Oncomarkers pour la gorge - décodage des tests à l'Oncoforum

Le cancer de la gorge touche principalement les hommes. Cela est dû à l'influence de nombreux facteurs: tabagisme, utilisation de produits coupants, inhalation de déchets industriels. Les marqueurs tumoraux du cancer de la gorge jouent un rôle important dans le diagnostic précoce de la maladie.

Le rôle des marqueurs tumoraux dans le diagnostic du cancer

Dans le monde entier, des marqueurs tumoraux sont en cours d’examen pour la détection précoce du cancer. Les médecins connaissent plus de deux cents marqueurs tumoraux, mais en médecine ils n'en utilisent pas plus de vingt-cinq. Oncomarkers ne sont rien de plus que des produits chimiques synthétisés dans le corps humain.

Certaines sont constamment produites par le processus pathologique intact des cellules des organes, tandis que d'autres n'apparaissent que lorsque certaines cellules mutent et deviennent cancéreuses. Ils commencent à synthétiser des substances spéciales - des biomarqueurs spécifiques à un organe. Un tel marqueur de cellules cancéreuses est une énorme molécule constituée d'une base (protéine) à laquelle est attaché un lipide ou un glucide.

Une fois que les cellules cancéreuses ont commencé à synthétiser des marqueurs tumoraux, certaines d'entre elles ont pénétré dans le sang. C'est là qu'ils peuvent être détectés à l'aide de méthodes non invasives. Les marqueurs tumoraux étant détectés de différentes manières, différents laboratoires peuvent avoir des valeurs normales inégales. Un médecin qui déchiffrera les résultats de l'analyse doit savoir quelle méthode a été utilisée pour déterminer le marqueur tumoral et les valeurs d'interférence d'un marqueur tumoral.

Il existe plusieurs classes de marqueurs tumoraux:

· Marqueurs immunologiques (antigènes du cancer associés à des antigènes ou à des anticorps dirigés contre eux);

· Produits métaboliques (créatine, hydroxyproline, ADN libre, polyamines);

· Protéines plasmatiques (ferritine, β2-microglobuline, céruloplasmine);

· Produits de dégradation des protéines d'une tumeur maligne.

Les hormones et les enzymes commencent à être produites de manière intensive par des organes sains en réponse à l'agression des cellules cancéreuses. Dans le même cas, la quantité et le ratio de protéines plasmatiques changent. Pour le diagnostic des tumeurs malignes, les marqueurs tumoraux spécifiques à la tumeur (associés au cancer) sont plus intéressants. Oncomarkers joue un rôle énorme dans le diagnostic du cancer et la surveillance de l'évolution de la maladie.

Elles peuvent différer des substances sécrétées par les cellules normales, qualitativement (spécifique à la tumeur) ou quantitativement (associées à une tumeur maligne, mais également présentes dans les cellules normales). Ces macromolécules sont formées à l'intérieur ou à la surface des cellules tumorales. Ils peuvent également être synthétisés par d'autres cellules à la suite de l'induction.

Malheureusement, jusqu'à présent, aucun marqueur de cellules tumorales, qui aurait une spécificité de cent pour cent par rapport à un organe particulier, n'a été trouvé. L’exception est peut-être PSA.

Marqueurs de tumeur de la gorge

Il existe certains marqueurs qui peuvent être synthétisés dans le cancer de n'importe quelle localisation, mais ils sont tout de même plus spécifiques à un organe particulier. Par exemple, dans le cancer de la gorge, le niveau du marqueur tumoral SCC (antigène du carcinome épidermoïde) et du marqueur tumoral CYFRA 21-1, un composé protéique de l'épithélium, marqueur commun des cancers, est en cours d'étude.

Le marqueur tumoral SCC est un antigène du carcinome épidermoïde. C'est une protéine synthétisée par les cellules épithéliales des organes affectés. Il est utilisé pour diagnostiquer de nombreux cancers. Sa limite supérieure normale est de 1,5 ng / ml. Il convient de rappeler que la concentration de ce marqueur tumoral augmente de manière significative avec les maladies somatiques telles que la tuberculose, les affections cutanées aiguës ou chroniques, l'insuffisance rénale ou hépatique.

En présence d'un cancer de la gorge, le niveau du marqueur SCC est augmenté de soixante pour cent, c'est-à-dire qu'il sera supérieur à 2,0 ng / ml. Avec l'inefficacité de la thérapie antitumorale, la concentration de SCC augmente à 2,5-3,0 ng / ml. Une augmentation du niveau de SCC à 2,0-3,0 ng / ml après la chirurgie suggère que ce n'était pas radical, ou il y a une récurrence du cancer.

L’étude du marqueur tumoral SCC est souhaitable pour effectuer, si nécessaire, évaluer les facteurs suivants:

· L'efficacité du traitement des maladies oncologiques qui sont des carcinomes épidermoïdes histologiques;

· Pour le diagnostic de carcinome épidermoïde récurrent.

Tumomarker CYFRA 21-1 - composé protéinique de l’épithélium, est un marqueur commun des maladies cancéreuses. Le marqueur du cancer CYFRA 21-1 fait partie de la particule squelettique de la cellule épithéliale (cytokératine 19). Les cytokératines appartiennent également au groupe des protéines intracellulaires solubles qui forment le cytosquelette. Plusieurs cytokératines sont synthétisées dans l'épithélium des organes respiratoires. Ils pénètrent dans le sang lorsque les cellules sont détruites, ce qui provoque une nécrose de la masse tumorale.

Le marqueur tumoral CYFRA21-1 présente la plus grande sensibilité au carcinome épidermoïde de la gorge. Son niveau augmente lorsque le cancer de la gorge se métastase à d'autres organes. La norme du marqueur tumoral CYFRA 21-1 ne dépasse pas 2,3 ng / ml. Dans le cancer de la gorge, son niveau augmente et devient supérieur à 3,5 mg / ml. Dans le cas de métastases à d’autres organes, CYFRA21-1 peut être détecté à une concentration de 5,0 à 6,0 mg / ml. Si, après une chirurgie radicale, une chimiothérapie et une radiothérapie, le taux de CYFRA21-1 augmente à nouveau à 3,5 ng / ml et plus, vous pouvez penser à la récurrence de la maladie.

Préparation à la livraison de l'analyse des marqueurs tumoraux de la gorge et interprétation des résultats du test

Pour que l'analyse des marqueurs tumoraux de la gorge soit correcte, il est nécessaire, à la veille du don de sang, d'arrêter de boire et de fumer. Le test est pris huit heures après le dernier repas. Sang pour l'examen du niveau des marqueurs tumoraux prélevés dans la veine cubitale le matin à jeun. Avant de donner du sang à des marqueurs tumoraux, vous devez vous reposer bien et ne pas être nerveux.

