Cancer de la prostate - symptômes et tactique de traitement

Chez les hommes de plus de 40 ans, les processus pathologiques de la prostate commencent souvent à se développer. Il y a plusieurs raisons à cela. Le cancer de la prostate est également considéré comme fréquent. C'est une tumeur maligne qui se développe sur une longue période. Il affecte les patients âgés de 50 à 60 ans. La nouvelle croissance altère la fertilité et perturbe également l'érection. Le cancer, dans lequel la prostate est atteinte, est considéré comme difficile à diagnostiquer, car il est souvent confondu avec un dommage au système génito-urinaire.

Chez les hommes de plus de 40 ans, les processus pathologiques de la prostate commencent souvent à se développer. Il y a plusieurs raisons à cela. Le cancer de la prostate est également considéré comme fréquent. C'est une tumeur maligne qui se développe sur une longue période. Il affecte les patients âgés de 50 à 60 ans. La nouvelle croissance altère la fertilité et perturbe également l'érection. Le cancer, dans lequel la prostate est atteinte, est considéré comme difficile à diagnostiquer, car il est souvent confondu avec un dommage au système génito-urinaire.

Description générale et causes de la maladie

Le néoplasme se développe à partir du tissu épithélial des canaux de la prostate. Les cellules de carcinome sont atypiques et sa particularité est qu'elles vont au-delà de leur capsule et se propagent plus loin. La tumeur a un caractère hormonal et est un ensemble de foyers denses de couleur jaune.

Carcinome localisé à la périphérie de la prostate. Il affecte les nerfs, les vaisseaux sanguins, les ganglions lymphatiques. La maladie est très dangereuse, car elle peut métastaser.

Quant aux causes de carcinome, elles sont:

  • inflammation de la prostate, caractérisée par une détérioration de la circulation sanguine dans cet organe (de nature chronique);
  • adénome (prolifération bénigne de cellules);
  • troubles hormonaux, dans lesquels il y a une augmentation du niveau d'androgènes;
  • lésion bactérienne de la prostate;
  • interaction constante avec les alliages contenant du cadmium (il peut s'accumuler dans l'organisme et nuire considérablement à la santé);
  • mutations génétiques;
  • prédisposition génétique;
  • changements naturels liés à l'âge;
  • manque d'activité physique, ce qui conduit à la stagnation du sang dans la prostate.

Le cancer de la prostate est une maladie complexe et insidieuse, car il se développe lentement et la tumeur se métastase au cours des premières étapes de son développement.

Classification des maladies

Pour le cancer de la prostate, le traitement doit commencer dès que possible. Cela améliorera les prévisions pour la vie future d'un homme. La tumeur peut se développer lentement ou être agressive. Moins le processus de différenciation cellulaire est perturbé, plus les chances d'aboutissement sont favorables. En outre, le cancer de la prostate peut être classé comme suit:

Polymorphe. Dans ce cas, les cellules ont des formes et des tailles différentes et se caractérisent également par une croissance et une division rapides.

  • Carcinome anaplasique. Ici, il y a un changement dans la structure des cellules pathologiques.
  • Solide. La tumeur est constituée de trabécules, séparées par du tissu conjonctif.
  • Carcinome fibreux.
  • Squamous.
  • Carcinome tubulaire.
  • Alvéolaire.

Malgré le fait que cela mène au développement d'un carcinome de la prostate, on peut le classer selon le degré d'agressivité:

  • Différencié. Son pronostic est positif puisque l'agressivité du carcinome de la prostate est faible dans ce cas. Le changement de cellules n'est pratiquement pas observé.
  • Indifférencié. Ici, les principaux signes des cellules sont quelque peu flous. Des changements irréversibles commencent en eux. Mais dans ce cas, la probabilité de métastase est faible.
  • Indifférencié. Ce type de tumeur est le plus dangereux, car il se caractérise par une agressivité élevée. En peu de temps, la tumeur se développe dans les organes voisins.

Comme la dépendance aux hormones est caractéristique du carcinome de la prostate, des médicaments bien choisis peuvent affecter de manière significative sa croissance et son développement. Il est formé assez longtemps. D'un état précancéreux à l'oncologie, la tumeur disparaît au bout de 10 à 15 ans, de sorte que le moindre symptôme de carcinome de la prostate ne peut être ignoré.

Symptômes et diagnostic de pathologie

Chez les hommes, le cancer de la prostate est plus souvent diagnostiqué après 40 ans. Cependant, il commence à se développer beaucoup plus tôt. Pour un diagnostic précis, vous devez subir un examen approfondi de la prostate, y compris les procédures suivantes:

  • Palpation de la région rectale. Un médecin expérimenté peut sentir le cancer de la prostate avec ses doigts, si sa taille est de plusieurs centimètres (en fonction du stade de la maladie).
  • Test sanguin pour les marqueurs tumoraux. Une telle étude fournira l’occasion de déterminer la présence d’un processus malin dans le corps.
  • Échographie et CT. Ces procédures permettent de visualiser complètement le cancer de la prostate. Il devient possible de déterminer avec précision sa taille, son emplacement, son type.
  • Biopsie de la tumeur. Cette procédure vous permet de déterminer le type de cellules anormales, le degré de malignité du processus.

Seul un examen sérieux permettra aux médecins de prescrire le traitement approprié. Naturellement, le patient doit décrire avec précision ses propres sentiments. Le principal symptôme du carcinome de la prostate est la présence de sang dans les urines et le sperme. Dans le premier cas, le signe apparaît en raison du fait que la tumeur endommage les vaisseaux sanguins. Au cours des stades avancés du développement de la maladie, du sang apparaît également lors des selles, lorsque la tumeur envahit le rectum. Il y a d'autres signes de la maladie:

  • écoulement muqueux de l'urètre (la capsule de la prostate est brisée, une obstruction d'organe se développe);
  • douleur (elle est localisée dans l'aine, le bas du dos, le périnée et ne peut pas être résolue avec des médicaments, car le processus pathologique affecte les terminaisons nerveuses et les plexus);
  • douleur et sensation de brûlure pendant la miction (le canal est submergé par l'hypertrophie de la prostate);
  • incontinence ou fuite d'urine;
  • violation de l'érection (avec le temps ça ne fait que progresser).

La plupart des symptômes sont individuels. Si le cancer de la prostate se développe, l'inflammation des ganglions lymphatiques régionaux se joint au processus malin. Au fil du temps, les jambes de l'homme commencent à gonfler fortement et un sentiment de faiblesse apparaît. Aux stades finaux du développement, le cancer de la prostate entraîne la paralysie des membres inférieurs, en raison de la croissance de métastases dans les os et la colonne vertébrale, qui contracte la moelle épinière.

Règles pour le traitement de la pathologie

Après la détermination du stade du cancer de la prostate, il est nécessaire de commencer immédiatement le traitement de la pathologie. Il devrait être complet et inclure les traitements suivants:

  • Médicaments. Les principaux médicaments utilisés en thérapie sont hormonaux, car le patient doit réguler la production de testostérone et d’autres androgènes. Aux premiers stades du cancer de la prostate, seul un médicament est utilisé. En outre, des médicaments sont nécessaires pour réduire la taille de la tumeur avant la chirurgie prévue. La durée et l'efficacité du traitement sont déterminées par le médecin traitant. Cependant, après l'abolition des drogues, la production excessive d'androgènes reprend. Avec le cancer avancé de la prostate, les testicules sont enlevés. Cela évitera une production excessive de testostérone.
  • Si le cancer de la prostate est diagnostiqué aux stades 2 à 3, une intervention chirurgicale est prescrite au patient. Cependant, c'est possible s'il n'y a pas de métastases. La chirurgie radicale ou la prostatectomie laparoscopique est souvent utilisée. C'est-à-dire que la prostate peut être enlevée complètement ou partiellement. En outre, la rééducation est effectuée, au cours de laquelle la fonction urétrale et sexuelle est rétablie.
  • Radiothérapie Cette méthode de traitement du carcinome de la prostate est un danger pour les autres organes internes, car elle implique une exposition à des radiations. Aujourd'hui, vous pouvez utiliser un autre type de thérapie - la curiethérapie. Cette méthode de traitement est étroitement ciblée, donc moins dangereuse.
  • Le retrait complet de la prostate et du carcinome est indiqué en présence d'une tumeur volumineuse et en l'absence de métastase. Ces trois méthodes de traitement sont souvent utilisées simultanément. Les remèdes populaires ne sont pas recommandés pour être utilisés seuls, car ils ne sont pas une panacée et ne peuvent pas détruire les cellules cancéreuses.

Mesures préventives

Le nombre de patients atteints de ce type de cancer augmente chaque année. Par conséquent, si le premier signe de carcinome de la prostate (urine avec du sang) apparaît, vous devez immédiatement contacter votre urologue et votre oncologue. Après traitement, vous pouvez obtenir une rémission stable, mais le risque de rechute demeure. Par conséquent, il est nécessaire de prévenir la récurrence du cancer.

Pour la prévention du cancer de la prostate, vous devez suivre les recommandations des experts:

  • respectez un régime (les aliments doivent être complets, sans produits nocifs, sans plats gras et fumés, contenant des fruits de mer);
  • renoncez à l'alcool;
  • faire de l'exercice immédiatement après le retrait de la prostate (la charge doit être petite, mais des actions sont nécessaires pour aider à rétablir une circulation sanguine normale, en éliminant la stagnation);
  • Périodiquement devrait subir une inspection à l'urologue.

