Si vous trouvez des métastases au foie: prédiction de la vie

Les statistiques des 5 dernières années ont montré que le traitement du cancer avec métastases dans le foie avait amélioré ses performances. Le nombre de rechutes a diminué de 25% et la durée de vie a parfois duré de 25%, voire de 50% dans d'autres cas.

La définition

Les métastases hépatiques sont des formations malignes de type secondaire, affectant les cellules de cet organe et entraînant leur mort. Le tissu hépatique endommagé remplace les cellules cancéreuses qui forment le tissu fibreux. La tumeur secondaire peut être localisée dans n'importe quelle partie du foie. Il se distingue par sa croissance rapide et sa propagation à d'autres organes.

Raisons

La principale cause de métastases est une caractéristique du système circulatoire dans le foie. Cet organe est impliqué dans le processus de formation du sang, et tout le sang circulant dans le corps le traverse.

En tant qu'élément nettoyant, tous les agents pathogènes du sang, y compris les cellules cancéreuses, se déposent dans le foie. Sous l'influence de certains facteurs, les cellules cancéreuses commencent à se diviser, formant une tumeur secondaire.

Les facteurs pouvant déclencher le processus de métastase comprennent:

  • la présence de pathologies concomitantes du foie;
  • mauvaise nutrition;
  • troubles hormonaux;
  • le développement de complications;
  • immunité réduite;
  • manque de traitement d'entretien;
  • absence de traitement rapide ou complet.

Classification

Les métastases, ainsi que les tumeurs malignes primaires, ont leur propre classification, qui divise toutes les tumeurs secondaires en fonction du mécanisme de développement. Dans ce cas, il existe plusieurs formes:

  1. À distance. Les tumeurs secondaires se forment loin du foyer principal de la maladie.
  2. Hématogène. Dans ce cas, la cause du développement de pathologies dans les régions isolées est le sang, qui transfère les cellules cancéreuses de n’importe quelle partie du corps.
  3. Implantation. Ce type de métastase est caractérisé par la germination de la tumeur à travers la membrane de l'organe affecté dans l'organe adjacent.
  4. Lymphogène. L'apparition de formations lymphogènes est associée au transfert de cellules cancéreuses à travers le système de flux lymphatique.
  5. Orthograde. Ils se distinguent par un degré actif de croissance et une croissance constante et rapide.
  6. Hémato-ou lymphogène. Ils combinent différents types de tumeurs métastatiques, dont certaines ont commencé à se développer à partir de cellules transférées par la lymphe et d'autres à partir de cellules déposées dans la circulation sanguine.
  7. Rétrograde. Ce type de métastase se caractérise par un rythme de développement lent pouvant durer plusieurs années.

À quoi ressemble le mélanome à peau blanche au stade initial? Voici une photo de la maladie.

Les symptômes

Étant donné que le foie est un organe à régénération rapide, bon nombre des symptômes de la maladie ne commencent à se manifester qu’aux derniers stades de la pathologie. En général, la présence d'une tumeur secondaire peut être jugée par l'apparition des symptômes suivants:

  1. Trouble des organes digestifs. Apparition de vésicules, de diarrhée et de dyspégie. Mais ces symptômes sont difficiles à distinguer des signes de maladies gastro-intestinales courantes.
  2. Nausées, vomissements et fièvre. Se produit en raison d'une grave intoxication du corps, les produits de carie des tumeurs malignes.
  3. Douleur inexpliquée dans l'hypochondre droit ou inconfort, qui se manifeste par un renflement sous les côtes. Souvent, une personne ne peut pas se plier normalement.
  4. Ascite C'est une collection de fluide dans la cavité péritonéale. Il y a une augmentation de l'abdomen, d'abord dans sa partie inférieure, puis complètement sur toute la zone.
  5. La diminution du poids corporel total, due aux ressources qui nourrissent intensément la tumeur.
  6. Hémorragie fréquente du tube digestif, qui s’explique par l’amincissement des vaisseaux sanguins.
  7. La peau change de couleur en jaunisse ou en gris en raison de la grande quantité de bilirubine dans le sang.

Danger pour le corps

Les métastases peuvent être comparées à un cancer primitif, renforcé seulement plusieurs fois. L'absence de traitement au cours de cette période entraînera l'apparition d'un certain nombre de complications graves:

  • pathologies hépatiques, pouvant être provoquées par des processus métaboliques internes perturbés: insuffisance, cirrhose;
  • infection des tissus de la cavité abdominale, due à l'accumulation constante de bactéries pathogènes dans celle-ci;
  • maladies du système cardiovasculaire, avec des changements dans la composition du sang.

Diagnostics

Pour le diagnostic des formations secondaires, appliquez exactement les mêmes méthodes que pour la pathologie principale:

Test sanguin général. C'est l'un des tests les plus courants, permettant de déterminer la présence de problèmes de santé à l'aide d'indicateurs communs. La présence de pathologies malignes de type secondaire est indiquée par un nombre accru de globules blancs et une vitesse de sédimentation élevée des érythrocytes.

L'hémoglobine est considérée comme l'un des indicateurs importants, car les cellules cancéreuses se nourrissent de fer et leur taux sanguin sera minime.

  • Analyse biochimique du sang. Envoyé pour détecter la bilirubine. Les métastases dans le foie ne donnent pas toujours une teinte jaune au visage, mais le taux de bilirubine dans le sang est élevé. En présence d'éducation, le résultat de l'analyse montrera une bilirubine supérieure à 2 mg. De plus, les indicateurs LDH, phosphatase alcaline et transaminases sériques sont pris en compte.
  • Oncomarkers. Vous permet de détecter la présence de cellules cancéreuses et de déterminer leur activité.
  • Et sous cette forme, vous pouvez voir à quoi ressemblent les métastases sur une échographie:

    Traitement

    Le traitement des tumeurs du foie du type secondaire est traité comme les autres types de métastases. Pour le traitement de la pathologie en utilisant les méthodes suivantes:

    1. Chimiothérapie. Il représente l'introduction de médicaments action cytostatique chez le patient. Ces médicaments ont un effet hautement toxique, qui conduit à la destruction des cellules cancéreuses. La chimiothérapie consiste en plusieurs cycles dont le nombre est choisi individuellement pour chaque patient.
    2. Radiothérapie Le plus souvent, la radiothérapie n'a qu'un caractère auxiliaire, car elle se caractérise principalement par l'anesthésie. Un effet secondaire entraîne déjà la mort des cellules cancéreuses. Pendant le traitement, les métastases sont irradiées avec des capsules spéciales SIRT, qui sont injectées dans la veine principale du foie.

