Examens d'oncologie: manifestations précoces, méthodes de diagnostic, cancer et organes

En vain, dites sceptiques que dans notre pays et dans le monde entier, une tumeur maligne cachée dans les profondeurs du corps ne peut être guérie. Le diagnostic du cancer et d'autres processus oncologiques, réalisé au stade de la nucléation de la tumeur, fournit dans la plupart des cas un effet de traitement de 100%. Des progrès significatifs peuvent également être réalisés lorsque la tumeur survient, mais ne se sont pas encore propagés par les vaisseaux lymphatiques ni par le flux sanguin vers des organes distants. En bref, tout n’est pas si grave, si vous connaissez et n’oubliez pas l’existence de méthodes de détection précoce du cancer.

Premiers signaux

Des examens préventifs périodiques annuels (ou 2 fois par an), en plus de l'admission à tel ou tel travail, permettent d'identifier les maladies dissimulées afin de permettre le démarrage rapide des mesures thérapeutiques. L'oncopathologie appartient à cette catégorie car elle ne se manifeste généralement pas aux stades initiaux. Il n'y a pas de symptômes, la personne continue de se considérer en bonne santé et, comme un éclair, elle est diagnostiquée d'un cancer. Afin d'éviter de tels problèmes, la liste des tests obligatoires (analyse générale du sang et de l'urine, biochimie, ECG, fluorographie) pour certaines catégories de personnes (sexe, âge, prédisposition, risque professionnel) comprend des études supplémentaires détectant le cancer à ses débuts:

  • Tests spéciaux pour le cancer (marqueurs tumoraux);
  • Examen du gynécologue et frottis pour examen cytologique (cancer du col utérin);
  • Mammographie (cancer du sein);
  • Fibrogastroduodénoscopie - fibrogastroduodénoscopie avec biopsie (cancer gastrique, 12 ulcère duodénal);
  • Tomodensitométrie (CT), tomodensitométrie multispirale (MSCT);
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM).

Cependant, on ne peut pas dire que l’extension des méthodes de dépistage du cancer réduise l’importance des mesures de diagnostic traditionnelles ou les élimine complètement. Tout le monde sait que la numération globulaire complète, bien qu'elle n'appartienne pas à des tests spécifiques, est souvent la première à signaler le mauvais comportement des cellules du corps.

La numération globulaire complète change peu dans le cancer de différents sites. Cependant, certains indicateurs donnent encore au médecin l’idée de la présence dans le corps d’un processus néoplasique caché, même aux premiers stades de la maladie:

  1. Accélération inexpliquée de la RSE à des taux de globules blancs normaux ou élevés;
  2. Diminution déraisonnable du taux d'hémoglobine et développement d'une anémie. Le plus souvent, cela s'observe dans les cancers de l'estomac et des intestins.
  3. Accélération de la RSE, augmentation du taux d'hémoglobine et du nombre de globules rouges (cancer du rein).

Dans les cas d'hémopathies malignes (leucémies), une analyse générale sera le premier et le principal marqueur. Certains indicateurs de sang périphérique indiqueront la nécessité de commencer rapidement à traiter une maladie, que les gens appellent à tort cancer du sang (moins communément leucémie):

  • Énorme ou inacceptable petit nombre d'éléments individuels;
  • Accès à la périphérie des formes jeunes;
  • Modifications des pourcentages et des valeurs absolues des cellules de la liaison leucocytaire (changement de formule);
  • Diminution du taux d'hémoglobine;
  • Accélération de l'ESR.

Dans certains cas, une analyse générale de l’urine est également capable de détecter un cancer, bien que cela concerne les tumeurs de certaines localisations (reins, vessie, uretères). Dans l'urine, une hématurie (présence de sang), qui peut être insignifiante, et la présence de cellules atypiques dans le sédiment. Cette image nécessite une clarification de ce qui est utilisé pour l'analyse d'urine.

Il est parfois possible de suspecter ou même de déterminer le cancer par un test sanguin biochimique:

  1. Une augmentation significative du calcium est observée dans les cancers du rein et de la parathyroïde;
  2. Avec des tumeurs localisées dans les organes parenchymateux (foie, reins, pancréas), on observe une augmentation constante de l'activité transaminase (ALT, AST), communément appelée enzyme hépatique;
  3. Un rôle important dans la recherche diagnostique peut jouer en déterminant le niveau d'hormones (sexe, thyroïde, surrénales), car de nombreuses tumeurs endocrines aux stades précoces ne se manifestent que par un changement dans l'un ou l'autre de ces indicateurs, alors que le patient ne remarque pas les autres manifestations de la présence de l'oncologie.

Ainsi, le diagnostic de cancer peut ne pas commencer par un examen spécifique en particulier, mais par les analyses habituelles que chacun de nous donne lors de l'examen de dépistage annuel.

Recherche ciblée

Avec le dépistage ciblé du cancer, l'approche est généralement plus rigoureuse. Les méthodes traditionnelles de diagnostic en laboratoire et au moyen d'instruments passent au second plan, derrière la primauté des tests de détection du cancer.

Test sanguin détectant le cancer

Pour déterminer le cancer, vous pouvez utiliser des tests de laboratoire spéciaux, appelés analyses de marqueurs tumoraux. Il est remis lorsqu'un médecin craint pour sa santé irréprochable, ainsi qu'à des fins préventives en cas de prédisposition héréditaire au cancer ou à d'autres facteurs de risque. Les marqueurs tumoraux sont des antigènes qui, au début de la focalisation oncologique, sont activement produits par les cellules tumorales, de sorte que leur contenu dans le sang augmente considérablement. Une courte liste des marqueurs tumoraux les plus courants permettant de détecter un cancer de localisation différente:

  • L'AFP (alpha-foetoprotéine) est le marqueur «le plus ancien», puisqu'il a été découvert au milieu du siècle dernier et qu'il est capable de détecter un carcinome hépatocellulaire, des tumeurs de l'estomac et de l'intestin.
  • Le CEA (antigène embryonnaire du cancer) est très courant dans la pratique gynécologique. Il aide à détecter le cancer de l’utérus, des ovaires et du sein;
  • CA-125 - le but principal du test est de rechercher un cancer de l'ovaire précoce, bien que l'on ne puisse pas dire qu'il soit complètement «indifférent» aux autres organes (foie, poumons, poitrine, intestins);
  • CA-15-3 - Cet indicateur est principalement utilisé pour détecter le cancer du sein, mais détermine en même temps la présence de tumeurs dans les ovaires, le pancréas, les intestins;
  • CA-19-9. La portée de cette analyse ne se limite pas à la recherche du cancer du pancréas. Avec le développement du processus tumoral dans n'importe quel organe du tractus gastro-intestinal (GIT), le niveau de marqueur commencera à croître de manière continue.
  • Le CA-242 a une tâche similaire à celle du CA-19-9, mais en raison de sa grande sensibilité, il révèle un cancer de l’estomac et des intestins aux premiers stades de développement;
  • Le PSA (antigène spécifique de la prostate) est un marqueur de divers changements dans le tissu prostatique (glande prostatique). C’est l’analyse principale pour les hommes à la recherche de la cause des manifestations désagréables d’un âge moyen.

