Cancer de la peau: types et symptômes de pathologie, méthodes de traitement et pronostic de survie

Le cancer de la peau est l'un des cancers les plus répandus dans le monde. En Fédération de Russie, cette pathologie représente environ 11% de l’incidence totale et, au cours de la dernière décennie, la tendance à la hausse du nombre de cas nouvellement diagnostiqués a été persistante dans toutes les régions.

Le mélanome est la forme de cancer de la peau la plus maligne et le moins pronostique. Heureusement, d'autres types d'oncodermatoses sont souvent diagnostiqués, avec des conséquences moins terribles. La décision de traiter le cancer de la peau est prise par le médecin en fonction du stade de la maladie et du type histologique de la tumeur primitive.

Pourquoi le processus pathologique se développe-t-il?

Le cancer de la peau, comme la plupart des cancers, est considéré comme une affection polyétiologique. Et il n’est pas toujours possible de déterminer de manière fiable le principal mécanisme de déclenchement de l’apparition de cellules malignes. Dans le même temps, le rôle pathogénique d'un certain nombre de facteurs exogènes et endogènes a été prouvé, plusieurs maladies précancéreuses ont été identifiées.

Les principales causes de cancer de la peau:

  • exposition aux rayons UV, leur origine peut être naturelle ou artificielle (à partir du lit de bronzage);
  • l'influence des rayonnements ionisants (rayons X et gamma), qui conduit au développement d'une dermatite de radiation précoce ou tardive;
  • exposition aux rayons infrarouges, généralement associés à des risques professionnels dans les industries du soufflage du verre et de la métallurgie;
  • infection par certains types de virus du papillome humain (VPH);
  • contact régulier ou prolongé avec certaines substances à effet cancérigène (produits pétroliers, charbon, insecticides, herbicides, huiles minérales), utilisation fréquente de colorants capillaires;
  • intoxication chronique à l'arsenic;
  • dommages mécaniques à la peau, accompagnés de cicatrices pathologiques ou déclenchant une carcinogenèse post-traumatique latente;
  • brûlures thermiques, surtout répétées;
  • processus inflammatoires chroniques d'étiologies variées, excitant la peau et les tissus sous-jacents (fistule, lèpre, mycose profonde, ulcères trophiques, tuberculose cutanée, syphilis gommeuse, lupus érythémateux disséminé, etc.).

Le facteur étiologique le plus important est considéré comme étant les UV, obtenus principalement du soleil. Cela explique l’augmentation de l’incidence du cancer de la peau chez les personnes qui ont déménagé pour la résidence permanente plus près de l’équateur ou qui se reposent souvent dans les pays du sud.

Facteurs prédisposants

Les personnes qui passent beaucoup de temps à l'extérieur ou dans des lits de bronzage risquent de développer un cancer de la peau. Augmente les risques d'oncologie dermatologique et de prise de médicaments à effet photosensibilisant: griséofulvine, sulfamides, tétracyclines, phénothiazine, thiazidiques, produits à base de coumarine. Les albinos, représentants de la race blanche et du visage sensible aux photosensibilités des types de peau 1 et 2, présentent également une sensibilité élevée aux rayons UV.

Le facteur génétique joue un rôle assez important - pour certaines formes de cancer de la peau, une susceptibilité familiale est notée dans 28% des cas. En même temps, ce qui compte, c'est non seulement la pathologie oncodermatologique, mais également la propension générale à la cancérogenèse de toute localisation dans les parents des lignées 1 et 2 de la parenté. Les agents cancérigènes, et en particulier les UVB, sont capables d’engendrer une instabilité génétique dite induite, qui conduit à l’apparition d’un nombre important de gènes pathologiques.

Au cours de la dernière décennie, des scientifiques ont démontré que dans la très grande majorité des cas, les mutations responsables de l’émergence d’une pathologie sont localisées sur le chromosome 9q22.3. Les gènes responsables de la formation des groupes sanguins du système AB0 se trouvent également ici. En effet, des études cliniques et épidémiologiques menées en 2008 ont montré un risque accru de dermatocarcinogenèse chez les patients de 1 groupe (0) et 3 (0B).

Les facteurs prédisposant les plus courants sont l’âge de plus de 50 ans, le fait de vivre dans des régions non respectueuses de l’environnement, le travail dans des industries dangereuses et la présence de dermatites chroniques de toute étiologie.

Met en évidence la pathogenèse

L'impact des rayons UV et d'autres facteurs responsables dans la plupart des cas entraîne des dommages directs aux cellules de la peau. Dans ce cas, l’importance pathogène n’est pas la destruction des membranes cellulaires, mais l’effet sur l’ADN. La destruction partielle des acides nucléiques provoque des mutations, ce qui entraîne des modifications secondaires des lipides membranaires et des molécules protéiques clés. Les cellules épithéliales basales sont principalement touchées.

Différents types de radiations et de VPH n’ont pas seulement un effet mutagène. Ils contribuent à l'apparition d'un déficit immunitaire relatif. Cela est dû à la disparition des cellules de Langerhans dermiques et à la destruction irréversible de certains antigènes membranaires qui activent normalement les lymphocytes. En conséquence, le travail de l'immunité cellulaire est perturbé, les mécanismes antitumoraux protecteurs sont supprimés.

L'immunodéficience est associée à une production accrue de certaines cytokines, ce qui ne fait qu'aggraver la situation. Après tout, ces substances sont responsables de l'apoptose des cellules, régulent les processus de différenciation et de prolifération.

La pathogenèse du mélanome a ses propres caractéristiques. La dégénérescence maligne des mélanocytes contribue non seulement à l'exposition au rayonnement ultraviolet, mais également aux modifications hormonales. Les modifications du niveau d'œstrogènes, d'androgènes et de l'hormone stimulant le mélan sont cliniquement significatives pour la perturbation des processus de la mélanogénèse. C'est pourquoi les mélanomes sont plus fréquents chez les femmes en âge de procréer. En outre, en tant que facteur provocant, ils peuvent agir sur un traitement hormonal substitutif, la prise de médicaments contraceptifs et la grossesse.

Un autre facteur important dans l'apparition des mélanomes est les dommages mécaniques aux nevi existants. Par exemple, la malignité des tissus commence souvent après le retrait des taupes, des blessures accidentelles, ainsi que dans les endroits frottant la peau avec les bords des vêtements.

Conditions précancéreuses

Actuellement, un certain nombre de conditions précancéreuses sont identifiées, lesquelles identifient automatiquement le risque de cancer de la peau. Tous sont divisés en obligatoire et facultatif. La principale différence entre ces 2 groupes est la propension des cellules du foyer pathologique à la malignité. C'est ce qui détermine la tactique de gestion du patient.

Les conditions précancéreuses obligatoires incluent:

  • xérodermie pigmentaire;
  • Maladie de Bowen (formes verruqueuses et ressemblant à de l'eczéma);
  • La maladie de Paget.

Les affections précancéreuses facultatives sont considérées comme l’hyperkératose involutionnelle et solaire, le klaxon cutané (avec lésions du visage et du cuir chevelu), les dermatites et dermatoses chroniques, ainsi que la maladie de radiation tardive.

