Rubriques de magazines

L'élimination de la maladie en question nécessite souvent des manipulations chirurgicales. Pour les femmes qui n'ont pas encore accouché, la méthode de traitement la plus sûre consiste à enlever au laser les polypes de l'utérus. L'hystéroscopie est présentée sous forme de formations uniques dans l'utérus, il s'agit de la procédure la plus courante à ce jour. S'il est nécessaire d'extraire plusieurs polypes, un curetage est utilisé, ce qui constitue une manipulation plus complexe et plus longue. Selon certaines indications, un traitement médicamenteux peut être appliqué pour éliminer un polype dans l'utérus.

Traitement médicamenteux des polypes dans l'utérus sans chirurgie

Le traitement de la maladie à l'étude par le biais de médicaments, c'est-à-dire sans intervention chirurgicale, est rarement utilisé. Le traitement conservateur nécessite un examen régulier à l'aide d'un appareil à ultrasons. Cela permettra de retracer la nature des changements, la présence / absence d'améliorations. À la fin du traitement (même s'il était positif), le patient doit consulter régulièrement un gynécologue: une rechute peut survenir au fil du temps.

Avec un traitement médicamenteux, un certain nombre de médicaments peuvent être prescrits au patient.

  • Contraceptifs oraux combinés (Yarin, Regulon). Ces médicaments favorisent la réduction de la taille des polypes, après quoi ils quittent l'utérus pendant la menstruation. L'hormonothérapie est particulièrement pertinente pour les patientes non parturientes: les interventions chirurgicales peuvent causer des problèmes de conception à l'avenir. La durée du traitement avec de tels médicaments ne peut dépasser 21 jours. Si l’utilisation de l’hormonothérapie n’a pas donné de résultats positifs, prescrire une chirurgie. En présence de saignements utérins sévères, la dose quotidienne (le premier jour de prise d’hormones) peut atteindre plusieurs comprimés. À l'avenir, le nombre diminuera progressivement.

Les contraceptifs oraux combinés sont utiles dans un certain nombre de circonstances.

  1. On diagnostique chez le patient des polypes glandulaires, glandulaires et kystiques de l'utérus.
  2. La taille du polype ne dépasse pas 10 mm.
  3. L'âge du patient ne dépasse pas 34-35 ans.
  4. Il y a des endroits pour saigner utérin.
  5. Avec menstruations irrégulières (adolescence).
  • Médicaments antibactériens (Zitrolid, Monomitsin). Nécessaire pour éliminer les infections chroniques ayant provoqué l'apparition de polypes utérins. Pour identifier les pathologies infectieuses, le patient doit passer certains tests de présence / absence de microflore pathogène.
  • Progestatifs (Duphaston, Utrozhestan). Ils aident à améliorer le travail du système endocrinien, à améliorer l'état du sang. La progestérone est la principale composante de ce groupe de médicaments. Pour obtenir un résultat positif, vous devez prendre ces médicaments pendant au moins 3 mois. Dans certains cas, le traitement peut être prolongé à 6 mois. Les progestatifs commencent à prendre dans la deuxième phase du cycle menstruel.
  • Hormones libérant des gonadotrophines (Zoladex, Diferelin) La durée du traitement est de 3 à 6 mois et est utilisée pour traiter les patientes de plus de 35 ans et pendant la ménopause.
  • Complexe de vitamines et minéraux. Pertinent pour les saignements fréquents. Le complexe spécifié doit inclure du fer et des vitamines du groupe B.

Le traitement médicamenteux peut être combiné avec des remèdes populaires, après avoir reçu les conseils d'un médecin.

Méthodes chirurgicales pour l'élimination des polypes utérins

La méthode de traitement envisagée permet d'éliminer rapidement les formations pathologiques de l'utérus. Les technologies modernes permettent d’effectuer des manipulations chirurgicales avec un minimum d’incisions, sans saignements abondants. Si un petit polype se trouve dans l'utérus, il est découpé. En présence de plusieurs polypes, un curetage de la muqueuse utérine est effectué.

  • L'absence de résultats positifs du traitement médicamenteux.
  • Le diamètre du polype dépasse 10 mm.
  • Détection de cellules non standard pouvant provoquer un cancer.
  • Pas l'âge de procréer du patient (à partir de 40 ans).

Il existe plusieurs méthodes pour le traitement chirurgical des polypes utérins.

Hystéroscopie

Utilisé pour déterminer l'emplacement exact des structures pathologiques, leur retrait. Cette manipulation ne dure pas plus de 20 minutes. L'hystéroscopie est le troisième jour après la fin de la menstruation. L'hystéroscopie est réalisée à l'hôpital: le patient doit rester à l'hôpital pendant au moins 24 heures.

Étapes de la chirurgie pour enlever les polypes

  • Soulagement de la douleur Régional / général peut appliquer.
  • L'ouverture du canal cervical à travers un instrument médical.
  • Introduction à la cavité utérine d'un hystéroscope.
  • Examen de l'utérus pour déterminer le nombre et les paramètres des polypes. La visualisation est possible grâce à la présence d'une petite caméra à la fin de l'hystéroscope.
  • Utilisez une boucle chirurgicale + azote liquide pour enlever, cautérisant de petits polypes. Dans certains cas, une teinture d'iode à 5% peut être utilisée pour la cautérisation.
  • En utilisant des pinces, des curettes pour enlever un grand néoplasme. La suppression d'un polype se fait en le faisant défiler. Pour cette raison, les vaisseaux sanguins en défilement alimentant le polype ne saigneront pas. Après l'extraction du polype doit être fait de grattage, traitement antiseptique. Sinon, une rechute peut se produire.

Pour étudier la nature de la tumeur, celle-ci est soumise à un examen histologique.

  • L'absence de douleur et d'inconfort lors de la manipulation spécifiée.
  • La sécurité
  • Contrôle efficace (en raison de la présence de la caméra) de la qualité de la procédure.
  • Pas besoin de coupes: après la fin de l'opération, les coutures ne se chevaucheront pas.

Raclage (curetage, nettoyage gynécologique)

L'élimination de la membrane muqueuse de l'utérus: sa couche supérieure. Avant l'opération, le patient reçoit des médicaments qui contribuent à l'expansion des parois de l'utérus. Des rallonges médicales peuvent également être utilisées pour cela. La mise en œuvre de cette manipulation est possible grâce à l'utilisation d'outils spéciaux / système de vide.

Pour éliminer les polypes, le médecin peut combiner deux méthodes: l'hystéroscopie et le curetage. Une fois le curetage terminé par l'hystéroscopie, il est possible d'étudier en détail la cavité utérine afin d'éliminer les erreurs jusque-là inaperçues. Une telle opération prend en moyenne 35 à 40 minutes.

Lors de la préparation du raclage, vous devez suivre un certain nombre de recommandations.

  • La manipulation envisagée doit être effectuée 3 à 4 jours avant le début des règles. Cela aidera à minimiser les pertes de sang et à accélérer la réduction de l'utérus.
  • Tous les tests (KLA, coagulogramme, frottis, tests d'infections), prescrits par un médecin, doivent être réussis.
  • 14 jours avant l'opération, vous devez arrêter de prendre des médicaments, des additifs alimentaires. L'utilisation de médicaments nécessaires au traitement d'affections graves doit être signalée au médecin.
  • Quelques jours (2-3) avant la manipulation, il faut éviter les rapports sexuels. Il n'est pas souhaitable d'utiliser des produits d'hygiène intime (gels, mousses).
  • Pendant plusieurs heures (10-12), vous ne devriez pas manger ou boire de l'eau.

Séquence de grattage

  • Soulagement de la douleur Pour minimiser l’inconfort de la personne opérée, pratiquez une anesthésie (par voie intraveineuse), à ​​la suite de quoi elle s’endort. Après l'accouchement, cette manipulation est réalisée sans anesthésie préalable: l'utérus est suffisamment dilaté.
  • Redresser les parois du vagin, en assurant la visibilité du col utérin en insérant un extenseur dans le vagin.
  • Mise en place de la sonde dans le canal cervical (extrémité arrondie), ce qui permet d'obtenir la dilatation souhaitée du col de l'utérus. Dans certains cas, avec une expansion insuffisante, la sonde peut être remplacée par une autre, plus volumineuse.
  • Introduction dans l'utérus de la curette, à travers lequel le raclage. La couche supérieure de l'utérus est doucement grattée avec une curette, placée dans un récipient stérile. Le tissu collecté est envoyé pour un examen histologique.

Enlèvement au laser de polypes utérins

Cette méthode de traitement est considérée comme une innovation pour les cliniques russes. Le laser comme moyen d'éliminer les tumeurs en cause est utilisé dans les centres médicaux de Moscou. Cette procédure est coûteuse comparée à des méthodes de traitement similaires.

