Test du cancer de l'utérus

Une tumeur maligne qui se développe dans la partie inférieure de l'utérus est appelée cancer du col utérin. Cette maladie occupe le troisième rang dans le classement des cancers féminins les plus fréquents dans le monde. Au premier soupçon du développement de cette maladie, une femme doit réussir les tests corrects pour le cancer de l'utérus.

Quels sont les tests les plus objectifs pour le cancer de l'utérus aujourd'hui?

La présence de HPV à haut risque est la principale condition pour l'apparition du cancer du col de l'utérus chez la femme. Tout d'abord, il s'agit d'un virus de 16 et 18 types. Par conséquent, en cas de suspicion de cancer du col utérin, les patients doivent subir un test de dépistage du VPH.

Oncomarkers

Oncomarkers appelle des substances spéciales dans le sang des femmes capables d'indiquer le développement d'un cancer dans le corps. Pour chaque cancer, il existe «leurs propres» marqueurs spéciaux qui dépendent des cellules dans lesquelles le cancer se développe. En présence de cancer du col utérin dans le corps, le taux sanguin du marqueur tumoral SCC augmente.

Plus le nombre de CSC détectés est élevé, plus le cancer est avancé et plus il sera difficile de le guérir. Pendant le traitement lui-même, il est nécessaire de surveiller en permanence l'évolution du nombre de marqueurs tumoraux SCC, car son déclin peut indiquer un traitement réussi. Si, après le traitement, le taux de marqueur tumoral dans le sang augmente à nouveau, nous pouvons dire que la maladie réapparaît.

Cependant, la hausse de ce marqueur tumoral peut ne pas indiquer avec précision le cancer du col utérin. Le taux de SCC peut augmenter dans les cancers des organes génitaux externes et des poumons. Mais, si le diagnostic de «cancer du col de l’utérus» a déjà été confirmé, il est simplement nécessaire de surveiller et de surveiller le niveau de marqueur au cours du traitement. Cela peut aider à prévoir l'évolution de la maladie et à influer sur le déroulement du traitement.

Cytologie liquide

Un frottis de cytologie en milieu liquide est une analyse simple mais assez précise qui permet d’évaluer les cellules et les tissus du col de l’utérus et de déterminer la présence de toute pathologie. L'analyse elle-même est sûre et sans douleur. Le but principal de cette procédure est d’identifier les cellules qui peuvent muter avec le temps et devenir cancéreuses. À partir du moment des pathologies identifiées et des changements dans les tissus et les cellules dépendent de l'efficacité du traitement.

La procédure d'analyse elle-même est très simple. Le gynécologue doit d’abord bien nettoyer le col de l’utérus, puis une brosse spéciale pour recueillir le biomatériau à analyser et le placer sur le verre médical. Pour une femme, cette procédure se termine. Ensuite, elle attend le résultat de l'analyse.

Le matériel collecté au laboratoire est examiné au microscope. Les réponses de l’étude sont généralement prêtes en une semaine. L'analyse cytologique des fluides permet d'étudier la taille des cellules ainsi que leur ordre de positionnement. Cette étude aide à identifier le développement du cancer du col utérin dans les stades initiaux, ce qui vous permet de développer le cours du traitement correct. À des fins prophylactiques, une telle analyse est recommandée pour toutes les femmes au moins une fois par an.

Un frottis cytologique aide à choisir la méthode la plus efficace de traitement de divers cancers gynécologiques. Grâce à cette analyse, il est possible à un stade précoce de la maladie d'identifier des cellules malignes qui provoquent le développement rapide de la maladie.

Une telle analyse est prescrite si:

  1. La fille planifie une grossesse.
  2. Le cycle de menstruation est brisé.
  3. L'infertilité est diagnostiquée.
  4. La femme n'a pas un partenaire sexuel, mais plusieurs.
  5. Avec l'herpès génital, les verrues génitales, etc.
  6. La femme a pris des médicaments contraceptifs pendant une longue période.
  7. Sécrétions déraisonnables des organes génitaux externes.
  8. Il y a des soupçons d'oncologie.

La cytologie en phase liquide laisse le temps de diagnostiquer la présence de papillomavirus humain dans le corps et d'identifier les pathologies du col utérin.

Le résultat de l'analyse est:

  • «Normal», ce qui indique l'absence de toute pathologie et de cellules cancéreuses dans le col de l'utérus;
  • «Pathologique», lorsque des cellules ont été découvertes dans un échantillon biologique pouvant déclencher un cancer.

Aspects positifs de l'analyse en cytologie des fluides:

  1. Processus de collecte de matériel rapide.
  2. Une durée de conservation du matériau suffisamment longue (grâce à une solution stabilisante spéciale, les cellules ne sèchent pas et l’échantillon biologique transféré au laboratoire aux fins de recherche).
  3. La possibilité de préparer une seule couche de frottis.

Cependant, cette nouvelle méthode de diagnostic du cancer présente un inconvénient majeur. À l'aide d'un frottis cytologique, il n'est pas possible de détecter les processus inflammatoires, car lors de la filtration du matériel biologique, tous les leucocytes et autres impuretés en sont retirés. Par conséquent, s’il existe des suspicions de maladies inflammatoires, il est également nécessaire de faire un frottis pour l’oncocytologie.

Colposcopie

Il existe d'autres tests populaires pour le cancer de l'utérus. L'un d'eux est considéré comme une colposcopie. Lors de l'exécution de cette méthode, le gynécologue étudie l'utérus à l'aide d'un appareil doté des propriétés d'une loupe. Kolposkop permet au gynécologue d'examiner l'utérus et d'identifier les zones de tissu ayant subi des modifications. Ces sites peuvent indiquer la présence d'un cancer ou d'une affection précancéreuse du col de l'utérus.

Biopsie cervicale

L’essence de la biopsie réside dans le fait que les parties pathologiques du col de l’utérus détectées au cours de la colposcopie sont «pincées» pour des recherches ultérieures au microscope. Ce test de cancer peut déterminer si les cellules sont cancéreuses. L'obtention de telles informations est nécessaire pour élaborer un traitement efficace.

Symptômes requis pour affecter des données d'analyse

Les premiers symptômes à prendre en compte:

  1. Spotting qui se produit après une intimité ou sans cause au milieu du cycle menstruel. Leur profusion peut être différente: faible à abondante, semblable aux menstruations.
  2. Douleur en urinant, sang dans les urines.
  3. Douleur abdominale basse. Il s’agit généralement d’un symptôme de l’un des derniers stades du cancer du col utérin.
  4. Écoulement sanglant et douloureux après un rapport sexuel.

N'importe lequel de ces symptômes peut signaler le développement de l'oncologie du col utérin. Par conséquent, quand au moins l'un d'entre eux apparaît, il est nécessaire de consulter un gynécologue!

Comment se préparer au test du cancer de l'utérus? Qu'est-ce qu'une femme a besoin de savoir?

