Qu'est-ce qu'un adénocarcinome de l'estomac?

L'adénocarcinome de l'estomac est une tumeur maligne commune du système digestif. Une tumeur est formée à partir de cellules altérées de l'épithélium glandulaire recouvrant les parois de l'organe. Aux premiers stades de développement, aucun symptôme n'est observé, ce qui complique considérablement la détection de la pathologie. Dans le futur, il y a une douleur dont l'intensité augmente avec la croissance de la tumeur. Elle s'accompagne d'une diminution de l'appétit, d'une sensation de lourdeur dans la région épigastrique, de nausées et de vomissements, d'une nette diminution de poids et d'une faiblesse générale.

Le diagnostic du cancer gastrique commence par une radiographie, une endoscopie et la détection de marqueurs tumoraux dans le sang. Le seul traitement efficace est la chirurgie pour enlever une tumeur avec une portion de tissu sain. La chimiothérapie et la radiothérapie sont utilisées comme méthodes thérapeutiques supplémentaires, ainsi que lorsqu'il est impossible d'effectuer une intervention chirurgicale. Le nombre de personnes vivant avec un adénocarcinome dans l'estomac dépend de nombreux facteurs: le stade de la maladie, le traitement appliqué, l'état général du corps, la présence de comorbidités.

Les causes de la maladie

L'adénocarcinome de l'estomac est une tumeur maligne. Il s'agit du type de cancer le plus répandu chez plus de la moitié des patients des oncologues. En Russie, en Ukraine, au Japon et dans certains pays européens, elle se classe au premier rang des décès. Cette pathologie est le plus souvent impliquée lorsqu'on parle de cancer de l'estomac. Le principal danger de cette maladie est l'impossibilité d'un dépistage précoce en raison de l'absence de symptômes caractéristiques. Environ 30% des patients consultent un oncologue présentant des symptômes de formes avancées de tumeurs malignes. Un grand nombre de processus pathologiques associés rendent la chirurgie radicale impossible. Le nombre de décès au cours des opérations approche 12 sur 100 patients.

Les causes exactes de l'adénocarcinome chez l'homme sont inconnues. Le principal facteur considéré est l'exposition à long terme à des substances cancérogènes dans le contexte d'une détérioration de la sécrétion et d'une altération de l'apport sanguin à l'organe. Le développement de tumeurs du système digestif a plusieurs raisons. Les processus de malignité peuvent être dus à une prédisposition génétique, à des habitudes alimentaires, à l'influence de produits chimiques nocifs. Certains médecins associent un risque élevé de cancer de l'estomac à la vie active du microorganisme pathogène - Helicobacter pylori. C’est la principale cause de gastrite et d’ulcères gastriques, considérés comme des processus pathologiques de base.

L'incidence de la maladie est également causée par l'âge. L'adénocarcinome de l'estomac est le plus souvent diagnostiqué chez les personnes âgées. De plus, le risque de contracter cette maladie chez les hommes est deux fois plus élevé que chez les femmes. Un régime alimentaire inapproprié, le tabagisme et la consommation d'alcool jouent un rôle important dans le développement du cancer gastrique. L'alcool contribue à l'émergence de foyers de prolifération locaux dans les muqueuses de l'estomac, qui finissent par se transformer en néoplasmes malins. Le développement de l'adénocarcinome peut également contribuer à:

  • régimes pauvres en fibres, en vitamines et en antioxydants;
  • des processus pathologiques tels que la polypose, la gastrite atrophique et hyperplasique;
  • Les causes endogènes comprennent une augmentation du nombre de composés azotés formés dans les tissus d'un organe lors de certains processus pathologiques.

Les tumeurs malignes n'apparaissent presque jamais dans les tissus sains. Les gastroentérologues distinguent plusieurs formes de conditions précancéreuses, accompagnées de modifications des cellules épithéliales. Ceux-ci incluent: gastrite chronique, polypose, ulcères, effets de la résection gastrique. Reportez-vous aux processus pathologiques de base dans lesquels des changements confirmés morphologiquement sont détectés, indiquant le début du processus de malignité (transformation maligne). Ces maladies combinent le terme "dysplasie".