    Régime alimentaire

    Suivre un régime après un traitement contre le cancer est l’un des principaux moyens de réduire le risque de métastases et de rechute. Pour faire le menu à ce stade de la vie, vous devez respecter certaines règles:

    1. Il convient de rappeler un commandement principal de tous les patients atteints d’oncologie: les aliments gras sont pour eux le pire ennemi; ils doivent donc être complètement exclus de votre alimentation.
    2. Le menu devrait certainement inclure des aliments riches en vitamines qui renforcent l'immunité: légumes verts frais, fruits, légumes.
    3. Il est recommandé d'entrer dans le régime alimentaire du soja. Il n'y a pas si longtemps, les scientifiques ont découvert que la composition du soja était similaire à celle du médicament anticancéreux, le tamoxifène. Pendant le repas, vous pouvez utiliser le soja comme d'habitude et sous forme de gélules.
    4. Pour reconstituer les éléments micro et macro, il est recommandé de prendre du blé germé, qui ne se consomme pas plus de 10 grammes par jour. Mais il ne faut pas oublier que le blé ne convient absolument pas aux adultes.
    5. Dans le menu du jour doit être présent thé, qui possède de puissantes propriétés antioxydantes.
    6. En plus du thé, vous pouvez préparer des jus de carottes, de betteraves et de pommes fraîchement pressés.
    7. Six mois après le traitement, il est recommandé d’organiser des jours de jeûne. Selon les scientifiques, il active les cellules immunitaires.

    Et voici les symptômes, le traitement et le pronostic de l'adénome hypophysaire chez la femme.

    Prévention

    Les mesures préventives pour prévenir les métastases comprendront les éléments suivants:

    • s'en tenir au mode normal, avec les normes établies d'heures de sommeil et de veille;
    • cesser de fumer et de boire de l'alcool;
    • suivre un régime;
    • respect précis des recommandations du médecin traitant;
    • traitement selon sa prescription, sans sauter de thérapies.

    Si néanmoins il n’était pas possible d’éviter les métastases, il est nécessaire de procéder à une prophylaxie pour prévenir une éventuelle rechute. Pour ce faire, vous devez d’abord adhérer au schéma de traitement d’entretien prescrit par l’oncologue.

    En outre, vous devez lui rendre visite régulièrement pour des examens médicaux et des tests. Et n'oubliez pas un mode de vie sain et une nutrition adéquate.

    Taux de survie

    La survie dans ce type de métastases, malgré l'amélioration des indicateurs, reste encore faible comparée aux métastases d'autres organes. Une durée de vie particulièrement courte après le début de la métastase est observée aux stades avancés sans subir de traitement complet ou en l'absence de traitement.

    Une chimiothérapie complète utilisant une combinaison de médicaments augmente la durée de vie allant jusqu'à 5 ans. Sur ce nombre, seuls 50% des patients vivent environ 2 ans et 25% environ 3 ans. Les statistiques montrent que sur le nombre total de patients chez lesquels un nœud malin a été diagnostiqué, seulement la moitié survit.

    Lors du diagnostic de deux ou trois nœuds, 1/3 des patients ont survécu. Avec des formations multiples, seulement 1/5 des patients ont survécu.

    La survie dans les métastases hépatiques dépendra de l'âge du patient. Il a été observé que dans le traitement des tumeurs secondaires, chez les patients âgés de plus de 50 ans, le nombre de rechutes était de 69%. Contrairement au groupe de cas plus jeune, 30% des rechutes ont été recensées. Et ceux-ci, ainsi que toute autre période de la vie après une rechute, ont été d'environ 3 mois.

    Les avis

    La plupart des revues indiquent que le traitement des métastases hépatiques n’a pas donné de résultats positifs. Seuls quelques-uns ont pu éviter la mort.

    Nous vous proposons de partager votre opinion sur le pronostic de la propagation d'une tumeur secondaire dans le foie, dans les commentaires de cet article.

    Métastases hépatiques - chimiothérapie et régime alimentaire. Combien vivent avec des métastases au foie

    Métastases hépatiques - chimiothérapie et régime alimentaire. Combien vivent avec des métastases au foie

    Le foie est un puissant détoxifiant du corps. Il est nourri par le sang et le système de la veine porte. C'est le système le plus important qui absorbe le sang veineux, qui provient des organes digestifs et le transporte vers le foie. C’est dans ce contexte qu’il existe une relation étroite entre les fonctions hépatiques et la digestion. Si un organe est affecté dans ce système complexe, les organes voisins en souffrent inévitablement. En fonction du stade de développement du cancer, de l'état de santé général du patient et de l'état de son foie, il est possible de déterminer le pronostic ultérieur des métastases hépatiques.

    La plus grande complexité du diagnostic précoce du cancer réside dans le fait que ces processus peuvent ne pas se manifester avant longtemps. Souvent, l'oncologie ne peut être détectée dans 70% des cas qu'au moment où les cellules cancéreuses ont déjà atteint une grande partie de l'organe et ont touché les vaisseaux sanguins. Dans de très rares cas, les médecins parviennent à détecter la maladie, à arrêter ou même à inverser le processus à l'aide de techniques modernes. Mais même dans de tels cas, les conséquences peuvent avoir des complications.

    En règle générale, le cancer métastatique est le premier signe clair d'un processus cancéreux dans le système digestif. Le nombre de métastases dépend du stade d'atteinte organique sur le site du cancer et du développement de la maladie elle-même. L'élimination de toutes les métastases multiples en même temps n'est pas possible car, dans ce cas, la personne perd complètement son foie. À cet égard, les opérations se déroulent en plusieurs étapes et avec une extrême prudence. Le degré de lésion organique et le nombre de métastases qui en découlent ont une incidence directe sur l'espérance de vie du patient. Par exemple, le patient ne vit pas plus d'un an en cas de détection oncologique dans le pancréas ou l'estomac, et en cas de métastase du côlon, il pourra vivre jusqu'à 2 ans.

    Symptômes de métastases

    Souvent, les symptômes de métastases hépatiques apparaissent trop tard en raison des propriétés régénératrices élevées du foie. Jusqu'à un certain point, les signes d'une maladie en développement ne sont ni clairs ni ambigus, ce qui nuit généralement à un diagnostic précis.

    Initialement, symptômes d'un trouble du système digestif, d'une indigestion et de nausées, qui suggèrent rarement des métastases dans le cancer.

    Aux premiers stades, les symptômes de l'ascite se manifestent parfois, mais pas complètement. Le tonus de la peau peut ne pas changer, mais le patient peut être dérangé par une douleur dans l'hypochondre droit ou gauche, en fonction de la taille du foie et du site du cancer.

    Au fil du temps, l'état de santé général du patient se dégrade, des malaises, de la fatigue, de l'apathie, une nette diminution de l'appétit et du poids corporel apparaissent. En cas d'obstruction biliaire étendue, le symptôme principal de métastase dans le cancer du foie peut se manifester de manière significative - le jaunissement des protéines de la peau et des yeux (ictère).

    Traitement des métastases hépatiques

    L'efficacité du traitement et l'espérance de vie dépendent directement de l'état d'avancement du processus. Les méthodes de traitement sont sélectionnées exclusivement pour chaque patient individuellement et, en premier lieu, un régime strict, à l'exception des boissons alcoolisées et du tabagisme, est prescrit. En raison de l'impossibilité de filtrer le sang du foie malade, ces causes éliminent les causes d'intoxication.

    Si le stade de la maladie et l'état du patient le permettent, les métastases simples sont d'abord éliminées, puis une résection d'organe est attribuée, c'est-à-dire l'élimination de sa partie dans laquelle l'accumulation de cellules cancéreuses est observée. La résection n'est possible que s'il est possible de séparer une partie de l'organe et peu de lésions. Le but de cette opération est approprié, à condition que le foie conserve ses capacités et sa fonctionnalité globale.