  • Le nombre minimum de cicatrices après manipulation.
  • Préservation de la fonction de reproduction: après l'élimination des polypes à l'aide d'un laser, les chances de tomber enceinte sont beaucoup plus grandes chez la femme qu'avec d'autres méthodes de traitement chirurgical.
  • La récupération est rapide.
  • La possibilité de l'examen + traitement dans la journée, sans hospitalisation.

Pour améliorer la précision de l'opération est possible grâce à l'utilisation de ministre. Cet appareil élimine le besoin de soulager la douleur, aide le médecin à contrôler la nature de l'exposition au laser pendant le traitement. La ministérioscopie rend la chirurgie d'élimination des polypes dans l'utérus moins traumatisante, plus efficace.

La vie après le retrait des polypes utérins

Quelques heures après la fin de la manipulation, le patient peut se sentir somnolent, fatigué et des caillots sanguins peuvent sortir du périnée.

Certains phénomènes sont possibles dans les deux premières semaines après le traitement chirurgical.

  • Apparence de décharge. Au cours des deux ou trois premiers jours, ils seront abondants (caillots sanguins possibles), rouge vif. Au cours des 10 à 12 prochains jours, le volume de décharge diminuera progressivement et leur couleur peut changer (marron, jaune). La fin prématurée de la sortie est un phénomène négatif. Cela peut être dû à l'accumulation de caillots dans l'utérus.
  • Douleurs tiraillantes dans l'abdomen (semblables à celles avant la menstruation). Ces douleurs peuvent être présentes pendant plusieurs heures ou jours, voire quelques semaines. Si vous ressentez une forte douleur, vous devriez boire des analgésiques.

La première menstruation après l'ablation chirurgicale d'un polype dans l'utérus est souvent interrompue avec un délai de 1-1,5 mois.

Pour accélérer le rétablissement, afin d'éviter le risque d'exacerbation, il est déconseillé de faire certaines choses pendant les trois premières semaines après la manipulation.

  • Avoir des relations sexuelles
  • Seringues
  • Ignorer les visites chez le médecin.
  • Appliquez des tampons.
  • Visitez les hammams, les saunas, les piscines, les plans d'eau publics, prenez des bains chauds. La baignade devrait être limitée aux douches.
  • Faites du sport intensément, soulevez des objets lourds.
  • Utilisez des médicaments contenant de l’acide acétylsalicylique, d’autres médicaments qui contribuent à l’éclaircissement du sang.

Effets postopératoires possibles

  • Allocation abondante de rouge: 1 heure - 1 bande. Une telle complication n'est pas fréquente, elle est éliminée au moyen d'oxytocine.
  • Le délai (à partir de 3 mois) de la première menstruation après la chirurgie.
  • Gêne, douleur pendant les rapports sexuels.
  • Infection de la muqueuse utérine accompagnée de fièvre (supérieure à 38 ° C), douleur intense et prolongée dans le périnée, dans le bas de l'abdomen.
  • Infertilité

Les avis

J'ai décidé d'aller dans une autre clinique de Moscou: elle a décrit comment et quels étaient les traitements traités, a décrit les symptômes. Le nouveau gynécologue a déclaré qu'après le grattage, il était nécessaire de traiter l'utérus. Duphaston ne pouvait pas être pris, il est également devenu la cause de l'apparition de polypes. On m'a prescrit de recommencer à gratter. Fabriqué en 3 mois. Encore une fois, je devais tout revoir d'une nouvelle manière: saignements pendant plusieurs semaines, douleurs terribles au bas de l'abdomen, nausées, vertiges après l'anesthésie. La première semaine après l'opération, j'ai vu un antibiotique (je ne me souviens plus de son nom), mais je ne me sentais pas mieux après: je ne pouvais plus me concentrer, je voulais toujours dormir, j'avais mal au ventre, ma chaise était cassée. Egalement immédiatement après avoir gratté 3 mois, on a vu Orgametril (2 comprimés. La nuit). Depuis la mi-2012, je prends régulièrement des pilules contraceptives hormonales. À ce jour, il n'y a eu aucune plainte. Tous les six mois, je passe une échographie vaginale, je visite régulièrement le gynécologue. Je suis heureux d'avoir changé de clinique, mais je crains que le polype ne repousse dès que je n'aurai plus bu d'hormones.

Elle a déboursé 22 000 roubles pour l'opération: elle a été opérée dans une clinique privée. Il serait possible d'essayer de faire la queue à la clinique prénatale, mais je n'ai pas eu l'occasion d'attendre 3 mois.

L'hystéroscopie a été réalisée sous anesthésie générale. Comme l'a dit le chirurgien, l'anesthésie a été donnée "facilement". 10 secondes après la tique dans la veine, je me suis endormi dans le fauteuil gynécologique. Je me suis réveillé dans mon lit. Avant l'anesthésie, je n'ai pas mangé ni bu pendant plusieurs heures. Par conséquent, dès que je me suis réveillé, j'ai couru dans la salle à manger. Elle a passé 2 jours à l'hôpital.

Dans deux semaines, j'irai chez le médecin: les résultats de la biopsie seront prêts, on me prescrira des médicaments.

Maintenant sur le coût: l'hystéroscopie, la consultation médicale, 2 jours dans la salle m'a coûté 9 mille roubles. Pour les analyses (scan, OAK, OAM, frottis, ECG, sang pour hépatite) payés séparément. Je ne regrette pas d'avoir procédé à l'opération: en prévision d'une future grossesse.

La clinique, où ils effectuent un tel traitement, se trouve à Moscou (je l'ai recommandé au gynécologue). Je n’ai fait aucune anesthésie, ce qui m’a rendu très heureux. Pendant que l'opération se déroulait (si vous pouvez l'appeler ainsi), elle était consciente. On m'a administré une injection d'analgésique: la douleur était toujours présente mais tolérable (comme pendant la menstruation). Le même jour après la procédure, ils m'ont laissé rentrer chez moi. Pendant 9 jours, mettez des suppositoires vaginaux pour vous protéger contre les infections.

La procédure a duré 10 minutes. Pour tout payé 17 mille roubles. Dans un mois, si tout va bien, vous pouvez essayer de concevoir un enfant.

Moyens efficaces et sûrs d'éliminer les polypes dans l'utérus

Les polypes utérins surviennent chez des patients à différents âges et assez souvent. Ces excroissances peuvent déclencher la stérilité et le cancer de l'endomètre.

De telles complications sont dues au fait que toute transformation pathologique des structures utérines muqueuses peut déclencher l'émergence de l'oncologie.

Dois-je enlever les polypes de l'utérus?

La plupart des experts sont d'avis qu'il est nécessaire d'enlever les polypes, ainsi que d'autres lésions bénignes du corps utérin.

La décision finale est toujours prise par le patient. Toutefois, si l'opération est abandonnée, la polypose peut provoquer diverses complications.

En général, l'intervention chirurgicale est montrée:

  • Pour les grandes tailles du polype (plus de 10 mm). Ce facteur entraîne souvent des complications. Si les excroissances polypeuses mesurent moins de 1 cm, elles ne causent généralement aucun symptôme et sont bien exposées aux effets hormonaux. Les gros polypes non enlevés peuvent causer des problèmes de conception ou de grossesse, bloquer la lumière cervicale ou les trompes de Fallope, provoquer un saignement abondant ou dégénérer en une tumeur maligne;
  • Âge mûr après 40 ans. À cet âge, les femmes subissent un ajustement hormonal grave en raison du début de la ménopause. Ces surtensions hormonales provoquent souvent une croissance accélérée des polypes et leur malignité. Par conséquent, pour les patients atteints de polypose à un âge similaire, l’élimination obligatoire des excroissances est recommandée;
  • En l'absence d'efficacité du traitement conservateur. Parfois, un traitement conservateur avec des médicaments hormonaux est prescrit aux patients. Une telle thérapie ne permet pas de se débarrasser définitivement des polypes. Cependant, l'utilisation de tels médicaments aide à ralentir le développement de la polypose et à en éliminer les symptômes. Si, après un tel traitement, il n'y a aucun changement dans la direction de l'amélioration, le patient continue à être perturbé par la douleur et les saignements, les écoulements purulents et les échecs du cycle, un retrait chirurgical des excroissances est indiqué;
  • Infertilité Si la patiente ne peut pas devenir enceinte en raison de la polypose endométriale, ce qui se produit assez souvent, en particulier avec les gros polypes, elle doit alors supprimer les excroissances polypeuses pour restaurer les fonctions de reproduction. Les grandes formations peuvent entraver la progression des spermatozoïdes, ainsi la fécondation ne se produit pas. Si la grossesse a eu lieu, alors les polypes intra-utérins peuvent entraîner sa terminaison;
  • Polypes adénomateux. Lorsque la polypose endométriale d'une forme similaire est détectée, il est vivement recommandé au patient d'enlever rapidement les excroissances, car les formations adénomateuses sont sujettes aux affections malignes.