Classification des tumeurs malignes

Il existe plusieurs formes d'adénocarcinome de l'estomac, qui ont leurs propres caractéristiques histologiques et manifestations cliniques:

  1. Le cancer de l'ulcère a la forme d'une tumeur plate avec une manifestation dans sa partie centrale.
  2. Skirr est caractérisé par la propagation d'une tumeur maligne sur de grandes zones avec une pénétration profonde dans les parois de l'estomac.
  3. Cancer polypoïde - une tumeur qui a des limites claires, ressemblant à une croissance importante.
  4. Un adénocarcinome pseudo-ulcéreux de l'estomac présente des symptômes ulcéreux.
  5. Le cancer tubulaire est une tumeur constituée de cellules épithéliales cylindriques.
  6. L'adénocarcinome muqueux est un néoplasme constitué d'éléments mucineux.

La classification TNM prend en compte le degré de pénétration de la tumeur dans les parois des organes, la présence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux, les dommages causés aux tissus proches et lointains. Il y a 4 stades de la maladie. Il existe une classification qui prend en compte les caractéristiques histologiques du néoplasme. L'adénocarcinome peut avoir une forme de bas grade, bien différenciée et modérément différenciée. Chaque type de maladie a ses propres symptômes, pronostic et méthode de traitement.

Tableau clinique du cancer gastrique

Le médecin peut suspecter un adénocarcinome si le patient se plaint de douleurs aiguës dans la région épigastrique. Son intensité ne dépend pas de l'apport alimentaire ni de la position du corps. La douleur peut être associée à des nausées, des vomissements, des éructations constantes, une perte d'appétit. Il y a souvent des violations des fonctions de l'intestin - diarrhée, constipation, flatulence. Le cancer de l'estomac se caractérise par une perte de poids spectaculaire, de la fatigue, de l'apathie. En outre, le médecin doit faire attention à la présence de signes indirects: manque de satisfaction à manger, sensation de lourdeur abdominale, baisse du taux d'hémoglobine dans le sang, fatigue accrue, efficacité médiocre.

Les symptômes du cancer gastrique dépendent de l'emplacement de la tumeur, de son taux de croissance, de ses caractéristiques histologiques, de la présence de métastases dans des organes proches et distants. Les symptômes locaux se produisent lorsqu'une tumeur en croissance commence à perturber le fonctionnement de l'estomac. En présence d'une tumeur dans la région de transition de l'organe au duodénum, ​​des symptômes de sténose du pylore se manifestent. L'adénocarcinome de l'estomac, qui se développe dans sa partie centrale, ne présente aucun signe depuis longtemps. Cela est dû à un volume suffisant du corps. Une tumeur similaire n'est détectée que lorsqu'elle atteint une taille importante. Par conséquent, le cancer gastrique n'est détecté que lorsque des signes d'empoisonnement du corps apparaissent.

Avec adénocarcinome de la section cardiale de l'estomac, on observe un caractère croissant du tableau clinique. Une dysphagie légère survient aux premiers stades. Il y a des difficultés à avaler, des douleurs lors du passage du morceau de nourriture. Le patient doit boire beaucoup de nourriture avec de l'eau. Par la suite, le passage de fluide devient difficile. Avec la pénétration d'une tumeur maligne dans les organes voisins, le tableau clinique peut être très divers. La localisation et l'intensité de la douleur dépendent de la taille et de la localisation des foyers secondaires. La présence de métastases dans des organes et des tissus distants aggrave considérablement le pronostic et réduit le taux de survie moyen à cinq ans.

Méthodes de détection du cancer gastrique

L'enquête joue un rôle important dans le diagnostic de l'adénocarcinome. Une analyse détaillée des symptômes caractéristiques ainsi que des signes indirects permet au médecin de poser facilement un diagnostic préliminaire. Cette maladie n'a pas d'histoire étendue. Le gastro-entérologue examine les zones les plus exposées à la pénétration de métastases: les ganglions lymphatiques cervicaux et thoraciques, le foie, les organes pelviens et les poumons. Pour confirmer le diagnostic utilisé méthodes de recherche instrumentale et de laboratoire. Une numération globulaire complète peut détecter une anémie qui survient dans presque tous les types de cancer. Les néoplasmes malins contribuent à l’apparition dans le corps de substances spéciales détectées au moyen d’une analyse spéciale.

