Adénome hypophysaire du cerveau - symptômes. Traitement et chirurgie pour enlever l'adénome hypophysaire chez les femmes et les hommes

De nombreuses maladies sont détectées par hasard lors de l'examen pour d'autres raisons. L'adénome hypophysaire est l'une de ces maladies. Il s’agit d’une éducation bénigne diagnostiquée chez une personne sur cinq. Si la maladie est dangereuse, si elle peut être maligne - ces questions se posent chez les patients atteints de ce problème.

Qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire du cerveau?

L'hypophyse, petite mais très importante pour notre corps, est située dans la partie inférieure du cerveau, dans la poche osseuse de l'os crânien, appelée "selle turque". C'est un appendice cérébral de forme arrondie, qui est l'organe dominant du système endocrinien. Il est responsable de la synthèse de nombreuses hormones importantes:

  • la thyrotropine;
  • l'hormone de croissance;
  • la gonadotrophine;
  • vasopressine ou hormone antidiurétique;
  • ACTH (hormone corticotrope).

Une tumeur dans l'hypophyse (code «Néoplasmes» de la CIM-10) n'est pas entièrement comprise. Sous l’hypothèse des médecins, il peut être formé à partir de cellules d’une hypophyse en raison du transfert:

  • neuroinfections;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • intoxication chronique;
  • effets des rayonnements ionisants.

Bien que, dans ce type d'adénomes, n'observent pas de signes de malignité, ils sont capables de comprimer les structures cérébrales entourant la glande pituitaire à mesure qu'ils augmentent mécaniquement. Cela implique une déficience visuelle, des maladies endocriniennes et neurologiques, une formation kystique, une apoplexie (hémorragie dans le néoplasme). L'adénome du cerveau en relation avec l'hypophyse peut se développer dans l'emplacement local de la glande et aller au-delà de la "selle turque". D'où la classification des adénomes selon la nature de la distribution:

  • Adénome endosellaire - à l'intérieur de la poche osseuse.
  • Adénome endoinfrassellaire - la croissance se fait dans une direction descendante.
  • Adénome endosuprasellaire - la croissance se fait vers le haut.
  • Adénome endolaterocellulaire - la tumeur se propage à gauche et à droite.
  • Adénome mixte - l'emplacement sur la diagonale dans n'importe quelle direction.

Les microadénomes et les macroadénomes sont classés par taille. Dans 40% des cas, l'adénome peut être inactif sur le plan hormonal et dans 60% des cas, sur le plan hormonal. Les formations hormonalement actives sont:

  • gonadotropinome, à la suite de laquelle les hormones gonadotropes sont produites en excès. Les gonadotropinomes ne sont pas détectés de manière symptomatique;
  • thyrotropinomoy - dans l'hypophyse est une hormone stimulant la thyroïde synthétisée qui contrôle le fonctionnement de la glande thyroïde. Avec une haute teneur en hormone, le métabolisme s'accélère, perte de poids rapide et incontrôlée, nervosité. Thyrotropinome - un type rare de tumeur qui provoque une thyrotoxicose;
  • corticotropinome - l'hormone corticotrope est responsable de la production de glucocorticoïdes dans les glandes surrénales. Les corticotropinomes peuvent devenir malins;
  • Hormone de croissance - Une hormone somatotrope est produite, qui affecte la dégradation des graisses, la synthèse des protéines, la production de glucose et la croissance corporelle. Avec un excès d'hormone, une sudation sévère, une pression, une fonction cardiaque altérée, une courbure de la morsure, une augmentation des pieds et des mains, un grossissement des traits du visage;
  • prolactinome - synthèse de l'hormone responsable de la lactation chez la femme. Ils sont classés en fonction de leur taille (dans le sens d’une augmentation du taux de prolactine): adénopathie, microprolactinome (jusqu’à 10 mm), kyste et macroprolactinome (plus de 10 mm);
  • L’adénome à ACTH (basophile) active la fonction surrénalienne et la production de cortisol, dont une quantité excessive provoque le syndrome de Cushing (symptômes: dépôt de graisse dans le haut de l’abdomen et le dos, poitrine, pression accrue, atrophie musculaire, vergetures sur la peau, ecchymoses, visage en lune);

Adénome hypophysaire chez les hommes

Les statistiques montrent que la maladie affecte chaque dixième membre du sexe fort. L'adénome de l'hypophyse chez les hommes peut ne pas apparaître pendant une longue période, les symptômes ne sont pas prononcés. Très dangereux pour le prolactinome masculin. L'hypogonadisme se développe en raison d'une diminution de la testostérone, de l'impuissance, de la stérilité, d'une diminution du désir sexuel, d'une augmentation des glandes mammaires (gynécomastie) et de la perte de cheveux.

Adénome hypophysaire chez les femmes

Une tumeur de l'hypophyse peut se former chez 20% des femmes d'âge moyen. Dans la plupart des cas, la maladie est léthargique. Les prolactinomes représentent la moitié des cas de tumeurs hypophysaires. Pour les femmes, il se heurte à une violation du cycle menstruel, au développement de l'infertilité, de la galactorrhée, de l'aménorrhée, de l'acné, de la séborrhée, de l'hypertrichose, de l'obésité modérée, de l'anorgasmie.

Il n'est pas nécessaire de parler de causes héréditaires, mais il a été noté que 25% de l'incidence d'adénome était due à une néoplasie endocrinienne multiple du second type. Certaines causes de la formation d'une tumeur dans l'hypophyse ne sont propres qu'aux femmes. L'adénome hypophysaire chez la femme peut apparaître après une interruption artificielle de la grossesse ou une fausse couche, ainsi qu'après des grossesses répétées. Les raisons de l'apparition d'une tumeur hypophysaire n'ont pas été établies avec certitude, mais les suivantes peuvent provoquer une croissance de la formation

  • maladies infectieuses affectant le système nerveux;
  • blessures à la tête;
  • utilisation à long terme de contraceptifs.

Adénome hypophysaire chez les enfants

Si un adénome hypophysaire est considéré chez l'enfant, c'est principalement la somatotrophine (production de GH), à la suite de laquelle se développe le gigantisme chez l'enfant (modification des proportions squelettiques), diabète sucré, obésité, goitre diffus. La prudence devrait être, si l'enfant a remarqué:

  • hirsutisme - pilosité excessive sur le visage et le corps;
  • hyperhidrose - transpiration;
  • peau grasse;
  • verrues, papillomes, naevus;
  • symptômes de polyneuropathie accompagnés de douleur, paresthésies, faible sensibilité des membres.

Signes d'adénome hypophysaire

Le type actif de tumeur hypophysaire se manifeste par une déficience visuelle, une vision double, une perte de vision périphérique et des maux de tête. La perte complète de la vision menace lorsque la taille de l’éducation est de 1 à 2 cm.Pour les adénomes de grande taille se caractérisent par des symptômes d’hypopituitarisme:

  • diminution du désir sexuel;
  • fatigue, hypogonadisme;
  • la faiblesse;
  • gain de poids;
  • la dépression;
  • intolérance au froid;
  • peau sèche;
  • mal de tête;
  • des vertiges;
  • des nausées;
  • manque d'appétit.

Les symptômes de l’adénome hypophysaire sont souvent similaires à ceux d’autres maladies. Vous n’avez donc pas besoin d’être trop méfiant. Lisez-en davantage sur les symptômes, comparez-les à vos plaintes et mettez-vous dans un état stressant. Quelle que soit la maladie, la certitude et la précision sont importantes. Si vous soupçonnez, consultez votre médecin pour un examen complet de votre maladie et si nécessaire un traitement.

