Qu'est-ce qu'un adénocarcinome?

Adicocarcinome (grec aden – ‘glanda’, karcinome ‘tumeur’) - cancer glandulaire; tumeur maligne, qui se développe à partir de cellules épithéliales glandulaires, qui font partie de tous les organes. L'adénocarcinome affecte n'importe lequel d'entre eux.

Raisons

Les causes de l'adénocarcinome sont communes et spécifiques, spécifiques à l'organisme, où la tumeur est localisée.

Général

Le plus souvent, la mutation des cellules épithéliales est provoquée par la stagnation des sécrétions des glandes muqueuses et des inflammations.

Les facteurs suivants peuvent entraîner des mutations cellulaires:

  • mauvaise nutrition;
  • l'hérédité;
  • maladie chronique;
  • l'effet de rayons X élevés,
  • contact avec des substances chimiques toxiques;
  • tabagisme perpétuel;
  • développement du papillomavirus.

Spécifique

Les raisons particulières du développement de l'adénocarcinome sont déterminées par la structure et le fonctionnement des organes:

  • dans l'intestin, l'adénocarcinome est provoqué par une constipation fréquente, une fistule, des tumeurs villeuses, des polypes, une colite;
  • dans l'œsophage - thermique brûle les aliments chauds; lésions mécaniques dues à des aliments mal mastiqués;
  • dans le foie - infections passées, y compris l'hépatite virale; la cirrhose;
  • dans le rein - les effets de la pyélonéphrite, la glomérulonéphrite;
  • dans la vessie - inflammation chronique (cystite), leucoplasie, stase urinaire.

Les symptômes

Dans le développement des symptômes de l'adénocarcinome, il y a trois périodes:

  1. caché (latent), lorsque la maladie ne se manifeste pas;
  2. manifestation de signes oncologiques avec croissance tumorale: sensibilité du site de formation de la tumeur, augmentation des ganglions lymphatiques;
  3. signes d'atteinte d'un organe particulier aux stades de croissance tumorale rapide, métastases.

Localisation de l'adénocarcinome dans l'intestin:

  • constipation alternant avec la diarrhée;
  • inconfort après avoir mangé, vomissements, nausées;
  • douleur abdominale;
  • obstruction intestinale;
  • mucus, sang dans les matières fécales.

Adénocarcinome dans l'œsophage:

  • dysphagie (trouble de la déglutition alimentaire);
  • salivation excessive due au rétrécissement de l'œsophage;
  • odonophage (déglutition douloureuse).

Symptômes de l'adénocarcinome dans le foie:

  • douleur dans l'abdomen supérieur droit;
  • ascite (accumulation de liquide dans l'abdomen);
  • Jaune des protéines de la peau et des yeux.

Signes d'adénocarcinome dans le rein:

  • son volume est augmenté;
  • douleur lombaire;
  • sang dans l'urine.

Les principaux signes d'adénocarcinome de la vessie:

  • urine avec du sang, dysurie (difficulté à uriner par le canal urinaire),
  • douleur au pubis et au bas du dos;
  • gonflement des jambes dû à un drainage lymphatique altéré.

Diagnostics

Plus tôt l'adénocarcinome est diagnostiqué, plus il est efficace et facile de le guérir. Le diagnostic est effectué sur la base de différentes méthodes.

Tests de laboratoire

Analyses cliniques et biochimiques du sang, des matières fécales et de l'urine.

Masse fécale, urine vérifiée pour le sang; l'urine et le sang - pour la biochimie, le sang - pour le contenu de la leucocytose. Matériel de biopsie - sur les marqueurs tumoraux, histologie.

Radioscopie

La forme et la longueur de la tumeur, sa localisation, la présence de complications possibles déterminent les études par rayons X utilisant des agents de contraste:

  • scintigraphie radio-isotopique (latin scintillo - «briller», grapho grec «écrire»);
  • urographie excrétrice (introduction d'une substance par une veine pour examiner la vessie);
  • radiographie de contraste utilisant du baryum;
  • urétéropélographie (examen des départements de l'uretère et du rein).

Examen endoscopique

Un examen interne des organes affectés est effectué à l’aide de dispositifs optiques illuminés (grecque - «inside», skopeo - «look»):

  • laparoscopie (Greek.lapara - ‘utérus’) - examen des ganglions lymphatiques, du péritoine, du foie et d’autres organes;
  • rectoromanoscopie - examen intestinal (rekto - ‘rectum’, s-romanum - sigmoïde);
  • œsophagoscopie (Greek oisophagos - «œsophage») - examen de l’œsophage;
  • cystoscopie (grec: kystis - ‘vessie’) - examen de la vessie;
  • lymphadenoangiography - une étude des ganglions lymphatiques rétropéritonéaux.

Une coloscopie est réalisée à des fins de diagnostic.

Étude par ultrasons

L'échographie précoce détecte un foyer principal; hypertrophie des ganglions lymphatiques, degré d'atteinte des organes, propagation de la tumeur dans les parois. La principale méthode de détection de l'oncologie des reins, de la vessie.

Tomographes de recherche

La tomographie par émission de positons (TEP) détermine précisément la configuration des zones touchées, spécifie la taille des métastases, la nature de leur localisation et leur décroissance.

Types d'adénocarcinomes selon le degré de différence entre les cellules malignes provenant de cellules saines:

  1. adénocarcinome hautement différencié - les cellules sont semblables aux cellules saines, seuls les noyaux des cellules malades sont légèrement plus gros. Ce type d'adénocarcinome présente un faible risque de développer des complications.
  2. adénocarcinome modérément différencié - adénocarcinome avec un grand nombre de cellules anormales. Changements dangereux dans les organes. Métastase;
  3. adénocarcinome de bas grade est le type le plus dangereux. Early donne des métastases. Difficile à guérir.

Types d'éducation

L'adénocarcinome mucineux est un type rare d'oncologie de l'endomètre. La tumeur est constituée de cellules épithéliales kystiques sécrétant du mucus (mucine). Le mucus est la partie principale de la tumeur, les cellules y sont suspendues. Il peut être formé dans n’importe quel organe. Rechutes dangereuses, métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux.

L'adénocarcinome de l'intestin affecte tous les services - du caecum au rectum. Les espèces sont nommées pour les zones touchées. Pousse rapidement et agressivement dans les organes et les tissus environnants.

L'adénocarcinome de l'œsophage se développe à partir de sa membrane épithéliale. Diffère dans le taux de survie élevé. Plus souvent chez les hommes.

L'adénocarcinome du foie se forme à partir de l'épithélium des voies biliaires. Distinguer entre le principal (formé dans le foie) et secondaire (entré par les métastases d'autres organes). Le secondaire est plus commun. Metastasize aux ganglions lymphatiques régionaux.

L'adénocarcinome rénal est un carcinome rénal provenant de l'épithélium des tubules rénaux. Germine dans les vaisseaux veineux du rein. Metastasize aux os, cerveau, poumons, ganglions lymphatiques, foie.

L'adénocarcinome de la vessie se développe à partir de l'épithélium glandulaire de ses parois internes. Il peut se développer dans le tissu conjonctif sous-muqueux, dans les couches de la couche musculaire. Affecte le plus souvent les hommes: en raison des caractéristiques anatomiques de leurs voies urinaires.

Qu'est-ce que c'est - l'adénocarcinome ovarien, est écrit ici.

Traitement de l'adénocarcinome

Le choix de la méthode de traitement est déterminé par le stade, le degré de propagation, le développement général de la maladie. Les résultats les plus favorables sont obtenus avec une combinaison de chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie.

Techniques chirurgicales

La chirurgie - le traitement principal de tous les types d'adénocarcinome.

L'opération est précédée et complétée par un cours de physiothérapie. Prescrire des médicaments qui augmentent l’effet de la thérapie, soulageant l’état après l’opération ("Flaraxin", etc.). Avec une thérapie hépatique tardive, une résection partielle et une transplantation sont effectuées.

Les intestins infectés par un adénocarcinome sont excisés, retirant les parties de la tumeur.
Le rectum est enlevé avec l'anus, un anus artificiel (colonostome) est appliqué. Aux premiers stades du traitement rénal, une néphrectomie partielle (résection) est indiquée, avec une néphrectomie progressive - complète suivie d'une radiothérapie.

L'oesophage affecté est enlevé complètement ou partiellement, en fonction de la propagation du processus. En tant que greffe, on utilise un gros intestin. Vessie - résection transurétrale (à travers l'urètre) ou extraction complète, si plusieurs onkokhogov.

Radiothérapie

La radiothérapie est recommandée pour réduire la douleur après la chirurgie, avec une tumeur clairement inopérable ou ses métastases. En tant que technique autonome applicable au traitement des cas avec contre-indications à la chirurgie. Dans d'autres cas, il s'agit d'un composant de la thérapie complexe, réduisant les métastases et le taux de récidive.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est indiquée pour la propagation métastatique d'une tumeur à d'autres organes.

Technique indépendante utilisée lorsqu'il est impossible d'effectuer une intervention chirurgicale tardive, avec des rechutes. Le but est la prolongation de la vie.

Préparations:

  • La doxorubicine;
  • Ftorafur;
  • Diyodobenzotef;
  • "5 - Fluorouracile";
  • La bléomycine;
  • Le "cisplatine" et d'autres sont administrés par voie systémique, endolymphatique, intra-artérielle.

Cancer du sein glandulaire: traitement

Vous êtes ici

  1. Accueil /
  2. Oncologie /
  3. Cancer du sein glandulaire: traitement
Le contenu

Le cancer du sein est la maladie la plus dangereuse et l'une des plus répandues chez les femmes. Une pathologie dangereuse, souvent associée à un dysfonctionnement des systèmes de production d'hormones, peut avoir des conséquences très désastreuses. Par conséquent, nous devons être armés et en savoir le plus possible sur le diagnostic et le traitement du cancer du sein glandulaire. Commencez la même considération du problème est à déterminer.

Définition de maladie

Selon toutes les définitions, le cancer du sein est une tumeur maligne dont la localisation tombe sur le tissu mammaire glandulaire. Une telle maladie est reconnue comme très fréquente chez les femmes, mais son apparition chez les hommes n’est pas exclue, bien qu’à peine 1%. Ce type de maladie occupe la deuxième place en termes de prévalence parmi les autres tumeurs.

Le cancer glandulaire lui-même est assez rare, mais ses sous-espèces de la forme glandulaire-squameuse sont très courantes. Ce néoplasme se compose de 2 composants - les cellules épithéliales glandulaires et plates. Le premier est un composant de flux, le second est cornifié. Cependant, leur rapport peut être différent.

La présence du deuxième composant peut expliquer l'absence de réaction positive aux hormones. Il est possible d’établir la nécessité d’un traitement hormonal en examinant précisément le premier composant de la tumeur, le glandulaire.

Intéressant Ce type ne se caractérise pas par une agressivité accrue et procède calmement. Cependant, en présence de métaplasie à cellules plates, la situation est compliquée par la formation de métastases.

Quel est le danger

L'une des caractéristiques les plus importantes permettant d'identifier ce type de cancer du sein est son faible degré de malignité. Décrivant la maladie en termes médicaux, nous pouvons indiquer que la tumeur porte le nom d'adénome syringomatoïde infiltrant. De nombreux scientifiques ne décrivent pas ce type de formations comme étant de l'oncologie. Son éducation est attribuée à une rechute et la formation de métastases est exclue.