Tout d’abord, il est important de rappeler que les tests de cancer de l’utérus ne peuvent pas être effectués pendant la menstruation. Il faut attendre la fin complète.

En préparant les analyses, il faut:

  1. S'abstenir d'avoir des rapports sexuels pendant 2 jours avant le test.
  2. Ne pas doucher.
  3. N'utilisez pas de bougies ni de pommades.
  4. Arrêtez de prendre des médicaments anti-inflammatoires et contraceptifs.
  5. N'utilisez pas de tampons.

De plus, au cours de la journée précédant les tests, il est préférable de ne prendre aucun moyen d'hygiène intime.

Le coût des tests pour le cancer de l'utérus

Le coût de l'analyse des marqueurs tumoraux en Russie est en moyenne de 1350 roubles, en Ukraine - 300 hryvnia.
La cytologie liquide pour les résidents de la Fédération de Russie coûtera environ 850 roubles, pour les Ukrainiens - 350 hryvnia.
Le prix de la colposcopie pour la Russie est de 1500 roubles, pour l'Ukraine - jusqu'à 400 hryvnia.
Le coût d'une biopsie cervicale pour les Russes sera en moyenne de 2 500 roubles, et pour les Ukrainiens - environ 700 hryvnia.

Quand vaut-il la peine de voir un médecin?

Avec l'apparition d'au moins un des symptômes décrits ci-dessus, il est nécessaire de consulter le gynécologue de toute urgence et de se faire examiner pour le cancer du col utérin. Identifiée à un stade précoce, la maladie est plus facile à traiter que le traitement et augmente les chances de guérison. Afin d'éviter la nécessité de se rendre à l'inspection au moins une fois par an.

Assurez-vous également de consulter votre médecin si au moins un des tests ci-dessus a permis de déterminer la présence de modifications pathologiques.

Conclusions

La médecine moderne ne reste pas immobile et il existe maintenant une grande variété de tests de dépistage du cancer. Aux premières manifestations de symptômes désagréables, consultez immédiatement un médecin. Il vous prescrira les tests nécessaires pour le cancer de l'utérus, ce qui vous convient et vous permettra d'élaborer un plan de traitement de qualité et efficace. N'oubliez pas qu'avec le temps, la maladie identifiée est plus facile à traiter!

Analyse des cellules cancéreuses du col de l'utérus

L'oncologie est devenue courante chez les personnes de tous âges. En ce qui concerne la partie féminine de la population, les organes de l'appareil reproducteur, en particulier le col utérin, sont les plus à risque de développer un processus oncologique. Avec le diagnostic précoce du cancer du col de l’utérus, il est possible non seulement de sauver la vie d’une femme, mais également de rétablir complètement sa santé tout en préservant la fonction de reproduction. Il est possible de détecter des cellules cancéreuses en effectuant une analyse du cancer du col utérin. La recherche aux premiers stades du corps d'une femme vous permet de réparer le marqueur tumoral du col de l'utérus s'il existe un processus malin. Nous comprenons, l’analyse du cancer du col de l’utérus comme on dit, quand elle cède, et comme en témoignent ses résultats.

Pathogenèse du cancer du col utérin

Le cancer du col utérin, l'abréviation de cancer du col utérin, est une tumeur maligne. La pathologie cancéreuse a deux variétés: le carcinome épidermoïde et l'adénocarcinome. Le plus susceptible au cancer de l'utérus chez les femmes âgées de 32 à 57 ans. L'une des raisons du développement de l'oncologie du col utérin dans 70% des cas cliniques est la présence de 18 ou 16 sérotypes dans le virus du papillome humain. Lorsqu'une femme entre dans le corps, le VPH est souvent détruit par l'immunité. Mais dans le cas d'un affaiblissement des forces de protection, le virus du papillome humain commence à progresser, ce qui entraîne des modifications pathologiques de l'épithélium du col utérin.

Les scientifiques ont découvert une relation étroite entre l'apparition du cancer du col utérin et le changement fréquent de partenaires sexuels chez les femmes, ainsi que l'apparition précoce d'une vie sexuelle promiscue (chez les filles de moins de 16 ans). C'est le manque de souci de la pureté, à la fois physique et morale, du comportement sexuel qui implique le VPH et le cancer du col utérin. Il est également connu que le tabagisme au fil du temps conduit à des processus de cancer, y compris le cancer de l’utérus.

Le tableau clinique de l'oncologie du col utérin

Les processus oncologiques au stade le plus précoce ne se révèlent pas. Mais au fur et à mesure que la pathologie se développe, une femme peut remarquer des symptômes alarmants, indiquant la présence d'un processus non conforme aux normes. La guérison complète du cancer du col utérin n’est possible que si elle est détectée avant même l’apparition des principaux signes cliniques, c’est-à-dire au stade le plus précoce. Chaque jour, le processus oncologique prend de l'ampleur et plus il se rapproche de la phase active, moins il y a de chances de préserver la santé de la fonction de reproduction d'une femme. Pour cette raison, chaque femme devrait connaître les symptômes du développement des organes génitaux des tumeurs malignes.

Symptômes de l'oncologie du col utérin:

  1. L’hyperthermie sous-fébrile indique l’apparition d’une pathologie oncologique lorsqu’on maintient la température corporelle à environ 36,9–38,3 degrés.
  2. Si l'on ajoute à la température élevée une fatigabilité excessive, une faiblesse, ainsi qu'une anémie dans le régime alimentaire normal et en l'absence de perte de sang visible, ces signes doivent constituer un motif de traitement rapide à l'hôpital pour des tests du col utérin utérin.
  3. Toute sortie de l’appareil génital, en particulier en combinaison avec les symptômes mentionnés ci-dessus, signale éloquemment, au minimum, un processus infectieux-inflammatoire, y compris un processus oncologique. Les sécrétions utérines peuvent être différentes - transparentes, avec une teinte verdâtre ou jaunâtre, brunâtre ou sanglante. Il peut être taché de manière médiocre ou abondante, en présence d'une odeur fétide (due à la dégradation des tissus tumoraux) ou en l'absence de celle-ci. Les sorties de l'appareil génital sont permanentes, périodiques ou associées à tout type d'activité sexuelle (contact sexuel) ou d'activité physique (soulever des poids).
  4. Aux derniers stades du processus oncologique, la douleur est ajoutée à tous les symptômes énumérés ci-dessus. La douleur se manifeste non seulement dans la région des organes de l'appareil reproducteur de la femme, mais peut également se propager à la région lombaire, à l'abdomen et aux cuisses. Le syndrome douloureux dans le cancer du col utérin dure longtemps et ne s’arrête pas lorsqu’on prend des analgésiques conventionnels. C'est le signe le plus évident d'un processus cancéreux dans le corps. Parce que beaucoup doivent savoir que des médicaments puissants et efficaces sont prescrits pour soulager la douleur chez les patients cancéreux, les médicaments standard ne fonctionnent tout simplement pas.