Thérapies

Il existe de nombreuses façons d’éliminer les formations polypes de la cavité utérine, mais le plus souvent, les experts ont recours à la technique hystéroscopique en combinaison avec le curetage. Le biomatériau obtenu est obligatoirement soumis à un examen histologique.

Ils sont utilisés pour éliminer les polypes utérins et d'autres techniques telles que la coagulation au laser, la cryodestruction, la polypectomie traditionnelle, la diathermocoagulation, le curetage, etc.

Lors du choix d'une méthode de retrait, les spécialistes tiennent compte de nombreux facteurs, tels que l'étiologie de la polypose endométriale, la présence de processus pathologiques concomitants, les caractéristiques d'âge du patient, les caractéristiques structurelles des polypes, leur taille, etc.

Sur la base des facteurs ci-dessus, les tactiques du patient sont choisies. Après le retrait, un traitement hormonal ou d'autres médicaments sont prescrits. Si une femme court un risque de cancer de l'utérus, on lui montrera le retrait de l'utérus, ainsi que des appendices.

Grattage

Très souvent, le curetage ou une procédure de curetage est utilisé pour éliminer les polypes dans la cavité utérine.

Cette technique n’est pas présentée à tous les patients car, au cours de la procédure, la couche endométriale supérieure est retirée.

Si la polypose est compliquée par une inflammation, une telle procédure est contre-indiquée.

  1. Premièrement, on administre au patient un médicament pour dilater les parois utérines;
  2. Puis faire une anesthésie;
  3. Une sonde spéciale est insérée dans l'utérus par le canal cervical pour fournir l'accès nécessaire.
  4. Le curetage gynécologique est effectué. Le tissu résultant est envoyé pour un examen histologique;
  5. Le site de raclage est traité avec une solution d’iode.

Le meilleur moment pour le curetage est une période d'environ 3 à 5 jours avant l'arrivée des règles. Mais avant le traitement, le patient doit réussir tous les tests et, quinze jours avant la procédure, il est nécessaire d'arrêter de prendre les médicaments et compléments alimentaires prescrits.

En outre, dans environ 3 jours, vous devez abandonner le contact sexuel, les douches douces et l'hygiène intime. Les repas ne sont autorisés que 8 à 10 heures avant le grattage, pas plus tard.

Le raclage fait référence aux méthodes anciennes et éloignées des meilleures méthodes pour se débarrasser de la polypose, car environ un tiers de ces opérations entraînent des rechutes et, après un certain temps, le polype repousse dans l'utérus. Quant à la grossesse, elle peut être planifiée six mois après l’intervention.

Hystéroscopie

Parmi les opérations les plus bénignes pour l'élimination des polypes dans l'utérus, les experts distinguent l'hystéroscopie.

  • Des dilatateurs gynécologiques sont introduits dans les tissus cervicaux, libérant ainsi le passage pour d'autres instruments;
  • Un hystéroscope est inséré par voie intra-vaginale dans l'utérus, sur lequel se trouvent une caméra et un dispositif d'éclairage. Grâce à eux, le médecin peut voir tous les détails de ce qui se passe dans un format agrandi.
  • À l'aide d'un outil spécial, les polypes sont retirés, le lieu de retrait est cautérisé. En fonction du nombre et de la nature des polypes, la procédure dure 20 à 40 minutes.

Le prélèvement hystéroscopique est effectué immédiatement après la menstruation, au plus tard le dixième jour du cycle. Le dernier repas est autorisé 6 heures avant la procédure. Les polypes avec une jambe sont enlevés par torsion, tandis que ceux qui se développent sur une large base sont coupés chirurgicalement.

Recommandations après traitement

Le plus souvent, après le retrait hystéroscopique des polypes utérins, les experts recommandent ce qui suit:

  1. Au cours de la première semaine, on prescrit à la patiente un traitement antibiotique avec des médicaments à large spectre. Un tel traitement est nécessaire pour prévenir les complications infectieuses et inflammatoires;
  2. Il est nécessaire de surveiller les indicateurs de température deux fois par jour pendant la semaine postopératoire.
  3. Rincer le matin et au coucher avec un gel pour les endroits intimes ou du savon pendant environ 2-3 semaines. Les organes génitaux externes et le périnée tout entier doivent être soigneusement lavés;
  4. Le levage d'objets de plus de 2 kg et l'entraînement intensif doivent également être éliminés pendant deux semaines.
  5. En cas de douleur, il est recommandé de prendre des AINS tels que l’indométacine, le loxidol ou le Xefocam;
  6. Il est interdit de nager dans les étangs ouverts, dans la piscine ou de s'allonger dans la salle de bain pendant 3 semaines après l'hystéroscopie;
  7. La miction ne peut pas être retardée, essayez de vider la vessie immédiatement après l'apparition de l'urgence correspondante;
  8. Manger un régime équilibré pour prévenir la constipation.

Le respect de ces exigences vous permettra de récupérer rapidement de l'élimination hystéroscopique des excroissances polypeuses.

Voie laser

Désigne des méthodes avancées et très efficaces d’élimination des polypes dans l’utérus. Cette méthode implique l'utilisation d'un faisceau laser.

La procédure de suppression est effectuée en couches, toutes les manipulations sont clairement suivies par le moniteur, les erreurs sont donc exclues.

Lors de l'élimination des polypes par la méthode laser, il n'y a aucun risque d'endommager les tissus sains, ainsi que d'infection de la surface de la plaie après l'intervention.

Habituellement, la procédure ne dure pas plus d'une demi-heure, ne laisse pas d'effets cicatriciels, n'affecte pas les grossesses futures.

Dire que l'utérus s'est complètement rétabli après le retrait n'est possible qu'au bout de six mois, voire davantage. Vous ne pouvez commencer à planifier votre grossesse qu’après cette période. À ce stade, le statut hormonal reviendra à la normale puisque le traitement hormonal destiné à prévenir les rechutes sera achevé.

En règle générale, la conception survient en toute sécurité dès 2-3 mois après l’arrêt de la prise d’hormones.

Conséquences des techniques

Certains patients, quelle que soit la méthode d'élimination de la formation de polypes, qu'il s'agisse d'une thérapie au laser, d'un curetage ou d'une polypectomie hystéroscopique, ont certains effets postopératoires, tels que:

  • Retard prolongé de la menstruation, quand après une retrait de plus de 3 mois, il n'y a pas de règles;
  • Inconfort et symptômes douloureux pendant les rapports sexuels;
  • Saignement abondant de couleur rouge vif. Un joint ne dure qu'une heure. L'ocytocine aidera à éliminer ce saignement.
  • Développement de l'infertilité;
  • Lésions infectieuses de l'endomètre, caractérisées par une hyperthermie (supérieure à 38 ° C), des sensations douloureuses dans l'abdomen, le périnée. De telles complications sont typiques chez les patients qui ont des infections urinaires avant le retrait;
  • Dans de très rares cas, une perforation utérine survient, en particulier après un curetage en aveugle, une hystéroscopie, etc.
  • Les adhérences, les cicatrices, qui surviennent le plus souvent à cause du curetage. La cryodestruction et l'élimination au laser des polypes aideront à éviter de telles complications;
  • Hématométrie - accumulation de sang dans le corps utérin;
  • Processus du cancer. Se produisent généralement dans les cas où les excroissances adénomateuses ne sont pas complètement éliminées;
  • Rechute de polypose - aucun moyen ne garantit à l'avenir que le polype n'apparaîtra plus.

Le grattage, l'élimination au laser et d'autres interventions peuvent causer de telles complications, mais cela se produit rarement. Cela dépend beaucoup des patients, de la clarté avec laquelle ils se conformeront aux recommandations médicales.

Avis opérés

Alain:

J'ai 32 ans. J'ai décidé d'avoir un 2e enfant. À l'examen, l'uziste a trouvé un polype utérin. Supprimé par hystéroscopie. Tout s'est bien passé. Je suis très heureux car je vais bientôt devenir mère. Avant la naissance, il reste deux mois. Le polype n'est plus apparu.

Julia:

En l'an 11, un polype a été trouvé, enlevé par un laser, alors cette procédure était une innovation. Elle avait très peur que le polype ne revienne, mais tout s'est bien passé. Tous les six mois, je passe chez un gynécologue pour la prévention. Jusqu'à présent, aucune rechute n'a eu lieu.