Diagnostic de l'adénome hypophysaire

Les adénomes de l'hypophyse antérieure sont diagnostiqués en identifiant un groupe de symptômes (triade de Hirsh):

  1. Syndrome d'échange endocrinien.
  2. Syndrome neurologique ophtalmique.
  3. Déviations par rapport à la norme "selle turque", visibles sur le plan radiographique.

Le diagnostic de l'adénome hypophysaire est effectué en utilisant les niveaux de vérification suivants:

  1. Signes cliniques et biochimiques caractéristiques des adénomes à activité hormonale: acromégalie, gigantisme chez l'enfant, maladie d'Itsenko-Cushing.
  2. Données de neuroimagerie et résultats opérationnels: localisation, taille, invasion, profil de croissance, hétérogénéité pituitaire, structures et tissus hétérogènes environnants. Cette information est d'une grande importance lors du choix d'un traitement et de la prévision ultérieure.
  3. Examen microscopique, obtenu par biopsie, matériau - diagnostic différentiel entre adénome hypophysaire et formations non hypophysaires (hyperplasie hypophysaire, hypophysite).
  4. Etude immunohistochimique du néoplasme.
  5. Etudes moléculaires biologiques et génétiques.
  6. Microscopie électronique.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Dans la pratique médicale, le traitement de l'adénome de l'hypophyse du cerveau est effectué par des méthodes conservatrices (médicamenteuses), chirurgicales et avec l'aide de la radiochirurgie, de la radiothérapie à distance, de la protonthérapie et de la gamma-thérapie. La méthode médicamenteuse comprend l’utilisation de la bromocriptine (un antagoniste de la prolactine normalisant le niveau des hormones de la prolactine sans perturber sa synthèse), du dostex et d’autres analogues. La pharmacothérapie ne peut pas toujours vaincre la maladie, mais elle facilite parfois la tâche du chirurgien et augmente les chances de guérison.

La radiochirurgie stéréotaxique est une méthode non invasive de traitement qui consiste à irradier une tumeur avec un faisceau de radiations provenant de différents côtés. L'effet du rayonnement sur cette méthode sur d'autres tissus glandulaires est minime. Il est commode de traiter une tumeur par irradiation, car l'hospitalisation, l'anesthésie et la préparation ne sont pas nécessaires. Si on détecte un adénome qui ne synthétise pas les hormones et ne montre aucun symptôme, on observe le patient: dans le cas d'un microadénome, la tomographie est réalisée tous les deux ans; dans le cas d'un macroadénome, il est recommandé de vérifier l'état tous les six mois ou tous les ans.

Ablation de l'adénome hypophysaire

Méthode de traitement chirurgical moderne - élimination de l'adénome hypophysaire transnasal (par le nez). Cette opération est peu invasive, en introduisant un endoscope, est efficace pour les microadénomes. Si la formation présente une croissance extracellulaire prononcée, des interventions transcrâniennes sont utilisées. La contre-indication à la chirurgie est l'âge et l'âge enfantin, la grossesse. Dans ces cas, une autre méthode de traitement est sélectionnée. Un traitement chirurgical transcrânien peut avoir plusieurs effets:

  • insuffisance rénale;
  • circulation sanguine altérée dans le cerveau;
  • dysfonctionnement des organes génitaux;
  • vision floue;
  • lésions des tissus glandulaires sains;
  • liquorrhea;
  • inflammation et infection.

La méthode transnasale de retrait de l'adénome est moins traumatique et les effets indésirables sont minimisés. Après l'opération, le patient passe jusqu'à trois jours à l'hôpital, sous observation, si le retrait de l'adénome s'est passé sans complications. Ensuite, le convalescent se voit prescrire des mesures de rééducation afin d’éliminer ensuite les rechutes.

Traitement des remèdes populaires hypophysaires adénomes

Ayant appris le diagnostic déplaisant, il est courant pour une personne de le nier et de rechercher des méthodes de traitement économes - des remèdes populaires. Du point de vue de la médecine traditionnelle, le traitement de l'adénome hypophysaire par des remèdes populaires est très douteux. Certains effets peuvent peut-être être obtenus, mais les dons de la nature ne pourront pas corriger les perturbations de l'organisme causées par les déséquilibres hormonaux. Retarder le traitement par des méthodes indépendantes peut être proche de la mort, en particulier si un adénome corticotrope est éventuellement retrouvé.

En plus du traitement principal, des herbes peuvent être prises, mais après avoir consulté un médecin. En outre, il faut tenir compte du fait que certaines plantes, par exemple la pruche, sont très toxiques et doivent être utilisées avec une mesure précise, faute de quoi les conséquences pourraient être tristes. Parmi les remèdes populaires efficaces sont:

  • teinture de klopovnik 10% pour l'alcool;
  • un mélange de gingembre moulu, de graines de citrouille, de graines de sésame, d'herbes d'onagre, de miel;
  • infusion de pruche à l'huile (égouttement dans le nez), pour boire de la teinture d'alcool;
  • chaga;
  • Highlander;
  • mélisse;
  • plantain;
  • la valériane;
  • fruits de cendre de montagne;
  • sauge, calendula, camomille.

Vidéo: tumeur hypophysaire

Les informations présentées dans l'article sont à titre informatif seulement. Les matériaux de l'article n'appellent pas d'auto-traitement. Seul un médecin qualifié peut diagnostiquer et conseiller un traitement en fonction des caractéristiques individuelles d'un patient particulier.

Adénome hypophysaire du cerveau

L’une des glandes les plus importantes du corps humain est l’hypophyse, qui régule le travail des autres glandes, de la thyroïde et de la glande surrénale, et participe également au travail du système reproducteur. L'hypophyse est située à la base du cerveau et sécrète diverses hormones qui, d'une manière ou d'une autre, régulent l'activité du système des organes humains. Parmi celles-ci figurent l'hormone stimulant la thyroïde, l'hormone de croissance, les hormones adrénocorticotropes, la prolactine, les hormones folliculo-stimulantes et lutéinisantes. Il est difficile de surestimer l’importance de ces hormones dans la vie d’une personne: l’échec de l’une d’entre elles entraîne des conséquences graves. À côté de l'hypophyse se trouvent les artères carotides, les nerfs optiques et d'autres structures.

Parmi les maladies de la glande pituitaire se trouve l'adénome le plus commun - une tumeur bénigne. Vingt pour cent des cas de tumeurs cérébrales sur cent surviennent dans un adénome hypophysaire d'un degré ou d'un autre. Il survient le plus souvent chez les personnes âgées de plus de trente ans. Selon la taille de la tumeur, des microadénomes (moins d'un centimètre) et des macroadénomes (plus d'un centimètre) sont isolés. Un néoplasme est formé le plus souvent du tissu glandulaire de la glande pituitaire, qui forme le lobe antérieur de la glande.

Selon leur comportement, les adénomes sont divisés en actifs hormonaux (environ soixante pour cent de tous les adénomes) et hormonalement inactifs (environ quarante pour cent de tous les adénomes). Ils ont des effets différents sur l'hypophyse et provoquent divers échecs, donnent des symptômes différents.

Symptômes et signes

La symptomatologie dépend du type d'adénome formé et, s'il est hormonalement actif, de la quantité d'hormone produite en excès. Pour les symptômes, la croissance et la taille de la tumeur sont importantes. Les adénomes Ozlokachestvleniya sont extrêmement rares. Lorsqu'un adénome hypophysaire apparaît, la vie normale d'une personne change. Le patient présente des symptômes qui, s’ils sont mal diagnostiqués, peuvent évoluer en complications persistantes. Ainsi, chez les patients présentant un adénome hypophysaire hormonalement inactif, des maux de tête persistants sont constatés, la vision se détériore (la vision latérale en souffre, puis la cécité peut également se développer) à la suite de la compression du nerf optique. En outre, l'adénome provoque une fatigue persistante, une fatigue corporelle. Cela peut également affecter la région génitale - chez les hommes, l'attirance sexuelle diminue et chez la femme, le cycle menstruel est perturbé, des saignements utérins spontanés peuvent survenir, non associés aux menstruations.