Cependant, il existe des cas de formation de tumeurs malignes, dont l'apparition peut être causée par plusieurs raisons:

  • début prématuré de la puberté;
  • prédisposition génétique;
  • ménopause tardive;
  • l'obésité et la suralimentation;
  • plus de 35 ans;
  • l'effet de la mauvaise écologie;
  • alcoolisme, tabagisme et autres mauvaises habitudes.

En se concentrant sur la taille de la tumeur et la vitesse de sa propagation, le processus malin se déroule en cinq étapes - de 0 à 4 étapes.

Manifestations symptomatiques

Pour ce type de tumeur, il existe également les signes et symptômes les plus caractéristiques, notamment:

  • la croissance des ganglions lymphatiques dans la région des aisselles;
  • compactage, épaississement et fermeté dans la poitrine;
  • écoulement du mamelon, qui a un caractère de sang et de mucus clair;
  • apparition de changements dans la forme et la couleur du mamelon et de l'aréole;
  • l'apparition d'ulcères.

C'est important! Lors de la détection de l'un des symptômes ci-dessus, une consultation immédiate avec un médecin spécialiste est nécessaire. Si nécessaire, elle vous dirigera vers les diagnostics et les tests nécessaires.

Étant donné que les premiers stades de la maladie ne se caractérisent pas par la présence de symptômes, il est très important de respecter le calendrier de visite d'un médecin spécialiste - mammologue. Et cela devrait être fait au moins une fois par an. La régularité de ces visites joue également un rôle extrêmement important, puisque le corps de chaque femme est très individuel, et de déterminer pour la première fois que la norme et que la maladie est très difficile. C'est une détermination précoce de la présence de tumeurs malignes qui peut sauver des vies.

Traitement de la maladie

Comme ce type de tumeur maligne doit être attribué aux formes différenciées de cancer, sa formation est due aux membranes muqueuses et aux cellules glandulaires. Les cellules d'une telle tumeur cancéreuse peuvent, comme les cellules ordinaires, produire un secret.

La solution la plus courante pour traiter une maladie est la chirurgie. Cela se produit souvent en combinaison avec d'autres techniques - chimiothérapie et radiothérapie. La chimiothérapie, en fonction de la complexité et du stade du cancer, est utilisée à différentes doses et combinaisons de médicaments. Et la radiothérapie - à différentes doses de rayonnement.

Récemment, à l'étranger, il a été prouvé que la cryothérapie et la curiethérapie apportaient une contribution considérable au traitement de la maladie. Le premier a un effet sur les sites de cancer à froid, le second - les particules radioactives.

La radiothérapie est également possible, ce qui est principalement utilisé aux premiers stades de développement, ainsi que lorsqu'il est impossible d'utiliser des méthodes chirurgicales. La méthode consiste à traiter la zone touchée par un rayonnement ionisant. Avec cette méthode, il s'avère détruire des cellules de formations cancéreuses renaissantes.

Attention! Dans ce dernier cas, les bonnes cellules ne sont pas endommagées.

Sans prendre en compte un grand nombre d'options différentes, l'intervention chirurgicale reste la plus efficace. Cela se produit de plusieurs types et dépend du stade de développement du cancer:

  • tumorectomie. Utilisé pour les stades 1-2, lorsque les métastases ne commencent pas à s'étendre au-delà des limites des conduits. La chirurgie consiste à enlever la formation elle-même;
  • mastectomie. Est effectuée dans ces cas si la propagation de la métastase a déjà commencé. L'opération consiste en l'ablation complète de la glande et des ganglions lymphatiques.

Il convient également de préciser que ce type de tumeur maligne est le plus susceptible aux rechutes. Par conséquent, le patient est souvent soumis à des mesures de traitement supplémentaires - chimiothérapie ou radiothérapie. S'il est confirmé que la nature de la tumeur est une conséquence de la perturbation des centres de production d'hormones, c'est-à-dire hormono-dépendante, vous pouvez utiliser un traitement hormonal.

Dans tous les cas, vous devez surveiller attentivement votre corps et votre santé. Lors de la détection de changements suspects, il est nécessaire de recourir à l'aide et à la consultation du médecin. Ne serrez pas trop et ne vous inquiétez pas de la vieillesse.

Adénocarcinome: types (haut, bas, modérément différencié), localisation, pronostic

L'adénocarcinome est une tumeur maligne de l'épithélium glandulaire. Après avoir reçu l'avis d'un médecin chez lequel un adénocarcinome a été diagnostiqué, chaque patient souhaite savoir à quoi s'attendre de la maladie, quel est son pronostic et quelles méthodes de traitement lui seront proposées.

L'adénocarcinome est considéré comme le type le plus courant de tumeurs malignes, pouvant se former dans presque tous les organes du corps humain. Peut-être pas le cerveau, les structures du tissu conjonctif, les vaisseaux sanguins.

L'épithélium glandulaire constitue la muqueuse des organes digestif et respiratoire, est représenté dans le système urogénital et constitue la base des glandes de la sécrétion interne et externe. Le parenchyme des organes internes - le foie, les reins, les poumons - est représenté par des cellules hautement spécialisées qui peuvent également donner lieu à un adénocarcinome. La peau, l'un des organes les plus étendus d'une personne, est touchée non seulement par un carcinome épidermoïde, mais également par un adénocarcinome, qui provient des glandes intradermiques.

adénocarcinome - carcinome papillaire de l'épithélium glandulaire (à gauche) et carcinome épidermoïde - carcinome de l'épithélium squameux (à droite)

Il y a plusieurs siècles, les guérisseurs savaient déjà que tous les adénocarcinomes ne se développaient pas rapidement, ce qui ruinait le patient en quelques mois. Des cas de croissance plus lente, avec métastase tardive et un effet positif de son élimination, ont été décrits, mais l'explication de ce fait est venue beaucoup plus tard lorsqu'il est devenu possible de regarder «à l'intérieur» de la tumeur avec un microscope.

L'examen microscopique a ouvert une nouvelle étape en oncologie. Il est devenu évident que les tumeurs ont une structure inégale et que leurs cellules ont un potentiel différent de reproduction et de croissance. À partir de ce moment, il devint possible d'identifier des tumeurs dans des groupes en fonction de leur structure et de leur origine. Les caractéristiques cellulaires et tissulaires de la néoplasie constituaient la base de la classification, dans laquelle la place centrale était occupée par les cancers - les adénocarcinomes et les variantes malpighiennes, en tant que types de tumeurs les plus courants.

Types d'écrevisses glandulaires

L'épithélium est la base de l'adénocarcinome, capable de sécréter diverses substances - mucus, hormones, enzymes, etc. Il est généralement similaire à celui de l'organe dans lequel une tumeur est détectée. Dans certains cas, l'épithélium malin est très similaire à l'épithélium normal et le médecin peut facilement déterminer la source de la croissance néoplasique, alors que dans d'autres cas, l'origine exacte de la néoplasie ne peut être déterminée que par un examen microscopique, car les cellules cancéreuses sont trop différentes du tissu d'origine.

image histologique de l'adénocarcinome

Le degré de "similarité" ou de différence par rapport à l'épithélium normal dépend de la différenciation des cellules. Cet indicateur est très important et, dans le diagnostic, il apparaît toujours avant le terme "adénocarcinome". Le degré de différenciation signifie le degré de maturité des cellules tumorales, le nombre de stades de développement auxquels elles ont réussi et la distance qui les sépare de la cellule normale.

Il est facile de deviner que plus le degré de différenciation est élevé et, par conséquent, l'organisation interne des cellules, plus la tumeur sera mature et le meilleur pronostic que l'on peut en attendre. En conséquence, une faible différenciation indique une immaturité des éléments cellulaires. Elle est associée à une reproduction plus intensive, de sorte que ces tumeurs se développent rapidement et commencent à se métastaser tôt.

Du point de vue des caractéristiques histologiques, il existe plusieurs degrés de maturité des cancers glandulaires:

  • Adénocarcinome hautement différencié;
  • Modérément différencié;
  • Faible différencié.

Les tumeurs hautement différenciées ont des cellules assez développées qui ressemblent beaucoup à celles des tissus sains. De plus, une partie des cellules de la tumeur peut être complètement formée correctement. Parfois, ce fait est la raison des conclusions erronées, et un médecin inexpérimenté peut même «voir» la tumeur, la prenant pour une autre pathologie non tumorale.

Un adénocarcinome hautement différencié est capable de former des structures, comme des cellules matures des muqueuses ou des glandes. Il est appelé papillaire, lorsque les couches cellulaires forment des papilles, tubulaire, si les cellules forment des tubules comme les canaux excréteurs des glandes, trabéculaire, lorsque les cellules sont «pondues» dans des cloisons, etc. en présence de certains signes d'atypie - gros noyaux, mitoses pathologiques, prolifération accrue (reproduction) des cellules.

L'adénocarcinome modérément différencié ne peut pas "se vanter" d'un développement cellulaire aussi élevé en tant qu'espèce hautement différenciée. Ses éléments dans leur structure commencent à s'éloigner des cellules matures, s'arrêtant aux étapes intermédiaires de la maturation. Dans ce type d'adénocarcinome, les signes de malignité ne peuvent être négligés - les cellules de tailles et de formes différentes sont divisées de manière intensive et on peut observer dans les noyaux un grand nombre de mitoses anormales. Les structures de l'épithélium deviennent désordonnées. Dans certains fragments, la néoplasie ressemble encore à un tissu mature, dans d'autres (et la plupart d'entre elles), elle perd l'organisation du tissu et des cellules.

L'adénocarcinome de bas grade est considéré comme défavorable en termes d'évolution et de pronostic d'une variante du cancer glandulaire. Cela est dû au fait que ses cellules cessent de mûrir pour atteindre au moins l'état minimal développé, acquièrent de nouvelles caractéristiques, se divisent de manière intensive et s'emparent rapidement de plus en plus de territoire autour d'elles.

Avec la perte des signes de maturité, les contacts intercellulaires sont également perdus. Par conséquent, avec une diminution du degré de différenciation, le risque de décollement des cellules de leur grappe principale augmente, après quoi ils tombent facilement dans la paroi des vaisseaux, souvent endommagés par des métabolites tumoraux, et se métastasent avec le sang ou le flux lymphatique.

métastase - une propriété la plus caractéristique des tumeurs mal différenciées

Le type d'adénocarcinome le plus dangereux peut être considéré comme un cancer indifférencié. Avec ce type de néoplasie, la structure des cellules est si éloignée de la norme qu'il est presque impossible de déterminer leur source. Dans le même temps, ces cellules non développées sont capables de se diviser extrêmement rapidement, conduisant rapidement à l'apparition d'une grosse tumeur.

La division rapide nécessite d'importantes ressources en nutriments, que la tumeur "extrait" du sang du patient. Ce dernier perd rapidement du poids et est en panne. Après avoir excrété des produits métaboliques au cours d'une reproduction intensive, un adénocarcinome indifférencié empoisonne le corps du patient et provoque des troubles métaboliques.