Aux stades ultérieurs, des structures onccellulaires, c'est-à-dire des métastases pénétrant dans les organes voisins, accompagnent le carcinome. Habituellement, les tissus intestinaux et de la vessie souffrent de métastases. La défaite des structures oncologiques de l'intestin se manifeste par la constipation, due au trouble du péristaltisme intestinal dû aux processus d'infiltration. Si une tumeur maligne a atteint le système urinaire, la femme a des mictions fréquentes et un syndrome d'urine résiduelle se manifeste aux derniers stades du développement de la tumeur.

Analyse des marqueurs tumoraux du col utérin

À un stade précoce, l'oncologie du col utérin ne peut être détectée qu'à l'aide d'analyses de sang effectuées en laboratoire. Le plus souvent prescrit est la numération globulaire complète et le test HPV, car c’est le papillomavirus humain qui est la principale cause du cancer de l’utérus. Un test sanguin pour le cancer montre un marqueur tumoral de l'utérus, s'il est présent dans la substance sanguine du patient. Les antigènes tumoraux du cancer sont appelés oncomarkers.

La méthode d'analyse la plus informative du cancer du col utérin est la procédure appelée étude du flux sanguin pour identifier les marqueurs tumoraux sérologiques SCC. Cet antigène est un marqueur tumoral non spécifique du cancer du col utérin, en particulier du carcinome épidermoïde.

Les indicateurs du marqueur tumoral CSC dépendent directement de la phase du processus du cancer et de la taille du cancer.

La valeur SCC normale se situe dans la plage de 2,4 à 2,6 ng / ml. Les valeurs inférieures à la norme sont également considérées comme valides. Mais les indicateurs de marqueurs tumoraux, dépassant la norme, indiquent la présence d'un cancer du col utérin. Mais en raison de la non-spécificité du marqueur tumoral CSC, ce marqueur oncologique peut montrer les processus malins d’autres organes. Par conséquent, des tests supplémentaires sont prévus pour les analyses de sang pour les marqueurs tumoraux du cancer du col utérin.

L'analyse des marqueurs tumoraux SCC en oncologie du col utérin est utilisée non seulement pour le diagnostic primaire de la pathologie, mais également aux fins suivantes:

  • Évaluation de l'efficacité du traitement des néoplasmes malins.
  • Prévision analytique du processus oncologique.
  • Afin d'éviter la récurrence.

En plus du marqueur tumoral du carcinome épidermoïde, il est conseillé au patient de procéder à une analyse de sang afin de déterminer le niveau d'autres indicateurs du processus de cancer, tels que:

  • Antigène embryonnaire du cancer (CEA).
  • Gonadotrophine bêta chorionique humaine (hCG).
  • Marqueurs du cancer CA125 et CA27-29.

L'efficacité du groupe de marqueurs tumoraux SCCA ou SCC est due au fait que dans 95% des cas, le cancer du col utérin est caractérisé par une progression du carcinome épidermoïde. Mais les marqueurs de cette classe ont une caractéristique, en raison de laquelle des méthodes de diagnostic supplémentaires sont nécessaires - les antigènes du carcinome épidermoïde ne sont retrouvés à 100% qu'à la troisième ou à la quatrième étape du processus oncologique. Dans les première et deuxième phases de l'oncologie cervicale, les indicateurs de CSC ne se manifestent que dans la moitié des cas et nécessitent donc la confirmation ou l'annulation du diagnostic à l'aide d'examens supplémentaires.

Méthodes auxiliaires pour le diagnostic du cancer du col utérin

Avant un test sanguin pour les marqueurs tumoraux de la CSC, le patient est généralement soumis à un examen gynécologique complet et un frottis est effectué pour la cytologie. Mais l'inspection visuelle est peu informative aux premiers stades du processus oncologique. Par conséquent, en plus de l'examen, les médecins recommandent souvent d'utiliser des méthodes de diagnostic instrumental.

Les techniques matérielles suivantes sont utilisées pour détecter le cancer du col utérin:

  • Échographie des organes génitaux internes d'une femme.
  • Biopsie endocervicale ou en coin (prélèvement de tissu) du col utérin.
  • Kolkoskopiya, laparoscopie, rectoscopie, cytoscopie.
  • Numération sanguine complète et test HPV, étant donné que c’est le papillomavirus humain qui est la principale cause du cancer de l’utérus.
  • Résonance magnétique ou tomodensitométrie des organes internes du bassin.

En cas de suspicion de cancer, les oncologues prescrivent généralement tout un éventail de recherches afin d’exclure un diagnostic erroné. Parce que le traitement du cancer est associé à la mise en œuvre d'une intervention chirurgicale, ainsi que d'une chimiothérapie ou d'une exposition à un rayonnement Ce dernier, en plus de l’effet destructeur sur les cellules cancéreuses, a un effet très nocif sur le corps humain. Cette circonstance ne laisse aucune place à l'erreur dans la formulation d'une conclusion.

Tests de cancer du col utérin

Le cancer du col utérin occupe l'une des principales places parmi les maladies oncologiques chez les femmes de différents âges. Jusqu'à récemment, la maladie était diagnostiquée principalement chez les femmes après 40 ans. Selon les dernières statistiques, la pathologie est de plus en plus détectée chez les femmes relativement jeunes.

Le cancer du col utérin signifie la formation d'une tumeur maligne dans l'épithélium. La base de la maladie est la mutation des structures cellulaires. La reproduction intensive de cellules immatures qui forment une tumeur et exercent un effet agressif sur le corps conduit au cancer du col utérin.

La détection rapide du cancer du col de l'utérus, par exemple à l'aide d'un frottis cytologique, est essentielle pour permettre un traitement adéquat et la possibilité d'une guérison complète.

Le cancer du col utérin a plusieurs variétés, basées sur des critères différents.

Selon le type d'épithélium affecté, deux formes de cancer du col utérin sont appelées:

La forme la plus courante d'oncologie cervicale est le carcinome épidermoïde, qui implique la formation d'une tumeur maligne sous la forme d'une croissance à partir d'éléments plats épithéliaux. L'adénocarcinome est formé à l'intérieur de l'épithélium et a un pronostic moins favorable.

Les scientifiques appellent cinq degrés que le cancer du col utérin subit dans son développement:

  • 0 - les cellules cancéreuses sont dans la couche supérieure de l'épithélium;
  • 1 - la germination d'une tumeur maligne à une profondeur maximale de quatre centimètres;
  • 2 - la propagation d'éléments cancérigènes au-delà du col utérin;
  • 3 - défaite de la paroi pelvienne et de la partie supérieure du vagin;
  • 4 - la formation de métastases multiples.

Le pronostic de récupération totale aux stades précoces est assez favorable, tandis que le taux de survie au stade final ne dépasse pas dix pour cent.

Causes et facteurs

Une tumeur maligne se développe en raison de la présence de fonds communs et de pathologies précancéreuses qui provoquent des modifications de la structure de l'épithélium.