    Dans certains cas, lorsque la chirurgie n’est pas possible, une radiothérapie ou une chimiothérapie est utilisée, dont le rôle est d’injecter dans le corps des substances spéciales qui détruisent les cellules cancéreuses. Cette thérapie ne permet pas de guérir le patient et vise uniquement à réduire l'intensité de la douleur et à ralentir le processus de nécrose de l'organe touché.

    Également dans le traitement des métastases, il existe certaines méthodes de médecine traditionnelles. Certains d'entre eux peuvent, pendant un certain temps, soulager l'état du patient, mais aujourd'hui, seuls les médicaments fondés sur des preuves, tels que la radiothérapie et la chimiothérapie, peuvent donner une chance de vie prolongée.

    Métastases hépatiques

    Le foie est la localisation la plus courante des métastases hématogènes des tumeurs, que la tumeur primitive soit drainée par la veine porte ou par d’autres veines de la circulation pulmonaire.

    Les métastases hépatiques sont caractéristiques de nombreux types de cancer, notamment ceux provenant du tractus gastro-intestinal, du sein, du poumon et du pancréas. Les symptômes initiaux sont généralement non spécifiques (par exemple, perte de poids, inconfort dans le quadrant supérieur droit de l'abdomen), mais ils se manifestent parfois par des symptômes de cancer primitif. Des métastases hépatiques peuvent être supposées chez les patients présentant une perte de poids, une hépatomégalie et en présence de tumeurs primitives avec un risque accru de métastases hépatiques. Le diagnostic est généralement confirmé par des méthodes d'investigation instrumentales, le plus souvent une échographie ou un scanner en spirale avec contraste. Le traitement implique généralement une chimiothérapie palliative.

    Code CIM-10

    Épidémiologie

    Des métastases hépatiques sont détectées chez environ un tiers des patients cancéreux et chez la moitié des patients atteints d'un cancer de l'estomac, du sein, du poumon et du côlon. Les suivants en termes de fréquence des métastases au foie sont les cancers de l'œsophage, du pancréas et du mélanome. Les métastases du cancer du foie de la prostate et des ovaires sont extrêmement rares.

    Le cancer du foie métastatique est plus fréquent que le cancer primitif et constitue parfois la première manifestation clinique d'une tumeur maligne dans le tractus gastro-intestinal, le sein, les poumons ou le pancréas.

    Pathogenèse

    L'invasion du foie par la germination de tumeurs malignes d'organes voisins, de métastases rétrogrades des voies lymphatiques et de propagation le long des vaisseaux sanguins est relativement rare.

    Les emboles portales pénètrent dans le foie à partir de tumeurs malignes des organes de la veine porte. Parfois, les tumeurs primitives de l'utérus et des ovaires, des reins, de la prostate ou de la vessie peuvent toucher les tissus adjacents, dont le sang s'écoule dans le système de la veine porte, ce qui peut entraîner des métastases emboliques au foie; Cependant, les métastases hépatiques de ces organes sont extrêmement rares.

    La dissémination métastatique à travers l'artère hépatique, qui semble se produire fréquemment, est difficile à établir histologiquement, car l'image est la même que dans les métastases intrahépatiques.

    Image macroscopique

    Le degré de dommage au foie peut être différent. Il est possible de détecter seulement 1 à 2 nœuds au microscope ou un foie agrandi de manière significative «rempli» de métastases. La masse hépatique atteint souvent 5 000 g. Un cas est décrit lorsque la masse hépatique affectée par les métastases atteint 21 500 g. Les métastases ont généralement une couleur blanche et des limites claires. La consistance de la tumeur dépend du rapport entre le volume des cellules tumorales et le stroma fibreux. Parfois, il y a un ramollissement de la partie centrale de la tumeur, sa nécrose et un trempage hémorragique. Nécrose centrale des ganglions métastatiques - conséquence d'un apport sanguin insuffisant; il entraîne l'apparition d'une contraction à la surface du foie La périhépatite se développe souvent au-dessus des ganglions métastatiques périphériques. Les nœuds sont parfois entourés d'une zone d'hyperémie veineuse. Il y a souvent une invasion de la veine porte. Les artères sont rarement touchées par des caillots sanguins, bien qu'elles puissent être entourées de tissus malins.

    Les cellules tumorales métastasent rapidement avec l'implication de vastes zones du foie le long des canaux lymphatiques périvasculaires et le long des branches de la veine porte.

    Les résultats de l'angiographie suggèrent que, contrairement au carcinome hépatocellulaire, l'apport sanguin artériel aux métastases hépatiques est mal exprimé. Ceci est particulièrement caractéristique des métastases des tumeurs primitives du tractus gastro-intestinal.

    Examen histologique

    Les métastases hépatiques peuvent avoir la même structure histologique que la tumeur primitive. Cependant, ce n'est pas la règle. la lésion primitive est souvent une tumeur hautement différenciée, alors que ses métastases hépatiques peuvent être si peu différenciées qu'il est impossible d'établir leur origine au moyen d'un examen histologique.

    Symptômes de métastases hépatiques

    Les métastases hépatiques précoces peuvent être asymptomatiques. Initialement, les symptômes non spécifiques apparaissent le plus souvent (par exemple, perte de poids, anorexie, fièvre). Le foie peut être élargi, dense et douloureux; l'hépatomégalie sévère avec des nœuds facilement palpables montre une lésion progressive. Les symptômes rares mais caractéristiques sont le frottement du péritoine sur le foie et une douleur thoracique semblable à une pleurésie, une douleur du côté droit. Une splénomégalie se développe parfois, notamment en cas de cancer du pancréas. La diffusion d'une tumeur avec des lésions péritonéales peut provoquer une ascite, mais la jaunisse est généralement absente ou peu exprimée si la tumeur ne provoque pas d'obstruction biliaire. Au stade terminal, la jaunisse progressive et l'encéphalopathie hépatique sont des précurseurs de la mort.

    Le tableau clinique peut comprendre les symptômes de métastases hépatiques et les symptômes d’une tumeur primitive.

    Les patients se plaignent d’indisposition, de fatigue et de perte de poids. La sensation de plénitude et de lourdeur dans la partie supérieure de l'abdomen est due à une augmentation de la taille du foie. Parfois, une douleur abdominale aiguë ou paroxystique est possible, ce qui simule une colique biliaire. La fièvre et la transpiration sont possibles.

    En cas de perte de poids importante, les patients semblent épuisés, une augmentation de l'abdomen est constatée. Le foie peut avoir une taille normale, mais parfois il pousse tellement que ses contours sont visibles dans le haut de l'abdomen. Les nodules métastatiques ont une texture dense, parfois avec des contraintes ombilicales à la surface. Au-dessus d'eux peut entendre le bruit de la friction. En raison d'un mauvais apport sanguin, le bruit artériel est absent. Il y a souvent une splénomégalie, même avec une perméabilité normale de la veine porte. La jaunisse est légère ou absente. Un ictère intense indique une invasion des gros canaux biliaires.