Détruisant tout sur son passage dans les meilleurs délais, un cancer glandulaire indifférencié est introduit dans les tissus et organes voisins, le sang et le système lymphatique. La métastase est l’une des manifestations les plus importantes de tout adénocarcinome, qu’elle peut réaliser assez rapidement dès son apparition.

L'une des caractéristiques des tumeurs basses et indifférenciées est la possibilité que les cellules acquièrent de nouvelles propriétés. Par exemple, une tumeur commence à sécréter du mucus (cancer gluant), des substances biologiquement actives, des hormones. Ces processus affectent inévitablement les manifestations cliniques.

Adénocarcinome en diagnostic

Souvent, dans les extraits ou les conclusions des médecins, vous pouvez trouver des expressions telles que «maladie du côlon», «c-r prostate». Ainsi voilé peut indiquer la présence d'un cancer. Les diagnostics plus précis contiennent le nom de la tumeur, dans ce cas, adénocarcinome, avec l'indication obligatoire du degré de différenciation - hautement, modérément ou faiblement différencié.

Le degré de différenciation peut être désigné par G1, 2, 3, 4, avec le G élevé, la maturité inférieure de la néoplasie, c’est-à-dire qu’une tumeur hautement différenciée correspond à G1, une différenciation modérée - G2, peu différenciée G3, anaplasique (cancer non différencié) - G4.

Le diagnostic peut indiquer le type de structure - tubulaire, papillaire, etc., où et comment le cancer s'est développé et quels changements il a provoqué. Il est nécessaire de clarifier la présence ou l'absence de métastases, si elles existent, les lieux de leur détection sont indiqués.

Le risque de métastases est directement lié au degré de différenciation des adénocarcinomes. Plus il sera élevé, plus les métastases seront retrouvées, car les cellules ont toujours des liens étroits. Avec des adénocarcinomes peu différenciés, les métastases apparaissent rapidement.

Le mode préféré de propagation des cellules cancéreuses glandulaires est considéré comme lymphogène - à travers les vaisseaux lymphatiques. Ces vaisseaux collectent la lymphe de tous les organes et la dirigent vers les ganglions lymphatiques, qui servent de filtre pour contenir les micro-organismes, les molécules de protéines, les cellules obsolètes et leurs fragments. Dans le cas de la croissance du cancer, ses cellules sont également retenues par les ganglions lymphatiques, mais ne meurent pas mais continuent à se multiplier, formant une nouvelle tumeur.

La présence ou l'absence de métastases, ainsi que la "plage" de leur distribution sont indiquées par la lettre N avec le numéro correspondant (N0, N1-3). Détection de métastases dans les ganglions lymphatiques voisins - N1, dans la télécommande - N3, absence de métastases - N0. Ces symboles dans le diagnostic de l'adénocarcinome doivent être notés.

Le pronostic du cancer glandulaire est directement lié au degré de différenciation des cellules tumorales. Plus il est élevé, meilleures sont les prévisions. Si la maladie est dépistée tôt et qu'un «adénocarcinome hautement différencié» apparaît dans la conclusion, en particulier lorsque N0-1, le pronostic est considéré comme favorable et le patient peut même espérer une guérison complète.

La perspective d'un adénocarcinome peu différencié est beaucoup plus difficile à qualifier de bonne. S'il n'y a pas de métastases, alors le pronostic peut être favorable, mais pas chez tous les patients. Lorsqu'une tumeur se propage aux organes voisins, à des métastases lymphogènes ou hématogènes étendues, en particulier à l'extérieur de la région du corps où la tumeur se développe, le patient peut être considéré comme non coopérant et le traitement consistera principalement en des mesures de soutien et symptomatiques.

Types spécifiques d'adénocarcinome

L'évolution des cancers glandulaires est semblable à bien des égards, mais l'une ou l'autre de leurs variétés peut prévaloir dans différents organes. Ainsi, parmi les tumeurs de l'estomac, la variante prédominante est l'adénocarcinome. Ce n'est pas accidentel, car la muqueuse de cet organe est une grande surface de l'épithélium et, dans son épaisseur, se concentre un grand nombre de glandes.

À cet égard, la couche interne de l'intestin est également un sol «fertile» pour la croissance de l'adénocarcinome. Dans le gros intestin, les espèces les plus fréquemment différenciées sont les plus fréquentes - adénocarcinome papillaire tubulaire; par conséquent, le pronostic du cancer du côlon glandulaire est généralement favorable.

Les variantes de bas grade de l'adénocarcinome du tractus gastro-intestinal sont souvent représentées par le cancer du cricoïde, dont les cellules forment activement le mucus, elles-mêmes et y meurent. Ce cancer se manifeste négativement, se métastasant tôt dans les ganglions lymphatiques situés près de l'estomac, du mésentère et par les vaisseaux sanguins, atteignant le foie et les poumons.

Le cancer de l'utérus se développe à partir du col ou du corps, où la source devient la couche interne - l'endomètre. Dans cet organe, on observe des différences d'incidence du cancer glandulaire en fonction de la section touchée: dans le col de l'utérus, les adénocarcinomes sont relativement rares, significativement inférieurs en termes de fréquence du carcinome épidermoïde, tandis que dans l'endomètre, l'adénocarcinome est la variante la plus commune des néoplasies.

Parmi les tumeurs du poumon, l'adénocarcinome représente environ un cinquième des néoplasmes malins et se développe principalement dans les parties périphériques de l'arbre bronchique - les petites bronches et les bronchioles, l'épithélium alvéolaire. La dixième partie est constituée de cancers glandulaires peu différenciés - petites cellules, broncho-alvéolaires.

Un trait distinctif de l'adénocarcinome pulmonaire peut être considéré comme une métastase précoce avec une croissance relativement lente de la tumeur primitive. Cependant, lorsqu’une maladie est détectée au cours de la première étape, il est possible d’atteindre un taux de survie allant jusqu’à 80%, à condition que le traitement soit commencé à temps.

Dans le cancer de la prostate, l'adénocarcinome représente environ 95% des cas. La prostate étant une glande typique, cette fréquence de cancer glandulaire est compréhensible. La tumeur grossit plutôt lentement, parfois jusqu'à 10-15 ans, alors que la clinique peut ne pas être brillante. Cependant, une métastase précoce des ganglions lymphatiques pelviens rend la maladie dangereuse et peut affecter de manière significative le pronostic.

En plus de ces organes, l'adénocarcinome est présent dans les muqueuses mammaire, pancréatique, cutanée et orale. Types spéciaux - carcinomes hépatocellulaires et à cellules rénales, qui sont en fait des adénocarcinomes, mais ont une excellente structure, car leurs cellules ne ressemblent pas à l'épithélium glandulaire, mais à des éléments de ces organes qui constituent l'essentiel du parenchyme.

Ainsi, l'adénocarcinome est un type morphologique répandu de tumeurs de localisations très différentes. Pour trouver une indication de sa présence dans le diagnostic, vous devez faire attention au degré de différenciation, qui détermine le taux de croissance et le pronostic. La présence de métastases est également un signe pronostique important du cancer glandulaire.

Avec le diagnostic d'adénocarcinome hautement différencié en cas de traitement réussi, le taux de survie est assez élevé et atteint 90% ou plus dans certains sites de cancer. Les adénocarcinomes modérément différenciés peuvent donner une chance à la vie avec une détection précoce chez environ la moitié des patients. Les adénocarcinomes peu différenciés et indifférenciés se caractérisent par une faible espérance de vie des patients, généralement inférieure ou égale à 10-15%.

Cancer glandulaire

La nomenclature des tumeurs prévoit la séparation des tumeurs selon différents principes.

Ils sont censés les diviser en fonction des tissus à partir desquels ils se développent.

Le groupe entier des cancers glandulaires selon cette classification est uni sous le concept général d'adénocarcinome. Ce type de cancer est l’un des plus répandus en raison de ce que l’adénocarcinome est, de ce qui peut le provoquer et des symptômes typiques qui se manifestent pendant son développement et que tout adulte devrait connaître.

Étiologie et pathogenèse de l'adénocarcinome

Afin de comprendre d'où vient l'adénocarcinome et de quoi il s'agit, il faut approfondir un peu la physiopathologie des tumeurs. Le cancer glandulaire provient de la cellule glandulaire et peut donc se développer à partir du tissu pulmonaire, de l'endomètre, de l'intestin, de l'estomac, de l'œsophage, du foie, des reins, des ovaires, de l'hypophyse, de la thyroïde, du pancréas, des glandes mammaires ou des glandes sudoripares.

L'adénocarcinome est précédé d'adénome (hyperplasie bénigne des cellules glandulaires), mais aucune confirmation directe n'a été trouvée, et il a été prouvé qu'un adénome avait exactement les mêmes risques de malignité qu'un tissu absolument sain du même organe.

Dans tout organisme sain, parallèlement, la formation de cellules atypiques, qui se forment par erreur lors de la division vitale de structures cellulaires, ainsi que les processus de destruction de telles cellules malignes, coexistent toujours; deux conditions au moins sont donc nécessaires pour démarrer le processus de régénération dans un organe:

  • la présence d'un facteur déclencheur (déclencheur) provoquant une division cellulaire atypique;
  • réduction locale de l'immunité dans la zone de la lésion primaire ou de l'immunosuppression générale, ce qui permettra au cancer de se développer sans entrave. Il n'existe pas de liste unique de facteurs provoquant le cancer glandulaire, différents effets affectant différents organes différemment. Étant donné que l'adénocarcinome de l'œsophage est le plus souvent provoqué par un traumatisme, il peut être aussi chronique sous forme de consommation quotidienne de boissons extrêmement chaudes et aigu après une brûlure chimique, le cancer du foie glandulaire survient le plus souvent lors d'une infection par l'hépatite B ou C, le cancer de l'estomac est associé à un ulcère peptique. un stress chronique et des néoplasmes malins dans la prostate peuvent être formés par un changement brutal des niveaux hormonaux. Les causes courantes d'oncopathologie incluent:
  • prédisposition génétique;
  • contact prolongé avec des produits chimiques agressifs et des agents cancérigènes professionnels;
  • maladies infectieuses et inflammatoires chroniques;
  • stress prolongé ou un choc psychologique fort ponctuel.

Après le début de la division cellulaire atypique, la croissance tumorale s'accélère au fil d'une progression géométrique; le même cancer n'est pas diagnostiqué plus tôt que 2/3 du cycle de vie complet de la tumeur, ce qui laisse assez de temps pour son traitement.

Signes d'une lésion tumorale

Les symptômes classiques de la présence d'un processus de mauvaise qualité dans le corps sont la fatigue chronique, la perte de poids, les nausées, la fièvre, des douleurs d'intensité variable dans la zone des dommages.

Cependant, chaque tumeur a ses propres signes, qui la distinguent des autres. Par exemple, le cancer glandulaire de l'intestin, qui se développe, perturbe le passage des masses fécales. Les premières plaintes des patients sont une constipation chronique avec du sang dans les selles, un adénocarcinome pulmonaire.

Les symptômes de la tuberculose sont similaires et se manifestent par un essoufflement, une pneumonie et une hémoptysie. Le cancer du sein se manifeste par des sécrétions pathologiques du mamelon et une modification de la consistance du sein.

