Polypes dans les intestins: signes, symptômes, traitement chez l'adulte

Les appendices polypes dans les intestins sont l'une des pathologies les plus courantes du système digestif. Les polypes sont principalement localisés dans le gros intestin et le rectum. Ils se développent longtemps sans présenter de symptômes et sont souvent détectés par hasard lors de l'examen endoscopique. En raison du risque élevé d'ozlokachestvleniya, il est recommandé de retirer les polypes dans l'intestin par voie chirurgicale.

Quels sont les polypes?

En fonction de la structure morphologique des polypes intestinaux peuvent être les types suivants:

  • ferreux (adénomateux);
  • hyperplasique;
  • villeux (papillaire);
  • juvénile;
  • glandulo-villeux (adénopapillaire).

Les polypes glandulaires sont plus fréquents dans le gros intestin. Ils sont identifiés par des experts chez la majorité des patients présentant des processus polypes. Le polype adénomateux est capable de magnification (malignité). Extérieurement, il ressemble aux champignons qui poussent le long de la membrane muqueuse. Habituellement, le polype adénomateux glandulaire ne saigne pas, ce qui explique le retard du début du traitement.

Le polype hyperplasique n'est pas sujet à la malignité. C'est un nodule mou qui monte légèrement sur la membrane muqueuse. Dans le même temps, l'intestin est pratiquement inchangé en raison de la petite taille de la tumeur (le diamètre des polypes hyperplasiques ne dépasse pas 3–5 mm).

Les polypes de Fleecy peuvent être sous la forme de nœuds ou de formations rampantes de couleur rouge saturée. Localisés dans le rectum, ont de nombreux vaisseaux, ils saignent donc souvent et produisent des écoulements muqueux abondants. Appartient à des tumeurs bénignes, mais sont soumis à un traitement chirurgical.

Les processus polypes juvéniles peuvent atteindre de grandes tailles. Avoir une jambe et sont détectés principalement chez les enfants et les adolescents. Par malignité pas incliné. Situé seul.

La forme intermédiaire entre les formations papillaires et adénomateuses est constituée de polypes adénopapillaires dans l'intestin. Ils sont accompagnés d'un risque oncogène modéré.

Pourquoi les polypes apparaissent?

Les causes exactes des polypes dans l'intestin ne peuvent pas être spécifiées. Les experts ne font des suppositions qu’en analysant l’histoire des patients au cours des dernières décennies. Les médecins ont avancé plusieurs hypothèses expliquant pourquoi des excroissances polypeuses peuvent apparaître sur les parois intestinales. L'une des principales raisons est un processus inflammatoire chronique au niveau de la membrane muqueuse, associé à un régime alimentaire inadéquat, à des maladies infectieuses, à de mauvaises habitudes, à une alimentation pauvre en fibres.

Les formations à haut risque oncogène apparaissent en raison de la forte teneur en graisses animales, aliments frits contenant des substances cancérigènes. Sur la base du manque de fruits et légumes frais, le péristaltisme intestinal est réduit, son contenu est en contact prolongé avec les parois intestinales. Les substances cancérogènes provenant des aliments transformés sont absorbées dans l'épithélium, ce qui provoque des processus hyperplasiques dans les cellules glandulaires.

Le groupe à risque pour la formation de polypes comprend les personnes qui:

  • consomme souvent des boissons et des aliments irritants pour la membrane muqueuse du tube digestif;
  • souffrir de constipation chronique;
  • subi des procédures diagnostiques ou opératoires traumatiques sur les intestins;
  • abuser des boissons alcoolisées;
  • ont des pathologies chroniques du tractus gastro-intestinal, en particulier une nature infectieuse-inflammatoire;
  • engagé dans un travail physique pénible;
  • mener une vie sédentaire;
  • manger des fast-foods, de la viande grasse, des produits de restauration rapide contenant des agents cancérigènes et des conservateurs;
  • obtenir un peu de fibres avec la nourriture.

Complications possibles

Il est impossible de laisser sans l’attention des spécialistes une quelconque formation dans l’intestin, en particulier des polypes, propice à la malignité. Ils sont souvent formés sans signes supplémentaires et une personne peut ne pas être au courant de sa présence pendant de nombreuses années avant d'avoir réussi l'examen ou en présence de manifestations cliniques évidentes de la maladie. Mais quels sont les polypes si dangereux dans les intestins? Pourquoi ont-ils besoin d'être traités à temps?

Le principal danger des polypes est l'oxydation. C'est le risque de renaissance dans le cancer que la plupart des spécialistes en alerte. Polypes adénomateux du côlon particulièrement dangereux. Ils ne sont pas sujets aux ulcérations et la patiente ne sait pas depuis des décennies qu'elle souffre d'une pathologie précancéreuse. Le taux moyen de dégénérescence d'un polype glandulaire en cancer est de 7 à 10 ans. Mais les experts préfèrent ne pas risquer et mener l'opération immédiatement après la découverte de processus polypes.

Avec un parcours à long terme et une croissance active, les polypes peuvent entraîner les complications suivantes:

  • constipation chronique;
  • saignements;
  • obstruction intestinale;
  • flatulences prolongées;
  • l'anémie;
  • constipation, diarrhée;
  • inversion de l'intestin;
  • perforation de la paroi intestinale;
  • inflammation chronique des parois intestinales due à une lésion des parois de la tumeur.

Pour éviter les complications, il est nécessaire, dès l’apparition des premiers symptômes de polypes dans l’intestin, de contacter immédiatement le spécialiste pour un examen complémentaire.

Les personnes ayant des antécédents de maladies inflammatoires du tractus gastro-intestinal, hérédité défavorable, sont recommandées des examens préventifs réguliers des spécialistes. Cela permettra à un traitement précoce de commencer et de se débarrasser des polypes de manière moins traumatisante.

Tableau clinique des polypes

Chez la plupart des patients, les signes de polypes sont absents pendant une longue période, jusqu'à ce que la formation atteigne sa taille maximale. Nouveaux excroissances, presser les tissus environnants, provoquant une ischémie locale. Ils interfèrent avec la promotion des masses fécales, provoquant la constipation, le saignement, la douleur et d'autres signes de polypes intestinaux.

Les polypes duodénaux se développent de manière asymptomatique. Des douleurs apparaissent au milieu de la maladie, localisées dans l'abdomen, accompagnées d'une lourdeur dans l'estomac, de nausées, d'éructations fréquentes. En croissance active, un polype peut fermer la lumière du duodénum, ​​ce qui a pour conséquence que la nourriture reste longtemps dans l'estomac. Dans un tel état, les douleurs deviennent aiguës et ressemblent à des manifestations d'obstruction intestinale.

Les polypes de l'intestin grêle se développent également longtemps sans présenter de symptômes éclatants. Les patients se plaignent de flatulences régulières, de douleurs abdominales et de nausées constantes. Si la tumeur est localisée au début de l'intestin grêle, des crises de vomissements surviennent souvent. Les gros polypes entraînent des torsions intestinales, une obstruction intestinale, des saignements et d'autres symptômes aigus nécessitant des soins médicaux immédiats.

Le polype dans le côlon pendant une longue période passe inaperçu pour le patient. Il peut être formé en raison d'une autre pathologie du tube digestif. Les polypes dans les intestins de cette localisation s'accompagnent dans la plupart des cas de la libération de mucus et de sang de l'anus. Quelques mois avant l’apparition de manifestations cliniques caractéristiques, les patients remarquent une gêne au niveau de l’intestin, des troubles digestifs peuvent apparaître sous la forme de diarrhée alternée et de constipation.

Comment détecter les polypes intestinaux?

Afin de détecter les excroissances polypeuses sur les parois intestinales, les spécialistes utilisent les méthodes de recherche suivantes:

  • coloscopie;
  • oesophagogastroduodénoscopie;
  • biopsie endoscopique;
  • tomographie par ordinateur;
  • imagerie par résonance magnétique;
  • l'irrigoscopie;
  • rectoromanoscopie;
  • examen histologique.

Pour établir un diagnostic précis et déterminer le nombre et l'emplacement de la localisation des néoplasmes, plusieurs études sont nécessaires, mais plusieurs à la fois. Si les spécialistes ne prescrivent pas encore d’opération et choisissent une tactique d’attente, des examens endoscopiques de la lumière intestinale sont régulièrement effectués. Vous pourrez ainsi évaluer l’état des muqueuses et la qualité du traitement.

