertébrale peuvent ressembler à un symptôme similaire de l'ostéochondrose, mais elles en diffèrent par une plus grande persistance et une progression rapide. Aux stades précoces, la douleur en cas de métastases dans la colonne vertébrale peut être insignifiante, provoquée par un tapotement des vertèbres, une rotation du cou ou un soulèvement du membre inférieur redressé.

Dans les douleurs suivantes deviennent constantes, restez au repos. Les douleurs nocturnes sont une caractéristique typique des métastases de la colonne vertébrale. Douleur locale persistante possible, dans laquelle se produit une sensation de "choc électrique" lors des mouvements. Les lieux de "coups" coïncident avec la projection des racines. Avec des métastases dans la colonne vertébrale dans le cou, la douleur irradie vers les membres supérieurs, avec une lésion de la région thoracique autour du torse, avec une localisation dans la région lombaire ou sacrée qu’ils transmettent aux membres inférieurs.

Avec la progression du processus, il existe des troubles radiculaires sous la forme de radiculite lombo-sacrée ou cervico-brachiale. Au cours d'un examen neurologique, des patients présentant des métastases dans la colonne vertébrale révèlent les symptômes positifs de Neri, Lasegue, Landing, etc. Des troubles de la douleur de type douleur de la racine sont détectés chez certains patients. La douleur radiculaire dans les métastases de la colonne vertébrale est caractérisée par un certain caractère cyclique: au stade initial de la lésion de la racine suivante, l'intensité du syndrome douloureux augmente, sa destruction complète disparaît, puis réapparaît lorsqu'elle se propage à la racine suivante.

Chez les patients atteints de métastases au niveau de la colonne vertébrale, la polyneuropathie se manifeste sous forme de paresthésies, de diminution de la sensibilité due au type de bas et de gants, d'hyperhidrose et de rougeur des extrémités distales. La parésie et la paralysie des métastases de la colonne vertébrale se développent soudainement ou progressivement. Troubles du mouvement observés et sensibilité en combinaison avec des troubles pelviens. Les caractéristiques du tableau clinique sont déterminées par le niveau de la lésion, le taux de progression de la compression, la localisation des métastases par rapport à la moelle épinière et les caractéristiques de l'apport sanguin dans la zone touchée. Le syndrome de Brown-Sekar avec métastases dans la colonne vertébrale est rare.

Une augmentation de la résorption osseuse peut entraîner une hypercalcémie se manifestant par une somnolence, une léthargie, une instabilité émotionnelle, des troubles de la mémoire, des troubles cognitifs, des douleurs musculaires et articulaires, une détérioration de l'appétit, des troubles digestifs, une arythmie, une augmentation de la pression artérielle, des démangeaisons cutanées et d'autres symptômes. Les troubles hypercalcémiques aggravent l'état du patient. Outre les manifestations susmentionnées provoquées par des métastases dans la colonne vertébrale, le patient peut présenter des symptômes dus à une néoplasie primitive et à des métastases situées à l'extérieur de la colonne vertébrale.

Diagnostic des métastases dans la colonne vertébrale

Le diagnostic est établi en tenant compte de l'historique de la maladie, des manifestations cliniques et d'un examen complémentaire. Lorsque vous étudiez les antécédents, faites attention à la présence de tumeurs malignes capables de métastases dans la région de la colonne vertébrale. Dans ce cas, les oncologues tiennent compte du fait que les symptômes de métastases dans la colonne vertébrale peuvent survenir simultanément ou presque simultanément aux manifestations de la néoplasie primitive, et après quelques mois, voire des années, après son traitement radical. L'absence d'antécédents de cancer n'est pas une raison pour exclure les métastases dans la colonne vertébrale. Parfois, il n’est pas possible de déterminer la localisation du processus primaire malgré un examen complet du patient.

La présence d'un cancer indique un test sanguin positif pour les marqueurs tumoraux. Au stade initial du diagnostic, les rayons X de la colonne vertébrale sont prescrits aux patients présentant des métastases suspectes dans la colonne vertébrale. Au début de la métastase, les signes radiologiques de lésions vertébrales peuvent être absents. Par conséquent, avec un résultat négatif, des études sur des patients présentant des métastases suspectées dans la colonne vertébrale sont soumises à une scintigraphie, à un scanner et à une IRM de la colonne vertébrale. Pour identifier la néoplasie primaire et les foyers secondaires, une échographie abdominale, une radiographie pulmonaire, une mammographie et d'autres procédures de diagnostic sont effectuées. Le diagnostic différentiel des métastases dans la colonne vertébrale est réalisé avec des lésions vasculaires, les conséquences de maladies inflammatoires, une démyélinisation secondaire et une néoplasie primaire de la colonne vertébrale.

Traitement des métastases dans la colonne vertébrale

Le plan de traitement est déterminé par le type et la prévalence de la tumeur primitive, l'état général du patient, le volume et les manifestations de métastases dans la colonne vertébrale. Les principaux objectifs de la thérapie sont de réduire la douleur, de prévenir ou d’éliminer la compression de la moelle épinière, d’améliorer la qualité et d’augmenter l’espérance de vie des patients. Dans le traitement des métastases de la colonne vertébrale, on utilise la chimiothérapie, les diphosphonates, la radiothérapie, l'hormonothérapie et la chirurgie.