Marie:

J'ai 54 ans. Le premier polype a été enlevé il y a presque 20 ans. Ensuite, le grattage a été pratiqué, donc tout le monde a été enlevé. Après le premier polype, il y en a eu un deuxième, seulement à un autre endroit de l'utérus, puis un troisième, un quatrième. Les polypes ont été enlevés par grattage. Comme prévu, un nouveau polype a été détecté tous les deux ans, jusqu'à ce qu'une polypose multiple présentant un risque élevé de malignité soit atteinte. À 46 ans, l'utérus a été retiré. Donc, le grattage est une procédure barbare.

Combien coûte une excision tumorale?

En règle générale, les prix des procédures d’élimination des excroissances polypes dans l’utérus sont déterminés par la méthode et le niveau de l’établissement médical où l’élimination sera effectuée.

Dans les cliniques de Moscou, le coût d’une opération d’enlèvement d’un polype est approximativement le suivant:

  1. Hysteroresectoscopy - 9 000-25 000;
  2. Enlèvement laser - 11 000-36 000₽;
  3. Raclage - 5 000-7 500₽.

Dans les cliniques régionales, les prix des procédures sont beaucoup plus bas, le coût exact doit être découvert directement auprès de l’institution médicale.

Période postopératoire

La première fois après le retrait du polype utérin chez la patiente, il peut y avoir une douleur dans la région située au-dessus du pubis. La douleur peut être donnée à la région lombaire.

De plus, plusieurs jours peuvent être perturbés par un écoulement sanguinolent, mais ils passent rapidement d'eux-mêmes. Un traitement antalgique et hémostatique est recommandé pour soulager la maladie.

Contre-indications pendant cette période

En période postopératoire, le patient doit observer plusieurs recommandations:

  1. Il est interdit de visiter le bain ou le sauna, le bain à remous, le solarium;
  2. N'utilisez pas de tampons ni de douches;
  3. Besoin d'abandonner le contact sexuel;
  4. Il est nécessaire d’abandonner les médicaments contenant de l’acide acétylsalicylique, qui contribuent à la circulation sanguine, qui produit beaucoup de saignements;
  5. Il est recommandé de prendre des hormones pour normaliser le cycle;
  6. Il vaut la peine d'éviter une formation améliorée et l'haltérophilie;
  7. Les procédures d'eau ne sont autorisées que sous la forme d'une douche, il est absolument impossible de rester dans la salle de bain.

Le respect des recommandations médicales éliminera le risque de rechute.

Les premières règles après le retrait commencent généralement entre 5 et 8 semaines. Après le traitement chirurgical des polypes pendant les rapports sexuels, une gêne peut survenir. Par conséquent, afin d'éviter toute complication, toute violation de ce type doit être signalée au gynécologue.

Correction hormonale

Après le retrait du polype, une correction hormonale est recommandée pour tous les patients présentant une croissance glandulaire-fibreuse ou glandulaire. Cette approche permet de rétablir le statut hormonal et de normaliser le cycle menstruel.

Pour la thérapie hormonale sont utilisés:

  • Chez les patients jeunes de moins de 35 ans, les contraceptifs estrogènes-progestatifs sont recommandés - Janine, Regulon, Yarin, etc.
  • Les préparations de gestagène sont prescrites aux femmes après 35 ans - Duphaston, Norkolut, etc.

Souvent, les femmes installent la spirale Mirena, considérée comme l’une des méthodes modernes de traitement de nombreuses pathologies gynécologiques. Il est fixé pour une période de 5 ans et, à partir de l'hélice, aucun effet indésirable semblable à celui observé lors de la prise de médicaments hormonaux.

Traitement antibactérien

Après élimination de la croissance polypeuse dans l'utérus, une antibiothérapie est recommandée pour les patientes.

Il est utilisé pour prévenir diverses complications infectieuses. La durée des antibiotiques peut être de 2 à 10 jours. Parfois, ce traitement n'est pas nécessaire.

En général, l’antibiothérapie est indiquée dans les situations cliniques suivantes:

  1. La présence d'infections urinaires chroniques;
  2. Enlèvement de la polypose par traitement gynécologique, boucle, dévissage;
  3. Pour prévenir la récurrence de la polypose, si elle était provoquée par une inflammation chronique.

Observation

Après avoir retiré un polype, une femme doit être surveillée régulièrement par un gynécologue et ne doit pas manquer les procédures prescrites par le médecin.

Grossesse après le retrait de la polypose

Après le retrait rapide des polypes, la grossesse ne se produit pas immédiatement. Premièrement, une femme suit un traitement médicamenteux.

Habituellement, les médecins recommandent de penser à la grossesse six mois après la date de l'opération. Habituellement, après la fin du traitement hormonal, la grossesse a lieu dans un mois ou deux. Par conséquent, n'ayez pas peur de l'opération. Il est préférable de résoudre le problème dès que possible.

Où puis-je enlever un polype dans l'utérus?

Le retrait de la polypose endométriale est effectué gratuitement dans les cliniques. Nécessaire de discuter avec votre médecin des options de retrait.

Les hôpitaux publics peuvent avoir une file d'attente pour le retrait gratuit des polypes. Dans tous les cas, n'ayez pas peur et tirez avec un traitement. Plus tôt un polype est enlevé, mieux c'est.

La vidéo montre comment éliminer un polype de l'utérus par l'hystéroscopie:

Méthodes d'élimination des polypes dans l'utérus

Dans la structure des maladies gynécologiques, le diagnostic de polype utérin est l’une des principales places (environ 25% en moyenne). Cette maladie "hors de l'âge", une tumeur peut être trouvée à la fois chez une jeune fille et chez une femme à la ménopause. L'élimination du polype dans l'utérus est le traitement principal et le plus efficace garantissant le rétablissement complet. Le traitement est généralement utilisé comme prévention des récidives ou, si nécessaire, comme préparation préopératoire du patient (si vous devez guérir l’infection ou soulager les symptômes d’une inflammation aiguë).

Cette maladie peut être asymptomatique à un stade précoce, ce qui la rend difficile à diagnostiquer: un polype dans l'utérus est souvent détecté lors d'une visite programmée chez le gynécologue. Bien que la tumeur soit au début bénigne, elle peut dégénérer en précancéreuse, provoquer une infertilité ou provoquer un cancer. Par conséquent, il est important de résoudre le problème à un stade précoce (de préférence par voie chirurgicale). Les patients seront des informations utiles sur les caractéristiques de cette maladie.

Comprendre un polype

Les polypes utérins sont une conséquence de la prolifération pathologique de l'endomètre (hyperplasie), qui peut être causée par divers facteurs provoquants. À la suite du processus pathologique, une tumeur est formée, qui peut être différente:

  • en forme: en forme de champignon avec une large base sur une tige épaisse ou rond sur une tige mince;
  • par couleur (de rose pâle et pâle à marron et violet);
  • par structure: selon les cellules prévalant dans la tumeur, on distingue les polypes fibreux, glandulaires, fibreuses-glandulaires et les types adénomateux (ce dernier est considéré comme une tumeur précancéreuse);
  • par quantité: simple ou multiple (polypose).

Les dimensions sont en millimètres, elles peuvent être petites, à peine perceptibles de quelques millimètres à 25 mm. Cette taille est l’un des principaux critères de nomination de l’opération. Le choix de la tactique est également influencé par les résultats de l'histologie (détermination de la structure) et des caractéristiques du parcours (asymptomatique, avec saignement, etc.).

Les causes de la formation de polypes sont différentes. Les principaux troubles hormonaux sont pris en compte (modification de l'équilibre du fond hormonal normal dans lequel l'œstrogène est en excès et la progestérone en déficit). La violation de la stabilité hormonale peut être due à des changements physiologiques (puberté, grossesse, début de la ménopause). Ou pathologique (diabète, obésité, maladie de la thyroïde, hypophyse, glandes surrénales). Ou prendre des médicaments hormonaux, y compris pour la contraception.

Les facteurs supplémentaires provoquant le processus pathologique dans l'utérus sont:

  • maladies gynécologiques (endométriose, kyste, fibromes, pathologie ovarienne, etc.);
  • blessures et microtraumatismes (obtenus pendant l'examen, l'accouchement, l'avortement, l'utilisation de dispositifs de contraception intra-utérins, les rapports sexuels);
  • processus pathologiques d'étiologie différente: maladies infectieuses et vénériennes, inflammations, troubles de la composition de la microflore.

Le stress constant, la dépression, le surmenage peuvent également être des facteurs provoquant le développement d'une tumeur. Il existe également des cas où il n'est pas possible d'identifier une étiologie spécifique du développement d'un polype de l'endomètre (étiologie inexpliquée). Les femmes, dans l’histoire de laquelle existe au moins l’un des facteurs de risque, il est particulièrement important de se soumettre régulièrement à des examens médicaux. Selon les statistiques, 70% de tous les cas de polypose détectés (néoplasmes multiples) se développent à la base de l’une des maladies énumérées ci-dessus. Dans de tels cas, le traitement est complexe: ils sont supprimés et un traitement est prescrit pour éliminer les facteurs de risque et les maladies associées. Cela est nécessaire pour éliminer le risque de récurrence, puisque l’élimination ne résout que le problème actuel et que l’élimination de sa cause est la principale.