    Un œdème des membres inférieurs et des varices de la paroi abdominale antérieure indiquent une compression de la veine cave inférieure atteinte par le foie.

    Les ganglions lymphatiques supraclaviculaires peuvent être affectés à droite.

    L'épanchement pleural, associé à d'autres symptômes locaux, peut indiquer des métastases au poumon ou la présence d'une tumeur primitive au poumon.

    Le développement de l'ascite reflète l'implication du péritoine dans le processus et, dans certains cas, dans la thrombose de la veine porte. Des saignements peuvent se développer en raison d'une thrombose de la veine porte et d'une hypertension portale. Le développement de la jaunisse obstructive est une complication rare des métastases hépatiques dans le cancer du sein, du côlon ou du poumon à petites cellules.

    Les métastases sont la cause la plus courante de véritable hypertrophie du foie.

    L'hypoglycémie est un symptôme rare des métastases hépatiques. La tumeur primitive est généralement un sarcome. Dans de rares cas, une infiltration massive de tumeurs et un infarctus du parenchyme hépatique peuvent entraîner une insuffisance hépatique fulminante.

    Si les tumeurs carcinoïdes malignes de l'intestin grêle et des bronches sont accompagnées de troubles vasomoteurs et d'une sténose des bronches, des métastases multiples sont toujours détectées dans le foie.

    La décoloration des matières fécales ne se produit qu'avec une obstruction complète du canal biliaire. Avec la localisation de la tumeur primitive dans le tube digestif, le test de recherche de sang occulte dans les selles peut être positif.

    Où ça fait mal?

    Qu'est-ce qui te dérange?

    Diagnostic des métastases hépatiques

    Si des métastases hépatiques sont suspectées, des tests hépatiques fonctionnels sont généralement effectués, mais le plus souvent, ils ne sont pas spécifiques à cette pathologie. Une augmentation précoce de la phosphatase alcaline, de la gamma-glutamyl transpeptidase et parfois - dans une plus grande mesure que d’autres enzymes - le LDP, les taux d’aminotransférases varient. Les études instrumentales sont assez sensibles et spécifiques. L'échographie est généralement informative, mais une tomodensitométrie en spirale avec contraste est plus susceptible de fournir des résultats plus précis. L'IRM est relativement précise.

    Une biopsie hépatique fournit un diagnostic définitif et est réalisée en cas d'informations insuffisantes sur le contenu d'autres études ou, si nécessaire, sur une vérification histologique (par exemple, le type de cellules de métastases hépatiques) pour le choix de la méthode de traitement. Il est préférable d’effectuer une biopsie sous le contrôle d’une échographie ou d’un scanner.

    Indicateurs biochimiques

    Même avec un gros foie, sa fonction peut être préservée. La compression des voies biliaires intrahépatiques relativement petites peut ne pas être accompagnée d'ictère. La sortie de la bile en même temps peut se faire par les conduits non affectés. Une augmentation du taux sérique de bilirubine supérieure à 2 mg% (34 µmol / l) indique une violation de la perméabilité des grands canaux biliaires dans la région de la porte du foie.

    Les critères biochimiques pour les métastases hépatiques incluent une activité accrue de la phosphatase alcaline ou de la LDH. Peut-être une augmentation de l'activité des transaminases sériques. Si la concentration de la bilirubine dans le sérum, ainsi que l'activité de la phosphatase alcaline, de la LDH et des transaminases, sont dans les limites de la normale, la probabilité d'absence de métastases est de 98%.

    La concentration en albumine sérique est normale ou légèrement réduite. Le niveau de globulines sériques peut augmenter, parfois de manière significative. L'électrophorèse peut révéler une augmentation de l'alpha2- ou u-globulines.

    Certains patients dans le sérum détectent l'antigène carcino-embryonnaire.

    La teneur en protéines augmente dans le liquide d'ascite, parfois un antigène carcino-embryonnaire est présent; L'activité de la LDH est trois fois supérieure à celle du sérum.

    Changements hématologiques

    La leucocytose neutrophile est assez fréquente, le nombre de leucocytes pouvant parfois atteindre 40-50 • 10 9 / l. L'anémie légère est possible.

    Biopsie du foie

    La signification diagnostique de la biopsie du foie augmente lorsqu'elle est réalisée sous contrôle visuel avec une échographie, un scanner ou une péritonéoscopie. Le tissu tumoral a une couleur blanche caractéristique et une texture lâche. S'il n'est pas possible d'obtenir une colonne de tissu tumoral, il convient de rechercher la présence de cellules tumorales dans les caillots sanguins ou les détritus. Même si les cellules tumorales ne pouvaient pas être aspirées, l'identification de voies biliaires et de neutrophiles proliférants et anormaux dans les voies porte œdémateuses, ainsi que la dilatation focale des sinusoïdes, indiquent la présence de métastases dans les zones adjacentes.

    L’examen histologique des médicaments ne permet pas toujours d’établir la localisation de la tumeur primitive, en particulier lors d’une anaplasie sévère des métastases. L'examen cytologique des liquides aspirés et des empreintes digitales des préparations obtenues par biopsie peut augmenter quelque peu la valeur diagnostique de la méthode.

    La coloration histochimique est particulièrement importante pour l'examen cytologique et la petite taille de l'échantillon de tissu obtenu. Les anticorps monoclonaux, en particulier HEPPARI, qui réagissent avec les hépatocytes, mais pas avec l'épithélium des voies biliaires et les cellules non parenchymateuses du foie, permettent de distinguer le cancer primitif du foie des cancers métastatiques.

    La probabilité de détecter des métastases au cours d'une biopsie du foie est plus élevée avec une masse tumorale importante, une grande taille du foie et la présence de ganglions palpables.

    Examen radiographique

    Une étude radiographique de l'abdomen révèle une augmentation de la taille du foie. Le diaphragme peut être élevé et avoir des contours inégaux. Des calcifications des cancers primitifs ou des hémangiomes et des métastases des cancers du côlon, du sein, de la thyroïde et des bronches sont rarement observées.

    Une radiographie pulmonaire peut révéler des métastases concomitantes aux poumons.

    L'étude par contraste aux rayons X du tractus gastro-intestinal supérieur avec le baryum permet de visualiser les varices de l'œsophage, le déplacement de l'estomac à gauche et la rigidité de la petite courbure. L'irrigoscopie révèle la descente de l'angle hépatique et du côlon transverse.

    Scan

    La numérisation permet généralement d'identifier les lésions dont le diamètre est supérieur à 2 cm.Il est important de déterminer la taille des nodules tumoraux, leur nombre et leur localisation, ce qui est nécessaire pour évaluer la possibilité d'une résection hépatique et surveiller le patient.

    L'échographie est une méthode de diagnostic simple et efficace qui ne nécessite pas de grandes dépenses. Les métastases ultrasonores ressemblent à des foyers échogènes. L'échographie peropératoire est particulièrement efficace pour le diagnostic des métastases hépatiques.