Si l'adénome est hormonalement actif, des complications surviennent en fonction de l'hormone excédentaire. Par exemple, avec une libération accrue d'hormone corticotrope, la maladie de Itsenko-Cushing peut se développer. Le patient gagne un excès de poids, sa tension artérielle augmente, le diabète peut survenir, il y a une surcharge pondérale, une faiblesse des os, leur tendance à la rupture, à la décalcification. Si l'hormone de croissance est produite de manière excessive, les mains et les pieds de la personne deviennent sensiblement plus longs, il y a violation du cœur et la pression augmente. Une hyperthyroïdie se produit lorsque la production d'hormone stimulant la thyroïde augmente.

Raisons

À ce jour, il est impossible d'identifier la cause exacte de l'adénome hypophysaire. Cela dépend peut-être de l'impact de l'organisme maternel sur le fœtus au stade de développement intra-utérin (facteurs indésirables, tabagisme, consommation de drogue ou d'alcool). Il existe un risque élevé de développer un adénome hypophysaire après une lésion cérébrale (particulièrement à l'arrière de la tête). La renaissance du tissu hypophysaire peut être déclenchée par la progression de processus infectieux conduisant à la formation d'adénomes.

Des études médicales récentes ont identifié l'utilisation à long terme de contraceptifs oraux comme l'un des facteurs prédisposant au développement d'un adénome.

Diagnostics

Sur la base des plaintes du patient, un neurochirurgien et un endocrinologue seront examinés. Pour établir un diagnostic précis, un certain nombre d'études sont réalisées - radiographie du crâne, tomographie par ordinateur et imagerie par résonance magnétique, analyse de sang pour les niveaux d'hormones.

Traitement

En ce qui concerne le traitement de l'adénome, il est utile de comprendre qu'il est nécessaire d'influencer simultanément le problème principal - l'adénome et l'effet sur les effets secondaires de l'adénome, l'élimination des symptômes négatifs. L'approche médicamenteuse est basée sur l'utilisation de préparations analogues de la somatotropine, d'inhibiteurs du récepteur de la somatotropine et d'agonistes de la dopamine.

Aujourd'hui, il existe plusieurs options pour le traitement chirurgical de l'adénome: l'intervention neurochirurgicale et l'utilisation de techniques de radiothérapie.

La neurochirurgie est réalisée par différents accès au champ chirurgical. Avec un accès plus bas, il est possible de pénétrer la glande pituitaire par le nez. Avec l'accès supérieur, une craniotomie est nécessaire - accès à travers le crâne. Il y a quelques décennies, de telles opérations n'étaient effectuées que par le haut de l'accès, au cours des quinze dernières années, l'accès préférentiel était le plus bas. L'intervention chirurgicale est réalisée par les narines, ainsi que par l'un des sinus paranasaux. Pour effectuer les manipulations, un microscope avec une source de lumière puissante est utilisé, ce qui permet de bien visualiser toutes les nuances lorsqu'il est grossi jusqu'à vingt fois. Le chirurgien utilise également des outils spéciaux capables de pénétrer dans la glande pituitaire. Afin de déterminer l'emplacement exact de la tumeur, le patient est sous le contrôle d'un équipement spécial.

Avant l'opération, un électrocardiogramme, une radiographie pulmonaire, une IRM de la tête, un test sanguin et une surveillance du taux d'hormones sont effectués.

L'opération commence par l'introduction de l'anesthésie générale. Le patient ne ressent rien pendant l'intervention, ses muscles sont relâchés. L'anesthésique est le plus souvent administré par voie intraveineuse, l'effet du médicament commence au bout de quelques minutes. Pendant l'opération, le patient subit une intubation trachéale pour la ventilation artificielle des poumons, une sonde est insérée pour le drainage gastrique et un cathéter est inséré dans l'urètre.

L'opération dure généralement jusqu'à deux heures. À la fin de la procédure, le patient est retiré de l'état d'anesthésie et transféré en soins intensifs. Environ 24 heures plus tard, une tamponnade nasale est retirée chez le patient. Cette opération est effectuée pour préserver la forme du nez; le cathéter pour le conduit urinaire est retiré un peu plus tard. À la fin du premier jour, on peut donner de l'eau à la patiente par petites gorgées. Le lendemain, on peut se lever, marcher un peu. En cas de sensations négatives (maux de tête, vertiges, nausées, vomissements) après la chirurgie, vous devez en informer le médecin qui vous prescrira des médicaments. Habituellement, la période de récupération pour une telle opération est courte et les patients ne présentent pas de complications.

Des complications

Des complications peuvent survenir pendant la chirurgie. Habituellement, ils ne constituent pas plus de cinq pour cent de toutes les opérations. Dans le même temps, 4% des cas sont dus à des complications légères, qui sont éliminées pendant la période de rétablissement, mais des complications graves surviennent dans environ 1% des cas. Les complications graves incluent hémorragie, infection, lésions des vaisseaux sanguins et des tissus, troubles de la parole, mémoire, attention.

Vous ne savez pas comment choisir une clinique ou un médecin à des prix raisonnables? Centre d'enregistrement unifié par téléphone au +7 (499) 519-32-84.

Adénome hypophysaire du cerveau

Adénome hypophysaire du cerveau, de quoi s'agit-il?

Cette maladie est difficile à identifier et difficile à diagnostiquer. Certains facteurs de risque peuvent indiquer la probabilité d'une maladie. Ceux-ci incluent les suivants:

  • divers processus infectieux qui se produisent dans le système nerveux;
  • blessures crâniennes;
  • l'impact négatif de certains processus sur le fœtus pendant la grossesse.

Les statistiques montrent que cette tumeur, localisée dans la région intracrânienne, représente environ 15% de toutes les tumeurs cérébrales. Le diagnostic de telles tumeurs a lieu à peu près à la même fréquence, quel que soit le sexe du patient. En ce qui concerne le facteur âge, la maladie est le plus souvent diagnostiquée chez les patients âgés de 30 à 40 ans.
Avant d'examiner de plus près la question de ce qu'est un adénome hypophysaire du cerveau, il est nécessaire de comprendre le concept même de «l'hypophyse» et ce qu'il est. L’hypophyse se situe dans la fosse de la selle turque et se compose de deux lobes - l’antérieur et l’arrière. Dans chaque lobe, un complexe spécial d'hormones est formé et leur insuffisance ou leur redondance peut entraîner de graves mutations dans l'organisme.

Les symptômes de cette maladie se caractérisent par tout un ensemble de manifestations, qui dépendent elles-mêmes des caractéristiques de la tumeur.

Lorsqu'une prolifération anormale de cellules hypophysaires est observée, une tumeur se forme dans la partie antérieure ou postérieure, entraînant des troubles hormonaux. Dans certains cas, les méningiomes se développent. Plus rarement, une lésion de la glande se manifeste par des tumeurs malignes situées dans d'autres régions du cerveau.

Adénome de la tête et ses types

Les adénomes sont classés selon les critères suivants.