Une caractéristique des néoplasmes glandulaires est leur capacité à synthétiser tous les secrets. Les cellules tumorales de l’épithélium de diverses membranes muqueuses produisent intensément du mucus, mais lorsque la tumeur germe à partir d’un organe doté d’une fonction de production hormonale, il est possible que le statut hormonal de l’organisme soit gravement perturbé.

Les tumeurs malignes de l’hypophyse peuvent provoquer un tableau clinique d’acromégalie, d’obésité, de gynécomastie et d’autres maladies, et un cancer du pancréas peut provoquer une hypoglycémie, un diabète, un ulcère peptique et d’autres pathologies, rendant ainsi la recherche du diagnostic beaucoup plus difficile.

Certaines formes d'adénocarcinomes ont tendance à provoquer des syndromes paranéoplasiques, qui, à première vue, n'ont rien à voir avec la tumeur, mais ont en réalité une relation physiopathologique profonde.

Parfois, la paranéoplasie devient le premier symptôme de la présence d'un cancer ou détermine la sensibilité d'une personne à une maladie tumorale spécifique. Le syndrome de Peutz-Egers est un exemple de ce type de lien, dans lequel les éruptions cutanées couvertes de taches de rousseur autour de la bouche et les lèvres deviennent des précurseurs de la polypose ou du carcinome grave du tractus gastro-intestinal.

Diagnostics

Afin de poser un diagnostic précis, le patient doit parfois passer par une longue série d’études diverses, qui peuvent toutes être divisées en deux groupes principaux: le laboratoire et l’instrumental.

Commencez traditionnellement par la définition des paramètres de laboratoire des substances cliniquement pertinentes. Les tests urinaires aident en cas de localisation de la lésion primaire dans le système urinaire, un coprogramme et une analyse de sang occulte dans les selles peuvent indiquer une pathologie du tractus gastro-intestinal. Et dans le cadre d'études cytologiques sur les expectorations, le mucus du canal cervical et les frottis, les empreintes des muqueuses révèlent des cellules atypiques qui indiquent une dysplasie épithéliale sévère ou un cancer.

Tout processus tumoral affecte toujours la composition du sang, comme dans le sang périphérique, il est possible, selon les résultats de l'analyse clinique, de détecter une augmentation du taux de sédimentation des érythrocytes, une augmentation de la concentration en leucocytes et une diminution de l'hémoglobine.

En outre, le sang devient un objet merveilleux pour la détection de marqueurs tumoraux - substances spécifiques formées lors de la croissance d'une tumeur maligne. Oncomarkers ne parle pas seulement de la présence d'une tumeur dans le corps humain, mais peut aussi parfois indiquer une localisation approximative du foyer.

Les méthodes de diagnostic instrumentales sont conçues pour visualiser l’organe affecté ou pour enlever la zone du tissu affecté pour un examen histologique. Diverses techniques à rayons X peuvent être appliquées avec succès pour l'imagerie d'une tumeur, allant des rayons X et ultrasons banals à l'imagerie informatisée à émission de positons et à résonance magnétique.

Vous pouvez également voir les caractéristiques de la vascularisation du néoplasme à l'aide de l'angiographie. L'endoscopie consiste à introduire une caméra miniature dans différentes cavités du corps et à voir le cancer de vos propres yeux. Le plus important à la déclaration du diagnostic est la recherche histologique, c'est la dernière étape du diagnostic.

Traitement de l'adénocarcinome

Le traitement du cancer de toute localisation est effectué par des oncologues en collaboration avec des spécialistes de spécialités apparentées. Etant donné que le cancer glandulaire peut avoir un effet systémique sur tout le corps, l’effet de l’adénocarcinome sur celui-ci ne peut être ignoré, et le traitement de maladies concomitantes fait désormais partie intégrante du traitement.

Le traitement chirurgical accompagne presque tous les cas de cancer. Les seules exceptions sont les situations dans lesquelles une tumeur infiltre des structures vitales. Cependant, même dans ce cas, une chirurgie palliative peut être réalisée pour améliorer la qualité de vie du patient.

Dans certaines situations, il est procédé à une résection de la tumeur au sein de tissus sains, ce qui limite tout traitement, qu'il se produise avec une formation localisée de petit diamètre et en l'absence de lésion du système lymphatique.

Parfois, les chirurgiens doivent prélever un organe entier et parfois, l'opération est complétée par le retrait des ganglions lymphatiques régionaux et de la fibre proche.

En présence d’une tumeur non résécable ou tout simplement dans le cadre d’une thérapie complexe, la radiothérapie ionisante et la chimiothérapie sont utilisées avec succès. En cas de présence de petites tumeurs, la radiothérapie peut également être utilisée comme méthode de traitement indépendante (couteau gamma). Les trois méthodes sont combinées selon différents principes, en fonction du type de processus et de sa prévalence.

Des recherches actives sont en cours et d'importants progrès ont déjà été réalisés dans l'utilisation des anticorps monoclonaux dans le traitement du cancer. La technique consiste à créer des anticorps spécifiques à la tumeur qui, après leur introduction dans l'organisme, ne s'attaqueront qu'aux cellules cancéreuses.

Prévisions

Récemment, les périodes de survie et la qualité de vie des patients se sont nettement améliorées par rapport aux décennies précédentes, en raison de l'introduction de nouvelles technologies en médecine pratique et de l'augmentation du nombre de diagnostics aux premiers stades de la maladie.

Le pronostic pour les patients atteints d'adénocarcinome dépend de l'état initial et de la résistance corporelle, de l'âge, du stade et du cancer du patient. Les plus défavorables à la récupération sont considérées comme des tumeurs du foie et du pancréas, en raison de la longue période asymptomatique et des caractéristiques structurelles du parenchyme de ces organes.

Vous devez savoir que le cancer est guérissable. Il peut être très difficile d'y faire face, mais c'est tout à fait possible. Un mode de vie sain et l'accès rapide à un médecin, avec l'apparition de symptômes suspects, sont des moyens efficaces pour y faire face.

Adénocarcinome

La formation de tumeurs malignes ne doit pas être immédiatement perçue comme une condamnation à mort. Tous les cancers ne sont pas mortels. Selon les études dans le corps forment souvent des cellules cancéreuses, et même des tumeurs microscopiques. Mais grâce à l'immunité antitumorale, ils se dissolvent et meurent.

Si une tumeur est retrouvée chez des patients de n'importe quel organe, ceux-ci commencent à paniquer et décident qu'ils ont un cancer ou un cancer. Les tumeurs peuvent être de types différents, ce qui signifie que les maladies seront également différentes. On ne peut attribuer chaque tumeur à l'oncologie. Si une tumeur maligne est diagnostiquée, elle ne peut pas non plus être attribuée à une seule maladie, le cancer, et à une classe de diverses maladies oncologiques. Le cancer peut prendre diverses formes et variantes du cours.

Cependant, ce fait devrait attirer l'attention sur leur propre santé, car les tumeurs cancéreuses, par exemple le cancer glandulaire, ont tué de nombreuses personnes.

Processus de cancer

Cancer glandulaire - de quoi s'agit-il et comment survient-il? Le processus de croissance et de division des cellules jeunes est en cours pour remplacer les cellules endommagées ou anciennes. Lors de la division et de la mise à jour, des erreurs peuvent se produire, mais les mécanismes du corps les empêchent et les corrigent.

Le processus de régulation de la croissance tissulaire peut être perturbé lorsqu'un dysfonctionnement survient dans le corps sous l'influence de substances cancérogènes (substances créant des conditions propices au développement d'un cancer), de lésions (physiques, thermiques) et de conditions défavorables au fonctionnement de ces mécanismes de protection. Par exemple, il peut s’agir d’une hypoxie - manque d’oxygène dans les tissus.

Lorsque le mécanisme de contrôle de la division cellulaire tombe en panne, ils commencent à se développer et à se diviser de manière incontrôlable. Ce processus et a reçu le terme "cancer".

L’oncogenèse diffère du processus de malignité bénigne, à savoir:

  • croissance incontrôlée;
  • germination (invasion) dans d'autres tissus et organes;
  • métastases - migration des cellules cancéreuses avec la circulation sanguine ou la lymphe.

Si le cancer glandulaire est une tumeur provenant d'amas de cellules malignes, le cancer n'a pas de sang. Alors adénocarcinome, c'est quoi? Le même cancer peut avoir plusieurs noms qui peuvent confondre un patient lors de la recherche de symptômes sur Internet.

C'est important! Si vous ressentez des symptômes inhabituels, vous devriez consulter un médecin pour un examen, car il s'agit d'un adénocarcinome ou d'un cancer glandulaire. Le plus souvent, une tumeur maligne se forme dans l'estomac, dans 50 à 70% des cas - dans les régions antrale et pylorique.

Cette oncogenèse épithéliale commence à se développer dans presque tous les organes à structure glandulaire et muqueuse, mais davantage dans l'estomac, les intestins, les poumons et les glandes mammaires. Il appartient à un cancer différencié en raison d'une certaine similitude avec l'adénome. Le cancer glandulaire à l’estomac affecte souvent les hommes, qui déterminent les caractéristiques de la nutrition et qui sont liés à la profession.

Causes de l'adénocarcinome

Les causes des tumeurs malignes peuvent être associées aux facteurs suivants:

  • environnement écologique défavorable;
  • maladies infectieuses fréquentes;
  • fumer et abus d'alcool de basse qualité, bière avec poisson salé;
  • une alimentation malsaine: un excès d'aliments gras et frits, de bouillons de viande et de champignons forts, de saindoux, de viandes fumées et d'épices, de conserves et de cornichons faits maison;
  • manque d'oligo-éléments et de vitamines - nourriture vivante des jardins et des potagers;
  • prédisposition génétique au cancer.

Si l'adénocarcinome est apparu et se développe, les raisons sont les suivantes:

  • la congestion des sécrétions muqueuses dans les organes du corps et les cavités de l’estomac et son inflammation subséquente;
  • lésion bactérienne de l'estomac (Helibacter pylori);
  • ulcères chroniques, polypes, maladie de Ménétria;
  • sexe anal fréquent;
  • colite, constipation, tumeurs villeuses, fistules;
  • infection à papilomavirus;
  • contact prolongé avec de l'amiante et des produits chimiques;
  • âge avancé;
  • zone radioactive contaminée au lieu de résidence;
  • comme complication après la chirurgie, stress nerveux.

Le développement d'une tumeur maligne dans la prostate est dû à une cause génétique et à des changements hormonaux liés à l'âge, à l'obésité, à une intoxication chronique du corps par le cadmium, à un déséquilibre en éléments nutritifs et à la présence du virus XMRV.

Symptômes de l'adénocarcinome

Au stade 1, les symptômes de l'adénocarcinome ne se manifestent pas. Cela ne permet pas à la personne malade de commencer le traitement à temps. Un test d'oncologie peut être effectué par un test sanguin si le patient a accidentellement consulté un médecin pour une raison complètement différente.

Au cours de la période suivante, avec la croissance d'onco-tumeurs, des signes d'adénocarcinome peuvent apparaître sur les lieux de sa formation par douleur et ganglions lymphatiques enflés.

En troisième période, les symptômes d'une tumeur maligne avec sa croissance rapide se manifestent dans des organes et des ganglions lymphatiques spécifiques, où des métastases d'adénocarcinomes ont pénétré.