Ainsi, l’analyse oncologique montre que la meilleure oncologie existe, mais il ne faut pas penser que le nombre de tests de laboratoire est limité aux antigènes énumérés, il en existe beaucoup d’autres, ils peuvent être plus sensibles, mais plus coûteux, ils sont réalisés dans des laboratoires spécialisés. utilisé pour surveiller le déroulement du traitement. Voici les tests les plus célèbres. Vous trouverez des informations sur d'autres tests sanguins permettant de détecter un cancer sur notre site Web dans un article consacré directement à un type de tumeur spécifique.

Etudes cellulaires et tissulaires

Le diagnostic cytologique est une étude de la composition cellulaire de divers tissus et liquides biologiques du corps.

À cette fin, le matériel destiné à l'étude est placé sur une lame de verre. Il est donc appelé frottis, séché, puis coloré par Romanovsky-Giemsa ou Papanicolaus. Pour étudier dans l'huile d'immersion, la préparation doit être sèche, afin que le verre après teinture soit séché à nouveau et examiné au microscope à grossissement faible et élevé. Une telle analyse permet de détecter des processus oncologiques localisés dans de nombreux organes:

  1. Le raclage de la muqueuse cervicale, les aspirations de la cavité utérine peuvent être examinés par une méthode cytologique. Le mérite de la cytologie réside également dans le fait qu’elle convient aux études de dépistage (diagnostic précoce des maladies prétumorales du col utérin).
  2. Une biopsie de la glande mammaire et de la thyroïde vous permet de voir des cellules qui ne sont pas inhérentes à ces organes (atypie) aux premiers stades du processus oncologique.
  3. Ponction des ganglions lymphatiques - tumeurs du tissu lymphoïde et métastases cancéreuses d'autres sites.
  4. Le matériel des cavités (abdominale, pleurale) aide à détecter une tumeur maligne très insidieuse - le mésothéliome.

Histologie - une des méthodes de diagnostic du cancer

Une méthode similaire mais différente de la méthode de cytologie - histologie. Prendre des morceaux de tissu implique un examen pathologique. Le plus souvent, il établit finalement le diagnostic et différencie la tumeur. Toutefois, si l'analyse cytologique est prête le jour de la collecte et peut être utilisée pour le dépistage, cela ne se produit pas avec l'histologie. La préparation de la préparation histologique est un processus plutôt laborieux, nécessitant l'utilisation d'un équipement spécifique.

À cet égard, l'immunohistochimie, qui ces dernières années complète de plus en plus les méthodes traditionnelles de diagnostic du cancer, est plutôt informative à cet égard. Pour les analyses immunohistochimiques, pratiquement rien n’est impossible, elles sont capables d’identifier différents types de tumeurs basses et indifférenciées. Malheureusement, le matériel de laboratoire d'immunohistochimie est assez coûteux. Jusqu'à présent, toutes les institutions médicales ne peuvent se permettre ce luxe. Pour le moment, cela n’est possible que pour les centres de cancérologie et les cliniques situés dans les grandes villes de la Fédération de Russie.

Outils et équipements de haute technologie

Les méthodes de diagnostic modernes vous permettent de regarder à l'intérieur du corps humain et de voir la tumeur dans des endroits apparemment inaccessibles. Toutefois, avec une variété de méthodes de diagnostic, il existe des procédures indolores, non invasives et sans danger, ainsi que des procédures qui nécessitent la préparation non seulement de l'organe d'intérêt, mais aussi de l'esprit du patient. Toute pénétration dans le corps peut s'accompagner de sensations désagréables, dont le patient a entendu parler, de sorte qu'il commence déjà à avoir peur.

Cependant, vous ne pourrez pas aider ce cas, cela devrait être le cas, mais pour que la peur ne soit pas prématurée et inutile, vous devez en savoir un peu plus sur les principales méthodes utilisées pour diagnostiquer le cancer:

  • Méthodes de rayons x. La radioscopie à rayons X est plus souvent utilisée pour le diagnostic, car elle permet de voir la pathologie en temps réel, et non comme sur la photo comme avec la radiographie, qui convient mieux au dépistage. Pendant ce temps, les méthodes de radiographie telles que la mammographie, utilisée pour détecter le cancer du sein, et la R-graphie de l'estomac (avec baryum) figurent parmi les meilleures au premier stade de la recherche diagnostique. La méthode des rayons X - la tomodensitométrie (CT) pour la détection du cancer est souvent utilisée avec contraste, ce qui permet de bien définir le contour de la tumeur. La procédure de tomodensitométrie ne provoque pas de surprises désagréables. De plus, le matériel moderne de tomographie par ordinateur (tomodensitométrie multispirale) n’est pas non plus inférieur à la méthode la plus informative aujourd’hui - l’IRM, mais présente également plusieurs avantages, par exemple pour les patients obèses. En raison du mouvement du tube à rayons X dans une spirale, la tomodensitométrie peut accélérer considérablement l'étude en réduisant la charge de rayonnement et la taille minimale des tumeurs détectables est de 2 à 3 mm.
  • Une échographie répandue, préférée par de nombreux patients, complètement indolore et sans émotions négatives. L'échographie ne peut causer des souvenirs désagréables que chez les femmes ayant subi un examen abdominal ou transvaginal des organes pelviens ou chez les hommes ayant subi une sonde rectale examinant l'état de la prostate. La vessie débordante dans le premier cas et la visualisation de la prostate à travers le rectum dans le second ne permettent pas de se concentrer sur autre chose que la manipulation.
  • Les méthodes endoscopiques (laparoscopie, cystoscopie, laryngoscopie, hystéroscopie, fibrogastroduodénoscopie, etc.) sont réalisées à l'aide d'instruments optiques spéciaux permettant au médecin d'examiner les modifications pathologiques de presque tous les organes. En outre, ces méthodes peuvent non seulement remplir des fonctions de diagnostic, mais bon nombre de tumeurs au premier stade de leur développement, localisées dans les organes abdominaux, sont remarquablement retirées par voie endoscopique. Cependant, il convient de noter que le diagnostic endoscopique se poursuit presque toujours sous forme d'analyse histologique. Pris pendant la procédure, des morceaux de tissu suspect (biopsie) sont envoyés pour préparer le médicament, qui est examiné par un pathologiste (pathologiste). Ce médecin établit le diagnostic final: le cancer ou non, le cancer absorbe l’organe humain.
  • L'imagerie par résonance magnétique (IRM) - inoffensive et indolore, un inconvénient - pour certains segments de la population est terriblement chère, de plus, elle n'appartient pas à l'équipement obligatoire des petits hôpitaux. Pour réussir cet examen, le patient doit au moins se rendre au centre régional. Certaines difficultés au cours de l'IRM peuvent survenir chez les personnes en surpoids ou qui craignent les espaces confinés.

Localisation séparée du cancer - recherche séparée

Un dépistage du cancer doit être exhaustif, mais cela ne signifie pas que le patient se rendra au hasard dans tous les bureaux de suite. Différents processus néoplasiques fournissent des méthodes de diagnostic spécifiques, c'est-à-dire que chaque recherche est effectuée à l'aide de tests qui détectent le cancer d'une localisation donnée. Pour rendre le lecteur plus compréhensible, voici quelques exemples.