Le décryptage des tests doit être effectué par le médecin du laboratoire où l’étude a été réalisée. Les valeurs de norme dans différents laboratoires peuvent être différentes en raison du fait que différentes méthodes peuvent être utilisées pour la recherche. Sur la forme de l'analyse des marqueurs du cancer du cancer de la gorge, les indicateurs d'interférence adoptés dans ce laboratoire doivent être écrits.

Il convient de rappeler qu'aucune analyse des marqueurs tumoraux ne peut confirmer ou rejeter la présence d'un cancer dans la gorge. Le diagnostic ne peut être établi qu’après un examen approfondi du patient. Une augmentation du nombre de marqueurs du cancer de la gorge est un signal pour consulter un médecin.

Qu'est-ce qu'un cancer de la gorge?

Une tumeur maligne touche la gorge dans environ quatre pour cent des cas de néoplasmes malins. Dans la gorge, le carcinome à cellules squameuses se développe principalement, ce qui est essentiel lors du choix d'un marqueur tumoral. Les premiers symptômes nécessitant de déterminer le niveau de marqueurs tumoraux du cancer de la gorge sont:

· Trouble de la voix: enrouement de la voix avec localisation de la tumeur sur les cordes vocales;

· Douleur lors de l'ingestion de salive et d'aliments, sensation constante de corps étranger dans la gorge lorsqu'une tumeur cancéreuse affecte le larynx supérieur;

· Insuffisance respiratoire et essoufflement, apparaissant initialement pendant un effort physique, puis au repos et augmentant constamment si la tumeur est située dans les parties inférieures du larynx.

Si vous rencontrez ces symptômes, contactez immédiatement votre oto-rhino-laryngologiste. Dans un premier temps, le médecin proposera de faire un don de sang pour les marqueurs tumoraux du larynx, puis de subir un examen complet. Le diagnostic précoce du cancer du larynx à l'aide de marqueurs tumoraux est la clé du succès du traitement du cancer de la gorge.

9 méthodes pour le diagnostic des tumeurs de la gorge et du larynx

Le contenu

L'écologie et la vie urbaine qui nous entourent ne contribuent pas toujours à la préservation de notre santé, mais sont au contraire à l'origine de nombreuses maladies, en particulier celles associées au système respiratoire et à la digestion. La plupart des maladies que nous portons sur nos pieds ne prêtent pas l’attention voulue à leur traitement et à leur prévention. Mais la plupart de ces maladies constituent la première étape du cancer, la plus fréquente étant le cancer du larynx. Par conséquent, chaque personne qui attache une grande importance à sa santé et à son temps doit savoir comment se soigner à la gorge pour le cancer.

Cancer de la gorge: nature de la maladie, causes, symptômes

Le cancer de la gorge (larynx) est une tumeur de nature maligne qui se manifeste dans la région du larynx et du pharynx sur la membrane muqueuse. Cette maladie peut parasiter les tissus et organes cellulaires situés à proximité du larynx.

L'oncologie peut se développer dans les parties supérieure et inférieure du larynx et affecter les cordes vocales.

Les causes de l'apparition d'une tumeur ne sont pas définies avec précision, mais les experts ont tendance à croire que les facteurs de risque sont les suivants:

  • consommation excessive de boissons alcoolisées;
  • fumer des produits du tabac;
  • infections de la gorge et de la bouche;
  • environnement pollué;
  • forme négligée de la laryngite.

Le diagnostic du cancer de la gorge aux stades précoces est très difficile car les symptômes sont imprécis, vagues. Les premiers symptômes ressemblent à ceux du rhume.

Ceux-ci comprennent:

  • maux de gorge fréquents;
  • gonflement dans le cou;
  • des problèmes d'ingestion de nourriture;
  • changement de voix.

Ces symptômes sont souvent perçus comme une infection ou la manifestation d'une réaction allergique.

Au lieu des symptômes primaires deviennent évidents. Ils se manifestent par des taches blanches et de petites plaies dans la gorge et sur le larynx, l'apparition d'une toux chronique et de douleurs coupantes dans la gorge, un gonflement du cou, des épisodes de douleur à l'oreille, une perte de poids.

Mais même avec tous ces symptômes, il est impossible de diagnostiquer avec précision le cancer du larynx. Reconnaître la maladie n’est possible que lorsqu’on contacte un hôpital.

Les symptômes tardifs incluent:

  • mal aux dents, perte de dents;
  • douleur en avalant;
  • voix enrouée enrouée;
  • essoufflement; étouffement;
  • toux sévère;
  • expectoration de sang;
  • ganglions lymphatiques enflés;
  • mauvaise haleine

Tous les symptômes tardifs sont accompagnés de faiblesse et de fatigue. Les douleurs coupantes dans la gorge ne s'arrêtent pas et même les analgésiques ne permettent pas de les éliminer.

Les causes de la maladie peuvent également être attribuées à une mauvaise nutrition - absence de régime alimentaire en fruits et légumes, consommation fréquente de viande et de poisson salés.

Les maux de gorge ne surviennent initialement que pendant les règles, puis deviennent constants et augmentent avec le temps. Une douleur persistante devient un signe de propagation rapide des cellules cancéreuses. La perte de poids et la faiblesse sont associées à des nausées, qui se manifestent de plus en plus aux derniers stades de la maladie. Cela est dû au fait que le corps est empoisonné par les produits de l'activité des cellules cancéreuses sécrétées dans le sang. L'intoxication se produit dans tout le corps. Il y a des sauts dans le régime de température du corps fait mal. La température peut à la fois fortement augmenter et tomber à un niveau inférieur à la norme.

Stade du cancer du larynx

Déterminer le stade du cancer est nécessaire au bon choix du traitement.

Déterminer le stade de la taille de la tumeur, la mobilité des cordes vocales, la présence de métastases. Au début de l’éducation, il n’ya pas de métastases, puis l’oncologie se propage aux ganglions lymphatiques. Dans les derniers stades, une grande surface de cellules cancéreuses est observée.

  1. Stade zéro. Les formations tumorales sont petites et ne vont pas au-delà des muqueuses. Les symptômes ne sont pas observés, il est donc presque impossible de diagnostiquer la maladie.
  2. La première étape. La tumeur dépasse la membrane muqueuse du larynx, mais se situe jusqu'à présent dans les limites de l'organe. Il y a des changements dans la voix, mais il n'y a pas encore d'enrouement.
  3. La deuxième étape. La tumeur se propage dans tout le larynx. La voix devient rauque et la respiration bruyante.
  4. Troisième étape. Il y a une violation de la mobilité des cordes vocales. La voix devient calme et enrouée et, dans certains cas, disparaît complètement.
  5. Quatrième étape. La tumeur se propage aux organes et tissus les plus proches - ganglions lymphatiques, œsophage, cavité et bouche buccales et région de la langue, du cou et de la trachée, cartilage thyroïdien. Il est également possible que le canal rachidien, l'artère carotide et le tissu thoracique soient endommagés.

Diagnostic de la maladie

Il existe un nombre considérable de méthodes permettant de détecter un cancer et de déterminer son degré de développement.