Une gastroscopie et une endoscopie avec biopsie simultanée permettent d’examiner en détail la zone touchée et de prélever le matériel à des fins de recherche. La détection des cellules malades dans l'échantillon résultant est un signe fiable de cancer. Déterminer le type de tumeur vous permet de définir la forme de la maladie, de faire une prévision et de choisir le schéma de traitement optimal. L'examen radiographique à l'aide d'un agent de contraste permet de détecter des anomalies dans la structure de l'organe. Les signes caractéristiques de l'adénocarcinome sont déterminés - modifications du remplissage et des contours. Le diagnostic par échographie endoscopique aide à déterminer l'étendue des dommages causés aux parois de l'estomac par une tumeur maligne. Au cours de la procédure, une biopsie à l'aiguille fine de la zone touchée est réalisée.

CT et IRM sont utilisés dans le diagnostic des formes avancées de cancer. Ils vous permettent de détecter non seulement le foyer principal, mais également les métastases situées dans les ganglions lymphatiques régionaux, les tissus proches et distants. Les résultats de la tomographie aident le médecin à choisir les techniques thérapeutiques les plus efficaces. L'adénocarcinome de l'estomac doit pouvoir être distingué de la gastrite, des ulcères et de la polypose.

Façons de traiter la maladie

Le moyen le plus efficace de prolonger la vie dans le cancer gastrique est la chirurgie radicale. La radiothérapie et la chimiothérapie sont rarement utilisées comme méthodes thérapeutiques indépendantes. Les principales indications pour leur nomination sont:

  • l'impossibilité de l'opération;
  • cancer avancé;
  • la présence de métastases dans des organes distants.

Il existe 2 types d'interventions chirurgicales: gastrectomie et résection sous-totale. Dans le premier cas, l'estomac est enlevé avec une partie de l'œsophage, du duodénum et le tissu tumoral environnant. Le second type d'intervention chirurgicale implique le retrait d'une partie de l'organe présentant une tumeur maligne. Le choix du type d'opération est effectué en tenant compte de l'emplacement et de la taille de la tumeur et de ses caractéristiques histologiques.

Si un tel traitement ne conduit pas à la disparition complète d'une tumeur maligne, des techniques palliatives peuvent être appliquées pour faciliter la vie des personnes souffrant de cancers gastriques avancés. Ceux-ci incluent le stenting, préservant la lumière du corps. Un tel traitement permet au patient de pouvoir se nourrir. La plus efficace est la thérapie au laser, qui consiste à éliminer ce néoplasme malin par un faisceau dirigé.

La chimiothérapie pour l'adénocarcinome n'a pratiquement aucun effet sur le pronostic. Utilisé avant l'opération pour détruire un certain nombre de cellules altérées et améliorer les résultats du traitement. L'irradiation est prescrite après la chirurgie. Il est nécessaire d'empêcher le re-développement d'une tumeur maligne. Ce n'est pas considéré comme un traitement indépendant du cancer gastrique. Au stade 4 de la maladie, le traitement palliatif permet à une personne de vivre plus longtemps sans douleur.

Survie pour adénocarcinome

Après avoir entendu un terrible diagnostic, les patients se demandent souvent combien de personnes vivent avec un adénocarcinome à l'estomac. Le pronostic est déterminé par le type et le stade du cancer, le traitement utilisé, l'état général du corps. La survie à cinq ans est observée dans les tumeurs cardiovasculaires. Cela est dû à l'apparition précoce des symptômes. C'est le traitement radical initié en temps opportun qui permet un rétablissement complet. Le pronostic dépend également des caractéristiques morphologiques de la tumeur.

Adénocarcinome de l'estomac ou cancer glandulaire de l'estomac

Ces dernières années, le cancer glandulaire, qui touche le principal organe digestif de l’homme, est devenu très répandu. En terminologie médicale, on parle d'adénocarcinome de l'estomac et on en diagnostique de plus en plus chaque année. Selon une opinion impartiale de spécialistes, le principal facteur à l'origine de l'émergence d'une mutation de ce type au niveau cellulaire est la réduction de la qualité des produits et le «bourrage» de leurs cancérogènes, nitrates et nitrites.

Adénocarcinome de l'estomac: une caractéristique des onco-tumeurs

Diagnostic et traitement de l'adénocarcinome gastrique

Ce type de condition pathogénique est également le deuxième nom - cancer glandulaire. Aucun service de l'organe digestif principal n'est assuré contre son apparition. Selon la pratique clinique, les symptômes de l'adénocarcinome gastrique sont généralement diagnostiqués chez les personnes qui ont dépassé l'âge de 55 ans.