    Dans l'hypertension, les métastases sont des foyers faiblement absorbants. Les métastases du côlon ont généralement un centre avasculaire important avec accumulation d'un agent de contraste à la périphérie sous forme d'anneau. Environ 29% des patients ayant subi une résection du côlon pour cancer, le scanner révèle des métastases cachées au foie. L'accumulation retardée de l'agent de contraste augmente la fréquence de détection des métastases. Le scanner est également utilisé avec le contraste iodolipol.

    L'IRM en mode T1 est la meilleure méthode pour détecter les métastases du cancer du côlon au foie. Les images pondérées en T2 révèlent un œdème adjacent aux foyers de métastases du tissu hépatique.

    L'IRM avec l'introduction d'oxyde de fer ou de gadolinium a une plus grande sensibilité. L'échographie Doppler couleur duplex révèle une stagnation moins prononcée dans la veine porte que dans la cirrhose du foie et l'hypertension portale.

    Difficultés de diagnostic

    Sur la base de données cliniques, il est généralement impossible de confirmer la présence de métastases chez un patient présentant une tumeur primitive diagnostiquée et une suspicion de métastase du foie. Des lésions hépatiques métastatiques possibles sont indiquées par une augmentation du taux de bilirubine sérique, de l'activité des transaminases sériques et de la phosphatase alcaline. Pour confirmer le diagnostic, une biopsie du foie par aspiration est réalisée, un scanner et une péritonéoscopie sont effectués.

    Un autre problème de diagnostic, qui présente en général un intérêt purement scientifique, est la localisation inconnue de la tumeur primitive dans les lésions hépatiques métastatiques diagnostiquées. La tumeur primaire peut être le cancer du sein, le cancer de la thyroïde et le cancer du poumon. Les résultats positifs du test de recherche de sang occulte dans les selles indiquent la localisation de la tumeur dans le tractus gastro-intestinal. Les instructions concernant l’histoire des tumeurs cutanées lointaines et la présence de naevus suggèrent un mélanome. Un cancer suspecté du corps pancréatique impose le recours à une cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique. Habituellement, les résultats de la biopsie du foie par ponction peuvent déterminer la localisation de la tumeur primitive. Cependant, une biopsie ne peut parfois révéler que des cellules squameuses, scyrrotiques, cylindriques ou anaplasiques, mais la localisation du foyer principal reste inconnue.

    Qu'est-ce que vous devez examiner?

    Qui contacter?

    Traitement des métastases hépatiques

    Le traitement dépend du degré de métastase. Pour les métastases simples ou multiples dans le cancer colorectal, la résection peut prolonger la vie du patient. Selon les caractéristiques de la tumeur primitive, la chimiothérapie générale peut réduire la tumeur et prolonger la vie, mais ne conduit pas au rétablissement. la chimiothérapie intra-artérielle donne parfois les mêmes résultats avec des effets indésirables systémiques moins ou moins graves. La radiothérapie au foie soulage parfois la douleur dans les métastases communes, mais ne prolonge pas la vie. Une maladie courante est fatale, la meilleure tactique dans ce cas est donc le traitement palliatif du patient et l'aide à la famille.

    Les résultats du traitement restent insatisfaisants. Chez les patients dont le pronostic est plus favorable sans traitement (par exemple chez les patients atteints d'un cancer du rectum métastasé au foie), il s'améliore avec un traitement spécifique. La plupart des résultats publiés ont été obtenus dans des études non contrôlées. Néanmoins, un traitement doit être appliqué dans tous les cas afin de ne pas priver les espoirs des malades et de leurs proches. Choisissez le traitement le plus susceptible de ralentir la croissance tumorale avec le moins d'effets secondaires.

    La thérapie combinée est réalisée avec du 5-fluorouracile et de la mitoxantrone en association avec du méthotrexate et de la lomustine. Il s'accompagne d'effets secondaires graves et il n'y a pas de résultats d'études contrôlées. Les meilleurs résultats du traitement sont observés dans les métastases du cancer du sein.

    Les métastases résistent à la radiothérapie. Dans le syndrome carcinoïde, une intervention chirurgicale est associée à un risque élevé. Dans le même temps, les nœuds métastatiques sont facilement décortiqués. Apparemment, une embolisation alimentant les ganglions tumoraux des branches de l'artère hépatique est préférable. Dans les métastases d'autres tumeurs, on a également recours à une embolisation des artères avec de la mousse gélatineuse.

    Introduction de médicaments de chimiothérapie dans l'artère hépatique

    Les tumeurs hépatiques primaires et secondaires sont alimentées en sang principalement par l'artère hépatique, bien que la veine porte joue également un faible rôle à cet égard. Les cytostatiques peuvent être ciblés sur la tumeur par cathétérisme de l'artère hépatique. Le cathéter est généralement installé dans l'artère hépatique, en l'introduisant par l'artère gastroduodénale. La vésicule biliaire est enlevée. La floxuridine est habituellement utilisée en chimiothérapie, dont 80 à 95% sont absorbés lors du premier passage par le foie. Il est administré à l’aide d’une perfusion implantable progressivement tous les mois pendant 2 semaines.

    Ce traitement entraîne une régression de la tumeur chez 20% des patients et soulage la maladie chez 50%. Avec le cancer du côlon et du rectum, l'espérance de vie avec un tel traitement a été portée à 26 mois, contre 8 mois dans le groupe témoin. Selon une étude, les résultats de la chimiothérapie régionale étaient meilleurs que ceux de la thérapie systémique. Dans une autre étude, avec l'introduction de médicaments de chimiothérapie par l'artère hépatique, une amélioration a été obtenue chez 35 des 69 patients. Dans 9 autres cas, l'état n'a pas changé et dans 25 de ceux-ci, la tumeur a progressé.

    Les complications comprenaient la septicémie et le dysfonctionnement du cathéter, les ulcères peptiques, la cholécystite chimique et l'hépatite, ainsi que la cholangite sclérosante.

    La perfusion de médicaments par l'artère hépatique peut être utilisée comme méthode de traitement supplémentaire après une résection du foie.

    Il existe un message sur la combinaison de la cryothérapie et de la perfusion régionale de cytostatiques dans l’artère hépatique.

    La photocoagulation au laser interstitielle a également été réalisée sous guidage ultrason. Le scanner a révélé une réduction du volume de la tumeur de 50%.

    Élimination des métastases du cancer du côlon

    Les tumeurs métastatiques se développent lentement, peuvent être simples, la plupart d’entre elles sont localisées sous-capsulaires. La résection de la partie du foie atteinte peut être réalisée chez 5 à 10% des patients. Avant la chirurgie, une analyse du foie est effectuée. Le scanner a une sensibilité élevée pendant la porographie artérielle. Une échographie peropératoire est également nécessaire. La résection hépatique est indiquée dans les cas où il n'y a pas plus de quatre métastases et où il n'y a aucun dommage pour les autres organes et les maladies concomitantes graves. Au cours de l'opération, un patient sur quatre doit augmenter le volume estimé de résection et un sur huit pour l'abandonner. Effectuer habituellement une lobectomie ou une segmentectomie.