Les symptômes aux premiers stades du développement des polypes de l'endomètre peuvent être absents. Les femmes doivent donc consulter régulièrement un gynécologue. Avec le développement ultérieur de la pathologie peut apparaître:

  • saignements (en dehors de la menstruation) et changements importants du cycle;
  • tout écoulement (sanglant, brun, blanchâtre, etc.);
  • douleur persistante, y compris pendant les rapports sexuels;
  • problèmes de conception ou de menace de fausse couche.

Lorsque l'un des symptômes apparaît, il est nécessaire de consulter immédiatement un médecin pour obtenir le diagnostic et le traitement approprié (le plus souvent l'élimination). Un spécialiste du profil effectue un examen et attribue des tests supplémentaires (un examen histologique d'un foyer pathologique est nécessaire). Selon les résultats obtenus, la tactique consistant à retirer un polype de l'utérus est choisie.

Dois-je enlever les polypes de l'utérus?

Est-il nécessaire d'éliminer les polypes dans l'utérus? Cette question concerne presque tous les patients diagnostiqués. Dans certains cas, la chirurgie est obligatoire (voir la section Indications et contre-indications), parfois les médecins recommandent un report. Au début, les patients ont le choix.

Pour prendre la bonne décision, il est nécessaire d’analyser les caractéristiques de cette maladie:

  1. Au début, un polype dans l'utérus peut être asymptomatique pendant une longue période: mais si le facteur provoquant n'est pas éliminé, la tumeur grossira. Ensuite, divers symptômes menaçants peuvent apparaître (par exemple, une anémie peut se développer sur le fond d'un saignement persistant). Et à l'avenir, il faudra une opération plus traumatisante. Par conséquent, même si cela ne dérange pas, le foyer pathologique doit être complètement supprimé.
  2. Avec une augmentation des symptômes: une maladie progressive deviendra un problème pour une femme et la tumeur elle-même ne se résoudra pas et ne pourra être guérie par des méthodes conservatrices. Si vous ne retirez pas le polype utérin, cela provoquera une nouvelle détérioration de l'état de santé général, menacera la fonction de fertilité, pourrait conduire au développement d'une polypose, dans le pire des cas - l'oncologie.
  3. En cas d’hormonothérapie et de traitement symptomatique: s’ils ne sont pas retirés, le traitement ne permet pas un rétablissement complet. Par exemple, l'hormonothérapie aidera à équilibrer les hormones, mais quand elle sera annulée, la croissance reprendra normalement. En d'autres termes, il est nécessaire d'éliminer non seulement la cause (déséquilibre hormonal), mais également les conséquences: la tumeur elle-même.
  4. Le risque de renaissance: le polype utérin de l'endomètre est capable de dégénérer en forme adénomateuse (précancéreuse) et de provoquer un cancer de l'endomètre de l'utérus. Par conséquent, que l’opération soit pratiquée ou non, la question n’est pas de savoir si le risque de développer un oncologie constitue une base suffisante pour une intervention chirurgicale.
  5. Âge du patient: les femmes âgées doivent-elles éliminer les polypes de l'utérus? Chez les patientes ménopausées, le risque de développer un polype adénomateux dans l'utérus et de passer à l'oncologie augmente. Devrais-je supprimer, sachant de telles perspectives? La réponse est sans équivoque - oui.

Après avoir examiné les conséquences éventuelles en cas de refus du traitement chirurgical, chaque patiente sera en mesure de décider s’il convient de retirer le polype utérin. Ou essayez d'autres options (thérapie, remèdes populaires). La seule chose qui est définitivement inacceptable est l’absence de traitement en tant que tel. Étant donné que la plupart des facteurs qui provoquent le développement d’une tumeur sont pathologiques, les gynécologues expérimentés constituent un plan général pour la prise en charge de tels patients. Il vise à éliminer les maladies concomitantes et la chirurgie pour enlever la tumeur.

Dimensions pour le fonctionnement en millimètres

La taille de la tumeur est d'une grande importance pour le choix de la tactique du patient. Le polypetérus est considéré:

  • petit, si pas atteint 5 mm;
  • moyenne, si la taille est de 5 à 15 millimètres;
  • grande si elle dépasse 15 mm.

Un petit polype utérin ne peut pas être retiré immédiatement s'il ne menace pas la santé (pas de saignement, pas de risque de fausse couche, etc.). Dans tous les cas, le tableau clinique est évalué de manière globale, un plan de traitement individuel pour les facteurs provoquants est sélectionné. Une femme présentant une tumeur détectée est à risque, doit être examinée régulièrement et, en cas de développement rapide, la tumeur est immédiatement retirée.

La taille moyenne est une indication standard pour une intervention chirurgicale. Les indications pour une intervention chirurgicale d'urgence seront à la fois une évolution calme et une augmentation des symptômes, la croissance de la tumeur elle-même et des modifications histologiques. Un grand néoplasme est enlevé aussi rapidement que possible.

Indications et contre-indications

L'opération de retrait d'un polype est souvent la décision conjointe du patient et du médecin. Le médecin détermine le degré de risque et explique toutes les conséquences d'un échec. Dans certains cas, la chirurgie immédiate est la seule option.

Indications pour chirurgie immédiate:

  • tumeur moyenne et grande;
  • le processus pathologique progresse activement: les symptômes augmentent, la taille augmente, l'histologie évolue;
  • l'inefficacité du traitement médicamenteux: le saignement ne cesse pas, la taille de la tumeur ne diminue pas, la femme ne peut pas tomber enceinte;
  • néoplasme de type adénomateux (précancéreux) ou détection de cellules cancéreuses dans l'endomètre;
  • la menace de fausse couche;
  • L'âge du patient est supérieur à 40 ans: des changements hormonaux vont provoquer la croissance d'un polype utérin et le risque de développer un oncologie augmente.

Vous pouvez reporter le traitement et utiliser un traitement médicamenteux:

  • pendant la grossesse, en l'absence de symptômes menaçants;
  • si la tumeur est de petite taille, sa taille diminue sous l'influence d'un traitement thérapeutique, l'évolution de la maladie est lente et asymptomatique;

Les contre-indications à une intervention chirurgicale immédiate seront:

  • maladies de l’appareil génital externe de toute étiologie (infectieuse, vénérienne, fongique);
  • pathologie du col utérin, dans laquelle il est impossible de procéder à l'opération (sténose, cancer, etc.);
  • maladies infectieuses aiguës;
  • maladies chroniques au stade d'exacerbation (taux de sucre élevé dans le diabète, pression artérielle élevée dans l'hypertension, exacerbation d'ulcères gastriques, thrombophlébite, etc.);
  • saignements graves causés par d'autres maladies gynécologiques jusqu'à ce qu'ils cessent.

Dans ce cas, la cause du retard est d'abord éliminée, puis une intervention chirurgicale est réalisée pour retirer un polype utérin.

Phase préparatoire

Avant de retirer un polype, une préparation est généralement nécessaire. C'est simple et passe par plusieurs étapes:

  • tout d'abord les tests prescrits;
  • s'ils sont normaux, le jour de l'opération est choisi en tenant compte du calendrier des menstruations;
  • une préparation préopératoire est nécessaire avant le retrait du polype utérin;
  • le jour de l'opération, il est interdit de manger et de boire (s'il s'agit d'une intervention chirurgicale sous anesthésie).

Si les tests sont normaux et qu'il n'y a pas d'autres contre-indications, le jour de la chirurgie est désigné. Avant l'hystéroscopie et les autres méthodes d'élimination du polype utérin par anesthésie, il est nécessaire de s'abstenir de boire de l'alcool. Il est conseillé aux femmes qui fument de ne pas fumer ou de réduire le nombre de cigarettes. À la veille, il est recommandé d'ajuster la nutrition et de passer à un aliment facilement digestible. Au dernier repas du soir, il est préférable de boire un verre de kéfir.

Maintenant, réfléchissez à la manière de vous préparer à la chirurgie pour retirer plus en détail un polype de l’utérus. L’examen est effectué à la veille de l’opération, le médecin déterminant les examens à passer. Habituellement prescrit:

  • analyses de sang et d'urine;
  • frottis (déterminé par le degré de pureté);
  • ECG;
  • en présence de maladies chroniques, il est recommandé de consulter un spécialiste.