Le carcinome est une maladie dangereuse qui, si elle n'est pas traitée, est fatale. Cependant, un diagnostic et un traitement corrects du cancer à un stade précoce peuvent considérablement améliorer le pronostic et la qualité de vie d'un homme.

Vous avez trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée

Cancer de la prostate (prostate): tous les symptômes, diagnostic, traitement, survie

La prostate est l'un des organes les plus fondamentaux d'une forte moitié de notre population. Il entoure l'urètre et se situe sous la vessie. Mais à quoi ça sert? La glande elle-même sécrète un certain liquide dans lequel les spermatozoïdes peuvent vivre et fonctionner pendant un certain temps en dehors des testicules. Considérons une maladie méchante - le cancer de la prostate.

Statistiques sur les malades

Le cancer de la prostate chez l'homme est une tumeur maligne de la prostate, qui se développe et se développe rapidement, puis se métastase à d'autres organes. En dépit du fait que les processus dans les tissus de la prostate se développent suffisamment longtemps (par rapport à d'autres tumeurs oncologiques), le cancer présente toujours un grave danger pour la vie du patient.

En Russie, la maladie n’est pas aussi répandue qu’en Europe. En général, selon les statistiques, la majorité des patients atteints de cette maladie sont noirs. C'est plutôt étrange, car ils ne contractent pas le cancer aussi souvent que les Blancs.

En règle générale, le cancer de l'adénome de la prostate a une gravité caractéristique chez les patients plus âgés. Et généralement après 50 ans, le risque de contracter la maladie chez les hommes atteints de cette maladie est plus élevé que chez les jeunes. Bien entendu, la génétique a également une influence - donc si le père souffrait d'une telle maladie, le fils aurait alors une chance de tomber malade 2 à 3 fois plus élevé que l'autre. Il y a aussi un inconvénient dans le fait que, comme pour tout cancer, les premiers signes du cancer de la prostate n'apparaissent pas.

Les causes

Plusieurs facteurs approximatifs influent sur l'apparition du "cancer chez l'homme". Comme tout autre cancer, les scientifiques et les médecins ne disposent malheureusement pas de données exactes sur les causes exactes d'une mutation de la prostate. Considérez toutes les causes du cancer de la prostate:

  • Âge de l'homme. Chez l'homme comme chez l'homme, des modifications hormonales apparaissent dans le corps avec l'âge. En raison de ce que l'hormone mâle devient moins, les organes fonctionnent un peu différemment que chez les jeunes. En conséquence, la glande elle-même peut muter et produire des cellules tumorales. Les statistiques montrent que le cancer jeune est extrêmement rare. Habituellement, le risque de tomber malade augmente après 40 à 50 ans.
  • Hérédité et gènes. Si un homme a une famille atteinte de cette maladie, il court un risque accru de tomber malade. Il est clair que plus un parent malade est éloigné d'une génération à l'autre, moins le risque est élevé, mais il n'en reste pas moins. Comme le montre la pratique, l'héritage du cancer apparaît plus souvent. Deux gènes, BRCA 1 et BRCA2, influencent l'hérédité de prédisposition au cancer de la prostate.
  • Mauvaises habitudes L'alcool, le tabac et le tabagisme, ainsi que les drogues contiennent un grand nombre de produits chimiques et de mutagènes qui affectent la survenue de tous les cancers, y compris le cancer de la prostate (PCa). À cela, on peut ajouter une activité réduite, un travail assis, etc. Les hommes impliqués dans le sport sont moins susceptibles de souffrir de cette maladie.
  • Puissance Les médecins recommandent aux patients présentant un risque de contracter cette maladie de ne pas manger de viande rouge ni de graisses animales.
  • Écologie. Ce facteur de risque affecte de nombreuses maladies. Et avec une mauvaise situation environnementale dans votre ville, ainsi que la pollution chimique, les risques de tomber malade augmentent considérablement.
  • Échec hormonal. Dans ce cas, il peut y avoir une forte augmentation du niveau des hormones mâles testostérone, dihydrotestostérone et androstènedione. Après cela, la glande elle-même augmente considérablement et des cellules apparaissent à l'intérieur de celle-ci, qui commencent à se développer très rapidement et peuvent ensuite se développer et se transformer en cancer.
  • L'adénome de la prostate est-il un cancer ou pas? Non, il s'agit d'une tumeur bénigne de cellules à croissance rapide, qui peut également se transformer en cancer. La mutation se produit à partir de l'épithélium glandulaire.
  • Prostatite Inflammation normale, entraînant une violation de la circulation sanguine à l'intérieur de la glande et un manque d'oxygène dans certains tissus et cellules.
  • Infections génitales. Habituellement, les maladies sont très désagréables et concernent tout l'organe sexuel d'un homme. En raison de l'activité vitale de l'infection, des cellules de mauvaise qualité peuvent apparaître.

Stade nul ou condition précancéreuse

Comme toute autre tumeur, le cancer de la prostate présente plusieurs affections précancéreuses qui peuvent ne pas évoluer en cancer, mais le risque de tomber malade augmente considérablement.

  1. Hyperplasie maligne (néoplasie intraépithéliale de la prostate). L'apparition d'une condition précancéreuse obligatoire est favorisée par certaines cellules qui, en raison de la mutation, commencent à changer de structure et se multiplient assez rapidement.
  2. Adénose atypique (hyperplasie prostatique atypique). Au centre de la glande apparaissent des formations plus denses ou, comme on les appelle aussi "nodules", dans lesquelles les cellules commencent en raison de facteurs externes ou à la maladie pour se développer et se reproduire plus rapidement. Cette condition précancéreuse facultative n'indique pas un développement du cancer à 100%, mais les néoplasmes et les cellules elles-mêmes ont une structure légèrement différente et des noyaux élargis à l'intérieur des cellules.

NOTE! Ces deux facteurs ne conduisent pas toujours à l'apparition du cancer lui-même. Cela est généralement influencé par un grand nombre de facteurs: du tabagisme et de l'alcool à la nutrition et à l'environnement.

Les symptômes

Comme d’autres cancers, ce type de tumeur se comporte de manière cachée et silencieuse dès les premiers stades. En même temps, un antigène prostatique spécifique, ou PSA, commence à être libéré dans le sang. Mais pour l'identifier, il est nécessaire de faire un don de sang pour un marqueur tumoral donné. Le plus souvent, un homme comprend qu'il n'est malade que lorsque la tumeur elle-même commence à se propager aux organes voisins: les intestins, la vessie. Considérez tous les symptômes du cancer de la prostate:

  1. Habituellement, après un état précancéreux, les cellules malignes passent au stade du cancer et commencent à se multiplier rapidement. Dans ce cas, la glande elle-même augmente considérablement et commence à exercer une pression sur la vessie. En même temps, les symptômes de la cystite apparaissent immédiatement lorsque vous souhaitez constamment aller aux toilettes. Sensations que la vessie est pleine, même après une miction intense.
  2. Il peut y avoir des brûlures et des douleurs en urinant, ainsi que des douleurs périodiques au niveau du périnée. Mictions fréquentes. L'attraction sexuelle est réduite.
  3. À mesure que la glande grossit elle-même, elle commence à exercer une pression sur l'urètre et à en réduire le diamètre. Ensuite, il est difficile pour un homme d’aller aux toilettes, il faut beaucoup s’efforcer d’aller «petit».
  4. Si la tumeur est trop grosse, il devient encore plus difficile d'aller aux toilettes à cause de ce que l'urine commence à remonter dans les reins à cause de l'excès et de la formation de calculs. Les uretères et le bassinet sont dilatés. Dans les stades ultérieurs, le canal urétral est complètement bouché et les médecins mettent un cathéter.
  5. En urinant, il peut y avoir du sang dans les urines. Ensuite, la tumeur a endommagé un vaisseau de l'urètre, des voies urinaires ou de la vessie.
  6. Les premiers signes de métastases sont le scrotum gonflé, le pénis et les jambes gonflés.
  7. Nous sommes complètement imprégnés de nerfs, qui se nourrissent également de vaisseaux sanguins. Une tumeur peut provoquer un gonflement grave du nerf, responsable de la puissance.
  8. Si le cancer lui-même a atteint le rectum, dans ce cas, il peut y avoir une douleur intense lors d'un acte de défécation.
  9. Il y a des métastases dans les poumons, quand une toux sèche ou dans le foie apparaît - alors la jaunisse peut se développer.

Tous les signes susmentionnés du cancer de la prostate peuvent suggérer d'autres maladies. Ainsi, si au moins certains symptômes apparaissent, il sera nécessaire de consulter un médecin afin de passer des tests sanguins généraux, une analyse biochimique et du sang pour les marqueurs tumoraux.

Diagnostics

Vous devez d’abord identifier la maladie elle-même, ce qui est assez difficile à faire au cours des premières étapes du développement de la tumeur. Plus tard, vous devez connaître l'étendue de la lésion, le stade et la taille de la tumeur elle-même. Le plus important est de déterminer si les cellules malignes se métastasent ou non, et combien de temps il reste pour le traitement. Comment identifier le cancer de la prostate?