Cancer du poumon

Le diagnostic des tumeurs caractérisées par une croissance rapide et une métastase précoce est toujours difficile. Mais le cancer du poumon est précisément dans cette catégorie de néoplasie et, par conséquent, la fluorographie annuelle ne suit pas toujours le développement de la tumeur. Le cancer de cette localisation au stade initial ne se rencontre que chez une faible proportion de patients, alors que les stades 3 à 4 constituent plus de la moitié des tumeurs détectées. Cependant, compte tenu de la position dominante du cancer du poumon en termes de prévalence et de mortalité, de nouvelles méthodes de diagnostic sont recherchées et les anciennes sont activement utilisées:

cancer du poumon aux rayons x

La sélection des groupes à risque (sexe, mauvaises habitudes, risque professionnel, antécédents - la présence d'un cancer chez des parents proches);

  • Test sanguin général (augmentation de la VS, leucocytose);
  • La fluorographie (à peine besoin de commentaires) - utilisée pour le dépistage;
  • Méthodes aux rayons X (examen R-graphie des poumons, CT, MSCT);
  • Examen bronchologique endoscopique avec biopsie à l'aiguille transthoracique (morphologie de la tumeur, zone de distribution, profil de croissance);
  • IRM
  • Pleurocentèse (prélèvement et examen cytologique des épanchements pleuraux);
  • Biopsie thoracoscopie;
  • Thoracotomie avec biopsie de la tumeur principale et des ganglions lymphatiques voisins. Il s'agit d'une intervention chirurgicale à laquelle il est fait appel s'il n'y a pas d'autre moyen de la diagnostiquer.
  • La plupart des méthodes d’étude des poumons sont radiologiques, ce qui, malheureusement, détermine le cancer lorsque les symptômes sont déjà apparus, qu’il s’agisse du stade 3 ou même du stade 4.

    Cancer du sein

    Les tumeurs du sein touchent souvent les femmes après 40 ans. Ce n’est donc pas pour rien que, dans de nombreux pays, la mammographie annuelle est l’un des tests de dépistage obligatoires du cancer. En plus de cette méthode par rayons X, afin de ne pas rater le processus néoplasique, d’autres méthodes de diagnostic sont utilisées, par exemple:

    • L'oncologie est indiquée par un marqueur tumoral CA-15-3 et par le niveau de certaines hormones (œstrogènes);
    • La surveillance régulière par ultrasons (ultrasons) de la glande mammaire aide à détecter une tumeur à un stade précoce;
    • Une ponction réalisée en temps voulu avec un examen cytologique permet dans de nombreux cas non seulement de détecter un cancer, mais également de préserver l’organe;

    La ductographie peut être attirée par la recherche diagnostique avec contraste;

  • L'analyse histologique est présente dans tous les cas après la réception d'un morceau de tissu affecté;
  • Parfois, le dépistage précoce du cancer ne va pas sans les méthodes populaires telles que le scanner et l'IRM;
  • Dans les grands centres de cancérologie, les dernières avancées de la génétique moléculaire sont utilisées (identification des gènes mutants responsables du développement du cancer du sein).
  • Bien pour la prévention du cancer du sein peut amener la femme elle-même, littéralement enseignée à l'école à surveiller son état de santé, à s'auto-examiner et à ne pas remettre à plus tard une visite chez le médecin si une tumeur suspecte est découverte dans la glande.

    Cancer de l'estomac

    Souvent, l'idée d'une tumeur dans le tube digestif conduit à un examen par ultrasons de la cavité abdominale, sur la base duquel le diagnostic ne peut être posé que dans la question (tumeur + fluide dans la cavité abdominale). Pour clarifier la photo et ne pas rater le cancer de l'estomac, le patient se voit prescrire:

    1. Test sanguin pour les marqueurs tumoraux (CA-19-9, CA-242, AFP);
    2. Radiographie de l'estomac et des intestins avec contraste (baryum);

    Fibrogastroduodénoscopie (fibrogastroduodénoscopie) avec biopsie ciblée (taille, forme de la croissance, localisation, caractéristiques morphologiques de la tumeur, le cas échéant). À propos, les FGD révèlent des lésions non seulement de la muqueuse gastrique, mais également du duodénum 12. De plus, le matériel de biopsie envoyé pour l'histologie est en tout cas à l'étude pour une infection à Helicobacter pylori associée à des processus néoplasiques localisés dans cette zone. En bref, un patient atteint d'Helicobacter pylori ne peut pas être complètement calme à l'avenir, même s'il ne présente pour le moment aucun signe de tumeur. Un traitement préventif visant à éliminer l’infection aidera à prévenir les mauvaises surprises.

  • Laparoscopie (prescrite pour les grosses tumeurs pouvant avoir germé dans les organes voisins).
  • Cancer de l'intestin

    Si les soupçons se sont glissés en ce qu'une tumeur maligne a frappé l'intestin, alors, comme dans le cancer de l'estomac, le patient se voit d'abord proposer:

    • Réussir une analyse des selles pour le sang occulte et le sang pour les marqueurs tumoraux (CA-19-9);
    • Examiner la cavité abdominale par une méthode à ultrasons (ultrasons);
    • Subir un dépistage par rayons X du cancer (en contraste avec le baryum).

    En fonction de la partie de l'intestin dans laquelle une tumeur peut être localisée, d'autres méthodes instrumentales sont prescrites:

    1. La rectoromanoscopie, qui est conçue pour étudier l’état du rectum, n’est toutefois possible que dans une section de 20 à 25 cm, et on ne peut pas apprendre ce qui se passe au dessus du gros intestin en utilisant cette procédure;

    L’irrigoscopie permet d’apprendre beaucoup de choses sur le gros intestin: longueur, relief, élasticité, développement du processus tumoral dans le gros intestin;

  • La fibrocolonoscopie fait partie d'un dépistage complet du cancer localisé dans le tractus gastro-intestinal, et de grandes attentes sont placées lors du diagnostic. Pris pendant la procédure, un morceau de tissu du côlon (d'une zone suspecte) tombera entre les mains de pathologistes, qui seront en mesure d'en dire beaucoup sur la nature de la tumeur. Pendant ce temps, cette procédure est extrêmement désagréable pour les patients, de sorte que les patients eux-mêmes tentent de l'éviter de toutes les manières possibles;
  • TDM, IRM (si vous ne pouvez pas établir le diagnostic autrement).
  • Pancréas

    Le diagnostic précoce du cancer du pancréas est toujours difficile. Il y a peu de symptômes (parfois des douleurs abdominales, une certaine perte de poids, une décoloration de la peau), auxquels une personne se réfère généralement comme des manifestations d'une violation de l'alimentation. Les indicateurs de laboratoire (AlT, AST, bilirubine, phosphatase alcaline, amylase) ne changent pas tellement pour penser au pire, et le marqueur tumoral (CA-19-9) peut ne pas répondre du tout au premier stade. En outre, les analyses biochimiques ne sont pas effectuées systématiquement chez toutes les personnes. Par conséquent, dans la plupart des cas, le cancer du pancréas est détecté lorsque son identification ne pose pas de problème.