  • En taille: il existe des microadénomes dont la taille ne dépasse pas 2 cm, des macroadénomes jusqu'à 4 cm ainsi que des adénomes géants.
  • Selon la localisation par rapport à la selle turque: des adénomes endosellaires se développent le long de la selle turque, des adénomes endoinfrasellaires se développent vers le bas et des adénomes endosuprasellaires se développent à partir de la selle turque et au-delà.
  • En produisant des hormones: il existe des adénomes sécréteurs et non sécréteurs. Le premier produit des hormones, et le second ne l’est pas, à partir duquel elles sont classées comme plus sûres.
  • Selon l'hormone produite: il y a des gonadotropinomes, des prolactinomes et autres.
  • Selon l'histologie: il y a basophile, chromophobe, acidophile et kystique. Cette dernière option est caractérisée par la présence de fluide contenu dans le néoplasme.

L'adénome est le plus souvent détecté à la suite d'une IRM ou d'une tomodensitométrie, qui a été prescrite au patient pour détecter des maladies très différentes. Il convient de noter que la présence d'un adénome hypophysaire n'est pas toujours la raison d'un retrait chirurgical ou de toute autre intervention d'un spécialiste. Par exemple, les microadénomes qui ne produisent pas d'hormones sont totalement sans danger pour le patient. Dans ce cas, il vous suffit de vous soumettre à un examen comportant une tomographie tous les deux ans.

En ce qui concerne l'adénome, qui produit des hormones, un traitement obligatoire est obligatoire, sinon les maladies suivantes peuvent être observées:

  • gigantisme ou acromégalie (élargissement des organes individuels). Le premier défaut est le plus souvent observé chez les enfants et le second chez les adultes;
  • une augmentation des organes génitaux;
  • l'impuissance;
  • infertilité;
  • diabète insipide.

Il est à noter que dans certains cas, la manifestation de l'adénome chez l'homme et la femme peut être différente. Dans ce cas, les symptômes peuvent varier considérablement.

Les adénomes les plus dangereux pour l'homme sont ceux qui germent dans la membrane cérébrale, ce qui entraîne des méningomes et un amincissement de la selle turque. Bien entendu, l'adénome cérébral hypophysaire, dont les symptômes peuvent également différer selon le sexe du patient, est très dangereux. Dans de rares cas, les néoplasmes bénins peuvent se transformer en tumeurs malignes.

La cause des adénomes

Les statistiques montrent que 10% de la population totale a un adénome hypophysaire. Le plus souvent, l'adénome survient chez des patients âgés de 30 à 40 ans, mais il n'existe aucune donnée exacte permettant de savoir qui est le plus susceptible à la maladie. La plupart des experts estiment que les principales causes de l'adénome hypophysaire sont les suivantes:

  • niveau élevé de fond de rayonnement;
  • maladies infectieuses des méninges et du cerveau lui-même;
  • blessures à la tête fermées et ouvertes;
  • exposition active et prolongée aux substances chimiques et autres substances toxiques présentes dans le corps.

En tout cas, les raisons exactes qui provoquent l'apparition de cette maladie, à ce jour, non identifiées.

Les symptômes

Les néoplasmes produisant des hormones provoqueront un travail plus actif de l’organe affecté, de sorte que les symptômes seront les caractères de cet organe. Prolactinome le plus souvent manifesté (chaque deuxième cas d'adénome hypophysaire). On les trouve principalement dans les cas d'infertilité présumée, de manque d'orgasme, de production de lait même pas au moment de nourrir l'enfant, avec également une augmentation des glandes mammaires chez l'homme.

L'hormone de croissance provoque une augmentation des organes individuels du patient: doigts, nez, lèvres, pieds, etc. Si le néoplasme est dans la neurohypophyse, alors le diabète sans diabète survient principalement en raison du prélèvement abondant de liquide dans le corps.

Si la glande pituitaire du cerveau augmente et que la tumeur elle-même est classée dans la catégorie des gigantesques, les symptômes seront exprimés plus clairement. Les symptômes les plus courants sont:

  • mal de tête soudain qui se produit dans le temple et donne aux yeux;
  • forte fatigue;
  • sécheresse accrue de la peau;
  • violation des processus visuels, qui se caractérisent par la bifurcation des images et la perte de champs;
  • Changements d'humeur déraisonnables fréquents et prédisposition à la dépression.

Diagnostics

Si les symptômes ci-dessus sont observés, il est recommandé de consulter immédiatement un spécialiste (endocrinologue). Il désignera une direction pour les tests et vous indiquera comment procéder. Si vous soupçonnez un adénome hypophysaire, le patient devra subir une série d’études supplémentaires. L'option la plus efficace est l'IRM, qui permet à un spécialiste d'obtenir les informations les plus accessibles sur la présence d'une tumeur. Vous pouvez également assigner les études suivantes:

  • Scanner;
  • des tests généraux pour aider à évaluer l'état du patient;
  • un test sanguin pour les niveaux d'hormone;
  • étude des fonctions de l'organe affecté.

Si un patient a un adénome cérébral hypophysaire, ses conséquences peuvent être très différentes et dépendent également des erreurs que le patient commet lui-même:

  • si de petits écarts par rapport à la norme apparaissent, que la tumeur est petite et que la quantité d'hormones est minimalement élargie, la majorité des patients n'y attache pas beaucoup d'importance et n'effectue pas de traitement;
  • très diligemment engagé dans le traitement des problèmes liés à l’utilisation de la médecine traditionnelle. Dans ce cas, le temps nécessaire à un traitement adéquat peut être considérablement réduit ou totalement perdu.

Il faut comprendre que le traitement ne doit être que adéquat et sous la surveillance d'un spécialiste. Il est formellement interdit d'ignorer le problème, car même si la tumeur est très petite, elle continue de croître, ce qui entraînera l'apparition de nouveaux symptômes et de perturbations du travail des autres organes.

Une conséquence grave après un adénome hypophysaire est une hémorragie dans sa cavité. Cela peut entraîner une perte complète de la vision, voire fatale dans certains cas, bien que cela se produise assez rarement.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Le traitement de l'adénome hypophysaire peut être divisé en trois méthodes principales:

  • Traitement médicamenteux. Pour ce faire, utilisez des médicaments spéciaux (Dontinex, Bromkriptin et autres). Leur réception peut s'effectuer à n'importe quel stade de la maladie, et son utilisation peut être à la fois indépendante et associée à d'autres médicaments. Si la tumeur est volumineuse, l'utilisation de tels médicaments la rendra plus petite, ce qui permettra au spécialiste de retirer la tumeur avec succès.
  • Intervention chirurgicale. Cette méthode a certaines limites: elle ne peut pas être appliquée aux enfants et aux patients âgés. Dans le cas des acromégènes, l'intubation pour l'anesthésie est limitée. Une opération peut être effectuée par le nez et son succès dépend en grande partie de l'emplacement de la tumeur. Si son emplacement convient au chirurgien, la tumeur est complètement retirée. Dans certains cas, procéder à une ablation partielle de la tumeur. En cas d'élimination opératoire, les conséquences après l'opération peuvent être très différentes, allant de perturbations des reins à une perte partielle ou totale de la vision en passant par des troubles de la circulation sanguine et des organes génitaux. Il convient de noter que lors de l'ablation chirurgicale d'un adénome hypophysaire du cerveau, l'opération est caractérisée par un niveau de blessure très élevé, ce qui entraîne les conséquences négatives susmentionnées. Il est éliminé de la manière la plus productive en Israël.
  • Radiothérapie C'est une méthode de traitement assez nouvelle en médecine, mais il a déjà réussi à prouver son efficacité pour éliminer cette tumeur et d'autres néoplasmes dans le cerveau. Un faisceau de rayons étroit est utilisé, qui vise précisément la tumeur et agit sur elle de différents côtés. La procédure peut être effectuée en ambulatoire et ne nécessite aucune intervention chirurgicale.