Caractéristiques du traitement

Traitement des polypes dans l'intestin le plus tôt possible. Le traitement conservateur est utilisé au stade préopératoire afin de réduire la taille des tumeurs. Dans la plupart des cas, une intervention chirurgicale est nécessaire. Le traitement conservateur est également utilisé en présence de plusieurs polypes recouvrant la muqueuse de tout le tractus gastro-intestinal. Les tactiques futures sont également appliquées aux patients âgés qui présentent des contre-indications à une intervention chirurgicale.

Parmi les méthodes courantes de traitement chirurgical sont les suivantes:

  • polypectomie endoscopique;
  • ablation transanale;
  • retrait d'un polype pendant la colotomie;
  • résection d'une partie ou de la totalité de l'intestin.

Les polypes du rectum sont enlevés par endoscopie. Les instruments microchirurgicaux sont insérés à travers des ouvertures naturelles et, sous le contrôle de l'optique, un spécialiste effectue l'excision des tumeurs. Les matériaux rassemblés sont en outre soumis à une étude détaillée. Si les spécialistes détectent des cellules malignes, le traitement sera complété par une chimiothérapie.

La chirurgie endoscopique est souvent associée à une électrocoagulation de la base du polype. Étant donné que l'opération est réalisée sans blessures massives, la période de rééducation est raccourcie. Les patients tolèrent bien l'élimination des polypes par endoscopie, alors que le risque de récurrence de la pathologie, tout en respectant les recommandations médicales et le régime alimentaire, est minime.

L'élimination transanale des tumeurs est réalisée avec des ciseaux spéciaux ou un scalpel, après quoi les tissus muqueux sont suturés. Ces opérations sont utilisées si nécessaire pour éliminer les polypes proches de l'anus. L'excision est réalisée sous anesthésie locale. Pour la commodité du chirurgien, le canal anal est dilaté avec un spéculum rectal.

La coloscopie est utilisée en présence de polypes larges ou localisés dans le côlon sigmoïde. Les néoplasmes sont excisés avec les muqueuses adjacentes, puis suturés. Avec la polypose familiale et diffuse, il est souvent nécessaire de réséquer tout le gros intestin. Les spécialistes pendant l'opération connectent l'extrémité de l'iléon avec l'anus.

Garantir l'absence de rechute après le retrait du polype ne peut être fait par un seul spécialiste. Tous les tissus prélevés sont soumis à un examen histologique. Au cours des premières années suivant le traitement chirurgical, les patients subissent régulièrement des diagnostics prophylactiques.

Il est indiqué non seulement aux patients ayant des antécédents de polypes, mais également à toutes les personnes âgées de 40 ans et plus.

Polypose diffuse

La polypose diffuse est une pathologie héréditaire, accompagnée de multiples lésions de tout le gros intestin et des parties adjacentes du tube digestif par des polypes. La maladie est plus fréquente chez les parents de patients atteints de la même pathologie La polypose conduit au développement du cancer colorectal. Pour éviter le développement de la maladie est presque impossible, car il se produit à la suite d'une mutation d'un gène particulier responsable de la prolifération de la membrane muqueuse du tube digestif. En raison de ce défaut, le tissu épithélial se développe rapidement avec la formation de multiples polypes.

Les patients découvrent le plus souvent la présence d’une polypose diffuse à l’adolescence, lors de l'apparition de douleurs abdominales, de diarrhée sanglante et d'autres signes caractéristiques de la maladie. Ces patients prennent mal du poids, ont souvent l’air épuisés. En raison d'une perte de sang chronique, une anémie se développe, la peau devient pâle. Le proctologue réussit à détecter de nombreux polypes même lors d'un examen rectal normal.

Le grossissement des formations polypes survient chez la plupart des patients. Le traitement est toujours rapide et plus tôt les patients demandent de l'aide, moins le risque de cancer de l'intestin diminue. Au stade précoce, la résection du rectum et du côlon sigmoïde est possible. Dans ce cas, le sphincter peut être maintenu. Avec la large distribution de la polypose nécessite l'utilisation de l'anastomose. Si un cancer est détecté, une colectomie totale est réalisée, le sphincter est retiré et une stomie est créée dans la paroi abdominale.

Régime Polyp

La nature de la nutrition affecte directement la fréquence des polypes. S'il y a peu de fibres dans l'alimentation et beaucoup d'aliments riches en substances cancérigènes, des conditions favorables sont créées pour l'hyperplasie de la membrane muqueuse, la progression de la constipation et des lésions de l'épithélium avec des masses fécales et sa croissance ultérieure. Ne vous mêlez pas des légumineuses, des cornichons et de la viande fumée. Ces produits sont capables de provoquer un processus inflammatoire dans le tube digestif.

Un régime strict pour les polypes dans l'intestin n'est pas effectué. Il est recommandé d’abandonner l’alcool, les plats épicés, les muqueuses irritantes. Le régime devrait être en fibres naturelles. Vous pouvez l'obtenir à partir de légumes, fruits, céréales. Une éponge semblable à la cellulose nettoie les intestins et favorise la formation de masses fécales, prévenant ainsi l’apparition de constipation. Les aliments doivent être à une température confortable - chaud, mais pas chaud ni froid.

Il est recommandé aux personnes souffrant de polypes intestinaux d’utiliser les plats suivants:

  • bouillie en purée;
  • soupes sur bouillon de viande maigre;
  • fruits non acides, légumes bouillis;
  • des fruits de mer;
  • boissons à base d'acide lactique, fromage cottage.

L'alcool est contre-indiqué sous n'importe quelle forme. L'acceptation de l'alcool peut provoquer des saignements et provoquer l'apparition d'une obstruction intestinale chez les gros polypes. Il est également recommandé d’arrêter de fumer car la nicotine et le goudron contiennent des substances cancérigènes pouvant provoquer une dégénérescence des tissus.

Prévention

Une prévention de haute qualité des polypes intestinaux devrait commencer bien avant leur détection. Personne n'est à l'abri du développement de cette maladie et le risque de leur apparition ne peut être complètement exclu. Mais, en suivant les recommandations suivantes, il est possible de réduire au minimum la probabilité de croissance de formations polypes:

  • suivre les règles de la nutrition, manger le moins possible d'aliments frits contenant des substances cancérigènes;
  • augmenter la quantité de fibres végétales dans les aliments, les boissons à base de lait fermenté qui favorisent une microflore intestinale saine;
  • refuser les boissons alcoolisées fortes, le tabagisme;
  • En temps opportun traiter les maladies du tractus gastro-intestinal, lutter contre la constipation chronique;
  • mener une vie active, contrôler son poids;
  • Ne pas négliger les examens préventifs, après avoir atteint l'âge de 40 ans, effectuez régulièrement un diagnostic de l'intestin à l'aide de techniques modernes.

Lorsque les polypes dans l'intestin, la nourriture devrait être fréquente. Mangez de petits repas, mais au moins toutes les 2-3 heures. Dans ce cas, les aliments transformés ne stagneront pas dans les anses intestinales pendant une longue période. Une attention particulière à la prévention de la polypose devrait être portée aux personnes qui ont une prédisposition héréditaire à l'apparition de polypes.

La médecine traditionnelle aidera-t-elle?

Beaucoup de gens sont intéressés à savoir si la médecine traditionnelle aide les polypes dans les intestins? Il faut immédiatement noter que les excroissances polypeuses sont des néoplasmes graves, souvent compliqués par un cancer colorectal. Si les polypes adénomateux ou les formations adénopapillaires ne sont pas retirés à temps, les tissus peuvent devenir grossis pendant plusieurs années. Par conséquent, les remèdes populaires ne doivent être considérés que comme un complément aux méthodes chirurgicales visant à éliminer les néoplasmes intestinaux. Même si à présent le polype ne présente aucun signe d'ozlokachestvleniya, ils peuvent apparaître dans quelques mois ou quelques années.

En ce qui concerne l'efficacité de la médecine traditionnelle contre la polypose, il existe encore des différends dans le monde scientifique. De nombreux médecins pensent que les méthodes traditionnelles ne peuvent être utilisées qu’à des fins prophylactiques et que les polypes doivent être éliminés immédiatement avant qu’ils ne deviennent malins. Que vous utilisiez ou non les méthodes traditionnelles de traitement dépend de vous.