Cette forme d’oncologie est considérée comme très dangereuse, car elle a la capacité de métastaser très tôt. Le processus de «bourgeonnement» de la structure maligne maternelle des cellules anormales peut commencer aux tout premiers stades de la maladie.

Les adénocarcinomes sont beaucoup plus fréquents que n'importe quel autre cancer de l'estomac et il existe une explication à cela, caractérisée par certaines des nuances de leur développement:

  • dans les tissus épithéliaux glandulaires tapissant la surface interne du principal organe digestif, il existe un processus constant de renouvellement, directement lié à la division cellulaire;
  • plus le degré de fragmentation (reproduction) des structures cellulaires qui les forment est élevé, plus il est probable qu'un dysfonctionnement pathologique caractéristique se produise à tout stade que ce soit qui pourrait provoquer l'apparition d'une mutation génétique spontanée;
  • la cellule formée à la suite de ce processus pathogénique devient le précurseur de tout un clone de nouvelles microstructures anormales, ce qui entraîne un désordre génétique ne présentant ni leur structure ni leurs propriétés;
  • leur capacité prononcée à se reproduire activement conduit au développement dans les plus brefs délais d'un tissu épithélial normal d'un néoplasme en masse pathogénique, qui présente des différences cardinales d'aspect et de structure morphologique.

Dans les adénocarcinomes, il y a toujours une augmentation de la malignité, caractérisée par l’émergence de la capacité non seulement à se multiplier vigoureusement, mais aussi à se développer dans les tissus environnants, ainsi qu’à «bourgeonner» les cellules filles. Par la circulation sanguine ou lymphatique, ils se propagent dans tout le corps et infectent des organes vitaux distants, formant des foyers secondaires de cancer.

À noter! L'adénocarcinome, qui est une forme glandulaire de cancer gastrique, provoque le développement du processus de métastase dans près de 85% des cas. L'état pathogénique des hommes les plus touchés après 50 ans.

Il n'est pas possible de se débarrasser d'un tel type d'oncologie dans les cas avancés par une chirurgie radicale, car le processus pathologique aux derniers stades de la maladie à partir du principal organe digestif s'étend aux ganglions lymphatiques régionaux et aux tissus situés à proximité, les saisissant presque complètement.

Classification de l'adénocarcinome de l'estomac

Cette pathologie avec la défaite du principal organe digestif peut être trouvée sous la forme de plusieurs formes spécifiques qui sont distinguées par des spécialistes dans certaines catégories systématiques. Le plus souvent, l'adénocarcinome de la muqueuse gastrique est classé selon Borman, car c'est précisément cette division de l'état pathogénétique qui a la plus grande popularité en pratique clinique.

Selon une telle systématique, dans les états tumoraux de ce type, on distingue 4 types histologiques principaux:

  • l'adénocarcinome tubulaire est représenté par un groupe de structures denses ramifiées entourées de tissus conjonctifs ayant une consistance friable;
  • L'adénocarcinome papillaire de l'estomac est caractérisé par l'apparition dans la couche épithéliale d'un grand nombre de processus oblongs larges ou étroits;
  • Le type de tumeur à anneau est l’accumulation et la consolidation ultérieure d’un grand nombre de cellules non formées non nucléaires sujettes à la mutation;
  • La modification muqueuse (mucineuse) de la structure anormale est caractérisée par la présence d'une grande quantité de sécrétion épaisse dans celle-ci, qui enveloppe des structures cellulaires atypiques dispersées de manière aléatoire dans toute l'épaisseur de la couche épithéliale.

Mais une telle classification de l'adénocarcinome de l'estomac n'est pas la seule. En fonction du type de croissance qui caractérise les structures tissulaires anormales, l'adénocarcinome de l'estomac est divisé en plusieurs variétés, dont les caractéristiques sont présentées dans le tableau:

Les plus dangereux sont les types ulcéreux d'adénocarcinome de l'estomac, car ils commencent à se métastaser aux premiers stades de leur développement. Leurs structures cellulaires individuelles sont capables de pénétrer dans les couches musculaires les plus profondes de l'organe digestif, ainsi que d'être transportées à partir du sang et de la lymphe par le biais d'organes vitaux distants. Ces cancers sont une menace directe pour la vie du patient, car ils sont difficiles à diagnostiquer en raison de la grande similitude avec la maladie ulcéreuse de l'estomac.