  1. Oncomarker pour le cancer de la gorge. L’un des marqueurs est un produit chimique qui est libéré dans le sang d’une personne au cours de la vie des cellules cancéreuses. En règle générale, les marqueurs tumoraux ont leurs propres spécificités, faisant référence au cancer d'un organe ou d'un système d'organes donné. Pour le cancer de la gorge, une analyse sanguine générale permet de détecter la présence de ces marqueurs tumoraux. Avant de donner du sang à cette fin, il n’est pas recommandé d’être nerveux et le dernier repas doit avoir lieu au plus tard huit heures avant l’analyse. N'oubliez pas qu'une telle analyse n'est pas en mesure de déterminer avec précision la présence d'oncologie, elle n'est possible que dans un groupe avec d'autres types d'examens. Mais si le marqueur tumoral dans le sang reste hors norme, il est nécessaire de consulter un médecin de toute urgence.
  2. Examen et palpation des zones douloureuses. À l'examen, la forme et les contours du cou, la mobilité du larynx et l'état de la peau sont évalués. Une attention particulière est portée aux plaintes du patient, qui aideront à déterminer l'emplacement de la tumeur et la durée de son développement. La palpation aidera à déterminer la taille et la forme, ainsi que le déplacement de la tumeur vers les tissus voisins. La laryngoscopie indirecte (inspection) aidera à déterminer l'état de la membrane muqueuse et les lésions de l'oncologie (en présence de plaques blanchâtres et d'ulcères). Avant l'examen, il est déconseillé de prendre de la nourriture et de l'eau car les actions du médecin peuvent provoquer des réflexes nauséeux.
  3. Laryngoscopie directe. Elle est réalisée en insérant un laryngoscope flexible dans la gorge. L'appareil aide à examiner minutieusement la gorge à l'intérieur et à prélever un peu de tumeur pour une biopsie.
  4. Biopsie. Pour étudier au microscope, on prend une particule d'une tumeur ou d'un ganglion lymphatique. Vous permet de confirmer une formation maligne, de déterminer son stade et son type.
  5. Échographie du cou. L'échographie du cou permet d'examiner les ganglions lymphatiques à la recherche de changements et de la présence de métastases.
  6. Radiographie de la poitrine. Vous permet de déterminer la parasitisation de la tumeur dans les poumons. Les radiographies sont prises "en profil et en plein visage", ce qui permet d'envisager même les petits phoques et les petites taches.
  7. Informatique et imagerie par résonance magnétique. La tomodensitométrie et l'IRM sont des méthodes de diagnostic modernes et permettent d'obtenir des images de haute qualité et des coupes par coupes des organes étudiés. Ces tomographies aident à identifier l'emplacement et la taille de la tumeur, sa propagation et sa progression vers d'autres organes. Ces techniques vous permettent d'obtenir la clinique et l'image la plus précise possible. La recherche est sûre car il n’ya aucune charge de radiation sur le corps.
  8. Électrocardiographie. Nécessaire pour évaluer l'état du cœur, son travail. Ce type d'examen est obligatoire pour le diagnostic de toute maladie.
  9. Bronchoscopie À l'aide d'un endoscope, examinez la membrane muqueuse des bronches. Si nécessaire, prenez une photo ou prenez un morceau pour une biopsie. Ce type d’examen n’est pas obligatoire et n’est désigné que s’il existe des anomalies dans la radiographie pulmonaire.

Tout d’abord, il s’agit d’une enquête et d’une enquête, puis d’une biopsie des fragments de tissu affectés. Les méthodes restantes seront auxiliaires pour identifier le tableau complet de la maladie.

Traitement et prévention

Le cancer de la gorge est aussi appelé cancer de la gorge et larynx. Ce cancer est parmi les vingt cancers les plus courants.

La méthode de traitement de la maladie dépend du stade du cancer. En médecine moderne, les méthodes suivantes de traitement du cancer du larynx sont pratiquées.

  1. Chirurgie C'est l'enlèvement des tissus affectés. Cela inclut le retrait de tout l’organe touché ou de certaines de ses parties - les cordes vocales ou la boîte à épiglotte. Il est possible d'effectuer l'opération avec un laser, ce qui évitera les saignements. Ce type de traitement peut être appliqué à n'importe quel stade du cancer de la gorge.
  2. Radiothérapie Les cellules de la pathologie sont tuées par rayons X. Aux stades précoces du cancer, il peut être utilisé comme seule méthode de traitement, aux stades restants uniquement en association avec une chirurgie ou une chimiothérapie. Aide à obtenir le meilleur effet et prévient les rechutes.
  3. Chimiothérapie. Il représente l'introduction dans le corps humain d'un médicament anticancéreux, qui élimine les cellules cancéreuses ou arrête la croissance du cancer. Ce type de traitement n'est utilisé que lorsque le cancer a déjà commencé à parasiter d'autres organes et tissus. Pour éviter les récidives, vous ne devez pas abandonner la chimioprophylaxie, qui consiste à prendre des vitamines et des médicaments qui aident à réduire le risque de maladie ou de rechute. La chimiothérapie comprend également la réception de radiosensibilisateurs, ce qui augmente les chances de se débarrasser de la tumeur par radiothérapie. Ces médicaments rendent une tumeur maligne plus faible et plus sensible aux radiations.

L'un des types de traitement peut être la participation à un essai clinique, ce qui peut donner de bonnes chances d'améliorer la condition. Il n'est pas nécessaire d'abandonner le traitement standard, car une personne peut participer à l'étude à n'importe quel stade de la maladie et du traitement.

Lors du traitement d'un cancer de la gorge, des problèmes d'élocution peuvent survenir, même en l'absence d'intervention chirurgicale. Vous devrez peut-être réapprendre à parler, ce qui nécessitera beaucoup de patience et de force, ainsi que l'aide d'un orthophoniste qualifié.

Le régime alimentaire du patient est un problème majeur au cours du traitement. Le cancer de la gorge s'accompagne de nausées, de vomissements, d'une bouche sèche et de l'impossibilité d'avaler des aliments en raison d'une douleur constante entraînant une perte d'appétit. Ces patients sont nourris avec une sonde, qui est un tube pour pénétrer dans l'estomac. À travers ce tube, le corps pénètre dans l'estomac, un aliment liquide, facilement digéré et très nutritif.

Dans les premiers stades de la maladie, les médecins conseillent de passer à un régime alimentaire spécial et de respecter strictement les règles:

  • Dans le régime alimentaire devrait être plus d'aliments végétaux - fruits frais, baies, légumes et herbes;
  • la viande devrait être uniquement diététique - poulet, bœuf et dinde;
  • réduire l'utilisation de graisses animales, et il est préférable de les éliminer complètement en les remplaçant par des graisses végétales, mais il ne faut pas en abuser;
  • imposer une interdiction stricte de l’utilisation des thés verts et des tisanes, de la décoction d’herbes, du café fort et des boissons gazeuses;
  • utilisent plus souvent des produits laitiers - kéfir, ryazhenka, yaourts;
  • utilisez moins de sucre, et il est préférable de le remplacer par du miel;
  • retirez du menu personnel les plats semi-finis et les conserves, la viande et le poisson fumés, les cornichons et les cornichons, les plats épicés et aigres, ainsi que les fast-foods;
  • il faut manger souvent, mais petit à petit, par petites portions;
  • pendant le repas, ne vous précipitez pas, hachez soigneusement les aliments;
  • éliminer complètement l'utilisation de boissons alcoolisées.