La décision sur le besoin de chimiothérapie et de radiothérapie pour les métastases de la colonne vertébrale est prise en tenant compte de la sensibilité de la tumeur primitive. En cas de néoplasie hormono-dépendante, une hormonothérapie est effectuée. Les diphosphonates sont prescrits pour supprimer la résorption osseuse et éliminer l'hypercalcémie. Les procédures chirurgicales pour les métastases dans la colonne vertébrale sont généralement palliatives. Les indications chirurgicales sont les suivantes: douleur intense, compression progressive de la moelle épinière, syndrome radiculaire aigu avec instabilité de la colonne vertébrale et fracture pathologique de la vertèbre touchée avec compression de la moelle épinière. Le montant de l'intervention dépend de l'état du patient souffrant de métastases dans la colonne vertébrale, du pronostic de la maladie, du type de néoplasie et de la prévalence des lésions dans la colonne vertébrale. Toutes les opérations pour les métastases dans la colonne vertébrale peuvent être divisées en deux groupes: décompressant et stabilisant décompressif.

Les opérations de décompression (laminectomie) sont relativement simples et plus faciles à tolérer pour les patients. Leur principal inconvénient est le risque élevé de re-détérioration des patients en raison de la progression des métastases et de l'instabilité de la colonne vertébrale due à la laminectomie. Les opérations de stabilisation décompressive (utilisation de pinces, d'implants, d'autogreffes automatiques et d'allogreffes) permettent d'activer les patients plus tôt, produisent un effet durable et améliorent de manière significative la qualité de vie des patients atteints de métastases de la colonne vertébrale. Les principaux inconvénients de telles interventions sont leur caractère invasif élevé, leur impossibilité de mener à bien des processus graves et disséminés.

Prévision de métastases à la colonne vertébrale

Les métastases rachidiennes surviennent au stade IV du processus oncologique, ce qui est considéré comme défavorable sur le plan pronostique. Cependant, les métastases osseuses sont assez favorables par rapport aux lésions secondaires des organes viscéraux. L'espérance de vie moyenne des métastases dans la colonne vertébrale varie de 1 à 2 ans. Croissance agressive rapide de la néoplasie primitive, lésions métastatiques multiples de divers organes, court délai entre le traitement du néoplasme primaire et la survenue de métastases rachidiennes, grande tumeur métastatique, absence de signe de sclérose sur les radiographies des vertèbres avant et après le traitement, état grave du patient. Les facteurs pronostiques favorables sont la croissance lente de la tumeur primitive, la nature unique des métastases de la colonne vertébrale, la petite taille de la néoplasie secondaire, la présence de signes de sclérose sur les radiographies avant et après le traitement et l'état satisfaisant du patient.

Quand et en raison du cancer de quels organes des métastases apparaissent-elles dans la colonne vertébrale?

Environ 90% des processus oncologiques de la colonne vertébrale sont des formations métastatiques. La cause de la formation de tumeurs est le processus de cancer dans d'autres organes du corps humain.

Si les métastases ne sont pas contrôlées par la thérapie, la maladie entraînera une douleur douloureuse et la mort prématurée.

Certificat médical

Le processus de métastase implique la formation et la prolifération de cancers secondaires dans la colonne vertébrale. Le foyer principal diffuse constamment ses particules dans tout le corps, certaines s’installant sur les vertèbres. La croissance des métastases est associée aux dernières étapes de l'oncologie primaire.

Les sources

Des lésions secondaires peuvent apparaître dans n'importe quelle partie de la colonne vertébrale. Les métastases affectent souvent les régions lombaire et thoracique. Cela est dû à la localisation de la pathologie primaire, qui peut propager les particules oncologiques par des moyens lymphogènes, hématogènes et autres. La substance médullaire est le plus souvent affectée par les vaisseaux sanguins.

Organes atteints de cancer dans lesquels ils métastasent à la colonne vertébrale:

  • Poumons - le corps contient de nombreux ganglions lymphatiques et vaisseaux sanguins. Ainsi, les tumeurs cancéreuses propagent rapidement leurs particules dans tout le corps. Dans la colonne vertébrale, la section médiane est le plus souvent touchée.
  • Glande mammaire - les formations secondaires apparaissent dans les premiers stades de l'oncologie. Cependant, ils peuvent ne pas se manifester avant longtemps. Chez certains patients, les métastases vertébrales ont été diagnostiquées 10 ans après le retrait du foyer principal. Lombaire plus souvent affecté.
  • Prostate - des foyers secondaires se forment aux derniers stades de l’oncoformation. Les particules malignes affectent la région lombo-sacrée, moins souvent les vertèbres thoraciques et cervicales.
  • Reins - le processus oncologique dans les reins donne des métastases dans 25-30% des cas. Dans la moitié d'entre eux, des foyers secondaires se forment dans les os, y compris la colonne vertébrale.
  • L'estomac - la tumeur primaire transmet les métastases à la colonne vertébrale de manière hématogène. Les particules malignes sont transportées dans la veine porte. Cela ne se produit pas aussi souvent que le foie est le premier sur le chemin des particules de cancer.

L'oncologie dans ces organes provoque des formations secondaires de la colonne vertébrale dans environ 80% des cas. Des dommages sont également possibles dans les lymphomes, les mélanomes, les sarcomes de différentes parties du corps.