Adénocarcinome mal différencié de l'estomac

Lors de la classification de cet état pathogénétique par les principaux oncologues, il est nécessaire de prendre en compte le degré de différenciation présent dans celui-ci. Plus elle est petite, plus la maladie devient menaçante et agressive. Sur cette base, la variété la plus dangereuse sera une variété de faible qualité. En terminologie médicale, il est désigné par un concept spécifique tel que l'adénocarcinome de l'estomac g3.

Les facteurs les plus menaçants présents dans le développement de ce type de processus pathogénétique sont:

  • un taux de développement élevé, de sorte qu'un changement complet allant au-delà de la reconnaissance des structures tissulaires et cellulaires constituant l'organe digestif a lieu le plus rapidement possible;
  • précoce, marqué aux tout premiers stades de développement, le début du processus de métastase.

Le taux de développement élevé et l'agressivité accrue de cette pathologie de l'estomac, considérée comme la plus maligne par nature, sont associés à l'immaturité des composants de ses cellules anormales. Ils, même sans atteindre les tailles minimales, commencent à muter. À la suite de l'acquisition de nouveaux traits anormaux, les structures cellulaires entrent dans une phase de division ultra-rapide, les incitant à s'emparer de plus en plus du territoire entourant le foyer des dommages localisés sur la muqueuse gastrique.

Adénocarcinome hautement différencié de l'estomac

Dans ce type de cancer glandulaire, les tissus anormaux sont représentés par des structures cellulaires faiblement atypiques, ayant des noyaux monomorphes (conservant la même forme malgré le long processus de mutation) et bordées d'au plus une couche épithéliale. Ce type de pathologie est caractérisé par un cours plus favorable que les autres, qui est assuré par la maturité des composants du néoplasme des cellules anormales.

La principale caractéristique d'un adénocarcinome de type hautement différencié, associé à sa structure histologique, est considérée comme très similaire aux tissus normaux et à la présence simultanée de certains signes d'atypicalité:

  • noyaux élargis; • mitoses pathologiques (division cellulaire);
  • processus accéléré de prolifération (reproduction) des structures cellulaires.

Une structure tumorale bien différenciée qui frappe le principal organe digestif, à l'instar d'autres types de lésions cancéreuses, devrait faire l'objet d'un examen et d'une étude approfondis. Ces tactiques de prétraitement ont pour objectif d'identifier la cause immédiate du développement d'un état pathogénique.

Adénocarcinome modérément différencié de l'estomac

Ce type de tumeur maligne, se développant dans l'organe principal du tractus gastro-intestinal, constitue un lien intermédiaire entre les états différenciés haut et bas. Il ne présente pas de signes particuliers de différence et les modifications pathologiques des structures cellulaires sont caractérisées par une gravité moyenne.

Une tumeur de l'estomac modérément différenciée, appelée adénocarcinome de l'estomac g2 en pratique oncologique clinique, présente un cancer similaire avec un type de flux hautement différencié avec une seule différence - un nombre accru de cellules anormales présentant les caractéristiques suivantes:

  • polymorphisme génétique net et prononcé;
  • faible différence par rapport aux structures cellulaires normales.

Avec le développement de ce type d'adénocarcinome, il existe un risque accru de complications diverses. Si vous ne commencez pas un traitement en temps voulu, le corps d'une personne malade commence très rapidement à être touché par des métastases, qui réduisent considérablement les chances du patient d'obtenir un résultat favorable des effets thérapeutiques appliqués.

Les étapes de l'adénocarcinome de l'estomac

Le cancer glandulaire se développe sur le même principe que d'autres pathologies oncologiques. Les spécialistes ont attribué 4 degrés principaux d'adénocarcinome de l'estomac. Leur transition les uns dans les autres se fait de manière séquentielle, dans un délai assez court.

Des informations sur ce qui est caractérisé et sur la manière dont chacune de ces étapes se manifeste peuvent être trouvées dans le tableau:

La détermination du stade d'adénocarcinome de l'estomac est effectuée à l'aide du système international de classification TNM, dont les données sont exprimées en équivalent alphanumérique:

  1. T (1-4) indique le degré de prévalence de la tumeur et sa taille.
  2. N (0 - 3) indique la présence de métastases germées dans les ganglions lymphatiques régionaux.
  3. M (0 - 1) degré de métastase distante.