Le col de l'utérus relie le corps de l'organe musculaire et le vagin par un canal spécial appelé cervical. Le canal cervical contient du mucus qui empêche la propagation d'agents pathogènes du vagin. L'épithélium du canal cervical est représenté par des éléments cellulaires, appelés cylindriques.

Le col est constitué d'une partie vaginale et supravaginale. Lors d'un examen gynécologique, seule une petite partie de celle-ci est visualisée, appelée partie vaginale. L'épithélium de cette zone contient des cellules plates et multicouches.

Sous l'influence de facteurs pathologiques, des modifications peuvent survenir dans la structure cellulaire. Normalement, une cellule saine a une forme arrondie et contient un gros noyau. Avec le développement de pathologies précancéreuses, les éléments cellulaires peuvent acquérir n'importe quelle forme et augmenter le nombre de noyaux. De telles cellules atypiques ne sont pas appelées précancéreuses. Cependant, sans analyse opportune, frottis et traitement adéquat, l’atypie se transforme progressivement en oncologie.

En gynécologie moderne, on pense que la principale cause du cancer du col utérin est le VPH, qui est transmis sexuellement. Après sa pénétration dans le corps, le virus est introduit directement dans la structure de l'ADN, en changeant les cellules. Au fil du temps, une dysplasie se développe et peut être diagnostiquée par cytologie. Si le traitement approprié n'est pas effectué à ce stade, la pathologie précancéreuse se transformera en cancer.

Parmi les facteurs du cancer du col utérin, les scientifiques déterminent:

  • utilisation de contraceptifs oraux comme protection;
  • ignorer les méthodes de contraception de barrière;
  • la présence de plusieurs infections, par exemple, le VIH et le VPH;
  • fumer;
  • rapports sexuels avec plusieurs partenaires;
  • accouchement à un jeune âge;
  • grossesses multiples et accouchement ultérieur;
  • dommages épithéliaux au cours d'avortements, grattage;
  • âge après quarante ans;
  • le début de la vie intime à dix-huit ans;
  • violation par le partenaire des règles d'hygiène génitale;
  • facteur héréditaire.

Une combinaison de plusieurs facteurs indésirables est souvent nécessaire au développement du cancer du col utérin.

Tableau clinique

La maladie est caractérisée par une évolution asymptomatique. Dans de tels cas, la définition du cancer du col utérin est possible en effectuant des tests généraux et spéciaux, ainsi que des frottis. Dans le cancer du col utérin, les symptômes apparaissent le plus souvent aux stades avancés de la maladie. C'est pourquoi la détermination opportune de la pathologie, y compris la réalisation de l'examen nécessaire, est mise en avant.

Les symptômes du cancer du col utérin comprennent:

  • fatigue et fatigue constante;
  • fièvre basse;
  • leucorrhée avec des taches lumineuses;
  • écoulement liquide ou sanglant avec une odeur désagréable;
  • exposition de contact;
  • saignements intermenstruels;
  • douleur abdominale basse, bas du dos, sacrum;
  • dysfonctionnement de l'intestin et de la vessie;
  • formation de fistule;
  • gonflement.

L'apparition d'un tableau clinique caractéristique est associée à la propagation du processus pathologique aux organes et tissus environnants. Pour déterminer les anomalies des organes internes, il est nécessaire de subir un examen, y compris des tests généraux et des frottis.

Méthodes de détermination

L'absence de symptômes spécifiques peut considérablement compliquer la définition de la maladie. Les médecins considèrent la similitude des signes de cancer et d'autres maladies gynécologiques comme l'un des principaux facteurs de la détection tardive de la maladie.

Pour identifier la pathologie, le patient doit subir un examen complet, comprenant divers tests.

  • Examen gynécologique général. Dans le cancer du col utérin, la définition de la maladie commence par un examen gynécologique et une anamnèse. Lors d'un examen bimanuel et d'un examen avec un spéculum vaginal, le médecin peut visualiser les modifications, notamment la structure et la couleur de la membrane muqueuse. De plus, les processus cancéreux s'accompagnent souvent de croissances caractéristiques du tissu épithélial. Un examen général revêt une importance particulière en cas de cancer invasif. Avec la croissance endophyte d'éléments cancéreux, le cou a une texture plus dense et peut différer par sa taille accrue. Variété exophytique de la pathologie du cancer au cours de l'examen gynécologique ressemble à la formation d'une structure bosselée.
  • Tests de laboratoire. Un test de dépistage appelé frottis d'oncocytologie est utilisé pour déterminer les structures du cancer. Contrairement à un frottis général, cette analyse montre la présence de cellules cancéreuses, ainsi que le processus inflammatoire. Les frottis cytologiques ou oncocytologiques sont souhaitables au milieu du cycle. Avant la collecte de matériel biologique ne peut pas être utilisé des bougies et des spermicides. Un frottis sur oncocytologie est pris avec un pinceau spécial lors d'un examen gynécologique. Pour détecter les cellules cancéreuses, un frottis de cytologie est examiné au microscope.

Beaucoup de femmes se demandent s'il est possible de déterminer le cancer du col utérin par un test sanguin général. En fait, les cellules cancéreuses provoquent des modifications dans tout le corps, qui peuvent être dépistées par un test sanguin général. La numération globulaire complète en médecine est appelée base. Cependant, afin de déterminer le type d'oncologie, une numération globulaire complète est considérée comme non informative. Dans de tels cas, il est nécessaire d'effectuer un test sanguin biochimique montrant la présence de cellules cancéreuses dans un organe particulier.

La numération globulaire complète pour la propagation des cellules cancéreuses indique une augmentation de la RSE et du nombre de globules blancs, une diminution des taux d'hémoglobine et l'apparition de myéloblastes.

Un marqueur tumoral est un type spécifique de protéine qui apparaît lorsque le cancer se propage. Normalement, ces protéines sont absentes du test sanguin ou sont contenues en quantités insignifiantes. Chaque organe a ses propres marqueurs tumoraux diagnostiqués lors d'un test sanguin. Par exemple, un test sanguin pour déterminer les niveaux de CA 125 et de SCCA peut être utilisé pour détecter un cancer du col utérin. De tels tests sanguins ne sont pas toujours fiables et servent principalement à évaluer le traitement effectué. Pour le diagnostic primaire, ils ne conviennent pas, car les cellules cancéreuses ne produisent pas toujours de protéines spécifiques.

Pour déterminer le cancer du col utérin, un test HPV est effectué. La définition des souches de virus hautement oncogènes pouvant contribuer à la formation du cancer revêt une importance particulière.

