LiveInternetLiveInternet

Comment lire un diagnostic si un cancer est suspecté est une question importante pour le patient et ses proches. L'article aborde, en premier lieu, la structure du diagnostic oncologique, ainsi que les règles pour sa lecture et sa compréhension. Commençons par la structure. Un diagnostic oncologique comprend plusieurs composants:

  1. Caractéristiques du processus pathologique.
  2. Caractéristiques de la variante clinique et morphologique de la maladie.
  3. Processus de localisation.
  4. Le stade de la maladie, qui caractérise la prévalence du processus.
  5. Caractéristiques des effets thérapeutiques (indiquées dans le diagnostic après le traitement).

Il faut se rappeler que le diagnostic final en oncologie n’est fait qu’après un examen histologique du tissu de la tumeur (biopsie). En d’autres termes, ce n’est qu’après un examen microscopique des tissus d’un patient dans une zone où, selon la suggestion du médecin, une tumeur cancéreuse est localisée.

L’examen histologique permet de déterminer la nature de la croissance (bénigne ou maligne) et la morphologie réelle de la tumeur (c’est-à-dire le tissu à partir duquel se développe), en fonction de la morphologie et de subdiviser les tumeurs en cancers à partir du tissu épithélial, des sarcomes du tissu conjonctif et.p.

La morphologie de la tumeur est nécessaire de savoir pour déterminer les bonnes tactiques de traitement et de gestion du patient, pour prédire la maladie, car de morphologie différente, les tumeurs se métastasent différemment, germent, etc. Avant de passer aux exemples, explications des diagnostics oncologiques, considérons ses composants principaux.

Alors, premièrement, que signifient les lettres latines dans un diagnostic? Classification TNM, adoptée pour décrire la prévalence anatomique de la tumeur, elle opère dans trois catégories principales: T (tumeur) –s Lat. tumeur - caractérise la prévalence de la tumeur primitive, N (nodus) - du latin. noeud - reflète l'état des ganglions lymphatiques régionaux, M (métastase) - indique la présence ou l'absence de métastases distantes.

La tumeur primitive (T) dans le cadre de la classification clinique est caractérisée par les symboles ТX, Т0, Тis, Т1, Т2, ТЗ, Т4.

TX est utilisé lorsqu'il est impossible d'estimer la taille et la propagation locale de la tumeur.
T0 - la tumeur primitive n'est pas définie.
Ceci - cancer préinvasif, cancer in situ (cancer en place), forme de cancer intraépithélial, stade initial du développement d’une tumeur maligne sans signes de germination supérieurs à 1 couche.

T1, T2, TZ, T4 - désignations des tailles, des modèles de croissance, des interrelations avec les tissus frontières et (ou) les organes de la tumeur primitive. Les critères selon lesquels les symboles numériques de catégorie T sont déterminés dépendent de la localisation de la tumeur primitive et, pour certains organes, non seulement de la taille, mais également du degré d'invasivité (germination).

L'état des ganglions lymphatiques régionaux (N) est désigné par les catégories NX, N0, N1, 2, 3. Ce sont des ganglions lymphatiques où les métastases vont tout d'abord aller. Par exemple pour le cancer du sein, les ganglions lymphatiques régionaux sont axillaires avec le côté approprié.

NX - pas assez de données pour évaluer la lésion des ganglions lymphatiques régionaux.

N0 - pas de signes cliniques de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux. La catégorie 0, déterminée avant la chirurgie pour des raisons cliniques ou après la chirurgie sur la base d'une évaluation visuelle du médicament retiré, est clarifiée par les résultats histologiques.

N1, N2, N3 reflètent divers degrés de métastases des ganglions lymphatiques régionaux. Les critères de détermination des symboles de catégorie numériques dépendent de l'emplacement de la tumeur primitive.

Les métastases distantes (M) sont les métastases qui apparaissent dans d'autres organes et tissus, et pas seulement dans les ganglions lymphatiques régionaux (quand une tumeur germe et quand une tumeur est détruite par une tumeur, les cellules cancéreuses pénètrent dans le sang et peuvent "se répandre" dans presque tous les organes). Ils sont caractérisés par les catégories MX, M0, M1.

MX - pas assez de données pour identifier les métastases distantes.
M0 - pas de signes de métastases à distance. Cette catégorie peut être affinée et modifiée si, lors d'une révision chirurgicale ou d'une autopsie, des métastases à distance ont été révélées.

M1 - il existe des métastases à distance. En fonction de la localisation des métastases, la catégorie M1 peut être complétée par des symboles spécifiant la cible métastatique: РUL. - poumons, OSS - os, HEP - foie, BRA - cerveau, LYM - ganglions lymphatiques, MAR - moelle osseuse, РLE - plèvre, péritonéal, SKI - peau, OTN - autres organes.

Deuxièmement, que signifie l'étape en diagnostic? Le processus oncologique comporte 4 étapes:

Étape 1 - le processus oncologique affecte une couche d'un organe, par exemple la membrane muqueuse. Cette étape est également appelée "cancer in situ" ou "cancer en place". À ce stade, la lésion des ganglions lymphatiques régionaux est absente. Il n'y a pas de métastases.

Étape 2 - Le processus oncologique affecte au moins deux couches d'un organe. La défaite des ganglions lymphatiques régionaux est absente, il n'y a pas de métastases à distance.

Stade 3 - la tumeur envahit toutes les parois de l'organe, les ganglions lymphatiques régionaux sont touchés, les métastases à distance sont absentes.

Stade 4 - une grosse tumeur, affecte tout le corps, il y a une lésion de ganglions lymphatiques régionaux et distants et des métastases aux autres organes. (Dans certains processus pathologiques, seules 3 étapes sont distinguées, certaines peuvent être décomposées en sous-étapes, cela dépend de la classification du processus oncologique adopté pour cet organe).

Troisièmement, que signifie le groupe clinique dans le diagnostic? Le groupe clinique (en oncologie) est l'unité de classification de l'enregistrement du dispensaire de la population en ce qui concerne les maladies oncologiques.

1 groupe clinique - personnes atteintes de maladies précancéreuses réellement saines:

1a - patients atteints d'une maladie suspecte d'une tumeur maligne (au moment du diagnostic final, ils sont retirés du registre ou transférés vers d'autres groupes);

1b - patients atteints de maladies précancéreuses;

2 groupe clinique - personnes atteintes de tumeurs malignes avérées et soumises à un traitement radical;

Groupe clinique 3 - personnes ayant des tumeurs malignes avérées, ayant terminé un traitement radical et étant en rémission.

4ème groupe clinique - personnes ayant des tumeurs malignes avérées, qui, pour une raison ou une autre, ne sont pas soumises à un traitement radical, mais sont soumises à un traitement palliatif (symptomatique).