En cas de maladies oncologiques, ne vous inquiétez pas, il est nécessaire de bien manger et de marcher souvent à l’air frais. Pendant un moment, vous pouvez changer le climat de la vie en mer ou en montagne, ce qui améliorera le bien-être humain. L'aide la plus importante à votre corps dans le cancer de la gorge sera un arrêt complet du tabagisme, actif et passif.

Il existe de nombreuses mesures préventives qui aideront à réduire le risque de maladie par ce type d’oncologie.

Pour éviter de devenir victime du cancer du larynx, vous devez suivre ces règles:

  1. Si vous travaillez dans une production dangereuse, utilisez un respirateur lorsque vous travaillez avec des substances cancérogènes et toxiques. Les industries dangereuses peuvent inclure les usines de fabrication de meubles, les peintures et vernis, les usines de produits chimiques pour la fabrication de produits chimiques ménagers et les poisons pour les insectes. Il est nécessaire d’éviter non seulement les odeurs corrosives des produits chimiques, mais aussi leurs émanations, moins perceptibles par l’odorat de la personne, mais non moins nocives.
  2. Si vous souffrez de maladies du tractus gastro-intestinal, vous devez les traiter sans délai, car les maladies infectieuses de l'estomac et de la cavité buccale sont l'une des causes de l'oncologie du larynx.
  3. Surveillez attentivement votre santé, soutenez le système immunitaire, n'autorisez pas les maladies respiratoires. Excellente aide le corps va recevoir des complexes de vitamines.
  4. Calculez votre alimentation, ne mangez pas de malbouffe et d'aliments trop gras. Mangez beaucoup de fruits et de légumes. Ne chargez pas l'estomac. Pour des raisons de santé, il est parfois nécessaire de suivre un régime thérapeutique.
  5. Arrêtez de fumer et de boire de l'alcool. Ce sera beaucoup plus facile pour vous de refuser cela si vos amis et votre famille vous soutiennent.
  6. Ne refusez pas les examens médicaux, ils devraient avoir lieu périodiquement.
  7. Planifiez votre journée. Passez du temps à vous détendre, à marcher au grand air et à faire des efforts physiques. Reposez-vous la nuit le nombre d’heures requis - au moins 7 heures.

En outre, la prévention consistera à éliminer les tumeurs bénignes de la gorge, telles que les polypes. Une fois retirés, ils sont examinés à la recherche de cellules cancéreuses ou de toute autre mutation cellulaire. Même si le polype n'est pas dangereux, il ne faut pas le laisser car il est toujours possible d'entrer dans une tumeur maligne.

Diagnostic du cancer de la gorge

Les cancers de la gorge incluent toutes les tumeurs malignes trouvées dans la région du pharynx et du larynx. Cette maladie fait partie des vingt maladies oncologiques les plus courantes et entraîne souvent la mort. Par conséquent, la détection précoce et le diagnostic du cancer de la gorge augmentent considérablement les chances du patient de guérir complètement et efficacement la maladie.

Les premiers signes de cancer de la gorge

Les statistiques affirment que le cancer de la gorge chez les hommes est dix fois plus fréquent que chez les femmes. Ce sont principalement des personnes âgées de 40 à 60 ans.

Au stade initial, la maladie est difficile à détecter car, dans ses caractéristiques, elle ressemble aux rhumes courants. Les premiers symptômes peuvent être:

  • douleurs dans le larynx;
  • gonflement du cou;
  • difficulté à avaler des aliments;
  • changements de voix.

Si, au début, les symptômes ne tiennent pas compte d'une maladie évolutive, les médecins l'appelleront alors des signaux plus explicites concernant le développement:

  • douleur aiguë dans la gorge, qui n'aide pas même les analgésiques;
  • ganglions lymphatiques enflés;
  • cracher du sang;
  • faiblesse, la température du corps a augmenté;
  • souffle putride.

Au premier soupçon de cancer de la gorge, vous devez consulter un médecin dans un bref délai.

Stade Symptomatologie

Le développement du cancer de la gorge chez un patient est divisé en plusieurs étapes, en fonction de la propagation de la maladie et des dommages causés aux organes voisins. Plus tôt un diagnostic précis est établi et le traitement commencé, plus grande est la probabilité d'un rétablissement complet. Au total, cette maladie comporte cinq étapes:

Il est rarement possible d'identifier la maladie à ce stade car il n'y a aucun symptôme évident. Les néoplasmes sont petits et situés uniquement sur la membrane muqueuse de l'organe touché. Si le diagnostic de cancer de la gorge confirme la maladie, la probabilité de l’éliminer avec succès est très élevée et le taux de survie des patients pour les cinq prochaines années est de 97 à 100%.

Une tumeur cancéreuse commence à s'étendre au-delà des limites de la membrane muqueuse de la gorge et est déjà diagnostiquée avec précision. Cependant, les tissus mous, les ganglions et les organes lymphatiques voisins ne sont pas encore affectés. A ce stade, le patient n'a pas de métastase, on note la vibration des cordes vocales et la distorsion dans la génération des sons. La proportion de personnes qui parviennent à survivre au cours des cinq années suivant le traitement est d'environ 85%.

Pendant cette période, la tumeur se propage dans tout le larynx. Le patient ressent une gêne lors de la respiration, il y a des violations des cordes vocales. La voix devient enrouée, des douleurs se font sentir lors de la déglutition. La formation de métastases dans les ganglions lymphatiques n'est pas exclue. En cas de traitement immédiat et de qualité à ce stade, trois patients sur quatre restent en vie pendant les cinq prochaines années.

Les cancers grossissent et se déplacent vers les organes et les tissus voisins. Métastases observées. Les cordes vocales cessent de vibrer et la personne perd la capacité de parler. A ce stade, seule la moitié des patients parvient à vaincre la maladie.

La tumeur atteint une grande taille, les tissus adjacents et les organes (thyroïde, œsophage) sont également significativement affectés. Les tumeurs malignes remplissent presque tout le larynx. Observé plusieurs métastases. La maladie atteint son maximum et, à ce stade, le traitement devient pour la plupart impossible. Sur le plan médical, une assistance est fournie sous la forme d'une réduction de la douleur intense avec des préparations médicales, ainsi que d'un traitement de soutien. Au cours des 5 prochaines années, pas plus de 20% des patients survivront.

Comment détermine-t-on le cancer de la gorge?