Médecine populaire

Très souvent, les patients, en particulier si l'adénome hypophysaire ne pose pas de danger grave, souhaitent savoir s'il est possible de traiter avec des remèdes populaires. Il est assez difficile de répondre à cette question. De plus, les experts font très attention à cette option de traitement. Cela s'explique par le fait que les patients ont peur des effets secondaires des médicaments et que diverses herbes et infusions sont considérées comme délibérément sûres.

L'utilisation de la médecine traditionnelle est déjà risquée car le traitement n'est pas sous la surveillance d'un spécialiste, mais sur les conseils d'amis et les recommandations d'Internet, qui sont souvent très douteuses. Dans ce cas, les patients peuvent ne pas prendre en compte le dosage correct et les éventuels effets secondaires de ce traitement.

Si vous le souhaitez, vous pouvez prendre des graines de citrouille, du miel, du gingembre et d’autres produits, mais leur utilisation n’est autorisée que sur consultation d’un spécialiste. Vous ne devez pas vous impliquer dans un tel traitement, même si cela produit un effet positif. Dans tous les cas, ce ne sont pas des moyens de corriger les violations déclenchées par la tumeur et de rétablir l'équilibre hormonal.

Projections après la chirurgie

Dans 9 cas sur 10 après l'intervention d'un spécialiste, la maladie est complètement vaincue et le patient guéri. Dans certains cas, pour maintenir l'état général du patient, il doit prendre des médicaments pour le reste de sa vie.

Les situations où la présence et le traitement ultérieur d'une tumeur ont conduit à une invalidité sont assez rares. Cela se produit le plus souvent lorsque le patient ignore le problème, n'utilise que la médecine traditionnelle comme traitement ou demande tardivement l'aide d'un spécialiste. En ce qui concerne la prévention de la maladie, elle n’existe pas, les spécialistes n’ayant pas identifié les causes qui ont conduit à l’émergence d’un adénome hypophysaire.

Quelles sont les causes d'un adénome hypophysaire du cerveau

Les tumeurs cérébrales sont des diagnostics médicaux assez graves. Selon la nature du développement de la pathologie, ils peuvent menacer la vie et la santé du patient.

Mais ils peuvent succomber à un traitement thérapeutique et, avec un contrôle de qualité de la maladie, ils peuvent accompagner le patient pendant des années sans lui causer de graves problèmes.

À propos du corps

L'hypophyse du cerveau est une glande endocrine de contenu structurel complexe, localisée dans la partie sous-corticale de l'organe. Il a une forme arrondie et se trouve sous une protection fiable de la boîte à os de la tête. Il se compose de deux lobes, avec le devant quatre fois le dos.

À propos de la maladie

L'adénome est l'une des manifestations les plus fréquemment diagnostiquées des néoplasmes d'origine bénigne. En règle générale, il se développe dans les tissus glandulaires des organes et est directement lié aux processus hormonaux se produisant dans le corps.

Il appartient au groupe des anomalies endocriniennes. Il n'a pas d'âge limite pour être vaincu. Dans certaines circonstances, il peut se transformer en cancer.

L'adénome hypophysaire est classé en fonction d'un certain nombre d'indicateurs significatifs et de ses caractéristiques qualitatives. Une telle division permet de déterminer le type de maladie et de prescrire un traitement qualitatif de la pathologie.

Une tumeur peut être:

  • hormonalement actif - de telles formations sont sujettes à une croissance rapide et ont une incidence négative sur l'état du fond hormonal;
  • hormonalement inactif - la production de cellules contenant des hormones n'est pas prononcée, la formation est presque latente et peut conserver de petites tailles pendant des années;
  • maligne - dans les tissus de l'anomalie, les processus de mutation cellulaire sont activement lancés, la tumeur acquiert une facette agressive, se développe rapidement et affecte rapidement les régions cérébrales voisines. Forme extrêmement dangereuse de la maladie.

Selon l'importance de la formation des phoques sont classés:

  • microadénomes - extrêmement difficiles à diagnostiquer en raison de leur taille trop petite - leur diamètre varie de quelques millimètres à 2 cm;
  • macroadénomes - la taille de la formation de plus de 2 - 3 cm, souvent accompagnée de symptômes graves, qui est la raison pour laquelle la personne va à la clinique et aide à identifier la maladie.

Hormonalement actif

  • prolactinome - il synthétise la prolactine avec la production de la sécrétion de prolactine;
  • somatropinome - produit activement de la somatotropine. Les ours sont directement responsables de la mise en œuvre des processus de croissance, produisant une hormone;
  • corticotropinome - responsable de la production de la sécrétion adrénocorticotrope;
  • gonadotropinome - produit des hormones gonadotropes, déclenche les processus d'atrophie primaire des tissus affectés de l'organe;
  • tumeurs hormonales du panache - activent l'activité cérébrale, produisent des substances thyrotropes.

Photo: une image du cerveau

Raisons

Les facteurs suivants déclenchent la maladie:

  • infections neurologiques - méningite aiguë, encéphalite sous toutes ses formes, tuberculose chronique, poliomyélite affectant le système nerveux;
  • les maladies sexuellement transmissibles, en particulier la syphilis négligée;
  • toxicité avec des composants chimiques au stade de la grossesse;
  • blessures mécaniques du crâne;
  • hémorragie interne;
  • prédisposition génétique;
  • pathologies de la glande thyroïde, affectant négativement son fonctionnement;
  • sous-développement héréditaire des organes génitaux;
  • la présence dans le corps de processus auto-immuns;
  • traitement incorrect et trop long avec des médicaments contraceptifs oraux qui suppriment l’apparition de l’ovulation et interfèrent avec la reproduction des hormones correspondantes.

A quoi sert la neurosonographie du cerveau chez l'adulte? La réponse est dans cet article.

Les symptômes

Les spécialistes classent les symptômes de la pathologie en neurologiques et endocriniens ophtalmiques.

Le premier groupe comprend les signes suivants:

  • mal de tête - se caractérise par des manifestations sourdes et douloureuses, accompagne presque constamment une personne. Faiblement inhibé par les médicaments à spectre d'action dirigé et augmente son intensité à mesure que la compaction se développe;
  • déficience visuelle - le champ de vision (principalement latéral) est en train de changer. Se produit en raison de la compression des terminaisons nerveuses qui assurent le travail du réflexe visuel. Ces terminaisons sont en dessous de la glande pituitaire. Il en résulte que l'anomalie croissante exerce une pression excessive sur elles;
  • dysfonctionnement oculomoteur - les nerfs responsables de l’expression faciale de l’œil sont serrés, un éclatement d’objets se produit et le strabisme se développe progressivement;
  • congestion nasale - sensation qui ressemble à une affection caractérisée par un écoulement nasal prolongé. Le signe est caractéristique de grandes formations situées dans la zone des sinus ethmoïdaux;
  • évanouissements fréquents - se produisent avec des macroadénomes qui se développent dans la partie supérieure de l'hypophyse et exercent une pression sur l'hypothalamus.
  • une nette diminution de la santé de la glande thyroïde - se manifestant par une faiblesse générale, une fatigabilité rapide du corps, une indifférence face aux actes et événements survenant autour de la personne, une inhibition de la perception mentale;
  • peau sèche - se produit dans le contexte d'une augmentation du poids total du patient, provoquée par un gonflement excessif des tissus mous en raison d'un déséquilibre hormonal;
  • une mauvaise fonctionnalité des reins et des glandes surrénales, souvent une pyélonéphrite - à un stade avancé, entraîne des diagnostics associés - infertilité, échec sexuel chez l'homme et anorgasmie chez la femme;
  • à l'adolescence - retard de croissance, prise de poids et sous-développement physique. Cela est dû au manque d'hormone de croissance et à la violation de l'équilibre hormonal global dans le contexte de l'apparition d'une pathologie responsable de son contenu complet.