Aux derniers stades de l'adénocarcinome, les symptômes et les signes apparaissent comme suit:

  • douleur abdominale lancinante ou crampante;
  • douleur dans les selles difficiles;
  • ballonnements, constipation ou diarrhée;
  • manque d'appétit et perte de poids importante;
  • inconfort après un repas: nausées et vomissements;
  • augmentation de la température;
  • l'apparition de sang, de mucus et de pus dans les matières fécales;
  • obstruction intestinale.

Diagnostic de l'adénocarcinome

Plus le diagnostic de tumeurs malignes est diagnostiqué tôt, plus le traitement sera efficace.

  1. Recherche en laboratoire. Le laboratoire confirme le diagnostic en examinant des analyses cliniques et biochimiques du sang, de l'urine et des matières fécales. Dans les masses fécales, les traces de sang sont vérifiées, dans le sang - le niveau de leucocytes et les marqueurs tumoraux. L'histologie et les marqueurs tumoraux sont vérifiés dans les matériaux de biopsie.
  2. Radioscopie. Lors de la radioscopie avec scintigraphie par radio-isotopes, urographie excrétrice avec utilisation de baryum, urétéropélographie, la forme et l'étendue de la tumeur sont déterminées, leur localisation, les complications éventuelles.
  3. Endoscopie. À l'intérieur, les organes affectés sont examinés avec un examen endoscopique avec optique et illumination, à l'aide d'une laparoscopie, les ganglions lymphatiques, le péritoine, le foie et d'autres organes sont examinés. La méthode de sigmoïdoscopie examine l'intestin et le côlon sigmoïde. Une cystoscopie est nécessaire pour examiner la vessie. Afin d'étudier les ganglions lymphatiques rétropéritonéaux, une lymphadénoangiographie est réalisée pour confirmer le diagnostic - la coloscopie dans l'intestin.
  4. Échographie. Une échographie peut révéler, à un stade précoce, des foyers primaires, des ganglions lymphatiques élargis, l'étendue des organes affectés et l'étendue de la propagation de la tumeur à l'intérieur du mur. L'échographie est la principale méthode de détection des tumeurs malignes des reins et de la vessie.
  5. Tomographie - CT, PET. La tomographie calculée et la tomographie par émission de positons réalisent la configuration exacte des zones touchées, la direction de la métastase ainsi que la taille, l'emplacement et la nature de la carie.

Traitement de l'adénocarcinome

Le traitement des tumeurs malignes est effectué en fonction du stade, du degré de propagation et du développement général de la maladie. Le traitement le plus efficace de l'adénocarcinome avec des résultats favorables est réalisé par des opérations chirurgicales combinées à une radio et une chimiothérapie.

  • Techniques opérationnelles

Tout type de traitement par adénocarcinome nécessite une intervention chirurgicale. En tant que méthode principale, l’opération est effectuée avant et après l’achèvement du cycle de physiothérapie. Pour augmenter l'effet de la thérapie et soulager la situation après le retrait de la tumeur, Flaraxin et d'autres médicaments sont prescrits.

Dans les derniers stades de la conduite:

  • thérapie du foie - résection partielle, transplantation;
  • traitement de l'intestin - excision de pièces avec adénocarcinome;
  • retrait du rectum avec l'anus et imposition d'un anus artificiel (colonostrome);
  • ablation partielle ou complète de l'œsophage atteint, en fonction de la propagation du cancer, greffe du petit ou du gros intestin;
  • résection transurétrale (par le canal urinaire) ou complète avec plusieurs oncochagi.

Aux stades précoces, le traitement du rein est réalisé par néphrectomie partielle (résection), suivie d'une progression du cancer - néphrectomie complète et irradiation ultérieure.

  • La radiothérapie de l'adénocarcinome est réalisée après une intervention chirurgicale afin de réduire la douleur du patient, à une tumeur inopérable ou à ses métastases. En tant que méthode indépendante, l'irradiation n'est utilisée qu'en cas de contre-indication à l'opération. Pour le traitement d'autres cas, l'irradiation est introduite dans une thérapie complexe afin de réduire les métastases et la fréquence des récidives.
  • La chimiothérapie pour l'adénocarcinome est effectuée si la tumeur se propage métastiquement à d'autres organes. En tant que méthode indépendante, la chimie est effectuée si l'opération n'est pas possible ou n'a pas de sens à effectuer à un stade avancé, avec récurrence. Dans ces cas, la vie peut être prolongée à l'aide de médicaments: Doxorubicine, Ftorafura, Diyodbenzotef, 5-Fluorouracile, Bléomycine, Cispltina, insérée dans l'artère, de manière systémique et endolymphatique. Si l'adénocarcinome est déployé dans le foie et qu'il n'y a aucune possibilité de résection ou de transplantation, la préparation chimique est injectée dans la tumeur.
  • Si la tumeur germe et que la métastase commence, le traitement combiné: radiothérapie préopératoire + chirurgie + chimiothérapie postopératoire est effectué pour ralentir la croissance cellulaire, réduire le nombre de rechutes.

Aux premiers stades de l'adénocarcinome, le traitement est effectué à l'aide de méthodes innovantes modernes:

  • la laparoscopie mini-invasive, ce qui permet de ne pas violer l'intégrité du tégument externe;
  • administration ponctuelle de produits chimiques et radiothérapie ciblée pour préserver les tissus sains;
  • tomothérapie (combinaison d’un scanner et d’un scanner 3D) pour contrôler la zone de l’incision et localiser les limites du morceau d’onkotkina retiré.

Désintégration de la tumeur et de l'état du corps après

Adénocarcinome avec décomposition, quel est ce processus? Lorsqu'une tumeur se décompose, les cellules cessent de se développer et sont éliminées par l'organisme indépendamment ou après une chimie ou une irradiation. Aux stades initiaux, lorsque la métastase et la germination vers d'autres organes sont absentes, la désintégration de la tumeur peut être attribuée au traitement. Par conséquent, les oncologues s’efforcent d’accélérer le processus d’extraction des oncocytes et de le rendre sûr. Attribuer diurétique, diaphorétique et anti-tumeur.

Si le cancer est éliminé par les plaies et les lésions cutanées ulcéreuses, des poches de pus et de cellules cancéreuses peuvent se séparer en d'autres organes, entraînant des complications graves et la mort. Le foyer d'un adénocarcinome en décomposition est rapidement éliminé et une chimiothérapie est prescrite pour prévenir les métastases. Dans ce cas, les cellules en cours de désagrégation quittent la peau. Le patient doit donc nettoyer les zones ulcéreuses du cancer. En parallèle, le traitement de l'intoxication du corps lors de la désintégration de la tumeur.

Au cours de la désintégration de la tumeur et de la chimie effectuée, les changements dans le corps se manifestent par les symptômes:

  • anémie hypochrome;
  • la leucocytopénie;
  • lésions hépatiques toxiques, hépatite, lésions myocardiques;
  • trouble mental, humeur suicidaire, refus de manger et traitement;
  • psychose aiguë et autres troubles mentaux;
  • manifestations ulcéreuses sur la peau, métastases.

Avec la croissance cellulaire intrapariétale, l'estomac n'est pas élastique et est en tension. Après une petite portion de la nourriture, les symptômes se manifesteront par un gonflement et une lourdeur. Le contenu de l'estomac avec des violations sera avancé dans le duodénum.

Les stades lancés de la formation oncologique sont caractéristiques:

  • douleurs épigastriques;
  • saignements, selles noires et vomissures de "marc de café";
  • zona douleur lorsqu’il recouvre le processus des organes et du pancréas proches du corps;
  • symptômes de maladie cardiaque si la tumeur est sous le diaphragme;
  • distension abdominale et constipation - si elle a germé dans le mésentère intestinal.

Pourquoi la tumeur cesse-t-elle de se développer avant la désintégration? Les vaisseaux sanguins se forment dans une onco-tumeur de grande taille et meurent avec un manque d'oxygène. Les raisons de ceci ne sont pas connues. Les produits de désintégration, ainsi que toutes les substances toxiques, sont absorbés dans le sang et excrétés de manière naturelle avec les cellules mortes malignes du corps. En cas de désintégration défavorable de la tumeur dans le sang, une hémodialyse est effectuée après un entretien préventif.

Types d'adénocarcinomes

Les types suivants de tumeurs malignes existent:

Adénocarcinome de l'endomètre

Il peut être déterminé à un stade précoce du développement par le symptôme le plus fréquent - saignement utérin (90%), tumeur dense et palpable dans la cavité péritonéale inférieure, par symptômes généraux (10%), faiblesse, fatigue, douleur dans le bas ventre (sous le pubis).

L'adénocarcinome de l'endomètre est un cancer de l'utérus dans 75% des cas. Oncoopuchol est détecté tôt, il est donc plus facile à traiter et la survie est meilleure.

La fréquence du diagnostic par étapes est la suivante: I - 73%, II - 12%, III - 12%, IV - 3%. Le pronostic de survie à 5 ans est de 75%.

Une néoplasie se développe en raison de: l'obésité, l'infertilité, la ménopause tardive, le diabète sucré, l'exposition non contrôlée et prolongée à l'œstrogène, la prise de contraceptifs oraux, y compris le tamoxifène.

Adénocarcinome mucineux

Formation maligne consistant en amas d'épithélium et en plaques de mucus en forme de coupe - mucine extracellulaire. Il s'agit d'une oncogenèse rare avec des frontières mal définies et une surface de couleur blanchâtre-grisâtre. Contient des cavités kystiques en quantités énormes, remplies d'une substance visqueuse semblable à une gelée.

Selon les études histologiques, les cancers mucineux incluent les cellules et les nids néoplasiques, dont les formes ne sont pas clairement exprimées. Les cellules nagent dans le mucus mucineux, le tissu conjonctif sert d'îlot entre elles. Par conséquent, les cellules peuvent être cylindriques, cubiques ou autres de forme irrégulière avec des noyaux hyperchromiques au centre.

Les tumeurs ont également tendance à former des groupes où apparaissent des lumières secondaires ou des structures incomplètes ressemblant à des conduits. Il est plus commun dans l'intestin. En raison de la grande quantité de mucus, du manque de sensibilité aux radiations, le pronostic est moins favorable (45 à 62%). Le cancer est sujet à la récurrence, les métastases à l'UL régionale.

Adénocarcinome acineuse

Il existe de petites et de grandes tumeurs acineuses. L'adénocarcinome de Small-atsinarna prend naissance dans les lobes de la prostate (acini). Ils sont séparés par des écrans musculaires. Le secret s'accumule dans les lobules et sort par les canaux de sortie. Il diffère d'une grosse tumeur par l'oncogenèse.

Il est impossible de remarquer des changements dans les tissus, même après analyse, sauf pour une biopsie. Avec la croissance de la tumeur, la zone touchée est recouverte de vésicules, d'organes proches: la prostate, les problèmes urinaires et digestifs sont à risque d'infection. Le cancer peut se propager à l’ensemble du corps, les métastases à la région abdominale et aux ganglions lymphatiques.

Les adénocarcinomes se présentent sous trois formes, en fonction du lieu de leur développement:

  • la première forme ne s'étend pas au-delà de l'adénome;
  • la seconde forme touche la prostate et les nodules bénins;
  • La troisième forme est située dans le noeud adénomateux.