Les tumeurs secondaires de la colonne vertébrale entraînent la conversion de la matière osseuse. Les experts identifient 2 types de métastases dans les tissus de la colonne vertébrale:

  • Ostéolytique - les néoplasmes sont caractérisés par l'activation d'ostéoclastes, qui dissolvent le tissu osseux. La pathologie est accompagnée d'un changement dans les zones individuelles. Sur le spécialiste de la radiographie fixe une diminution de leur hauteur.
  • La pathologie ostéoblastique est caractérisée par une forte croissance du tissu osseux avec une augmentation de sa densité. Sur une radiographie, un spécialiste diagnostique un changement de forme des zones touchées, augmentant leur volume. Les sites des vertèbres touchées sont impliqués dans le processus pathologique, tandis que les disques intervertébraux restent intacts.

Des complications

Les métastases dans la colonne vertébrale indiquent que le processus oncologique s'est propagé dans tout le corps. Cela se produit généralement dans les derniers stades de la maladie. Les foyers secondaires qui n’ont pas été détectés à temps peuvent altérer de manière significative la qualité de vie du patient ou être fatals.

Les principales complications associées au développement du processus tumoral dans la colonne vertébrale:

  • Fractures - la pathologie affine les os, les affaiblit. Cela fait référence à la forme ostéolytique de la maladie.
  • Parésie ou paralysie - les particules malignes affectent les terminaisons nerveuses et le liquide céphalorachidien. Le corps n'est pas capable d'effectuer certaines actions. Le problème peut apparaître spontanément ou progressivement.
  • Syndrome de Brown-Sekara - se produit rarement avec une lésion de la moelle épinière. Caractérisé par le fait qu'une partie du corps perd sa sensibilité musculo-articulaire et sa partie opposée - la sensibilité à la douleur et à la température.
  • L'incontinence urinaire est associée à une altération de l'activité physiologique de la vessie en raison d'une compression des nerfs spinaux.

Aux complications décrites s'ajoutent celles provoquées par la tumeur primitive.

En raison du cancer dont les organes sont des métastases dans les reins: voici les explications.

Les symptômes

Le principal symptôme des lésions rachidiennes des tumeurs secondaires est la douleur. Les patients peuvent se plaindre de douleurs diverses. Cela dépend de l'emplacement de l'oncologie.

Symptômes de métastases vertébrales:

  • Douleur douloureuse dans les os - une inflammation apparaît dans les zones touchées, pouvant éventuellement étirer les tissus autour des vertèbres.
  • Douleur dans les membres - le syndrome est souvent appelé "radiculaire". Il est caractérisé par un mouvement le long du nerf. Donc, si la tumeur est située dans la région lombaire, la douleur se propage le long de la jambe. Si la pathologie a frappé la région cervicale, la douleur se manifestera dans la main.
  • Fractures - lorsque les cellules cancéreuses endommagent la colonne vertébrale, ses parois deviennent minces et fragiles. Le patient peut ressentir une douleur soudaine, qui augmente avec la pression sur le tissu osseux.
  • Somnolence, problèmes de mémoire, arythmie, troubles digestifs - symptômes d'hypercalcémie, causés par des lésions osseuses. On le trouve dans la forme ostéoblastique de pathologie.

La défaite de la colonne vertébrale se manifeste par une douleur intense jusqu'à sa destruction complète. La pathologie se propage ensuite à la racine suivante et le syndrome se reproduit.

Diagnostics

L'établissement d'un diagnostic est possible après avoir examiné les antécédents médicaux d'un spécialiste, passé en revue les symptômes et effectué des recherches supplémentaires.

  • Oncomarkers - leur taux sanguin excessif chez un patient peut indiquer un processus cancéreux dans la colonne vertébrale.
  • La méthode par rayons X est effectuée au stade initial de l’étude. L'obtention d'un résultat négatif ne signifie pas que la maladie est absente. Si les suspicions de pathologie persistent, d'autres méthodes sont prescrites.
  • Scintigraphie - les isotopes radioactifs sont injectés dans le corps, le patient est examiné sur un appareil radiologique spécial. Obtenu à partir des images des informations sur la présence de métastases dans la colonne vertébrale sont évaluées par le médecin.
  • Scanner - la colonne vertébrale est scannée par rayons X, à la suite de quoi le médecin reçoit une série d'images couche par couche.
  • IRM - la colonne vertébrale est examinée à l'aide d'un champ magnétique. La méthode détaille bien le tissu des os, ce qui permet d'étudier la structure des vertèbres, du canal, des disques.

Les métastases peuvent être détectées, même si le patient n'a pas d'oncologie dans l'histoire de la maladie. Dans certains cas, l’enquête n’est pas en mesure d’identifier l’emplacement du foyer principal.

Quels aliments arrêter les métastases? La réponse est dans cet article.

Traitement

Les objectifs principaux de la thérapie sont de réduire les symptômes douloureux qui détériorent la qualité de la vie. Le traitement empêche également la compression de la moelle épinière, augmente la longévité.

Le médecin choisit le plan de traitement en fonction du type de pathologie, de l'état général du patient, du degré de métastase.