Méthodes d'enquête

  • Tests sanguins. Habituellement, le médecin commence à soupçonner que quelque chose ne va pas, après les analyses cliniques et biochimiques habituelles. Après cela, il envoie le patient passer des tests sanguins pour le PSA. Les analyses sur les antigènes ne donnent pas de résultats précis et les performances augmentent. Ces protéines peuvent également apparaître pour d'autres maladies.
  • Étude des doigts. Ce n'est pas une procédure très agréable, mais il indique clairement à quel stade du cancer. Avec l'aide de la palpation, le médecin vérifie l'élargissement et scelle la glande à l'intérieur.
  • Échographie. Un capteur est inséré dans l'anus, qui examine la taille de la tumeur, sa nature et également des phoques.
  • Biopsie de la prostate. Si l'antigène de la prostate est élevé et qu'il est déjà clair que la tumeur l'est. Vous devez connaître une tumeur maligne ou bénigne. Une aiguille spéciale est insérée et un petit morceau de tissu est pris. Généralement pris de plusieurs sites à la fois. Ensuite, les cellules elles-mêmes sont étudiées au microscope et examinent la nature du développement de la maladie elle-même.
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM), tomographie par ordinateur (CT). Après une étude précédente, lors de la confirmation de la malignité des tissus cancéreux, il est nécessaire d'identifier la taille de la tumeur et dans quelle mesure celle-ci a affecté les tissus voisins, éventuellement des organes.

Stades du cancer

Après toutes les recherches effectuées par le médecin, il établit le diagnostic, ainsi que le stade du cancer lui-même, dont dépendra la nature du traitement à venir. Considérez les étapes sur le système Juit-Whitemore.

Étape 0

Nous pouvons dire qu'il s'agit d'une condition précancéreuse, que nous avons décrite un peu plus tôt. Certains médecins le considèrent, d'autres non.

Étape 1

Le stade où il n'y a pas de signes extérieurs certains et même une augmentation de la glande elle-même. Même aux ultrasons, il est impossible de voir le feu. La seule chose qui puisse aider est l’analyse des marqueurs tumoraux du PSA.

Étape 2

La tumeur se développe, mais ne dépasse pas la glande elle-même. Déjà peut être détecté à l'échographie et la palpation. Dans ce cas, certains hommes ont des difficultés à uriner en raison de la compression des parois de l'urètre.

Étape 3

Des cellules malignes envahissent les organes proximaux: les vésicules séminales, la vessie et le rectum. De plus, en raison de sa croissance rapide, une tumeur peut endommager les vaisseaux sanguins et du sang apparaît dans les urines. De plus, la douleur lors de la miction, des brûlures à l'aine.

Étape 4

Les métastases passent à d'autres organes distants. En raison d'une forte tumeur, le canal urinaire peut se chevaucher complètement. Il y a une forte intoxication de tout le corps, maux de tête, une personne devient rapidement fatiguée et fatiguée. Un développement plus étendu de cette maladie peut conduire à un adénocarcinome de la vessie ou à un cancer du foie. Si les cellules malignes pénètrent dans les testicules, vous devez subir une intervention chirurgicale pour les enlever.

Traitement du cancer de la prostate

Traitements du cancer de la prostate

Il existe actuellement de nombreuses approches pour le traitement du cancer de la prostate: observation active, interventions chirurgicales traditionnelles (prostatectomie radicale), salut-fu et cryothérapie, radiothérapie (à distance et curiethérapie), hormonale et chimiothérapie. En fait, toutes les méthodes utilisées en oncologie et leurs combinaisons sont utilisées pour traiter le cancer de la prostate! D'une part, cela permet une approche individuelle du patient en tenant compte des caractéristiques du cancer de la prostate (son malignité, son stade du processus), des comorbidités, de l'âge, du désir du patient, de ses données anatomiques. Par ailleurs, chaque méthode a ses propres indications et contre-indications et aucune d’elles n’est idéale. Il est donc très important qu'un médecin expérimenté et qualifié soit impliqué dans le traitement du cancer de la prostate.

Dans de nombreuses situations, la chirurgie est la méthode la plus efficace. Selon des études nationales et étrangères, la combinaison de la radiothérapie et de l'hormonothérapie a une efficacité similaire, mais n'oubliez pas les effets secondaires de chaque méthode. La thérapie focale (hi-fu et cryothérapie) peut être utilisée à un stade très précoce du cancer de la prostate et dans des cas avancés et inopérables. Il existe plusieurs stratégies pour l’utilisation de l’hormonothérapie. Il s'agit d'un traitement néoadjuvant (réalisé avant l'opération) afin de réduire le volume de la prostate et la complexité technique de l'opération, ainsi que la perte de sang. Le traitement adjuvant est effectué après une chirurgie du cancer de la prostate avec un schéma posologique permanent ou intermittent afin de prévenir les récidives ou de ralentir la progression de la maladie. La chimiothérapie est la dernière étape dans l'insensibilité des cellules tumorales aux hormones.

Pronostic du traitement du cancer de la prostate

L'adénocarcinome de la prostate est une tumeur très hétérogène. Cela signifie que le pronostic pour la santé et la vie dépend en grande partie des caractéristiques histologiques de la tumeur, principalement du score de Gleason. Il est également important de connaître le niveau de PSA et de suivre ses changements. L'antigène spécifique de la prostate n'est pas strictement spécifique au cancer de la prostate, ses fluctuations sont possibles en raison de phénomènes inflammatoires de la prostate et d'autres causes. Mais c’est le PSA qui est généralement reconnu dans le monde comme marqueur, ce qui permet de suspecter la maladie et de surveiller davantage l’efficacité du traitement du cancer de la prostate. L'IRM du petit bassin fournit une aide indispensable à la stadification; la fiabilité des données augmente considérablement avec l'utilisation de la spirale intraveineuse contrastante et endorectale.

Ainsi, une estimation du pronostic du traitement du cancer de la prostate est constituée de nombreuses données. Il existe des nomogrammes et des échelles de stratification du risque qui prennent en compte ces facteurs. Avec le pronostic le plus favorable chez les patients âgés, on peut limiter les tactiques d'observation active. Avec moins favorable, les patients ont besoin d'un traitement actif du cancer de la prostate. Les méthodes modernes à un stade précoce peuvent non seulement ralentir considérablement la progression du cancer, mais même la guérir complètement! Ce qui ne peut pas être fait avec le cancer de la prostate - il faut donc perdre du temps ou s’engager dans un autodiagnostic et un auto-traitement. Tout cancer est plus facile à traiter à un stade précoce, et les professionnels devraient le faire.

Une caractéristique du cancer de la prostate est lente comparée à d’autres cancers. Les opportunités modernes ne permettent pas toujours d'éliminer complètement cette maladie, mais peuvent considérablement ralentir le processus, ce qui donne au patient plusieurs années de vie bien remplie, sans douleur ni restrictions importantes. Le seuil notoire de 5 ans a longtemps été dépassé pour le cancer à faible risque et, actuellement, une survie à 10 ans en est plus révélatrice.

Traitement du cancer de la prostate

Les méthodes de la médecine traditionnelle ont le droit d’être utilisées dans le traitement du cancer de la prostate, mais la progression de la tumeur n’est malheureusement pas affectée. Ainsi, en prenant des antioxydants, des vitamines, des suppléments nutritionnels, vous devez comprendre qu'ils complètent le traitement principal plutôt que de le remplacer. Leur utilisation peut augmenter la résistance globale du corps, réduire la gravité des effets secondaires du traitement et accélérer la cicatrisation des plaies après la chirurgie. Mais il est important de savoir que toute tumeur maligne est une contre-indication à l'utilisation de la physiothérapie et de méthodes traditionnelles similaires: massage, chauffage et électrothérapie. Ces méthodes peuvent accélérer la division des cellules tumorales ou contribuer à leur propagation et à l'apparition de métastases! Ainsi, le fait de se soigner soi-même ou de faire appel à des non-spécialistes peut non seulement perdre un temps précieux, mais aussi aggraver objectivement le processus oncologique.

Cancer de la prostate: symptômes, traitement, pronostic

Le cancer de la prostate est une maladie extrêmement grave chez l'homme. Qui, en règle générale, se développe à partir du tissu des glandes de la prostate.

Cette maladie est le principal pronostic pour les hommes de plus de 50 ans.

Les causes de cette pathologie chez l'homme n'ont pas encore été clarifiées. Tout ce que l'on sait, c'est que le cancer de la prostate est directement lié à la testostérone. Plus le niveau d'une substance dans le sang d'un homme est élevé, plus le risque de développer cette maladie est grand et plus la pathologie sera maligne.

Le pronostic de l'évolution de la maladie dépend du stade auquel la maladie a été détectée et des caractéristiques individuelles de la personne.

Si le cancer de la prostate est détecté à un stade précoce, le pronostic est plutôt optimiste avec un traitement adéquat, la capacité de travail est généralement rétablie. Si la maladie n'a été détectée qu'au troisième ou quatrième stade, le pronostic, dans ce cas, sera défavorable. Après tout, cette maladie est souvent fatale.

De plus, en cas de métastases, le patient ne pourra pas récupérer complètement. Vous ne pouvez que ralentir ou, au mieux, arrêter la progression de la maladie.

Apparition du cancer de la prostate

En règle générale, les symptômes commencent à apparaître trop tard et les chances de guérison totale du patient sont peu nombreuses. La maladie peut se manifester par une miction plus fréquente, du sang dans le sperme et l'urine, des douleurs au périnée.

Cependant, il est loin d'être un fait que le patient remarquera ces symptômes. Il arrive souvent que le patient se tourne vers un médecin à un stade avancé de sa maladie. Dans ce cas, les premiers signes de manifestation de la maladie peuvent être considérés comme une douleur à la poitrine, aux os, à savoir au bassin, aux hanches ou à la colonne vertébrale.