Dans le cas des mélanoblastomes, divers types de naevus et de mélanose de Dubreuil, également appelés lentigo ou tache de rousseur de Hutchinson mélanique, sont classés en tant que précancéreux. Et la xérodermie pigmentée déjà détectée à l'adolescence est la condition précancéreuse obligatoire la plus fréquente et la plus défavorable.

Classification

Le plus souvent, on appelle cancer de la peau tous les néoplasmes malins non mélanomateux qui proviennent de différentes couches du derme. La base de leur classification est la structure histologique. Le mélanome (mélanoblastome) est souvent considéré comme une forme presque indépendante de carcino-dermatose, ce qui s’explique par la particularité de son origine et par sa très forte malignité.

Principaux cancers de la peau autres que le mélanome:

  • Le carcinome basocellulaire (carcinome basocellulaire) est une tumeur dont les cellules proviennent de la couche basale de la peau. Il peut être différencié et indifférencié.
  • Le carcinome épidermoïde (épithélioma, spinaliome) provient des couches plus superficielles de l'épiderme. Il est subdivisé en formes kératiniques et non kératinisées.
  • Tumeurs provenant d'appendices cutanés (adénocarcinome des glandes sudoripares, adénocarcinome des glandes sébacées, carcinome des appendices et des follicules pileux).
  • Sarcome, dont les cellules sont d'origine du tissu conjonctif.

Pour le diagnostic de chaque type de cancer, la classification clinique du TNM recommandée par l'OMS est également utilisée. Il permet, à l'aide de symboles numériques et alphabétiques, de chiffrer diverses caractéristiques d'une tumeur: sa taille et son degré d'invasion dans les tissus environnants, les signes de lésion des ganglions lymphatiques régionaux et la présence de métastases distantes. Tout cela détermine le stade du cancer de la peau.

Chaque type de cancer a ses particularités de croissance, qui se reflètent également lors du diagnostic final. Par exemple, le carcinome basocellulaire peut être une tumeur (grande et petite élasticité), ulcéreuse (sous la forme d'une perforation ou d'un ulcère corrosif) et de surface transitoire. Le carcinome épidermoïde peut également devenir exophytique avec la formation d'excroissances papillaires ou endophytes, c'est-à-dire comme une tumeur infiltrante ulcéreuse. Et le mélanome est nodal et nodal (surface prédominante).

Comment se manifeste le cancer de la peau

La maladie ne se manifeste latente qu’au tout début, lorsque le volume des tissus malignés est encore faible. Les changements sont marqués principalement au niveau cellulaire. L'augmentation progressive ultérieure du nombre de cellules tumorales s'accompagne de l'apparition d'une formation solide cutanée ou intradermique, d'une tache pigmentée ou d'un ulcère sur une base infiltrée. Qu'une telle tumeur soit rayée ou non n'est pas une fonction diagnostique cliniquement importante. Mais l'apparition d'une douleur indique généralement la progression de la tumeur.

  • nodule dense dans l'épaisseur de la peau de couleur blanche perle, rougeâtre ou foncée, susceptible d'augmenter avec la germination dans les tissus environnants;
  • tache irrégulière avec croissance périphérique irrégulière;
  • phoque pigmenté avec tendance à l'ulcération centrale progressive;
  • grumeleux légèrement saillant au-dessus de la surface de la peau, formation dense à couleur hétérogène, zones de desquamation et d'érosion;
  • formation verruqueuse (papillaire) dépassant de la surface de la peau, sujette à un ramollissement inégal avec la formation de sites de décomposition;
  • modification de la couleur et de la taille des nevi existants, apparition d'un halo rouge autour d'eux;
  • douleur dans la zone des formations cutanées et des cicatrices, ce qui indique la défaite des couches profondes du derme et des tissus sous-jacents.

Des formations pathologiques apparaissent généralement sur le visage et les zones ouvertes du corps, ainsi que dans les zones de frottement des vêtements ou dans d'autres zones avec traumatismes fréquents de la peau. Le plus souvent, ils sont célibataires, bien que la survenue de plusieurs tumeurs soit possible.

  1. Le stade initial du cancer de la peau ne s'accompagne que de symptômes locaux. La taille de la tumeur ne dépasse généralement pas 2 mm et ne dépasse pas l'épiderme. Le patient ne souffre pas.
  2. On parle de deuxième stade du cancer de la peau lorsque la tumeur atteint une taille de 4 mm et capture les couches profondes du derme, qui s'accompagne généralement de l'apparition de symptômes subjectifs sous forme de douleur ou de démangeaisons. L'implication d'un ganglion lymphatique à proximité ou l'apparition d'un foyer secondaire à la périphérie du ganglion principal est possible.
  3. La troisième étape est la propagation lymphogène de cellules malignes avec une lésion discontinue de ganglions lymphatiques régionaux et distants.
  4. Le dernier 4ème stade de la maladie se caractérise par de multiples métastases lymphogènes et hématogènes avec l'apparition de nouvelles formations ressemblant à des tumeurs sur la peau et dans l'épaisseur des organes, augmentant l'épuisement général (cachexie cancéreuse).

À quoi ressemble le cancer de la peau?

Chaque type de tumeur a ses propres caractéristiques cliniques.

Basaliome

Le carcinome basocellulaire de la peau est la variante la plus fréquente et la plus favorable de la maladie. Il se caractérise par l'apparition de nodules épais, indolores et à croissance lente dans la peau, ressemblant à des perles blanches translucides. Dans le même temps, les zones principalement ouvertes sont touchées: le visage, les mains et les avant-bras, le cou et le décolleté.

Le carcinome basocellulaire n'est pas caractérisé par une métastase et la germination au-delà de la peau est observée uniquement avec des tumeurs étendues de longue date. La croissance tumorale progressive conduit à la formation de zones de désintégration de surface en expansion lente, recouvertes d'une mince croûte sanglante. Un coussin dense et inégal se forme autour d'eux, sans aucun signe d'inflammation, et le fond de l'ulcère peut saigner. Dans la plupart des cas, ces tumeurs n’ont pratiquement aucun effet sur le bien-être des patients, ce qui est souvent la raison principale de la visite tardive du médecin.

Carcinome basocellulaire de la peau

Cancer épidermique de la peau

Il se caractérise par l'apparition d'un nodule dense, sujet à une croissance assez rapide. En même temps, des excroissances verruqueuses inégales avec une large base infiltrante ou des nœuds indistincts douloureux non uniformes peuvent être formées. Des taches de pelage peuvent apparaître sur la peau. La tumeur commence rapidement à se décomposer, avec la formation d'ulcères douloureux de saignement aux bords hétérogènes. Le carcinome épidermoïde est caractérisé par la germination dans les tissus sous-jacents avec la destruction des vaisseaux sanguins, des muscles et même des os, ainsi que par des métastases précoces.

En savoir plus sur la maladie dans notre article précédent.

Cancer épidermique de la peau

Mélanome

C'est une tumeur pigmentée, très maligne, qui apparaît dans la plupart des cas à la place du naevus. Les premiers signes de malignité peuvent être un assombrissement inégal de la taupe, sa croissance irrégulière avec la formation d’un point flou ou d’un nodule, l’apparition d’un bord de rougeur ou d’une hyperpigmentation à la périphérie, une tendance à saigner. Par la suite, des nœuds peuvent apparaître, de larges taches pigmentées infiltrées, des ulcères, de multiples tumeurs de tailles différentes. Le mélanome se caractérise par une métastase importante et rapide, qui peut être déclenchée par la moindre blessure.