  • La chirurgie décompressive est l’essence de la méthode pour réduire la pression exercée sur les racines nerveuses de la colonne vertébrale ou la moelle épinière. En conséquence, le patient n'est plus dérangé par la douleur, mais une nouvelle détérioration est possible.
  • Diphosphonates - médicaments hormonaux qui empêchent la résorption du tissu osseux, éliminent l'hypercalcémie. Il est prescrit pour les pathologies hormono-dépendantes.
  • La chimiothérapie est effectuée par un ou plusieurs médicaments qui détruisent les particules du cancer dans tout le corps. La méthode a un certain nombre d'effets secondaires.
  • Radiothérapie - les zones de la colonne vertébrale touchées sont irradiées. Cela conduit à la mort de particules oncologiques et à une diminution de la formation. La méthode affecte négativement les tissus sains adjacents au foyer secondaire.

Prévisions

Des lésions secondaires de la colonne vertébrale apparaissent au stade 4 du cancer, de sorte que le pronostic peut ne pas être favorable au départ. Cependant, les métastases dans la colonne vertébrale sont meilleures que les tumeurs dans les parties internes vitales du corps.

L'espérance de vie est en moyenne de 1-2 ans. Bien que l'indicateur puisse varier en fonction du type de foyer principal, du nombre de métastases dans la colonne vertébrale, des méthodes de traitement, de l'état général du patient.

Le taux de survie moyen dépend de la détection d'une tumeur primitive. Si son emplacement est établi, le patient vivra de 6 à 24 mois.

Le pire pronostic est celui des patients n'ayant pas identifié d'oncoformation primaire, alors qu'il existe des fractures pathologiques et de multiples foyers secondaires dans tout le squelette. Dans de tels cas, les patients vivent plusieurs mois.

Le meilleur pronostic est observé lorsqu'une métastase vertébrale est diagnostiquée. La survie à cinq ans avec un traitement adéquat est de 49%.

Environ 20% des patients ne vivent pas et un an après la détection de la pathologie. Dans 90% des cas, les patients vivent jusqu’à 2 ans, même avec une thérapie.

Les statistiques donnent des moyennes, il est donc nécessaire de prendre en compte l'évolution de la pathologie pour évaluer la situation.

Cancer de la colonne vertébrale de grade 4 - options de traitement

Le cancer peut être considéré comme la pathologie la plus dangereuse, car le taux de croissance, de division et de propagation des cellules cancéreuses est terrifiant. La formation de cancer est observée dans le cas de dommages génétiques à n'importe quelle cellule du tissu. En conséquence, il se forme un cancer des cellules souches, caractérisé par une division anormale conduisant à une augmentation du volume des cellules anormales dans le corps. La maladie de ce type entraîne la mort, car avec le cancer de grade IV avec métastases, le traitement n’est pas possible.

Le cancer de la colonne vertébrale nécessite un traitement urgent, car la maladie se caractérise par des tumeurs malignes primaires et secondaires.

Les experts identifient deux formes fondamentales de cancer de la colonne vertébrale:

  • Tumeurs primaires.
  • Métastases.

Parfois, le cancer de la colonne vertébrale est diagnostiqué tardivement, car les signes de la maladie peuvent être attribués à d'autres pathologies. Les premiers stades de développement comprennent le malaise et la douleur, qui peuvent être confondus avec les rhumatismes, la sciatique et l'ostéochondrose.

Causes de la pathologie et ses signes

En ce qui concerne le développement du cancer de la colonne vertébrale, ainsi que d’autres maladies oncologiques, les spécialistes ont du mal à identifier des causes non ambiguës. Cependant, il existe un certain nombre de facteurs déterminants, notamment:

  • Exposition prolongée à des produits chimiques et à des tissus et cellules - des substances cancérogènes pouvant modifier la structure des gènes.
  • Parmi les causes physiques, il y a l'exposition au rayonnement et au rayonnement solaire excessif.
  • Certains virus sont capables de rester dans les cellules pendant une longue période, provoquant des changements au niveau des gènes - par exemple, le virus d'Epstein-Barr ou le virus du papillome.

Les tumeurs malignes de la moelle épinière sont de deux types, en se concentrant sur le lieu de leur localisation:

  • les cellules cancéreuses affectant la moelle épinière;
  • cellules cancéreuses attaquant la gaine épinière.

Les symptômes peuvent être différents et dépendent de la taille de la tumeur et de sa propension à la propagation de métastases. Les symptômes apparaissent graduellement, de sorte que le diagnostic du stade précoce de la maladie peut être difficile, voire inexistant, ce qui peut considérablement aggraver le pronostic pour déterminer le nombre de personnes vivant à un certain stade du développement de la pathologie. Souvent, la maladie est déterminée lorsque son développement atteint le dernier degré - dans ce cas, l'efficacité des soins médicaux est inefficace. Avec le cancer de grade IV, la maladie progresse activement, détruisant les segments de la colonne vertébrale et le tissu osseux. Dans ce cas, le patient a:

  • douleur sévère au dos;
  • faiblesse musculaire générale;
  • fatigue accrue;
  • difficulté à bouger;
  • violation de la fonctionnalité de l'intestin et du système urogénital;
  • épuisement total;
  • fièvre
  • gonflement dans la colonne vertébrale.