Le groupe clinique est obligatoire indiqué dans le diagnostic du patient. En dynamique, un même patient, en fonction du degré d'avancement du processus et du traitement effectué, peut être transféré d'un groupe clinique à un autre. Le groupe clinique ne correspond en aucun cas au stade de la maladie.

Nous pouvons donc maintenant affirmer avec certitude que la structure du diagnostic adoptée en oncologie permet de comprendre assez précisément la situation. Pour mieux comprendre ceci, considérons les exemples suivants:

1) Diagnostic du cancer du sein. À quoi ressemblera ce diagnostic dans les dossiers médicaux?

DS: Cancer du sein droit stade T4N2M0 III. 2 Cl. le groupe.

-T4- nous dit qu'il s'agit d'une grosse tumeur avec une germination dans les organes voisins;

-N2- dit qu'il y a des métastases dans les ganglions lymphatiques internes du sein du côté affecté, fixées les unes aux autres;

-M0- dit qu’à l’heure actuelle, il n’ya aucun signe de métastases lointaines.

-Stade III - nous dit que la tumeur envahit toutes les parois de l'organe, que les ganglions lymphatiques régionaux sont touchés, que les métastases à distance sont absentes;

-2 cl. le groupe nous dit que la malignité du néoplasme est histologiquement prouvée (100%) et que la tumeur est sujette à une ablation radicale (c'est-à-dire complète) par voie chirurgicale.

DS: Cancer du rein gauche T3cN2M1 (PUL) stade III. 4kl. le groupe. En raison de la taille importante de la tumeur, celle-ci se propage dans la veine cave inférieure au-dessus du diaphragme ou se développe dans sa paroi;

Métastases de N2 dans plus d'un ganglion lymphatique régional;

M1 (pul) - il existe des métastases lointaines dans les poumons.

Stade III - la tumeur pénètre dans les ganglions lymphatiques ou va dans la veine rénale ou la veine cave inférieure;

4 groupe clinique - une tumeur maligne prouvée qui, pour une raison ou une autre, n’est pas soumise à un traitement radical, mais à un traitement palliatif (symptomatique).

3) Diagnostic d'un cancer de l'ovaire droit avec métastases au péritoine. À quoi ressemblera le diagnostic dans les dossiers médicaux?

DS: Cancer de l'ovaire droit T3N2M1 (РER) IIIA stade 4kl. le groupe

- T3 - Une tumeur est présente dans un ou les deux ovaires et les cellules cancéreuses sont présentes en dehors de la région pelvienne.

- Métastases de N2 dans plus d'un ganglion lymphatique régional;

- M1 (РER) - métastases distantes au péritoine;

- Stade IIIA - distribution dans le bassin, avec dissémination péritonéale (de nombreuses petites métastases sont dispersées dans tout le péritoine);

- 4 groupe clinique - une tumeur maligne prouvée qui, pour une raison ou une autre, n’est pas soumise à un traitement radical, mais à un traitement palliatif (symptomatique).

4) Diagnostiqué avec un sarcome de la jambe gauche. À quoi ressemblera le diagnostic dans les dossiers médicaux?

DS: sarcome ostéogène du tiers inférieur du groupe de cellules de stade 2 T2 Nx M0 IIB de la fibula gauche.

- T2 - La cible dépasse la barrière naturelle;

- Nx, M0 - pas de métastases;

- Stade IIB - Tumeur faiblement différenciée (très maligne). Le foyer s'étend au-delà de la barrière naturelle. L'absence de métastases;

- 2 groupes de personnes présentant une malignité prouvée de la tumeur, qui fait l'objet d'un traitement radical (élimination complète de la tumeur par chirurgie).

5) Diagnostic d'un cancer du poumon droit avec métastases au cerveau. À quoi ressemblera le diagnostic dans les dossiers médicaux?

DS: adénocarcinome broncho-alvéolaire du poumon droit T3N2M1 (BRA) stade III. 4kl. le groupe

- T3 - une tumeur de toute taille, se déplaçant vers la paroi thoracique, le diaphragme, la plèvre médiastinale (plèvre interne de la feuille, qui est adjacente aux poumons), le péricarde (membrane externe du cœur); une tumeur qui n'atteint pas la carène (c'est une petite saillie au site de division de la trachée en 2 bronches principales) inférieure à 2 cm, mais sans impliquer la carène, ou une tumeur accompagnée d'une atélectasie concomitante ou d'une pneumonie obstructive du poumon;

- N2 - il existe une lésion des ganglions lymphatiques du médiastin sur le côté de la lésion ou des ganglions lymphatiques bifurcatifs
(La bifurcation est un lieu de division de la trachée en 2 bronches principales);

- M1 (ВАА) - il existe des métastases lointaines au cerveau.

- Stade III - tumeur de plus de 6 cm lors du passage au lobe pulmonaire suivant ou de la germination de la bronche ou de la bronche principale voisine. Les métastases se trouvent dans les ganglions lymphatiques bifurcatifs, trachéo-bronchiques et paratrachéaux;

- 4kl. le groupe est une tumeur maligne prouvée qui, pour une raison ou une autre, n'est pas soumise à un traitement radical, mais à un traitement palliatif (symptomatique).

4 groupes cliniques en oncologie

Conformément à la loi, tous les patients chez lesquels une tumeur est suspectée et dont le diagnostic est confirmé sont soumis à l'obligation d'enregistrement et de comptabilité. La surveillance clinique des patients permet une détection rapide de la pathologie et prescrit un traitement adéquat, prévient la survenue de complications, de métastases et de rechutes, ainsi que la compilation de données statistiques permettant d'évaluer l'état de santé dans la région et dans le pays. Pour la commodité de l'examen clinique, 4 groupes cliniques ont été identifiés en oncologie, lesquels déterminent la tactique de prise en charge du patient.

Les règles de l'examen clinique

Il existe certaines règles et modalités d'examen clinique des patients atteints de tumeurs malignes. Ils ont été créés spécifiquement pour contrôler soigneusement les mesures thérapeutiques et leur efficacité, procéder à un examen opportun des patients, détecter en temps voulu la présence de rechutes et de métastases, tenir des registres des patients pour la première fois malades, guéris et décédés.

Quatre groupes cliniques en oncologie vous permettent de systématiser les listes de patients afin d'évaluer correctement la situation de chaque patient. En outre, grâce à eux, l’institution oncologique territoriale qui assure la surveillance peut informer le patient à temps de la nécessité de réexaminer ou de prendre des mesures médicales supplémentaires. Quatre groupes cliniques en oncologie sont nécessaires pour obtenir des informations sur chaque patient et son état. C'est grâce aux 4 groupes cliniques d'oncologues que l'on peut compiler des informations statistiques adéquates, ce qui permet de dresser un tableau général, de prendre les mesures nécessaires pour prévenir les maladies, d'éduquer la population et de réglementer la disponibilité des places hospitalières.