Comment reconnaître le cancer de la peau: points clés du diagnostic

Le diagnostic d'oncopathologie repose principalement sur l'examen histologique et cytologique de zones suspectes de malignité. Cela vous permet de déterminer de manière fiable la nature des changements et de prédire les promesses de traitement. Par conséquent, le point le plus important de l'enquête est une biopsie. Elle peut être réalisée par différentes méthodes: grattage, empreinte de frottis, incision ou excision. Les ganglions lymphatiques régionaux peuvent également être soumis à un examen histologique. En cas de suspicion de mélanome, une biopsie est effectuée immédiatement avant le traitement, car une biopsie peut provoquer des métastases non contrôlées.

Les méthodes fiables pour le diagnostic des métastases sont la méthode des radio-isotopes, l'ostéoscintigraphie. Pour évaluer l'état des organes internes, une radiographie du squelette et des organes thoraciques, une échographie des ganglions lymphatiques et des organes abdominaux, un scanner et une IRM sont effectués. Des tests sanguins cliniques et biochimiques et d'autres études visant à évaluer le fonctionnement des organes internes sont également présentés.

Le diagnostic de mélanome est également confirmé par l’étude des marqueurs tumoraux TA 90 et SU 100. Un tel test sanguin de cancer de la peau peut être effectué dès les premiers stades de la maladie, bien qu’il soit très instructif en présence de métastases. Des méthodes de diagnostic supplémentaires pour le mélanome sont la thermométrie et la réaction de Yaksha.

Méthode de dermatoscopie dans le diagnostic du mélanome

Qu'est-ce qui menace la présence d'un cancer?

Le cancer de la peau peut provoquer des lésions métastatiques des organes vitaux internes, des saignements récurrents difficiles à arrêter et la cachexie. Parfois, la cause du décès des patients devient des complications septiques secondaires, si les ulcères de cancer existants servent de portes d’entrée pour une infection bactérienne. Mais le plus souvent, la mortalité par cancer de la peau est causée par des troubles dysmétaboliques graves.

Une douleur persistante qui pousse les patients à utiliser un grand nombre de médicaments peut devenir un symptôme débilitant aux stades 3 à 4 de la maladie. Il s’agit d’un surdosage avec le développement d’une encéphatolopathie toxique, d’une cardiomyopathie et d’une insuffisance rénale hépatique aiguë.

Principes de traitement

Que ce soit ou non le cancer de la peau est la principale question qui intéresse les patients et leurs proches. Aux premiers stades de la maladie, lorsqu'il n'y a toujours pas de germination de la tumeur dans les tissus environnants et les métastases, la probabilité d'élimination complète des cellules cancéreuses est élevée.

Le traitement du cancer de la peau vise à éliminer la tumeur primitive et à supprimer la croissance cellulaire dans les foyers métastatiques. Dans le même temps, différentes techniques peuvent être utilisées:

  • méthode chirurgicale d'élimination de la tumeur et des métastases disponibles, qui consiste en une excision profonde de foyers pathologiques avec capture de tissus sains adjacents;
  • radiothérapie (radiothérapie) - utilisée pour le retrait ciblé des tumeurs primaires et métastatiques difficiles à atteindre;
  • chimiothérapie - peut être utilisé à des fins anti-rechute et à des fins thérapeutiques;
  • destruction par laser d'une tumeur;
  • cryochirurgie (avec de petites formations superficielles);
  • diathermocoagulation - comme alternative à la méthode chirurgicale classique pour le cancer de la peau à 1 ou 2 stades;
  • traitement local par application antitumorale (pour les petits basaliomes), pour lequel une pommade colchaminique ou prospidinique est appliquée sur le foyer pathologique.

Aux 3-4 stades du cancer et lors de la détection des mélanomes, un traitement combiné est réalisé, lorsque les techniques chirurgicales radicales sont complétées par une chimiothérapie et une radiothérapie. Cela vous permet de travailler sur des foyers métastatiques difficiles à atteindre et d'améliorer légèrement le pronostic de la maladie. Le cancer de la peau au stade 1-2 est une indication pour l'application de techniques modernes à invasion minimale pour obtenir un résultat esthétique satisfaisant. La destruction au laser la plus couramment utilisée de la tumeur.

Le traitement du cancer de la peau par des méthodes traditionnelles n’est pas pratiqué.

Prévisions

Combien vivent avec un cancer de la peau? Le pronostic dépend du stade de la maladie et du type histologique de la tumeur. Plus le diagnostic de néoplasme est précoce, meilleurs sont les résultats à long terme du traitement.

La survie à 5 ans des patients au stade 1 peut atteindre 95 à 97%. Au stade 2 du cancer de la peau, ce chiffre est de 85 à 90%. En présence de métastases lymphatiques régionales, la survie attendue 5 ans après un traitement radical ne dépasse généralement pas 60%. Et avec les lésions métastatiques des organes internes, il n’est pas supérieur à 15%.

Le carcinome basocellulaire est la forme de cancer de la peau la plus favorable sur le plan pronostique, et le mélanome est la plus potentiellement mortelle.

Prévention

La prévention comprend la limitation de l'exposition aux facteurs cancérogènes. La protection de la peau contre les rayons ultraviolets est au premier rang des priorités. Les principales recommandations incluent l'utilisation de crèmes avec FPS, même pour les personnes à la peau foncée ou déjà bronzée, la limitation de l'utilisation des lits de bronzage, l'utilisation de chapeaux, visières et capes pour l'ombrage du visage, du cou et du décolleté.

Les personnes exerçant des activités dangereuses sont invitées à consulter régulièrement un dermatologue dans le cadre des examens préventifs. Lorsque vous travaillez avec des substances potentiellement cancérogènes et des radiations, il est nécessaire de respecter scrupuleusement les mesures de sécurité et d'utiliser un équipement de protection individuelle de la peau. En cas de brûlures et blessures ne devrait pas engager l'auto-traitement, il est souhaitable de consulter un médecin.

Les personnes appartenant à des groupes à risque doivent également procéder à des auto-examens tous les quelques mois, afin d'évaluer l'état de la peau. Toute modification de la peau, l'apparition de nodules, d'ulcères et de zones pigmentées sur le corps et la tête sont des motifs de consultation rapide avec un dermatologue. Une attention particulière doit être portée aux taupes et aux naevus existants, aux cicatrices post-traumatiques et post-brûlures, aux zones d'atrophie, aux ulcères trophiques cicatrisés et aux zones autour des passages fistuleux.

On peut attribuer à la prévention individuelle du cancer de la peau, et au refus d'auto-traitement de tout changement cutané. Les remèdes populaires à usage irrationnel sont capables de potentialiser la cancérogenèse, d’affecter négativement l’état des mécanismes de défense naturels du derme et d’activer les métastases (en particulier dans le mélanoblastome). Et certaines préparations à base de plantes ont un effet photosensibilisant, augmentant la sensibilité de la peau aux rayons UV. De plus, la tendance à l'auto-traitement signifie souvent une visite retardée chez le médecin, ce qui donne lieu à un diagnostic tardif de cancer - au stade de métastases lymphogènes et distantes.