Adénocarcinome à petit acide

Il survient dans 90 à 95% des cas. Très rarement, les hommes souffrent d'adénocarcinome de la prostate à gros acineux.

L'évaluation de la tumeur est réalisée selon Gleason:

  • G1 - dans la composition de la tumeur sont de petites glandes monotones de petite avec la présence de noyaux presque non modifiés;
  • G2 - les glandes se sont déjà accumulées dans la tumeur, sont proches les unes des autres, mais il n'y a toujours pas de séparation du stroma;
  • G3 - la tumeur est déjà composée de glandes de différentes tailles, pénétrant dans le stroma et les tissus du voisinage;
  • G4 - la tumeur est composée de cellules très anormales pénétrant dans les tissus et les organes environnants;
  • G5 - une tumeur de cellules anormales atypiques indifférenciées se comportera comme une couche (couche).

Les tumeurs peuvent attribuer 2 ou plus gradations de 5, mais seules les deux plus grandes additionnées s'additionnent, par exemple 1, 3 et 5 gradations de l'adénocarcinome de la prostate ont été attribuées. Ajouter 3 + 5 = 7. Le nombre de points permet de prédire l'évolution de la maladie, la propagation des métastases et le pronostic (en général, il diminue).

Adénocarcinome à cellules claires

L'oncose épithéliale affecte les organes génito-urinaires de la femme et constitue une tumeur rare très maligne et de mauvais pronostic. Il est également appelé cancer mésonéphrome, mésonéphroïde, mésonéphral, ​​mésonéphrogénique. La maladie est peu étudiée, elle a donc une incidence sur les méthodes de traitement et les résultats à suivre.

Basé sur une étude macroscopique, l'adénocarcinome peut prendre la forme d'un polype, constitué de différentes cellules: polygonale avec cytoplasme abondamment glycogénéisé, noyau central ou excentrique, cellules de type clou et polygonale avec cytoplasme oxyphile, cellules aplaties.

Selon l'étude histologique, la structure des tumeurs oncologiques est constituée de cellules tubulaires-kystiques, papillaires ou solides dans différentes combinaisons. La mucine s'accumule dans la lumière des glandes. Hyalinisation stromale est observée - l'accumulation de matériau membranaire. Les tumeurs se reproduisent et se métastasent dans le péritoine supérieur, les poumons et le foie.

Adénocarcinome papillaire ou papillaire

Une tumeur papillaire a des excroissances papillaires faisant saillie dans la lumière de la glande ou de la cavité kystique. C'est pourquoi on l'appelle aussi papillaire. Le processus malin commence par la formation de structures de papilles dans le liquide. La formation papillaire se produit avec une structure diverse, atteint différentes tailles et affecte n'importe quel organe, mais plus souvent la thyroïde, les ovaires et les reins. L'adénocarcinome papillaire de la thyroïde est également appelé carcinome à cellules cylindriques. Il est fréquent chez les femmes d'âge moyen, souvent chez les enfants. Les sections d'onco-tumeurs sont souvent confondues pour l'adénome papillaire (papillaire).

Les préparations histologiques ont un vagi papillaire dans les gros follicules. Le parenchyme tumoral des grandes tailles se rencontre. Il s'agit d'un épithélium très cylindrique présentant des signes d'atypie et un polymorphisme avec chiffres de la mitose et de grands noyaux hyperchromiques.

Des vacuoles résorbées dans un colloïde liquide se retrouvent dans les cavités des follicules entre les papillaires. Les tumeurs de la glande thyroïde ont un tissu conjonctif médiocre ou peu développé.
Le cancer papillaire se compose souvent de corps psammotiques, dont la structure comprend des masses basophiles calcifiées, qui ne se retrouvent jamais dans les adénomes papillaires et que l'on trouve rarement dans d'autres formes d'adénocarcinome de la glande thyroïde.

Les tumeurs oncologiques papillaires ou papillaires se métastasent dans les ganglions lymphatiques situés dans les ganglions lymphatiques et très rapidement dans les os et les poumons. La taille des métastases, ainsi que le degré de différenciation de la tumeur en eux, peut dépasser la tumeur primitive. D'après une étude macroscopique, ils se présentent sous la forme d'une boule de couleur bleu-brun et de consistance élastique, à structure cystocapillaire. Le tissu lymphoïde peut rester sous la capsule au centre du noeud, mais il peut être absent.

Adénocarcinome folliculaire

Cellule tumorale folliculaire de cellules A, cellules folliculaires - la deuxième en fréquence après une tumeur thyroïdienne papillaire (papillaire). Il se développe rapidement et métastase hématogène. Les deux types d'adénocarcinomes sont divisés en un groupe séparé, puisqu’une biopsie par ponction est réalisée pour examen cytologique: le contenu est prélevé sur le nœud sous le contrôle du faisceau ultrasonore.

Est important. Si plus de cellules folliculaires sont trouvées au microscope, le néoplasme folliculaire est trouvé, si les papilles (cellules papillaires), la formation papillaire est trouvée. L'absence de recherche cytologique est l'incapacité de détecter la malignité des cellules. Les adénocarcinomes folliculaires sont 10 fois moins fréquents et plus souvent bénins.

Il est constitué de follicules thyrocytaires (cellules du tissu thyroïdien). Leur masse est enfermée dans une capsule de tissu conjonctif. Il ne se développe pas dans la capsule, les vaisseaux et les tissus adjacents, il ne contribue pas à la production d'hormones thyroïdiennes. En l'absence de symptômes, il peut être vu par hasard avec une échographie.

Les grosses tumeurs contractent les tissus et affectent le travail de l'œsophage, de la trachée, des vaisseaux sanguins et du tronc nerveux. Ils perturbent la respiration, la déglutition, la circulation du sang et provoquent des douleurs lorsqu'un nerf est comprimé.

Une tumeur folliculaire maligne est dans une capsule sans limites claires.

Adénocarcinome séreux

Se produit dans les ovaires, dans un ou les deux. Le fluide séreux produit est similaire au fluide sécrété par l'épithélium des trompes de l'utérus. Une tumeur consiste en une structure kystique à plusieurs chambres et peut atteindre des dimensions gigantesques.

Avec la croissance active de l'onco-tumeur, la capsule se développe, se métastase à d'autres organes et affecte fortement le plus grand omentum. En raison de cette importante dépréciation et des fonctions de protection de la glande sont violées. Cela conduit à des dysfonctionnements dans les systèmes digestif et circulatoire. Les métastases pénètrent dans toutes les couches du péritoine, développant une ascite (accumulation de liquide dans le péritoine) ou une hydropisie (nom populaire). Le cancer séreux représente 75% des cancers épithéliaux de l'ovaire.

Adénocarcinome invasif

L'adénocarcinome invasif est diagnostiqué dans de nombreux organes:

  • glande mammaire;
  • zone de transition vaginale dans l'utérus;
  • l'utérus et le col utérin;
  • bronches alvéolaires;
  • intestin, plus souvent - dans le côlon.

Les symptômes dépendent de l'emplacement de la luxation invasive de l'adénocarcinome, mais les symptômes caractéristiques courants sont les suivants: douleur, saignement des voies génitales ou de l'anus, odeur désagréable, miction fréquente, constipation, lésions des ganglions lymphatiques, formation de fistules, intoxication du corps lors de la désintégration des tumeurs, exsudat séreux du mamelon sang dans une tumeur du sein.

Types d'adénocarcinome sur le lieu de formation

Adénocarcinome du sein

Adénocarcinome du sein - se développe à la suite d'une dégénérescence maligne de l'épithélium glandulaire.

Vous pouvez reconnaître une tumeur à ses symptômes:

  • changements de couleur de la peau sur des zones individuelles du sein
  • changer la forme et la taille de la poitrine;
  • le mamelon devient creux;
  • la glande gonfle et des écoulements muqueux, purulents et sanglants quittent le mamelon;
  • les ganglions lymphatiques supraclaviculaires et sous-claviers sont élargis;
  • apparaissent dans les derniers stades de la douleur dans la région de la tumeur.

Les facteurs aggravants de la formation d'onco-tumeurs sont:

  • gène héréditaire;
  • manque d'hormones sexuelles ou violation de leur contenu dans le corps de la femme;
  • fin de la première grossesse et de l'accouchement;
  • la menstruation précoce et la puberté;
  • infertilité et ménopause précoce;
  • abus de doses de médicaments hormonaux;
  • mastopathie de la fibrose kystique, tumeurs bénignes;
  • développement congénital anormal de la glande;
  • abus de dépendance;
  • nourriture malsaine.

La tumeur peut être ressentie dans l'épaisseur de la glande mammaire, changer de forme, augmenter le LN sous les aisselles, sous et au-dessus de la clavicule, modifier la forme du mamelon avec libération simultanée d'une substance sanguine-purulente. La glande est douloureuse et enflée aux derniers stades.

Adénocarcinome de l'œsophage

Deux types de cancer peuvent se développer dans l'œsophage:

  • carcinome épidermoïde - à partir de cellules épithéliales de la membrane muqueuse;
  • adénocarcinome de l'œsophage - à partir des cellules des glandes ou de la membrane muqueuse de la partie inférieure de l'œsophage lorsqu’il change en fonction de la métaplasie intestinale.

Les patients se plaindront de l'apparition de: douleur lors de la déglutition et au centre du sternum, vomissements sous forme de café moulu ou avec des traces de sang, toux constante entraînant une perte de voix, des selles noires et une perte de poids.

Adénocarcinome du foie

Adénocarcinome du foie. Ici, il se développe, à la fois primaire et secondaire. Le principal est d'apparaître et de former à partir d'une cellule à l'intérieur du foie. Secondaire est une tumeur qui se développe à partir de métastases. C'est plus commun.

Le risque de développer une tumeur primitive augmente avec:

  • infections passées: hépatites B et C;
  • cirrhose ou dommages au foie (cicatrices);
  • alcoolisme chronique;
  • hémochromatose héréditaire avec augmentation du taux de fer dans le sang.

Les symptômes caractéristiques apparaîtront: douleur dans l'abdomen, nausée, perte de voix et d'appétit, ascite dans la cavité abdominale et gonflement des pieds et du bas des jambes. La peau, comme la sclérotique des yeux, devient jaunâtre.

Adénocarcinome de la vessie

Adénocarcinome de la vessie. Apparaît à la suite d'une mutation des cellules épithéliales due à la sécrétion stagnante des glandes muqueuses et à une inflammation. Les principaux signes de l'adénocarcinome sont l'urine avec des éléments sanguins, la dysurie (difficulté à uriner par le canal d'éjection), des douleurs au niveau du pubis et du bas du dos, un gonflement des jambes dû à une mauvaise circulation de la lymphe.

Adénocarcinome intestinal

L'adénocarcinome de l'intestin peut survenir dans n'importe quelle partie de celui-ci, atteindre une taille énorme, pénétrer profondément dans la paroi intestinale, métastaser aux ganglions lymphatiques régionaux. Le cancer de l’intestin est dangereux car il peut être transmis génétiquement, c’est-à-dire hérité. Sexe et aéroporté ou à travers l'opération, il n'est pas transmis.

