Test sanguin pour le cancer du col utérin

Une tumeur maligne qui se développe dans la partie inférieure de l'utérus est appelée cancer du col utérin. Cette maladie occupe le troisième rang dans le classement des cancers féminins les plus fréquents dans le monde. Au premier soupçon du développement de cette maladie, une femme doit réussir les tests corrects pour le cancer de l'utérus.

Quels sont les tests les plus objectifs pour le cancer de l'utérus aujourd'hui?

La présence de HPV à haut risque est la principale condition pour l'apparition du cancer du col de l'utérus chez la femme. Tout d'abord, il s'agit d'un virus de 16 et 18 types. Par conséquent, en cas de suspicion de cancer du col utérin, les patients doivent subir un test de dépistage du VPH.

Oncomarkers

Oncomarkers appelle des substances spéciales dans le sang des femmes capables d'indiquer le développement d'un cancer dans le corps. Pour chaque cancer, il existe «leurs propres» marqueurs spéciaux qui dépendent des cellules dans lesquelles le cancer se développe. En présence de cancer du col utérin dans le corps, le taux sanguin du marqueur tumoral SCC augmente.

Plus le nombre de CSC détectés est élevé, plus le cancer est avancé et plus il sera difficile de le guérir. Pendant le traitement lui-même, il est nécessaire de surveiller en permanence l'évolution du nombre de marqueurs tumoraux SCC, car son déclin peut indiquer un traitement réussi. Si, après le traitement, le taux de marqueur tumoral dans le sang augmente à nouveau, nous pouvons dire que la maladie réapparaît.

Cependant, la hausse de ce marqueur tumoral peut ne pas indiquer avec précision le cancer du col utérin. Le taux de SCC peut augmenter dans les cancers des organes génitaux externes et des poumons. Mais, si le diagnostic de «cancer du col de l’utérus» a déjà été confirmé, il est simplement nécessaire de surveiller et de surveiller le niveau de marqueur au cours du traitement. Cela peut aider à prévoir l'évolution de la maladie et à influer sur le déroulement du traitement.

Cytologie liquide

Un frottis de cytologie en milieu liquide est une analyse simple mais assez précise qui permet d’évaluer les cellules et les tissus du col de l’utérus et de déterminer la présence de toute pathologie. L'analyse elle-même est sûre et sans douleur. Le but principal de cette procédure est d’identifier les cellules qui peuvent muter avec le temps et devenir cancéreuses. À partir du moment des pathologies identifiées et des changements dans les tissus et les cellules dépendent de l'efficacité du traitement.

La procédure d'analyse elle-même est très simple. Le gynécologue doit d’abord bien nettoyer le col de l’utérus, puis une brosse spéciale pour recueillir le biomatériau à analyser et le placer sur le verre médical. Pour une femme, cette procédure se termine. Ensuite, elle attend le résultat de l'analyse.

Le matériel collecté au laboratoire est examiné au microscope. Les réponses de l’étude sont généralement prêtes en une semaine. L'analyse cytologique des fluides permet d'étudier la taille des cellules ainsi que leur ordre de positionnement. Cette étude aide à identifier le développement du cancer du col utérin dans les stades initiaux, ce qui vous permet de développer le cours du traitement correct. À des fins prophylactiques, une telle analyse est recommandée pour toutes les femmes au moins une fois par an.

Un frottis cytologique aide à choisir la méthode la plus efficace de traitement de divers cancers gynécologiques. Grâce à cette analyse, il est possible à un stade précoce de la maladie d'identifier des cellules malignes qui provoquent le développement rapide de la maladie.

Une telle analyse est prescrite si:

  1. La fille planifie une grossesse.
  2. Le cycle de menstruation est brisé.
  3. L'infertilité est diagnostiquée.
  4. La femme n'a pas un partenaire sexuel, mais plusieurs.
  5. Avec l'herpès génital, les verrues génitales, etc.
  6. La femme a pris des médicaments contraceptifs pendant une longue période.
  7. Sécrétions déraisonnables des organes génitaux externes.
  8. Il y a des soupçons d'oncologie.

La cytologie en phase liquide laisse le temps de diagnostiquer la présence de papillomavirus humain dans le corps et d'identifier les pathologies du col utérin.

Le résultat de l'analyse est:

  • «Normal», ce qui indique l'absence de toute pathologie et de cellules cancéreuses dans le col de l'utérus;
  • «Pathologique», lorsque des cellules ont été découvertes dans un échantillon biologique pouvant déclencher un cancer.

Aspects positifs de l'analyse en cytologie des fluides:

  1. Processus de collecte de matériel rapide.
  2. Une durée de conservation du matériau suffisamment longue (grâce à une solution stabilisante spéciale, les cellules ne sèchent pas et l’échantillon biologique transféré au laboratoire aux fins de recherche).
  3. La possibilité de préparer une seule couche de frottis.