Il convient de noter que les règles de suivi des patients atteints de différentes maladies malignes sont légèrement différentes. Il existe certaines formes de pathologie dans lesquelles un enregistrement in vivo des patients est nécessaire, dans d'autres cas, l'observation du dispensaire est effectuée pendant 5 ans après la guérison complète et en l'absence de métastases, les informations sont ensuite archivées. L’observation dynamique du patient s’effectue selon un certain schéma: au cours de l’année suivant le traitement - une fois tous les 3 mois, pendant 2 ans - une fois tous les 6 mois, de 3 à 5 personnes ou plus - une fois par an.

Quatre groupes cliniques en oncologie ont été créés pour faciliter l’enregistrement des patients. Les patients appartenant à différents groupes sont déterminés sur la base des résultats de l’examen et du traitement. En fonction de la thérapie et de la dynamique du processus, le patient peut passer d’un groupe à l’autre.

Le premier groupe clinique

Le premier groupe clinique est constitué des patients chez lesquels une tumeur est suspectée ou des maladies précancéreuses. 1 groupe clinique est divisé en sous-groupes:

  • Premier groupe clinique a: patients présentant des signes cliniques peu clairs et un diagnostic non spécifié - les périodes d'observation des patients du premier groupe clinique a sont strictement limitées - elles sont égales à 10 jours. À la fin de cette période, un diagnostic précis doit être posé et le patient est soit retiré de l'enregistrement oncologique, soit transféré d'un groupe clinique à un autre;
  • 1 groupe clinique b: patients atteints de maladies précancéreuses - précancer facultatif ou obligatoire. Un précancer optionnel est une pathologie qui peut évoluer en cancer, mais la probabilité que cela se produise est extrêmement faible. Les patients du 1er groupe clinique atteints de ce type de maladie sont observés chez des spécialistes de profil différent.

Pré-cancer obligatoire - une maladie susceptible, avec un degré élevé de probabilité, de se transformer en tumeur maligne. Les patients du premier groupe clinique présentant des maladies similaires sont soumis à un examen obligatoire et à un enregistrement auprès d'un oncologue.

Tous les patients du groupe clinique 1 sont soumis à une observation active pendant 2 ans après le traitement. Selon les résultats du traitement, ils sont retirés du registre ou transférés vers d'autres groupes.

Pour les patients du 1er groupe clinique, la carte du dispensaire de contrôle habituel est établie selon le formulaire 030-6 / an. Les cartes des patients du premier groupe clinique à être désenregistrées sont conservées jusqu'à la période de référence et archivées après traitement informatique. En l'absence d'informations sur les patients du premier groupe clinique d'ici un an, ils sont radiés du registre. S'il est nécessaire de réinscrire le patient dans un groupe clinique, une nouvelle carte est établie pour lui. Les autres documents de rapport pour les patients du premier groupe clinique ne sont pas renseignés.

2 groupe clinique

Groupe clinique 2 - patients avec une tumeur maligne raffinée qui nécessitent un traitement spécialisé pour se rétablir ou pour obtenir une rémission stable. Le groupe clinique 2 comprend tous les patients chez lesquels il est possible de mener une thérapie visant à éliminer le foyer pathologique et à restaurer les fonctions perdues dans une proportion quelconque pour améliorer la qualité de la vie. Il existe également un sous-groupe distinct - groupe de cancers cliniques 2 a. Cela inclut les patients nécessitant un traitement radical.

En règle générale, les patients d'un groupe de cancers cliniques 2 sont aux étapes 1-2 des processus tumoraux, dans lesquels une guérison complète de la maladie est possible. Dans le groupe 2, le groupe clinique comprend les patients présentant des affections limitées ou strictement localisées.

Sur la base du suivi des patients du 2ème groupe clinique, ceux-ci sont transférés au 3ème groupe clinique et au 4ème groupe clinique du cancer.

Pour les patients 2 groupes cliniques sont certains documents d'enregistrement. Lorsqu'un diagnostic est établi pour la première fois dans la vie, un formulaire de comptabilité est formé pour chaque patient du deuxième groupe clinique - 090 / u (notification du patient primaire). Ce document est compilé pour tous les patients du 2e groupe clinique du cancer, venus indépendamment, ont été identifiés lors d’un examen médical, sur la base d’un suivi. Il est transféré dans un délai de trois jours aux établissements d’oncologie du lieu de résidence et est conservé pendant au moins trois ans.

À la fin du traitement des patients du groupe clinique 2, le formulaire 027-1 / y est rempli (extrait de la carte). Il est établi le jour de la sortie de l'hôpital et est transféré à l'institution oncologique territoriale du lieu de résidence. Un formulaire 030-6 / y (carte de contrôle du patient) est également préparé pour chaque patient du deuxième groupe clinique de cancer, dans lequel toutes les informations les concernant sont stockées. De plus, tous les patients du deuxième groupe clinique de cancer sont inclus dans le document 030-6 / GRR, compilé pour les registres et les statistiques.

3 groupe clinique

3 groupe clinique - ce sont les patients qui sont pratiquement en bonne santé et sont sous observation après le traitement. Les patients du 3ème groupe clinique en présence de rechutes sont transférés dans le 2ème ou le 4ème groupe clinique. Il existe certaines périodes d'examen clinique des patients de 3 groupes cliniques, elles dépendent de la forme du cancer. Certains patients du troisième groupe clinique sont observés à vie par des oncologues, d'autres moins de 5 ans après le traitement. Sous réserve de l'absence de récurrence chez les patients de 3 groupes cliniques, ils sont retirés du registre. Pour le 3ème groupe clinique, les documents d'enregistrement sont également conservés. Lorsque les patients sont retirés du registre, ils sont conservés pendant au moins 3 ans, puis transférés aux archives.

4 groupe clinique

Groupe de cancer clinique 4 - patients présentant des formes communes de pathologie ou des processus avancés qui ne peuvent pas subir de traitement radical. Le 4ème groupe clinique comprend les patients à qui on a montré un traitement palliatif pour améliorer leur qualité de vie et éliminer les symptômes indésirables. Le quatrième groupe clinique comprend également des patients présentant une rechute qui ne se prête pas au traitement. De plus, les patients du groupe 2 sont affectés au groupe clinique 4 en cas de refus de traitement ou en cas d’inefficacité des mesures prises. Les patients du 4ème groupe clinique de cancer sont observés par les médecins du lieu de résidence, parfois par des oncologues.

Il n’est pas exclu que les patients soient inclus dans le groupe clinique 4, même après la détection initiale d’une tumeur; cela se produit lors du traitement tardif de patients chez qui un diagnostic de stade 3 ou 4 a été diagnostiqué. De nombreux experts dans le dossier "4 groupe clinique du cancer" refusent d'aider les gens, mais cela ne peut être fait. Après tout, les patients du 4ème groupe clinique ont besoin d'une assistance spécialisée pour améliorer leur qualité de vie au niveau requis. À cette fin, des interventions chirurgicales, la chimiothérapie et la radiothérapie, ainsi que des médicaments peuvent être appliqués. La surveillance clinique des patients du groupe clinique 4 est réalisée à vie.