L’un des moyens connus de traiter les polypes consiste à utiliser un mélange spécial à base de graines de citrouille, de jaunes de poulet et d’huile végétale. Vous devez prendre 12 cuillères à soupe de graines de citrouille, les réduire en farine, mélanger avec 7 jaunes de poulet bouillis et 2 tasses d'huile végétale. La composition résultante doit être soigneusement mélangée et maintenue pendant 15 minutes dans un bain-marie. Après cela, vous pouvez commencer le traitement. Les moyens sont pris le matin, avant les repas, dans la semaine. Dose unique - 1 c.

Les polypes de l'anus sont éliminés avec un mélange de poudre sèche de chélandine et de vaseline borique. Des tampons de cette composition sont insérés dans l'anus plusieurs fois par jour. Traiter les polypes et la décoction de cônes de houblon. L'outil est utilisé pendant une semaine, puis faites une courte pause. Lorsque polypose utile produits d'abeille. Prenez régulièrement du miel naturel, du pollen, de la gelée royale. Tous ces produits ont une activité biologique accrue, la capacité d'activer les réserves internes du corps et de les accorder pour la récupération.

Les polypes dans les intestins - est-ce dangereux? Symptômes et élimination des polypes

Les polypes sont des excroissances bénignes situées sur la membrane muqueuse et suspendues dans la lumière. Elles se forment lors de l'échec de la régénération de l'épithélium, lorsque de nouvelles cellules se multiplient à un rythme anormal et forment des excroissances qui recouvrent les parois intestinales de colonies occupant une grande surface.

À mesure que l'épithélium augmente, les polypes peuvent être endommagés par les matières fécales, entraînant un saignement interne. Les ampoules à grande échelle peuvent obstruer la lumière, contribuant à la constipation. Les dommages systématiques aux polypes peuvent causer des tumeurs malignes. Par conséquent, l’apparition de polypes est considérée comme une condition précancéreuse et doit être supprimée.

Qu'est ce que c'est

Les polypes dans les intestins sont des tumeurs bénignes, souvent localisées sur ses parois internes, comme dans d'autres organes creux. Ces excroissances sont formées à partir de l'épithélium glandulaire et font saillie dans la lumière de l'intestin, parfois elles reposent sur le pédicule, parfois elles sont absentes, et ensuite elles parlent de polypes sur une large base.

Les causes

Les causes exactes des polypes dans l'intestin ne peuvent pas être spécifiées. Les experts ne font des suppositions qu’en analysant l’histoire des patients au cours des dernières décennies. Les médecins ont avancé plusieurs hypothèses expliquant pourquoi des excroissances polypeuses peuvent apparaître sur les parois intestinales. L'une des principales raisons est un processus inflammatoire chronique au niveau de la membrane muqueuse, associé à un régime alimentaire inadéquat, à des maladies infectieuses, à de mauvaises habitudes, à une alimentation pauvre en fibres.

Le groupe à risque pour la formation de polypes comprend les personnes qui:

  • subi des procédures diagnostiques ou opératoires traumatiques sur les intestins;
  • consomme souvent des boissons et des aliments irritants pour la membrane muqueuse du tube digestif;
  • souffrir de constipation chronique;
  • engagé dans un travail physique pénible;
  • mener une vie sédentaire;
  • manger des fast-foods, de la viande grasse, des produits de restauration rapide contenant des agents cancérigènes et des conservateurs;
  • abuser des boissons alcoolisées;
  • ont des pathologies chroniques du tractus gastro-intestinal, en particulier une nature infectieuse-inflammatoire;
  • obtenir un peu de fibres avec la nourriture.

Les formations à haut risque oncogène apparaissent en raison de la forte teneur en graisses animales, aliments frits contenant des substances cancérigènes. Sur la base du manque de fruits et légumes frais, le péristaltisme intestinal est réduit, son contenu est en contact prolongé avec les parois intestinales. Les substances cancérogènes provenant des aliments transformés sont absorbées dans l'épithélium, ce qui provoque des processus hyperplasiques dans les cellules glandulaires.

Classification

Les néoplasmes bénins des intestins ont une structure, une forme et une taille différentes. Il existe également de véritables polypes, à savoir la prolifération de cellules muqueuses et de pseudopolypes génétiquement modifiés, constitués de cellules non modifiées et apparaissant avec des effets indésirables (par exemple, lors d'un processus inflammatoire local à long terme).

Par structure, les polypes se distinguent:

1) ferreux (adénome). Constitué d'un tissu glandulaire en croissance de la paroi interne de l'intestin, atteignant 2 à 3 cm de diamètre et d'une consistance dense. De telles formations ne sont pas sujettes aux ulcérations et aux saignements. Ce type de polype est plus commun et plus susceptible de dégénérer en cancer.

  • polypes tubulaires, qui se caractérisent par une couleur rose et une surface lisse.
  • villeuse - nodulaire de taille moyenne ou rampante le long de la paroi de la formation, richement vascularisée, par conséquent, présente une couleur rouge et une tendance au saignement, aux ulcérations et à la nécrose;
  • glandulo-villeux;
  • villeux tubulaire.

2) juvénile. Consistent en des tissus embryonnaires restant dans la paroi intestinale en raison de défauts de développement. Le plus souvent, les enfants malades âgés de moins de 10 ans, plus de garçons.

3) hyperplasique. Ce sont de petites formations, d’une taille allant jusqu’à 5 mm, de texture douce, de couleur similaire à celle du tissu environnant. Les polypes hyperplasiques de l'intestin sont rarement retrouvés en un seul exemplaire, souvent la maladie est multiple.

4) Hamartromes. Conglomérats de tissu épithélial normal et altéré. On pense qu'ils se développent de la même manière que les tissus environnants, mais plus désorganisés. L'incidence est associée à la transmission par héritage.

5) lymphoïde. Dans le cadre des cellules envahies du tissu lymphoïde. Ce type est souvent compliqué par des saignements et peut provoquer une invagination intestinale chez l'enfant.

Les polypes se trouvent sous la forme:

  • formation nodulaire de consistance dense;
  • champignon sur la jambe;
  • éponges lobulaires;
  • grappe de raisin.

Par le nombre d'émettre:

  • célibataire;
  • multiples - jusqu'à des centaines, peuvent être placés en groupes;
  • diffuse - le nombre peut atteindre plusieurs milliers.

Les deux dernières espèces sont définies comme polypose intestinale, diffuse est héritée.

Quelle est la probabilité de dégénérescence des polypes en cancer intestinal?

Quels polypes peuvent devenir malins? Ces types de tumeurs comprennent près de 75% de tous les polypes de l'intestin, on parle alors d'adénomes ou de polypes adénomateux. Selon le comportement des polypes au microscope, il est habituel en médecine de subdiviser les adénomes en sous-types - ceux-ci sont glandulo-villeux, villeux et glandulaires (tubulaires). Les lésions tubulaires sont moins sujettes aux tumeurs malignes lorsque, comme les adénomes villeux, conduisent très souvent à une dégénérescence oncologique.

La taille de la formation détermine également si un polype est menacé de malignité. Ce que c'est, le risque est plus élevé. Lorsque la croissance en volume dépasse 20 mm, la menace est aggravée de 20%. Etant donné que même les plus petits polypes vont augmenter régulièrement, ils doivent être retirés immédiatement après la détection. Il existe certains types de polypes qui ne sont pas menacés par une tumeur maligne - ce sont des formations hyperplasiques, inflammatoires et hamartomatiques.

  1. Après l'élimination de la formation adénomateuse, une personne est régulièrement examinée pour rechercher de nouveaux polypes dans l'intestin.
  2. Les gros polypes renaissent de manière maligne avec un degré de probabilité plus élevé.
  3. Les formations adénomateuses sont les plus dangereuses. Ils ont un fort potentiel de malignité.
  4. La médecine moderne a des tests spéciaux pour diagnostiquer une prédisposition héréditaire au développement du cancer de l'intestin. Cette technique permet d’empêcher en temps voulu le début de la dégénérescence oncologique des polypes.
  5. La coloscopie, la rectoromanoscopie et la sigmoïdoscopie sont des procédures de diagnostic qui doivent être effectuées régulièrement pour les personnes de plus de 50 ans présentant une hérédité dangereuse. Si les excroissances ne sont pas détectées, il est recommandé de se rendre au dispensaire après deux ans.