Diagnostics

Afin d'identifier ce type d'adénome, les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées:

  • tests hormonaux - comprennent: un test sanguin pour la concentration de prolactine, la quantité d'hormones somatotropes, le niveau d'adrénocortitropine, l'indice de testostérone chez l'homme. En outre, ils effectuent un test hormonal pour la dexaméthasone;
  • L'analyse d'urine révèle: la présence d'électrolytes, les taux de cortisol, l'indicateur de stimulation du follicule;
  • CT - permet un examen complet de l'état du crâne. Identifie l'emplacement de la pathologie, sa taille et le degré de pression exercé sur les parties voisines du cerveau;
  • IRM - a mené une étude approfondie du cerveau, vous permettant de remarquer même les plus petits phoques. Dans le même temps, les formes non hormonales de la maladie en état de latence sont un peu moins bien diagnostiquées;
  • angiographie des vaisseaux cérébraux - indiquée lorsque la formation grossit vers le sinus caverneux pour déterminer l'étendue de l'effet de frappe sur la pression de la tumeur;
  • Examen aux rayons X de la selle turque - l'une des "preuves" les plus fiables de la présence d'un adénome cérébral est le diagnostic d'ostéoporose et de déformation du dos de la selle turque. Il convient de noter que cette méthode de détection des anomalies ne fonctionne que dans les derniers stades de son développement, lorsque ces signes commencent à se manifester;
  • ophtalmologiste - une consultation spécialisée est réalisée avec des signes prononcés de syndrome neurologique ophtalmique.

Cet article décrit les symptômes et les types de tumeurs cérébrales.

Traitement

Pour le traitement réussi de cette maladie, ainsi que pour surveiller la dynamique de son état, ces types de traitement de la tumeur sont utilisés:

  • le retrait standard est indiqué pour les formations en croissance qui menacent d'autres parties du cerveau et des organes voisins, s'il existe des complications sous la forme d'un kyste, des hémorragies internes, ainsi que le risque de dégénérescence de la pathologie en cancer. L’opération consiste à trépanner le crâne et à couper le fragment de tissu hypophysaire affecté;
  • intervention transsphénoïdale endonasale - est utilisé uniquement si la formation est localisée dans la zone de la selle turque. Elle s'effectue par le bon cours du nasopharynx. La paroi du tissu osseux sphénoïde incisée, ouvrant l'accès à la lésion. Elle est réalisée sous anesthésie générale.
  • gamma-thérapie - fait référence aux méthodes de radiation utilisées pour traiter une anomalie. L'effet est obtenu par l'injection ponctuelle dans le tissu tumoral des rayons nocifs. Montré dans de petites formations;
  • antagonistes de la prolactine - option de traitement médical. Basé sur la consommation d'hormones hypophysaires et de sandostatin. Plus justifié dans la régression de la pathologie;
  • Les remèdes populaires ne sont efficaces qu'avec le caractère calme de l'évolution de la maladie, lorsque la tumeur ne se développe pas et protège l'immobilité. Le traitement le plus populaire est les graines de citrouille, le sésame, la racine de gingembre, la primevère.

Des complications

Si vous ignorez la situation et que le traitement n'est pas effectué à temps, la maladie menace de complications graves:

  • violation de la fonction visuelle - jusqu'à l'apparition d'une cécité sur le fond d'une tumeur trop grosse;
  • le risque d'hémorragie du cerveau avec son apoplexie ultérieure;
  • infertilité;
  • l'impuissance;
  • troubles sexuels;
  • Dépressions nerveuses et instabilité mentale.

Adénome et grossesse

En période de gestation, presque toutes les méthodes de traitement sont inacceptables. La seule chose qui reste est un contrôle strict sur l'état du corps d'une femme enceinte.

Examen régulier de l'état général, étude des niveaux hormonaux, indicateurs visuels - de telles enquêtes devraient être menées régulièrement. De plus, l'IRM du cerveau est réalisée tous les trois mois.

Prévisions

Malgré le fait que cette tumeur est de nature bénigne, en l’absence de traitement, le pronostic d’un développement ultérieur de la situation peut être extrêmement défavorable. En mettant la pression sur le cerveau, la pathologie peut conduire à des atteintes fragmentaires allant jusqu'au handicap.

De plus, l'adénome est extrêmement négatif pour la glande thyroïde, et une défaillance de sa fonctionnalité «frappera» tout le corps avec de nouvelles maladies.

En conclusion, nous recommandons de regarder la vidéo dans laquelle des experts parlent de la maladie en question de manière accessible:

Si vous trouvez une erreur, sélectionnez le fragment de texte et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Signes et traitement de l'adénome cérébral

L'hypophyse est la principale glande du corps humain, elle régule l'activité des glandes génitales, thyroïdiennes et surrénales. La pathologie la plus courante - l'adénome du cerveau - concerne environ 18% des autres entités du cerveau humain chez les personnes de plus de 20 ans. Fondamentalement - une tumeur bénigne. Les causes de son apparition ne sont pas bien comprises. Peut se développer en raison de:

  • infections dans le système nerveux;
  • diverses blessures du crâne;
  • effets indésirables sur le fœtus pendant la grossesse;
  • De nos jours, les contraceptifs oraux contribuent également à l’apparition de tumeurs.

Traitement de l'adénome

Le traitement de l'adénome consiste en une opération neurochirurgicale et en radiochirurgie visant à éliminer la tumeur elle-même, ainsi que des symptômes négatifs. De nos jours, l’opération est réalisée par les voies respiratoires à l’aide d’un microscope puissant. Un équipement spécial détermine l'emplacement de la tumeur du patient. La chirurgie prend environ deux heures.

Et vous savez qu’une tumeur bénigne de l’hypophyse, issue d’une adénohypophyse, s’appelle adénome. Les principales manifestations de l'adénome cérébral.

Tout sur l'adénome hypophysaire du cerveau peut être trouvé ici.

Ensuite, le patient est transféré à l'unité de soins intensifs après une journée passée dans la salle habituelle. Après la chirurgie de l'adénome, il y a une courte période de récupération postopératoire: le deuxième jour, il est autorisé à boire, à grimper et à marcher. Le tableau général est le suivant: récupérer plus de 85%, les complications sont assez rares. L'opération est montrée si l'adénome de la tête exerce une pression sur les nerfs optiques, sur le cerveau et détruit les os du crâne. Outre la chirurgie, la radiothérapie et les méthodes combinées sont également utilisées pour le traitement radical.

Important à savoir! Le meilleur effet de l'opération viendra avec l'assistance rapide d'un spécialiste. La fonction visuelle est complètement rétablie dans le cas d'une maladie de courte durée. Si la maladie dure au moins un an, les chances de rétablir la vision baissent rapidement.

Types et diagnostic de l'adénome

Adénomes hypophysaires - une grave menace pour la santé. Il produit une quantité excessive d'hormones. En conséquence, des troubles hormonaux et métaboliques sont fournis. Les adénomes (macroadénome - 10 -30 mm) de grande taille pincent le tissu cérébral, provoquent des troubles de la vue et d'autres lésions névralgiques. Le diagnostic des adénomes (résonance magnétique ou tomodensitométrie) vous permet d’obtenir une photo de l’adénome en temps réel. La taille de l'adénome, son activité hormonale déterminent la méthode de traitement.