Il convient de noter que, pour les patients 4 du groupe clinique du cancer, en plus des documents ci-dessus, le protocole est le 027-2 / a, si le néoplasme malin a été détecté pour la première fois juste au dernier stade (3-4). Il est également compilé à titre posthume si la tumeur était la cause du décès ou a été découverte lors d’une autopsie sous une forme négligée.

Thérapie adjuvante et néoadjuvante

En fonction du stade du cancer, de la propagation de la tumeur, de son type, le traitement adjuvant vise à guérir de manière parfaite la cancérologie, à transférer la maladie dans un état stable de rémission ou à agir en tant que traitement palliatif - chimiothérapie palliative (PCT).

Qu'est-ce qu'un traitement adjuvant?

La thérapie adjuvante est une méthode totalement nouvelle de traitement des tumeurs malignes utilisant les technologies de pointe. Lors de l'utilisation de ce type de traitement, les médicaments et les substances prescrits sont administrés au patient - agents antinéoplasiques ayant un effet antitumoral spécifique. L'action de ces substances a un effet néfaste sur les cellules cancéreuses, alors que sur les cellules saines du corps humain, ces substances ont un effet destructeur beaucoup moins important. Mais à part cela, cette méthode de traitement peut améliorer qualitativement les symptômes des maladies cancéreuses et augmenter le taux de survie des maladies cancéreuses.

Quelle est la différence entre un traitement adjuvant et une pharmacothérapie?

La principale différence est que dans le traitement avec des moyens thérapeutiques, le processus de traitement comprend deux participants: le corps du patient et le médicament. Et avec la méthode de traitement adjuvant, le troisième participant est également impliqué - la cellule cancéreuse elle-même, qui doit être détruite. Une relation aussi complexe entre les trois composants revêt une grande importance dans le traitement du cancer.

Lors du choix d'une méthode de traitement, le médecin prend nécessairement en compte le type de tumeur, ses caractéristiques biologiques, la cytogénétique et la possibilité de propagation de métastases. Après avoir examiné les données de l'enquête, l'oncologue prend une décision quant à la possibilité de transférer la procédure médicale aux patients oncologiques. Cette thérapie est prescrite aux patients qui peuvent combattre un cancer par des méthodes inopérables, ou ce type de thérapie est utilisée comme méthode de traitement postopératoire supplémentaire.

Tâches de la thérapie adjuvante

Comme tout autre traitement prescrit aux patients atteints de cancer, ce type de traitement est destiné à détruire, ou du moins à ralentir le développement des cellules cancéreuses. En même temps, le traitement adjuvant produit des actions beaucoup moins destructrices dirigées vers les cellules saines du corps. L'objectif principal du traitement adjuvant est la suppression prolongée des micrométastases du cancer après une intervention chirurgicale ou un traitement par radiothérapie de la tumeur primitive. Parfois, ce type de traitement est appelé prophylactique, car il est effectué comme un auxiliaire, complémentaire aux traitements chirurgicaux et radiothérapeutiques en oncologie.

Collection du monastère du père George. La composition de 16 herbes est un outil efficace pour le traitement et la prévention de diverses maladies. Contribue à renforcer et à restaurer l’immunité, à éliminer les toxines et à de nombreuses autres propriétés utiles.

Quand utiliser un traitement adjuvant

Certains cancers ne nécessitent pas la participation d'un traitement adjuvant en raison de diverses circonstances. Par exemple, les carcinomes basocellulaires ne provoquent pas de métastases à distance et ne nécessitent donc pas de traitement adjuvant. Le cancer du col utérin au premier stade est traité dans 90% des cas et ne nécessite pas de traitement adjuvant. Mais pour un certain nombre de maladies, l'utilisation de ce type de thérapie est simplement nécessaire. Certaines de ces maladies comprennent le cancer du sein, le cancer de l'ovaire, le cancer du poumon intercellulaire, le sarcome ostéogène, la tumeur testiculaire, le cancer du colon, le sarcome d'Ewing, le néphroblastome, le rhabdomyosarcome, le médulloblastome, le neuroblastome de stade III chez l'enfant

En outre, le traitement adjuvant peut être prescrit avec un risque élevé de récurrence de la maladie chez les patients présentant d'autres types de cancer (mélanome, cancer du corps de l'utérus). Avec ce type de traitement, il est possible d'augmenter le taux de survie des patients atteints de maladies oncologiques et d'augmenter la durée d'une période sans rechute. Ici, il est important de prendre en compte le fait que, dans le cas du retour de la maladie après le traitement adjuvant, la sensibilité du cancer aux médicaments est maintenue.

En oncologie moderne, on pense que le traitement adjuvant devrait être effectué non pas en un ou deux traitements, mais devrait durer plusieurs mois. Ceci est justifié par le fait que beaucoup de cellules cancéreuses ne prolifèrent pas pendant longtemps et qu'avec un traitement de courte durée, elles ne ressentiront tout simplement pas les effets des médicaments et pourraient par la suite entraîner une rechute de la maladie.

Le traitement adjuvant doit être justifié dans la mesure où, dans un régime de toxicité, nommé sans raison suffisante, il ne peut que contribuer à la récurrence de la maladie et au développement de l’immunosuppression.

Traitement adjuvant du cancer du sein

Dans le cancer du sein, le traitement adjuvant consiste à utiliser des médicaments anticancéreux et des cytostatiques. Pour un patient cancéreux, ils sont prescrits sous forme de compte-gouttes, de pilules ou d'injections intraveineuses. Ce type de traitement fait référence au système, de sorte que les cytostatiques, en pénétrant à l'intérieur du corps, arrêtent la croissance des cellules cancéreuses non seulement dans le corps où la tumeur se développe, mais dans tout le corps. L'indication d'un tel traitement est le diagnostic de tumeurs malignes à la poitrine. Le choix des médicaments utilisés dépend du stade de développement, de la taille, du taux de croissance du cancer ainsi que de l’âge du patient et de la localisation de la tumeur.

Bien sûr, il faut dire ici que cette méthode de traitement a ses contre-indications pour ce type de cancer. La polychimiothérapie adjuvante (APHT) est contre-indiquée chez les femmes ménopausées, les jeunes filles atteintes de formes tumorales hormono-dépendantes, ainsi que de faibles taux de progestérone et d'œstrogènes.

Après une chirurgie ou une radiothérapie, un traitement adjuvant est prescrit, lequel est effectué par cycles. Le nombre de cycles prescrits est prescrit en fonction de l'état du corps et d'autres facteurs. Le cours normal comprend un minimum de 4 et un maximum de 7 cycles. Quel est le but d'une telle chimiothérapie après une chirurgie? Ce type de traitement est utilisé pour prévenir la récurrence de la maladie afin de la prévenir. Dans le cancer du sein, ces médicaments sont prescrits pour des traitements tels que le tamoxifène et le Femara.