Dans certains cas, les hommes étaient traités aux derniers stades de la maladie. Dans ce cas, les symptômes peuvent être considérés comme une rétention urinaire aiguë, une impuissance complète ou partielle, une personne peut perdre du poids de façon spectaculaire, devenir pâle, sa peau peut acquérir une teinte de terre.

Un homme à vie réduit ou augmente le risque de cancer de la prostate.

Le pronostic pour le cancer de la prostate peut être considéré:

  • adénome progressif de la prostate;
  • travail avec le cadmium (impression et soudage, production de caoutchouc);
  • mauvaise hérédité (des proches ont souffert ou sont encore atteints d'un cancer de la prostate);
  • alimentation inadéquate (faible teneur en fibres, nombreux animaux, etc.);
  • mauvaise écologie;
  • la vieillesse

Caractéristiques spéciales

Cette pathologie se distingue des autres maladies oncologiques par une évolution lente et maligne. Comparé à d'autres, ce type de tumeur se développe lentement. De l’apparence microscopique au dernier stade passe de dix à quinze ans en moyenne.

Le cancer de la prostate est compliqué par le fait que tout au long du développement de la maladie, il peut donner des métastases, c'est-à-dire que, même à un stade précoce, il est possible de se propager à d'autres organes. En règle générale, ils se propagent le plus souvent aux os et aux ganglions lymphatiques, aux poumons, au foie et aux glandes surrénales.

C'est l'une des maladies oncologiques les plus dangereuses. Jusqu'à l'apparition de métastases, le développement de la maladie peut être arrêté. Plus tard, ce n'est plus possible.

En cas de symptômes, nous vous conseillons vivement de consulter un médecin spécialiste, vous ne devez pas différer la visite chez le médecin. Avec cela, vous augmentez uniquement les chances de développement défavorable de la maladie.

Cancer de la prostate

Si vous avez des problèmes de miction, contactez immédiatement un urologue. Ne vous inquiétez pas trop et faites des diagnostics vous-même. Peut-être s'agit-il simplement d'un adénome de la prostate.

Le diagnostic d'un patient pour un cancer suspect se déroule en plusieurs étapes.

Dans un premier temps, le médecin vérifiera l'état de la prostate par un examen rectal. C'est l'une des méthodes de recherche les plus faciles pour savoir si vous avez ou non un cancer de la prostate. Malheureusement, la tumeur n'est palpable que dans les derniers stades.

Donc, si votre médecin n'a encore rien trouvé, vous ne devriez pas vous réjouir immédiatement. Il sera nécessaire d'effectuer un test sanguin pour un antigène spécifique de la prostate ou dans un autre PSA.

Le PSA est une substance qui vous permettra de déterminer si vous avez ou non un cancer de la prostate. En outre, pour clarifier le diagnostic du patient, un scanner ou une échographie de la prostate peut être prescrit, ainsi que des radio-isotopes et des rayons X.

Vous recevrez le diagnostic final après une biopsie de la prostate. À l'aide d'une aiguille spéciale dans le rectum ou le périnée, un petit morceau de la glande vous sera prélevé pour examen et diagnostic.

Prévention

Les prévisions ne seront pas rassurantes si vous n'avez pas effectué de prévention du cancer de la prostate.

  1. L'activité physique peut réduire considérablement le risque de cancer de la prostate. En outre, il vaut la peine de réduire le tabagisme, l'abus d'alcool et il est recommandé d'augmenter le niveau d'activité physique qui vous aidera à perdre du poids si vous faites de l'embonpoint. Et le surpoids peut être un facteur dans l'apparition de cette maladie;
  2. Une attention particulière devrait être accordée à l'alimentation. Il est recommandé de consommer quotidiennement des fruits et légumes, à savoir du chou, du brocoli, des tomates, des raisins, du soja. Il est également nécessaire de limiter l'utilisation de produits contenant du calcium et des graisses animales. Les scientifiques ont constaté le fait que les maladies du cancer de la prostate dans le monde sont inégalement réparties. Dans un pays comme le Japon, l’incidence est assez faible. On pense que cela est dû au fait que les habitants de ce pays consomment beaucoup de graisse végétale, comme le soja. Il contient une quantité énorme de phytoestragènes, qui dans leur composition sont très similaires aux hormones sexuelles féminines. Ces substances réduisent considérablement le contenu de la testostérone dans le sang et, par conséquent, réduisent le risque de cancer de la prostate. L'alpha-tocophérol et les caroténoïdes jouent un rôle important dans la prévention du cancer de la prostate. Ils sont principalement contenus dans des produits à base de plantes.
  3. En outre, les prévisions pour votre vie après cinquante ans seront bien plus optimistes si vous consommez de la vitamine E. De plus, les scientifiques ont remarqué le fait que la consommation quotidienne de finastéride réduit de trente pour cent le risque de cancer de la prostate.

Les chercheurs de cette maladie à travers le monde soulignent que l'exercice et l'activité peuvent réduire le risque de cancer de la prostate.

De plus, le pronostic pour une maladie du cancer de la prostate peut être attribué à un déséquilibre hormonal et à des facteurs environnementaux tels que, par exemple, l'exposition aux rayons ultraviolets. La même prévision sera celle d'infections virales antérieures, les scientifiques discutant de la théorie de l'infection par XMRV.

Méthodes de traitement

Il existe plusieurs méthodes de traitement du cancer de la prostate. Dans la plupart des cas, cela dépend du stade auquel la maladie a été détectée et des caractéristiques individuelles du patient.

Aux stades précoces, notamment en l'absence de métastases, la prostate peut s'éloigner avec les vésicules séminales. La radiothérapie ou l'ablation par ultrasons peut également être appliquée, au cours de laquelle le patient est soumis à un site ultrasonore focalisé de haute intensité de la tumeur.

En règle générale, dans les stades précoces, le cancer de la prostate est facilement traitable et l'élimination de la tumeur n'est possible que lorsque les métastases ne sont pas encore apparues. Dans ce cas, les prévisions seront très optimistes.

Il existe également un traitement à l'aide de comprimés, à l'aide duquel la testostérone est réduite ou totalement bloquée. Cette méthode de lutte contre les maladies est utilisée à un stade avancé. Cette méthode ne vous garantira pas un rétablissement complet, mais donnera au patient un bon état de santé et réduira les symptômes de la maladie.

Aux stades 3 et 4, lorsque les métastases sont déjà apparues, la radiothérapie est généralement utilisée en association avec l'hormonothérapie. Avec l'aide de l'irradiation de la prostate et des ganglions lymphatiques à proximité.

Également utilisé et la monothérapie, ce qui implique la prescription de médicaments pour la vie. L'annulation n'est possible que dans 2 cas, soit en cas de rétablissement complet du patient, soit en cas d'intolérance à ce médicament.

Rappelez-vous que le cancer de la prostate n’est pas une maladie avec laquelle vous pouvez contracter, l’issue du traitement dépend de vous et seulement de vous, que vous remarquiez ou suspectiez l’apparition de certains symptômes dans le temps. Ne pas oublier la prévention du cancer de la prostate.

Maintenez un mode de vie sain, évitez l’abus d’alcool et de tabac et vos chances d’obtenir cette «peine» seront inférieures à quatre-vingts pour cent des hommes.

Si vous découvrez que vous avez un cancer de la prostate, vous ne devriez pas vous énerver ni vous affoler. Beaucoup d'hommes vivent avec cela pendant des années et même des décennies. Au XXIe siècle, le cancer a depuis longtemps cessé d'être une menace sérieuse. Si vous ne commencez pas à traiter la pneumonie à temps, la mort est également possible. Notre médicament lutte efficacement contre le cancer. Surtout avec ceux qui se développent lentement.

Si votre cancer de la prostate a été détecté à un stade précoce, nous nous empressons de nous réjouir de constater que les chances de votre rétablissement complet sont proches de cent pour cent. Dans les derniers stades du développement de la maladie, il est également possible de résister à la maladie, à la radiothérapie, à la chimiothérapie n’est que le «sommet de l’iceberg» des méthodes de traitement du cancer.

N'abandonnez pas immédiatement et abandonnez, il y avait des cas où les gens étaient guéris que par leur volonté. Et la médecine vous aidera également! Même si elle n'est pas capable de vous restaurer complètement, elle peut réduire la douleur et arrêter le développement de la maladie.

Important à savoir! Écoutez toujours votre professionnel de la santé! Son objectif est votre prompt rétablissement, il ne vous donnera pas de procédures qui ne peuvent pas vous aider!

N'oubliez pas de subir un examen physique annuel. Il est préférable de passer du temps une fois par an à examiner votre corps, plutôt que de guérir ensuite de telles maladies à un stade ultérieur.

Cancer de la prostate et ses principales caractéristiques

Le cancer de la prostate est l’une des maladies les plus courantes chez les hommes de plus de 50 ans. En règle générale, cette tumeur se développe sur une longue période et son traitement affecte de manière significative la fonction érectile et la fertilité (capacité à avoir une progéniture).

Ces faits déterminent la popularité croissante des questions sur le cancer de la prostate. Qu'est-ce que c'est, quelles sont les causes de la tumeur, son traitement et ses méthodes de prévention, dira cet article.

Qu'est-ce qu'une tumeur?

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne qui se développe dans les tissus de la prostate. La prostate est un organe important du système reproducteur masculin, qui participe directement au processus d'éjaculation et contrôle la miction.