La prévention médicale du cancer de la peau consiste à identifier en temps utile les patients atteints de maladies dermatologiques précancéreuses, à leur examen clinique et à des examens préventifs de personnes appartenant à divers groupes à risque. Le mieux est d'inclure une consultation d'un dermatologue dans le plan d'examen des travailleurs des industries dangereuses. La détection de tout signe suspect de tumeur maligne nécessite que le patient soit référé à un oncodermatologue ou à un oncologue pour mener des études ciblées sur des zones altérées.

La détérioration de la situation écologique générale, la préférence pour les loisirs dans les pays du Sud, la passion du bronzage et le faible pourcentage de personnes utilisant des agents protecteurs avec FPS - tout cela contribue à l'augmentation constante de l'incidence du cancer de la peau. Et la présence d'oncodermatoses augmente le risque d'apparition de tumeurs malignes au cours des générations suivantes, aggravant ainsi l'état de santé général de la nation. Une visite opportune chez le médecin vous permet de diagnostiquer le cancer de la peau à un stade précoce et réduit considérablement le risque de décès.

Cancer de la peau: son apparence, ses manifestations, son diagnostic, son traitement

Le cancer de la peau est une maladie humaine assez commune. Parmi les autres tumeurs malignes, il représente environ 10%. Au cours des dernières décennies, le nombre de cas de cancer a augmenté de près de moitié, ce qui est associé à une augmentation de la pathologie du cancer en général.

La maladie touche également les hommes et les femmes et, chez les personnes âgées (60 à 70 ans), le risque de tomber malade est beaucoup plus élevé. Chez les enfants, la fréquence de détection des tumeurs malignes de la peau ne dépasse pas 1% et le mélanome, parmi les formes les plus fréquentes, est le résultat de naevus congénitaux («moles») contenant une quantité importante de pigment mélanique.

1 - normale, 2 - dysplasie du naevus (mole), 3 - kératose sénile, 4 - carcinome épidermoïde, 5 - carcinome basocellulaire, 6 - mélanome

Il est à noter que les personnes à la peau claire tombent plus souvent malades que les personnes de race noire, et parmi les représentants de la race négroïde, un tel cancer est enregistré près de 10 fois moins. De plus, les résidents des latitudes méridionales sont plus exposés au risque de maladie. Ainsi, par exemple, dans le territoire ensoleillé de Krasnodar, le nombre de patients est plusieurs fois plus élevé que dans les régions du nord. Cela est dû à une exposition plus intense et prolongée aux rayons ultraviolets sur la peau de la population locale. Lorsque les habitants du Nord s'installent dans un climat plus chaud et plus ensoleillé, leur risque de cancer de la peau devient plusieurs fois plus élevé. Ils doivent donc se rappeler de la possibilité de prendre des mesures préventives.

Le cancer de la peau est considéré comme une tumeur avec un pronostic plutôt favorable. Dans la plupart des cas, avec une attention particulière des patients à leur corps, la maladie est détectée avant même le début de la métastase. Avec la détection et le traitement rapides de plus de 95% des patients, le taux de mortalité parmi les plus faibles est comparé à celui de toutes les autres tumeurs malignes. Le cancer n'est pas une phrase, et le néoplasme de la peau en est la preuve.

Pourquoi le cancer survient-il?

Les scientifiques sont encore préoccupés par la cause des tumeurs malignes et connaître les mécanismes exacts de la pathogenèse de la maladie vous permet de mettre au point des méthodes efficaces de prévention.

La peau est le plus grand organe de la région du corps humain qui effectue des tâches très diverses et importantes. La peau n'est pas seulement une sorte de barrière entre l'environnement extérieur et le corps, elle remplit également des fonctions d'échange, participe à la thermorégulation, à l'élimination de certaines substances, etc. La plupart de la peau est presque toujours en contact avec l'environnement extérieur et est affectée par divers et expositions chimiques à potentiel cancérogène.

Les facteurs prédisposant au développement du cancer de la peau sont:

  • Exposition à long terme au rayonnement solaire ou ionisant;
  • L'influence des cancérogènes chimiques dans la vie quotidienne et dans des conditions de production nocives;
  • Fumer;
  • Prédisposition héréditaire;
  • Déficits immunitaires, y compris ceux infectés par le VIH, chez les patients prenant des médicaments cytotoxiques pour le traitement de néoplasmes malins d’une autre localisation, etc.

Pour les personnes exposées au soleil depuis longtemps et travaillant en plein air, la peau est exposée à une exposition excessive aux rayons ultraviolets, qui peuvent causer le cancer à l'avenir. Les travailleurs de l'agriculture, de la construction, les pêcheurs, etc. risquent davantage de développer un cancer de la peau.

L'abus d'un lit de bronzage augmente également le risque de développer une tumeur maligne au lieu d'un beau bronzage en bronze. Il est donc préférable de ne pas participer à cette procédure. S'il n'y a pas de confiance en la qualité et le moment choisi pour l'équipement, il sera bon de refuser. La santé est plus importante, même si la peau ne sera pas brûlée.

La passion des masses, en particulier des jeunes filles, le bronzage sur les côtes de la mer ou du fleuve, peut également avoir des conséquences indésirables, parmi lesquelles une place et le cancer. Cela est particulièrement vrai pour ceux qui sont en plein soleil à midi et l'après-midi, lorsque l'intensité du rayonnement est maximale. N'oubliez pas que, parfois, il fait si sombre que cela s'apparente à une carbonisation. La couleur d'une peau bronzée non seulement ne porte pas la beauté en elle-même, mais peut également causer des problèmes considérables.

Les cancérogènes chimiques entourent l'homme moderne presque partout. Les maisons sont une variété de produits de nettoyage et de détergents. Les facteurs professionnels sont le contact avec la suie, les composés de l'arsenic, le goudron, etc. Dans tous les cas, l'équipement de protection individuelle ne doit pas être négligé par ceux qui ne souhaitent pas développer un cancer de la peau.

Le tabagisme a un effet cancérigène très puissant et, parmi les tumeurs malignes qu’il provoque, il existe également un cancer de la peau.

Les facteurs héréditaires continuent à être étudiés, mais on sait déjà que dans les familles où les patients étaient auparavant, le risque de tomber malade parmi les autres membres de la famille est plus élevé.

Comme les néoplasies peuvent être le résultat d’une diminution de l’immunité antitumorale, il est possible d’attribuer divers déficits immunitaires aux causes du cancer. Les personnes à risque peuvent être infectées par le VIH, ainsi que les patients subissant une radiothérapie et une chimiothérapie en relation avec d'autres cancers.

Outre les influences extérieures, l'état de la peau joue un rôle important. En présence de cicatrices (post-irradiation, dues à des brûlures thermiques, chimiques), d'ulcères trophiques (généralement sur la jambe), les processus de régénération tissulaire se détériorent, ce qui peut altérer la différenciation des cellules épithéliales lors du développement du cancer.

lésions cutanées précancéreuses

En plus des facteurs initiateurs, les affections précancéreuses de la peau sont également mises en évidence. Le soi-disant pré-cancer obligatoire dans presque tous les cas se termine par une tumeur maligne (ozlokachestvleniem), tandis que l'option facultative donne des chances d'obtenir un résultat favorable.