Dans le cadre de la préparation préopératoire, le médecin peut prescrire des médicaments hormonaux ou des antibiotiques (le cas échéant, pour réduire le risque de complications). Il est conseillé de s'abstenir de relations sexuelles ou d'utiliser un préservatif pendant une semaine. Les douches, tampons médicamenteux, onguents, suppositoires et crèmes sont préférables (ils peuvent altérer les résultats du frottis pour la propreté).

La veille et le jour de l'opération, un lavement nettoyant est fait, les cheveux sont retirés des organes génitaux externes. Immédiatement avant l'intervention, il est souhaitable de vider la vessie. C'est la période préopératoire standard. Comment se préparer à l'élimination d'un polype de l'utérus en cas de complications, informez le médecin traitant.

Le jour du cycle, le polype de l'endomètre est retiré.

Quand est-il préférable d'éliminer un polype dans l'utérus en ce qui concerne la menstruation? Dans la plupart des cas, il s'agit d'une opération planifiée. Le médecin a la possibilité de choisir quel jour le faire et d’ajuster la date en fonction de la menstruation. Ceci est important car des processus restaurateurs de l'endomètre surviennent après la fin du saignement. Les femmes plus âgées avec un cycle instable ou sans menstruation (avec l'apparition de la ménopause) feront exception. Dans ce cas, peu importe le jour de la chirurgie.

Le troisième jour après la fin de la menstruation, lorsqu'un polype est généralement retiré de l'utérus, le rejet menstruel de l'endomètre est complètement terminé et le processus de restauration de celui-ci n'est pas encore complet. Cela permet d'éviter d'éventuelles complications, telles que des saignements, parfois accompagnés d'une hystéroscopie. Le meilleur jour du cycle, lorsque l'ablation d'un polype dans l'utérus se produit avec un minimum de lésions du corps de la femme, est considéré comme un délai de 6 à 9 ans dès le début des règles. C'est pendant cette période que la tumeur est clairement visible et aussi accessible que possible.

Comment enlever les polypes dans l'utérus

En médecine moderne, on utilise différentes méthodes pour éliminer les polypes de l'utérus. Le choix de la méthode dépend du tableau clinique, de la quantité de pathologie, du type de tumeur, de sa forme et de sa taille. Actuellement utilisé:

  • curetage diagnostique;
  • l'hystéroscopie (cette opération comporte plusieurs sous-types);
  • épuisement laser;
  • extraction instrumentale (y compris, à l'aide d'outils modernes, par exemple électriques);
  • élimination des ondes radio.

Le besoin d'anesthésie (anesthésie)

Est-ce que ça fait mal d'enlever un polype dans l'utérus? Cela dépend de la façon dont le polype de l'endomètre sera enlevé. La particularité de l'évolution des processus pathologiques dans chaque cas particulier, le type de polype, le seuil de douleur individuel est également importante. Même dans le cadre d'une seule méthode, l'anesthésie peut être différente ou ne pas être utilisée lors du retrait d'un polype utérin. Par exemple, il existe le concept "d'hystéroscopie de bureau", l'anesthésie avec ce n'est pas nécessaire (toutes les techniques seront discutées en détail dans la section "Méthodes communes").

Dans le processus d'élimination d'un polype utérin, l'anesthésie locale n'est pratiquement pas utilisée, la préférence est donnée au général. Lors de l'utilisation d'un laser et d'ondes radio, l'anesthésie n'est pas réalisée du tout. Ces techniques d'élimination de la tumeur sont indolores. Lors de l'utilisation d'un laser, le polype de l'endomètre est retiré à l'hôpital, mais après 3 heures, en l'absence de complications, la femme peut rentrer chez elle.

Dans certaines cliniques sous anesthésie locale, un curetage diagnostique peut être effectué. L'anesthésie générale est utilisée pour l'hystéroscopie. Elle est recommandée à 95% par voie intraveineuse. Une anesthésie péridurale est utilisée chez seulement 5% des patients présentant une intolérance individuelle ou d'autres contre-indications.

Manières communes

Le choix de la manière dont le polype de l'endomètre sera retiré dépend à la fois du volume et des caractéristiques de la pathologie identifiée, ainsi que des capacités techniques et de l'équipement de la clinique. En médecine moderne, certaines méthodes ne sont pratiquement pas utilisées, car elles sont inefficaces et sont considérées comme obsolètes. Mais nous examinerons en détail comment un polype est enlevé dans l'utérus par différentes méthodes.

NETTOYAGE DIAGNOSTIQUE. Aujourd'hui, le curetage diagnostique est souvent utilisé non pas comme une méthode de traitement indépendante, mais comme un auxiliaire après l'hystéroscopie. Il aide à évaluer l'état des tissus, à obtenir du matériel pour l'histologie. Cela est dû à son manque de fiabilité. Le risque de rechute après la procédure est assez élevé (environ 30%). Le plus souvent utilisé dans les établissements médicaux avec un équipement moderne insuffisant, où il existe les outils les plus simples (curette, extenseur utérin).

La méthode est assez traumatisante, le chirurgien ne peut pas contrôler complètement le processus de retrait (ceci explique le pourcentage élevé de rechute). Mais il est recommandé pour la chirurgie d’urgence, lorsque vous devez arrêter le saignement et prévenir une perte de sang importante.

HYSTEROSCOPIE DU POLYP utérin. La méthode la plus courante et la plus utilisée. Il est considéré comme la principale méthode de traitement chirurgical de cette pathologie. Comme il existe différentes techniques d’opération, nous l’examinons séparément et plus en détail (voir le chapitre Hystéroscopie).

RETRAIT DU POLY DANS LE MAT PAR LE LASER. Pour le moment - la technique la plus efficace. Ses avantages peuvent être considérés:

  • la possibilité de régler l'intensité du faisceau, ce qui élimine les dommages causés aux tissus sains;
  • pas de cicatrices, ce qui minimise les risques de complications telles que l'infertilité;
  • méthode sans contact, qui élimine pratiquement les saignements après la chirurgie;
  • ne nécessite pas d'anesthésie, ce qui vous permet de quitter la clinique quelques heures après la chirurgie.

Un avantage supplémentaire serait l'utilisation d'un hystéroscope, qui permet de visualiser le champ opératoire et de visualiser avec précision tous les changements pathologiques.

ELIMINATION DES VAGUES RADIO. En termes d'efficacité, de sécurité et de technique, cette méthode est similaire à la méthode laser. Seul l'effet sur le néoplasme se produit à l'aide d'ondes radio directionnelles. Comme le laser, ils détruisent les tissus tumoraux par couches sans toucher les tissus environnants ni blesser les muqueuses.

MÉTHODE D'OUTIL Le retrait s'effectue à l'aide de ciseaux ou de forceps. Le fil électrique est une version plus moderne qui permet de cautériser la base de la tumeur et d'empêcher la perte de sang. Cette option est souvent proposée. Si nous parlons d’un seul polype sur la jambe, vous pouvez simplement “dévisser”.

Durée de la chirurgie

Combien de temps dure une opération d'élimination d'un polype dans l'utérus? Avec l'intervention chirurgicale habituelle, le retrait du polype ne prend généralement pas plus d'une heure. Les procédures laser et par ondes radio ne prennent pas plus de 10 à 30 minutes. L'hystéroscopie, même en cas de pathologie importante - pas plus de 45 minutes, le temps standard est de 15 à 30 minutes. Le plus long sera l'élimination de la polypose, lorsque plusieurs tumeurs auront besoin de plus de temps pour les détruire. Les opérations les plus courtes sont considérées comme dévissant un seul polype sur la jambe, elles prennent environ 10 minutes.

Hystéroscopie

Hystéroscopie utérine - élimination d'un polype à l'aide d'un appareil spécial pour hystéroscope. C'est la technique la plus courante qui vous permet d'obtenir une image visuelle du processus pathologique. À la fin du tube d'insertion se trouve une caméra vidéo qui transmet une image de l'utérus au moniteur. Le diamètre est petit, à l'intérieur du tube est creux, à travers lequel l'accès à l'utérus est fourni (les instruments sont insérés).

En fait, toute intervention chirurgicale moderne visant à détecter une tumeur dans l'utérus peut être considérée comme une hystéroscopie. Seul l'instrument par lequel il est éliminé est modifié. L'hystéroscope est utilisé avec les méthodes laser et à ondes radio, en utilisant d'autres instruments. Les patients peuvent regarder la vidéo à l'avance, où il est montré en détail comment se déroule l'hystéroscopie du polype utérin.