Dans ce type de cancer, un traitement adjuvant est utilisé aux premier et deuxième stades de la maladie, ainsi que lorsque les ganglions lymphatiques sont impliqués dans le processus pathologique.

Traitement adjuvant du cancer du rectum

En raison du grand nombre d'échecs après une intervention chirurgicale pour un cancer du rectum (tumeurs de stade II et III), le traitement adjuvant est devenu plus courant en tant que méthode de traitement. Dans le même temps, la combinaison de la radiothérapie et de l'utilisation de 5-fluorouracile montre une grande efficacité. Le taux de récidive lors de l’utilisation de cette méthode a diminué à 20-50%.

Traitement adjuvant des fibromes utérins

Des méthodes de traitement adjuvant sont souvent utilisées pour traiter ce type de tumeur bénigne. La première méthode de traitement implique en règle générale une réduction de la formation d'hormones ovariennes au minimum, de manière à réduire le taux d'horménome local de l'utérus. Une autre méthode consiste à bloquer les zones pathologiques de croissance tumorale. Pour ce faire, utilisez de petites doses de progestatifs, qui réduisent le flux sanguin et réduisent la sensibilité du cancer aux effets de l'œstrogène.

En médecine moderne, les gestagènes, les antigestagènes, les anti-œstrogènes et les antigonadotropines sont utilisés. Le traitement est effectué avec divers médicaments: hormonaux et non hormonaux. Typiquement, un tel traitement comprend des médicaments anti-stress, nootropes, immunocorrecteurs, ainsi que des antioxydants et des vitamines.

Utilisation d'un traitement adjuvant dans la parodontite

La parodontite est un processus transitoire pour les sinus, les otites, les rhinites et se traduit par un processus inflammatoire dans la racine de la dent et les tissus durs à proximité. Parfois, cette maladie est causée par un traumatisme des gencives ou une pulpite de la dent. En plus de la méthode mécanique traditionnelle, une méthode de traitement adjuvant est utilisée. Cette méthode, appliquée aux periodonites, repose sur un traitement minutieux des canaux de la dent et sur l’ingestion de préparations de calcium.

Différence entre traitement adjuvant et traitement néoadjuvant

Quelle est la principale différence entre ces deux types de thérapie utilisés en oncologie? La différence réside principalement dans le fait que la chimiothérapie néoadjuvante est effectuée avant le traitement principal. Il vise à réduire la taille de la tumeur et à améliorer l'état après le traitement principal. Etant les étapes préparatoires pour un traitement primaire ultérieur, le traitement néoadjuvant contribue à réduire la taille de la tumeur, à faciliter la mise en œuvre d’interventions chirurgicales ultérieures ou à améliorer les résultats de l’utilisation de la radiothérapie.

Efficacité de la thérapie adjuvante

Pour évaluer l'efficacité du traitement adjuvant, il est nécessaire d'effectuer un test sanguin biochimique général au moins deux fois par mois, qui devrait contenir des données sur l'hémoglobine, l'hématocrite, la fonction rénale et le foie.

La haute efficacité du traitement adjuvant est observée dans les types de cancer suivants:

  • Cancer du poumon;
  • Leucémie lymphoblastique aiguë;
  • Processus malin colorectal;
  • Médulloblastome.

Malheureusement, il existe des types de maladies pour lesquelles le traitement adjuvant n’aide pas. Ces types de cancer comprennent le carcinome à cellules rénales (stades I, II et III).

Avantages du traitement adjuvant

Avec une utilisation raisonnable de ce type de thérapie, vous pouvez évaluer l'efficacité de cette méthode. Donc, thérapie adjuvante:

  • Augmente l'espérance de vie du patient;
  • La fréquence des récidives de la maladie diminue et la durée du cours sans précédent de la maladie augmente.

Schémas de chimiothérapie

Les objectifs chimiothérapeutiques sont généralement déterminés par les schémas posologiques des médicaments. De tels schémas de chimiothérapie sont généralement reconnus et sont sélectionnés pour chaque cas individuellement. Pour l'oncologue, les noms des schémas parlent d'eux-mêmes: FOLFIRI, XELOX, etc. Et comment comprendre ces termes pour un patient ordinaire?

Le «code» des schémas thérapeutiques est une combinaison des lettres initiales des noms des médicaments cytostatiques recommandés au patient. De plus, la disposition en lettres majuscules signifie également l'ordre d'utilisation de ces médicaments. Par exemple, la chimiothérapie selon le schéma AC signifie que le patient reçoit d'abord le médicament Adriamycine (A), puis le cyclophosphamide (C).

Un grand nombre de schémas de chimiothérapie prêts à l'emploi similaires ont été développés. Tous diffèrent les uns des autres des composants médicinaux, des conditions d’administration et des posologies, ainsi que d’une direction d’exposition spécifique.

Examinons quelques exemples des schémas chimiothérapeutiques les plus courants.

Chimiothérapie AC

Ce schéma implique l'utilisation de deux préparations médicales: le cyclophosphamide (un cytostatique alkylant appartenant à la chloroéthylamine) et l'Adriamycine, dont l'analogue est souvent utilisé, la doxorubicine.

Le cyclophosphamide est injecté dans une veine à raison de 0,6 g par m² en solution isotonique ou en solution de glucose. La durée du traitement est une fois tous les 21 jours.

La doxorubicine est administrée à raison de 0,06 g par m², une fois tous les 21 jours.

Le degré de nausée (éméthogénicité) du traitement est assez élevé.

Les effets secondaires les plus fréquents sont:

  • accès de nausée et de vomissements;
  • calvitie;
  • neutropénie.

Le schéma AC est principalement utilisé pour le traitement des maladies malignes des glandes mammaires.

Chimiothérapie avec XELOX (CapeOx)

Le schéma comprend l'utilisation de médicaments capecitabine et oxaliplatine - une combinaison d'antimétabolite et d'agent alkylant.

L'utilisation de 0,085-0,13 g par m² d'oxaliplatine dans une solution de glucose à 5% et de 1 g par m² de capécitabine (deux fois par jour) est envisagée. Le traitement est effectué toutes les 3 semaines.

Effets secondaires possibles:

  • la diarrhée;
  • accès de nausée et de vomissements;
  • neutropénie;
  • paumes et semelles irritées.

Le schéma XELOX est souvent prescrit pour le cancer de l'intestin et de l'œsophage.

Schémas de chimiothérapie pour lymphome

Dans le lymphome - une lésion maligne du système lymphatique - utilisez habituellement une thérapie combinée avec l'introduction d'un bref traitement chimiothérapeutique, qui est réalisée avant la radiothérapie.

Actuellement, deux ou trois cycles du protocole ABVD sont considérés comme le schéma standard du lymphome - une combinaison de médicaments tels que l’Adriamycine (0,025 g / m), la Bléomycine (0,01 g / m), la Vinblastine (0,006 g / m) et la Dacarbazine 0,375 g / m). Mode d'injection - 1 et 15 jours.