Le risque de maladie est augmenté par des facteurs tels que:

  • des aliments avec une petite quantité de fibres, des plats de fruits et légumes et une prédominance de matières grasses, des produits riches en farine;
  • plus de 50 ans;
  • contact avec des produits chimiques et de l'amiante;
  • conditions stressantes, constipation sur le fond des hémorroïdes, colite;
  • intoxication du corps par la chimie et les médicaments;
  • polypes et fistules dans l'intestin;
  • papillomavirus et le sexe anal.

Adénocarcinome de l'intestin grêle

L'adénocarcinome de l'intestin grêle est rare. Il se développe directement à partir de ses tissus, se propage à n’importe quel organe et à LU. L'intestin grêle sous forme de boucles occupe beaucoup de place dans le péritoine, ce qui rend difficile l'examen avec des instruments. Il n'y a pratiquement pas de symptômes spécifiques aux premiers stades de l'adénocarcinome, le patient reçoit donc un traitement aux derniers stades, ce qui réduit le pronostic de survie. Une tumeur peut survenir dans n’importe quelle partie de l’intestin grêle: duodénum, ​​jéjunum et iléon.

Adénocarcinome du colon

L'adénocarcinome du colon survient à tout âge, y compris chez les enfants. En présence d'aliments végétaux prédominants dans le régime alimentaire, le contact des cancérogènes avec la membrane muqueuse est réduit, leur absorption est réduite. Par conséquent, la fréquence des lésions cancéreuses du côlon est réduite, ce qui ne peut pas être dit pour la constipation en raison d'une alimentation déséquilibrée et malsaine.

L'adénocarcinome affecte le côlon sigmoïde dans 50% des cas de cancer du côlon, à l'aveugle - dans 15% des cas, le côlon ascendant - dans 12% des cas. Dans la courbure droite, la tumeur se forme dans 8% des cas, dans le côlon transverse - dans 5% des cas, dans la courbure gauche - 5%, dans le côlon descendant - dans 5% des cas.

Dans les ampoules du rectum, un adénocarcinome survient dans 73,8% des cas, dans la partie nadampulaire dans 23,3% et dans la partie anale dans 2,9% des cas. Le gros intestin est affecté dans la membrane muqueuse. La tumeur capture le mur intestinal à une distance de 1-2 ou 4-5 cm.

Les sécrétions pathologiques sont des symptômes essentiels du cancer du côlon. À savoir: sang, mucus et pus dans les selles lors de la défécation.

Adénocarcinome Cécal

L'adénocarcinome du caecum est difficile à déterminer. Le caecum ressemble à une poche qui continue l'appendice. Le cancer du caecum est difficile à détecter avec la rectomanoscopie flexible, car la procédure ne montre que la région antérieure du côlon. Dans le caecum, il peut y avoir des polypes et autres néoplasmes suspects, et les onco-tumeurs occupent 6 à 20% des cancers du côlon.

La tumeur peut germer toutes les couches de la paroi, se développer dans la boucle de l'iléon et infiltrer toutes les couches de la paroi du péritoine.

L'adénocarcinome peut se cacher derrière les symptômes d'une appendicite aiguë ou chronique. Il se développe lentement et des métastases distantes peuvent survenir tardivement dans l'UL et le foie, ce qui augmente le pronostic de récupération.

Adénocarcinome du colon sigmoïde

L'adénocarcinome du côlon sigmoïde est dangereux en l'absence de symptômes au début de l'oncogenèse. Le côlon sigmoïde, faisant partie du côlon, est situé dans l'abdomen inférieur gauche. Il continue le côlon, plie et pénètre dans le rectum.

Avec le passage de la prophylaxie, un adénocarcinome peut être détecté aux premiers stades des recherches en laboratoire et débuter un traitement précoce. La symptomatologie se manifeste aux derniers stades de la dégradation des selles, des douleurs abdominales, de la faiblesse, des nausées, de la peau pâle, de la perte d’appétit, de la modification des habitudes gustatives et de la perte de poids. Courir le cancer sigmoïde réduit les taux de survie.

Adénocarcinome de la glande thyroïde

L'adénocarcinome de la glande thyroïde n'est pas encore complètement compris. L'hérédité, la sensibilité de la thyroïde à une écologie défavorable, des productions nocives, des précipitations avec des émissions nocives jouent un rôle important dans son développement. La fonction thyroïdienne est altérée en raison d'une carence en iode. L'adénocarcinome (cancer) de la glande thyroïde est divisé en folliculaire, papillaire et médullaire. La structure de ces sous-espèces est différente, car le développement a eu lieu à partir de cellules différentes. La biopsie et l'examen histologique peuvent montrer leur différence et leur structure.

Adénocarcinome pulmonaire

L'adénocarcinome des poumons, en tant que type morphologique le plus fréquent de cancer du poumon, se développe à partir de l'épithélium glandulaire malin des alvéoles et des bronches et se manifeste par une toux. Dans le même temps, une grande partie des expectorations sont sécrétées, accompagnées d'hémoptysie, de douleurs thoraciques, d'essoufflement, d'une augmentation du nombre de ganglions lymphatiques et d'une faible fièvre.

Les rayons X, le scanner et la bronchoscopie des poumons, ainsi que l'étude morphologique du matériau peuvent révéler la tumeur. L'adénocarcinome progresse rapidement et sa taille double. Onco-tumeur est plus susceptible de se produire non pas à cause du tabagisme, mais de l'inhalation passive de nicotine, de radon, de poussière et de substances cancérogènes volatiles. L'abestose et la pneumonie, virus affectant l'épithélium des bronches, augmentent le risque de cancer. Et aussi un traitement hormonal à long terme pour les néoplasmes pulmonaires bénins, la MPOC. L'hérédité est importante dans le développement de l'adénocarcinome.

Adénocarcinome Pancréatique

L'adénocarcinome du pancréas peut être dû à une lésion du génome de cellules normales. Ils mutent et se multiplient agressivement sans raison apparente. Aujourd'hui, les causes génétiques du cancer, la pancréatite chronique, le diabète, la cirrhose du foie, les complications après l'ablation de la partie pathologique de l'estomac sont considérées comme des causes. Toutes les habitudes destructrices, y compris la malbouffe et l'inactivité physique, ont des effets néfastes sur le pancréas, ce qui aggrave le processus métabolique. Des produits chimiques tels que l'amiante, l'acétylaminofluorène, la benzidine et la naphthylamine ont un effet cancérigène sur le pancréas et augmentent le risque de maladie.

Adénocarcinome de la peau

Les adénocarcinomes cutanés sous la forme d'un petit nodule dense saillant au-dessus de la peau constituent un type rare de cancer qui affecte les glandes sudoripares et sébacées. Cancer sujet aux ulcérations, saignements. Il capture les tissus environnants dans le processus inflammatoire.

L'adénocarcinome de la peau doit être différencié des autres cancers et de la cellulite. Dans le diagnostic, un examen cytologique de la biopsie des rayons LN et X est réalisé afin de détecter les métastases de l'adénocarcinome.

Le traitement principal de l'adénocarcinome cutané est considéré comme l'ablation chirurgicale de l'oncogenèse et des sites cutanés enflammés. La radiothérapie est utilisée en cas de refus de l'opération ou d'incapacité à retirer une partie de la tumeur pour plusieurs raisons. Après la chirurgie, une chimiothérapie est prescrite. Aux stades ultérieurs, cela peut être inutile et n'augmente pas le pronostic de survie.

Adénocarcinome de l'estomac

L'adénocarcinome de l'estomac est la tumeur la plus couramment cuite avec des conséquences létales en raison de:

  • carence dans l'alimentation des fruits et légumes, des vitamines et des micro-éléments;
  • excès d'aliments gras et lourds, frits, épicés et fumés;
  • consommation d'alcool, tabagisme, drogues;
  • prédisposition génétique;
  • intervention chirurgicale: résection gastrique;
  • reflux gastrique et duodénal;
  • lésions de la microflore gastrique par la bactérie Helicobacter pylori, ce qui entraîne des modifications histologiques et une dysplasie tissulaire.

L'adénocarcinome gastrique est classé selon Borman et on distingue les formes de cancer suivantes:

  • cancer polypeux de l'estomac (5-7%) avec un pronostic favorable;
  • carcinome ulcératif sous la forme d'un petit ulcère arrondi. Une prévision réussie est indiquée dans un cas sur trois;
  • carcinome ulcératif partiel - éducation, dont une partie est affectée par un ulcère, une partie de celle-ci a germé plus profondément dans le tissu et s'est métastasée aux organes et à l'UL;
  • cancer scyrrotique, qui se développe dans la paroi de l'estomac et affecte de grandes surfaces, ce qui affecte négativement ses fonctions motrices. Cette tumeur est mal séparée lors de la chirurgie.

Lorsque l'adénocarcinome de l'estomac se manifeste par des symptômes courants tels que vomissements inexpliqués de sang, manque d'appétit, perte de poids, douleur dans la région épigastrique, lourdeur à l'estomac, état dépressif.

Adénocarcinome du col utérin

L'adénocarcinome du col utérin se forme dans les couches de l'endocol. Diagnostic difficile et pronostic défavorable d'études histologiques, mais non cliniques. L'oncogenèse atteint une taille importante, de sorte qu'ils ne peuvent pas avoir une sensibilité élevée au rayonnement, de sorte que les rechutes se produisent fréquemment.

Méthodes combinées de traitement de l'adénocarcinome cervical: la chirurgie et l'exposition radiologique augmentent le taux de survie des patients.

Adénocarcinome de l'utérus

L'adénocarcinome de l'utérus désigne un néoplasme provenant des cellules de la couche interne (endomètre) de l'utérus en raison d'obésité, de diabète, d'hypertension, de taux élevés d'hormones féminines - œstrogènes génitaux, infertilité, cancer du sein et traitement prolongé par le tamoxifène.

Les femmes peuvent ressentir des douleurs dans le dos en l'absence de menstruation, des saignements abondants pendant les menstruations. La tumeur est capable de pénétrer profondément dans le tissu, le rendant difficile à diagnostiquer. Le traitement est effectué rapidement en utilisant un rayonnement radiologique.

Adénocarcinome vaginal

L'adénocarcinome vaginal est une pathologie maligne rare due à l'adénose vaginale. Les examens endoscopiques montrent une tumeur sous la forme d'une collection de cellules avec des bandes lumineuses formant un cytoplasme brillant. Le glycogène se dissout dans les cellules et le noyau reste expressif. Sur les cellules visibles des kystes ou des tubules: plates, cylindriques ou en forme de clou de girofle à noyau d'oignon.

Dans le diagnostic de l'adénocarcinome, ils se différencient de l'adénose vaginale et de l'hyperplasie hyperglastique. Traitement du cancer du vagin, radiothérapie, annexion bilatérale, lymphodénectomie pelvienne, vagiectomie. La tumeur se propage à la LU. Lorsqu'ils sont détectés à un stade précoce, en raison de la petite taille des nœuds et de l'invasion peu profonde, l'absence de métastases dans les nœuds régionaux augmente les chances de survie.