Avec l'aide d'un hystéroscope, non seulement la chirurgie, mais aussi la soi-disant «hystéroscopie de bureau» est réalisée. Il s’agit plutôt d’une méthode de diagnostic, dans laquelle le médecin a la possibilité d’examiner en détail le foyer pathologique, de déterminer son volume, sa quantité et la forme de la tumeur. Et ensuite, en fonction des informations reçues, la tactique de l'intervention chirurgicale est choisie. Autrement dit, il est déterminé exactement comment l'opération aura lieu pour éliminer un polype dans l'utérus. Bien que le diagnostic s'appelle l'hystéroscopie, il ne s'agit que d'une méthode d'examen instrumentale, réalisée à l'aide d'un hystéroscope et sans anesthésie.

Technique (comment opère l'opération pour enlever un polype dans l'utérus):

  • le patient reçoit une anesthésie;
  • les organes génitaux externes sont traités avec une solution aseptique spéciale;
  • le canal cervical est «étiré» à l'aide de dilatateurs pour permettre l'insertion libre du tube d'hystéroscope;
  • de sorte que les parois de l'utérus sont aplaties, sa cavité est remplie de liquide ou de gaz;
  • à travers le canal de l'hystéroscope est introduit l'instrument qui a été sélectionné pour la polypectomie;
  • l'endroit où la tumeur a été localisée, "nettoyé". Pour cela, une curette peut être utilisée (curetage de l'endomètre situé sous la tumeur enlevée). Ou traité avec des moyens spéciaux (une mesure préventive pour éliminer le risque de rechute). Pour cela, ils peuvent utiliser la méthode cryogénique et arrêter le saignement - électrocoagulation.

Le matériel obtenu (grattage à distance de la tumeur et des tissus) est soumis à un examen histologique. Quelle méthode d'hystéroscopie est habituellement choisie par le médecin sur la base des données de diagnostic. Après la fin de l'opération, la patiente est livrée à la salle commune où elle s'éloigne de l'anesthésie (le cas échéant).

Conséquences possibles et méthodes d'élimination

Les complications après le retrait d'un polype utérin ne sont pas fréquentes, elles sont généralement causées par certaines causes. Il est important que les femmes connaissent à l'avance les conséquences possibles de l'hystéroscopie des polypes de l'endomètre. Ils peuvent être normaux, c’est-à-dire une réaction naturelle à la chirurgie, et anormaux. Comprendre cela aidera à rechercher rapidement une aide médicale en cas de complications postopératoires.

Les réactions normales incluent:

  • faible repérage dans les 2 à 3 jours;
  • inconfort ou douleur dans le bas de l'abdomen, y compris pendant les rapports sexuels.

Complications possibles, leurs causes et méthodes d'élimination:

  • Ecoulement sanguinolent abondant après le retrait d'un polype: peut indiquer une perforation. Cette complication est plus courante avec le grattage «à l'aveugle». Recommandations: consultez un médecin si le spécialiste détermine qu’il n’ya pas de danger, de l’ocytocine est prescrite;
  • Température après élimination du polype endométrial: caractéristique des femmes ayant des antécédents de maladies infectieuses du système urogénital avant l'intervention. Habituellement, la température ne dépasse pas 38 0. Recommandations: vérifier l'état de l'endomètre pour détecter l'infection, des anti-inflammatoires sont prescrits;
  • Longs délais de la prochaine menstruation: il est nécessaire de consulter un médecin si le retard est supérieur à 3 mois;
  • Les adhérences, les cicatrices, la stérilité: résultent généralement du curetage. Recommandations: présélectionner d'autres équipements pour l'opération;
  • Hématomètre: accumulation de sang dans l'utérus. Complication dangereuse, donc avec tout retard devrait immédiatement contacter un gynécologue. Sinon, il y a un risque de complications graves pouvant aller jusqu'à la mort en raison d'une septicémie;
  • Régénération des cellules de l'endomètre: ce risque existe initialement, en particulier chez les patients âgés. Recommandations: suivi régulier par un gynécologue.
  • Un autre risque est la rechute. Cela ne dépend pas du type de chirurgie. Recommandations: élimination des facteurs provocants et mesures préventives.

Récupération

La période postopératoire après le retrait du polype de l’utérus par la méthode de l’hystéroscopie (ou une autre méthode) avec une évolution normale passe calmement. Après 2 à 3 jours dans la norme, tout le malaise disparaît. La durée de l’hospitalisation dépend des réactions individuelles à l’anesthésie. En général, les femmes reçoivent leur congé le deuxième ou troisième jour. Avec la méthode au laser - le même jour et après le retrait du polype de l'endomètre par cette méthode, il n'y a pas de réactions les plus négatives. Cela est dû à la méthode à faible impact et à l'absence d'anesthésie.

Le traitement postopératoire chez les femmes qui ont subi l'ablation de polypes dans l'utérus dépend des caractéristiques individuelles de l'organisme, de l'étendue de la pathologie et de la présence de diverses maladies dans l'histoire. Comme la méthode principale actuellement est l'hystéroscopie, on peut considérer toutes les recommandations sur le comportement commun.

Recommandations après le retrait des polypes dans l'utérus:

  • éviter la surchauffe pendant les premières semaines (il est interdit de se rendre au hammam, au sauna, au solarium ou aux bains chauds);
  • ne nagez pas dans des étangs ouverts, utilisez des tampons, des bougies vaginales ou des douches vaginales;
  • utiliser des médicaments et des remèdes populaires sans consultation préalable avec le médecin;
  • pour le temps que vous avez besoin d'abandonner le contact sexuel (cela est nécessaire pour restaurer l'endomètre après le retrait d'un polype dans l'utérus);
  • nécessité de limiter l'activité physique et l'exercice.

Le mois est une période de rééducation standard, il est particulièrement nécessaire de suivre toutes les recommandations de la première semaine. Cela aidera à éviter les complications et les infections qui n'ont pas encore guéri les tissus. La guérison de l'hystéroscopie du polype se produit assez rapidement s'il n'y a pas de complications et les recommandations des médecins sont suivies. Si l'utilisation de médicaments est requise, le médicament rétablissant les fonctions normales du corps doit être prescrit par le médecin traitant.

Traitement après

Le traitement après le retrait du polype est prescrit conformément aux résultats de l'intervention chirurgicale. L’état de santé du patient a également son importance, la présence de maladies chroniques nécessitant un traitement supplémentaire après l’élimination du polype de l’utérus. Habituellement, après 10 à 14 jours, le patient est examiné à nouveau. Dans le même temps, les résultats de l'examen histologique de la tumeur et des tissus retirés sont prêts.

S'il n'y a pas de complications et que l'histologie n'a pas révélé de cellules malignes, les recommandations pour la période postopératoire sont standard. Si les complications commencent, alors le curetage peut être prescrit, et si oncologie est détectée, une deuxième opération peut être effectuée pour enlever le foyer pathologique.

Qu'est-ce qui est habituellement prescrit après le retrait du polype de l'endomètre? Traiter principalement commencer les maladies qui ont provoqué le développement d'une tumeur.

  • Antibiotiques: peuvent être administrés à la fois pour le traitement des infections identifiées et pour la prévention des infections dans la période postopératoire;
  • Antispasmodiques: généralement prescrits dans les premiers jours après la chirurgie à des fins de prévention;
  • Hormonothérapie: le plus souvent utilisé dans la période postopératoire. Ceci est dû à l'étiologie hormono-dépendante du développement de la tumeur. Un traitement hormonal après élimination du polype de l'endomètre est prescrit pour prévenir les récidives, ainsi qu'un agent contraceptif (une grossesse dans les trois premiers mois n'est pas souhaitable). Après cette période, si tous les processus étaient normaux, les femmes sont invitées à utiliser le «syndrome de sevrage» - le risque de grossesse augmente. Ou mettez le dispositif intra-utérin avec des gestagènes. Cela évitera les grossesses non désirées et rétablira l'endomètre plus rapidement.
  • Phytothérapie: appliquée selon les indications, dans la période postopératoire, les remèdes populaires et la phytothérapie donnent de bons résultats.

Une visite chez le gynécologue tous les 2 mois, le traitement des maladies chroniques, un traitement en douceur (il est souhaitable d'exclure le stress physique et psycho-émotionnel) seront obligatoires.

Quoi ne pas faire

Les principales restrictions concernent la surchauffe (peut provoquer des saignements), les contacts sexuels et l'activité physique au cours du premier mois. En particulier, il est nécessaire de respecter les règles d'hygiène intimes afin d'éviter tout risque d'infection. Vous ne devez prendre aucun médicament sans consulter un spécialiste et passer les inspections de routine.

Le sang peut et combien?

Les saignements après le retrait d'un polype utérin sont considérés comme normaux s'ils ne sont pas abondants et ne durent pas plus de 3 jours. Il peut même ne pas exister si l’une des méthodes modernes d’intervention chirurgicale était utilisée (laser, ondes radio).

Pourquoi du sang après avoir enlevé un polype dans l'utérus? Ce processus est associé à la récupération d'une lésion de l'endomètre. Comme la guérison est normale, ce processus se termine rapidement. Même de petits frottis sanguins servent de base pour consulter un gynécologue et découvrir la cause du saignement.