Effets indésirables possibles:

  • douleur à la tête;
  • calvitie;
  • abaisser la pression artérielle;
  • l'anorexie;
  • leucocytopénie.

Dans le lymphome de Hodgkin, il est possible d'administrer une chimiothérapie prolongée, abrégée en BEACOPP.

Le schéma thérapeutique prolongé contient les médicaments suivants: bléomycine, étoposide, adriamycine, cyclophosphamide, vincristine, procarbazine et prednisolone. Cette combinaison vous permet d'augmenter les chances de guérison et le niveau de survie du patient. Cependant, avec l'introduction de plus de médicaments, le degré de toxicité pour le corps augmente également.

Chimiothérapie FAC

Le schéma FAC est utilisé dans le traitement du cancer du sein, en particulier au stade précoce.

Le protocole comprend l'utilisation des médicaments suivants:

  • Fluorouracile - 0,5 g par m par jour par voie intraveineuse, les premier et huitième jours;
  • Adriamycine - 0,05 g par m intraveineux le premier jour;
  • Cyclophosphamide - 0,5 g par m intraveineux le premier jour.

Parmi les événements indésirables possibles sont présents:

  • dépression de la fonction hématopoïétique;
  • détérioration du système digestif;
  • calvitie;
  • infertilité;
  • dommages au foie.

En tant qu'analogue, il est possible d'assigner des schémas de chimiothérapie en miroir - CAF et CAF étendu.

Chimiothérapie FOLFOX

Il existe plusieurs types similaires de schémas FOLFOX, notamment une version étendue du protocole. Médicaments de chimiothérapie utilisés:

  • 5-fluorouracile - 1 jour: 1,5-2 g pendant 22 heures dans une solution de glucose; Jour II: répéter;
  • Leucovorine - 0,5 g pendant 2 heures, à répéter le deuxième jour;
  • Oxaliplatine - 0,1 g par m les premiers jours simultanément à l'introduction de la leucovorine.

Le cours a lieu toutes les deux semaines.

Le schéma est principalement utilisé pour le traitement des lésions intestinales malignes.

Parmi les effets secondaires probables peuvent être identifiés:

Actuellement, le schéma de chimiothérapie le plus couramment utilisé, FOLFOX 7, est conçu pour un jour.

Schémas de chimiothérapie pour le cancer de l'estomac

Pour la chimiothérapie d'un cancer à l'estomac, plusieurs schémas avec différentes combinaisons de médicaments conviennent. Le choix du schéma incombe au médecin, qui tient compte des particularités des symptômes cliniques et de l'état général du patient. Les combinaisons suivantes de médicaments cytostatiques sont les plus couramment utilisées:

  • L'ECF est une combinaison d'épirubicine, de cisplatine et de fluorouracile;
  • ECX est une combinaison d'épirubicine, de cisplatine et de capécitabine;
  • FEMTX est une combinaison de fluorouracile, d'épirubicine et de méthotrexate.

Avant la chirurgie, la capécitabine ou le cisplatine associé au 5-fluorouracile peuvent être prescrits en association avec une radiothérapie.

Pour le traitement des patients atteints d'un cancer gastrique à un stade avancé, d'autres protocoles peuvent être utilisés:

  • Le DCF est une combinaison de docétaxel, de cisplatine et de 5-fluorouracile;
  • l'association de cisplatine et d'irinotécan;
  • Oxaliplatine et Capécitabine.

La plupart des spécialistes essaient de limiter le nombre de médicaments de chimiothérapie dans les protocoles afin de réduire le nombre d'événements indésirables. Comme vous le savez, les effets secondaires indésirables sont une conséquence fréquente de la chimiothérapie.

Chimiothérapie Mayo

Le schéma Mayo est un programme standard de traitement chimiothérapeutique adjuvant, c’est-à-dire un tel traitement, qui est prescrit en plus du traitement de base.

Le régime implique l'utilisation de Leucovorine à raison de 0,02 g par m² pendant 1 à 5 jours, ainsi que de 5-fluorouracile à raison de 0,425 g par m² pendant 1 à 5 jours. Le cours est alterné toutes les 4 semaines et à partir du troisième cours - 5 semaines. Le nombre et le nom des médicaments utilisés dans le schéma peuvent varier et la fréquence d'administration reste la même.

Les effets secondaires du schéma proposé ne diffèrent pas de ceux qui peuvent être observés avec d'autres combinaisons de médicaments. Le protocole se caractérise par une diarrhée et une stomatite, une inhibition de la formation de sang, une dermatite.

En raison de son efficacité thérapeutique, le schéma Mayo est activement utilisé dans les cliniques d'oncologie les plus connues. Il s'agit d'un programme simple et pratique pouvant être utilisé pour traiter des patients présentant différents stades de développement d'un cancer.

Chimiothérapie CAF

Le schéma CAF est une image miroir d'un programme FAC similaire et est principalement utilisé pour traiter les cancers du sein. Les médicaments de chimiothérapie pour ce protocole sont les suivants:

  • Cyclophosphamide - 0,1 g par m² et par jour (du jour un au jour 14);
  • Adriamycine - 0,03 g par m² et par jour (le premier et le huitième jour);
  • 5-fluorouracile - 0,4-0,5 g par m² et par jour (le premier et le huitième jour).

Répéter le traitement - tous les 28 jours.

Un autre régime CAF est également applicable:

  • Cyclophosphamide - 0,5 g par m² le premier jour;
  • Adriamycine - 0,05 g par m² le premier jour;
  • 5-fluorouracile - 0,4-0,5 g par m² le premier jour.

Ce cours doit être répété tous les 28 jours.

En outre, il existe un protocole étendu à fortes doses de CAF, complété par un facteur de colonostimulation des granulocytes: ce traitement est plus efficace, mais il représente une charge considérable pour l'organisme. Par conséquent, un traitement à forte dose ne peut être prescrit qu'aux patients présentant de bons résultats pour la santé.

Schémas thérapeutiques de chimiothérapie à base d'anthracyclines

Les anthracyclines sont des antibiotiques anticancéreux présentés par la doxorubicine, la daunorubicine, l'idarubicine et l'épirubicine, une substance moins utilisée. La propriété de tels médicaments de chimiothérapie est d’inhiber l’ADN isomérase et de provoquer une oxydation simple et deux électrons. En conséquence, les radicaux hydroxyles se forment avec un degré efficace d’action anticancéreuse. Cependant, les anthracyclines ont également un effet toxique prononcé sur la formation du sang et le système digestif. Souvent, sur le site de l'introduction de telles préparations de chimiothérapie, il existe une dermatite, qui, pour être éliminée, doit recourir à la transplantation d'une zone cutanée.