Adénocarcinome ovarien

L'adénocarcinome ovarien (cancer de l'ovaire) est un type rare d'oncologie (3%) des cellules épithéliales. Il est défavorable et a un pronostic de survie faible. Les paramètres morphologiques de l'adénocarcinome à cellules claires ne sont pas complètement compris, ce qui empêche un diagnostic complet sur le plan clinique, le choix du traitement correct et adéquat. En raison des symptômes atténués, le diagnostic n’est confirmé qu’à 3 ou 4 stades de la maladie. L'adénocarcinome à cellules claires présente une faible sensibilité à la chimie, y compris aux préparations contenant du platine. Par conséquent, la chirurgie est le type principal de traitement, dans lequel la tumeur est complètement enlevée, ou une partie de celle-ci.

Adénocarcinome de la prostate (prostate)

L'adénocarcinome de la prostate affecte négativement la puissance, la libido et l'érection des hommes, réduit la vie sexuelle de 10 à 15 ans. Onkoopukhol avec la croissance crée des problèmes d'uriner (besoin fréquent et faible flux), provoque une traction ou une douleur aiguë dans la prostate. Il y a du sang dans l'urine ou le sperme. Les méthodes modernes permettent de détecter les stades précoces de la tumeur. Ils empêchent la destruction de la capsule de la prostate et des métastases. Après l'opération, la maladie peut réapparaître.

Adénocarcinome testiculaire

Adénocarcinome testiculaire (cancer du testicule) - se développe rarement (9%) et commence par un fibrome bénin, un lipome, un dermoïde ou un ostéome. Les trois principaux groupes de tumeurs oncologiques comprennent:

  • épithéliales (adénocarcinomes et séminomes);
  • hétérotypique (tératome, tératoïde et chorionépithéliome);
  • sarcome du tissu conjonctif.

Les testicules gauche et droit sont touchés également. L'adénocarcinome se produit négativement. Les métastases et la cachexie entraînent la mort des patients. Le pronostic sera plus optimiste avec la reconnaissance précoce de l'oncologie et le retrait du testicule avant l'apparition des métastases.

Adénocarcinome rénal

Adénocarcinome rénal (cancer du rein) - est répandu, de même qu'un histotype oncologique. Se produit également à droite ou à gauche, plus souvent chez les hommes de 40 à 70 ans. La pathologie n’est pas complètement comprise, les maladies deviennent des facteurs prédisposants:

  • pyélonéphrite;
  • thunderuronéphrite;
  • après des blessures;
  • après exposition chimique, sous forme d'amines aromatiques, de nitrosoamines, d'hydrocarbures;
  • après rayonnement X;
  • liés au tabagisme;
  • hypertension, obésité.

Adénocarcinome surrénalien

L'adénocarcinome surrénalien progresse dans ses cellules et perturbe la production d'hormones importantes: les glucocorticoïdes, qui protègent le corps contre le stress, et les aulthérones, qui contrôlent la pression. Le cancer de la surrénale est une maladie extrêmement rare, mais peut survenir à tout âge. Métastases précoces dans le sang et la lymphe. Les cellules cancéreuses pénètrent dans les poumons et les os

Les symptômes se manifestent souvent par une surabondance de certaines hormones, des maux de tête, des changements brusques de pression, du diabète, de l'ostéoporose, des modifications du timbre de la voix et de l'apparence des poils du visage chez la femme et un gonflement de la glande mammaire ou des organes génitaux chez l'homme. Il y a une douleur dans le bas-ventre, une faiblesse générale, une perte de poids soudaine.

Le traitement combine traitement chirurgical, chimie et radiothérapie. Les glandes surrénales sont souvent retirées et les tissus entourant la tumeur et les ganglions lymphatiques sont excisés.

Adénocarcinome de Meibomius

L'adénocarcinome de Meibomius est un cancer spécifique de l'œil, puisqu'il n'y a plus d'analogue de la glande de Meibomius dans le corps. Les néoplasmes, semblables aux papillomes, se développent dans la zone conjonctive. Ensuite, les symptômes de l'adénocarcinome des yeux se manifestent par un changement de la forme des plaques cartilagineuses.
Des bouchons se forment parfois à la bouche des glandes de Meibomius. Ensuite, la kératite et la conjonctivite seront permanentes, car ils ne peuvent pas être guéris avec des médicaments ordinaires.

La pathologie se propage dans l'orbite de l'œil et affecte les UL régionales sous la mâchoire et près des oreilles. Un écoulement lymphatique anormal vers les ganglions lymphatiques cervicaux peut survenir.

Analyse histopathologique requise des échantillons de tissus. La biopsie et la ponction réalisées à temps et l'opération réalisée peuvent sauver la vie du patient. Après avoir mené une thérapie combinée, chimique ou radiographique. L'adénocarcinome a tendance à se reproduire.

Adénocarcinome de la glande salivaire

Les adénocarcinomes de la glande salivaire sont fréquents et touchent les tissus et les nerfs du visage, provoquent une parésie des muscles, provoquent des douleurs. La métastase atteint l'UL, la colonne vertébrale et les poumons, ce qui peut être vu sur une échographie, une radiographie et détectée par des tests de laboratoire.

Le traitement du cancer des glandes salivaires implique l'ablation chirurgicale de la glande avec les tissus environnants. Avant l'opération, effectuez une irradiation. La chimiothérapie est considérée comme inefficace et rarement utilisée.

Adénocarcinome du mamelon de Vater

L'adénocarcinome de la papille noire est un groupe de tumeurs situées à un endroit du développement, mais d'origine différente. Le canal biliaire distal est le siège du cancer, mais peut atteindre le duodénum. Se produit à partir de l'épithélium du flux pancréatique ou à la suite de la dégénérescence de la cellule glandulaire dans le pancréas.

La tumeur est petite, mais métastase tôt à l'UL, au foie et à des organes distants. La cause du cancer n'a pas été découverte, mais ils sont attribués à la polypose héréditaire et aux mutations du gène K-ras.

Les symptômes surviennent:

  • indigestion, nausée, vomissement et perte de poids;
  • jaunisse chronique avec prurit;
  • attaques douloureuses au sommet de l'abdomen;
  • maux de dos dans les derniers stades;
  • augmentation de température déraisonnable;
  • sang dans les selles.

Adénocarcinome hypophysaire

L'adénocarcinome de l'hypophyse n'est pas complètement compris. La glande pituitaire est impliquée dans la production d'hormones complexes afin que le corps puisse fonctionner normalement. Une onco-tumeur se forme dans le lobe antérieur de l'hypophyse et perturbe tous ses travaux sur la création d'hormones, y compris celles responsables du métabolisme. La tumeur se développe rapidement et métastase à la moelle épinière et au cerveau, aux os, au foie et aux poumons. Le cancer perturbe tout le travail du corps, les hormones. Il affecte les adénomes hypophysaires hormonalement actifs et inactifs et est difficile à traiter.

Les étapes de l'adénocarcinome

Les stades cliniques des tumeurs malignes déterminent le schéma thérapeutique pour les patients:

  1. adénocarcinome stade 1: une tumeur dans le corps, pas de métastases. Vous pouvez effectuer une résection ou une chirurgie. Le pronostic est élevé - survie de 70 à 90% sur 5 ans;
  2. Adénocarcinome de stade 2: tumeur dans l'organe, métastases dans les lymphomes régionaux. L'examen histologique montre une micro-invasion de la "capsule" et du LU. Vous pouvez opérer et résection de la tumeur. Peut-être son élimination incomplète. La prévision pour 5 ans va jusqu'à 50%;
  3. adénocarcinome stade 3: atteint une taille importante. Il se développe au-delà des limites de l'organe dans d'autres tissus et organes et détermine les métastases dans les lymphomes régionaux. On note souvent la non résécabilité d'une tumeur. Pour 5 ans, la prévision est réduite à 15-20%;
  4. adénocarcinome stade 4: notez l'inopérabilité d'une tumeur de toute taille, métastase - régionale et distante. Le pronostic de l'adénocarcinome est faible - 8-12% pour 5 ans.

Étant donné que l'adénocarcinome se produit dans de nombreux organes, les stades et le pronostic auront des différences.

Adénocarcinome différencié

L'adénocarcinome hautement différencié se développe à partir des cellules épithéliales de la couche supérieure de la peau, ainsi que de la paroi interne des organes, tels que la vessie, l'utérus, l'estomac, les intestins et d'autres organes. Adénocarcinome hautement différencié - est une forme bénigne de cancer qui répond bien au traitement.

L'adénocarcinome modérément différencié occupe une position intermédiaire entre la tumeur différenciée haute et la tumeur différenciée basse. Elle affecte souvent le rectum, le colon et le côlon sigmoïde, les poumons, l'utérus et l'estomac chez des personnes de différents âges.

L’adénocarcinome de bas grade rend impossible l’établissement de son origine et de sa structure, c.-à-d. déterminer quels cellules et quels tissus des organes internes sont devenus une source de croissance tumorale. Elle se caractérise par un développement agressif et son invasivité est très élevée.

L'adénocarcinome indifférencié (ou indifférencié) est constitué de cellules primitives non différenciées (anaplasie). Il se transforme en malin et a une forte activité proliférative.

Par exemple, l'adénocarcinome de l'endomètre hautement différencié est le plus courant, il progresse sur la base de l'épithélium glandulaire. Le polymorphisme est faiblement exprimé: il n'y a pas de différence significative dans la structure de la cellule tumorale de celle en bonne santé.

L'adénocarcinome à cellules claires hautement différencié de l'endomètre est un type très rare de tumeur de ce type. Il est constitué de cellules homogènes dont la forme et la taille sont identiques. Après traitement chirurgical, chimie et radiothérapie, les patients dans 90% des cas surmontent une période de survie de 5 ans.

L'adénocarcinome de l'endomètre modérément différencié a des cellules de polymorphisme plus élevé. Ils subissent des modifications qui provoquent un cancer de l'utérus, des tissus musculaires ou des muqueuses. Affecte davantage l'adénocarcinome (tumeur) modérément différencié en tant que type d'adénocarcinome hautement différencié. Plus de cellules sont impliquées dans la pathologie dans laquelle la mitose active se produit - division cellulaire. L'adénocarcinome du degré modéré de différenciation des ganglions lymphatiques des ganglions pelviens se propage. Les métastases lymphatiques sont présentes dans 9% des cas. Chez les filles de moins de 30 ans, elles peuvent ne pas l'être.

L'adénocarcinome de bas grade de l'endomètre est le plus dangereux, car il provoque rapidement des métastases et est difficile à traiter. Les cellules sont formées en bandes ou en masses de forme irrégulière. Le polymorphisme est prononcé. La malignité se produit dans l'utérus: il se forme des tissus susceptibles de subir des modifications pathologiques.

Prévention de l'adénocarcinome

Avec un dépistage régulier, il est possible de détecter un adénocarcinome à un stade précoce et de le traiter. Bien entendu, une alimentation saine n'irrite pas le système digestif et n'élimine pas le développement de cancers dans l'estomac et les intestins. Le reste de la microflore fournira des produits d'acide lactique, aidera les micro-organismes symbiotiques du gros intestin à dégrader les fibres des aliments à base de légumes et de fruits.

Vous devez maintenir un poids corporel optimal, faire de l'exercice, éviter les situations stressantes et le contact avec des substances cancérogènes.

A Propos De Nous

Chaque année, un nombre croissant de personnes ont identifié une maladie aussi dangereuse que le cancer de l'estomac. Cette pathologie est une tumeur maligne qui se développe à partir de la muqueuse gastrique.