Les symptômes

Au stade initial, les polypes ne provoquent aucun symptôme, car ils sont petits et peu nombreux. De plus, ces néoplasmes sont difficiles à détecter par des méthodes de recherche conservatrices, sauf avec l'aide d'une coloscopie. Avec la croissance ultérieure de tumeurs non malignes, il existe un risque de blessure par leurs écoulements fécaux.

Dans ce cas, des dommages à l'intégrité du polype entraînent la libération de sang ou de mucus. En général, les saignements sont de nature mineure et, par conséquent, ils ne sont détectés que par des analyses de sang caché. À l'heure actuelle, tout syndrome douloureux fait défaut ou est si peu prononcé qu'il ne suggère pas le développement d'une polypose.

Les symptômes disponibles permettent au contraire de diagnostiquer la présence de gros polypes dans le gros intestin et le petit intestin. Le patient a observé:

  1. Constipation régulière. La masse fécale sort de leur propre chef, mais rarement et douloureuse, soit avec l'aide de lavements ou de laxatifs.
  2. Saignement de l'anus. Les patients confondent souvent ce symptôme avec des fissures anales, des hémorroïdes et une fistule. En règle générale, le saignement est accompagné d'une grande quantité de mucus.
  3. Sensation de corps étranger. La sensation survient dans le rectum près de l'anus.
  4. Sensations douloureuses. Les gros polypes provoquent des crampes douloureuses dans la région intestinale (parfois confondues avec des flatulences). En outre, des sensations douloureuses peuvent apparaître dans le bas de l'abdomen.
  5. Dommage. En raison de la constipation, un processus inflammatoire se produit lorsque des masses fécales dures endommagent la paroi intestinale. Souvent, des fissures anales apparaissent, qui doivent être traitées avec des antiseptiques et des anti-inflammatoires. Si cela n'est pas fait, des fistules purulentes peuvent se former.
  6. La diarrhée Vidage fréquent avec des selles molles. Des impuretés de sang, du pus et des sécrétions séreuses peuvent être présentes.
  7. Décrochage scolaire Si la tumeur est dans le rectum, elle peut alors tomber lors des selles ou bloquer le passage de masses fécales autour du sphincter. Ce symptôme s'accompagne également de saignements.
  8. Épuisement. Les polypes sont des tissus mous qui se développent aux dépens de la nutrition. Il entre par le système circulatoire et les courants lymphatiques. Le patient voit souvent une augmentation de son appétit ou, au contraire, une diminution. Des symptômes d'anémie peuvent être présents: peau pâle, cercles sous les yeux, vertiges, nausées, maux de tête. Dans certains cas, l'anémie est un symptôme clinique.

Examine et prescrit un traitement - coloproctologist. La coloscopie est la principale méthode de détection des polypes.

Polypes dans les intestins - traitement ou élimination?

Il n’existe aucun traitement médical conservateur pour les polypes dans les intestins. Parfois, lors de l'endoscopie du rectum, il est possible de retirer les polypes de l'intestin, s'ils sont petits et bien situés. Dans d'autres cas, une intervention chirurgicale est nécessaire. Si le polype est bas dans le rectum, il peut être retiré par voie transanale.

Lorsque de petits polypes sont détectés au cours d'une coloscopie, lors d'une procédure endoscopique, ils peuvent être éliminés à l'aide d'une électrode à boucle, par électroexcision, lorsque la jambe de la tumeur est pincée avec une électrode. Dans certains cas, une polypectomie peut provoquer une perforation de la paroi intestinale et être compliquée par un saignement. Dans tous les cas, les polypes intestinaux retirés sont examinés histologiquement. Si les résultats de l'histologie donnent une conclusion positive sur la présence de cellules cancéreuses, recourir à la résection de cette partie de l'intestin.

Les types de chirurgie suivants sont distingués:

  1. Électrocoagulation. La procédure est réalisée à l'aide de l'introduction à travers l'anus d'un coloscope opérationnel. Grâce à cet outil, une boucle spéciale est introduite dans la lumière de l'intestin, qui laisse passer le courant, qui chauffe jusqu'à une certaine température. Il capture un polype et le coupe.
  2. Excision transanale. Ce type de chirurgie est recommandé pour les patients dont l'emplacement de la formation pathologique ne se situe pas à plus de 10 centimètres du passage anal. Pendant l'opération, une anesthésie locale est appliquée. Ensuite, le canal anal est élargi avec un miroir spécial et le polype est excisé avec des ciseaux ou un scalpel, après quoi les sutures sont appliquées sur la muqueuse.
  3. Résection transanale du rectum. Il est recommandé aux personnes présentant des lésions précancéreuses. Son essence réside dans l'ablation du rectum par l'anus et dans l'enlèvement de la zone touchée avec les formations.
  4. Excision de l'endomyrose transanale. L'opération est réalisée par l'anus à l'aide d'un proctoscope. Une boucle endoscopique est insérée à travers l'instrument, ce qui coupe la formation. La procédure est le plus souvent utilisée pour éliminer les gros polypes villeux.
  5. Colotomie Il s’agit d’une intervention chirurgicale réalisée par une incision abdominale. A travers la plaie, un certain intestin est retiré avec le retrait ultérieur des formations. Cette procédure est réalisée avec la difficulté des interventions transanales utilisant un proctoscope et d'autres instruments.

En cas de polypose diffuse et familiale, et en particulier en association avec des tumeurs d'autres tissus ou le syndrome de Gardner, le traitement consiste en une résection complète du gros intestin, l'anus étant relié à l'extrémité de l'iléon. Un à trois ans après le retrait des gros polypes, des récidives de la pathologie peuvent survenir. Il est donc recommandé, un an après l'opération, de subir une coloscopie et de procéder à un diagnostic endoscopique tous les cinq ans. Les polypes de grande taille et multiples, ainsi que les polyposes familiales, présentent le plus grand risque de transformation en oncologie.

À ce jour, aucune mesure préventive ne peut empêcher le développement de polypes dans l'intestin. Par conséquent, seul un diagnostic régulier opportun après 40 ans ou avec une susceptibilité génétique au cancer de l'intestin peut déterminer la présence de polypes oncogènes dans le corps au cours des premiers stades de leur développement. Avec une détection et une élimination rapides des cellules cancéreuses, la récupération se produit dans 90% des cas.

Règles de puissance

Le régime alimentaire des patients subissant une intervention chirurgicale pour éliminer les polypes dans l'intestin devrait être doux et fournir au moins six repas pendant la journée. Les produits consommés doivent contenir une grande quantité de fibres végétales, d’antioxydants et de vitamines.

Contre-indiqué à l'utilisation:

  • produits laitiers;
  • toute nourriture en conserve;
  • les cornichons;
  • viande fumée;
  • plats frits et gras;
  • produits raffinés contenant un grand nombre de parfums et de colorants.
  • chou de mer et chou blanc;
  • plats à la citrouille;
  • carottes fraîches, oignons, épinards;
  • germe de blé;
  • soupes et bouillies en purée;
  • tous les types de produits laitiers fermentés;
  • thé vert;
  • les fruits ne sont pas des variétés acides;
  • viandes maigres, bouillies ou cuites au bain-marie.

Tous les aliments doivent être chauds (des plats trop chauds et froids sont dangereux pour le patient). Les produits protéiques ne doivent pas être utilisés avec l'amidon.

Remèdes populaires

Le traitement avec des remèdes populaires n'a pas de fondement scientifique et n'apporte pas le résultat souhaité aux patients qui refusent de retirer une tumeur.

Sur Internet, de nombreuses informations sur l'utilisation de la chélidoine, du chaga, de l'hypericum et même du raifort avec du miel, que vous pouvez prendre par voie orale ou sous forme de lavements. Il convient de rappeler que cette auto-médication est dangereuse non seulement par la perte de temps, mais également par les lésions de la muqueuse intestinale, qui entraînent des saignements et augmentent considérablement le risque de malignité polypale.

Prévention

Afin de réduire le risque de développement de polypes dans l'intestin, certaines règles prophylactiques doivent être suivies, notamment:

  • cesser de fumer;
  • mode de vie actif;
  • traitement rapide et complet des maladies intestinales;
  • bonne nutrition;
  • élimination de la constipation;
  • rejet d'alcool;
  • inspection de routine de l'intestin 1 tous les 3 ans et plus souvent si nécessaire.