Les fonctions de ce corps sont contrôlées par les hormones stéroïdes et hypophysaires. L'effet des hormones sexuelles sur le travail de la prostate provoque la nature hormonale des tumeurs malignes et leur sensibilité à la pharmacothérapie, réduisant ainsi le niveau normal de ces substances dans le sang.

Le carcinome est une formation qui se produit sur les cellules épithéliales de la glande.

Si le cancer résulte de la malignité de l'adénome de la prostate (une tumeur bénigne du tissu épithélial glandulaire, caractérisée par une croissance excessive de cellules d'organes sans signes de cellules atypiques), on parle alors d'adénocarcinome.

Le plus souvent, le carcinome est situé à la périphérie de la prostate et présente un caractère multifocal. Chacun des foyers de la tumeur est un nœud dense de teinte jaunâtre. L'analyse histologique de la tumeur montre que la plupart de ses cellules sont atypiques.

Normalement, la prostate est enfermée dans une capsule. Cette structure de l'organe permet de limiter la croissance de la tumeur, mais avec le temps, les cellules atypiques se développent dans les vésicules séminales et dans les tissus environnants.

Causes du cancer de la prostate

Les causes exactes et la liste des facteurs de risque du cancer de la prostate n'ont pas encore été déterminées. Cependant, les observations ont révélé que la survenue d'un carcinome est précédée par des états tels que:

  • Prostatite (inflammation de la glande qui interrompt le flux sanguin dans les vaisseaux du corps et qui est chronique).
  • Adénome de la prostate (prolifération bénigne - hyperplasie - cellules sur lesquelles une tumeur maligne se forme dans certaines conditions).
  • Troubles hormonaux, accompagnés d'une augmentation de la concentration de dihydrotestostérone, de testostérone et de certains types d'androgènes.
  • La pénétration de bactéries dans le tissu de la prostate.
  • Travailler avec du caoutchouc ou des alliages contenant du cadmium.
  • Mutations génétiques, hérédité.

Certains chercheurs soulignent le rôle des mutations des gènes NOHB13, BRCA1 et BRCA2 parmi les causes du cancer de la prostate. Chez les femmes, les mutations BRCA entraînent un risque accru de cancer du sein et de l'ovaire. Si un cancer de la prostate est détecté chez un parent proche (père, frère), il augmente également considérablement le risque de maladie.

Selon les statistiques, la grande majorité des patients diagnostiqués avec un cancer de la prostate âgés de plus de 50-60 ans. Cela est dû à une combinaison de troubles hormonaux et immunitaires, de maladies inflammatoires chroniques, de l’influence des mauvaises habitudes et des mauvaises conditions environnementales.

Réduire le risque de tumeurs malignes de la prostate en prenant des mesures préventives.

Ils comprennent une bonne nutrition avec une faible teneur en graisses animales et une proportion importante d’aliments à base de plantes (légumes, soja, céréales), la prise de complexes de vitamines et de minéraux avec le tocophérol (vitamine E), le calciférol (vitamine D), le sélénium et la lutéine, ainsi que l’abandon des mauvaises habitudes traitement des maladies inflammatoires des organes pelviens.

Classification du carcinome

Le cancer de la prostate peut être une tumeur à croissance lente, non susceptible de se propager et de former des foyers secondaires (métastases), mais peut être un cancer agressif.

Le degré de propension aux métastases et au développement rapide est évalué sur l'échelle de Gleason. Moins le processus de différenciation cellulaire est perturbé, plus le néoplasme est fortement différencié, plus le pronostic du traitement est favorable.

L'évaluation histologique a lieu lors de l'analyse des tissus prélevés lors de la biopsie. Deux parties du biomatériau sont évaluées sur une échelle de 1 (degré de différenciation élevé) à 5 (différenciation faible) et les résultats de l'évaluation sont additionnés. Une tumeur avec une somme de Gleason de 2 unités présente le degré de malignité le plus faible, 10 unités le plus élevé.

Dans plus de 90% des cas, le carcinome de la prostate se produit sur les cellules glandulaires, formant un petit adénocarcinome acineux.

Avec ce type de cancer, de petites cellules tubulo-alvéolaires très proches les unes des autres sont affectées. Les foyers multiples de la maladie avec la croissance des néoplasmes se confondent en une tumeur dense. La part restante des cas cliniques est attribuée à des types de cancer tels que:

  1. polymorphocellulaire (caractérisé par la forme et la taille différentes des cellules à division rapide);
  2. anaplasique (ce type de carcinome est caractérisé par la forme et la taille spécifiques des cellules cancéreuses et par la modification de leurs structures);
  3. solide (les cellules sont localisées sous la forme de trabécules, séparées par un tissu conjonctif; dans certains cas, des zones d'adénocarcinome se trouvent dans une tumeur de ce type);
  4. fibreux (scyrrotique, dans lequel le tissu conjonctif prédomine au-dessus des cellules);
  5. squameux;
  6. tubulaire;
  7. alvéolaire.

Les types tubulaire et alvéolaire de cancer de la prostate se rencontrent respectivement dans les canaux bordés d'épithélium cubique ou prismatique et dans les parties périphériques des glandes.

Selon le degré de différenciation, les sous-espèces de carcinome de la prostate sont réparties dans une liste descendante (le cancer polymorphoncellulaire est le plus malin).

Le dénocarcinome de la prostate présente un degré élevé de différentiabilité et se caractérise par une croissance progressive, une sensibilité à l'hormonothérapie et une légère propension à métastaser.

Caractéristiques du cancer de la prostate

Le cancer de la prostate présente un certain nombre de caractéristiques qui le distinguent des autres tumeurs.
La dépendance hormonale des types courants de cancer de la prostate rend possible le traitement par des agonistes et des antagonistes de l’hormone hypophysaire gonadropine qui régule la production de testostérone, ainsi que d’œstrogènes.

Étant donné que le développement d'un carcinome a également une implication hormonale, il est conseillé aux hommes à risque de réduire la consommation d'aliments stimulant la production d'hormones sexuelles (viandes grasses, produits laitiers).

La survenue d'un cancer de la prostate est directement associée non seulement à des troubles hormonaux, mais également à une diminution de l'immunité, qui peut être observée dans le contexte de maladies systémiques.

Les principaux signes de la tumeur - douleur dans le système locomoteur, énurésie - ne se manifestent le plus souvent qu'aux stades 3-4 de la maladie. Par conséquent, la détection aux stades précoces n'est possible qu'avec des examens réguliers.

Le développement à long terme est caractéristique de la plupart des cas cliniques de cancer de la prostate. La transition de la condition précancéreuse - adénome de la prostate - peut durer de 10 à 15 ans, et la malignité n’est probable que dans certaines conditions. La manifestation d'une tumeur sans une condition précancéreuse apparente se produit rarement.

Cependant, même en l'absence de symptômes et d'une croissance lente, des foyers secondaires (métastases) sont susceptibles de se former.

Le diagnostic de la pathologie est plus facile que l'étude d'autres types de tumeurs. Déjà avec une inflammation et une hyperplasie bénigne (prolifération tissulaire) de la glande, le niveau de PSA (antigène spécifique de la prostate) augmente, avec lequel il surveille l'apparition possible du processus du cancer. Dépasser la valeur normale est un symptôme alarmant de la nécessité d'un diagnostic plus détaillé.

Méthodes de diagnostic et de traitement des tumeurs de la prostate

Le diagnostic du cancer de la prostate comprend plusieurs étapes:

  • inspection;
  • test pour les marqueurs tumoraux;
  • Échographie;
  • tomographie;
  • biopsie du néoplasme.

L'examen comprend un examen rectal numérique, dans lequel le médecin peut suspecter la présence d'une tumeur de plus de quelques centimètres. Pour confirmer le diagnostic, une échographie et une tomographie de la prostate sont prescrites et l'évaluation du degré de malignité (indifférenciation) de la tumeur est réalisée après une biopsie - un échantillon de la tumeur.

À ce stade, le patient présente généralement des douleurs coupantes au niveau du périnée et des difficultés à uriner.

Le diagnostic utilisant des marqueurs tumoraux peut détecter la maladie à un stade précoce: un excès de la concentration normale de PSA (2,5-3,5 ng / ml) indique le développement d'une pathologie.

La tomographie par résonance magnétique, calculée et par émission de positrons est utilisée pour clarifier la localisation et la propagation de la tumeur. En cas de violation de l’activité physique, de douleur intense et d’hématurie, des études supplémentaires sur le rectum et la vessie sont prescrites.

Au quatrième stade de la maladie, le diagnostic des organes péritonéaux, la radiographie des poumons et l'ostéoscintigraphie sont réalisés. Ces méthodes permettent d’établir la présence de foyers secondaires de cancer dans le foie, les os, les poumons et d’autres organes.

La tactique du traitement varie selon le stade du processus du cancer. Pour les petites tumeurs (jusqu'au stade 2), une opération est prescrite pour éliminer la formation pathologique, la totalité de la prostate ou de la glande, ainsi que des tissus environnants et des ganglions lymphatiques. En outre, dans les premiers stades, la radiothérapie et la curiethérapie (administration d'un médicament radioactif à l'organe affecté) peuvent être prescrites.

Le traitement médicamenteux peut inclure un traitement hormonal et une chimiothérapie. Si nécessaire, afin de réduire la production d'hormones qui déclenchent la croissance des tumeurs, les testicules sont enlevés. L'immunothérapie avec des anticorps monoclonaux et l'introduction d'un virus provoquant l'apoptose des cellules atypiques sont parmi les méthodes les plus récentes de traitement du cancer.