Pour obliger précancer comprennent:

  1. Érythroplasie de Keir;
  2. La maladie de Paget;
  3. Maladie de Bowen.
  4. Xérodermie pigmentaire;

Erythroplasie Keira est diagnostiqué assez rarement, affecte souvent les hommes, se manifestant sous la forme d'une plaque rouge située sur la tête du pénis. La formation de carcinome épidermoïde est en outre caractérisée.

La maladie de Bowen est détectée sur la peau du corps, principalement chez les hommes âgés, sous la forme de plaques de couleur rose pâle atteignant 10 cm de diamètre. Dans tous les cas, cette maladie se transforme en carcinome épidermoïde de la peau.

Contrairement aux deux états précédents, la maladie de Paget appartient à la moitié féminine de l’humanité. En réalité, la maladie est déjà une tumeur maligne, localisée dans l'épithélium du mamelon et dans le champ parathyroïdien de la glande mammaire, bien qu'il soit également possible que les organes génitaux externes et la région axillaire soient touchés. Les cellules cancéreuses sont d'abord trouvées dans l'épithélium tégumentaire, puis pénètrent dans les canaux lactifères. La maladie se manifeste par des modifications analogues à celles de l'eczéma: hyperémie, érosion, démangeaisons.

La xérodermie pigmentaire est considérée comme une maladie héréditaire et se manifeste par une sensibilité accrue de la peau au rayonnement ultraviolet. L'exposition la plus courte au soleil chez de tels patients contribue à l'apparition d'un œdème, d'une rougeur. Par la suite, l'hyperhémie est remplacée par la desquamation et les modifications atrophiques; des cicatrices se produisent et la peau prend une apparence bigarrée. La maladie se manifeste dans l'enfance et les patients vivent environ 15 à 20 ans. L'évolution du pigment xérodermique se termine dans tous les cas par une malignité avec l'apparition d'une tumeur maligne de la peau.

Un pré-cancer optionnel inclut des conditions susceptibles de transformation maligne en présence de conditions défavorables et de facteurs provoquants. Ce sont les kératoses dites cornes cutanées et séniles, qui se manifestent par des néoplasmes avec une kératinisation excessive, un kératoacanthome (tumeur bénigne des follicules pileux), divers types de cicatrices et d'ulcères trophiques, une dermatite et des lésions cutanées dans d'autres maladies (tuberculose, lupus erythematosus systémique).

Types et signes de tumeurs malignes de la peau

zones touchées par certains types de tumeurs

La classification des tumeurs malignes de la peau est basée sur leur structure histologique, en fonction de laquelle ces types de cancer sont distingués:

  • Cellule basale (carcinome basocellulaire);
  • Carcinome épidermoïde

Ces dernières années, le nombre de tumeurs malignes de l'épithélium tégumentaire est souvent exclu du mélanome, se développant à partir de tissu produisant de la mélanine, et n'est donc pas associé à l'épithélium de surface ni aux glandes cutanées. Le mélanome sera mentionné un peu plus tard.

Dans de rares cas, la croissance de tumeurs glandulaires (adénocarcinomes) est possible, dont la source devient les appendices cutanés - glandes sudoripares et sébacées.

Les oncologues utilisent la classification des tumeurs selon le système TNM, sur la base de laquelle les stades de la maladie peuvent être distingués:

  1. Si la taille de la tumeur ne dépasse pas 2 cm et qu'il n'y a pas de métastases, on parle alors du premier stade.
  2. Dans le cas où la tumeur atteint 5 centimètres ou plus, elle détruit les couches superficielles, se situe sous la peau, mais ne métastase pas, on peut parler du deuxième stade de la maladie.
  3. Au troisième stade, il est possible d'impliquer des structures situées en profondeur à l'extérieur de la peau sans métastases, ou la tumeur elle-même est de petite taille, mais les ganglions lymphatiques régionaux sont affectés par les cellules cancéreuses.
  4. Le quatrième stade du cancer est établi lorsqu'il détecte des métastases à distance, quels que soient le volume de la tumeur primitive et l'état des ganglions lymphatiques régionaux.

Le stade initial du cancer de la peau ne se manifeste souvent pas par des signes prononcés ou spécifiques. Les patients ne se précipitent pas chez le médecin. L'apparition de changements cutanés est attribuée à divers processus inflammatoires, lésions infectieuses, etc. Cependant, la présence même d'un point ou d'un petit nodule doit être une raison visites chez un dermatologue et exclusion d'une tumeur maligne.

Symptômes, dont les combinaisons peuvent causer de l’anxiété:

taupes saines (ci-dessus) et processus tumoral / prétumor (ci-dessous) (principalement mélanome)

Les premiers symptômes d'un cancer de la peau peuvent être un changement local de la couleur de la peau, un épaississement du tissu, la présence de nodules, des plaques sujettes à l'ulcération et souvent des saignements. Ces changements progressent rapidement et ne peuvent pas être traités, en particulier à la maison. En l'absence d'assistance qualifiée opportune, les métastases des ganglions lymphatiques régionaux, des tissus profonds jusqu'au cartilage, des muscles et des appareils ligamenteux peuvent être affectées.

Carcinome basocellulaire

Le type de cancer de la peau le plus courant est le basaliome, qui représente environ les deux tiers de toutes les tumeurs détectées de cette localisation. En règle générale, cette tumeur est détectée chez les personnes âgées, se situe plus souvent sur le visage, ne métastase pas, mais est capable de faire germer des tissus, provoquant ainsi leur destruction. L'évolution du carcinome basocellulaire est relativement favorable et une croissance lente associée à l'absence de métastases permet d'obtenir de bons résultats de traitement.

Le carcinome basocellulaire de la peau est construit à partir de cellules ressemblant à la couche basale de l'épiderme, d'où son nom. Extérieurement, la tumeur ressemble à un noeud (c'est le type de croissance le plus fréquent) de consistance dense, à surface lisse, de couleur rose. Les métastases ne sont pas caractéristiques, sur la base desquelles le débat sur le degré de malignité de la tumeur dure depuis longtemps, mais sa structure histologique et la nature des éléments cellulaires parlent néanmoins en faveur du cancer.

En plus du nodulaire, une variété superficielle de carcinome basocellulaire, ulcère peptique, pigment et autres est également isolée.

Dans la plupart des cas, les premiers signes d'un carcinome basocellulaire sont la présence d'une tumeur rose convexe avec une nuance de nacre ou d'un nodule avec une ulcération. La taille de la tumeur augmente lentement, de sorte que les patients ne se pressent pas de consulter un médecin. Cependant, des lésions des tissus profonds, des ulcérations ou des saignements vous obligent toujours à demander de l'aide.

Le basaliome est le type de cancer de la peau du visage le plus répandu. Cette tumeur peut se situer dans la région des yeux et des temples et faire germer les tissus voisins, ce qui peut entraîner la mort dans un délai assez bref.

Carcinome épidermoïde

Le carcinome épidermoïde est diagnostiqué chez environ le quart des patients. Si le carcinome basocellulaire est plus courant chez les personnes âgées et présente des modifications dégénératives liées à l'âge, une immunité réduite, une altération des capacités de régénération de la peau, le carcinome épidermoïde est généralement le résultat d'une dermatose, d'une inflammation, de cicatrices, etc. la formation de tumeurs, plus souvent, de tels néoplasmes se trouvent sur des zones ouvertes du corps - sur les mains, le visage.