Microadénome - tumeur cérébrale d'un diamètre d'au plus 10 mm. Les patients avec ce diagnostic nécessitent un examen et une surveillance périodiques. Si un adénome est détecté, l'endocrinologue vous prescrira un test sanguin indiquant la quantité d'hormones. Ainsi, le statut hormonal est étudié pour clarifier le type d'adénome. Le traitement est de préférence conservateur. Dans des circonstances difficiles, il est recommandé de consulter un neurochirurgien.

Symptômes de l'adénome cérébral

L'atrophie primaire des nerfs optiques, l'hypoxie due à la croissance tumorale, donnent des maux de tête sourds des zones frontales et temporales - signes d'adénome. Si la tumeur continue à se développer, les fonctions de l'hypothalamus sont perdues. Si le nez commence à libérer du liquide, il se produit une sensation de congestion.

Renseignez-vous sur ce qu'est l'adénome hypophysaire dangereux. Les prévisions pour les patients.

Découvrez où se trouve la glande pituitaire et quelles en sont les responsabilités. Lire ici

Comment réduire le risque de développer des tumeurs cérébrales, vous pouvez à cette adresse: http://golmozg.ru/profilaktika/kak-umenshit-risk-razvitiya-raka.html. Recommandations des oncologues.

Une forte augmentation des maux de tête due à une augmentation de l'adénome est observée pendant la grossesse ou au moment de l'hémorragie dans la tumeur. Par la suite, il existe deux voies possibles de la maladie: des hémorragies fréquentes augmentent la douleur et altèrent la vision ou un patient peut s'attendre à une guérison inattendue (si l'adénome est actif). En fin de grossesse, la tumeur peut rétrécir.

La pathologie se manifeste souvent par une violation de la coordination et de l'équilibre, une altération de la parole, de la mémoire. Lorsque l'adénome du cerveau se manifeste par des symptômes spécifiques:

  • violation du cycle menstruel, infertilité, éventuellement, symptômes dans le complexe;
  • un tiers des patients remarquent l'obésité, une altération de la fonction sexuelle, la séborrhée;
  • les manifestations endocrines sont caractérisées par l'impuissance;
  • les femmes sur 25% ont une déficience visuelle;
  • chez l'homme, une tumeur est détectée uniquement au stade du macroadénome.

Gigantisme possible, l'élargissement pathologique de la glande thyroïde, certaines parties du corps. Sur la peau possible des verrues, des papillomes; elle devient grasse et en sueur. Performance réduite. Il y a des douleurs dans les membres, la sensibilité est atténuée. La pigmentation de la peau peut s'intensifier, l'activité mentale peut être perturbée. Bien que l'adénome hypophysaire soit une tumeur bénigne, il est nécessaire de connaître son emplacement, car les deux types de tumeurs sont tout aussi dangereux, car ils compriment les structures du cerveau et provoquent souvent des symptômes violents.

Traitement et effets de l'adénome hypophysaire du cerveau

Même les écoliers savent à quel point l'hypophyse est importante pour le développement humain. Si le travail de cette glande située dans le cerveau est perturbé, la production d’hormones échoue, un adulte a des problèmes de régulation du désir sexuel, de croissance des os et des cheveux, ce qui ralentit le développement physique de l’enfant. L'une des pathologies de la glande est un adénome hormonalement actif de l'hypophyse du cerveau, qui peut également influer sur la production d'hormones. Par conséquent, il est important d'identifier cette pathologie en temps opportun, de déterminer le type de néoplasme et de recevoir un traitement adéquat.

Qu'est-ce qui provoque le développement de la pathologie?

L'adénome hypophysaire est une tumeur bénigne formée de cellules de l'hypophyse antérieure. Pourquoi le tissu hypophysaire dégénère-t-il? Il y a plusieurs raisons indirectes:

  • Maladies infectieuses transférées affectant le cerveau.
  • Abcès du tissu cérébral.
  • Effets toxiques sur les tissus cérébraux (avec intoxication alimentaire, médicamenteuse, alcoolique).
  • Rayonnement Rayonnement ionisant.
  • Blessures à la tête: fractures des os du crâne, commotion cérébrale.
  • Intervention chirurgicale sur le tissu cérébral.
  • Contraceptifs oraux pendant une longue période.

L'adénome congénital de l'hypophyse du cerveau est possible chez les nourrissons qui subissent in utero un effet négatif sur la substance grise, l'hypophyse: tabagisme, alcoolisme, toxicomanie de la mère. Des études récentes montrent que les femmes qui subissent un avortement ou qui ont subi de nombreuses fausses couches sont susceptibles de présenter une pathologie. On pense que l'adénome hypophysaire du cerveau n'est pas une maladie héréditaire, mais il existe un lien entre la survenue d'un adénome et une néoplasie génétiquement transmise du second type, qui se développe chez 25% des patients présentant un néoplasme diagnostiqué.
"alt =" ">

Classification du néoplasme

Les adénomes sur le tissu cérébral ont des effets différents, ainsi que sur tout le corps, ils se divisent donc en types suivants:

  • Produire des hormones.
  • Hormones non productrices.
  • Malin.

Les adénomes à activité hormonale sont également divisés en types en fonction de l'hormone produite:

  • Somatotropinome.
  • Prolactinome
  • Thyrotropinomie et autres.

Les tumeurs sont divisées par taille:

  • Microadénome - si le diamètre de la tumeur est inférieur à 1 cm.
  • Macroadénome - s'il dépasse 1 cm.

Caractéristiques du développement des adénomes

Considérez les caractéristiques du développement des tumeurs les plus fréquemment diagnostiquées qui se produisent sur la glande pituitaire.

Tumeurs hormonales

Les adénomes sécrétant des hormones ont des effets variables sur le corps du patient. Par conséquent, les patients peuvent remarquer différents symptômes de la maladie, en fonction du type d'hormone sécrétant un néoplasme.

Quelle est la glande pituitaire du cerveau? C'est une glande qui sécrète des hormones. Si la sécrétion de l'un d'eux augmente, le travail du corps change complètement. Symptômes dans le développement de différents types d'adénomes hormonaux:

  • Somatotropinome. En raison de la forte production d'hormones somatotropes, d'os, d'autres tissus et des organes internes qui commencent à se développer rapidement chez l'homme, le gigantisme se développe chez les enfants.
  • Corticotropinomie. Elle provoque l'apparition d'une pathologie neuroendocrine - la maladie d'Itsenko-Cushing, caractérisée par l'accumulation de tissu adipeux dans des endroits inhabituels: la nuque, le ventre, le visage.
  • Thyrotropinomie. Il provoque une production excessive d'hormone stimulant la thyroïde, qui affecte le fonctionnement de la glande thyroïde: le poids d'une personne chute de façon spectaculaire, des suintements excessifs et une sueur excessive apparaissent.
  • Gonadotropinome. Il provoque une augmentation de la production d'œstrogènes, perturbant l'équilibre des hormones sexuelles.
  • Prolactinome Avec ce type de néoplasme, la production de prolactine augmente, ce qui devrait normalement réguler la production de lait chez les femmes qui ont accouché.

Sur l'hypophyse peut développer une tumeur avec un type de sécrétion mixte. L'adénome hormonalement actif a des effets divers sur le cerveau, n'augmentant pas seulement la production d'hormones. Un grand néoplasme peut pincer les vaisseaux, exercer une pression sur les cellules de la matière grise, perturbant ainsi le travail des neurones.