  • Colposcopie. L'étude est nécessaire en cas de vigilance oncologique et est réalisée en fonction des résultats d'un diagnostic appelé frottis cytologique. La procédure est un diagnostic réalisé à l'aide d'un colposcope, un appareil doté d'un système de grossissement et d'éclairage. Colposcopie avancée souvent utilisée avec l'utilisation de réactifs spéciaux appliqués sur le col de l'utérus pour déterminer le tableau clinique.
  • Hystéroscopie. La manipulation est effectuée à l'aide d'un appareil appelé hystéroscope. Ce dispositif est inséré dans le vagin pour identifier les maladies et les traiter.
  • Biopsie. L'étude montre si un frottis sur la cytologie et la colposcopie a donné des résultats incohérents. Parfois, un frottis cytologique sur la définition du cancer peut ne pas révéler une pathologie. La procédure de biopsie est un prélèvement de tissu pour des recherches ultérieures en laboratoire. Une telle enquête peut être réalisée des manières suivantes:
  1. colposcopique;
  2. en forme de coin;
  3. curetage

Une biopsie en forme de coin a plusieurs variétés:

  • Échographie. L'examen est effectué par voie abdominale et transvaginale. Avec ce type d'étude, il est possible d'évaluer l'apparence du col et sa structure. Dans le cancer, la partie cervicale a une forme et une position irrégulières, ainsi qu'un contour flou.

Les types d’instruments instrumentaux suivants sont utilisés pour identifier les métastases:

Un diagnostic rapide, y compris un frottis cytologique, garantit la mise en place d'un traitement adéquat et augmente considérablement les chances de guérison complète du patient.

Comment identifier le cancer de l'utérus: toutes les méthodes de diagnostic

Souvent, les femmes ménopausées ignorent les examens annuels effectués par un gynécologue. Mais c’est à l’âge de 55-60 ans que le pic du cancer de l’utérus chute.

Cette maladie est davantage associée à des causes internes - hyperestrogènes, troubles métaboliques, infections virales.

À propos de la maladie

Le cancer de l'endomètre est une tumeur maligne qui se développe souvent à la base d'une quantité accrue d'œstrogènes. Cette affection est observée dans les kystes ovariens, l'obésité, les maladies du foie, l'hyperplasie ou les tumeurs surrénaliennes, ainsi que dans le traitement inapproprié aux œstrogènes.

À propos du corps

L'utérus est l'un des organes génitaux féminins, formé par trois couches de muscles. À l'intérieur, il est recouvert d'une couche muqueuse - endomètre. Tous les tissus utérins sont très sensibles aux effets des hormones sexuelles.

Ils régulent le cycle mensuel, au cours duquel se forme la couche muqueuse, sa préparation à l'implantation d'un œuf fécondé. Si cela ne se produit pas, l'endomètre est rejeté et le cycle se répète.

Dans des conditions de stimulation accrue, des conditions préalables sont créées pour une augmentation excessive de l'épaisseur de l'endomètre et le développement de processus tumoraux dans celui-ci.

Les symptômes

Les stades initiaux du cancer de l'endomètre sont asymptomatiques. Signes plus prononcés de processus hyperplasiques chez les femmes en âge de procréer et avant la ménopause.

  1. Spotting de la fente génitale. Ils ne sont pas seulement des signes de cancer de l'utérus, peuvent être accompagnés de maladies précancéreuses, d'hyperplasie de l'endomètre, d'endométriose. Les saignements se produisent n'importe quel jour du cycle. Ces patients traitent souvent pendant longtemps une pathologie ovarienne, la stérilité et des saignements utérins anormaux.
  2. La leucorrhée aqueuse est un écoulement séreux semblable à celui des maladies inflammatoires des appendices, du col ou du vagin. Ils sont sans odeur, avec le linge humide prolongé peut causer une irritation de la peau.
  3. La douleur est un symptôme tardif du cancer. Apparaît dans un processus prononcé. Ils peuvent avoir un caractère persistant ou avoir périodiquement mal à l’estomac. Localisé dans le bas-ventre, donne le sacrum et le bas du dos.
  4. Une violation de la miction peut survenir à un stade avancé du cancer en cas de compression de l'urètre par un néoplasme ou de germination dans la paroi de la vessie. Pulsions dérangeantes, petites portions d'urine, augmentation de la miction, incontinence.
  5. La constipation se développe avec une grande taille de la tumeur et une compression du rectum.
  6. L'anémie est un symptôme non spécifique. Accompagné de pertes de sang fréquentes. Peut atteindre un degré élevé avec des taux d'hémoglobine inférieurs à 70 g / l. Une hypoxie tissulaire, une tachycardie réflexe et un essoufflement au repos se développent dans ce contexte.
  7. La perte de poids et l'épuisement sont un symptôme tardif caractéristique d'une métastase commune.
  8. Violation des organes internes dans la défaite de leurs métastases. Pour les poumons - toux sèche de nature obscure. Les lésions hépatiques sont indolores, accompagnées d'une augmentation de la bilirubine. Des métastases sont détectées à l'échographie.

Et voici les critiques des patients sur le traitement des fibromes.

Ménopause

L'apparition de symptômes chez les femmes après la ménopause est différente de l'âge de procréer. Les saignements post-ménopausiques sont un signe classique du cancer de l'endomètre.

Avec l’apparition de la ménopause, les ovaires s’atrophient, le follicule ne mûrit pas. Les niveaux d'oestrogène sont normalement réduits. Il n'y a pas de croissance de l'endomètre et ensuite de son rejet - il n'y a pas de saignement menstruel. Par conséquent, l'apparition de saignements au cours de cette période parle très probablement de cancer.

Les symptômes restants sont une conséquence des deux premiers et ne sont pas spécifiques aux tumeurs de l'endomètre.

Inspection

Un examen gynécologique des femmes sans plainte pour état de santé devrait être organisé au moins une fois par an. Dans ce cas, le médecin examine le vagin et le cou dans les miroirs. Le cancer de l'utérus ne peut pas être détecté. Vous pouvez seulement remarquer un léger saignement du col, une leucorrhée séreuse qui coule.

L'inspection à deux mains donne plus d'informations. Un grand carcinome va agrandir l'utérus et sera palpable à travers la paroi abdominale. Dans ce cas, la palpation peut être douloureuse. Après avoir inspecté le gant, il y a parfois des pertes sanglantes.

Coups de pinceau

Pendant l'examen, le médecin prend des frottis sur la cytologie. Il vous permet de déterminer l'état de l'épithélium du col utérin et de son canal. À l'extérieur, il est recouvert d'épithélium squameux stratifié, et de l'intérieur, cylindrique. L'apparition de cellules atypiques permet de suspecter un état précancéreux ou un cancer.

Le matériel est prélevé à l'aide d'une cytobrosse ou d'une truelle spéciale, séparément du canal cervical et de sa surface. Le mucus résultant est appliqué sur le verre. Le résultat est prêt dans 5 à 10 jours.

Vous ne pouvez pas mener une étude en présence d'une inflammation sur le cou, cet état donnera un résultat faussement positif, qui peut être considéré comme une condition précancéreuse. À la veille de l’étude, ne vous livrez pas à des rapports sexuels, n’exécutez pas de douches vaginales, ne posez pas de bougies et de tampons

Un frottis sur oncocytologie est effectué même chez les femmes enceintes. Cette condition s'accompagne d'altérations hormonales pouvant déclencher la croissance du carcinome.