Chez les patients atteints d'un cancer de la peau, il a une apparence différente. C'est pourquoi ses principales variétés ont été identifiées: infiltrante-ulcéreuse et papillaire. Une telle division est basée non seulement sur l'apparence de la tumeur, mais prend également en compte la nature des dommages causés au tissu dans son ensemble.

La forme infiltrante-ulcéreuse se manifeste par l’apparition d’un ulcère profond qui s’infiltre profondément dans les tissus, dont le fond est recouvert de croûtes et de pertes sanguines. Au fil du temps, la taille de la lésion augmente en largeur et en profondeur.

Forme papillaire du cancer de la peau ressemble à un chou-fleur, la formation a une texture dense et une surface grumeleuse. Aux stades précoces, cette option de croissance peut être confondue avec un papillome (tumeur bénigne), mais la présence d'une lésion cutanée antérieure, une croissance plutôt intensive avec une tendance à l'ulcération et des saignements indiquent une malignité du processus.

Le carcinome épidermoïde, contrairement au carcinome basocellulaire, peut être accompagné de métastases. En règle générale, les cellules cancéreuses atteignent les ganglions lymphatiques régionaux et s'y installent. La prolifération des cellules tumorales dans les vaisseaux sanguins peut entraîner l'apparition de nodules tumoraux secondaires dans le foie et les poumons, mais cette voie de métastase est extrêmement rare.

Vidéo: un médecin sur la détection du cancer de la peau

Quelques mots sur le mélanome

Étant donné que la peau subit constamment les effets des rayons ultraviolets, une barrière protectrice est nécessaire pour empêcher les effets nocifs des radiations. Cette fonction est réalisée par le pigment mélanine. Chez les individus à la peau sombre, les représentants de la race négroïde en ont beaucoup plus en raison des conditions de vie dans les pays à climat chaud et à une exposition solaire intense. La mélanine se forme dans les mélanocytes, qui se trouvent normalement dans la couche de peau située sous l'épithélium (derme), ainsi que dans l'iris et la rétine, et même dans les glandes surrénales et la choroïde, ce qui est associé à la possibilité de croissance tumorale non seulement à la peau, mais au-delà.

Outre l'exposition excessive aux ultraviolets, l'un des facteurs de risque du mélanome est la présence d'un grand nombre de nevi, souvent désignés sous le nom de «simples taupes». Ces formations sont des accumulations focales de cellules contenant de la mélanine dans la peau, la rétine. En cas de blessure, une insolation excessive, une transformation maligne des cellules et l'apparition d'une tumeur sont possibles.

Dans des conditions défavorables, les cellules mélanocytaires peuvent être à l'origine d'une des tumeurs humaines les plus malignes et les plus agressives: le mélanome. Une tumeur est la formation d'une couleur sombre ou même noire, de taille grandissant, plutôt précoce et violemment métastatique. Des options de croissance sans pigment sont également possibles, qui sont particulièrement difficiles à diagnostiquer.

Un mélanome suspecté permet de modifier l'apparence des nevi, leur couleur, leur taille, ainsi que l'apparition d'ulcérations et de saignements. Une attention particulière doit être portée aux taupes situées dans des endroits à impact mécanique permanent (par exemple, lorsque les vêtements sont serrés), et si elles sont endommagées, il vaut la peine de consulter un médecin.

Sur le chemin du diagnostic

Les méthodes de diagnostic du cancer de la peau ne sont pas très diverses. Cela est dû à la localisation superficielle de la tumeur, ce qui la rend facilement accessible aux inspections de routine.

Si une tumeur maligne de la peau est suspectée, le médecin procédera à un examen approfondi afin de déterminer la nature des symptômes et la durée de leur apparition. Il faut porter une attention non seulement à la lésion, mais également à d'autres zones de la peau, ainsi qu'aux ganglions lymphatiques régionaux, qui peuvent être agrandis en présence de métastases. Si nécessaire, une loupe peut être utilisée pour une étude plus détaillée de l'éducation.

Pour déterminer le type de tumeur, son degré de malignité et la nature des modifications dans les tissus environnants, des études cytologiques et histologiques sont réalisées. Pour ce faire, le médecin procède soit à un frottis en utilisant une lame de verre, soit en grattant avec une spatule en bois. Pour obtenir un matériau de biopsie, il est nécessaire de prélever un fragment de la tumeur par ponction. Il est important d'obtenir une partie du néoplasme sans masses nécrotiques, sans croûtes superficielles ni cornée, car un prélèvement tissulaire de mauvaise qualité peut entraîner des erreurs de diagnostic.

Comment faire face au cancer?

Parmi les méthodes de traitement du cancer de la peau, l'ablation chirurgicale, la radiothérapie et la chimiothérapie sont traditionnellement utilisées. Le choix d'une méthode spécifique de traitement d'une maladie est déterminé par la forme du néoplasme, la localisation, le stade et la nature de la lésion des tissus environnants.

Il est important de se rappeler que tout cancer de la tumeur ou de la peau, en particulier, est beaucoup plus facile à traiter dès les premiers stades. Par conséquent, des visites rapides chez un dermatologue peuvent être la clé d'un traitement réussi et efficace à l'avenir.

Le traitement principal et peut-être le plus efficace est une opération chirurgicale visant à enlever la tumeur. Pour les petites tumeurs peu profondes sans métastases, on préfère les méthodes douces et il est également possible d’utiliser des températures basses (cryodestruction à l’azote liquide), un laser et un courant électrique (électrocoagulation). Cependant, l'utilisation de ces procédures est inacceptable avec une quantité importante de dommages et la présence de métastases tumorales.

Les chirurgiens peuvent avoir des difficultés particulières dans le traitement du cancer de la peau, car l’élimination d’une telle tumeur entraîne inévitablement une anomalie esthétique. Si possible, utilisez les méthodes les plus efficaces, mais elles ne doivent pas aller à l'encontre de la nature radicale de l'opération.

Dans le cas d'une telle disposition de la tumeur, qui la rend difficilement accessible au retrait (tempes, contour des yeux), recourir à une radiothérapie locale, dont l'efficacité ne peut être inférieure à une intervention chirurgicale.

La chimiothérapie n'a pas de valeur indépendante dans le cancer de la peau et est utilisée en combinaison avec d'autres méthodes.

S'il existe une lésion métastatique des ganglions lymphatiques et des stades avancés de la maladie, il est nécessaire d'enlever tous les tissus et ganglions lymphatiques affectés avec une radiothérapie et un effet chimiothérapeutique ultérieurs.

Le traitement des remèdes populaires en cas de cancer de la peau est inacceptable, car il n'entraînera même pas une légère amélioration et, au lieu de l'aide d'un spécialiste en temps utile, le patient perdra du temps. En outre, lorsqu’on utilise diverses préparations à base de plantes topiques préparées à la maison, il est possible d’ajouter une réaction inflammatoire, une infection, une nécrose, un saignement de la tumeur.

Les questions de prévention du cancer de la peau sont extrêmement importantes, mais sont souvent ignorées par le public et même par les professionnels de la santé. Afin de prévenir l'apparition du cancer, vous devez suivre les règles les plus simples:

  • Évitez les rayons ultraviolets excessifs, y compris dans les lits de bronzage;
  • Si possible, limiter le contact cutané avec les agents cancérigènes domestiques et industriels;
  • Mener une vie saine, dans laquelle il n'y a pas de place pour fumer;
  • Visitez régulièrement un dermatologue ou un oncologue en présence de patients parmi les parents proches.