En cas de risque de formation de polypes dans les intestins, il est conseillé de consulter un médecin au préalable, de choisir un programme individuel d’examens préventifs des intestins et de se renseigner précisément sur les tout premiers symptômes de polypes. Ces actions permettront soit de prévenir la maladie, soit, si cela se produit, d’aider à la combattre avec succès.

Polypes dans les intestins: symptômes et traitement

Les polypes sont des formations bénignes qui représentent la croissance "charnue" de tissus dépassant au-dessus de la membrane muqueuse des organes. Selon de nombreux chirurgiens, les polypes dans les intestins peuvent être diagnostiqués chez toutes les 10 personnes âgées de plus de 40 ans dans notre pays, à condition qu'un examen complet soit effectué sur ce groupe d'âge.

Causes des polypes dans l'intestin

Il n’existe pas de théorie expliquant l’apparition de polypes dans les intestins. Certains scientifiques ont tendance à croire que ces tumeurs apparaissent à la suite d'une perturbation des processus de régénération dans les zones lésées de la paroi intestinale. D'autres considèrent que la cause de la formation de polypes est anormale au cours du développement embryonnaire. Il existe de nombreuses autres opinions sur la nature de cette maladie.

Cependant, les facteurs susceptibles d’accroître la probabilité de formation de polypes dans l’intestin sont identifiés:

  • sexe masculin (chez les hommes, la maladie est détectée plus souvent que chez les femmes);
  • prédisposition génétique;
  • mode de vie inactif et obésité;
  • prévalence dans le régime alimentaire des glucides et des aliments gras;
  • constipation persistante et dysbiose;
  • diverticulose et cancers intestinaux.

Symptômes de polypes dans les intestins

Dans la plupart des cas, les polypes dans l'intestin ne se manifestent pas, en particulier les plus petits. Par conséquent, la pathologie n'est pas diagnostiquée à temps et ne peut être guérie.

S'il y a des polypes dans le côlon, le patient peut se plaindre des problèmes suivants:

  • douleur dans l'abdomen;
  • alternance de constipation et de diarrhée;
  • fausse envie de déféquer (ténesme);
  • inconfort pendant les selles;
  • l'apparition de sang et de mucus sur les matières fécales et entre les périodes de selles.

Dans le petit et le duodénum, ​​les polypes sont rarement formés, les symptômes apparaissent lorsqu'ils atteignent de grandes tailles. Et cela est dû au fait que les tumeurs contractent la lumière intestinale, ce qui entraîne:

  • sensation de plénitude dans l'estomac;
  • douleur épigastrique;
  • brûlures d'estomac;
  • éructations;
  • des nausées, parfois même des vomissements.

Si la maladie n’est ni diagnostiquée ni traitée, son issue peut alors être une obstruction intestinale élevée.

Diagnostic des polypes dans les intestins

Il est impossible d'établir un diagnostic sans procédures de diagnostic spéciales: sur la base des plaintes et des résultats de laboratoire, le médecin ne peut que présumer de la présence de néoplasmes dans l'intestin. Les proctologues et les endoscopistes sont impliqués dans le diagnostic de cette maladie.

Examen rectal numérique

Il s'agit de la première étude obligatoire réalisée sur un patient présentant des formations suspectes dans l'intestin. Le médecin estime que les parties les plus proches du rectum peuvent être identifiées au cours de l’étude et que diverses pathologies peuvent être responsables de l’apparition des symptômes.

Méthodes de radiographie

L'irrigoscopie est une étude du gros intestin utilisant un agent de contraste qui est administré de manière rétrograde, c'est-à-dire à l'aide d'un lavement du rectum. Cette méthode vous permet de visualiser les caractéristiques de la structure du gros intestin et d’identifier ses diverses formations (défauts de remplissage). La détection de petits polypes n’est souvent pas possible avec ce test.

Si vous soupçonnez la présence de polypes ou d’autres défauts dans les sections supérieures, vous examinez le passage du baryum dans les intestins. Avant l'examen, le patient doit boire une solution contenant un agent de contraste. Après plusieurs heures, des rayons X sont pris, dans lesquels, au passage de l'agent de contraste, différentes parties de l'intestin sont visualisées.

Méthodes endoscopiques

La rectoromanoscopie est une méthode de diagnostic qui permet d'inspecter les parties rectale et distale du côlon sigmoïde, à environ 20-25 cm de l'anus. Avec l'aide de l'appareil, le médecin peut:

  • évaluer visuellement l'état de la muqueuse intestinale;
  • examiner les tumeurs, le cas échéant;
  • prendre le matériel pour une biopsie ultérieure.

La coloscopie est le "gold standard" dans le diagnostic des maladies du côlon. Cette méthode permet d’examiner l’intestin presque sur toute sa longueur (jusqu’à 1,5 m). Avec l'aide d'un coloscope, un médecin peut:

  • inspecter la membrane muqueuse, en révélant les plus petits polypes de la taille de quelques millimètres;
  • prendre le matériel de biopsie;
  • retirer l'éducation.

Traitement des polypes intestinaux

Le traitement radical de cette maladie n’est possible que par chirurgie. Il est impossible de se débarrasser des polypes à l'aide de médicaments.

L'élimination endoscopique des polypes sur les parois du gros intestin est réalisée à l'aide d'un sigmoïdoscope ou d'un coloscope. Le plus souvent, l'opération est réalisée sous anesthésie générale.

  1. Lorsque des polypes sont détectés dans le rectum, leur excision transanale est réalisée, la plupart de ces opérations étant réalisées à l'aide d'une anesthésie locale. Il est recommandé de supprimer l’éducation dans cette partie de l’intestin, même si elle est petite et de nature bénigne, car elle est souvent blessée et provoque des symptômes désagréables pour le patient.
  2. Si la formation endoscopique ne peut pas être enlevée, alors l'enlèvement est effectué par une incision dans la paroi de l'intestin, une telle opération s'appelle une colotomie.
  3. Dans la polypose, lorsqu'il y a plus d'une centaine de polypes et qu'ils sont concentrés dans une section de l'intestin, la zone touchée est retirée et une anastomose est appliquée entre les extrémités de l'intestin.

Polypes intestinaux - est-ce un cancer ou pas?

Cette question se pose chez de nombreux patients chez qui des polypes sont trouvés dans l'intestin.

Les polypes sont des tumeurs bénignes, ils ne sont pas des cancers, mais certaines de leurs espèces peuvent se maligner au fil du temps (devenir malignes).

Lorsque les polypes sont détectés au cours de la coloscopie, le matériel de biopsie est prélevé. Les recherches en laboratoire permettent d’établir le type de néoplasmes, ce qui permet de tirer des conclusions sur la possibilité d’une tumeur maligne.

Polypes adénomateux (glandulaires)

La probabilité de malignité de ce type de polypes est très élevée: dans 85% des cas, 5 à 15 ans après leur détection, le cancer colorectal est retrouvé chez des patients. Plus la taille de ces polypes est grande et plus leur nombre est élevé, plus le risque de progression défavorable de la maladie est élevé; par conséquent, les polypes adénomateux sont souvent appelés précancéreux.

Les patients présentant des polypes de type adénomateux selon les résultats de la biopsie sont priés de les retirer avec une coloscopie de contrôle annuelle ultérieure. Il existe des preuves que les personnes dont les parents étaient les «propriétaires» de polypes de ce type (même si cela n’a pas attiré le cancer du côlon), le risque de cette pathologie augmente de 50%.

En outre, sécrétez histologiquement des polypes hyperplasiques, inflammatoires et hamartomatiques, qui renaissent très rarement en cancer. Les petits polypes de taille unique présentant une faible probabilité de malignité, qui ne provoquent aucun symptôme, ne sont généralement pas retirés et un examen régulier est recommandé pour les patients.

Recommandations de l'OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de réaliser une coloscopie diagnostique chez toutes les personnes âgées de 55 ans, puis tous les 10 ans (en l’absence de plaintes et de symptômes caractéristiques des polypes dans l’intestin). Cette recommandation est due au fait que dans plus de 85% des cas, le cancer du côlon est détecté chez des patients de plus de 60 ans.

La limite d'âge de la première étude est réduite à 45 ans si une polypose ou un cancer de l'intestin ont été identifiés dans une famille de parents de première ligne (mère, père, frères et sœurs), notamment à l'âge de 45 ans.