Cependant, cette nouvelle méthode de diagnostic du cancer présente un inconvénient majeur. À l'aide d'un frottis cytologique, il n'est pas possible de détecter les processus inflammatoires, car lors de la filtration du matériel biologique, tous les leucocytes et autres impuretés en sont retirés. Par conséquent, s’il existe des suspicions de maladies inflammatoires, il est également nécessaire de faire un frottis pour l’oncocytologie.

Colposcopie

Il existe d'autres tests populaires pour le cancer de l'utérus. L'un d'eux est considéré comme une colposcopie. Lors de l'exécution de cette méthode, le gynécologue étudie l'utérus à l'aide d'un appareil doté des propriétés d'une loupe. Kolposkop permet au gynécologue d'examiner l'utérus et d'identifier les zones de tissu ayant subi des modifications. Ces sites peuvent indiquer la présence d'un cancer ou d'une affection précancéreuse du col de l'utérus.

Biopsie cervicale

L’essence de la biopsie réside dans le fait que les parties pathologiques du col de l’utérus détectées au cours de la colposcopie sont «pincées» pour des recherches ultérieures au microscope. Ce test de cancer peut déterminer si les cellules sont cancéreuses. L'obtention de telles informations est nécessaire pour élaborer un traitement efficace.

Symptômes requis pour affecter des données d'analyse

Les premiers symptômes à prendre en compte:

  1. Spotting qui se produit après une intimité ou sans cause au milieu du cycle menstruel. Leur profusion peut être différente: faible à abondante, semblable aux menstruations.
  2. Douleur en urinant, sang dans les urines.
  3. Douleur abdominale basse. Il s’agit généralement d’un symptôme de l’un des derniers stades du cancer du col utérin.
  4. Écoulement sanglant et douloureux après un rapport sexuel.

N'importe lequel de ces symptômes peut signaler le développement de l'oncologie du col utérin. Par conséquent, quand au moins l'un d'entre eux apparaît, il est nécessaire de consulter un gynécologue!

Comment se préparer au test du cancer de l'utérus? Qu'est-ce qu'une femme a besoin de savoir?

Tout d’abord, il est important de rappeler que les tests de cancer de l’utérus ne peuvent pas être effectués pendant la menstruation. Il faut attendre la fin complète.

En préparant les analyses, il faut:

  1. S'abstenir d'avoir des rapports sexuels pendant 2 jours avant le test.
  2. Ne pas doucher.
  3. N'utilisez pas de bougies ni de pommades.
  4. Arrêtez de prendre des médicaments anti-inflammatoires et contraceptifs.
  5. N'utilisez pas de tampons.

De plus, au cours de la journée précédant les tests, il est préférable de ne prendre aucun moyen d'hygiène intime.

Le coût des tests pour le cancer de l'utérus

Le coût de l'analyse des marqueurs tumoraux en Russie est en moyenne de 1350 roubles, en Ukraine - 300 hryvnia.
La cytologie liquide pour les résidents de la Fédération de Russie coûtera environ 850 roubles, pour les Ukrainiens - 350 hryvnia.
Le prix de la colposcopie pour la Russie est de 1500 roubles, pour l'Ukraine - jusqu'à 400 hryvnia.
Le coût d'une biopsie cervicale pour les Russes sera en moyenne de 2 500 roubles, et pour les Ukrainiens - environ 700 hryvnia.

Quand vaut-il la peine de voir un médecin?

Avec l'apparition d'au moins un des symptômes décrits ci-dessus, il est nécessaire de consulter le gynécologue de toute urgence et de se faire examiner pour le cancer du col utérin. Identifiée à un stade précoce, la maladie est plus facile à traiter que le traitement et augmente les chances de guérison. Afin d'éviter la nécessité de se rendre à l'inspection au moins une fois par an.

Assurez-vous également de consulter votre médecin si au moins un des tests ci-dessus a permis de déterminer la présence de modifications pathologiques.

Conclusions

La médecine moderne ne reste pas immobile et il existe maintenant une grande variété de tests de dépistage du cancer. Aux premières manifestations de symptômes désagréables, consultez immédiatement un médecin. Il vous prescrira les tests nécessaires pour le cancer de l'utérus, ce qui vous convient et vous permettra d'élaborer un plan de traitement de qualité et efficace. N'oubliez pas qu'avec le temps, la maladie identifiée est plus facile à traiter!

Cancer du col utérin: manifestations de la pathologie, méthodes de prévention et de traitement, pronostic de survie

La deuxième tumeur maligne la plus répandue chez les femmes après les tumeurs du sein est le cancer du col utérin. La pathologie survient chez 8 à 11 femmes sur 100 000. Chaque année dans le monde, jusqu'à 600 000 nouveaux cas de maladie sont enregistrés.