Les processus oncologiques dans le service vertébral qui ont atteint le stade IV peuvent provoquer un engourdissement ou une paralysie complète de tous les systèmes. Aux premiers stades et en présence de cellules cancéreuses dans les vertèbres inférieures, de tels changements évidents peuvent être absents. La croissance et la pression croissante de la tumeur sur les racines de la moelle épinière, les vaisseaux sanguins, les tissus mous peuvent causer de la douleur ou une perte de sensibilité, un engourdissement, une faiblesse musculaire, des réflexes altérés.

Traitement de pathologie

Le cancer de la colonne vertébrale, arrivé au dernier stade, ne donne pas la possibilité d’un traitement radical, la réponse à la question de savoir combien de personnes vivent dans de telles pathologies n’inspire pas l’optimisme. Le seul espoir de prolonger la vie et d'améliorer sa qualité est le schéma thérapeutique optimal. Pour ces experts:

  • essayer de limiter la propagation des cellules cancéreuses;
  • assurer le fonctionnement normal des organes et des systèmes;
  • réduire le taux de développement des néoplasmes;
  • réduire le risque de complications.

Le traitement du cancer de la colonne vertébrale dans la dernière étape doit être complexe, en utilisant:

  • chimiothérapie;
  • radiothérapie;
  • immunothérapie;
  • utilisation de bisphosphonates;
  • traitement palliatif.

La règle de base à garder à l'esprit est que le diagnostic précoce augmente les chances de salut. Par conséquent, en cas de divergences alarmantes, il est nécessaire de consulter un oncologue.

Prévisions

Lorsque le cancer de la colonne vertébrale de grade IV se développe, la pathologie est irréversible, les cellules cancéreuses prolifèrent activement et se propagent par la métastase, ce qui entraîne la défaite de presque tous les systèmes et organes internes. Le système lymphatique et les tissus osseux sont complètement touchés. Considérant combien ils vivent quand ils atteignent la pathologie de ce stade, ils se concentrent sur les organes affectés et le type de néoplasme. Dans ce cas, le pronostic est généralement décevant; à ce stade, il est possible de prolonger la durée de vie de plusieurs semaines ou de plusieurs mois. Dans de très rares cas, cette période est étendue à cinq ou dix ans. Le pourcentage de ces succès est si faible que les statistiques ne le prennent pas en compte.

Les métastases dans la division vertébrale se multiplient très rapidement. Si le problème n'est pas détecté à temps, quelques mois sont une prévision dans 90% des cas. Avec la détection rapide de métastases en oncologie et la mise en place d'un traitement efficace, une survie à cinq ans est observée dans 80% des cas.

Métastases vertébrales au 4ème degré

Les métastases sont des formations tumorales secondaires que la tumeur maligne primitive se propage à d'autres organes et tissus. Environ 90% des néoplasmes malins des os sont métastatiques, c'est-à-dire qu'ils sont secondaires. Une métastase osseuse se caractérise par son caractère multiple.

Raisons

Des métastases vertébrales sont généralement observées dans les types de cancer suivants:

Pulmonaire; Prostatique; Rénal; Laiteux ferreux; Cancer de la thyroïde; Lésions malignes du système digestif; Myélome et sarcome; Les lymphomes.

Les formations métastatiques ne sont pas moins dangereuses pour le corps que la tumeur primitive elle-même. Ils sont capables de détruire le tissu osseux et de causer l'ostéoporose. Lors de la croissance de métastases le long des racines nerveuses et des structures de la colonne vertébrale, une compression peut se produire, qui se manifeste par des symptômes neurologiques.

Cancer du rein

Habituellement, les métastases vertébrales dans le cancer du rein se propagent dans le sang. Habituellement, la défaite du système osseux commence par le plexus veineux épidural - c'est dans cette zone que des cellules malignes atypiques sont introduites dans la structure osseuse.

Si des métastases dans le cancer du rein ont pénétré dans les tissus vertébraux, cela indique que le cancer a atteint le stade III-IV.

Le principal symptôme de métastase vertébrale dans les lésions malignes des reins est un syndrome de douleur intense, qui se distingue de la douleur radiculaire par la force et la stabilité.

Aux stades avancés du cancer du rein avec des métastases similaires, environ 5% des patients atteints de cancer souffrent de compression vertébrale avec troubles de la région pelvienne avec paralysie des jambes et des bras. Le plus souvent, le cancer du rein est affecté par les métastases de la région lombaire, moins souvent - la région thoracique.

Vidéo sur le traitement chirurgical des métastases du cancer du rein dans la colonne vertébrale:

Classification

Les métastases osseuses sont divisées en:

Ostéoblastique - caractérisé par une augmentation et une croissance incontrôlées du tissu osseux. Sur les images radiographiques, ces métastases ressemblent à un point spécifique, elles augmentent l'os affecté et en modifient la forme. Ostéolytique - la dissolution du tissu osseux est typique pour eux, ce qui est lié à une activité anormale des ostéoclastes. Sur la radiographie, une telle métastase se manifeste par une diminution de la hauteur des divisions vertébrales.

Il existe de nombreuses variantes de métastases vertébrales en termes de caractéristiques morphologiques. Selon les données histologiques, ils se divisent en carcinome épidermoïde, en lésions carcinomateuses anaplasiques, en cancers de faible, moyenne et bien différenciés, ainsi qu'en d'autres types de masses.