    Les examens du patient (échographie, scanner, IRM, tomographie à émission de positons (TEP), basés sur l’introduction de glucose radioactif dans la veine, auxquels répondent les cellules tumorales) ne permettent pas d’établir un diagnostic de "cancer", pour une telle approbation, il est nécessaire quantité de tissu difficile à atteindre. En règle générale, des tâches similaires sont effectuées par d'autres méthodes:

    • Biopsie percutanée par aiguille fine du pancréas sous contrôle échographique;

    Angiographie pancréatique rétrograde endoscopique (CPRE) - insertion d'un tube optique dans la lumière du duodénum, ​​qui détecte une tumeur et effectue une analyse tissulaire;

  • Échographie endoscopique (insertion d'un transducteur à ultrasons dans l'intestin grêle au niveau du pancréas et prélèvement de biopsie);
  • La laparoscopie est la plus informative, mais implique un certain risque, il s'agit toujours d'une opération chirurgicale, bien que petite. La méthode laparoscopique sélectionne des morceaux de tissu aux bons endroits et étudie en outre l’état des autres organes de la cavité abdominale et, s’il existe un processus oncologique, détermine l’étendue de la tumeur.
  • Du foie

    Le cancer du foie n'est pas un type courant de néoplasie qui nécessite des études de dépistage. Cependant, étant donné l'enthousiasme excessif de certains segments de la population pour l'alcool et la prévalence de l'hépatite (l'hépatite virale C est particulièrement dangereuse), contribuant au développement du carcinome hépatocellulaire primaire, il convient de dire quelques mots sur le diagnostic précoce de cette pathologie.

    Les personnes à risque de développer un processus oncologique dans le parenchyme hépatique doivent être sur leurs gardes et faire périodiquement, de leur propre initiative, un minimum de recherches:

    1. Faire un test sanguin pour la biochimie (AlT, AST) et les marqueurs tumoraux (AFP);
    2. Effectuer des diagnostics par ultrasons (ultrasons).

    Ces méthodes aideront à détecter une tumeur dans le foie, mais ne détermineront pas le degré de sa malignité. Un tel problème ne peut être résolu que par une biopsie du foie percutanée à l'aiguille fine - une procédure comportant un certain risque, mais du sang se déposant dans le foie, et les dommages aux vaisseaux sanguins pouvant menacer d'un saignement important.

    Utérus et ovaires

    Méthodes de diagnostic des maladies tumorales de la sphère génitale féminine, peut-être la plus célèbre de toutes celles qui existent:

    • Examen gynécologique dans les miroirs;
    • Examen cytologique;
    • Diagnostic échographique avec capteur abdominal et vaginal;
    • Curetage séparé diagnostique suivi d'une analyse histologique;
    • Biopsie de l'utérus par aspiration (cytologie + histologie);
    • Colposcopie (cancer du col utérin);
    • Hystéroscopie pour le diagnostic du cancer de l'utérus (avec suspicion de processus néoplasique, localisé dans le col de l'utérus, cette étude est contre-indiquée).

    1 - cancer de l'utérus par ultrasons, Fig. 2 - hystéroscopie, Fig. 3 - IRM

    Par rapport au diagnostic de cancer de l’utérus, la recherche de tumeurs ovariennes pose certaines difficultés, en particulier au début du développement de la maladie ou dans le cas de lésions métastatiques. L'algorithme de diagnostic du cancer de l'ovaire comprend les mesures suivantes:

    1. Examen rectovaginal ou vaginal à deux mains;
    2. Échographie des organes pelviens;
    3. Test sanguin pour les hormones et les marqueurs tumoraux (CA-125, CEA, etc.);
    4. Laparoscopie avec biopsie;
    5. TDM, IRM.

    Dans le diagnostic du cancer de l'ovaire peuvent être appliquées de telles méthodes, qui sembleraient se rapporter à des organes complètement différents:

    • Mammographie;
    • Echographie de la cavité abdominale, du sein, de la glande thyroïde;
    • Gastroscopie, irrigoscopie;
    • Chromocytoscopie;
    • R-scopie de la poitrine.

    Cette expansion de l'enquête est due à la recherche de métastases du cancer de l'ovaire.

    Prostate

    Cliniquement, au stade 1-2, le cancer de la prostate ne se manifeste pas particulièrement. Fait le plus souvent penser les hommes de l'âge et des statistiques, indiquant une large distribution de néoplasies de cette localisation. La recherche diagnostique commence généralement par des études de dépistage:

    Test sanguin pour le marqueur tumoral - antigène spécifique de la prostate (PSA, PSA);

  • Examen digital rectal, que les hommes endurent extrêmement douloureux.
  • S'il existe des motifs, des procédures de diagnostic spéciales sont prescrites au patient:

    • Diagnostic par ultrasons transrectaux (TRUZ) ou, encore mieux, TRUZ avec cartographie Doppler couleur;
    • La biopsie à l'aiguille multifocale est la méthode la plus fiable aujourd'hui pour diagnostiquer le cancer de la prostate.

    Rein

    Le diagnostic du cancer du rein commence le plus souvent par des tests de laboratoire de routine. Déjà au premier stade de la recherche, l'oncologie se caractérisait par une numération globulaire complète: augmentation des comptes ESR, d'hémoglobine et de globules rouges (due à une augmentation de la production d'érythropoïétine) et analyse d'urine (présence de sang et de cellules atypiques dans le sédiment). Les indices biochimiques ne sont pas en reste: la concentration de calcium et de transaminases, qui sont particulièrement sensibles non seulement aux tumeurs du foie, mais réagissent également rapidement aux tumeurs d'autres organes du parenchyme.

    Les facteurs suivants jouent un rôle important dans la détermination de la présence d'une tumeur dans le rein:

    1. Diagnostic échographique (échographie abdominale);
    2. Graphe R du rein avec contraste;
    3. Scanner;
    4. Pyélographie rétrograde (instantané du pelvis rénal rempli de contraste à travers un cathéter installé dans l'uretère);
    5. Biopsie cible sous contrôle échographique (étude morphologique);
    6. Angiographie rénale sélective, permettant de bien détecter le carcinome à cellules rénales, mais s'avérant presque inutile pour les tumeurs du bassin.

    Lors du diagnostic du cancer du rein, il n’ya plus d’espoir pour les marqueurs tumoraux. Il est vrai que REA est parfois remis, mais cela n’a pas beaucoup d’importance à cet égard.

    Nous n’avons peut-être pas été en mesure de rappeler toutes les méthodes de diagnostic du cancer de localisation différente et d’en parler en détail, car chaque établissement médical dispose de son propre arsenal d’équipements et d’une équipe de spécialistes, et il n’est pas toujours nécessaire de recourir à des procédures coûteuses, comme l’IRM. Beaucoup peuvent montrer des tests généraux, des tests biochimiques, des rayons X, prescrits à des fins prophylactiques. Dans la plupart des cas, le diagnostic précoce dépend de la personne elle-même, de son attitude à l'égard de sa santé. Vous ne devriez pas être ennuyé si, à n'importe quel rendez-vous, le médecin demande les résultats de la fluorographie ou les données d'un examen pelvien, il essaie simplement de rappeler une fois encore que notre santé est entre nos mains.