Les symptômes du cancer du col utérin se développent le plus souvent chez les patients âgés de plus de 40 ans. Le risque de tomber malade dans ce groupe est 20 fois plus élevé que celui des filles de 25 ans. Environ 65% des cas sont retrouvés dans les 40 à 60 ans, 25% dans le groupe des 60 à 69 ans. Les stades précoces de la pathologie sont plus souvent détectés chez les femmes âgées de 25 à 40 ans. Dans ce cas, la maladie est bien guérie, il est donc très important de se faire examiner régulièrement par un gynécologue.

En Russie, les premiers stades de cette pathologie sont enregistrés chez 15% des patients, les cas avancés - chez 40% des patients pour la première fois.

Causes et mécanisme de développement

Le cancer du col utérin: de quoi s'agit-il? Selon la définition de l'Organisation mondiale de la santé, il s'agit d'une tumeur maligne provenant des cellules de la couche qui tapisse la surface de l'organe à l'extérieur, c'est-à-dire l'épithélium.

La médecine moderne n'a toujours pas assez de données pour dire avec certitude sur les facteurs étiologiques de la maladie. Le mécanisme de développement de la tumeur est également mal compris. Cela est dû en grande partie aux difficultés de prévention et de détection précoce des néoplasmes cervicaux.

On sait que les causes du cancer du col utérin sont associées à l’initiation des types 16 et 18 du papillomavirus humain. Une infection virale est détectée chez 57% des patients.

L'importance de la détresse sociale et de la promiscuité. Effets néfastes prouvés du tabagisme.

Le col de l'utérus est tapissé d'un épithélium à plusieurs couches. Ses cellules sont plates et en couches. Sous l'influence du virus, l'épithélium change progressivement de structure et, simultanément, une malignité se produit - une malignité des tissus.

  • Les cellules épithéliales en réponse aux dommages commencent à se diviser de manière plus intensive afin de restaurer le tissu endommagé.
  • Il existe des modifications précancéreuses, qui consistent en une perturbation de la structure de la couche épithéliale - la dysplasie.
  • Progressivement, des modifications malignes apparaissent dans l'épaisseur des cellules: l'épithélium commence à se diviser de manière incontrôlable. Un cancer du col utérin préinvasif survient (in situ ou «in situ»).
  • Ensuite, la croissance maligne s'étend au-delà de l'épithélium et pénètre dans le stroma - le tissu cervical sous-jacent. Si cette germination est inférieure à 3 mm, ils parlent de carcinome micro-invasif. C'est le stade précoce du cancer invasif.
  • Lorsque la germination dans le stroma de plus de 3 mm, un cancer invasif du col utérin se produit. Chez la plupart des patients, les signes externes et les symptômes cliniques de la maladie n'apparaissent que dans cette phase.

La détection des modifications précancéreuses est la base du diagnostic précoce et du traitement efficace de la maladie. La dysplasie s'accompagne de la reproduction de cellules altérées (atypiques) à l'intérieur de la couche épithéliale, la couche supérieure ne change pas et consiste en cellules ordinaires présentant des signes de kératinisation.

Le carcinome in situ (cancer du col utérin préinvasif ou non invasif) s'accompagne d'une violation du lamination épithélial et de la présence de cellules malignes sur toute son épaisseur. Cependant, la tumeur n’envahit pas le tissu sous-jacent, elle est donc bien traitée.

Formes de la maladie

La structure morphologique de la tumeur est une modification externe de la forme et de la structure de ses cellules. Le degré de croissance d'une tumeur et sa malignité dépendent de ces caractéristiques. La classification morphologique comprend les formes suivantes:

  • kératinisation squameuse;
  • squameux sans kératinisation;
  • cancer peu différencié;
  • glandulaire (adénocarcinome).

Les variants planocellulaires sont retrouvés dans 85% des cas, les adénocarcinomes - dans 15% des cas. Le cancer du col utérin d’Ornogus a un degré élevé de maturité cellulaire et une évolution plus favorable. Il est observé chez 20-25% des femmes. Une forme non kératinisée avec un degré de différenciation moyen est diagnostiquée chez 60 à 65% des patients.

L'adénocarcinome se développe principalement dans le canal cervical. Les tumeurs de bas grade présentant un degré élevé de malignité sont rarement diagnostiquées. Un diagnostic rapide permet donc de guérir avec succès la plupart des variantes du cancer. Chez 1 à 1,5% des patients, des variantes de tumeurs à cellules claires, à petites cellules, mucoépidermoïde et autres sont détectées.

En fonction du sens de croissance de la tumeur, on distingue les formes suivantes:

  • avec croissance endophyte (vers l'intérieur, dans la direction des tissus sous-jacents, avec transition vers le corps de l'utérus, appendices, paroi vaginale);
  • avec croissance exophytique (dans la lumière du vagin);
  • mixte

Manifestations cliniques

Environ 10% des cas de la maladie ont une évolution «muette», c'est-à-dire qu'ils ne sont accompagnés d'aucune manifestation externe. Les symptômes du cancer du col utérin à un stade précoce ne peuvent être détectés que par l'examen et l'examen cytologique.

À quelle vitesse la tumeur se développe-t-elle?