L'état des cellules de l'endomètre peut être déterminé à l'aide d'une biopsie par aspiration. Il est réalisé avec une seringue spéciale à travers le canal cervical sans expansion préalable.

Pour la recherche, le matériel résultant est envoyé au laboratoire. La conclusion décrit l'état des cellules de l'endomètre, leur taille, leur structure et leur forme, la présence de changements atypiques.

Cet article décrit les complications après une intervention chirurgicale visant à éliminer les fibromes utérins.

Test sanguin pour les marqueurs tumoraux

Un symptôme spécifique d'une tumeur est la détermination du niveau de marqueurs tumoraux dans le sang:

CA 72-4. Un antigène spécifique synthétisé par des tumeurs malignes de l'estomac, du côlon et des ovaires. Pour l'étude, prenez du sang veineux. Avant la procédure ne peut pas fumer pendant 30 minutes.

Chez les personnes en bonne santé, il n'est pas défini, mais peut apparaître avec le développement de processus inflammatoires dans le tube digestif. Ceci est un marqueur non spécifique, il n'est pas utilisé pour le diagnostic.

Son rôle en gynécologie est de différencier une tumeur ovarienne bénigne d'une tumeur maligne. Il vous permet également de surveiller l'efficacité du traitement de la tumeur. La valeur diagnostique augmente avec l'examen simultané du CA 125 et de l'antigène embryonnaire du cancer.

CA-125. Cet antigène est présent dans le corps d'une femme en bonne santé dans l'endomètre. Mais il ne pénètre pas dans le sang. Sa pénétration se produit pendant la menstruation ou l'endométriose. Quantitativement, il atteint le chiffre de 35 U / ml. Dépasser ce taux est en faveur du cancer.

Celles-ci peuvent être des tumeurs de nombreuses localisations - les ovaires, l'utérus, les appendices, les mammaires et le pancréas, les poumons, l'estomac et le foie. Les tumeurs bénignes et les inflammations des appendices entraînent souvent une augmentation significative de l'antigène. Par conséquent, il est utilisé en complément d’autres études.

L'antigène embryonnaire du cancer est détecté à une concentration de 0 à 5,0 ng / ml chez des personnes en bonne santé. C'est un marqueur caractéristique des tumeurs épithéliales. Son augmentation est accompagnée d'un cancer de l'estomac et du côlon. L'étude est utilisée pour diagnostiquer la progression du cancer - les valeurs augmentent.

Une telle étude devrait être réalisée au moins une fois tous les 2 mois. Après un traitement chirurgical radical après quelques jours, la concentration dans le sang revient à des valeurs normales.

  • La gonadotrophine chorionique augmente normalement chez la femme enceinte - les tests de grossesse reposent sur sa détermination dans l'urine. Normalement, son contenu dans le sang est compris entre 0 et 5 UI / ml. L'augmentation du taux se produit avec les tumeurs du tissu trophoblastique, la dérive de la vésicule.
  • Histologie

    L'étude est réalisée après un curetage diagnostique séparé de l'utérus et du canal cervical. L'étude détermine la structure morphologique de l'endomètre, la présence de cellules pathologiques altérées, ainsi que les conditions précancéreuses.

    Le matériel est collecté sous anesthésie sur le fauteuil gynécologique. L'expansion du canal cervical est utilisée avec des dilueurs spéciaux de Gegar. Après quelques jours de curetage, des taches mineures sont possibles.

    Du matériel pour l'histologie peut être obtenu pendant l'hystéroscopie - examen de la cavité utérine avec obtention d'une image vidéo.

    Les ultrasons sont très instructifs pendant la période postménopausique et insuffisants chez les femmes en âge de procréer. Avec son aide, l'épaisseur de l'endomètre est estimée. Pour une femme ayant ses règles, une étude est réalisée tous les 3 à 5 jours du cycle. Un indicateur normal est jusqu'à 6 mm. Pour la période d'apogée, M-écho est normalement pas plus de 4 mm.

    Si l'épaisseur de l'endomètre postménopausique est déterminée entre 4 et 12 mm, l'hystéroscopie est réalisée avec une biopsie ciblée. M-echo plus de 12 mm - biopsie par aspiration.

    La méthode est très informative et sûre pour le patient, elle n’utilise pas de rayons X. Avec elle, vous pouvez construire une image tridimensionnelle de l'utérus et des ovaires, afin d'identifier la localisation de la tumeur, sa prévalence, les métastases des organes voisins.

    La vidéo suivante contient des informations sur les possibilités de l'échographie et de l'IRM pour évaluer la propagation des tumeurs de l'endomètre:

    Si vous trouvez une erreur, sélectionnez le fragment de texte et appuyez sur Ctrl + Entrée.

    Cancer du col utérin. Symptômes et signes, causes, stades, prévention de la maladie.

    Anatomie de l'utérus

    L'utérus a trois couches:

    • Parametrii ou fibre circulatoire. C'est une membrane séreuse qui recouvre l'organe à l'extérieur.
    • Myomètre ou couche musculaire moyenne, constituée de faisceaux de muscles lisses entrelacés. Il comporte trois couches: externe et interne - longitudinale et moyenne - circulaire, dans laquelle se trouvent les vaisseaux sanguins. But myomètre: protection du fœtus pendant la grossesse et contraction utérine pendant l'accouchement.
    • Endomètre ou couche muqueuse. C'est la muqueuse interne, qui est densément pénétrée par les capillaires sanguins. Sa fonction principale est d’assurer la fixation des embryons. Se compose d'épithélium tégumentaire et glandulaire, ainsi que de groupes de cellules cylindriques ciliées. Les canaux de simples glandes tubulaires s’ouvrent à la surface de cette couche. L'endomètre est constitué de deux couches: les exfoliants fonctionnels superficiels pendant la menstruation, la couche basale profonde est responsable de la restauration du superficiel.

    Parties de l'utérus

    • Le bas de l'utérus est la partie supérieure convexe.
    • Le corps de l'utérus - la partie centrale, a la forme d'un cône.
    • Le col est la partie la plus basse et la plus étroite.

    Cervix

    Qu'est-ce qu'un test de cancer du col utérin?

    Le cancer du col utérin est une tumeur maligne qui se développe dans la région du col utérin.

    Cette forme d'oncologie occupe l'une des premières places parmi les cancers génitaux.

    L'oncologie du col de l'utérus apparaît entre 40 et 55 ans. Moins fréquemment, on peut le trouver chez les jeunes femmes. Le cancer est traité avec succès à ses débuts.

    Les principaux précurseurs du cancer du col utérin sont l'érosion et la dysplasie. Le traitement de conditions précancéreuses peut prévenir l'apparition de l'oncologie.

    Causes de développement

    Le VPH (papillomavirus humain) joue un rôle majeur dans la formation du cancer du col utérin. Le virus est capable d'introduire ses gènes dans l'ADN des cellules épithéliales, ce qui peut conduire à une dégénérescence cellulaire.