    Frottis du cancer (cytologie) pour la recherche sur les cellules cancéreuses

    Un frottis sur le cancer révèle l'oncologie aux tout premiers stades. Cette terrible maladie est de loin la plus répandue. Il n'y a toujours aucun moyen pour son traitement efficace. Les principaux objectifs de chaque méthode médicale en oncologie sont la prévention et le diagnostic précoce des tumeurs malignes, car seuls les premier et deuxième stades du cancer peuvent être traités.

    Cytologie frottis - qu'est-ce que c'est?

    Le concept même de cytologie est l'étude et l'analyse de cellules vivantes. Le frottis oncocytologique, respectivement, implique l’étude du matériel prélevé au niveau cellulaire pour les signes et la présence de leur malignité. Cette méthode est l'une des plus fiables, détaillées et abordables, ce qui est important.

    La méthode d'oncocytologie est le plus souvent utilisée en gynécologie et il existe plusieurs noms alternatifs:

    • frottis cervical;
    • Test PAP;
    • Analyse de Papanicolaou;
    • cytologie frottis, etc.

    La cytologie peut être effectuée dans n'importe quel domaine. Dans le même temps, les cellules cancéreuses sont examinées sur des tissus de divers organes et tissus: grattoirs, écouvillons, perforation, salive, etc.

    Quand et à qui un frottis pour cytologie est-il attribué?

    L'analyse de la cytologie est considérée comme la norme dans l'examen annuel des femmes effectué par un gynécologue. Ses résultats permettent d'identifier non seulement des anomalies oncologiques, mais également un certain nombre de maladies gynécologiques.

    Le frottis d'oncocytologie doit être effectué:

    • toutes les filles et les femmes chaque année, à partir du moment de l'activité sexuelle;
    • tous les six mois aux utilisatrices de contraception hormonale et intra-utérine;
    • quelques fois par an en cas d'herpès génital;
    • en accord avec le gynécologue dans une certaine période avec des papillomes génitaux des organes génitaux, une érosion fréquente et une tendance à l'apparition de kystes;
    • avec susceptibilité génétique au développement du cancer chez la lignée féminine.

    Si une femme mène une vie sereine sans partenaire régulier, elle doit passer un test cytologique plusieurs fois par an. La même chose s'applique aux personnes souffrant de surpoids. Ces catégories de personnes sont les plus à risque de développer des tumeurs malignes.

    Observé par un gynécologue est nécessaire tout au long de la vie. La probabilité de développer un oncologie augmente avec l'âge, il ne faut donc jamais oublier la santé de la femme en l'absence de relations sexuelles et après la fin de la menstruation.

    Préparation à l'analyse

    La cytologie des frottis implique l’étude et l’analyse des cellules qu’ils contiennent. Différents types de déviations dans leur structure peuvent être la preuve de divers types de pathologies, y compris le cancer. Le matériel étudié dans le domaine de la gynécologie est le grattage de particules d’épithélium des parois du vagin et du col de l’utérus. Il est pris presque sans douleur pour une femme, mais un malaise mineur peut toujours être présent. Pour obtenir des résultats fiables, vous devez suivre certaines règles de préparation et de frottis.

    Lors de la planification d'une visite chez un gynécologue pour un examen, une femme doit être correctement préparée à cela. Devrait:

    • choisir le jour d'absence de menstruation (mieux la première semaine après son achèvement);
    • à la veille de l'analyse, exclure les relations sexuelles;
    • N'utilisez pas de gels vaginaux, de tampons ou de bougies différents au bout de cinq jours environ;
    • ne pas doucher;
    • informer le médecin du traitement médicamenteux récemment administré, le cas échéant.

    Il n'est pas recommandé de faire un frottis lors de l'exacerbation d'une maladie chronique, car cela réduit la fiabilité de ses résultats.

    Comment prend-on un frottis?

    La cytologie, telle qu'elle a été extraite des organes génitaux féminins, est connue de tous les obstétriciens-gynécologues. La procédure de collecte du matériel est assez rapide et dure moins d’une minute.

    Un miroir spécial est inséré dans le vagin de la femme sur une chaise gynécologique ordinaire, après quoi un petit raclement des tissus du canal cervical et du col de l'utérus est réalisé à l'aide d'une spatule ou d'un pinceau. En cas de forte décharge, ils sont préalablement retirés des murs avec un tampon. Le processus est rapide et sans douleur.

    Ensuite, le matériel biologique collecté est transféré sur le verre, qui est recouvert d’un autre verre, puis transféré au laboratoire pour analyse. Là, en utilisant des solutions de couleur spéciales sous un microscope à fort grossissement, la structure des cellules est analysée visuellement et une conclusion appropriée est formulée.

    C'est important! Les frottis d'oncocytologie doivent être réalisés avec des instruments strictement stériles.

    Résultats possibles

    Le résultat de l'analyse ne sera pas nécessairement le cancer ou son absence - le frottis sur l'oncocytologie montre également une inflammation. Beaucoup ne savent pas ce que signifie réellement un frottis cytologique. En fait, l’utilisation de cette analyse a révélé un certain nombre de déviations différentes.

    Un mauvais frottis sur oncocytologie ne signifie pas immédiatement la présence d'un cancer. Un tel résultat peut indiquer:

    • la présence de divers types de microorganismes nuisibles et de champignons;
    • processus inflammatoire;
    • violation banale de la microflore vaginale;
    • l'érosion.

    Parfois, la prise de frottis pour oncocytologie est accompagnée d'un certain nombre de troubles. Dans de tels cas, l'analyse peut entraîner un manque de conclusion en raison d'un biomatériau mal collecté. Cela se produit principalement à cause de:

    • nombre insuffisant ou excessif de cellules contenues;
    • présence significative d'écoulement et de mucus;
    • traces de sang, etc.

    Le résultat le plus important et significatif de l'analyse est la conclusion concernant la structure et la structure des cellules. C'est ce qui détermine la présence de signes de malignité.

    Un frottis sur oncocytologie donne les résultats des normes approuvées en plusieurs types. Le type 1 est caractérisé par une structure cellulaire normale sans aucune anomalie. Le type 2 désigne des troubles mineurs, se traduisant par une légère augmentation du nombre de noyaux cellulaires provoquée par des processus inflammatoires. Dans le 3ème type, des cellules séparées avec de gros noyaux se détachent sur le fond des cellules normales. Dans ce cas, une nouvelle analyse est attribuée à certains intervalles avec des résultats de suivi dans le temps. Au 4ème type, l'atypie est attribuée aux cellules - une condition précancéreuse, lorsque des changements mutationnels sont notés non seulement dans le noyau, mais dans toute leur structure. Le type 5 est une confirmation de l'oncologie. Dans ce cas, les cellules présentant des troubles se divisent activement, se développant et formant une tumeur maligne.