La transformation d'un état précancéreux en cancer prend de 2 à 10 ans. Si, à ce stade, la femme est régulièrement examinée par un gynécologue, la probabilité de reconnaissance de la maladie à un stade précoce est très élevée. La transition du cancer du premier stade au deuxième et suivant prend en moyenne 2 ans.

Aux derniers stades apparaissent les symptômes du cancer du col utérin:

  • écoulement sanglant;
  • Beli;
  • la douleur.

L'intensité du saignement peut être différente. Ils sont observés dans deux versions:

  • contact: apparaissent pendant les contacts sexuels, l'examen pelvien vaginal, et souvent avec la défécation;
  • acyclique: représente un saignement avant et après les saignements menstruels et survient chez 60% des patientes.

Un quart des patients ont des pertes légères - plus blanc. Ils peuvent être de nature aqueuse ou devenir mucopurulents. Ils ont souvent une odeur fétide. La leucorrhée survient à la suite de lésions des capillaires lymphatiques lors de la destruction de sections de peau mortes d'un néoplasme malin. Si les vaisseaux sanguins souffrent également en même temps, du sang est visible dans la décharge.

Comment le cancer du col utérin se manifeste-t-il à l'étape suivante?

De nombreux patients se plaignent de douleurs dans le bas du dos, le sacrum, et se propagent dans la région anale et les jambes. Douleur associée à la compression des troncs nerveux d'une tumeur qui s'est propagée aux tissus du bassin. Le syndrome douloureux survient également lors de la défaite des ganglions lymphatiques pelviens et des os.

Avec la germination des tumeurs dans la paroi de l'intestin ou de la vessie peut être la constipation, un mélange de sang dans les selles, des mictions fréquentes et douloureuses.

Avec la compression des grands collecteurs lymphatiques, un œdème de la jambe apparaît. Possible légère augmentation prolongée de la température. Les manifestations non spécifiques des tumeurs malignes comprennent la faiblesse, une diminution des performances.

Les principales complications nécessitant une hospitalisation et un traitement immédiats:

  • saignements intenses du vagin;
  • obstruction intestinale;
  • insuffisance rénale aiguë;
  • syndrome douloureux intense.

Diagnostics

Pour identifier une tumeur cervicale, les médecins analysent l’histoire de la patiente et ses maladies, réalisent des examens de laboratoire et des examens instrumentaux. Un diagnostic complet du cancer du col utérin est nécessaire pour clarifier le stade et déterminer le plan de traitement individuel.

Caractéristiques de la vie, augmentant le risque de tumeur:

  • début de la vie sexuelle;
  • nombreux partenaires sexuels;
  • maladies infectieuses transmises par contact sexuel;
  • avortements;
  • traumatisme cervical pendant l'accouchement;
  • biopsie différée, diathermocoagulation ou diathermoconisation;
  • l'herpès vulve

Les diagnostics précoces reposent sur un examen médical prophylactique annuel des femmes, comportant obligatoirement une éraflure superficielle du col de l'utérus et un examen cytologique. L'analyse cytologique permet d'examiner les cellules épithéliales au microscope et de détecter les modifications précancéreuses ou malignes.

Le dépistage cytologique doit être effectué chez toutes les femmes âgées de 18 à 20 ans. Il suffit de le réaliser 1 fois sur 3 ans. Cependant, avec une enquête annuelle, la fréquence de détection d’une tumeur maligne à un stade précoce augmente. L'analyse des frottis donne un résultat fiable dans 90 à 98% des cas et les conclusions erronées sont souvent faussement positives. Les cas où la tumeur existante n'est pas reconnue par l'examen cytologique sont extrêmement rares.

Quel est le test du cancer du col utérin?

Dans de nombreux pays, le dépistage cytologique de Papanicolaou est utilisé, en Russie une modification de cette méthode est utilisée. Il commence à se manifester 3 ans après le début de la vie sexuelle ou à l'âge de 21 ans. Vous pouvez arrêter une étude de dépistage chez des femmes de plus de 70 ans avec un cou inchangé et au moins trois résultats de frottis négatifs au cours des 10 dernières années.

Lorsque des modifications précancéreuses (dysplasie) sont détectées, la femme est soumise à un examen approfondi.

Comment déterminer le cancer du col utérin au deuxième stade du diagnostic?

Les méthodes suivantes sont utilisées pour cela:

  • examen gynécologique;
  • colposcopie avec échantillon de Schiller (examen du cou sous un microscope spécial avec coloration de sa surface avec une solution de Lugol); les taches d'épithélium pathologiquement modifiées ne sont pas colorées lors du test de Schiller, ce qui aide le médecin à effectuer une biopsie de la lésion;
  • études cytologiques et histologiques répétées.

Un examen complet permet d'établir un diagnostic chez 97% des patients.