    Dans une étude multicentrique comprenant 607 patients présentant des métastases réséquées, une rechute des métastases hépatiques a été observée chez 43% des patients et une rechute des métastases dans les poumons - dans 31%. Chez 36% des patients, une rechute a été détectée au cours de la première année. Sans signes de récidive, 25% des patients ont connu une période de 5 ans. Dans une autre étude, le taux de survie à 10 ans était assez élevé, à 21%. Si la concentration d'antigène carcino-embryonnaire dans le sérum des patients ne dépassait pas 200 ng / ml, la limite de résection n'était pas inférieure à 1 cm de la tumeur et la masse du tissu hépatique excisé était inférieure à 1 000 g. La survie à 5 ans sans signe de rechute était supérieure à 50%. Un risque accru de récidive est noté dans les cas où la résection ne parvient pas à se retirer de la tumeur à une distance suffisante et lorsque la métastase est localisée dans les deux lobes. Dans une étude portant sur 150 patients, la résection hépatique (46% des patients) a permis une augmentation de l'espérance de vie à 37 mois en moyenne, après une résection «non radicale» (12% des patients), de 21,2 mois et des tumeurs non résécables (42%). ) - 16,5 mois

    Cependant, pour l'évaluation finale de l'efficacité du traitement chirurgical des métastases hépatiques, des études contrôlées sont nécessaires.

    Transplantation hépatique

    La survie à deux ans après une greffe du foie dans le cancer métastatique est en moyenne de 6% seulement.

    La transplantation hépatique chez les patients atteints de tumeurs endocrines du pancréas et de métastases hépatiques s’est révélée plus efficace, à condition que la tumeur primitive soit également retirée.

    Métastases hépatiques: symptômes et pronostic

    Une tumeur maligne est significativement différente du tissu sain qui l’entoure. Ses cellules sont capables de se diviser un nombre illimité de fois. À un certain stade, ils commencent à se séparer du néoplasme et à se répandre dans tout le corps, formant des foyers secondaires de croissance - métastases (du métastase grecque - mouvement). La structure d'une tumeur fille ne diffère généralement pas primaire. La médecine moderne a étudié plusieurs voies de migration du matériel pathologique. Les principaux sont:

    • Hématogène (dissémination des vaisseaux sanguins)
    • Lymphogène (transport à travers le système lymphatique)
    • Implantation (résultat du contact avec la surface de réception)

    La métastase du système circulatoire est possible dans presque tous les organes, mais les poumons et le foie sont les cibles les plus fréquentes.

    Métastases hépatiques

    Fonction de détoxification du foie - filtration du sang veineux provenant des organes du tractus gastro-intestinal, du pancréas, de la rate, de la vésicule biliaire (système de la veine porte). L'intensité de la circulation sanguine (plus de 1,5 litre par minute), le ralentissement du flux sanguin dans les capillaires sinusoïdaux créent des conditions favorables à la sédimentation et à la reproduction des cellules tumorales. Avec la défaite de n'importe quel organe de la veine porte augmente le risque de métastase au foie.

    Les lésions peuvent être simples ou multiples, mais n'apparaissent pas immédiatement et sont asymptomatiques. Il est dangereux que l'organe ait lui-même une grande capacité de régénération et des facteurs d'immunité locaux peuvent bloquer temporairement l'activité des foyers secondaires. Après quelle heure ils se manifesteront - on ne sait pas, chaque organisme est tout individuellement. Le mécanisme de déclenchement de la croissance des lésions filles n'a pas été suffisamment étudié, mais une augmentation du nombre de cellules indique le long terme du processus primaire et la progression de la maladie.

    Quelles tumeurs d'organes peuvent métastaser au foie?

    • oesophage,
    • estomac,
    • deux points,
    • pancréas,
    • glande mammaire,
    • les poumons.

    Symptômes et diagnostic

    La non spécificité des symptômes de la lésion tumorale peut entraver le diagnostic précoce. Que doit garder?

    • Douleur dans l'hypochondre droit,
    • Dyspepsie (indigestion),
    • Perte de poids drastique
    • Prurit,
    • Jaunisse
    • Expansion des veines superficielles, hydropisie abdominale,
    • Dysfonctionnement intestinal, etc.

    Métastases hépatiques à l'échographie

    Le diagnostic échographique n’est pas en mesure de donner une information complète. Pour étudier la structure morphologique des cellules, leur type et leur maturité, il est possible de réaliser une échographie avec une biopsie. L'obtention d'échantillons de tissus pour un examen cytologique et histologique est réalisée par un échantillonnage sécurisé avec des aiguilles de différents diamètres. La biopsie de métastases hépatiques permet d’établir la localisation de la tumeur primitive. Ceci est particulièrement important dans les cas de lésions primaires non détectées. La réalisation d'une biopsie est sans danger et n'a aucun effet sur l'augmentation du taux de métastases.

    Pour clarifier la magnitude, la localisation, la distribution, la nature de la croissance, la présence de tissu nécrotique, un abcès, une infiltration dans des organes - les méthodes modernes de diagnostic par rayons X permettent:

    • Tomographie multispirale calculée
    • Imagerie par résonance magnétique
    • Étude angiographique
    • Tomographie par émission de positrons.

    Avec l'aide de ces méthodes, selon le degré de réduction du foyer de l'inflammation, on peut également contrôler la dynamique de la maladie.

    Prévision de performance

    Un traitement opportun donne un résultat positif dans la plupart des cas. La conduite d'un traitement conservateur peut être compliquée par la sensibilité de l'organe au médicament. Les médicaments anticancéreux introduits détruisent les cellules en division active et ralentissent la croissance tumorale. La thérapie peut réduire la taille de la tumeur pour une intervention chirurgicale ultérieure. Les métastases uniques du cancer sont enlevées chirurgicalement. Une bonne nutrition, un style de vie, une routine quotidienne - les composants d'une thérapie complexe.

    La prédiction de l'efficacité du traitement dépend du phénotype, de la nature de la lésion, du nombre de ganglions métastatiques et de la localisation de la tumeur primitive. Les métastases sont un risque dangereux d'hémorragie interne, de compression des vaisseaux sanguins, d'augmentation toxique du niveau de bilirubine, de violation de l'écoulement de bile.

    La présence de métastases extrahépatiques, de multiples lésions hépatiques négligées, donne malheureusement un pronostic défavorable.

    Les principales méthodes de traitement

    La stratégie de traitement est coordonnée en fonction du nombre de lésions, du type de cancer, du degré d'altération du fonctionnement du foie et des autres organes endommagés. L'intervention active, la thérapie et d'autres méthodes contribuent à prolonger la vie et à améliorer de manière significative sa qualité. Un ensemble de procédures peut inclure:

    • Chimiothérapie
    • Radiothérapie
    • Intervention chirurgicale.

    Espérance de vie pour les métastases hépatiques

    Le cancer primitif du foie est vraiment rare - moins de 10%. Dans 90% des cas, le cancer du foie est métastatique par d'autres organes. Les exceptions sont les pays africains où une forte proportion de cancers primitifs du foie est due à l'hépatite et à d'autres infections. Il est caractéristique que les hommes développent un cancer du foie deux fois plus souvent que les femmes.

    Localisation des métastases de divers organes, le foie prend la première place. Ceci est dû à la circulation sanguine abondante dans le corps, à un grand nombre de capillaires étroits, où les cellules cancéreuses se déposent.