    Une autre analyse importante pour la détection du cancer est un test sanguin biochimique, dont vous trouverez plus de détails ici. À propos de ce qu'il faut faire si des diplocoques apparaissent soudainement dans un frottis, lisez ce qui suit.

    Les principaux avantages et inconvénients de la méthode

    Les principaux avantages de cette méthode pour le diagnostic des tumeurs cancéreuses sont les suivants:

    • disponibilité du biomatériau nécessaire à la recherche;
    • l'obtenir en toute sécurité et sans douleur;
    • le diagnostic aux toutes premières étapes de l'apparition de modifications cellulaires;
    • obtenir des informations supplémentaires sur la présence de diverses pathologies;
    • la possibilité d'étudier les écarts de dynamique;
    • Analyse de prix raisonnable.

    En plus des avantages, il existe un certain nombre de points négatifs. Les principaux inconvénients de l’oncocytologie sont les suivants:

    • la possibilité d'obtenir un résultat peu fiable dans le cas d'un matériel mal collecté;
    • informations insuffisantes sur la tumeur présente à la suite de l'examen des cellules, pas des tissus;
    • l'impossibilité de diagnostiquer certains types de cancer.

    Les méthodes modernes et les méthodes de diagnostic des tumeurs cancéreuses permettent d'identifier la pathologie aux stades les plus précoces. Il suffit de passer à temps les examens nécessaires et recommandés pour un traitement efficace en cas de détection d'anomalies.

    Test du cancer de l'utérus

    Une tumeur maligne qui se développe dans la partie inférieure de l'utérus est appelée cancer du col utérin. Cette maladie occupe le troisième rang dans le classement des cancers féminins les plus fréquents dans le monde. Au premier soupçon du développement de cette maladie, une femme doit réussir les tests corrects pour le cancer de l'utérus.

    Quels sont les tests les plus objectifs pour le cancer de l'utérus aujourd'hui?

    La présence de HPV à haut risque est la principale condition pour l'apparition du cancer du col de l'utérus chez la femme. Tout d'abord, il s'agit d'un virus de 16 et 18 types. Par conséquent, en cas de suspicion de cancer du col utérin, les patients doivent subir un test de dépistage du VPH.

    Oncomarkers

    Oncomarkers appelle des substances spéciales dans le sang des femmes capables d'indiquer le développement d'un cancer dans le corps. Pour chaque cancer, il existe «leurs propres» marqueurs spéciaux qui dépendent des cellules dans lesquelles le cancer se développe. En présence de cancer du col utérin dans le corps, le taux sanguin du marqueur tumoral SCC augmente.

    Plus le nombre de CSC détectés est élevé, plus le cancer est avancé et plus il sera difficile de le guérir. Pendant le traitement lui-même, il est nécessaire de surveiller en permanence l'évolution du nombre de marqueurs tumoraux SCC, car son déclin peut indiquer un traitement réussi. Si, après le traitement, le taux de marqueur tumoral dans le sang augmente à nouveau, nous pouvons dire que la maladie réapparaît.

    Cependant, la hausse de ce marqueur tumoral peut ne pas indiquer avec précision le cancer du col utérin. Le taux de SCC peut augmenter dans les cancers des organes génitaux externes et des poumons. Mais, si le diagnostic de «cancer du col de l’utérus» a déjà été confirmé, il est simplement nécessaire de surveiller et de surveiller le niveau de marqueur au cours du traitement. Cela peut aider à prévoir l'évolution de la maladie et à influer sur le déroulement du traitement.

    Cytologie liquide

    Un frottis de cytologie en milieu liquide est une analyse simple mais assez précise qui permet d’évaluer les cellules et les tissus du col de l’utérus et de déterminer la présence de toute pathologie. L'analyse elle-même est sûre et sans douleur. Le but principal de cette procédure est d’identifier les cellules qui peuvent muter avec le temps et devenir cancéreuses. À partir du moment des pathologies identifiées et des changements dans les tissus et les cellules dépendent de l'efficacité du traitement.

    La procédure d'analyse elle-même est très simple. Le gynécologue doit d’abord bien nettoyer le col de l’utérus, puis une brosse spéciale pour recueillir le biomatériau à analyser et le placer sur le verre médical. Pour une femme, cette procédure se termine. Ensuite, elle attend le résultat de l'analyse.

    Le matériel collecté au laboratoire est examiné au microscope. Les réponses de l’étude sont généralement prêtes en une semaine. L'analyse cytologique des fluides permet d'étudier la taille des cellules ainsi que leur ordre de positionnement. Cette étude aide à identifier le développement du cancer du col utérin dans les stades initiaux, ce qui vous permet de développer le cours du traitement correct. À des fins prophylactiques, une telle analyse est recommandée pour toutes les femmes au moins une fois par an.

    Un frottis cytologique aide à choisir la méthode la plus efficace de traitement de divers cancers gynécologiques. Grâce à cette analyse, il est possible à un stade précoce de la maladie d'identifier des cellules malignes qui provoquent le développement rapide de la maladie.

    Une telle analyse est prescrite si:

    1. La fille planifie une grossesse.
    2. Le cycle de menstruation est brisé.
    3. L'infertilité est diagnostiquée.
    4. La femme n'a pas un partenaire sexuel, mais plusieurs.
    5. Avec l'herpès génital, les verrues génitales, etc.
    6. La femme a pris des médicaments contraceptifs pendant une longue période.
    7. Sécrétions déraisonnables des organes génitaux externes.
    8. Il y a des soupçons d'oncologie.

    La cytologie en phase liquide laisse le temps de diagnostiquer la présence de papillomavirus humain dans le corps et d'identifier les pathologies du col utérin.

    Le résultat de l'analyse est:

    • «Normal», ce qui indique l'absence de toute pathologie et de cellules cancéreuses dans le col de l'utérus;
    • «Pathologique», lorsque des cellules ont été découvertes dans un échantillon biologique pouvant déclencher un cancer.

    Aspects positifs de l'analyse en cytologie des fluides:

    1. Processus de collecte de matériel rapide.
    2. Une durée de conservation du matériau suffisamment longue (grâce à une solution stabilisante spéciale, les cellules ne sèchent pas et l’échantillon biologique transféré au laboratoire aux fins de recherche).
    3. La possibilité de préparer une seule couche de frottis.

    Cependant, cette nouvelle méthode de diagnostic du cancer présente un inconvénient majeur. À l'aide d'un frottis cytologique, il n'est pas possible de détecter les processus inflammatoires, car lors de la filtration du matériel biologique, tous les leucocytes et autres impuretés en sont retirés. Par conséquent, s’il existe des suspicions de maladies inflammatoires, il est également nécessaire de faire un frottis pour l’oncocytologie.

    Colposcopie

    Il existe d'autres tests populaires pour le cancer de l'utérus. L'un d'eux est considéré comme une colposcopie. Lors de l'exécution de cette méthode, le gynécologue étudie l'utérus à l'aide d'un appareil doté des propriétés d'une loupe. Kolposkop permet au gynécologue d'examiner l'utérus et d'identifier les zones de tissu ayant subi des modifications. Ces sites peuvent indiquer la présence d'un cancer ou d'une affection précancéreuse du col de l'utérus.