Causes de l'adénocarcinome de l'estomac

Le tableau étiologique exact de l'état pathogénétique n'existe pas actuellement. Selon la plupart des experts, la cause principale du développement de ce processus pathogénique est un effet à long terme sur le corps de substances cancérogènes qui agissent sur le fond de troubles circulatoires et d'une mauvaise sécrétion gastrique.

Les facteurs étiologiques suivants peuvent également déclencher le développement d'un adénocarcinome de l'organe principal du tractus gastro-intestinal:

  • pathologies infectieuses affectant le système digestif;
  • troubles nutritionnels dans le régime alimentaire;
  • la présence d'habitudes néfastes telles que la dépendance à la nicotine et l'abus d'alcool;
  • existant dans l’histoire de la maladie humaine, pour le traitement de laquelle on a utilisé des traitements à long terme d’hormonothérapie et d’antibiothérapie;
  • interventions chirurgicales effectuées sur le tractus gastro-intestinal;
  • ulcère chronique ou gastrite atrophique;
  • prédisposition génétique.

Mais ces causes d'adénocarcinome de l'estomac ne provoquent pas toujours le développement de la maladie. Pour qu’ils contribuent à l’émergence du processus pathogénique dans le principal organe digestif, il est nécessaire d’influencer directement certains facteurs de risque. Les principales sont l'âge d'une personne (généralement une maladie affecte les personnes âgées de 40 à 50 ans), de mauvaises conditions environnementales dans la région de résidence ou une infection par un microorganisme pathogène tel que la bactérie Helicobacter pylori, qui provoque toujours de graves lésions des muqueuses dans le système gastro-intestinal.

Adénocarcinome de l'estomac: symptômes et manifestations

La période initiale de développement d'un état pathogénique donné est toujours latente, c'est-à-dire cachée et non accompagnée de symptômes spécifiques. Cela est très dangereux, car cela ne permet pas à une personne qui développe une telle oncologie dans l’organe principal du tractus gastro-intestinal de commencer un traitement opportun et adéquat, ce qui augmente les chances de survie. Cela ne permet pas à la personne malade de commencer le traitement à temps. Une maladie est détectée dans la phase initiale uniquement par hasard, selon les résultats d'un test sanguin effectué sur une maladie complètement différente.

Avec la croissance de la structure tumorale maligne, les symptômes de l'adénocarcinome de l'estomac deviennent plus prononcés, mais leurs manifestations ressemblent à des maladies complètement différentes des organes digestifs.

Les experts recommandent de porter une attention particulière aux symptômes négatifs et alarmants suivants:

  • l'apparition de sensations douloureuses dans la région épigastrique, dont l'un des traits caractéristiques est l'impossibilité de les arrêter avec des analgésiques;
  • ne pas passer l'inconfort dans l'abdomen, et il peut être localisé dans toute projection de la cavité abdominale;
  • perte d'appétit imprévisible et perte de poids importante;
  • dysphagie (réflexe de déglutition difficile);
  • faiblesse générale constante et apathie.

Le développement ultérieur de l'état pathogénique, en l'absence de traitement adéquat, provoque une augmentation de toutes les manifestations énumérées. En outre, lorsque la pathologie passe à un stade avancé, de tels signes apparaissent qui sont directement liés à la germination dans les ganglions lymphatiques ou dans certains organes internes des métastases. Par exemple, chez les patients présentant des structures malignes secondaires du foie, les patients ressentent une douleur assez aiguë dans la saillie supérieure droite de l'abdomen et une teinte jaunâtre de la peau, et une métastase rénale conduit à l'apparition d'inclusions sanglantes dans l'urine.

Diagnostic de la maladie

Reconnues dans la pratique oncologique, les techniques permettant d'identifier cet état pathogénétique nous permettent de déterminer avec la plus grande précision le type et le stade de développement de ce type de structure tumorale. Le diagnostic de l'adénocarcinome de l'estomac consiste à effectuer un examen complet des patients cancéreux, consistant à utiliser des techniques de laboratoire et instrumentales. Les informations reçues par un spécialiste lui permettent de développer un protocole de traitement adéquat lui permettant de soulager une personne des symptômes douloureux et de prolonger sa vie.