Si vous suspectez un cancer de la gorge, le médecin procède à une enquête auprès des patients, à un examen visuel et à une palpation de la nuque. Selon le patient, il reçoit des informations sur l'emplacement de la zone douloureuse, ainsi que sur la durée de la maladie. Cela permettra de prévoir l'évolution future de la tumeur.

Grâce à la palpation, à la forme et à la taille de la tumeur, à son positionnement par rapport aux organes voisins, le changement possible de la taille des ganglions lymphatiques est établi. Lors de l'examen, le médecin écoute la voix du patient et les caractéristiques de sa respiration.

L'importance du diagnostic précoce

Au moindre soupçon de cancer ou de néoplasme, le patient est immédiatement envoyé pour un examen clinique général.

Cette procédure médicale est effectuée par le médecin traitant à l'aide d'un appareil spécial - un laryngoscope, équipé d'une fonction de caméra vidéo. Avec elle, vous pouvez examiner attentivement la cavité de la gorge et les cordes vocales, identifier et étudier la tumeur en développement. Ce dispositif est souvent utilisé pour le prélèvement de tissus à des fins de biopsie (examen histologique).

Aux premiers stades de l’apparition d’un cancer dans la gorge, c’est le test sanguin qui permettra d’identifier les modifications du corps du patient. Pour cela, le patient reçoit une référence pour une numération sanguine complète et un test pour les marqueurs oncologiques.

Grâce à une étude clinique générale, on détermine une modification du taux d'hémoglobine (diminuant généralement avec l'apparition d'une tumeur cancéreuse), de la quantité et de la qualité des leucocytes (augmentation du niveau), ainsi que du taux de sédimentation des érythrocytes.

Un marqueur du cancer est une substance sécrétée par des cellules affectées par une maladie cancéreuse. Cette étude biochimique aidera à déterminer le niveau de protéine antigénique. Il existe plusieurs types de marqueurs tumoraux, en fonction de l'organe touché par le cancer. Avec une tumeur à la gorge, il est d'usage d'utiliser les marqueurs "CYFRA 21-1" et "SCC".

"SCC" est une protéine synthétisée par les cellules d'organes endommagés. Le taux standard de ce marqueur est de 1,50 ng / ml. Avec le cancer de la gorge existant, le chiffre augmente de plus de 55%.

CYFRA 21-1 est un composé protéique de l'épithélium et un marqueur commun de nombreux cancers. C'est le carcinome épidermoïde de la gorge qui présente la plus grande sensibilité. Sa valeur standard est de 2,30 ng / ml. Une augmentation de l'indice à 3,50 ng / ml peut indiquer la présence d'un néoplasme. Une augmentation du taux d'au moins 5 ng / ml indique le développement de métastases d'une tumeur cancéreuse de la gorge sur les organes ou les tissus voisins.

De plus, les marqueurs sont généralement utilisés comme méthode pour déterminer les changements au cours du traitement.

Il est considéré comme un moyen précis d'identifier une tumeur aux premiers stades de développement, ainsi que les caractéristiques structurelles des cellules. Vous permet d'établir un diagnostic précis pour une prise de décision rapide sur un traitement efficace. Son essence est de collecter un morceau de tissu mou et son examen plus approfondi.

Méthodes d'inspection visuelle

Pour obtenir une image complète de la taille de la tumeur, des modifications des ganglions lymphatiques, de l'état des organes et des tissus voisins, le médecin traitant peut recommander au patient de subir l'un des types d'examen suivants:

  • imagerie par résonance magnétique
  • Échographie
  • tomographie par ordinateur

Après les examens et la confirmation du diagnostic, le médecin détermine le stade de la maladie et prescrit le plan de traitement au patient.

Coût du diagnostic

On pense que les meilleures cliniques de traitement du cancer dans le monde se trouvent en Israël. Cependant, le coût du traitement y est plusieurs fois supérieur à celui des établissements médicaux de Russie ou d'Ukraine. Chaque hôpital a sa propre liste de prix pour les procédures de diagnostic du cancer. Cependant, le coût moyen d'une enquête individuelle par points est inférieur à celui indiqué ci-dessous.

  • En Russie (roubles):
  1. Réception primaire de l'oncologue: 1500 - 3500.
  2. Consultation répétée avec le plan de consultation et de traitement: 2000 - 2500.
  3. Biopsie: 4000 à 5000.
  4. Analyse avec des marqueurs tumoraux: 500 - 1500.
  5. IRM: 3 500-5 000.
  6. CT: 2000 - 3000.
  • En Ukraine (hryvnia):
  1. Visite chez le médecin traitant: 350 - 500.
  2. Biopsie: 1000 à 1500.
  3. Analyse utilisant des marqueurs du cancer: 250 - 350.
  4. CT: 1000 - 1700.
  5. IRM: 1500 à 2000.

Un diagnostic précoce du cancer de la gorge et un traitement efficace augmentent considérablement les chances de guérison rapide. Au cours des cinq prochaines années, vous devez subir régulièrement des examens préventifs afin d’éviter les rechutes.

Test sanguin pour le cancer de la gorge

La moitié antérieure du cou, chez le commun des mortels "gorge", est en réalité une concentration d'un ensemble complexe d'organes et de tissus qui assurent le fonctionnement normal d'une personne.

C’est ici que la voie générale entre l’air et les aliments absorbés par le pharynx est divisée en deux passages supérieurs: le larynx et le haut de l’œsophage.

C’est là que les vaisseaux qui fournissent au cerveau l’oxygène frais passent.

C'est ici que se situent superficiellement les plexus des nerfs, une irritation excessive pouvant perturber le fonctionnement du cœur.

Ce n'est que dans cet endroit que vous pouvez évaluer et sonder visuellement la seule de toutes les glandes endocrines, située superficiellement, immédiatement sous la peau - la glande thyroïde.

Mais c’est cette fonction limite du pharynx et du larynx qui est à l’origine de la plus fréquente des tumeurs malignes du cou à partir de leurs tissus en formation, réunies dans le concept de "cancer de la gorge".

Dans le pharynx, il existe trois zones anatomiques de haut en bas:

Le plus souvent, les tumeurs malignes de ce composant de la gorge surviennent dans le nasopharynx (voûte et surfaces latérales) et ont un pronostic grave en raison de la germination des os du crâne dans les sinus de l'air.

Dans d'autres régions du pharynx, les tumeurs sont rares.

La division des régions anatomiques du larynx se produit par rapport aux cordes vocales:

  1. Nadvyazochny (avec l'épiglotte, qui couvre l'entrée des voies respiratoires lors de l'ingestion) département
  2. Département ligament
  3. Sous-reliure

Chacune des localisations a ses caractéristiques pronostiques en cas de tumeurs malignes.

Le département supravasculaire du larynx est le plus souvent touché par le cancer (65%), le processus se développe rapidement et le cancer se métastase tôt.

Le cancer des cordes vocales est plus long, ce qui permet de le détecter à un stade précoce et de le traiter à temps. Il survient dans 32% des cas de lésions malignes du larynx.