S'il est difficile d'abandonner le bronzage, différents écrans solaires contenant des substances filtrantes anti-UV vous seront utiles. Une attention particulière doit être portée aux enfants exposés au soleil, car leur peau est plus sensible aux radiations. Les femmes enceintes peuvent également être plus sensibles aux effets négatifs du rayonnement ultraviolet en raison de modifications hormonales. Par conséquent, lors du bronzage, elles doivent faire très attention.

Le pronostic du cancer de la peau chez la plupart des patients est favorable et le taux de survie est d'environ 95%. Cependant, il peut y avoir une récidive de la tumeur et de tels cas peuvent constituer un traitement assez efficace.

Comment déterminer le stade initial du cancer de la peau?

Le cancer de la peau d'origine maligne est une formation de cellules épithéliales de la peau. La pathologie n'a pas de préférences définies et est diagnostiquée chez des patients de différents groupes d'âge et de sexe.

Cependant, les scientifiques ont noté certaines tendances dans le développement de cette oncologie chez les personnes à la peau claire, âgées de plus de 60 ans et exposées au soleil pendant une longue période. Bien que théoriquement, le cancer cutané peut se développer à partir de n'importe quel grain de beauté, quel que soit son emplacement. Pour cela, la présence d'au moins une cellule maligne suffit dans une taupe.

Classification du cancer de la peau

Le cancer de la peau a plusieurs classifications selon les différences structurelles, les caractéristiques histologiques, les caractéristiques morphologiques, etc.

Ces types de cancer de la peau se distinguent:

  • Cancer cellulaire ou mélanome malin - une forme oncologique similaire formée à partir de mélanocytes se métastase rarement, mais peut déclencher des processus en pénétrant dans les systèmes circulatoire et lymphatique. Si cela se produit, le mélanome se propage rapidement dans les organes et le taux de survie du patient ne dépassera probablement pas une période d'un an;

La photo montre clairement à quoi ressemble le stade initial (1) du mélanome: cancer de la peau sur le visage

  • Cancer cutané basal - un type similaire de cancer est répandu (75%), se caractérise par une tendance à la rechute, mais ne permet pratiquement pas de métastases. L'éducation est lente. Pour la localisation, il choisit souvent le cuir chevelu ou l'épiderme, il peut être multiple ou unique. Le cancer basal est une formation légèrement arrondie d'une nuance rouge foncé ou rosâtre de forme ronde.

La photo montre un cancer basal de la peau sur le cuir chevelu, le nez, le bras et la jambe.

  • Oncologie épidermoïde - un type de cancer similaire peut être localisé sur n’importe quelle partie de la peau, mais il se développe le plus souvent dans les zones ouvertes et la lèvre inférieure. L’éducation n’a pas de sélectivité particulière en ce qui concerne le sexe, mais préfère les patients en âge de prendre leur retraite. Le carcinome épidermoïde est une formation de caractère nodulaire, avec le développement de la tumeur perd presque la mobilité et devient saignement.

Espèces rares

Les spécialistes ont déduit séparément la classification des cancers de la peau relativement rares (moins de 1% des cas):

  1. Le sarcome cutané est principalement localisé sur les membres et le tronc et se développe à partir des particules de tissu conjonctif de la peau. Il peut se manifester en plusieurs variantes: gonflement du dermatofibrosarcome, sarcome de Kaposi, etc.
  2. L'oncologie à cellules de Merkel est une tumeur localisée principalement sur la tête ou le visage de patients âgés et, dans la moitié des cas, la tumeur produit de multiples métastases distantes.

Les formulaires

Les oncologues distinguent ces formes cancéreuses:

  1. La forme papillaire - considérée comme la forme la plus rare de cancer de la peau, est une formation grumeleuse recouverte de multiples papilles. Une telle formation est sujette à des métastases et à une germination rapides à l'intérieur du corps, ce qui entraîne un épuisement rapide du patient.
  2. Infiltrer - est une ulcération avec une croûte croustillante et des bords denses. Un tel néoplasme se caractérise par une germination rapide dans les tissus voisins, ce qui entraîne rapidement son immobilité.
  3. L'oncologie superficielle se manifeste par des néoplasmes nodulaires denses de couleur jaune-blanc, qui dégénèrent par la suite en plaques inégales avec une petite dépression au centre.

Causes et facteurs de risque

Les personnes suivantes présentent un risque particulier de développer des tumeurs cutanées:

  • Avec la maladie de Bowen;
  • Sont dans la vieillesse;
  • Peau claire, à teneur en mélanine génétiquement réduite;
  • Avec kératome sénile;
  • Avec des taches de pigment mélanopaque;
  • Ayant une érythroplasie Keir;
  • Souffrant de corne cutanée;
  • Avec un pigment xérodermique;
  • Ayant des pathologies cutanées inflammatoires;
  • Toxicomanes à la nicotine;
  • Long séjour au soleil ouvert;
  • Abus d'un lit de bronzage.

En plus du groupe à risque, les médecins identifient d'autres facteurs contribuant au développement de l'oncologie maligne de la peau:

  • Complication de la dermatite due aux radiations;
  • Les effets chimiques des substances cancérogènes, tels que les composés de l'arsenic, le goudron présent dans les cigarettes ou les lubrifiants;
  • Dommages sur le site de l'ancienne cicatrice;
  • Exposition aux radiations;
  • L'utilisation de produits contenant des substances à effet cancérigène telles que nitrites, nitrates, marinades, viandes fumées, conservateurs et aliments trop gras;
  • L'impact de divers types de facteurs thermiques ou de rayonnement thermique;
  • Violation de l'intégrité de la taupe;
  • Oncologie sur le site où il y avait auparavant une brûlure profonde;
  • Abus de tatouage;
  • L'hépatite ou l'infection à VIH;
  • Vivre dans les pays du sud.

Comment déterminer la tumeur au stade initial?

Le cancer cutané se caractérise par son emplacement privilégié sur le corps ouvert.

Symptômes de manifestations

Chaque forme et type de cancer de la peau se caractérise par un symptôme distinct et l’oncologie cutanée identique chez différents patients se déroule différemment. Mais il existe également des manifestations primaires communes des symptômes, qui déterminent le cancer de la peau:

  1. L'apparition de taches sur la peau avec des limites floues, augmentant progressivement de taille;
  2. La formation d'un petit ulcère, non traitable, qui devient progressivement douloureuse et saignante;
  3. Soudain, la taupe a changé, elle est devenue plus sombre ou a changé de structure.
  4. Un nodule inhabituel a formé une nuance violette, rouge, rose ou noire;
  5. La formation de joints ou de formations solides ayant une surface squameuse ou grossière;
  6. Formation d'une tache blanche ressemblant à une cicatrice, qui présente une structure moins élastique que les tissus ordinaires à proximité.

Symptômes de changements cutanés chez les enfants

Le cancer de la peau touche relativement rarement les patients pédiatriques (moins de 1%). Il existe deux types de cancer: les cellules malpighiennes et basocellulaires.

Les cellules squameuses sont plus souvent localisées sur le visage, les membres, les oreilles et la zone poilue de la tête, se formant sur le fond du pigment xérodermique. La formation de métastases dans les ganglions lymphatiques voisins, métastases à distance n'est pas observée.