L’examen du patient à l’aide de méthodes de recherche en laboratoire et instrumentales permet d’obtenir les informations nécessaires à l’élaboration d’un protocole de traitement. Le premier est un test sanguin pour les marqueurs tumoraux. S'il donne un résultat positif, un diagnostic supplémentaire d'adénocarcinome gastrique est réalisé avec la nomination d'un certain nombre d'études instrumentales. Les principales activités utilisées pour identifier cet état pathogénique sont présentées dans le tableau ci-dessous:

Le diagnostic d '«adénocarcinome gastrique» est confirmé lorsque toutes les mesures diagnostiques effectuées ont donné un résultat positif, et l'analyse histologique a montré la présence de cellules modifiées dans le principal organe digestif. Après cela, une échographie est attribuée pour déterminer le stade du processus pathogénétique.

Traitement de l'adénocarcinome gastrique

La plupart des mesures thérapeutiques visant à éliminer la structure tumorale de ce type consistent à utiliser une intervention chirurgicale. Cela peut consister en l'ablation complète de l'estomac ou en une résection partielle. Ces dernières années, des oncologues l'ont pratiqué avec la tomothérapie, qui consiste à utiliser un appareil spécial pendant l'opération. Grâce à cela, le spécialiste a la possibilité de suivre tous les changements survenant au cours de la procédure de retrait d'une tumeur maligne. Pour la plupart, l'application de cette méthode est recommandée en cas de chirurgie d'urgence.

La liste générale des mesures thérapeutiques utilisées par les spécialistes pour ce type de maladie:

  1. Intervention chirurgicale. La chirurgie de l'adénocarcinome de l'estomac vise à éliminer les structures des tissus endommagés par le processus malin de l'organe principal du tractus gastro-intestinal, ce qui aide à prévenir la division et la croissance ultérieures de cellules anormales. La chirurgie implique non seulement l'ablation complète d'une tumeur maligne, mais également l'excision de ganglions lymphatiques régionaux, auxquels s'est étendu le processus de métastase.
  2. La chimiothérapie pour adénocarcinome de l’estomac contribue à réduire le risque de récurrence de l’état pathogénique et augmente les chances de prolonger la vie d’une personne. Effectuer un tel traitement à l'aide de médicaments cytostatiques antitumoraux.
  3. Radiothérapie Le traitement de l'adénocarcinome gastrique par LT implique la combustion de structures cellulaires mutées avec des rayons isotopiques à haute fréquence. Mais cette méthode est utilisée assez rarement, uniquement pour les indications spéciales d'un spécialiste. Cela est dû à la grande taille des zones touchées, ce qui rend l'irradiation inefficace.

Si des métastases sont présentes, ce qui indique que le processus du cancer est négligé, le traitement de l'adénocarcinome gastrique implique également le retrait des métastases d'organes proches ou distants. À cette fin, on utilise une résection partielle suivie d'une transplantation hépatique, l'excision de la partie de l'intestin affectée par une métastase, en tout ou en partie, en fonction de l'ampleur du processus pathogénétique, l'ablation de l'œsophage.

C'est important! Un adénocarcinome de l'estomac après une intervention chirurgicale et des cycles de chimie et de LT supplémentaires arrêtent son développement, mais il existe toujours un risque de rechute de la maladie. Les spécialistes recommandent à tous les patients qui suivent avec succès les cours thérapeutiques spécialisés et le processus de réadaptation ultérieur de porter une attention particulière à leur santé et de respecter scrupuleusement toutes les recommandations postopératoires du médecin traitant.

Rechutes et métastases dans l'adénocarcinome de l'estomac

Cette pathogénèse, appelée par les spécialistes du cancer glandulaire, est assez insidieuse. Même en cas de succès du traitement, on ne peut pas dire qu'une personne qui a suivi un traitement soit totalement exempte de processus oncologiques. Cela est dû à la capacité de la pathologie à commencer à métastaser au tout début de son développement. Les métastases dans l'adénocarcinome de l'estomac sont transmises par le sang ou la lymphe, ainsi que par contact, c'est-à-dire qu'elles germent dans les organes internes situés à proximité. Le plus souvent, le processus de métastase affecte le foie, les poumons et les structures osseuses.

La récidive d'un adénocarcinome de l'estomac mérite d'être attendue dans un proche avenir si le patient était diagnostiqué avec le stade 4 de métastases et suivait un traitement palliatif. Une exacerbation rapide de la maladie (dans les 2-3 prochains mois) survient chez 65 à 70% des patients cancéreux traités. Il convient également de noter que dans la pratique clinique oncologique, bien que rarement, un certain nombre de cas sont signalés lorsque la récidive du processus tumoral est survenue plus de 30 ans après la réalisation de l'opération accompagnée d'un adénocarcinome de l'estomac qui s'est terminé avec succès.