Symptômes de métastases vertébrales

Car toute formation métastatique est caractérisée par la présence de douleur, qui est essentiellement locale, de caractère douloureux et sourd, rarement étendue au-delà des limites du département concerné.

Contrairement à l'ostéochondrose, le syndrome de la douleur métastatique évolue rapidement et est plus intense. Cependant, dans les premiers stades de développement, la douleur ne peut apparaître qu'après certaines actions, par exemple après avoir tourné le cou ou agité le bras, ou après avoir tapoté la vertèbre.

Avec le développement du processus oncopathologique, les symptômes douloureux deviennent permanents, ils peuvent être maintenus même dans un état calme. Particulièrement inquiets de la douleur la nuit et lorsqu'ils se déplacent, ils ressemblent à des décharges électriques.

Un signe caractéristique de métastases aux vertèbres est la paresthésie et l'hyperhidrose, une sensibilité réduite des pieds et des paumes.

Troubles moteurs souvent perturbés, associés à des troubles de la région pelvienne.

Dans la région cervicale

Si les métastases sont localisées dans les vertèbres cervicales, le syndrome douloureux apparaît immédiatement et la formation métastatique se développe et se développe rapidement.

Le tableau clinique dans son ensemble se résume à une douleur intense résultant des tentatives d'inclinaison ou de rotation de la tête. En raison de la compression des artères de la colonne vertébrale des patients cancéreux, des vertiges et des maux de tête fréquents commencent à se produire.

Dans la région thoracique

Avec une telle localisation des métastases vertébrales des patients cancéreux, la sensation de gêne et les sensations douloureuses dans la zone interscapulaire commencent à être perturbées.

Ces métastases apparaissent généralement plus tard que les lombaires et le col utérin, ce qui est associé aux caractéristiques de l'anatomie de la division vertébrale thoracique.

Lombaire

Le tableau clinique des métastases lombaires est quelque peu différent de celui d’autres localisations de cancers secondaires. Il se caractérise par des signes de divers types de pathologies rénales.

De telles métastases peuvent provoquer un stress statique important, qui se caractérise par des fractures vertébrales par compression et une distorsion de la posture. De telles blessures entraînent souvent des lésions de la colonne vertébrale qui provoquent une paralysie totale ou partielle des jambes.

Diagnostics

La principale tâche dans l'identification des métastases vertébrales est la détermination du foyer de cancer primaire. Procédures telles que l'imagerie par résonance magnétique ou la tomodensitométrie, l'examen aux rayons X de la zone touchée.

Aussi montré conduisant:

Diagnostics intra-organiques par ultrasons; Détection de marqueurs tumoraux dans le sang; Étude scintigraphique; Ostéodensitométrie, etc.

Photo IRM et diagnostic PET de métastases dans la colonne vertébrale

L'étape finale du diagnostic est souvent la biopsie, mais lorsque la tumeur vertébrale se situe ou se situe dans le liquide céphalo-rachidien, la biopsie n'est pas toujours possible.

Traitement

Comme toujours, l'approche du traitement est déterminée par la prévalence et le type d'oncocarpe primaire, l'étendue des métastases et le volume du processus tumoral secondaire.

L'objectif principal est d'éliminer le syndrome de la douleur, de prévenir ou d'éliminer la compression de la colonne vertébrale, d'augmenter l'espérance de vie et d'améliorer la vie d'un patient atteint de cancer. Pour ce faire, appliquez des techniques telles que:

La chimiothérapie; Intervention chirurgicale; Traitement hormonal; Radiothérapie; Thérapie aux bisphosphonates, etc.

On a généralement recours à des manipulations chirurgicales dans les cas où la tumeur résultante constitue un danger mortel pour le patient cancéreux. Mais, par exemple, avec les métastases de la colonne cervicale, cette méthode ne convient pas, car une telle localisation est très difficile.

Le soulagement de la douleur est important:

Des préparations comme l'ibuprofène et le kétoprofène, le nimésulide, etc. Les douleurs d'intensité moyenne nécessitent déjà l'utilisation d'analgésiques opioïdes tels que Promedol, Prosidol ou Tramadol; Aux stades 3-4 du processus tumoral, le soulagement de la douleur avec des médicaments tels que la buprénorphine, le fentanyl ou diverses formes de morphine est présenté.

L'intervention chirurgicale est réalisée de manière endoscopique. Si les métastases sont grandes, le prélèvement par l'ouverture du tissu est indiqué. Dans ce cas, le neurochirurgien élimine tous les tissus ayant subi une métastase.

Il arrive parfois que les tumeurs secondaires atteignent des tailles trop grandes. Toute intervention peut donc menacer la vie d'un patient atteint de cancer, de sorte que ces métastases ne se touchent pas. Si le processus en ligne a atteint le stade terminal, un traitement palliatif est utilisé pour éliminer la douleur insupportable.

Le traitement chimiothérapeutique est utilisé dans le cadre d’un traitement primaire à l’oncocaïne, en tenant compte des métastases aux autres organes. Habituellement, un complexe chimiothérapeutique comprend environ 7-12 séances par jour.

Compte tenu de l'inaccessibilité des métastases osseuses, la radiochirurgie est souvent la méthode la plus efficace pour les traiter, en particulier avec l'utilisation du cyber-couteau. Si la formation mesure moins de 20 mm et se situe dans la zone d’accès aux rayons gamma, une radiothérapie est réalisée.