Méthodes de diagnostic supplémentaires

Un marqueur tumoral du cancer du col utérin, l'antigène spécifique SCC, est en cours d'examen dans le sang des patients. Normalement, sa concentration ne dépasse pas 1,5 ng dans 1 ml. Chez 60% des patients atteints d'un carcinome épidermoïde, le niveau de cette substance est élevé. Dans le même temps, la probabilité de rechute est 3 fois plus élevée que chez les patients présentant un CCS normal. Si la teneur en antigène est supérieure à 4,0 ng dans 1 ml, cela indique une lésion métastatique des ganglions lymphatiques pelviens.

La colposcopie est l'une des principales méthodes utilisées pour reconnaître une tumeur. Il s’agit d’un examen du col de l’utérus avec un dispositif optique qui donne une augmentation de 15 fois ou plus. L'examen permet d'identifier 88% des zones de pathologie et d'effectuer une biopsie ciblée. L'étude est indolore et sans danger.

Informativité uniquement, le diagnostic cytologique d'un frottis sans biopsie est de 64%. La valeur de cette méthode augmente avec les analyses répétées. L'étude rend impossible la distinction entre les types de tumeurs préinvasives et invasives, elle est donc complétée par une biopsie.

Si des modifications sont détectées à l'aide d'études histologiques et cytologiques, ainsi que d'une colposcopie, une biopsie cervicale prolongée est indiquée: conisation. Elle est réalisée sous anesthésie et consiste en une excision du tissu cervical sous forme de cône. La conisation est nécessaire pour évaluer la profondeur de pénétration de la tumeur dans les tissus sous-jacents. Selon les résultats de la biopsie, les médecins déterminent le stade de la maladie, sur lequel reposent les tactiques de traitement.

Après avoir analysé les données cliniques et les résultats de diagnostics supplémentaires, le médecin devrait recevoir une réponse aux questions suivantes:

  • Le patient a-t-il une tumeur maligne?
  • Quelle est la structure morphologique du cancer et sa prévalence dans le stroma?
  • s'il n'y a pas de signes fiables d'une tumeur, les modifications détectées sont-elles précancéreuses;
  • Existe-t-il suffisamment de données pour exclure la maladie?

Pour déterminer la prévalence d'une tumeur sur d'autres organes, des méthodes de reconnaissance de la maladie par rayonnement sont utilisées: échographie et tomographie.

Le cancer du col utérin est-il vu à l'échographie?

Vous pouvez détecter une tumeur qui s'est propagée dans son épaisseur ou dans le mur des organes environnants. Pour le diagnostic de l'éducation à un stade précoce, cette étude n'est pas menée. En échographie, en plus des modifications de l'organe lui-même, une lésion des ganglions lymphatiques pelviens est observée. Ceci est important pour déterminer le stade de la maladie.

En utilisant la tomodensitométrie ou l'IRM, il est possible d'évaluer le degré d'invasion de la tumeur dans les tissus environnants et l'état des ganglions lymphatiques. Ces méthodes ont une plus grande valeur diagnostique que les ultrasons.

En outre, des études prescrites visant à identifier les métastases à distance:

  • radiographie des poumons;
  • urographie excrétrice;
  • la cystoscopie;
  • la rectoscopie;
  • lymphographie;
  • scintigraphie osseuse.

En fonction des symptômes, le patient est référé pour consultation à un ou plusieurs spécialistes:

  • cardiologue;
  • gastroentérologue;
  • neurochirurgien;
  • chirurgien thoracique;
  • endocrinologue.

Les médecins de ces spécialités détectent les métastases dans des organes distants et déterminent également la sécurité du traitement chirurgical.

Classification

Pour que le traitement soit le plus efficace possible, le médecin doit déterminer la prévalence de la tumeur, le degré d'endommagement des ganglions lymphatiques et des organes distants. À cette fin, deux classifications sont utilisées, se répétant en grande partie: d’après le système TNM ("tumeur - ganglions lymphatiques - métastases") et FIGO (développée par la Fédération internationale des obstétriciens - gynécologues).

Les catégories de système TNM comprennent:

  • T - description de la tumeur;
  • Les ganglions lymphatiques N0 - régionaux ne sont pas impliqués, les métastases N1 dans les ganglions lymphatiques pelviens;
  • M0 - il n'y a pas de métastases dans d'autres organes, M1 - il y a des foyers tumoraux dans des organes distants.

Cas où les données de diagnostic ne suffisent pas, indiquez Tx; si la tumeur n'est pas détectée - T0. Le carcinome in situ, ou cancer non invasif, sera appelé Tis, ce qui correspond au stade 0 de la FIGO.

Il y a 4 stades de cancer du col utérin

Le cancer au stade 1 de la FIGO s'accompagne de l'apparition d'un processus pathologique uniquement dans le col utérin. Il peut y avoir de telles options de défaite:

  • cancer invasif, déterminé uniquement au microscope (T1a ou IA): profondeur de pénétration jusqu'à 3 mm (T1a1 ou IA1) ou 3-5 mm (T1a2 ou IA2); si la profondeur d'invasion est supérieure à 5 mm, la tumeur est appelée T1b ou IB;
  • tumeur visible lors d'un examen externe (T1b ou IB): taille inférieure à 4 cm (T1b1 ou IB1) ​​ou supérieure à 4 cm (T1b2 ou IB2).