Le cancer de la prostate est une néoplasie, qui peut être détectée aux premiers stades en portant une attention particulière à leur santé. En l'absence de traitement adéquat, il peut progresser rapidement et être fatal.

Cancer de la prostate: symptômes, degrés, stades et traitement

Le cancer de la prostate est diagnostiqué lors de l'enregistrement de la prolifération de cellules glandulaires de la prostate, dont la présence n'est caractéristique que chez l'homme. En raison de sa contribution importante à la vie sexuelle du corps, la prostate est appelée le "cœur" du principe masculin - elle détermine la libération des androgènes (hormones sexuelles mâles) et de la partie liquide de l'éjaculat, nécessaire au transport et à l'alimentation des spermatozoïdes pendant la fécondation.

Outre les tumeurs des glandes mammaires, des ovaires et de l'utérus chez la femme, le carcinome de la prostate est la tumeur maligne la plus répandue chez l'homme. Dans le même temps, il existe une corrélation particulière entre les races: les Négroïdes ont environ une fois et demie plus de chances que les Caucasiens et les représentants de la race mongoloïde, en particulier les Japonais, sont deux fois plus rares.

Il a été établi que l’âge est un facteur de risque déterminant du cancer de la prostate puisqu’au bout de 35 ans, il n’est retrouvé que chez un homme sur 10 000, après 60 ans - et déjà sur cent, et chez ceux qui ont atteint l’âge de 75 ans, un homme sur huit souffre d’un carcinome. Face à cette situation, les experts de l’OMS recommandent à tous les hommes de 50 ans et plus de réussir tous les tests nécessaires pour prévenir une aggravation de la maladie.

Qu'est-ce que le cancer de la prostate?

Le cancer de la prostate est une tumeur maligne qui se développe à partir des cellules de la prostate.

Anatomie de la prostate. La prostate est une glande endocrine qui se situe entre 3 et 4 cm chez les hommes de la région pelvienne et se situe autour de l'urètre. Son élargissement, provoqué par un cancer, altère la fonction urinaire.

La prostate est située à l'intérieur de la capsule de tissu conjonctif et contient un septum élastique séparant les glandes prostatiques. Il se compose de trois parties - droite, milieu, gauche. Dans cette glande, le jus de la prostate est produit et excrété lorsque les muscles lisses sont réduits. La prostate est impliquée dans les processus de production du sperme, augmente leur activité et leur vitalité, est responsable de la qualité du sperme et de sa reproduction. Joue un rôle important dans la mise en œuvre de la fonction sexuelle masculine.

Fonction de la prostate. Pour une compréhension plus précise de la nature de la maladie, il est nécessaire de comprendre en détail les principales fonctions de la prostate. Le fonctionnement de la prostate se caractérise principalement par le fait qu’elle produit une certaine partie du liquide semencier. Selon les experts, on parle de plus du tiers du total. Elle est également responsable de la participation à un processus d'éruption de semences.

Une autre fonction clé de la prostate est qu’elle est directement liée à la capacité de tout homme à retenir l’urine. C'est pourquoi cette glande est d'une grande importance pour la santé du corps masculin.

Combien vivent avec un cancer de la prostate?

Dans ce cas, comme dans tout autre cas lié à l'oncologie, il est très important de détecter la maladie le plus tôt possible. Cependant, le pronostic est le plus souvent défavorable en raison de la détection tardive et de l'apparition d'un nombre important de métastases au début de la période. Ainsi, environ 90% des cas de cancer de la prostate se retrouvent au troisième ou au quatrième stade.

Par conséquent, en répondant à la question de savoir combien de personnes vivent avec le cancer de la prostate, nous pouvons dire que tout dépend du stade de la maladie auquel le traitement a été commencé. Une prostatectomie de type radical, pratiquée à un stade précoce de l'oncologie chez les patients de moins de 70 ans, est une garantie de survie à 10 voire 15 ans. En général, après un traitement en temps opportun, la survie à cinq ans au premier ou au deuxième stade est de 85%, la troisième à 50%, la quatrième à 20% au maximum.

Causes du cancer de la prostate

La recherche moderne a établi un lien entre les causes du cancer de la prostate et les maladies chroniques et les processus inflammatoires qui affectent la prostate et provoquent des modifications pathologiques dans ses tissus.

Les causes courantes du cancer de la prostate comprennent:

Déséquilibre hormonal - la tumeur de la prostate étant hormono-dépendante, son apparition et sa croissance peuvent être déclenchées par une augmentation du taux de dihydrotestostérone et d'androstènedione (hormones sexuelles mâles).

La prostatite est une inflammation de la prostate qui perturbe la circulation sanguine et le métabolisme de l'oxygène dans les tissus.

Adénome de la prostate - les néoplasmes bénins contribuent à l'apparition de cellules qui n'apparaissent normalement pas dans la prostate, elles sont plus sujettes à la mutation et à la malignité, ce qui provoque l'apparition du processus oncologique;

Les lésions bactériennes des cellules de la prostate et les processus auto-immuns endommagent l'appareil génétique des cellules, contribuant à leur division incontrôlée et à la formation de tumeurs.

Les affections précancéreuses, notamment l'adénose atypique et l'hyperplasie prostatique, entraînent la formation d'une tumeur cancéreuse. Dans l'adénose atypique, des formations nodulaires apparaissent au centre de la glande, dont les cellules se divisent rapidement et qui, sous l'influence de facteurs mutagènes, peuvent se transformer en cellules malignes. Hyperplasie - division cellulaire focale active avec dégénérescence ou malignité ultérieure; le risque de tumeur oncologique augmente de manière significative.

Les facteurs de risque de cancer de la prostate sont associés à une prédisposition et à un mode de vie héréditaires. Ainsi, l'augmentation de la teneur en graisses animales dans le régime alimentaire, l'entrée de substances cancérogènes dans le corps faisant partie de la fumée de tabac et des boissons alcoolisées, les conditions de production néfastes du textile, l'industrie chimique, les ateliers de soudure et les imprimeries peuvent contribuer au développement de formations oncogènes. La stagnation du suc prostatique due à un mode de vie sédentaire et à une activité sexuelle irrégulière peuvent être un facteur prédisposant au développement d'une pathologie.

Les autres facteurs de risque comprennent les maladies sexuellement transmissibles, l'âge avancé, les rétrovirus, les cytomégalovirus et les systèmes immunitaires affaiblis.

Symptômes du cancer de la prostate

Les premiers symptômes du cancer de la prostate (à un stade précoce de la maladie) étant absents, il est donc possible de déterminer la présence de formations oncologiques uniquement à l'aide d'un examen spécial - le diagnostic est réalisé à l'aide d'un test sanguin pour le PSA (un antigène prostatique spécifique).

Les premiers symptômes du cancer de la prostate peuvent être considérés comme une difficulté à uriner, une fonction sexuelle altérée, la présence de sang dans les urines et le sperme. Le patient associe toutes ces manifestations à d’autres maladies. La survenue de l’une d’entre elles ne signifie pas la présence d’un cancer, mais peut en être l’un des symptômes.

Le cancer de la prostate se manifeste généralement lorsque la tumeur atteint une taille considérable et exerce une pression sur les parois de la vessie. En conséquence, un homme peut avoir fréquemment besoin d'uriner - de 15 à 20 fois par jour et plus de 2 fois par nuit. Dans ce cas, l'urine s'écoule lentement, le jet est interrompu, il se produit une sensation de débordement de la vessie. Le processus devient douloureusement douloureux, il y a une sensation de brûlure, l'urine sort en gouttes. Le patient est obligé de forcer la presse parce que le tonus de la vessie est affaibli, il est parfois nécessaire d’installer un cathéter.

L'incontinence urinaire et les douleurs à l'aine peuvent également être des symptômes du cancer de la prostate;

Puffiness des membres inférieurs, organes génitaux, scrotum, déclenchés par des métastases dans les ganglions lymphatiques;

Calculs rénaux, douleurs dans la région lombaire - l'uretère et le pelvis rénal sont dilatés en raison de l'écoulement de l'urine dans la direction opposée, qui peut être déclenchée par un cancer;

Si une tumeur cancéreuse endommage les vaisseaux de l'urètre ou les vésicules séminales, il peut y avoir des impuretés de sang dans l'urine et le sperme;

Une violation de la puissance survient lorsque les terminaisons nerveuses sont endommagées par un cancer;

Une toux sèche douloureuse indique une métastase du cancer aux poumons;

La jaunissement de la peau et la lourdeur du côté droit sont des symptômes de la présence de tumeurs secondaires dans le foie;

Si une personne ressent des douleurs lors de la défécation, la tumeur pourrait affecter les intestins;

Aux derniers stades du cancer, des douleurs osseuses peuvent survenir lors de la métastase de la tumeur dans le tissu osseux.

L'augmentation de l'intensité de tous les symptômes ci-dessus peut être observée pendant plusieurs années, ils apparaissent progressivement. L'un des symptômes ci-dessus est une raison pour consulter un médecin et se faire examiner par un urologue.

Stades du cancer de la prostate

Des concepts tels que le stade et le degré du cancer de la prostate doivent être distingués. Le degré de la forme de cancer présentée doit être considéré comme un indicateur de type clinique qui détermine le degré de fluctuations morphologiques dans les cellules de la prostate. C'est-à-dire qu'une étude de type cellulaire est nécessaire, par exemple une biopsie. C'est elle qui permet de poser le diagnostic du premier degré de formation de la maladie.