    Les cellules peuvent se diviser activement, cesser de mûrir et perdre leur capacité à exécuter des fonctions. Cela conduit à l'apparition d'une tumeur cancéreuse au site d'une seule cellule mutée. Au fil du temps, il se développe dans les organes voisins et se métastase vers d'autres parties du corps, entraînant des conséquences pour le corps.

    Outre le VPH, de nombreux facteurs sont à l’origine de la formation de tumeurs malignes dans le col de l’utérus, notamment:

    1. Activité sexuelle précoce. Le groupe à risque comprend les personnes qui ont eu des relations sexuelles avant l'âge de 16 ans. Cela est dû au fait que l'épithélium du col de l'utérus peut contenir des cellules immatures pouvant être facilement régénérées.
    2. Un grand nombre de partenaires sexuels. Les recherches montrent que pour les femmes qui ont eu plus de dix partenaires dans leur vie, le risque de cancer du col utérin est doublé;
    3. Infections pouvant être transmises sexuellement.
    4. Infection par le VIH. Les pathologies virales et bactériennes virales peuvent provoquer des mutations cellulaires.
    5. Passion excessive pour les régimes et la malnutrition. Le manque de vitamines et d'antioxydants peut augmenter le risque de mutation.
    6. Le tabagisme Les substances cancérogènes contenues dans la fumée de tabac contribuent à la transformation de cellules saines en cellules malignes.

    Etapes et diagnostic du cancer du col utérin

    Stade zéro. À ce stade de développement, les cellules malignes ne se situent qu'à la surface du canal cervical, ne formant pas la tumeur elle-même et ne pénétrant pas profondément dans les autres tissus.

    1ère étape. A ce stade, la croissance des cellules oncologiques se produit, formant une tumeur pouvant pénétrer profondément dans les tissus du col de l'utérus. Le cancer ne s'étend pas au-delà du col et ne métastase pas aux ganglions lymphatiques.

    Le premier étage comporte deux sous-étapes: 1А et 1Б. À la sous-étape 1A, la taille de la tumeur varie de trois à cinq millimètres et sa profondeur est inférieure à sept millimètres. Au sous-stade 1B, les cellules cancéreuses envahissent les tissus conjonctifs du corps de cinq millimètres. Le diamètre de la tumeur varie de sept millimètres à quatre centimètres.

    À ce stade, le cancer peut être diagnostiqué en analysant l’oncocytologie - un examen microscopique de la cytologie prélevée dans le canal cervical. Si des cellules atypiques sont détectées lors de l'analyse, une étude est réalisée à l'aide d'un colposcope, un appareil permettant une inspection détaillée et l'affichage des images sur un écran.

    2ème étape. Dans la deuxième étape, la tumeur peut se développer dans le corps de l'utérus et aller au-delà. La tumeur ne se propage pas le long des parois du bassin et des parties inférieures du vagin. Il est divisé en deux sous-étages: 2A et 2B. Au sous-stade 2A, la formation maligne a un diamètre d'environ quatre à six centimètres et est clairement visible à l'examen.

    Une tumeur peut toucher à la fois le col et la partie supérieure du vagin. Le processus du cancer ne se propage pas aux ganglions lymphatiques, les métastases dans les organes distants ne sont pas formées. Au stade 2B, la tumeur se propage dans l'espace circadien sans toucher les organes voisins.

    Pour diagnostiquer le deuxième stade, les études sont prescrites à l'aide d'un colposcope et d'une échographie des organes pelviens. Dans certains cas, effectuez une biopsie en prélevant un échantillon de tissu cervical. La procédure est effectuée pendant la colposcopie ou séparément. Une autre méthode de diagnostic est la biopsie en coin. Elle est réalisée à l'aide d'une boucle électro-chirurgicale ou d'un scalpel afin de prélever du matériau à analyser dans les couches profondes.

    3ème étape. À ce stade, la tumeur maligne se propage déjà le long des parois du bassin et de la partie inférieure du vagin. Une tumeur peut affecter les ganglions lymphatiques voisins et interférer avec la miction. Les organes distants ne sont pas affectés. Il est divisé en sous-étapes 3A et 3B. Au sous-stade 3A, la tumeur envahit le tiers inférieur du vagin sans toucher les parois du petit bassin. Avec la sous-étape 3B, la tumeur peut obstruer les uretères et infecter les ganglions lymphatiques du pelvis.

    La colposcopie, la biopsie et la tomodensitométrie sont utilisées pour le diagnostic. Dans cette dernière méthode, les rayons X sont irradiés, ils sont utilisés pour effectuer plusieurs prises de vue qui sont comparées sur l'écran du moniteur, donnant une image complète des modifications.

    L'imagerie par résonance magnétique est une méthode de recherche assez informative. Le travail du scanner repose sur l’action des ondes radio, qui s’absorbent à des degrés divers et libèrent différents types de tissus.

    4ème étape. L'éducation atteint une taille importante et est largement répartie autour du col utérin. Les organes distants et proches sont touchés, ainsi que les ganglions lymphatiques. Il a les sous-étapes 4A et 4B. Au sous-stade 4A, les métastases se propagent à la vessie et au rectum sans toucher les ganglions lymphatiques ni les organes distants. Au sous-stade 4B, les ganglions lymphatiques et les organes distants sont touchés.

    Pour le diagnostic, un examen visuel, une endoscopie intestinale, une imagerie par résonance calculée ou magnétique sont utilisés pour déterminer la taille des tumeurs. Pour identifier les métastases à distance, prescrire une tomographie par émission de positrons. Le glucose avec un atome radioactif qui est concentré dans les cellules malignes des néoplasmes et des métastases est injecté dans le corps. Ces grappes sont détectées à l'aide d'une caméra spéciale.

    Symptômes de la maladie

    Dans les premiers stades de développement du cancer du col utérin, des symptômes spécifiques n'apparaissent pas. Une femme ne remarque pas de changements prononcés et d'étranges sensations.

    Les premiers symptômes apparaissent lorsque la tumeur est volumineuse et touchent les organes voisins.

    Il est important de passer un examen annuel par un gynécologue pour détecter le cancer à un stade précoce, lorsqu'il existe un risque élevé de le vaincre.

    Les symptômes du cancer du col utérin peuvent être exprimés:

    • Saignements vaginaux (après la ménopause, après un examen gynécologique ou un rapport sexuel, entre les menstruations).
    • Le changement de nature de la menstruation (changement dans la nature du saignement ou l'allongement de la période menstruelle).
    • Changements dans les pertes vaginales (saignements, augmentation de la blancheur, odeur fétide de pertes).
    • Douleur pendant les rapports sexuels.
    • Douleur dans le dos et le bas-ventre.
    • Perte de poids nette.
    • Gonflement des jambes.
    • Troubles de la miction et des selles.
    • Performance et faiblesse réduites.