L'étape 2 est accompagnée de la propagation de la tumeur dans l'utérus:

  • sans germination du tissu circulatoire, ni du paramètre (T2a ou IIA);
  • avec la germination du paramètre (T2b ou IIB).

Le cancer de stade 3 est accompagné de la croissance de cellules malignes dans le tiers inférieur du vagin, des parois du pelvis ou de lésions rénales:

  • avec des dommages à la partie inférieure du vagin (T3a ou IIIA);
  • impliquant les parois du bassin et / ou des lésions rénales conduisant à une hydronéphrose ou à un rein non fonctionnel (T3b ou IIIB).

L'étape 4 est accompagnée de lésions d'autres organes:

  • lésions du système urinaire, des intestins ou sortie d'une tumeur au-delà du pelvis (T4A ou IVA);
  • avec métastases dans d'autres organes (M1 ou IVB).

Pour déterminer la prévalence des ganglions lymphatiques, il est nécessaire d'étudier 10 ganglions lymphatiques ou plus du pelvis.

Les stades de la maladie sont déterminés cliniquement sur la base d'une colposcopie, d'une biopsie et d'un examen d'organes distants. Des méthodes telles que la TDM, l'IRM, la TEP ou la lymphographie pour déterminer le stade n'ont qu'une signification supplémentaire. Si la mise en scène a des doutes, la tumeur est référée à la phase la plus douce.

Méthodes de traitement

Chez les patients présentant un stade précoce de la tumeur, le traitement du cancer du col utérin est réalisé par radiothérapie ou par chirurgie. L'efficacité des deux méthodes est la même. Chez les patientes jeunes, il est préférable de procéder à une opération après laquelle la fonction des ovaires et de l'utérus n'est plus perturbée, aucune atrophie de la membrane muqueuse, une grossesse et un accouchement possibles.

Il existe plusieurs options pour traiter le cancer du col utérin:

  • seule opération;
  • une combinaison de rayonnement et une méthode chirurgicale;
  • radiothérapie radicale.

Intervention chirurgicale

L'enlèvement de l'utérus et des appendices peut être effectué par laparoscopie. La méthode permet d’éviter les incisions étendues, les traumatismes des organes internes et la formation d’adhésions. La durée de l'hospitalisation avec une intervention laparoscopique est beaucoup moins longue qu'avec une intervention chirurgicale traditionnelle et est de 3 à 5 jours. En outre, peut être effectué vagin en plastique.

Radiothérapie

La radiothérapie du cancer du col utérin peut être réalisée avant l'intervention chirurgicale en utilisant une procédure accélérée afin de réduire la taille de la tumeur et de faciliter son élimination. Dans de nombreux cas, la chirurgie est effectuée en premier, puis les tissus sont irradiés pour détruire les cellules malignes restantes.

Si l'opération est contre-indiquée, utilisez une combinaison de radiothérapie à distance et intracavitaire.

Conséquences de la radiothérapie:

  • atrophie (amincissement et sécheresse) de la muqueuse vaginale;
  • infertilité due à des lésions concomitantes des ovaires;
  • en raison de l'inhibition de l'activité hormonale des glandes sexuelles plusieurs mois après l'irradiation, la ménopause est possible;
  • dans les cas graves, la formation de messages entre le vagin et les organes adjacents est possible. L'urine ou les matières fécales peuvent être excrétés par la fistule. Dans ce cas, effectuez une opération pour restaurer la paroi vaginale.

Le programme de traitement est développé individuellement, en tenant compte du stade et de la taille de la tumeur, de l'état général de la femme, des lésions des ganglions lymphatiques pelviens et d'autres facteurs.

Chimiothérapie

Souvent utilisée chimiothérapie adjuvante (postopératoire) avec fluorouracile et / ou cisplatine. Une chimiothérapie peut être prescrite avant une intervention chirurgicale pour réduire la taille de la tumeur. Dans certains cas, la chimiothérapie est utilisée comme méthode de traitement indépendante.

Méthodes modernes de traitement:

  • thérapie ciblée avec l'utilisation d'agents biologiques; ces médicaments s'accumulent dans les cellules tumorales et les détruisent sans endommager les tissus sains;
  • traitement antiviral intravaginal;
  • traitement photodynamique: un médicament photosensible est injecté dans la tumeur, avec exposition ultérieure au laser, les cellules tumorales se désintègrent;
  • La thérapie IMRT est une exposition à un rayonnement d'intensité modulée qui permet d'obtenir un effet net sur une tumeur sans endommager les cellules saines.
  • curiethérapie - introduction d’une source de rayonnement à proximité immédiate du foyer de la tumeur.