Sur la photo, un enfant atteint de xérodermie pigmentaire au dernier stade est un type rare de cancer de la peau observé chez les enfants.

La photo montre un pigment cancéreux xeroderma de la peau du visage, avec une atteinte des yeux

Le carcinome basocellulaire préfère également la surface du visage. Un tel oncoforme est un nœud étroit, provoquant progressivement l’apparition de formations similaires à côté de lui, avec lesquelles il se confond, occupant toutes les grandes surfaces.

Les étapes

Dans le développement du cancer cutané, semblable aux autres oncologies, une stadification correspondante est observée.

  • Stade 1 - stade initial de développement d'une tumeur cutanée, caractérisé par sa petite taille (pas plus de 2 cm). Le cancer de la peau au premier stade se caractérise par l’absence de métastases et une grande mobilité. Il se déplace facilement avec la peau, bien que ses couches inférieures soient affectées. Le pronostic du traitement à ce stade est favorable, car la majorité des patients peuvent être complètement guéris d'un cancer de la peau.
  • Stade 2 - caractérisé par une augmentation de la tumeur à 4 mm, bien que les cellules malignes n'aient pas encore eu le temps d'atteindre les ganglions lymphatiques. Dans des cas isolés, les métastases se trouvent près de la tumeur dans le ganglion lymphatique. Dans la région de la tumeur peut être un sentiment de douleur. Cette étape est caractérisée par une survie à 50% à cinq ans, mais uniquement avec un traitement opportun et adéquat.
  • Au stade 3, une lésion active des ganglions lymphatiques se produit, bien que la métastase dans les organes ne soit pas encore observée. La tumeur devient cahoteuse et cause beaucoup de gêne. À ce stade, l'éducation se développe déjà dans les tissus sous-cutanés et perd donc sa mobilité. Pour ce stade, la survie à cinq ans est observée chez seulement un tiers des patients.
  • L'éducation au 4ème stade acquiert une taille importante, couvrant de grandes surfaces de la peau. La tumeur se développe dans le corps, impliquant le cartilage et le tissu osseux dans les processus cancéreux. Habituellement, à ce stade, la tumeur saigne, elle empoisonne tous les systèmes du corps en y propageant des métastases. Habituellement, le foie souffre en premier, puis les poumons. À ce stade, le taux de survie à cinq ans est extrêmement faible et ne dépasse pas 20%.

Les conséquences

Chaque type de cancer de la peau se distingue par son ensemble de cellules d’agressivité différente. Par conséquent, ces tumeurs se comportent différemment.

Quels sont les cancers dangereux de la peau?

  1. Basalioma n'est pas sujet aux métastases, il se caractérise par une croissance lente, souvent présente dans le nez.
  2. L'oncologie épidermique de la peau, au contraire, se développe rapidement et se métastase dans le corps.
  3. La forme la plus dangereuse est le mélanome, qui est difficile à traiter et entraîne souvent de nombreuses complications.

Diagnostics

Le processus de diagnostic comprend des procédures telles que:

Comment guérir la pathologie

Le processus thérapeutique est complexe. Après avoir identifié un type et un stade spécifiques d’oncologie, le médecin choisit un plan de traitement adéquat. Les principales méthodes utilisées dans le traitement du cancer de la peau:

  • Le traitement chirurgical consiste à enlever une tumeur par une méthode ouverte. Il est utilisé en oncologie des membres, du corps ou pour se débarrasser des métastases.
  • La radiothérapie implique une irradiation lorsque le traitement chirurgical n’est pas réalisable ou lors du développement de l’oncologie;
  • L'approche chimiothérapeutique est traditionnellement utilisée pour traiter les formes de cancer récurrentes, ainsi que pour les tumeurs de grande taille. La technique repose sur l'utilisation de médicaments ayant un effet destructeur sur les cellules cancéreuses. Souvent, avec un tel traitement, on utilise une pommade spéciale anticancéreuse, qui est indiquée pour être appliquée quotidiennement sur la tumeur, pendant plusieurs semaines;
  • La méthode de photodynamique a été utilisée avec succès dans le traitement du cancer localisé dans les couches supérieures de la peau. La technique est basée sur l'utilisation d'un médicament spécialisé appliqué au domaine de l'oncologie, après quoi ce domaine est soumis à un traitement à la lumière, sous l'influence duquel le médicament appliqué est activé et détruit les cellules cancéreuses;
  • Le traitement au laser élimine les cellules cancéreuses avec un faisceau de rayons hautement actif;
  • La méthode de fulguration implique l'élimination des cellules cancéreuses à l'aide d'outils spéciaux, après quoi la zone de l'opération est traitée avec un courant qui tue les cellules cancéreuses restantes.
  • La cryothérapie n'est justifiée que dans le cas d'une localisation superficielle de la tumeur. La technique consiste à congeler le matériau malin avec de l'azote liquide.

Outre les procédures ci-dessus, un traitement immunostimulant est prescrit, ce qui augmente la résistance de l'organisme aux cellules cancéreuses. Pour ce faire, prescrire l'interféron, le 5-fluorouracile, l'imiquimod, l'aldesleukine, la dacarbazine et d'autres médicaments.

Pouvoir

Le cancer cutané nécessite une révision radicale du régime alimentaire.

De nombreux produits peuvent inhiber la croissance des cellules d’origine maligne:

  • Les verts;
  • L'ail;
  • Les carottes;
  • Citrons;
  • Chou;
  • Piment rouge;
  • Les betteraves;
  • Grain entier.

Pronostic de survie

La pratique des dernières années montre que le pronostic de survie à cinq ans dans le carcinome épidermoïde des formes initiales est d’environ 90% et que, au stade final, il ne dépasse pas 60%.

Si le corps du patient répond de manière adéquate au traitement anticancéreux, il ne peut plus y avoir de rechute.

Pour le mélanome malin, le pronostic est également bon.

Aux stades initiaux, le taux de survie est basé sur un peu plus de 95% et au stade final - pas plus de 20%.

Métastases et longévité

Le plus souvent, dans les cancers de la peau, les métastases du mélanome se propagent dans l'organisme par les voies sanguine et lymphatique. Après l’excision chirurgicale du mélanome, des métastases sont détectées chez 5 patients sur une période de 5 ans, généralement localisés dans le tissu sous-cutané et à la surface de la peau.

Avec une telle métastase, l'espérance de vie du patient est de six mois à un an et demi. Si les métastases atteignent les organes internes ou le cerveau, l'espérance de vie des patients atteints d'un cancer de la peau est réduite à 3 à 6 mois.

Prévention

Le principal facteur prédisposant à l'oncologie est le rayonnement ultraviolet. Il est donc nécessaire de limiter autant que possible ses effets nocifs.

Vidéo sur les premiers signes de cancer de la peau:

A Propos De Nous

Est-ce que tous les types de cheveux de chimiothérapie tombent?Non Bien que la perte de cheveux soit l'effet secondaire le plus courant de la chimiothérapie. Avec les schémas thérapeutiques utilisés dans le traitement du cancer du sein, uniquement avec le schéma CMF (cyclophosphamide, méthotrexate, 5-fluorouracile), les cheveux peuvent ne pas tomber complètement.