    Ces signes ne sont pas spécifiques aux néoplasmes du col utérin. Ils peuvent survenir dans d'autres pathologies des organes génitaux.

    Test du cancer du col utérin

    Aujourd'hui, l'analyse du diagnostic précoce de l'oncologie cervicale, reconnue au niveau international, est un test de Pap ou un test PAP.

    Cette analyse est effectuée à l'aide d'une spatule ou d'une brosse Wallach sur la membrane muqueuse du col de l'utérus. Ensuite, le matériel prélevé est envoyé au laboratoire dans un conteneur spécial. En laboratoire, des échantillons sont appliqués sur des lames et un examen cytologique est effectué en fonction des caractéristiques des cellules. Le résultat est déterminé après sept jours.

    Le test de dépistage des cellules cancéreuses du col utérin est généralement effectué au plus tôt le 5e jour après le début du cycle et au plus tard cinq jours avant le début de la menstruation. Quelques jours avant de rendre visite au gynécologue, il est recommandé de s'abstenir de doucher et d'avoir des rapports sexuels.

    Pour diagnostiquer le cancer du col utérin, plusieurs autres tests sont effectués:

    Cytologie des cellules atypiques. Ce test du cancer du col utérin est un échantillon du contenu d'un échantillon du canal cervical et un microscope est utilisé pour détecter la présence de cellules malignes dans celui-ci.

    Méthode Thin Prep ou cytologie en phase liquide. Il consiste en la fabrication d’une préparation cytologique spéciale en couche mince.

    Test HPV "double gène piège". Grâce à lui, ce n'est pas la tumeur elle-même qui est diagnostiquée, mais le degré d'infection par le VPH et le risque de formation d'oncologie.

    Procédures de diagnostic

    • Examen vaginal avec un spéculum gynécologique. Avec lui, le gynécologue doit évaluer l'état du col utérin, des voûtes et de la paroi vaginale. Chez 95% des patients, il est possible de détecter une oncologie du col lors d'un examen de routine. Sur le cou peut être vu la formation de bosses, recouverte de plis, qui saigne. Il y a souvent des ulcères et de la plaque provenant de cellules mortes. Dans certains cas, les changements vont dans les voûtes du vagin. Si la malignité est située profondément dans le canal ou ne germe pas vers l'extérieur, mais se développe dans l'épaisseur de la paroi utérine, alors les symptômes peuvent être moins prononcés.
    • Examen gynécologique à deux mains. Avec cet examen, le médecin sonde l’utérus à travers le vagin et, avec l’aide de l’autre, la paroi frontale de l’abdomen. En oncologie, la taille de l'utérus devient plus douloureuse et dense. Avec les métastases, il peut mal se déplacer sur les côtés.
    • Frottis d'oncocytologie (analyse de Papanicolaou). C'est un frottis de cellules superficielles de l'épithélium glandulaire. Si les cellules renaissent sur la muqueuse, ce fait sera perceptible lors d'une étude au microscope. Dans de telles cellules, la structure du cytoplasme peut changer et le noyau grandir. En cas de résultat positif, les conclusions sur la présence d'un cancer ne sont pas établies, mais seuls des examens supplémentaires sont effectués. En cas de découverte de cellules atypiques, le spécialiste recommande de réaliser des tests pour la détection de l’ADN du virus du papillome humain (VPH).
    • Colposcopie. Ce diagnostic est réalisé avec de très mauvais résultats d'autres études (en présence de cellules atypiques ou de signes de papillomavirus humain). Lors de l'examen, un spécialiste peut remarquer des modifications même mineures et les plus légers néoplasmes.
    • Biopsie. Quand elle prélève un échantillon de tissu pour une étude approfondie au microscope. Le matériel est prélevé à l’aide d’outils spéciaux des endroits où se trouvent des signes de la maladie. Pour les procédures sans douleur, les zones sont traitées avec un anesthésique.
    • La palpation des ganglions lymphatiques. Le spécialiste doit vérifier les ganglions lymphatiques au toucher, en déterminant leur taille et leur densité. Ceci est fait pour identifier les métastases.
    • Recherche complémentaire. Votre médecin peut vous prescrire un certain nombre d'études supplémentaires, telles que: rayons X, échographie pelvienne, imagerie par résonance magnétique et calcul. Si la tumeur est confirmée, la cystoscopie, l'urographie excrétrice, la renographie par radio-isotopes et la rectoromanoscopie peuvent être utilisées pour déterminer sa taille et la recherche de métastases.

    Prévention

    Un partenaire régulier et une vie sexuelle régulière réduisent considérablement le risque de tumeur.

    Utilisez des préservatifs pour prévenir l’infection par le VPH. Malgré le fait que ces fonds ne donnent pas une garantie absolue, ils réduisent le risque d'infection. L'utilisation de moyens de protection protège contre les maladies vénériennes. Selon les statistiques, après le transfert des maladies sexuellement transmissibles, les cellules génitales renaissent beaucoup plus souvent.

    Respect des règles élémentaires d'hygiène personnelle. Afin de maintenir la microflore normale des organes génitaux et l'immunité locale, il est recommandé d'utiliser des gels intimes avec de l'acide lactique. Les gels doivent contenir un minimum de saveurs.

    Cesser de fumer est un élément important de la prévention. Fumer peut provoquer une vasoconstriction et nuire à la circulation sanguine dans les organes génitaux. En outre, la fumée de tabac contient une très forte teneur en substances cancérigènes - des substances qui contribuent à la transformation de cellules saines en cellules malignes.

    Refus de contraception orale. L'utilisation prolongée de médicaments contraceptifs peut perturber les hormones. À cet égard, il est impossible de prendre une décision indépendante sur l'utilisation des contraceptifs. Le médecin devrait le faire après certains examens. Les troubles hormonaux, qui sont causés par d'autres facteurs, peuvent être la cause du développement d'un néoplasme.

    Certaines études ont identifié le lien entre l'oncologie du col de l'utérus et des lésions résultant d'interventions gynécologiques. Ils peuvent être un traumatisme à l'accouchement, l'avortement et la production d'une spirale. Dans certains cas, à la suite de ces blessures, une cicatrice se forme, dont le tissu est sujet à la renaissance et peut provoquer une tumeur maligne.

    Traitement des conditions précancéreuses - dysplasie et érosion cervicale, empêchent la formation d'un oncologie.

    Bonne nutrition. En mangeant suffisamment de légumes frais, de fruits et de céréales contenant des glucides complexes, le risque de développer une tumeur est nettement réduit. Il est recommandé d'éviter les aliments contenant des additifs alimentaires.

    À titre préventif, des spécialistes ont mis au point un vaccin contre le virus responsable du cancer du col utérin.

    A Propos De Nous

    L'objectif de la chimiothérapie est de détruire les cellules cancéreuses à l'aide de médicaments spéciaux. Il est utilisé comme méthode principale ou auxiliaire de lutte pour la santé et la vie des patients cancéreux.