Pouvoir

À la maison, le patient doit adhérer à un certain régime. Les repas doivent être complets et variés. Bien sûr, le régime ne peut pas vaincre le cancer. Cependant, les effets bénéfiques des produits suivants ne sont pas exclus:

  • les carottes, riches en antioxydants végétaux et en caroténoïdes;
  • les betteraves;
  • thé vert;
  • curcuma

Variété utile de fruits et légumes, ainsi que de poissons de mer. Il n'est pas recommandé d'utiliser de tels produits:

  • glucides raffinés, sucre, chocolat, boissons gazeuses;
  • aliments en conserve;
  • les épices;
  • aliments gras et frits;
  • alcool

Cependant, il faut comprendre qu’aux 3 ou 4 stades du cancer, l’espérance de vie des patients est souvent limitée et que la variété des aliments les aide à améliorer leur état psychologique.

Période de rééducation

La récupération après traitement comprend l'expansion progressive de l'activité motrice. Le bandage élastique de la jambe est utilisé pour prévenir la thrombose veineuse. Après la chirurgie, des exercices de respiration sont montrés.

Le soutien des proches est important. Beaucoup de femmes ont besoin de l'aide d'un psychologue médical. Après avoir consulté un médecin, vous pouvez utiliser certains frais de phytothérapie, mais de nombreux experts se méfient de cette méthode de traitement, car la sécurité des herbes pour le cancer n’a pas été étudiée dans la pratique.

La santé de la femme est généralement rétablie dans l’année. Pendant cette période, il est très important d’éviter les infections, le stress physique et émotionnel.

Caractéristiques du traitement du cancer du col utérin, en fonction du stade

Cancer non invasif

Cancer non invasif - indication pour la conisation du col utérin. Il peut être réalisé avec un scalpel, ainsi qu'avec de l'électricité, un laser ou des ondes radio. Au cours de l'intervention, les tissus altérés du col de l'utérus sont prélevés sous la forme d'un cône dirigé vers le haut, en direction de l'os interne de l'utérus. Le matériau résultant est soigneusement examiné pour assurer l'élimination complète d'une petite lésion maligne.

La trachelectomie est un autre type de chirurgie. Il s’agit du retrait du cou, de la partie adjacente du vagin et du tissu adipeux, des ganglions lymphatiques pelviens. Une telle intervention aide à préserver la capacité à avoir des enfants.

Si la tumeur s'est propagée dans le canal cervical jusqu'au pharynx interne et / ou chez les patients âgés, il est préférable de retirer l'utérus et ses appendices. Cela peut considérablement améliorer le pronostic à vie.

Dans de rares cas, en raison d'une maladie grave, toute intervention chirurgicale est contre-indiquée. Ensuite, la radiothérapie intracavitaire, c'est-à-dire le rayonnement d'une source insérée dans le vagin, est utilisée pour le traitement du carcinome in situ.

Stade I

Au stade du cancer IA, lorsque la profondeur de germination dans le tissu sous-jacent est inférieure à 3 mm et que le patient souhaite ardemment maintenir la capacité de procréer, le cou est également conisé. Dans d'autres cas, les patientes avant la ménopause retirent l'utérus sans appendices afin de maintenir le niveau hormonal naturel. Les femmes âgées présentent une extirpation de l'utérus et de ses appendices.

Au cours de l'intervention, les ganglions lymphatiques pelviens sont examinés. Dans la plupart des cas, ils ne sont pas supprimés. Chez 10% des patients, des métastases dans les ganglions lymphatiques du pelvis sont notées, puis elles sont éliminées.

Avec une profondeur de pénétration de la tumeur de 3 à 5 mm, le risque de se propager aux ganglions lymphatiques augmente considérablement. Dans ce cas, l'ablation de l'utérus, des appendices et des ganglions lymphatiques (lymphadénectomie) est indiquée. La même opération est réalisée avec une invasion en profondeur des cellules cancéreuses et également si une tumeur réapparaît après la conisation.

Le traitement chirurgical est complété par une radiothérapie intracavitaire. Si la profondeur de germination est supérieure à 3 mm, une combinaison d'irradiation intracavitaire et distante est utilisée. La radiothérapie intensive est également effectuée lorsqu'il est impossible d'effectuer l'opération.

Tumeurs des stades IB-IIA et IIB-IVA

En cas de tumeur de stade IB-IIA atteignant 6 cm, l'extirpation de l'utérus, des appendices et des ganglions lymphatiques ou une radiothérapie intensive est effectuée. En utilisant chacune de ces méthodes, le pronostic de survie à 5 ans pour le cancer du col utérin atteint 90%. Pour un adénocarcinome ou une tumeur de plus de 6 cm, une intervention chirurgicale et radiologique est combinée.

Les stades Cancer IIB-IVA ne sont généralement pas traités chirurgicalement. Cependant, dans de nombreux cas, le stade de la tumeur ne peut être établi que pendant l'opération. En même temps, l'utérus, les appendices, les ganglions lymphatiques pelviens sont enlevés et la radiothérapie postopératoire est prescrite.