Différents pays ont leurs propres normes pour incorporer cette procédure dans le plan des examens médicaux. Dans de nombreux pays européens, il est recommandé de pratiquer chaque année une coloscopie à toutes les personnes de plus de 45 ans, et une analyse de sang occulte dans les selles est également incluse dans le plan d'examen (réaction de Gregersen).

En cas de plainte pouvant indiquer la présence de cette maladie, une coloscopie est réalisée selon les directives du médecin, quel que soit l'âge du patient. Des cas fréquents de détection de polypes bénins chez les enfants.

Ces recommandations sont dictées par des statistiques décevantes. Au cours des 30 dernières années, le cancer colorectal, qui annonce souvent des polypes dans les intestins, s'est hissé au deuxième rang des causes de décès par cancer dans les pays développés. De plus, dans la très grande majorité des cas, la maladie est déjà diagnostiquée au stade III ou IV, lorsque le traitement radical est impossible ou inefficace. Ainsi, l'inclusion de la coloscopie dans un plan d'enquête pour les personnes de plus de 45 ans est l'une des mesures les plus efficaces pour prévenir le cancer du côlon.

Un spécialiste parle de polypes du côlon:

Polypes dans les intestins

Les polypes dans l'intestin sont une formation de tumeur bénigne. Il repose sur la jambe ou sur une base large et se bloque dans la lumière des parois intestinales. Des polypes dans les intestins peuvent apparaître à la suite de processus inflammatoires chroniques de la muqueuse intestinale.

Il existe également une théorie selon laquelle, même dans la période de développement embryonnaire, il existe parfois un excès de matériel embryonnaire. C'est lui qui devient une telle éducation dans le processus d'inflammation. Les polypes hyperplasiques intestinaux sont petits et se trouvent le plus souvent dans le rectum. De tels polypes n'appartiennent pas aux formations néoplasiques.

Les polypes hamartomateux dans les intestins se développent à partir de tissus ordinaires, si leur combinaison est inhabituelle ou si un certain élément du tissu se développe de manière disproportionnée.

Les polypes intestinaux juvéniles sont des polypes du type hamartomateux dans le côlon.

Les polypes adénomateux dans l'intestin sont un précurseur facultatif. En fonction du type et de la taille de ces polypes, la probabilité de leur dégénérescence ultérieure dépend. Les adénomes tubulaires ont une couleur rose, une surface lisse et dense. Pour les adénomes villeux, il existe un grand nombre d'excroissances en forme de branche à la surface. Dans la plupart des cas, ils ont une base large et une texture douce. Fondamentalement, la maladie est asymptomatique, mais dans certains cas, les selles peuvent devenir liquides, avec la présence d'impuretés de sang noir. Les adénomes villeux sont plus fortement saturés de cellules, ce qui explique leur risque accru de dégénérescence. Un autre type d'adénome est l'adénome villeux tubulaire. Ils ont des éléments des deux types d'adénomes. Les polypes intestinaux de type inflammatoire apparaissent en raison de la croissance de la membrane muqueuse en réaction à un processus inflammatoire aigu. Ce ne sont pas des formations néoplasiques, mais des pseudo-tumeurs.

Symptômes de polypes dans les intestins

En règle générale, les personnes atteintes de polypes intestinaux ne présentent pas de symptômes prononcés de la maladie. Dans les adénomes villeux, les matières fécales peuvent contenir de grandes quantités de mucus. Des saignements peuvent également se produire. Si les polypes dans l'intestin sont trop volumineux, ils peuvent créer une imitation des symptômes d'obstruction intestinale partielle et provoquer des crampes.

Selon les études, dans 95% des cas de polypes adénomateux et villeux, le cancer colorectal survient dans les 5-15 ans. En raison du fait que la maladie ne présente aucun symptôme, les polypes se trouvent dans l'intestin principalement lors de l'examen endoscopique. Mais si les tumeurs villeuses grossissent et atteignent deux à trois centimètres, le patient peut ressentir un écoulement de sang et de mucus, une douleur à l'abdomen et à l'anus et des démangeaisons anales. Une personne peut avoir la constipation et la diarrhée. Si les tumeurs villeuses atteignent une très grande taille, l'homéostasie peut être considérablement perturbée en raison d'une sécrétion trop importante de mucus. Cela est dû à la perte importante de protéines et d'électrolytes. De plus, en raison de l'invagination, les polypes dans l'intestin peuvent provoquer une obstruction partielle ou une obstruction totale aiguë.

Diagnostic des polypes dans les intestins

Si le patient se plaint de la présence de symptômes, dont il a été question ci-dessus, le spécialiste procédera nécessairement à un examen numérique du rectum et à une sigmoïdoscopie. Lors de l'examen digital, une zone rectale d'environ dix centimètres du bord de l'anus est disponible pour l'inspection. Il est très important d’appliquer cette méthode de diagnostic de manière obligatoire, car c’est une méthode informative pour le spécialiste, permettant d’identifier un certain nombre de maladies associées dans le rectum entourant les tissus, et chez les hommes, d’identifier les problèmes affectant la prostate.

Avant la rectoromanoscopie, il est nécessaire de procéder à une préparation approfondie de la procédure, en posant des lavement nettoyant ou en prenant préalablement des préparations laxatives par voie orale. La rectoromanoscopie est une méthode qui donne une image plus large: elle permet de retrouver la plupart des formations dans l'intestin, car plus de la moitié des polypes se trouvent dans le rectum et le côlon sigmoïde, c'est-à-dire dans la zone de pénétration du proctoscope, entrée à 25-30 cm. trouvé, vous devez très soigneusement examiner les sections du côlon, qui sont situées au-dessus, ainsi que de l'estomac. En effet, très souvent, les polypes affectent différentes parties du tube digestif. Les examens par rayons X et endoscopiques sont utilisés pour des recherches ultérieures.

Une autre méthode, souvent utilisée pour la détection des polypes, est l’irrigoscopie. Avec lui, vous pouvez identifier la plupart des polypes, dont la taille atteint 1 cm de diamètre. Mais les petites formations sont difficiles à détecter. Pour cette raison, lors des inspections à des fins de prévention, vous devez utiliser un colonoscope, qui vous permet de diagnostiquer des polypes de toute taille.

Traitement des polypes intestinaux

Pour éliminer les polypes dans les intestins d'une jambe mince, les méthodes d'électrocoagulation en boucle sont principalement utilisées lors de la coloscopie. Si les polypes ont une base large, ils sont généralement excisés. Si la forme ou la taille des polypes est telle qu'ils ne peuvent pas être retirés par endoscopie, ils sont éliminés par une opération chirurgicale. La même chose s'applique aux polypes présentant des signes de malignité.

Selon les observations d'un spécialiste, les polypes sont synchrones, c'est-à-dire qu'ils apparaissent simultanément, ils sont observés dans 20% des cas, alors que dans le même temps, les formations asynchrones sont balayées dans 30% des cas. Dans cette optique, les spécialistes de l'identification des polypes prescrivent la radiographie au baryum, ainsi que la coloscopie complète. Ces méthodes peuvent être combinées et appliquées tous les trois ans. Chaque année, les polypes testent le sang caché dans leurs excréments.

Les polypes, dans lesquels le processus de régénération a eu lieu et le soi-disant cancer précoce sont apparus, sont éliminés par technique endoscopique. Mais dans le même temps, le médecin prend en compte certaines caractéristiques. Il est donc important que ces polypes répondent aux caractéristiques suivantes: ils doivent être conservés sur la jambe, une dégénérescence maligne n’est observée que sur la tête du polype, la formation n’est pas germée par les éléments du système veineux ou lymphatique.

Après l'opération, les patients doivent être constamment à l'observation du dispensaire. Si les polypes bénins ont été enlevés dans l'intestin, le patient devrait être examiné au bout de deux mois environ. Ensuite, une visite à un spécialiste est requise tous les six mois. Si les tumeurs villeuses ont été enlevées, il est ennuyeux de procéder à une inspection tous les trois mois. Un tel calendrier est pertinent la première année après le retrait des polypes, une inspection supplémentaire est effectuée une fois par an. Il est important de noter qu’après le retrait des polypes, une rechute de la maladie est possible.

Prévention des polypes dans les intestins

Il est important de garder à l'esprit que si des parents ont reçu un diagnostic de polypes dans l'intestin, le risque de développer une telle maladie augmente quatre à cinq fois.