Que faire si le saignement ne s’arrête pas après le retrait du polype de l’endomètre? Tout dépend de la cause de ce phénomène. La raison principale est un traumatisme pendant la chirurgie - perforation de l'utérus. L'inspection montrera quelle tactique sera efficace. Les petites piqûres guérissent d'elles-mêmes, les plus grosses doivent être suturées.

Si du sang saigne après le retrait du polype utérin, il est impératif de consulter un médecin. Son arrêt soudain au milieu d'une douleur spasmodique croissante est particulièrement dangereux. Ce phénomène est un signe de l'hématomètre (son danger a été décrit plus haut à la section Effets possibles et méthodes pour les éliminer).

La rechute est-elle possible?

Le risque de rechute demeure pour toujours. Le re-développement de la tumeur n'est pas associé à la méthode de son retrait, si l'opération a été effectuée correctement. Sinon, la focalisation pathologique non supprimée peut provoquer un développement répété. Les principales causes de rechute sont les troubles hormonaux. S'ils ne sont pas éliminés, le risque de nouvelles tumeurs demeure.

Combien rester à l'hôpital après l'intervention

Combien de jours restent à l’hôpital après le retrait du polype de l’utérus? Habituellement, la période d'hospitalisation ne dépasse pas 3 jours. À l'apparition des complications, le patient est laissé à l'hôpital pour être éliminé et surveillé pendant la période postopératoire.

À l'hôpital, ne mentez pas du tout si l'opération d'élimination des polypes de l'utérus se fait par la méthode de l'hystéroscopie au laser. Ensuite, la procédure se déroule en milieu hospitalier, sans anesthésie, et le patient peut rentrer chez lui en quelques heures. Le médecin traitant détermine généralement la quantité de mensonge à l'hôpital, sur la base du tableau clinique réel de la période postopératoire.

Quand pouvez-vous dormir avec votre mari

Malgré la facilité apparente et la récupération relativement rapide après la chirurgie, l’élimination des polypes de l’utérus est un fardeau assez lourd pour le corps de la femme. Après cela, il est nécessaire de donner du temps à l’endomètre pour la restauration, de sorte que le premier mois, de sérieuses restrictions s’imposent.

Quand puis-je avoir des relations sexuelles après avoir enlevé un polype dans l'utérus? Le premier mois de relations sexuelles est strictement interdit. En l’absence de complications, il convient d’éviter les contacts non protégés afin d’éliminer le risque d’infection des tissus jeunes et d’éviter une grossesse au cours du premier semestre.

La possibilité de grossesse naturelle et de FIV

Une grossesse naturelle est possible à la fois avant une intervention chirurgicale (la présence d’une tumeur ne conduit pas toujours à la stérilité) ou immédiatement après. Le plus souvent, les hormones, y compris les contraceptifs, sont prescrites aux femmes pendant la période postopératoire. Lorsqu'elles sont annulées, l'activité hormonale augmente, de sorte qu'il est même recommandé aux femmes de concevoir en ce moment même.

Si, après le retrait du polype endométrial, vous avez des difficultés à concevoir, vous pouvez essayer la FIV. L'insémination artificielle réussit généralement, la grossesse se déroulant normalement, surtout en l'absence de rechute.

Histologie de l'éducation à distance

Les résultats de l'histologie après le retrait du polype sont généralement prêts dans 10 jours. La tumeur elle-même et les tissus obtenus à la suite d'un curetage sont envoyés pour analyse. Ceci est un point important qui peut déterminer la tactique supplémentaire du patient.

Les résultats de l’étude histologique montrent non seulement la structure de la tumeur retirée (bénigne ou maligne), mais aident également à évaluer le risque de renaissance dans l’avenir. Chez les femmes plus âgées, les facteurs de risque incluent une maladie précancéreuse - une tumeur adénomateuse. Selon les résultats de l'histologie des tissus adjacents à la place du retrait du polype, une décision est prise sur les actions à venir. La détection de cellules atypiques nécessite le traitement immédiat d'une maladie oncologique. Le plus souvent, nous parlons d'une intervention chirurgicale afin d'éliminer le foyer pathologique.

Les avis

Je suis un de ceux qui ont un polype enlevé. Avant l'opération, j'ai essayé de tomber enceinte pendant 2 ans, cela n'a pas fonctionné. Grâce à mon médecin, il a été opéré puis a décrit en détail toutes les procédures postopératoires. Immédiatement après l'abolition des hormones contraceptives, une grossesse tant attendue a commencé. Nous avons déjà 4 mois, avons accouché seule et sans complications.

Svetlana, 28 ans

J'ai lu les critiques de celles qui ont survécu à l'opération pour enlever les polypes de l'utérus. Les filles, si votre santé vous est chère, choisissez un laser. 6 ans ont passé depuis l'opération. Je n'ai pas de conséquences négatives. La procédure elle-même est indolore, à la maison c'était déjà le soir. Après cela a donné naissance. Mon médecin dit qu'il n'est pas nécessaire que je vienne lui rendre visite si souvent, il n'y a pas de rechute, tout est en ordre. Je recommande cette méthode.

Toute personne qui n’a pas encore retiré les polypes de l’utérus, il sera utile de connaître mon expérience. La première fois que je suis arrivé à la table d'opération il y a 12 ans, après un curetage, je ne pouvais pas récupérer pendant longtemps, j'ai été dérangé par de fortes douleurs. Le résultat est une opération répétée après 11 mois. Moins d'un an, comme encore sur l'opération. Il y a trois mois, lors d'une inspection de routine, ils ont trouvé un autre polype. J'étais terrifié. Mais maintenant je peux dire qu'il y a des progrès en gynécologie. Tout s'est bien passé, pas de douleur, pas de saignement. Après l'hystéroscopie, je me suis réveillé dans le service et j'ai été renvoyé à la maison deux jours plus tard. Toutes mes craintes étaient vaines, le médicament est devenu humain et sans danger. J'espère que je ne ferai plus face à une rechute.

Polype découvert lors de la deuxième grossesse. J'avais très peur, j'avais peur de tout: perdre un enfant, complications lors de l'accouchement, l'opération elle-même. Merci à mon médecin, a insisté sur l'hystéroscopie. En salle d’opération, j’ai passé exactement 15 minutes (j’ai eu de la chance, le polype était sur la jambe, il était juste dévissé). Le ton de l'utérus est revenu à la normale quand le moment est venu, s'est donné naissance.

Coût de

Les patients qui doivent subir une intervention chirurgicale sont généralement intéressés par le coût de la suppression d'un polype dans l'utérus. Dans ce cas, il est important de comprendre que plusieurs facteurs affecteront simultanément le coût. Avec votre médecin, il est plus facile de savoir combien il vous en coûtera pour éliminer un polype dans l’utérus. Il connaît parfaitement l'étendue de la pathologie et les possibilités de sa clinique dans le choix du mode opératoire.

Pré-savoir combien coûte l’élimination d’un polype dans l’utérus sur Internet. Il vous suffit de vous rendre sur plusieurs sites pour comparer les prix standard de la méthode souhaitée.

Alors, combien coûte l’élimination d’un polype dans l’utérus? Les prix suivants sont fixés pour différentes méthodes dans les cliniques privées:

  • diagnostics à l'aide d'un hystéroscope - de 5 à 15 mille roubles.
  • opération de déménagement - de 9 000 à 25 000 roubles;
  • gratter - de 5 à 7 mille roubles;
  • l'enlèvement au laser - de 11 à 36 mille roubles.

Le prix des opérations dans les cliniques privées et les centres médicaux dépend du statut, de la qualification du chirurgien opérant, du niveau d'équipement. En plus de la complexité de l'opération, le coût du séjour à l'hôpital. Le coût des mêmes services peut varier selon les régions. Même dans la même ville, vous pouvez trouver des hôpitaux à différents niveaux de prix. Dans les établissements médicaux publics, la chirurgie du polype de l'endomètre utérin est gratuite. Mais en même temps, il peut y avoir une longue file d'attente pour une chirurgie. Si l'évolution de la maladie n'est pas menaçante et que la tumeur ne progresse pas, vous pouvez alors reporter l'ablation à la période spécifiée. Mais il faut être surveillé par un gynécologue. En cas de développement menaçant, une opération peut être effectuée pour des indications d'urgence. Ou proposer au patient de se faire soigner dans une clinique privée.

A Propos De Nous

Les néoplasmes malins peuvent toucher presque tous les organes du corps humain. Il arrive souvent qu'une personne ignore le développement d'une maladie aussi terrible, et le cancer se fait sentir lorsque son développement est trop élevé et ne peut être traité efficacement.