La daunorubicine est le plus souvent présente dans les schémas anthracyclines. Il est utilisé à raison de 0,045 g par m² par jour. Récemment, des experts ont remarqué l’efficacité du remplacement de ce médicament par un nouvel agent, l’idarubicine.

Avec l'utilisation prolongée des protocoles d'anthracycline, un effet cardiotoxique peut être observé - le développement de la cardiomyopathie à la doxorubicine, que non seulement les médecins devraient connaître, mais également leurs patients.

De nombreux types de cancer ne peuvent être guéris que par la chimiothérapie. En règle générale, les schémas de chimiothérapie sont prescrits en tenant compte de tous les aspects positifs et négatifs du traitement, négocié à l'avance, au stade de la sélection du médicament.

La chimiothérapie: qu'est-ce que c'est et les effets du traitement

La chimiothérapie est l’une des principales méthodes de traitement des tumeurs malignes. En d’autres termes, il s’agit de la pharmacothérapie, qui implique la prise de certains médicaments anticancéreux, dont l’action est destinée à la destruction des structures des cellules malignes et à la prévention de leur division. À l’hôpital Yusupov, les chimiothérapeutes utilisent les schémas thérapeutiques les plus efficaces, en utilisant les meilleurs médicaments modernes.

La peur de la chimiothérapie est principalement due au grand nombre d'effets secondaires et de désordres du corps, qui accompagne toujours cette méthode anticancéreuse. Cela s'explique par le fait que ces préparations contiennent des poisons puissants qui tuent non seulement les cellules malades, mais également les cellules saines. Cependant, dans certaines situations, la chimiothérapie est le seul moyen de réussir un traitement; il est donc inacceptable de refuser son utilisation, préférant la radiothérapie ou la chirurgie.

Objectifs de la chimiothérapie

La chimiothérapie, utilisée comme traitement principal, contribue à la destruction complète de la tumeur. Avec cette méthode, vous pouvez également ralentir la croissance et le développement des tumeurs. Lors de la préparation préopératoire, une chimiothérapie est réalisée afin de réduire la taille de la tumeur. De plus, cette technique aide à prévenir les métastases en détruisant les cellules cancéreuses.

En règle générale, la chimiothérapie est l’une des étapes d’un traitement complexe. Elle est utilisée avant et après la chirurgie.

Comment fonctionne la chimiothérapie?

L'action des médicaments anticancéreux vise à détruire les cellules cancéreuses et à prévenir leur division. Cet effet est dû à l'effet de ces médicaments sur les membranes des cellules cancéreuses et à la destruction de leur structure interne. Un certain nombre de médicaments contribuent à la formation de ce que l'on appelle l'effet antitumoral.

Dans le traitement de la pathologie du cancer, les experts préfèrent l’utilisation d’un complexe composé de plusieurs médicaments antitumoraux offrant le meilleur effet thérapeutique. Certains médicaments contribuent à renforcer l'effet antitumoral de la radiothérapie. Un autre groupe de médicaments peut détruire les cellules tumorales déjà irradiées. Par conséquent, dans la pratique médicale, on utilise souvent une combinaison de radiothérapie et de chimiothérapie.

Qui est indiqué pour la chimiothérapie?

La chimiothérapie peut être prescrite aux patients présentant des pathologies oncologiques qui ne sont pas susceptibles de rémission sans traitement chimiothérapeutique - pour la leucémie, les carcinomes chorioniques, l'hémoblastose, le rhabdomyosarcome, etc.

Cette méthode de thérapie est également pratiquée par les patients avant une intervention chirurgicale visant à enlever une tumeur - afin de réduire sa taille et d’être opérationnelle.

Le traitement chimiothérapeutique est effectué à des fins préventives - pour prévenir les métastases.

De plus, la chimiothérapie est utilisée comme méthode complémentaire à la radiothérapie et à la thérapie chirurgicale.

Les cas cliniques impliquant des lésions des ganglions lymphatiques, quelle que soit leur taille, nécessitent également un effet chimiothérapeutique.

Contre-indications à la chimiothérapie

Après un examen approfondi, l'oncologue émet une conclusion sur l'efficacité de la chimiothérapie ou la présence de contre-indications à ce type de traitement.

Le traitement par chimiothérapie n’est pas effectué dans les cas où les métastases se sont propagées dans les structures cérébrales, avec des taux excessifs de bilirubine dans le sang, avec des lésions métastatiques au niveau du foie, une cachexie et une intoxication organique.

Les contre-indications dépendent de la localisation de la formation de la tumeur, du processus de métastase, du stade du processus oncologique et des caractéristiques individuelles du patient.

Préparation à la chimiothérapie

Pendant le traitement par chimiothérapie, il est recommandé de réduire l'activité physique au minimum, pour cela une liste de maladie est émise.

Il devrait complètement abandonner les mauvaises habitudes - fumer, boire de l'alcool.

Avant de commencer un traitement chimiothérapeutique, les patients doivent recevoir une prémédication - afin de préparer le corps aux effets toxiques des médicaments anticancéreux:

  • guérir les maladies associées à l'oncologie;
  • pour obtenir le maximum d'effet, le patient doit d'abord nettoyer le corps des toxines qui se sont accumulées à la suite du développement de la tumeur et de la prise de médicaments;
  • assurer une protection médicamenteuse du tractus gastro-intestinal, de la moelle osseuse, des reins et du foie.

Types de chimiothérapie

Selon la couleur du médicament administré, le traitement chimiothérapeutique se divise en plusieurs types:

  • La chimiothérapie rouge est le traitement le plus puissant et toxique pour les structures organiques, impliquant l’utilisation de médicaments du groupe des antacyclines (doxorubicine, idarubicine, épirubicine). Après une chimiothérapie de ce type, on observe une neutropénie qui réduit l’immunité et la protection anti-infectieuse;
  • chimiothérapie bleue - traitement consistant à prendre des médicaments à base de mitomycine, de mitoxantrone;
  • chimiothérapie jaune - prise de médicaments anticancéreux jaunes (fluorouracile, méthotrexate, cyclophosphamide);
  • Chimiothérapie blanche - médicaments antitumoraux: Tacosel, Taxol.

En règle générale, plusieurs types de médicaments sont inclus dans le schéma de traitement antitumoral, à savoir: La polychimiothérapie est effectuée.

Chimiothérapie néoadjuvante - de quoi s'agit-il?

Ce type de traitement chimiothérapeutique est effectué avant une intervention chirurgicale visant à éliminer radicalement le néoplasme. De plus, avec l'aide d'une chimiothérapie néoadjuvante (ou préopératoire), l'agression et la croissance du site de la tumeur primitive sont supprimées et le risque de métastase est réduit.

La chimiothérapie adjuvante - de quoi s'agit-il?

Ce type de chimiothérapie est appliqué après la chirurgie. L’essence de la chimiothérapie adjuvante est la prévention préventive de la poursuite du développement du processus oncologique. Ce type de traitement chimiothérapeutique est utilisé pour tous les cancers.