Par conséquent, il est important de respecter les mesures préventives. Il est donc très important de manger des aliments sains, de boire beaucoup d’eau et de manger régulièrement des fibres. L'utilisation de produits raffinés n'est pas recommandée. Vous devriez arrêter de fumer et essayer de maintenir un mode de vie sain et actif. Il est également très important de prévenir l'apparition de constipation, qui peut provoquer des processus inflammatoires et, par conséquent, le développement de polypes.

Polypes dans les intestins: types, symptômes et méthodes de traitement

Les polypes sont une pathologie extrêmement commune caractéristique de tous les organes creux, et les intestins ne font pas exception à la règle.

Pour les patients atteints de polypose héréditaire, qui est considérée à juste titre comme une affection précancéreuse, la tendance à la malignité de ces néoplasmes est la priorité absolue.

À propos de la maladie

Les polypes intestinaux sont appelés néoplasmes initialement bénins. Ils consistent en cellules épithéliales glandulaires, fixées à ses parois au moyen d'une tige ou d'une base large et en saillie à l'intérieur de la lumière intestinale.

Photo de polype du colon

  • Les endroits préférés de la localisation des polypes intestinaux sont différentes parties du côlon. Le temps de formation de tels polypes devient souvent l'adolescence (chez les enfants et les patients matures, cela se produit beaucoup moins fréquemment). La plupart des experts sont d'avis que les polypes dans le côlon apparaissent à cause de toutes sortes de processus inflammatoires. Les polypes du côlon sont détectés chez 15% des adultes du groupe des 40 ans et plus. Chez les patients de l’enfance et de l’adolescence, ce chiffre est de 25%. Au moment de la détection dans 4% des cas, les polypes sont dans un état précancéreux. 70% des tumeurs bénignes du côlon sont localisées dans les tissus des muqueuses du rectum, du côlon descendant et du côlon sigmoïde. Les 30% restants peuvent être situés dans les coins splénique et hépatique, dans le côlon ascendant et dans le segment transversal du côlon.
  • Les coupables les plus fréquents de la polypose intestinale sont les polypes localisés dans le rectum. Dans 8 cas sur 10, ils sont les précurseurs du cancer de cet organe.
  • Les cas d'affection par les polypes duodénaux appartiennent à la catégorie des pathologies les plus rares. Presque tous les patients atteints de cette pathologie ont été envoyés pour une chirurgie avec un cancer suspect. Des polypes duodénaux, appelés acides, sont situés à côté de son bulbe et se retrouvent chez les patients atteints de gastrite avec une acidité élevée. Des polypes duodénaux encore plus rares, appelés liés à la bile, sont situés dans le sphincter d’Oddi et sont caractéristiques des patients atteints de cholécystite et de cholélithiase. Les polypes de KDP se trouvent chez des patients des deux sexes appartenant au groupe d’âge des 35 à 60 ans.
  • Les cas de formation de polypes dans l'intestin grêle sont sporadiques. Dans la moitié des épisodes décrits, les patients avaient également des polypes situés dans le gros intestin et dans l'estomac. Identifiez-les chez les patients du groupe d'âge le plus large. Chez les femmes, elles sont détectées plus souvent.

Dans la classification internationale des maladies (ICD-10 en abrégé), les polypes du canal anal reçoivent le code К62.0; Les polypes du rectum portent le code K62.1.

Raisons de l'éducation

Les raisons inconditionnelles de l'apparition de polypes par des scientifiques n'ont pas encore été établies.

Nous ne pouvons que supposer que le développement de cette pathologie est dû à la faute:

  • prédisposition génétique;
  • mode de vie sédentaire;
  • malnutrition, pauvre en fibres et riche en glucides et en graisses animales;
  • écologie perturbée;
  • dysbiose intestinale;
  • dépendance à la constipation;
  • diverticulose intestinale;
  • tumeurs malignes dans les intestins.

Les théories suivantes ont été développées par des experts dans ce domaine pour expliquer l'apparition de polypes intestinaux:

  • Selon la théorie de l'inflammation, ces néoplasmes intestinaux bénins sont un croisement entre des maladies inflammatoires et des cancers de cet organe.
  • Les partisans de la théorie de la dysrégénérescence affirment qu'avec chaque lésion des muqueuses intestinales et le développement de processus inflammatoires aigus dans le corps humain, des processus de régénération sont déclenchés. Chacune de ces pathologies conduit à un léger épaississement de la couche de cellules épithéliales glandulaires. Si les processus de régénération démarrent trop souvent, des épaississements pathologiques, qui augmentent de temps en temps, deviennent la base de l'apparition des polypes.
  • Les auteurs de la théorie de la dystopie embryonnaire considèrent les polypes intestinaux comme une conséquence du développement embryonnaire pathologique des membranes muqueuses de l'intestin, dont la lésion et l'inflammation entraînent la formation de polypes.

Les polypes intestinaux peuvent être:

  • Adénomateux Compte tenu de la forte probabilité de malignité, ce type de polype est souvent appelé précancer facultatif.
  • Fleecy. Pendant la croissance, les polypes de cette espèce sont capables de former une sorte de tapis sur les parois de l'intestin affecté par ceux-ci. La probabilité de leur malignité est également d'au moins 40%.
  • Hyperplasique Différentes par leur petite taille, elles sont souvent localisées sur les parois du rectum.
  • Hamartomateux. Les polypes de cette espèce formés de tissus sains apparaissent soit en raison de combinaisons inhabituelles de cellules, soit en raison d'anomalies dans le développement de l'épithélium glandulaire.
  • Représenté par les jeunes excroissances locales. Des tumeurs de cette espèce peuvent apparaître chez les enfants du groupe d’âge des 3 à 6 ans. Les polypes dans le tractus intestinal des enfants, qui se dissolvent généralement spontanément, ne provoquent presque pas d'ozlokachestvlyayutsya, mais des cas isolés de ce type de renaissance se produisent encore.

Les polypes intestinaux peuvent être simples ou multiples. Plusieurs polypes peuvent être diffusés - le long de l'intestin entier; Souvent, ils sont combinés en groupes compacts.

Symptômes de polypes intestinaux chez les adultes et les enfants

Dans la plupart des cas, la présence de polypes dans l'intestin ne présente aucun symptôme clinique ni manifestation spécifique. Cela empêche la détection et le traitement rapides de la maladie.

Le patient doit être vigilant et consulter un médecin s’il présente les signes suivants:

  1. douleur dans l'abdomen;
  2. inconfort qui se produit au moment de la défécation;
  3. sang à la surface et dans la composition des masses fécales;
  4. écoulement muqueux pendant et après les selles;
  5. difficultés dans la promotion des matières fécales, alternant avec des selles molles;
  6. besoin fréquent de déféquer.
  • Les symptômes non spécifiques de la polypose du côlon (mélange de sang dans les selles) chez l'adulte peuvent être confondus avec des manifestations d'hémorroïdes. Identifier la cause du saignement chez les enfants est beaucoup plus difficile, car il peut ne pas être associé aux intestins.

La localisation des tumeurs dans la partie gauche de cet organe est caractéristique de la plupart des patients atteints de polypose du côlon. Avec une forme en forme de champignon (avec une jambe épaisse ou fine), ils peuvent atteindre six centimètres, provoquant le développement de colites et de maladies du côlon.

Un symptôme caractéristique indiquant une polypose du côlon est la présence de bandes longitudinales de mucus et de sang sur les matières fécales (plus la localisation du polype est basse, plus la couleur du sang est brillante et plus le mélange avec les fèces est faible).

Sur un patient sur deux qui a des polypes dans le côlon, la constipation alterne avec la diarrhée et est associée à un ténesme douloureux. En outre, les patients souffrent de douleurs abdominales, de brûlures et de démangeaisons dans le canal anal et le rectum.

Une diarrhée persistante et des saignements aggravent l'état général des patients, entraînant l'apparition d'une faiblesse physique, de vertiges, d'une pâleur de la peau et d'un épuisement sévère.