Combien reste-t-il à vivre avec des métastases dans la colonne vertébrale?

La plupart du temps, les métastases vertébrales se produisent déjà dans les dernières phases du processus de cancer primitif, qui sont elles-mêmes pronostiques défavorables.

En moyenne, l'espérance de vie de ces patients peut atteindre 1 à 2 ans. Si la tumeur primitive est caractérisée par une croissance agressive, par des métastases multiples au-delà d'autres structures organiques ou par l'évolution de l'oncologie, elle se distingue par une métastase précoce après l'ablation chirurgicale du foyer principal, une taille importante de la métastase vertébrale et une maladie grave du patient, il existe alors des facteurs pronostiques indésirables.

Avec de petites tumeurs dans la colonne vertébrale et le développement lent du principal centre de cancérologie, le pronostic de survie est plus favorable.

Malheureusement, en moyenne, les métastases de la colonne vertébrale sont caractérisées par de faibles taux de survie. Dans plus de 90% des cas, les patients ne survivent pas deux ans.

La colonne vertébrale est non seulement la colonne de soutien de tout le corps, mais également une gaine protectrice pour la moelle épinière. Par conséquent, la présence d'une tumeur primaire ou secondaire dans la colonne vertébrale peut perturber toutes les fonctions du corps - du mouvement à la nutrition et à la respiration.

En dépit du fait que la colonne vertébrale présente rarement des tumeurs malignes primitives, les cellules atypiques peuvent s'y propager à partir d'autres organes en raison du flux sanguin et lymphatique actif. Compte tenu de la fréquence des diagnostics de métastases osseuses, il est nécessaire de prendre en compte le pronostic et les perspectives de traitement de cette pathologie.

Critères de survie du patient

La principale question qui inquiète tous les patients atteints de métastases diagnostiquées dans la colonne vertébrale - combien reste-t-il à vivre? Un mot «métastases» est associé à la peine de mort chez de nombreuses personnes. Cependant, dans la pratique, les perspectives de traitement dépendent de plusieurs paramètres. Et une perspective favorable, en principe, est possible.

Le pronostic de survie des patients atteints de cancers secondaires des vertèbres dépend de ces facteurs:

le type de néoplasie maligne primitive et le degré de différenciation des cellules cancéreuses (cet indicateur est la tumeur maligne inverse de la tumeur: plus le degré de différenciation est élevé, moins les foyers de néoplasme sont sujets à une croissance et à une propagation rapides); le nombre et le volume de nœuds de cancer dans la colonne vertébrale; l'âge, l'état de santé et le système immunitaire du patient, la présence de maladies systémiques chroniques et les processus de cancer; diagnostic en temps opportun et choix approprié du déroulement du traitement.

La préservation de la densité osseuse (absence de forme ostéoclastique agressive), la croissance lente des tumeurs secondaires et primaires, la nature unique des métastases et le diagnostic précoce de la maladie permettent de prédire avec optimisme une survie d'au moins 3 à 5 ans.

La détection précoce des tumeurs secondaires est possible avec des bilans de santé réguliers. Le syndrome douloureux, qui est souvent le seul signe de dommage, est souvent confondu avec un signe de myosite, d'ostéochondrose, de radiculite et d'autres maladies du système musculo-squelettique. Par conséquent, les visites chez le médecin préfèrent prendre des médicaments contre la douleur et des méthodes traditionnelles.

Cependant, il convient de garder à l’esprit que, contrairement à ces maladies, les métastases de la colonne vertébrale provoquent souvent des troubles sensoriels et des douleurs que les analgésiques traditionnels ne soulagent pas. Cela est dû au fait que la croissance des foyers secondaires de cancer s'accompagne de compression de la moelle épinière et de la destruction progressive des fibres nerveuses.

Le développement de néoplasies secondaires est probable même après plusieurs années après le traitement réussi d'un néoplasme primaire. Par conséquent, les patients enregistrés auprès d'un oncologue pour un cancer dans le passé devraient être particulièrement attentifs à leur propre santé.

Survie dans le cancer métastatique de la colonne vertébrale

En présence de métastases dans la colonne vertébrale, le pronostic est déterminé par plusieurs circonstances. Tout d'abord, il est très important de savoir si une localisation spécifique de la tumeur primitive est établie. Si le diagnostic révèle le type de tumeur et l'organe dans lequel elle se trouve, les chances d'une survie d'un an voire de cinq ans du patient augmentent considérablement.

Avec une localisation non identifiée de la tumeur primitive, l'espérance de vie moyenne d'un patient atteint d'un cancer de la colonne vertébrale métastatique est de plusieurs mois.

Un critère supplémentaire est l'agressivité et la contrôlabilité de la tumeur primitive. Pour que le traitement des métastases soit efficace, sa croissance doit être inhibée par le traitement prescrit.

Deuxièmement, le nombre de néoplasmes secondaires dans la colonne vertébrale elle-même compte, mais aussi leur présence dans les organes viscéraux. Tout d'abord - dans les poumons, le cerveau, les reins et le foie.

En présence de métastases dans les organes internes et d'autres parties du squelette, de fractures pathologiques causées par la résorption osseuse et d'un foyer primaire non détecté du processus oncologique, le taux de survie annuel ne dépasse pas 10%.