Le stade du cancer de la prostate détermine l'augmentation de la taille de la formation de la tumeur et la croissance ultérieure de la lésion. L'identification du stade n'a pas moins d'importance que le degré de la maladie, car elle permet de déterminer exactement ce qui se passe avec la tumeur et s'il existe des métastases.

Cancer de la prostate au premier stade

Au premier stade, la tumeur ne peut pas être ressentie, toute modification de la structure de la glande et de ses cellules séparées ne peut être établie que par examen microscopique.

Cancer de la prostate de deuxième stade

Dans la deuxième étape, la formation croissante est visible aux ultrasons, mais son emplacement est toujours limité à la capsule de la glande et ne présente aucun autre foyer de dissémination.

Cancer de la prostate de troisième stade

Au troisième stade, une tumeur invasive se propage au-delà des limites de la prostate, qui ne sont pas directement liées à la glande ou se situent à proximité.

Cancer de la prostate au quatrième stade

En plus d'une croissance significative du foyer tumoral, les métastases au stade 4 du cancer de la prostate germent dans le foie, les ganglions lymphatiques, les poumons et le tissu osseux squelettique.

Diagnostic du cancer de la prostate

Même avec les problèmes les plus mineurs liés à l’émission d’urine, il est conseillé de contacter un spécialiste en urologie le plus rapidement possible. Ce peut être non seulement un cancer de la prostate, mais également un adénome, ainsi qu'une inflammation de la prostate.

La principale méthode de diagnostic est l’examen rectal du doigt par le doigt. Cette méthode est la plus simple et permet de suspecter un cancer. Cependant, dans le cas où l’éducation est déjà possible de sonder, cela suggère que la maladie est dans une des phases finales. À cet égard, même dans le cas où il est impossible de sentir la formation, le patient se voit prescrire une étude supplémentaire: une analyse de sang pour la présence d’un antigène spécifique de la prostate (PSA).

Une échographie de la prostate, une tomodensitométrie, des examens aux rayons X et aux radio-isotopes peuvent également être prescrits pour un diagnostic plus précis de l'homme.

Le diagnostic final peut être posé après une biopsie de la prostate - une aiguille spécifique traversant le périnée ou le rectum - un spécialiste prélève une partie insignifiante de la glande pour mener une étude.

Quel est le taux de PSA pour le cancer de la prostate?

Un cancer limité à la périphérie de la prostate est souvent asymptomatique et ne se manifeste pas. Par conséquent, pour détecter rapidement et en temps voulu une maladie agressive naissante, il est recommandé aux hommes de subir régulièrement un test permettant de déterminer le taux d'antigène spécifique de la prostate (PSA) dans le sang.

L'antigène spécifique de la prostate (PSA) dans le sang est une protéine synthétisée dans la prostate, dont le niveau normal est présenté dans le tableau suivant:

Âge masculin

PSA standard dans le sérum

Le test doit réussir les hommes à partir de cinquante ans. Et s'il y avait des patients cancéreux dans la famille, cette procédure est recommandée pour commencer plus tôt.

La détermination du niveau d'un antigène spécifique de la prostate est liée à sa taille. En présence d'une grosse glande, le taux de PSA dans le sang est élevé, mais cela n'a pas d'importance. Une tumeur peut également se former avec une faible valeur antigénique. L'antigène peut être dans le sang sous forme libre ou liée.

Il existe une relation inversement proportionnelle entre le PSA libre et le cancer. Plus la concentration sérique en antigène est faible, plus la probabilité que son niveau élevé soit causé par la présence d'un cancer dans la prostate est élevée.

Cette dépendance est présentée dans le tableau suivant:

La concentration de PSA libre (%)

La probabilité de cancer en pourcentage (%)

Traitement du cancer de la prostate

Le type de traitement du cancer de la prostate dépend de l'âge du patient, de son état de santé, du stade de son oncologie et de ses souhaits. Les personnes âgées atteintes de pathologies des poumons, du cœur, des vaisseaux sanguins et de graves maladies chroniques sont recommandées comme tactiques d'attentisme, car la chirurgie peut causer plus de dommages à l'organisme qu'une tumeur cancéreuse. Il est nécessaire de faire une échographie de la prostate tous les six mois et une analyse du PSA pour prévenir l'intensification de la croissance tumorale.

Traitement chirurgical du cancer de la prostate

Le traitement chirurgical du cancer de la prostate est effectué par prostatectomie radicale: un patient sous anesthésie générale ou sous anesthésie épidurale est excisé de la prostate et des tissus environnants si la tumeur s'est propagée au-delà de la prostate. Parfois, il est nécessaire d'exciser les ganglions lymphatiques, d'enlever une partie de la tumeur dans les organes voisins, le pronostic de récupération est alors moins favorable, une chimiothérapie est également effectuée. Presque cent pour cent des chances de guérison chez les patients dont les tumeurs n’ont pas dépassé la capsule du tissu conjonctif.

La durée de l'opération est de 2 à 4 heures, il est prescrit aux patients de moins de 65 ans en raison des risques possibles et des complications. L'incision est faite dans l'aine ou dans l'abdomen. Le traitement chirurgical moderne du cancer de la prostate est réalisé à l'aide d'un robot Da Vinci, opéré par un médecin. L'opération est réalisée sans incisions au moyen de petites perforations, ce qui accélère le processus de cicatrisation des tissus et réduit le nombre de complications postopératoires, minimisant ainsi le risque d'impuissance et d'autres conséquences désagréables.

Traitement orchidectomie

L'orchidectomie est une autre mesure de lutte contre le cancer de la prostate: le prélèvement d'un ou de deux testicules.

L’intervention chirurgicale présentée conduit à l’arrêt de la production de testostérone de type endogène, à une diminution des taux de croissance et à la poursuite du développement de la formation maligne. L'intervention est réalisée de préférence uniquement sur la base d'un diagnostic après une biopsie de la glande.

L'intervention peut être réalisée non seulement en ambulatoire, sous anesthésie locale, mais également sous anesthésie complète. Pendant l'opération, une telle technique est appliquée, dans laquelle les changements de caractère visuel restent inaperçus (réservation de câble, implantation de testicules artificiels).

L'orchiectomie est logique dans les cas suivants:

le processus de traitement à l'aide de médicaments hormonaux est impossible en raison de maladies satellites qui ne sont en aucun cas associées à une formation maligne;

en l'absence de la possibilité de prendre quotidiennement des médicaments hormonaux prescrits ou des injections.

Traitement de chimiothérapie pour le cancer de la prostate

La chimiothérapie consiste à utiliser des médicaments contenant des toxines qui agissent sur les cellules à division rapide. En raison du fait que les cellules tumorales se caractérisent par une croissance rapide, leur chimiothérapie par division vous permet d’affecter de manière sélective leur membrane et leur noyau, entraînant leur destruction. Un tel traitement est prescrit aux troisième et quatrième stades du cancer, lorsque la tumeur donne des métastases - des substances toxiques se répandent dans tout le corps, détruisant les cellules anormales. Aux premiers stades du cancer de la prostate, un tel traitement n’est pas pratique car il a de nombreux effets secondaires, dont les plus courants sont les nausées, la perte de cheveux, la fatigue et la faiblesse.

Les médicaments les plus courants au cours du traitement de chimiothérapie sont les suivants:

La «mitoxantrone» est le plus souvent utilisée en association avec la prednisone dans les stades avancés du traitement des tumeurs cancéreuses, lors de la formation de métastases dans les tissus osseux.

"Doxorubicine" - reconnue comme l’un des principaux composants de la chimiothérapie, qui est utilisée avec succès non seulement dans le traitement du cancer de la prostate. L'algorithme de l'effet du médicament sur n'importe quelle cellule implique une interaction avec l'ADN des cellules. Ceci s'accompagne d'un blocage de la production de protéines dans celles-ci, qui constitue à son tour presque le matériau de construction principal;

"Paclitaxel" - il ralentit le degré d'activité des cancers, affectant leur squelette, qui consiste en un grand nombre de tubes microscopiques. De ce fait, elles acquièrent une plus grande flexibilité, ce qui entraîne le fait que les cellules ne peuvent plus se diviser normalement ni mourir assez tôt.

Le "phosphate d’extramustine" est un lien entre deux brins d’ADN, ce qui rend l’algorithme de copie infructueux. Il en résulte l'impossibilité de développer une cellule cancéreuse, qui finit par mourir.

Le cours de chimiothérapie est de six mois, ils sont disponibles sous forme de comprimés ou de solutions injectables (Paclitaxel).

Traitement du cancer de la prostate par radiothérapie

La radiothérapie consiste à exposer les cellules cancéreuses aux rayons X, ce qui endommage leur ADN et altère leur capacité à se diviser. Elle est réalisée à l'aide d'un accélérateur linéaire, qui diffuse les rayonnements neuronaux, gamma et bêta dans la zone tumorale et, dans certains cas, dans la zone des ganglions lymphatiques, afin de stopper sa croissance et la propagation des cellules pathologiques dans tout le corps.

La radiothérapie à distance est appliquée cinq jours par semaine pendant deux mois. La procédure elle-même est indolore et ne prend que quinze minutes, après quoi il est recommandé à la personne de se reposer pendant deux heures. Il n'est prescrit que pour les grosses tumeurs métastasées, car les radiations peuvent affecter les cellules saines et entraîner de nombreux effets secondaires.