Une autre option thérapeutique consiste à prescrire d'abord une irradiation, une curiethérapie (introduction d'une source de radiation dans les tissus du col utérin) et une chimiothérapie. Si un effet positif est obtenu, une chirurgie de Wertheim est réalisée pour le cancer du col utérin (ablation de l'utérus, des appendices et des ganglions lymphatiques). Ensuite, la radiothérapie est reprise. Pour améliorer l'état du patient, un déplacement préalable (transposition) des ovaires est possible. Ensuite, ils ne sont pas exposés aux effets nocifs des radiations et conservent la capacité de produire des hormones sexuelles.

La rechute de la maladie survient généralement dans les 2 ans suivant la chirurgie.

Stade IVB

Si le patient a des métastases à distance, aucune des opérations ne conduit à une amélioration significative de la qualité de vie et du pronostic. La radiothérapie est prescrite pour réduire la taille du foyer tumoral et éliminer la compression des uretères. En cas de récidive du cancer, en particulier si la lésion nouvellement apparue a une petite taille, une irradiation intensive permet d’atteindre une espérance de vie de 40 à 50% dans les 5 ans.

Stades IIB-IVB

Dans ces cas, une chimiothérapie peut être prescrite après irradiation. Dans la 4ème étape, son efficacité a été peu étudiée. La chimiothérapie est utilisée comme méthode expérimentale de traitement. Combien de patients vivent avec des métastases à distance? Après le diagnostic, l'espérance de vie est en moyenne de 7 mois.

Traitement pendant la grossesse

Si le cancer du col utérin est diagnostiqué chez une femme pendant la grossesse, le traitement est déterminé par le stade du néoplasme.

Au stade 0 du premier trimestre, la grossesse est interrompue et le col est réalisé. Si une tumeur est retrouvée dans le trimestre II ou III, la femme est examinée régulièrement et 3 mois après la naissance, elle est conisée. Dans ce cas, la radiochirurgie est souvent utilisée par les appareils Surgitron ou Vizalius. Ceci est une méthode de traitement douce.

Si un cancer de stade 1 est diagnostiqué pendant la grossesse, il existe 2 options: une interruption de grossesse, l'ablation de l'utérus et de ses appendices ou une gestation suivie d'une intervention chirurgicale et d'une radiothérapie conformément au schéma standard. Avec 2 et plus stades sévères dans les trimestres I et II, la grossesse est interrompue, dans III - la césarienne est effectuée. Commencez ensuite le traitement standard.

Si la patiente a subi un traitement préservant les organes, elle est autorisée à tomber enceinte 2 ans après la fin du traitement. L'accouchement se fait uniquement par césarienne. Après la maladie, l'incidence de fausse couche, de naissance prématurée et de mortalité périnatale chez les enfants augmente.

Pronostic et prévention

Une tumeur cervicale maligne est une maladie grave, mais si elle est diagnostiquée tôt, elle peut être guérie avec succès. Au stade 1, le taux de survie sur cinq ans est de 78%, au deuxième stade - 57%, au troisième stade - 31%, au quatrième stade - 7,8%. Le taux de survie global pour cinq ans est de 55%.

Après le traitement, les patients doivent être surveillés régulièrement par un gynécologue. Au cours des deux premières années, une analyse du CCS, une échographie et, si nécessaire, une tomodensitométrie est effectuée une fois par trimestre, sur une période de trois ans - une fois par semestre. La radiographie des poumons est effectuée 2 fois par an.

Compte tenu de la grande importance sociale de la maladie et du mauvais pronostic dans les cas avancés, la prévention du cancer du col utérin est très importante. Ne négligez pas les visites annuelles chez le gynécologue, car ils peuvent sauver la santé et la vie d'une femme.

  1. Observation régulière par un gynécologue, de 18 à 20 ans, avec dépistage cytologique obligatoire.
  2. Diagnostic précoce et traitement de la maladie cervicale.

L'incidence de la maladie est progressivement réduite. Cependant, une augmentation marquée de l'incidence chez les femmes de moins de 29 ans. Cela est dû en grande partie à la connaissance limitée des femmes sur les facteurs de risque de la maladie. Afin de réduire le risque de pathologie précancéreuse, il convient d'éviter le début précoce de la vie sexuelle et les infections transmises par contact sexuel. La contraception barrière (préservatifs) aide à réduire de manière significative, sans toutefois éliminer, la probabilité d’infection par le papillomavirus.

Afin de développer une immunité contre le virus, une vaccination contre le VPH est présentée, qui prévient les maladies précancéreuses et cancéreuses du col de l'utérus, ainsi que les verrues génitales.

A Propos De Nous

Article précédent: Cancer de l'utérusMalgré le fait que, dans les conditions modernes, la médecine traditionnelle a obtenu un succès sans précédent dans le traitement du cancer du col utérin, chaque femme accepte ce diagnostic avec crainte et désespoir.