La localisation du cancer de substitution est diagnostiquée à 3%. Cependant, le développement diffus et sa distribution dans la couche sous-muqueuse de cette partie du larynx déterminent un pronostic plus grave.

En général, dans la structure de l'incidence des tumeurs malignes, le cancer de la gorge occupe environ la dixième place dans la fréquence d'apparition (1-4%). Et 50 à 60% d'entre eux sont des cancers directement du larynx lui-même. Et 98% de toutes les tumeurs de cette localisation expliquent histologiquement la variante malpighienne ou ses variations (tumeur de Schminke - lymphoépithéliome).

Causes et facteurs prédisposants

  1. Fumer est actif et passif.
  2. L'abus d'alcool. Lorsque ce facteur est associé au tabagisme, la probabilité de développer une tumeur à la gorge est doublée.
  3. Âge supérieur à 60 ans.
  4. Prédisposition génétique. Le risque de tomber malade est trois fois plus élevé si les membres de la famille ont une tumeur maligne de cette localisation.
  5. Risques industriels (poussières de charbon et d’amiante, benzène, produits pétroliers, résines phénoliques).
  6. Les personnes qui ont été traitées pour une tumeur précédemment maligne avec une localisation dans la région tête-cou. En plus des effets locaux possibles de la chimiothérapie et de la radiothérapie, il existe également une grande importance, associée à un traitement agressif, à une diminution du statut immunitaire global.
  7. Longue charge professionnelle de la parole.
  8. Lésion spécifique des voies respiratoires supérieures par le virus d'Epstein-Barr, qui provoque également la mononucléose infectieuse.
  9. Papillomavirus Humain (VPH). Des études montrent que l'incidence du cancer de la gorge a été multipliée par cinq lorsque des signes de dommages causés par ce virus sont détectés dans les muqueuses.
  10. Laryngite productive productive avec présence de maladies précancéreuses et de modifications dans cette région (papillomatose, leucoplasie, dyskératose, pachydermie, fibrome à grande échelle, formations kystiques dans les cordes vocales).
  11. Maladies inflammatoires chroniques des voies respiratoires supérieures (sinusite, pharyngite, amygdalite, amygdalite, etc.).
  12. Non-respect des règles d'hygiène buccale et présence de dents non traitées.
  13. Préférences culinaires sous forme d'aliments salés et salés.
  14. Modifications cicatricielles de la muqueuse après une blessure, une brûlure, une syphilis antérieure ou une tuberculose.

Selon les statistiques, le cancer de la gorge chez les femmes est diagnostiqué beaucoup moins souvent que chez les hommes. Environ 80 à 90% des patients sont des hommes âgés de 45 ans.

Symptômes du cancer de la gorge

Comme toutes les tumeurs malignes, le cancer avec localisation dans la gorge se caractérise par un certain nombre de symptômes communs. Ces symptômes apparaissent quelque temps avant les premiers signes cliniques clairs qui permettent de déterminer clairement l'emplacement de la tumeur. Souvent, l'apparition de ces symptômes est associée à un effet secondaire du tabagisme persistant, en tant que variante de l'état normal d'un fumeur chronique et ne fait pas appel immédiatement à un oto-rhino-laryngologiste. La durée de cette période «silencieuse» dépend également du degré de malignité des cellules cancéreuses.

  1. Manque d'appétit.
  2. Perte de poids, faiblesse, perte de poids, troubles du sommeil.
  3. Température subfébrile.
  4. L'anémie

Les principaux signes suggèrent un cancer de la gorge.

  1. Sensations d'irritation catarrhale dans la cavité nasale et la gorge.
  2. La sensation naissante de se tenir «boule dans la gorge» ou d’os de poisson coincés.
  3. Violations de la déglutition et du passage d'aliments épais, puis de liquides, flottement périodique d'aliments liquides, salive.
  4. Goût inhabituel et désagréable dans la bouche.
  5. Toux sèche-chaude, devenant permanente au fil du temps.
  6. L'apparition d'impuretés de sang dans la salive, les expectorations, les écoulements du nez.
  7. Augmentation du groupe des ganglions lymphatiques cervicaux et œdème général des tissus mous, définie dans la «masse grasse», non observée auparavant chez un patient.
  8. Des changements dans la respiration, accompagnés d'une sensation d'inhalation inadéquate et d'une difficulté à expirer.
  9. L'apparition d'une douleur dans le larynx de durée et d'intensité variables.
  10. Amincissement, associé à des sensations désagréables dans la gorge lorsqu'on mange avec un appétit relativement sûr.
  11. Odeur désagréable et putride de la bouche.
  12. Un changement inexplicable et durable dans le timbre habituel de la voix, un enrouement sans périodes d'amélioration, avec la perte qui en résulte.
  13. Mal d'oreille avec une perte auditive importante.
  14. Engourdissement et asymétrie des parties inférieures du visage.
  15. Modifications de la mobilité et déformation de la peau du cou, avec hémorragies intradermiques sans cause.

Les modifications décrites ci-dessus qui durent plus de deux semaines nécessitent le renvoi immédiat d'un patient à un spécialiste (dentiste, oto-rhino-laryngologiste)!

Les symptômes locaux dépendent de la localisation et du type de croissance (exophytique, endophyte, mixte) de la tumeur elle-même.

Tumeurs du nasopharynx et de l'oropharynx

  1. Douleur semblable à l'angine au repos et à la déglutition.
  2. Une augmentation des groupes d'amygdales, leur asymétrie, des saignements, l'apparition de raids sur eux.
  3. Changer la forme de la langue, sa mobilité, son goût, accompagnés de la difficulté apparue dans la prononciation de certains sons.
  4. L'apparition de défauts ulcératifs qui n'ont pas guéri depuis longtemps lors de l'inspection de la cavité nasale et de la bouche.
  5. Congestion nasale, difficultés respiratoires nasales.
  6. Saignements de nez.
  7. Maux de dents, perte de dents soudaine.
  8. Saignements dentaires.
  9. Un peu de voix.
  10. Changements d'audience.
  11. Mal de tête indiscutable.
  12. Asymétrie du visage, sensation d'engourdissement (manifestation de la compression des nerfs crâniens lors de la germination de la tumeur à la base du crâne).
  13. Augmentation précoce des ganglions lymphatiques sous-maxillaires.

Localisation Nonsvyazochny.

  1. Sensation de corps étranger dans la gorge, chatouilles et chatouilles.
  2. Douleur lors de la déglutition, qui se propage à l'oreille par le côté de la lésion.
  3. Les changements de voix et les maux de gorge constants se rejoignent dans les étapes ultérieures.

Localisation dans la région des cordes vocales.

  1. Changements de voix, enrouement.
  2. Maux de gorge, qui augmente avec la conversation
  3. Perte de voix complètement.

Ce symptôme apparaît au tout début de la maladie.

Localisation des sous-liaisons.