La curiethérapie est caractérisée par moins d'effets secondaires dus à son action sélective - des substances radioactives (iridium, iode) sont injectées dans la prostate et agissent directement sur la tumeur, presque sans affecter les cellules et les tissus sains. Cela augmente l'efficacité de la procédure et minimise les effets secondaires. Des aiguilles avec une substance irradiante sont injectées sous anesthésie, retirées immédiatement ou pendant la journée.

La thérapie HIFU est une autre méthode moderne de radiothérapie, qui est utilisée pour détruire sélectivement une tumeur sans endommager les tissus sains. Il consiste en l'effet ultrasonore sur le néoplasme oncogène, qui détruit les protéines structurelles des cellules pathologiques.

Traitement du cancer de la prostate par curiethérapie

La curiethérapie est une méthode alternative d'exposition aux rayonnements de la glande présentée aux stades initiaux de la formation de la maladie. L'essence de la méthode réside dans le fait que sous le contrôle des ultrasons dans la glande est injecté des granules iodés avec un degré élevé de radioactivité. De ce fait, dans le domaine de l’éducation, un taux de radiation accru est formé et les tissus situés à proximité ne sont pratiquement pas affectés.

La procédure d’introduction des gélules ne dure pas plus d’une heure et est réalisée en clinique externe. C'est ce qui le distingue des autres types de traitement par radiation.

Important à savoir! Le lycopène réduit de 34% le risque de cancer de la prostate! Quels aliments contiennent du lycopène?

Traitement des médicaments contre le cancer de la prostate

La croissance du cancer de la prostate est affectée par les hormones sexuelles mâles, dont la concentration accrue entraîne une augmentation de la taille du néoplasme. C'est la raison de l'efficacité du traitement médicamenteux - avec une diminution du nombre d'androgènes et une diminution de la sensibilité des cellules tumorales à leurs effets, sa croissance ralentit considérablement. Le résultat de ce traitement est plus prononcé s’il est appliqué à un stade précoce de la maladie. Mais il est possible de ralentir la croissance du cancer et d’augmenter l’espérance de vie du patient à l’aide du traitement médicamenteux, même au stade avancé du cancer.

Il est utilisé dans la quatrième phase du cancer, lorsque le traitement chirurgical est inefficace et ne peut qu'aggraver l'état du patient. Il reste le seul moyen disponible pour traiter les tumeurs cancéreuses chez les personnes âgées atteintes de maladies chroniques.

Médicaments hormonaux pour le traitement médical du cancer de la prostate:

Analogues des hormones hypophysaires - après leur utilisation, le taux d'androgènes dans le sang des hommes chute à l'état qui se produit après la castration chirurgicale. Mais contrairement à l'opération consistant à enlever les testicules, ce phénomène est réversible: à la fin de la prise d'hormones, les niveaux de testostérone sont restaurés. Les médicaments de ce groupe - Lyukrin, Diferelin, Dekapeptil, sont utilisés par injection.

Antiandrogènes - interférer avec l'interaction des cellules pathologiques avec les hormones surrénales, la combinaison d'antiandrogènes et d'hormones pituitaires dans la pratique médicale porte le nom de blocage androgène maximal et est l'une des méthodes les plus efficaces de traitement médicamenteux du cancer. Les préparations de ce groupe comprennent Flucin, Casodex, Anandron.

Les antagonistes des hormones libérant des gonadotrophines, qui abaissent la testostérone, ralentissent la croissance des néoplasmes oncogènes et stimulent également la différenciation cellulaire, raison pour laquelle ils se transforment en cellules de la prostate typiques. Les médicaments de ce groupe sont le Fosfestrol, le Firmagon, le Diethylstilbestrol.

Ils commencent un traitement aux antiandrogènes - dans certains cas, Casodex est suffisant pour ralentir la croissance de la tumeur, alors qu'il est possible de préserver la fonction sexuelle de l'homme.

L'hormonothérapie chez les patients de moins de 60 ans est associée à la cryothérapie - congélation tumorale. Lors de la congélation dans des cellules pathologiques, des cristaux de glace se forment qui les détruisent. Les hormones sont également prescrites en association avec la radiothérapie.

Une méthode radicale de traitement du cancer de la prostate dans le cadre d'une hormonothérapie consiste à retirer les testicules, après quoi la production de testostérone est réduite de manière irréversible. Il est rarement utilisé en raison d'un traumatisme psychologique grave subi par la plupart des hommes après cette opération.

Les anticorps monoclonaux sont appelés méthodes d'immunothérapie du cancer, qui sont rarement utilisées dans notre pays et ont été approuvées aux États-Unis en 2006. Les vaccins sont élaborés à partir de ces préparations contenant des anticorps qui sont utilisés par le système immunitaire du corps pour combattre les cellules cancéreuses.

L’une des méthodes modernes de traitement du cancer de la prostate consiste à utiliser des virus qui détruisent sélectivement les cellules cancéreuses, ce qui permet au corps de lutter plus facilement contre le cancer. ECHO 7 Rigvir est l’un des médicaments les plus prometteurs de ce groupe. Il permet d’arrêter la croissance des tumeurs et d’activer le système immunitaire pour combattre les cellules anormales. Nommé aux premiers stades du cancer avant et après le traitement chirurgical.

Au quatrième stade du cancer, un traitement est prescrit, qui ne détruit pas la tumeur, mais ralentit sa croissance et la propagation des cellules cancéreuses dans tout le corps, et améliore également le bien-être du patient, réduisant ainsi la douleur. Après traitement chirurgical, les patients peuvent vivre quinze ans ou plus avec un traitement réussi. Le traitement du cancer de la prostate dans les stades avancés est entravé par la croissance intensive et la propagation des cellules tumorales, mais les recherches actuelles dans ce sens permettront dans un proche avenir de lutter contre la maladie.

Prévision du cancer de la prostate

Le pronostic pour les patients atteints d'un cancer de la prostate dépend du stade de traitement. Les spécialistes ont le concept de "survie à cinq ans", ce qui permet d'évaluer le succès du traitement. Ainsi, pour les patients qui sont allés chez le médecin au premier stade du cancer, le taux de survie à cinq ans est supérieur à 90% - soit plus de 90% des personnes vivent cinq ans et plus après le traitement. Pour le deuxième stade du cancer, ce chiffre est de 80%, pour le troisième et le quatrième, de 40 et 15% respectivement.

Si le patient a demandé de l'aide médicale au premier stade de la maladie, il parvient à reprendre complètement le contrôle de la fonction vésicale et sexuelle, à enlever la tumeur et à reprendre le travail grâce au traitement. Après un traitement réussi, les manifestations négatives du cancer de la prostate sont éliminées, la maladie ne diminue pas l'espérance de vie.

Aux deuxième et troisième étapes, le succès du traitement dépend en grande partie du professionnalisme du médecin et de la santé, de l’âge et du bien-être général du patient. La thérapie prend plus de temps, le traitement est plus compliqué, mais les chances de succès sont assez grandes - l’espérance de vie de la plupart des patients après le traitement est de 15 ans ou plus.

Au quatrième stade du cancer de la prostate, le pronostic est sombre: aucun patient ne peut vivre plus de sept ans après un traitement d'association à long terme.

Important à savoir! Le sélénium réduit de 63% le risque de cancer de la prostate! Quels aliments contiennent du sélénium?

Prévention du cancer de la prostate

Actuellement, la médecine ne peut offrir une méthode de prévention du cancer à 100%, mais si vous suivez les directives générales pour maintenir un mode de vie sain, le risque de cancer est réduit au minimum.

Un sommeil régulier est une condition préalable au maintien de la santé de l’ensemble du corps. C’est dans le processus de sommeil que la mélatonine est produite - une hormone qui empêche l’apparition et la croissance d’une tumeur.

Alimentation saine - Incluez plus de fruits et de légumes dans le menu, ce qui est particulièrement utile pour préserver la protection antioxydante de l'organisme: crucifères, légumineuses, ail, oignons, agrumes, légumes-feuilles et légumes jaunes. Mangez de la viande, du poisson et des fruits de mer maigres, préférez les graisses végétales et les céréales riches en fibres alimentaires, en protéines facilement digestibles, en vitamine E et en phytostérols.

Évitez les agents cancérigènes - les agents cancérigènes qui déclenchent le développement de tumeurs peuvent être ingérés avec des aliments, de l'air pollué ou de l'eau; la fumée de tabac, les produits avec des additifs aromatiques et aromatisants contiennent des substances cancérigènes, leur concentration est augmentée dans les entreprises de l'industrie chimique.

Examen préventif par un spécialiste - chez les hommes de plus de 50 ans, il est recommandé de dépister le cancer de la prostate au moins une fois tous les deux ans et une fois par an pour les hommes atteints d'adénome, de prostatite ou d'autres pathologies. Le dépistage comprend une échographie de la prostate et un test sanguin pour l'antigène de la prostate.

L'activité physique aide à éviter la stagnation dans la prostate, renforce les parois des vaisseaux sanguins et prévient l'athérosclérose et les maladies cardiovasculaires. La gymnastique le matin et le jogging ou la marche du soir d'une durée de quarante minutes aident à neutraliser les dommages causés au corps par un mode de vie sédentaire et sédentaire.

Vie sexuelle régulière - empêche la stagnation et l'inflammation dans la prostate, augmente la circulation pelvienne et les processus métaboliques dans les tissus de la prostate.