    Les métastases dans le foie réduisent considérablement l'espérance de vie. Il est donc logique de parler de métastases hépatiques plus en détail.

    Symptômes et premiers signes de métastases au foie

    Le gros problème est que le cancer du foie est souvent détecté aux derniers stades de la maladie. En moyenne, les patients demandent de l'aide 3 mois après l'apparition des premiers symptômes de la maladie.

    Les principales plaintes (75%) sont les suivantes:

    • manque d'appétit;
    • l'anorexie;
    • urine foncée, selles claires;
    • ascite;
    • douleur dans l'hypochondre droit ou l'abdomen.

    Ces signes sont moins souvent mentionnés:

    • faiblesse, fatigue, léthargie;
    • jaunisse;
    • forte fièvre;
    • une augmentation de la taille de l'abdomen;
    • la diarrhée;
    • nausée ou vomissement;
    • saignements du nez;
    • développement de l'œdème.

    Le signe objectif de la maladie du foie est son augmentation (hépatomégalie). La limite inférieure du foie est réduite de 5 à 10 cm, celle du haut au niveau de la quatrième côte. À la palpation, le foie est dur, dense et ressemble à une pierre, généralement avec une surface lisse et un bord d'attaque net. Les tumeurs enfoncent souvent les branches de la veine porte, à cause de cela, une hypertension portale se développe, la rate augmente, parfois les veines de l'œsophage se dilatent.

    La douleur dans l'hypochondre droit est causée par l'élargissement rapide du foie et l'étirement de la capsule de glisson, le long de laquelle passent de nombreux nerfs. Au début, la douleur est périodique, elle apparaît lors de la marche, de l'effort physique. Plus tard, il devient d'intensité modérée constante. Dans l'hypochondre droit n'apparaît aucune sensation de lourdeur passagère.

    La jaunisse est enregistrée dans 50% des cas, mais généralement ce symptôme n'est pas prononcé. La lésion mécanique du foie est causée par une augmentation de la tumeur et, comme les faisceaux du foie ne peuvent s'étirer, ils sont déchirés par la tension. Cependant, la jaunisse ne constitue pas un critère permettant d'évaluer l'état d'un organe.

    L’ascite (hydropisie abdominale) est due à la pression exercée sur la veine porte, qui s’agrandit dans le foie. En raison de l'augmentation de la pression dans les veines abdominales, une partie du plasma sanguin s'infiltre à travers la paroi vasculaire dans la cavité abdominale. Dans le même temps, le sang et les cellules cancéreuses restent dans le sang.

    La température augmente chez la plupart des patients, mais les plaintes d'hyperthermie ne se manifestent pas toujours. Cela se produit en raison d'une légère augmentation de la température - de 0,5 à 1 ° C seulement. La température augmente en raison d'une violation de la fonction de nettoyage du foie et d'une intoxication du corps.

    Qu'est-ce qui est dangereux en présence de métastases dans le foie?

    Le foie est la raffinerie du corps, le sang y est filtré et le produit de la dégradation des protéines, l'ammoniac, est désinfecté ici. Le foie produit beaucoup de vitamines, d’albumine et de globulines, c’est dans celui-ci que le glucose est créé - la principale source d’énergie pour l’homme. Enfin, le foie produit de la bile, une enzyme essentielle à la digestion des aliments. Sans foie, une personne ne survivra pas même quelques minutes.

    Le principal problème des métastases réside dans le fait que la méthode chirurgicale de traitement et la chimiothérapie sont inefficaces. La chimiothérapie n'est pas efficace car le foie assure des fonctions de nettoyage et de désinfection.

    Les méthodes de traitement chirurgical ont un effet plus important, mais les opérations ne sont effectuées qu'en présence de tumeurs uniques. Si tout le foie est touché, l'opportunité de l'intervention est remise en question.

    Tout cela conduit au fait que le cancer du foie se termine souvent par la mort.

    Qu'est-ce que vous devez examiner?

    Tous les examens sont programmés pour consultation avec votre médecin. Les consultations devront passer par quelques-unes (avec le responsable du département, le thérapeute, etc.).

    Puisque le foie affecté par les métastases change de consistance, une échographie est nécessaire. Ce n'est pas la méthode de recherche la plus informative, mais elle est prescrite la première en raison du faible traumatisme.

    L'iode radioactif ou l'or est utilisé comme marqueur. L'élément radioactif est porté par les globules rouges. La nature de leur mouvement et leurs écarts par rapport à la norme permettent d’établir même les métastases qui ne se sont pas manifestées.

    Il est nécessaire d'utiliser, car le procédé permet d'obtenir une image du foie couche par couche. Sur la base de l'imagerie par résonance magnétique, vous pouvez réaliser un portrait 3D du foie. Pour améliorer l'effet d'une personne peut entrer dans les radio-isotopes.

    Dans les cas graves, la laparoscopie est réalisée avec une biopsie tumorale ou un examen angiographique. Si cela ne fournit pas d'informations précises sur l'état du foie, une laparotomie diagnostique est prescrite.

    Quels tests devront passer?

    Le patient doit passer une série de tests qui fourniront des informations détaillées sur l'état du foie:

    • numération globulaire complète;
    • analyse d'urine;
    • Réaction de Wasserman;
    • détection d'anticorps anti-VIH;
    • définition de l'antigène australien;
    • détection de la réplication du virus de l'hépatite;
    • réaction aux anticorps contre l'hépatite de tous types;
    • recherche d'urine selon la méthode de Zimnitsky;
    • analyse biochimique du sang pour la bilirubine, la protéine, le rapport A / G, l'ALAT, l'AST, le potassium, le sodium, la créatinine, l'urée, l'alpha-amylase, la phosphatase alcaline;
    • test sanguin pour le sucre;
    • coagulographie biochimique;
    • examen histologique de la ponction du foie;
    • mesure des marqueurs tumoraux du sang.

    De plus, le groupe sanguin et le facteur Rh sont déterminés. Une numération globulaire complète est prise au moins 5 fois - avant, pendant et après le traitement. De plus, une analyse générale est effectuée une fois par semaine pendant la chimiothérapie. En outre, un test d'urine général est effectué 3 fois (avant, pendant et après le traitement).

    La faisabilité du traitement

    Malgré le désespoir apparent, la faisabilité du traitement est. La survie à cinq ans est assez faible - seulement environ 5 à 10% et la plupart des patients ne vivent pas jusqu'à un an.

    Cependant, dans la pratique, le taux de survie ressemble à un entonnoir. 10% des hommes et 15% des femmes vivent la première année, mais après la première année, le taux de survie est déjà de 50%. Jusqu'à 5 ans, vivent 5% des hommes et 7% des femmes.

    Si le patient survit au cours de la première année, ses chances de vivre 5 ans après la maladie augmentent considérablement. Bien entendu, les chances dépendent non seulement du hasard, mais aussi de l'état de l'organisme, de l'âge, de l'attitude de la personne à l'égard du traitement, ainsi que de ses moyens financiers.