  1. Douleur, inconfort dans le larynx lors du passage du gros morceau de nourriture.
  2. Constante, avec signes d'augmentation, dyspnée et difficulté à respirer, accompagnée de sons "gutturaux".
  3. Les changements de la voix et des maux de gorge sont associés à la localisation du cancer dans cette région aux stades avancés.

Vous devez savoir que plus une personne a un cancer de la gorge jeune, plus la maladie se développe de manière agressive et plus elle se transforme en métastase des ganglions lymphatiques.

Dans les cas avancés, les principales causes de décès sont:

  • saignement massif des vaisseaux érodés par la tumeur;
  • l'apparition d'une infection secondaire dans la désintégration de la tumeur avec le développement de la septicémie;
  • aspiration avec du sang ou de la nourriture.

Diagnostic du cancer de la gorge

  1. Enquête sur le patient avec clarification des plaintes.
  2. Inspection de la forme du cou, palpation des ganglions lymphatiques.
  3. Examen de la cavité buccale, du pharynx et du larynx à l'aide de miroirs.
  4. La palpation du sol de la bouche, de la langue et des amygdales.
  5. Effectuer un frottis sur une zone visuellement altérée de la membrane muqueuse et une aspiration à l'aiguille d'un ganglion lymphatique hypertrophié et superficiel pour un examen cytologique afin de détecter une atypie cellulaire permettant de suspecter une tumeur.
  6. Examen à l'aide d'un laryngoscope et d'un fibrolaryngoscope. Un changement dans le relief des surfaces examinées est déterminé visuellement avec la formation du «tissu plus», un changement de la couleur de la muqueuse dans sa projection, son ulcération et son revêtement avec revêtement. Dans de tels cas, il est obligatoire de prélever un échantillon de tissu suspect pour un examen histologique (biopsie). Examen histologique et seulement il permet de différencier les processus inflammatoires, bénins et malins se produisant dans le pharynx et le larynx entre eux. Le résultat de l'étude détermine les principales directions de traitement.
  7. L'étude de la trachée supérieure à l'aide d'un trachéoscope pour clarifier l'étendue de la propagation de la tumeur et sa déformation lors de la compression à l'extérieur.
  8. Recherche par ultrasonographie. C'est la plus accessible au stade actuel de la méthode de radiologie. Avec elle, des groupes de ganglions lymphatiques profonds sont examinés. L'excès de taille normale, les changements de contraste, les frontières floues, indiquent une éventuelle défaite par leur tumeur. De plus, l'état du tissu entourant la tumeur et la compression possible des gros vaisseaux et son degré sont évalués.
  9. Examen aux rayons X des sinus intracérébraux, des mâchoires (orthopantomographie) et de la cavité thoracique (en présence de métastases).
  10. Imagerie par résonance calculée et magnétique avec contraste. Selon ces études, il est possible de juger de la taille réelle de la tumeur, de sa germination possible dans les tissus environnants et de ses métastases aux ganglions lymphatiques.
  11. De plus, les propriétés phonétiques du larynx sont étudiées pour clarifier le degré d'immobilité des cordes vocales, modifier la forme de la glotte. À cette fin, on utilise la stroboscopie, l’électroglottographie, la phonétographie.

Traitement du cancer de la gorge

L'ensemble standard de méthodes de traitement du cancer du poumon n'est pas original et inclut un ensemble standard utilisé dans le cancer: traitement chirurgical, chimiothérapie et radiothérapie.

Contrairement à d'autres cancers localisés, une partie des tumeurs de la gorge au stade précoce (I-II) répondent bien à la radiothérapie et à la chimiothérapie (par exemple, limitée aux cordes vocales). Le choix du volume de traitement est strictement individuel, en fonction de la forme histologique de la maladie et de la localisation de la tumeur. Dans certains cas, vous pouvez vous passer d'opérations paralysantes.

Les troisième et quatrième stades cliniques nécessitent un traitement chirurgical associé à une chimiothérapie et à une exposition à des radiations. Dans certains cas, une chimiothérapie et une radiothérapie sont effectuées avant la chirurgie afin de réduire le volume de tissus prélevés et de déterminer avec précision les limites de la tumeur, susceptibles de apparaître sous l’influence du décès d’une partie des cellules cancéreuses externes.

La particularité des tumeurs des parties sous-laryngées du larynx est faible et parfois même absente, la sensibilité à la radiothérapie, à l'exception de rares tumeurs de grade élevé. Par conséquent, les tumeurs de cette localisation à n'importe quel stade nécessitent un traitement chirurgical.

En même temps que l'ablation de la tumeur, produisez la résection maximale possible des ganglions lymphatiques, en fonction de leurs caractéristiques d'emplacement. La germination minimale du cancer dans les organes et les tissus voisins déterminera le niveau minimal d'avantages chirurgicaux paralysants. Malheureusement, sans mutiler, les opérations invalidantes, dans les étapes ultérieures, afin de guérir complètement et prolonger la vie du patient, il est impossible.

L'enlèvement du larynx dans son ensemble et en combinaison avec la langue est une opération invalidante. Dans de tels cas, la respiration normale et l'ingestion de nourriture sont perturbées, sans oublier le fait que la possibilité de sentir le goût des aliments et de participer à une conversation est perdue à jamais. La respiration est réalisée en utilisant la fistule formée avec la peau sur la surface avant du tiers inférieur du cou.

Les opérations de récupération après l'ablation radicale de la tumeur ont récemment fait l'objet d'un nouveau développement avec le développement de la greffe chirurgicale et l'utilisation d'organes de donneurs, des parties artificielles du larynx. Il existe des développements modernes dans la culture de la trachée à partir des cellules souches du patient.

Prévisions

Lorsque l'on effectue un traitement complet, le taux de survie au cancer de la gorge à cinq ans correspond en moyenne, selon différentes sources, aux données suivantes:

Quel marqueur tumoral montre un cancer de la gorge et du larynx

Dans le monde entier, des marqueurs de diagnostic spéciaux sont utilisés pour le diagnostic précoce et la confirmation du diagnostic de tumeur maligne. En médecine moderne, on connaît environ 200 marqueurs tumoraux pour le diagnostic de néoplasmes, mais on en utilise environ 25. Les anti-marqueurs du cancer de la gorge et du larynx sont des produits chimiques spéciaux synthétisés par l'organisme. Ces substances peuvent être divisées en deux types. Certaines d'entre elles ne peuvent pas être synthétisées par des cellules saines et n'apparaissent que lors de processus pathologiques dans le corps. Cette espèce est également appelée spécifique à un organe car elle permet de déterminer plus précisément la localisation du processus pathologique. D'autres au contraire en certaines quantités sont synthétisées par des cellules saines. Une diminution ou une augmentation du niveau de ces substances peut indiquer la présence d'un processus pathologique dans certaines cellules ou certains tissus.

Lorsque les marqueurs tumoraux commencent à synthétiser, la plupart d’entre eux pénètrent dans le sang. La détermination de la présence et du niveau de ces substances peut être étudiée de différentes manières et, par conséquent, la valeur numérique, ainsi que les unités de mesure, peuvent être différentes. Ce point doit être pris en compte lors de l’interprétation des résultats et des tactiques de traitement ultérieures.