    Biopsie cervicale

    L’essence de la biopsie réside dans le fait que les parties pathologiques du col de l’utérus détectées au cours de la colposcopie sont «pincées» pour des recherches ultérieures au microscope. Ce test de cancer peut déterminer si les cellules sont cancéreuses. L'obtention de telles informations est nécessaire pour élaborer un traitement efficace.

    Symptômes requis pour affecter des données d'analyse

    Les premiers symptômes à prendre en compte:

    1. Spotting qui se produit après une intimité ou sans cause au milieu du cycle menstruel. Leur profusion peut être différente: faible à abondante, semblable aux menstruations.
    2. Douleur en urinant, sang dans les urines.
    3. Douleur abdominale basse. Il s’agit généralement d’un symptôme de l’un des derniers stades du cancer du col utérin.
    4. Écoulement sanglant et douloureux après un rapport sexuel.

    N'importe lequel de ces symptômes peut signaler le développement de l'oncologie du col utérin. Par conséquent, quand au moins l'un d'entre eux apparaît, il est nécessaire de consulter un gynécologue!

    Comment se préparer au test du cancer de l'utérus? Qu'est-ce qu'une femme a besoin de savoir?

    Tout d’abord, il est important de rappeler que les tests de cancer de l’utérus ne peuvent pas être effectués pendant la menstruation. Il faut attendre la fin complète.

    En préparant les analyses, il faut:

    1. S'abstenir d'avoir des rapports sexuels pendant 2 jours avant le test.
    2. Ne pas doucher.
    3. N'utilisez pas de bougies ni de pommades.
    4. Arrêtez de prendre des médicaments anti-inflammatoires et contraceptifs.
    5. N'utilisez pas de tampons.

    De plus, au cours de la journée précédant les tests, il est préférable de ne prendre aucun moyen d'hygiène intime.

    Le coût des tests pour le cancer de l'utérus

    Le coût de l'analyse des marqueurs tumoraux en Russie est en moyenne de 1350 roubles, en Ukraine - 300 hryvnia.
    La cytologie liquide pour les résidents de la Fédération de Russie coûtera environ 850 roubles, pour les Ukrainiens - 350 hryvnia.
    Le prix de la colposcopie pour la Russie est de 1500 roubles, pour l'Ukraine - jusqu'à 400 hryvnia.
    Le coût d'une biopsie cervicale pour les Russes sera en moyenne de 2 500 roubles, et pour les Ukrainiens - environ 700 hryvnia.

    Quand vaut-il la peine de voir un médecin?

    Avec l'apparition d'au moins un des symptômes décrits ci-dessus, il est nécessaire de consulter le gynécologue de toute urgence et de se faire examiner pour le cancer du col utérin. Identifiée à un stade précoce, la maladie est plus facile à traiter que le traitement et augmente les chances de guérison. Afin d'éviter la nécessité de se rendre à l'inspection au moins une fois par an.

    Assurez-vous également de consulter votre médecin si au moins un des tests ci-dessus a permis de déterminer la présence de modifications pathologiques.

    Conclusions

    La médecine moderne ne reste pas immobile et il existe maintenant une grande variété de tests de dépistage du cancer. Aux premières manifestations de symptômes désagréables, consultez immédiatement un médecin. Il vous prescrira les tests nécessaires pour le cancer de l'utérus, ce qui vous convient et vous permettra d'élaborer un plan de traitement de qualité et efficace. N'oubliez pas qu'avec le temps, la maladie identifiée est plus facile à traiter!

    Comment identifier le cancer de l'utérus: toutes les méthodes de diagnostic

    Souvent, les femmes ménopausées ignorent les examens annuels effectués par un gynécologue. Mais c’est à l’âge de 55-60 ans que le pic du cancer de l’utérus chute.

    Cette maladie est davantage associée à des causes internes - hyperestrogènes, troubles métaboliques, infections virales.

    À propos de la maladie

    Le cancer de l'endomètre est une tumeur maligne qui se développe souvent à la base d'une quantité accrue d'œstrogènes. Cette affection est observée dans les kystes ovariens, l'obésité, les maladies du foie, l'hyperplasie ou les tumeurs surrénaliennes, ainsi que dans le traitement inapproprié aux œstrogènes.

    À propos du corps

    L'utérus est l'un des organes génitaux féminins, formé par trois couches de muscles. À l'intérieur, il est recouvert d'une couche muqueuse - endomètre. Tous les tissus utérins sont très sensibles aux effets des hormones sexuelles.

    Ils régulent le cycle mensuel, au cours duquel se forme la couche muqueuse, sa préparation à l'implantation d'un œuf fécondé. Si cela ne se produit pas, l'endomètre est rejeté et le cycle se répète.

    Dans des conditions de stimulation accrue, des conditions préalables sont créées pour une augmentation excessive de l'épaisseur de l'endomètre et le développement de processus tumoraux dans celui-ci.

    Les symptômes

    Les stades initiaux du cancer de l'endomètre sont asymptomatiques. Signes plus prononcés de processus hyperplasiques chez les femmes en âge de procréer et avant la ménopause.

    1. Spotting de la fente génitale. Ils ne sont pas seulement des signes de cancer de l'utérus, peuvent être accompagnés de maladies précancéreuses, d'hyperplasie de l'endomètre, d'endométriose. Les saignements se produisent n'importe quel jour du cycle. Ces patients traitent souvent pendant longtemps une pathologie ovarienne, la stérilité et des saignements utérins anormaux.
    2. La leucorrhée aqueuse est un écoulement séreux semblable à celui des maladies inflammatoires des appendices, du col ou du vagin. Ils sont sans odeur, avec le linge humide prolongé peut causer une irritation de la peau.
    3. La douleur est un symptôme tardif du cancer. Apparaît dans un processus prononcé. Ils peuvent avoir un caractère persistant ou avoir périodiquement mal à l’estomac. Localisé dans le bas-ventre, donne le sacrum et le bas du dos.
    4. Une violation de la miction peut survenir à un stade avancé du cancer en cas de compression de l'urètre par un néoplasme ou de germination dans la paroi de la vessie. Pulsions dérangeantes, petites portions d'urine, augmentation de la miction, incontinence.
    5. La constipation se développe avec une grande taille de la tumeur et une compression du rectum.
    6. L'anémie est un symptôme non spécifique. Accompagné de pertes de sang fréquentes. Peut atteindre un degré élevé avec des taux d'hémoglobine inférieurs à 70 g / l. Une hypoxie tissulaire, une tachycardie réflexe et un essoufflement au repos se développent dans ce contexte.
    7. La perte de poids et l'épuisement sont un symptôme tardif caractéristique d'une métastase commune.
    8. Violation des organes internes dans la défaite de leurs métastases. Pour les poumons - toux sèche de nature obscure. Les lésions hépatiques sont indolores, accompagnées d'une augmentation de la bilirubine. Des métastases sont détectées à l'échographie.

    Et voici les critiques des patients sur le traitement des fibromes.

    Ménopause

    L'apparition de symptômes chez les femmes après la ménopause est différente de l'âge de procréer. Les saignements post-ménopausiques sont un signe classique du cancer de l'endomètre.