Troisièmement, la complexité de l'histoire et la présence d'autres tumeurs malignes primitives sont prises en compte. Lorsque deux cancers primitifs sont associés à des métastases d'un des deux au tissu osseux de la colonne vertébrale, un patient sur 4 a la possibilité de vivre plus d'un an.

Chez les patients présentant une seule métastase dans la colonne vertébrale, les chances de survie pendant au moins 5 ans sont au contraire relativement élevées: elles atteignent 49%. Un traitement adéquat pour ces patients consiste généralement en une élimination chirurgicale des métastases avec une surveillance attentive à la recherche de nouvelles rechutes et d'un renforcement des vertèbres avec une vertébrectomie.

Lors du diagnostic précoce de métastases vertébrales, le taux de survie à cinq ans, selon les données actuelles, pourrait atteindre 80%.

Malheureusement, il est assez difficile de détecter les tumeurs secondaires dans la colonne vertébrale immédiatement après leur apparition en raison de l'imperfection des méthodes standard d'examen préventif et de l'évolution asymptomatique de la maladie avec des tumeurs de petite taille. Les méthodes les plus précises pour diagnostiquer les tumeurs osseuses sont la scintigraphie osseuse, l’imagerie calculée et l’imagerie par résonance magnétique. Ils vous permettent de suivre les formations pathologiques d'un diamètre de 0,3 à 0,5 mm.

Le pronostic pour divers emplacements de la tumeur primitive

La propagation des métastases sur les tissus de la colonne vertébrale est la plus caractéristique des tumeurs des glandes mammaires, de la prostate, des poumons, des reins, de la glande thyroïde et du système lymphatique.

Pour les tumeurs du cancer du sein et du poumon, compliquées par la présence de métastases dans la colonne vertébrale sans fractures pathologiques et par une réduction significative de la hauteur des vertèbres, le taux de survie annuel est d'environ 50%.

L'espérance de vie moyenne des métastases du carcinome rénal est d'environ 9 mois. Plus de 50% des patients vivent avec un traitement adéquat pendant plus d'un an.

Avec les métastases de la tumeur primitive de la glande thyroïde, les projections sont plus optimistes. La survie moyenne des patients après le traitement est de presque 3 ans (la valeur exacte est de 33,1 mois).

Il convient de garder à l'esprit que les métastases du système musculo-squelettique indiquent le plus souvent le développement du 4ème stade du processus oncoprocess, ce qui en soi n'est pas favorable du point de vue pronostique. Cependant, la croissance des tumeurs secondaires dans les os est considérée comme un processus moins agressif que des dommages similaires aux organes internes.

Même avec une compression importante de la moelle épinière, il existe des méthodes pour soulager l’état du patient. Alors que dans le cas de métastases dans le cerveau, le foie ou les poumons, la qualité de vie d'un patient est beaucoup plus difficile à améliorer.

Perspectives pour le traitement du cancer de la colonne vertébrale métastatique

En fonction du degré de sensibilité des cellules tumorales à différents types de thérapie, la radiothérapie, la chimiothérapie hautement toxique, les lasers, la radiochirurgie classique et la radiochirurgie, la thérapie par diphosphonates et médicaments hormonaux sont utilisés dans le traitement des métastases osseuses.

La radiochirurgie est considérée comme la méthode de traitement la plus prometteuse, au cours de laquelle un couteau gamma ou un cyber-couteau est utilisé. Le fonctionnement de l'instrument est basé sur l'irradiation ponctuelle de la tumeur et permet de réduire considérablement ou de détruire complètement les métastases. Le diamètre maximal de la tumeur pour la récupération complète ne doit pas dépasser 20 mm. L'avantage de la technologie est l'impact exclusivement sur les cellules cancéreuses.

Pour les petites tailles, les tumeurs utilisent également une irradiation systémique, mais cette méthode est considérée comme moins efficace. La combinaison de plusieurs cycles de chimiothérapie et de radiochirurgie a fait ses preuves.

L'hormonothérapie est utilisée si le développement d'une tumeur primitive dépend de la concentration en œstrogènes et en testostérone (carcinome de la prostate, cancer du sein, etc.), ainsi que pour soulager l'œdème (glucocorticoïdes).

Le traitement aux diphosphonates et le renforcement des vertèbres au cours des opérations sont utilisés pour réduire le risque de fracture et de compression de la moelle épinière. La laminectomie et les autres types de chirurgie visent principalement à réduire les symptômes neurologiques.

Ainsi, la perspective de survie dépend principalement du volume de la tumeur, de la tolérance du patient à la chimiothérapie, de la sensibilité des cellules cancéreuses à la chimiothérapie et de la complexité du cas (présence d'autres néoplasies primitives, résorption osseuse, etc.). Une grande partie de la santé du patient dépend de sa volonté de suivre les instructions du médecin et de maintenir l'état de son corps grâce à toutes les méthodes de médecine traditionnelle disponibles.

A Propos De Nous

Les leucocytes sont des globules blancs du système circulatoire, responsables de l’immunité du corps lorsque des virus, des parasites et des bactéries l’affectent. Dans les cancers de la prise de sang générale, la quantité de leucocytes augmente généralement de manière significative.