Pour le diagnostic des processus tumoraux, les classes de marqueurs tumoraux suivantes sont utilisées: hormones, enzymes, marqueurs immunologiques, produits de dégradation des tumeurs malignes, protéines plasmatiques sanguines et produits métaboliques. Dans le diagnostic de la pathologie du cancer, les marqueurs tumoraux spécifiques à une tumeur revêtent une grande importance. Il prend également en compte les modifications du niveau d'hormones, d'enzymes et de protéines sanguines. Il convient de noter que les marqueurs tumoraux du cancer de la gorge n’ont pas une spécificité complète pour un organe particulier.

Quels marqueurs tumoraux sont utilisés pour diagnostiquer le cancer de la gorge et du larynx

Dans le diagnostic des tumeurs malignes utilisant ces types de marqueurs tumoraux du cancer de la gorge et du larynx:

  1. SCC. Ce marqueur tumoral est synthétisé dans le tissu épithélial de l'organe touché. Il est largement utilisé en médecine pour le diagnostic de nombreuses maladies oncologiques. L'antigène SCC indique la présence dans le corps d'une tumeur maligne ou d'un carcinome épidermoïde. Cette protéine est dans le sang de chaque personne. Le niveau de SCC chez une personne en bonne santé ne dépasse pas 1,5 ng / ml. Une augmentation significative du taux est observée avec des maladies graves telles que: tuberculose, certaines maladies dermatovénérologiques, insuffisance rénale et hépatique. Si le taux de CSC du patient augmente de plus de 2 ng / mg, il est alors atteint d'un cancer de la gorge ou du larynx.

Le marqueur tumoral est également utilisé pour évaluer l'efficacité du traitement médicamenteux. Si le traitement n'est pas efficace, la concentration d'antigène dans le sang est supérieure à 2,5 ng / ml. Une augmentation de plus de 2 ng / ml de CSC après une opération radicale suggère que toutes les zones touchées n'ont pas été éliminées dans la zone opératoire ou que la maladie est réapparue.

  1. CYFRA 21-1. Ce composé protéique est utilisé comme marqueur tumoral universel des tumeurs malignes. C'est la cytokératine 19, qui est localisée dans le squelette d'une cellule épithéliale. Le marqueur tumoral CYFRA 21-1 présente la plus haute spécificité pour les carcinomes épidermoïdes du larynx et de la gorge. La variation du niveau de cet indicateur est observée si une tumeur maligne commence à former des métastases. Chez une personne en bonne santé, la valeur de cet indicateur dans le sang ne dépasse pas 2,5 ng / ml. Le cancer de la gorge et du larynx augmente le taux à 3,5 ng / ml. Si le niveau de CYFRA 21-1 augmente plusieurs fois, il a alors montré la présence de métastases sur d'autres organes.

Le schéma de livraison de sang pour les marqueurs tumoraux

Les patients qui suivent un traitement d'une tumeur maligne au cours de la première année sont prescrits tous les mois pour le dépistage du cancer de la gorge. La deuxième année, des tests de laboratoire sont effectués 1 fois sur 2 mois et pendant 3 ans - une fois sur 3 mois. Et à 4 et 5 ans après le traitement du cancer, il est recommandé d'analyser 2 fois par an. Si la dynamique des tests sanguins pour le cancer, vous pouvez estimer le taux de développement d’une tumeur maligne et prédire l’évolution de la maladie.

L'objectif principal de l'étude est qu'il est nécessaire d'identifier la récurrence de la maladie dès que possible. La recherche sur les seuls marqueurs tumoraux ne suffit pas pour poser un diagnostic. Vous devez d'abord faire une laryngoscopie et une biopsie. Vous pouvez également avoir besoin des résultats de la tomodensitométrie et de la thérapie par résonance magnétique. Le tableau clinique et les analyses ci-dessus aideront le médecin à tirer une conclusion générale. Il faut comprendre qu'une tumeur maligne n'est pas une phrase. Si vous identifiez la maladie à ses débuts, il sera beaucoup plus facile de la guérir. Par conséquent, tout le monde devrait subir périodiquement un examen complet pour permettre un diagnostic précoce des processus pathologiques dans le corps.

CBC

Elle est considérée comme la méthode de diagnostic de routine car une numération globulaire complète est attribuée de manière absolue pour toutes les maladies. Si vous soupçonnez le développement d'un cancer dans le corps, faites attention à l'indice d'hémoglobine, à la formule pour les leucocytes et à la RSE.

En règle générale, dans le cancer de la gorge, le taux d'hémoglobine est inférieur à la normale et une anémie est observée.

Leucocytose observée et ESR accélérée. De tels résultats de recherche peuvent être des caractères pour d'autres maladies. Cependant, si vous commencez à traiter un patient avec des médicaments anti-inflammatoires et que les indicateurs ne changent pas, vous devez en être averti.

Test sanguin biochimique

Nécessaire pour évaluer l'étendue du processus de dommage. Cette méthode de recherche permet d'évaluer le niveau de protéines antigéniques du corps. Lors de l'évaluation des résultats, il convient de garder à l'esprit que les normes applicables à chaque personne peuvent être différentes. Cela peut être dû au sexe, à l'âge et à d'autres facteurs. Pour plus de clarté, il est nécessaire d’évaluer les résultats de l’analyse dans le temps. L'analyse biochimique du sang aidera à déterminer l'étendue du processus pathologique, à évaluer les fonctions de protection du corps, le stade du processus tumoral et sa localisation.

Préparation à la prise de sang

Avant de réaliser un test sanguin, vous devez suivre certaines règles, qui comprennent les éléments suivants:

  • 48 heures avant l'analyse, vous devez vous abstenir de consommer des boissons alcoolisées, des aliments gras et des aliments frits.
  • Le dernier repas ne devrait pas être plus tôt que 10 heures avant le don de sang.
  • Les prélèvements sanguins doivent être effectués tôt le matin à jeun jusqu'à 11 heures.
  • Quelques jours avant l'analyse, l'exercice doit être limité et les situations de stress évitées.
  • Si une personne prend des médicaments, il est nécessaire de les refuser pendant une journée. Si cela ne peut être fait, vous devez en informer votre médecin. Lorsque vous prenez des tests sur le formulaire, indiquez quand et quel médicament le patient prenait.
  • Une semaine avant le sang devrait être évité des rapports sexuels.

Tous les facteurs ci-dessus dans le complexe affectent la fiabilité des résultats. Si vous ne respectez pas les règles, la probabilité de résultats faussement positifs est élevée.

A Propos De Nous

La pathologie la plus courante du plan oncologique est l'adénocarcinome du rectum ou, dans la langue commune, un cancer de l'intestin. Les scientifiques du monde entier travaillent sur la question du diagnostic précoce de cette maladie, comme dans les derniers stades de la détection, dans 95% des cas, le patient est condamné.