    Avec l’apparition de la ménopause, les ovaires s’atrophient, le follicule ne mûrit pas. Les niveaux d'oestrogène sont normalement réduits. Il n'y a pas de croissance de l'endomètre et ensuite de son rejet - il n'y a pas de saignement menstruel. Par conséquent, l'apparition de saignements au cours de cette période parle très probablement de cancer.

    Les symptômes restants sont une conséquence des deux premiers et ne sont pas spécifiques aux tumeurs de l'endomètre.

    Inspection

    Un examen gynécologique des femmes sans plainte pour état de santé devrait être organisé au moins une fois par an. Dans ce cas, le médecin examine le vagin et le cou dans les miroirs. Le cancer de l'utérus ne peut pas être détecté. Vous pouvez seulement remarquer un léger saignement du col, une leucorrhée séreuse qui coule.

    L'inspection à deux mains donne plus d'informations. Un grand carcinome va agrandir l'utérus et sera palpable à travers la paroi abdominale. Dans ce cas, la palpation peut être douloureuse. Après avoir inspecté le gant, il y a parfois des pertes sanglantes.

    Coups de pinceau

    Pendant l'examen, le médecin prend des frottis sur la cytologie. Il vous permet de déterminer l'état de l'épithélium du col utérin et de son canal. À l'extérieur, il est recouvert d'épithélium squameux stratifié, et de l'intérieur, cylindrique. L'apparition de cellules atypiques permet de suspecter un état précancéreux ou un cancer.

    Le matériel est prélevé à l'aide d'une cytobrosse ou d'une truelle spéciale, séparément du canal cervical et de sa surface. Le mucus résultant est appliqué sur le verre. Le résultat est prêt dans 5 à 10 jours.

    Vous ne pouvez pas mener une étude en présence d'une inflammation sur le cou, cet état donnera un résultat faussement positif, qui peut être considéré comme une condition précancéreuse. À la veille de l’étude, ne vous livrez pas à des rapports sexuels, n’exécutez pas de douches vaginales, ne posez pas de bougies et de tampons

    Un frottis sur oncocytologie est effectué même chez les femmes enceintes. Cette condition s'accompagne d'altérations hormonales pouvant déclencher la croissance du carcinome.

    L'état des cellules de l'endomètre peut être déterminé à l'aide d'une biopsie par aspiration. Il est réalisé avec une seringue spéciale à travers le canal cervical sans expansion préalable.

    Pour la recherche, le matériel résultant est envoyé au laboratoire. La conclusion décrit l'état des cellules de l'endomètre, leur taille, leur structure et leur forme, la présence de changements atypiques.

    Cet article décrit les complications après une intervention chirurgicale visant à éliminer les fibromes utérins.

    Test sanguin pour les marqueurs tumoraux

    Un symptôme spécifique d'une tumeur est la détermination du niveau de marqueurs tumoraux dans le sang:

    CA 72-4. Un antigène spécifique synthétisé par des tumeurs malignes de l'estomac, du côlon et des ovaires. Pour l'étude, prenez du sang veineux. Avant la procédure ne peut pas fumer pendant 30 minutes.

    Chez les personnes en bonne santé, il n'est pas défini, mais peut apparaître avec le développement de processus inflammatoires dans le tube digestif. Ceci est un marqueur non spécifique, il n'est pas utilisé pour le diagnostic.

    Son rôle en gynécologie est de différencier une tumeur ovarienne bénigne d'une tumeur maligne. Il vous permet également de surveiller l'efficacité du traitement de la tumeur. La valeur diagnostique augmente avec l'examen simultané du CA 125 et de l'antigène embryonnaire du cancer.

    CA-125. Cet antigène est présent dans le corps d'une femme en bonne santé dans l'endomètre. Mais il ne pénètre pas dans le sang. Sa pénétration se produit pendant la menstruation ou l'endométriose. Quantitativement, il atteint le chiffre de 35 U / ml. Dépasser ce taux est en faveur du cancer.

    Celles-ci peuvent être des tumeurs de nombreuses localisations - les ovaires, l'utérus, les appendices, les mammaires et le pancréas, les poumons, l'estomac et le foie. Les tumeurs bénignes et les inflammations des appendices entraînent souvent une augmentation significative de l'antigène. Par conséquent, il est utilisé en complément d’autres études.

    L'antigène embryonnaire du cancer est détecté à une concentration de 0 à 5,0 ng / ml chez des personnes en bonne santé. C'est un marqueur caractéristique des tumeurs épithéliales. Son augmentation est accompagnée d'un cancer de l'estomac et du côlon. L'étude est utilisée pour diagnostiquer la progression du cancer - les valeurs augmentent.

    Une telle étude devrait être réalisée au moins une fois tous les 2 mois. Après un traitement chirurgical radical après quelques jours, la concentration dans le sang revient à des valeurs normales.

  • La gonadotrophine chorionique augmente normalement chez la femme enceinte - les tests de grossesse reposent sur sa détermination dans l'urine. Normalement, son contenu dans le sang est compris entre 0 et 5 UI / ml. L'augmentation du taux se produit avec les tumeurs du tissu trophoblastique, la dérive de la vésicule.
  • Histologie

    L'étude est réalisée après un curetage diagnostique séparé de l'utérus et du canal cervical. L'étude détermine la structure morphologique de l'endomètre, la présence de cellules pathologiques altérées, ainsi que les conditions précancéreuses.

    Le matériel est collecté sous anesthésie sur le fauteuil gynécologique. L'expansion du canal cervical est utilisée avec des dilueurs spéciaux de Gegar. Après quelques jours de curetage, des taches mineures sont possibles.

    Du matériel pour l'histologie peut être obtenu pendant l'hystéroscopie - examen de la cavité utérine avec obtention d'une image vidéo.

    Les ultrasons sont très instructifs pendant la période postménopausique et insuffisants chez les femmes en âge de procréer. Avec son aide, l'épaisseur de l'endomètre est estimée. Pour une femme ayant ses règles, une étude est réalisée tous les 3 à 5 jours du cycle. Un indicateur normal est jusqu'à 6 mm. Pour la période d'apogée, M-écho est normalement pas plus de 4 mm.

    Si l'épaisseur de l'endomètre postménopausique est déterminée entre 4 et 12 mm, l'hystéroscopie est réalisée avec une biopsie ciblée. M-echo plus de 12 mm - biopsie par aspiration.

    La méthode est très informative et sûre pour le patient, elle n’utilise pas de rayons X. Avec elle, vous pouvez construire une image tridimensionnelle de l'utérus et des ovaires, afin d'identifier la localisation de la tumeur, sa prévalence, les métastases des organes voisins.

    La vidéo suivante contient des informations sur les possibilités de l'échographie et de l'IRM pour évaluer la propagation des tumeurs de l'endomètre:

    A Propos De Nous

    Le mélanome est une pathologie de la peau qui présente des excroissances malignes. Le mélanome survient à tout âge.Il se développe beaucoup plus rapidement que les autres cancers, comporte quatre stades et se métastase aux autres organes.