Adénome chromophobe

L'adénome chromophobe du cerveau ne produit pas d'hormones et ne provoque pas de troubles endocriniens. Une tumeur de ce type est le plus souvent diagnostiquée chez les personnes âgées de 20 à 50 ans. L'adénome de petite taille n'a aucun effet sur le cerveau. Si la tumeur se développe rapidement, il y a une pression sur les tissus voisins, ainsi la circulation cérébrale est perturbée et la perception visuelle est perturbée lorsque l'hypophyse est écrasée. En conséquence, des troubles endocriniens et neurologiques se développent.

Adénome kystique

Pourquoi les kystes apparaissent-ils sur l'hypophyse? Une poche remplie de liquide peut être provoquée par une blessure sur le site de la glande pituitaire. Parfois, les adénomes renaissent en formations kystiques. Dans le même temps, il existe un risque d'hémorragie dans le néoplasme. Les symptômes de cette maladie sont similaires à la manifestation de signes cliniques apparaissant lors de la croissance d'un adénome chromophobe: la croissance d'un kyste provoque des maux de tête, une vision floue, une hypertension artérielle, des troubles psychologiques dus à une pression sur l'hypophyse du cerveau.

Symptômes de la maladie

Si une personne développe un adénome dans le tissu cérébral, les symptômes généraux peuvent être:

  • Les attaques de maux de tête aiguë, le plus souvent - dans le cou.
  • Douleur dans l'orbite.
  • Ne pas passer la congestion nasale.
  • Constriction concentrique ou locale de la vision.
  • Diminution de l'acuité visuelle.
  • Perte complète de la vision.
  • Évanouissement

L'apparition d'autres symptômes dépend de nombreux facteurs: le sexe du patient, son poids, le type de tumeur et sa taille. Les néoplasmes hormonalement actifs chez les femmes provoquent:

  • Violation du cycle menstruel.
  • Saignements utérins.
  • La frigidité
  • Diminution de la libido.
  • Infertilité
  • Mastopathie (compaction du tissu mammaire glandulaire, formation de kystes).
  • Séborrhée.

Si un adénome hypophysaire se développe chez un homme, sa croissance est accompagnée des signes suivants:

  • Fonction érectile diminuée.
  • Impuissance.
  • Manque de désir sexuel.
  • Infertilité
  • Glandes mammaires élargies.

Lorsque la corticotropinose chez l'homme, les symptômes suivants apparaissent:

  • Obésité, forte prise de poids.
  • Os fragiles à cause de la perte de calcium.
  • Cheveux en surpoids.
  • L'hypertension.
  • Le diabète.

Si le thyrotropinome affecte la glande pituitaire du cerveau, les symptômes incluent généralement les mêmes signes que ceux qui se produisent lors d’un dysfonctionnement de la glande thyroïde:

  • Épuisement.
  • L'instabilité de l'arrière-plan émotionnel.
  • Anomalies mentales.
  • Faiblesse, fatigue constante.
  • Protrusion des globes oculaires.
  • Attaques de panique, sentiment constant de peur.

Si des somatotropinomes se produisent, il est noté:

  • Augmentation pathologique dans certaines parties du corps: croissance des paumes, des pieds.
  • L'obésité.
  • L'apparition sur la peau des papillomes, des verrues.
  • Transpiration accrue.
  • Peau grasse.
  • Baisse des performances.

Les adénomes malins de l'hypophyse sont très rares, signes de la maladie: maux de tête le matin, perte de la vision, altération des fonctions neurologiques.

Diagnostics

Ce n'est pas toujours qu'une tumeur dans le cerveau se développe rapidement ou dérange énormément une personne. Par conséquent, en raison de symptômes indirects, un neurologue ne peut pas toujours établir un diagnostic précis. Le plus souvent, la tumeur est détectée lors de l'examen du cerveau complètement par accident.

Mais avec une augmentation significative de la tumeur, le médecin peut immédiatement supposer que le patient a une glande pituitaire. Après tout, qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire du cerveau? Cette formation, qui exerce une pression sur le tissu hypophysaire, la matière grise et provoque des perturbations du cerveau. Pour déterminer le type de tumeur qui frappe la glande pituitaire, sa rapidité de croissance et ses effets sur le corps humain, il est nécessaire de procéder à un examen approfondi:

  • Donner du sang pour les hormones. Le niveau d'hormone est vérifié pour le respect de la norme: prolactine, testostérone, estradiol, cortisol, somatotrophine, hormone thyréotrope, stimulant le follicule et lutéinisante.
  • Pour le contenu des hormones à uriner.
  • Passer un examen ophtalmologique, qui permet de déterminer dans quelle mesure l’acuité visuelle a changé, si le champ de vision s’est rétréci.
  • Sur la radiographie pour examiner la région de la selle turque, certaines parties du crâne. Grâce à cette méthode d'examen, il est possible de déterminer dans quelle direction la tumeur est rejetée, s'il y a un épaississement des os du crâne, une extension de la distance entre les dents, ce qui se produit lors d'une production excessive d'hormone de croissance.
  • Si l'on soupçonne que les symptômes d'une lésion cérébrale ne sont pas causés par un adénome, mais par un anévrisme, une angiographie est nécessaire pour différencier le diagnostic. Cela aidera à établir le déplacement de l'artère carotide, qui se produit lors du développement d'une grosse tumeur.

Fondamentalement, un adénome dans la tête est diagnostiqué lors de l'imagerie par résonance magnétique du cerveau. Cette étude vous permet de voir les tumeurs de petite taille - à partir de 5 mm de diamètre. À l'aide de la tomodensitométrie, la taille de la tumeur est spécifiée. Si nécessaire, une étude du liquide céphalo-rachidien est réalisée. Si le taux de protéines dans le liquide est élevé, on peut supposer que la tumeur se développe sur l'hypophyse.

Caractéristiques du traitement

Si un adénome cérébral de petite taille est diagnostiqué, un premier traitement médical est effectué:

  • Suppression de la production d'hormones.
  • Normalisation de la circulation cérébrale.

La tumeur est irradiée avec un faisceau de rayonnement dirigé, elle aide à ne pas toucher les tissus sains, mais à éliminer la tumeur. Si la croissance tumorale ne s'arrête pas, une intervention chirurgicale est nécessaire. L'opération est réalisée uniquement si l'adénome cérébral est situé dans la cavité de la selle turque.

Auparavant, il était possible de retirer la tumeur uniquement par le haut - en ouvrant le crâne. Les chirurgiens modernes pratiquent la chirurgie endoscopique. Avec ce type de chirurgie, les os du crâne ne sont pas endommagés. Éliminer l'adénome peut:

  • Transnasal - à travers le septum postérieur de la cavité nasale.
  • Transseptal - un trou est fait dans le septum du nez.
  • Transsphénoïdal - à travers la cavité buccale.

Le champ de l'opération est visualisé à l'aide d'un microscope binoculaire, un endoscope inséré dans la cavité crânienne. Grâce à une multiplication par vingt, le chirurgien peut totalement contrôler l'opération et exciser doucement la tumeur.

Conséquences possibles

Lorsque les adénomes de grande taille sont enlevés, le fonctionnement des vaisseaux cérébraux peut être perturbé. Les complications pendant la chirurgie sont extrêmement rares, il peut être:

  • Infection.
  • Le développement de dysfonctionnement du cortex surrénalien.
  • Vision floue
  • Hémorragie cérébrale.

Si l'adénome hypophysaire du cerveau est complètement éliminé, l'arrière-plan hormonal du patient finit par revenir à la normale et les symptômes de la maladie disparaissent.

A Propos De Nous

L'adénocarcinome intestinal est un cancer qui se développe à partir de cellules glandulaires (caliciformes) de la couche interne de l'intestin. Il représente jusqu'à 80% de toutes les tumeurs malignes de l'intestin.