La chimiothérapie adjuvante est utilisée en tant que méthode de traitement supplémentaire, permettant d'éliminer les éventuelles micrométastases cachées, qu'il n'est pas toujours possible d'identifier avec l'aide de méthodes de recherche diagnostiques modernes.

Chimiothérapie d'induction - qu'est-ce que c'est?

Il s’agit du type dit chimiothérapeutique utilisé dans les cas cliniques suivants: sensibilité de la tumeur élevée ou modérée aux médicaments anticancéreux et contre-indication au traitement chirurgical du cancer.

La chimiothérapie d'induction est prescrite comme méthode thérapeutique pour certains processus tumoraux: lymphomes, leucémies, formations trophoblastiques et tumeurs des cellules germinales des testicules. De plus, cette méthode est utilisée dans le traitement palliatif nécessaire pour réduire les symptômes du cancer (soulager la douleur, éliminer l'essoufflement, etc.), améliorer la qualité de vie du patient et ainsi la prolonger.

Chimiothérapie ciblée - de quoi s'agit-il?

Aujourd'hui, la chimiothérapie ciblée est la méthode de traitement du cancer la plus moderne et en plein développement. Des médicaments antitumoraux spéciaux agissent sur les troubles des cellules génétiques moléculaires. L’action des médicaments ciblés vise à freiner la croissance et à lancer un programme d’autodestruction des cellules. Avant d'utiliser une chimiothérapie ciblée, il est nécessaire de mener des études génétiques et immunohistochimiques préliminaires.

La chimiothérapie hyperthermique - de quoi s'agit-il?

La chimiothérapie hyperthermique (à chaud) est une méthode thérapeutique qui implique un effet complexe sur les cellules tumorales au moyen de médicaments anticancéreux et à haute température. Ce traitement est considéré comme le plus efficace en présence de grosses tumeurs et de métastases intra-organiques.

L'avantage indéniable de ce type de chimiothérapie est de réduire l'effet toxique. Selon les experts, la méthode hyperthermique de traitement du cancer permet dans certains cas d’obtenir une efficacité supérieure à la chimiothérapie systémique traditionnelle.

La chimiothérapie "platine" - c'est quoi?

Lors de la chimiothérapie au platine, on utilise des médicaments anticancéreux, notamment le platine - cisplatine, phénantriplatine, etc. Cette chimiothérapie est prescrite en l’absence de résultat positif après traitement par d’autres méthodes. Le plus souvent, la chimiothérapie au platine est utilisée pour traiter le cancer des testicules, des ovaires, des poumons et de la vessie. Les médicaments à base de platine ont l'effet thérapeutique le plus prononcé et peuvent avoir un effet positif dans les cas où d'autres médicaments anticancéreux n'apportent pas le résultat souhaité.

Chimiothérapie douce - qu'est-ce que c'est?

Ce type de traitement chimiothérapeutique implique l’utilisation de médicaments anticancéreux, caractérisés par un nombre minimal d’effets secondaires. L'inconvénient d'une chimiothérapie épargnée est la faible efficacité de ces médicaments dans la lutte contre le cancer.

La chimiothérapie à haute dose - de quoi s'agit-il?

Au cours de cette chimiothérapie pour les patients cancéreux, des doses plus élevées de médicaments anticancéreux sont administrées. La chimiothérapie à haute dose est le plus souvent prescrite pour le traitement de certains types de lymphomes (tels que les cellules du manteau, les cellules non hodgkiniennes, etc.).

Des doses élevées de médicaments cytostatiques permettent d'augmenter proportionnellement l'efficacité du traitement des lymphomes malins et d'éviter la résistance des cellules cancéreuses aux effets des médicaments anticancéreux. Cependant, parallèlement à cela, ce type de chimiothérapie a un effet toxique plus prononcé.

La chimiothérapie palliative - de quoi s'agit-il?

En cas de pronostic défavorable de la maladie, une chimiothérapie palliative est prescrite. Ce traitement vous permet de limiter la progression des processus cancéreux, de bloquer les symptômes douloureux, d’augmenter l’espérance de vie des patients atteints de cancer, de réduire la gravité de l’effet toxique des médicaments anticancéreux et de la formation de tumeurs, ainsi que d’arrêter la croissance ou de réduire la tumeur.

Cependant, le traitement palliatif n'est pas toujours appliqué uniquement dans les cas où les chances de guérison sont absentes. Elle peut être prescrite à des patients qui peuvent se servir eux-mêmes et qui subissent une chimiothérapie pour réduire la douleur et améliorer la qualité de la vie.

Comment est la chimiothérapie?

Le plus couramment utilisé est l'administration intraveineuse de médicaments anticancéreux sous forme d'injections classiques ou de compte-gouttes. Dans ce dernier cas, les médicaments sont injectés pendant plusieurs jours, ce qui nécessite l'installation d'un cathéter dans la veine.

En outre, pour l'introduction de médicaments anticancéreux peuvent être appliquées d'autres manières:

  • orale (par la bouche);
  • intramusculaire;
  • sous-cutané;
  • dans la plèvre, la cavité abdominale, le liquide céphalorachidien;
  • local;
  • directement dans l'artère menant à la formation de la tumeur;
  • directement dans la formation de la tumeur.

Effets de la chimiothérapie

Outre les effets positifs - réduction de l’éducation, suspension de la croissance, retour du patient à une vie normale et son prolongement, la chimiothérapie a certaines conséquences négatives, consistant en une détérioration notable de la santé. Généralement, plus la toxicité du médicament est élevée, plus son action dans la lutte contre les pathologies cancéreuses est efficace. Les patients prenant une chimiothérapie présentent une perte de cheveux, une faiblesse générale, une perte d'appétit, des nausées, des vomissements, des problèmes intestinaux, une diminution de l'audition, des vertiges, des acouphènes, un engourdissement des membres, une mauvaise coordination des mouvements, des changements dans le sang, etc.

La gravité d'un problème particulier est différente pour tous les patients et la combinaison des effets secondaires est également différente. Les cheveux commencent à tomber, le plus souvent, 2-3 semaines après l'injection. Des nausées et des vomissements peuvent survenir immédiatement après la chimiothérapie. Malgré la forte détérioration de l'état du patient, la survenue de réactions indésirables ne constitue pas un motif d'annulation du traitement de chimiothérapie. Une fois la chimiothérapie terminée, les effets négatifs du traitement disparaîtront.

À l’hôpital Yusupov, les oncologues utilisent les schémas de chimiothérapie les plus efficaces pour diverses formes d’oncopathologie. Pour vous inscrire à un appel de consultation et d'hospitalisation.

A Propos De Nous

Une tumeur bénigne composée de jeunes cellules ostéoplastiques, les ostéoblastes, est appelée ostéome. Tous les ostéomes sont bénins, se développent lentement et ne risquent pas de dégénérer en tumeurs malignes.