    Le meilleur traitement pour les métastases hépatiques

    Le seul traitement vraiment optimal est la chirurgie. La radiothérapie du cancer primitif et des métastases n'est pas réalisée. La chimiothérapie en tant que méthode de traitement indépendante n'est pas utilisée, elle est utilisée uniquement après un traitement chirurgical.

    L'intervention chirurgicale sur le foie est une intervention compliquée car, en raison de l'apport sanguin abondant, l'hémostase doit être réalisée avec précaution. D'autre part, le foie a une grande capacité de régénération, ce qui aide dans la période postopératoire.

    Les opérations suivantes sont utilisées pour traiter le cancer du foie:

    • résection hépatique économique atypique;
    • résection du segment du foie;
    • résection bisegmentale;
    • segmentectomie;
    • hémihépatectomie;
    • hémihépatectomie avancée;
    • résection hépatogastropancreatoduodenal;
    • greffe de foie.

    Quels facteurs affectent l'espérance de vie dans les métastases hépatiques?

    Les facteurs suivants affectent la durée de vie:

    • stade du cancer;
    • l'emplacement de la tumeur;
    • la taille de la lésion du corps;
    • gravité de la pathologie;
    • immunité du patient;
    • détection rapide de la pathologie;
    • méthodes de thérapie, leur efficacité;
    • la présence de maladies concomitantes;
    • stabilité émotionnelle, psyché du patient.

    Le premier effet est la présence de métastases concomitantes. Comme le cancer du foie est une maladie métastatique, des tumeurs peuvent être trouvées dans les poumons, le cerveau et d'autres organes. En outre, le sexe et l’âge du patient ont une incidence sur l’espérance de vie.

    Le taux de survie des femmes est supérieur à celui des hommes. Jusqu'à la première année après le diagnostic, seuls 10 à 13% des hommes et 13 à 17% des femmes survivaient. Jusqu'à 3 ans, 6 à 9% des hommes vivent et 10 à 14% des femmes. Et jusqu'à 5 ans - 4,5-7% d'hommes et 10-13% de femmes.

    Au stade 1, le taux de survie annuel des femmes est d’environ 80%, et celui des cinq années est d’environ 50%, au stade 2 - 20% et 17%, respectivement, au stade 3 - 21% et 13%, au stade 4 - 18% et 16%. Chez les hommes, le taux de survie est légèrement inférieur. Au stade 2 - 15% et 11%, au stade 3 - 11% et 5%, au stade 4 - 9% et 5%.

    La survie ne dépend pas tellement de l'âge. Le taux de survie annuel des personnes âgées de 40 à 49 ans est compris entre 20 et 25%, de 50 à 69 ans entre 10 et 16% et de plus de 70 ans entre 13 et 14%.

    Combien de temps vivent ces patients et comment prolonger leur vie?

    L'espérance de vie moyenne avec un diagnostic est de 12 à 18 mois. Cependant, il convient de comprendre que la statistique moyenne pour un cas particulier contient peu d'informations utiles pour plusieurs raisons:

    1. Certaines personnes ne vivent pas plus de plusieurs mois, voire plusieurs semaines, tandis que d'autres après le traitement vivent de nombreuses années.
    2. La probabilité de survie est dépourvue de chance. La durée de vie dépend entièrement de l'étendue de la lésion, de l'habileté du chirurgien, de l'âge et du sexe du patient, de son état psychologique.
    3. Comme le cancer du foie a généralement un caractère métastatique, la localisation de la tumeur primitive a un effet important.
    4. Les statistiques sont collectées au cours de la période écoulée, parfois après que les statistiques ont atteint 10 à 15 ans, ce qui est une période très longue pour les médicaments. Grâce aux nouveaux médicaments et équipements médicaux, vous pouvez vivre plus longtemps.

    Sans traitement, les patients vivent en moyenne environ six mois. Grâce à un traitement efficace, les régimes à jeun, la durée de vie est prolongée à un ou un an et demi. Par exemple, une opération réussie augmente la survie à cinq ans de 30 à 40%.

    Bien que la chimiothérapie directement pour le traitement des métastases dans le foie ne soit pas effectuée, il est impossible de la refuser, car il est nécessaire d'éliminer le foyer initial de la propagation des cellules cancéreuses. Ainsi, la chimiothérapie affecte la survie en la prolongeant de 1 à 2 ans.

    En plus du traitement, la métastase affecte la survie. Si, après traitement, le foyer des cellules cancéreuses est éliminé avec les métastases hépatiques, la personne a beaucoup de chances de vivre 5 ans ou plus. Avec le développement de la rechute, les chances de survie sont très faibles.

    Comment prolonger la vie?

    Les chances augmenteront certaines recettes populaires:

    1. 25 g de pruche remplie de 500 ml de vodka à 40%. Besoin d'insister pendant 40 jours dans un endroit dépourvu de lumière. La teinture doit être périodiquement secouée. Après l'expiration du terme, le médium est filtré et consommé selon le schéma suivant: le premier jour - une goutte, puis 2, plus tard 3 et ainsi de suite augmentant à 40 gouttes. Dissoudre dans 100 grammes d'eau.
    2. Dans un thermos, versez 0,5 litre d’eau chaude (pas bouillante!). Il y a une cuillère à soupe de fleurs de pommes de terre. Besoin d'insister dans les 4-5 heures. Ensuite, vous devez filtrer et boire 100 ml 3 fois par jour. Conservez la teinture ne devrait pas être dans un thermos, mais dans un endroit froid.
    3. Essuyez la tête de la chélidoine et versez 500 ml d'alcool à 70%. Vous devez insister pendant la journée, puis filtrer et prendre 25 ml une fois par jour, puis 50 ml par jour pendant 20 jours.

    Il existe plusieurs recommandations nutritionnelles pour le cancer du foie:

    • fruits et légumes rouges, notamment grenade et myrtilles;
    • thé vert;
    • baies: framboise, fraise, fraise.

    Il est interdit d'utiliser de tels produits:

    • viande et aliments gras;
    • les champignons;
    • haricots, pois, autres légumineuses;
    • confiserie;
    • nourriture en conserve;
    • chocolat et cacao;
    • produits de boulangerie;
    • les concombres et les choux marinés, salés, marinés;
    • lait gras;
    • frits dans l'huile et les produits fumés.

    Conclusions

    Comme vous pouvez le constater, les métastases au foie, bien qu’elles réduisent l’espérance de vie, ne sont pas une phrase. C'est logique de se battre. Par conséquent, il est nécessaire, tout d’abord, de normaliser votre propre alimentation afin de permettre au foie de «se décharger». En outre, vous devez utiliser toutes les méthodes de traitement modernes possibles. Si vous ne désespérez pas et ne faites pas tout ce dont vous avez besoin, vous pouvez vivre de nombreuses années. Bonne chance et être en bonne santé!

    A Propos De Nous

    Description au 31 mai 2017 Durée: la vie / jusqu'à la récupération Coût des produits: 2300 - 3800 par semaineRègles généralesLes maladies oncologiques elles-mêmes, dans la très grande majorité des cas, sont accompagnées de troubles de l'alimentation, provoqués par des troubles métaboliques avec une perte de poids marquée du patient.