  • Une polypose rectale qui ne s'est pas manifestée au fil des ans est le plus souvent détectée au cours d'études endoscopiques chez des patients de plus de cinquante ans. Lorsque l'inflammation ou des dommages à l'intégrité de ces tumeurs, le tableau clinique change radicalement. Les patients présentent un mucus et un sang abondants. Dans ce cas, vous devez contacter immédiatement le proctologue.
  • Les polypes localisés dans le côlon sigmoïde provoquent la constipation régulière, alternant avec des attaques de diarrhée déraisonnable. Les symptômes non spécifiques de la polypose sigmoïde sont la présence d'un abdomen gonflé, des éructations, ainsi que la libération de sang, de pus et de mucus au cours d'un acte de défécation.
  • La polypose de l'intestin grêle, qui est extrêmement rare, peut toutefois entraîner le développement d'une obstruction intestinale, de saignements abondants, d'une torsion de l'intestin, une violation de l'intégrité de ses parois. Chez les adultes et les enfants, une partie du polype affecté peut être insérée dans une autre. Les risques de malignité de tels polypes sont élevés.

Les symptômes initiaux de la polypose de l'intestin grêle comprennent des flatulences, des nausées, des brûlures d'estomac, des éructations, une sensation de satiété dans l'estomac et des douleurs dans le haut de l'abdomen. Le patient peut ressentir des crampes abdominales. Les polypes, situés dans les premières sections de l'intestin grêle, peuvent provoquer des vomissements incontrôlables.

  • Les polypes, installés dans le duodénum, ​​dans 70% des cas, ne dérangent pas les patients pendant assez longtemps. Lorsque les tumeurs atteignent une taille importante, des douleurs apparaissent chez les patients, une obstruction intestinale se développe; les membranes ulcérées des polypes commencent à saigner.

La nature de la douleur est différente. ils sont généralement situés dans le nombril. En plus de la douleur, le patient se plaint d'une sensation de surpopulation dans l'estomac, de nausées persistantes et d'éructations pourries.

Cependant, sur la base du seul tableau clinique, ressemblant aux manifestations de tumeurs des voies biliaires, de l'intestin grêle et du pylore de l'estomac, il est impossible de diagnostiquer la présence de polypes duodénaux.

Quelle est la probabilité de réincarnation dans le cancer?

75% des polypes adénomateux localisés dans l'intestin ont une chance de malignité. La tendance à la malignité des polypes adénomateux dépend directement de leur taille et de la structure histologique des tissus.

Ainsi, dans les polypes dont les dimensions ne dépassent pas 1 cm, la probabilité de malignation n’est que de 1%. En présence de néoplasmes mesurant de un à deux centimètres, cet indicateur décuple, et pour les tailles supérieures à deux centimètres, le risque de malignité est déjà de 40%.

Les polypes adénomateux et villeux sont responsables dans 95% des cas du développement du cancer colorectal.

La durée de ce processus peut aller de 5 à 15 ans. Polypes hamartomateux et hyperplasiques jamais malins.

Comment détecter?

Pour la détection des néoplasmes polypes dans les intestins, toute une gamme de procédures de diagnostic modernes est utilisée:

  • La rectoromanoscopie vous permet de définir l'état des parois du sigmoïde et du rectum à l'aide d'un proctoscope, équipé d'un dispositif d'éclairage et d'une caméra vidéo miniature. Au cours de la procédure, une biopsie est effectuée (en pinçant un petit morceau d'un polype pour des recherches ultérieures en laboratoire sur le contenu des cellules cancéreuses qu'il contient).
  • Une technique plus informative est la procédure de coloscopie, avec laquelle vous pouvez inspecter toutes les parties de l'intestin. Ce type d’étude nécessitant l’injection d’air dans l’intestin (procédure plutôt douloureuse pour le patient), elle n’est réalisée que sous anesthésie légère. La procédure de coloscopie est également utile car elle vous permet d'éliminer les polypes détectés simultanément à l'examen.
  • L'irrigoscopie peut être utilisée pour détecter des polypes - un examen aux rayons X, au cours duquel la cavité de l'intestin examiné est remplie d'un agent de contraste (suspension de baryum).
  • L'examen numérique du rectum peut être très efficace (pour l'examen, une section de trente centimètres est disponible à côté du canal anal).
  • La résonance magnétique et la tomodensitométrie sont prescrites à certains patients pour détecter les polypes.

Pour le dépistage précoce des polypes dans l'intestin, il est primordial de faire un test de sang occulte dans les selles, bien que même un résultat négatif de ce test ne garantisse pas à 100% l'absence de polypes dans le corps du patient. Les premiers signes d’anémie dans le test sanguin général peuvent être une indication indirecte de la présence de polypes dans l’intestin.

Traitement des polypes intestinaux

Avec la polypose intestinale, la seule méthode efficace d'élimination consiste uniquement en une intervention chirurgicale. Les méthodes de médecine conservatrice et traditionnelle en relation avec cette maladie ne peuvent ni éliminer ces tumeurs, ni en réduire la taille.

Médicamenteux

Il est impossible de guérir la polypose intestinale à l'aide de médicaments, mais ils sont souvent utilisés pour préparer le patient à la chirurgie (par exemple, pour réduire les symptômes de la gastrite, compagnon indispensable de la polypose).

Si le patient refuse de subir une intervention chirurgicale, le médecin traitant peut accepter l’utilisation de tactiques d’attente avec observation dynamique. Dans ce cas, le patient prend des médicaments pour aider à faire face aux principaux symptômes de la maladie.

Pour améliorer la motilité gastrique et intestinale, on prescrit au motilium, à la ranitidine et à d'autres médicaments de ce groupe.

Opérationnel

Lorsque le retrait chirurgical des polypes intestinaux peut être effectué:

  • polypectomie endoscopique (l'instrument du chirurgien est dans ce cas un rectoscope ou un colonoscope);
  • colotomie (élimination d'un polype par une incision dans la paroi du côlon);
  • opération transanale (à travers le rectum) de l'excision de polypes;
  • résection (élimination) de toute la partie de l'intestin recouverte de nombreux polypes avec formation ultérieure de l'anastomose entre les parties séparées de l'intestin.

Folk

Bien sûr, ils ne seront pas en mesure de faire face aux polypes dans les intestins, mais dans certains cas, avec leur aide, il était possible de prévenir l'apparition de tumeurs supplémentaires.

Pour la polypose intestinale, les guérisseurs traditionnels recommandent de prendre:

  • décoctions d'écorce de chêne, d'aiguilles d'épinette, de chélidoine, collection médicinale de chaga, de millefeuille et de millepertuis;
  • boire de la viorne fraîche;
  • kvas de chélidoine;
  • drogue de raifort et de miel.

De très bons résultats (selon les avis des utilisateurs) sont donnés par le parcours de microclysters, fabriqué à partir de la collection de médicaments à base de queues, de calendula et de millepertuis.

Régime alimentaire

Le régime alimentaire des patients subissant une intervention chirurgicale pour éliminer les polypes dans l'intestin devrait être doux et fournir au moins six repas pendant la journée. Les produits consommés doivent contenir une grande quantité de fibres végétales, d’antioxydants et de vitamines.

Les éléments suivants sont utiles au patient:

  • soupes et bouillies en purée;
  • tous les types de produits laitiers fermentés;
  • thé vert;
  • chou de mer et chou blanc;
  • plats à la citrouille;
  • carottes fraîches, oignons, épinards;
  • germe de blé;
  • les fruits ne sont pas des variétés acides;
  • viandes maigres, bouillies ou cuites au bain-marie.

Contre-indiqué à l'utilisation:

  • les cornichons;
  • viande fumée;
  • plats frits et gras;
  • produits laitiers;
  • toute nourriture en conserve;
  • produits raffinés contenant un grand nombre de parfums et de colorants.

Prévention

Pour éviter la formation de polypes dans l'intestin, vous pouvez utiliser:

  • bonne nutrition;
  • éviter la consommation de graisses animales et les remplacer par des huiles végétales;
  • inclusion dans le régime alimentaire de produits contenant un grand nombre de fibres végétales grossières (riches en pommes, betteraves, courgettes, citrouilles);
  • arrêter sciemment de fumer et de boire de l'alcool;
  • mode de vie actif et sports;
  • prévention de la constipation;
  • traitement en temps opportun de toute maladie du tube digestif;
  • examens préventifs réguliers (au moins une fois tous les trois ans) de l'intestin;
  • visites chez un médecin qualifié des personnes à risque (même si elles ne se plaignent pas).

Transmission vidéo de polypes intestinaux:

A Propos De Nous

Il s'agit d'une tumeur très maligne composée de mélanocytes anormaux, pigmentés à des degrés divers.