C'est important! Plus le processus de récidive est tardif dans le cancer glandulaire, plus l'issue attendue est favorable. Le début de la récurrence de la pathologie oncologique du principal organe digestif presque immédiatement après une cure de traitement aboutit généralement au décès, ce facteur négatif est particulièrement aigu chez les patients âgés.

Pronostic pour adénocarcinome de l'estomac

La réponse à la question de savoir combien de temps une personne atteinte d'un cancer glandulaire diagnostiqué peut vivre directement dépend du stade auquel se situe le processus de malignité. Habituellement, le pronostic de l'adénocarcinome de l'estomac est plutôt décevant. Cela est dû à l'absence de possibilité de détection précoce du fait de l'évolution asymptomatique. Même en cas de détection précoce et accidentelle de l'état pathogénétique, les résultats à long terme, qui seront fournis par une intervention chirurgicale et une chimiothérapie en temps opportun, avec un adénocarcinome de l'estomac dépendront de l'état de l'immunité humaine et de la structure histologique des structures tumorales:

  • la mortalité peropératoire (survenant au cours de la chirurgie radicale) est d'environ 3%;
  • le taux de survie à cinq ans au stade I du développement atteint 90%, au stade II - 50 à 70% et au stade III, les chances de prolonger la vie ne restent que chez 20% des patients.

Identifiée dans les stades ultérieurs, une tumeur inopérable de l'estomac, l'espérance de vie est considérablement réduite. En règle générale, dans une telle situation, les patients ne résistent pas plus de six mois et, dans certains cas, le temps peut être réduit à 1-2 mois, voire à plusieurs semaines. La prévision est aggravée par l'apparition de rechutes locales.

Prévention du cancer gastrique

Afin d'éviter un type d'adénocarcinome gastrique différencié élevé, moyen ou faible, il est nécessaire de respecter certaines règles simples. Ils concernent à la fois le mode de vie et la correction du régime alimentaire humain.

La prévention de l'adénocarcinome de l'estomac est réalisée comme suit:

  1. S'inscrire auprès d'un gastro-entérologue et se soumettre à des examens annuels permettant de détecter rapidement le début du processus de malignité s'il existe des antécédents ou des soupçons sur le développement de pathologies précancéreuses telles que la polypose, l'ulcère peptique ou la gastrite atrophique.
  2. Ajuster le régime quotidien. Un nutritionniste expérimenté vous aidera à élaborer un plan de menu individuel adapté à votre état pathogène.
  3. Abandonnez complètement la dépendance à la nicotine, l'abus d'alcool et une tendance à trop manger, surtout le soir.

Malheureusement, il n'est pas possible d'éviter complètement la survenue d'un processus malin dans le principal organe digestif. Cela est dû au manque de connaissances sur ces types de maladies. En dépit du fait qu'il n'existe aucun traitement définitif contre le cancer, il est tout à fait possible de réduire le risque de développement d'un état pathogénique. Pour ce faire, vous devez simplement vous soumettre à des examens préventifs réguliers effectués par un gastro-entérologue et suivre scrupuleusement toutes ses recommandations.

Adénocarcinome de l'estomac: symptômes, méthodes de traitement modernes

L'adénocarcinome de l'estomac est appelé une tumeur maligne qui se développe à partir de cellules de l'épithélium glandulaire. Ce type de cancer est très répandu et se classe au quatrième rang des cancers.

Dans cet article, nous allons vous familiariser avec les principaux facteurs prédisposants, types, manifestations et méthodes de diagnostic et de traitement de l'adénocarcinome gastrique. Ces informations aideront à décider de la nécessité d'un examen régulier et de l'accès rapide à un médecin lorsque les premiers signes possibles de cette maladie dangereuse apparaissent.

En règle générale, la tumeur commence à se développer dans la région pylorique ou antrale de l'estomac et ne se manifeste pas au stade initial de la croissance. Sa formation peut prendre très longtemps et parfois cette période dure environ 15 à 20 ans. L'évolution de ce cancer aggrave considérablement l'apparition de métastases. Ils se développent dans 82% des cas.

En règle générale, l'adénocarcinome de l'estomac est détecté chez les personnes âgées de 45 à 50 ans et, plus souvent, une tumeur est détectée dès le stade III-IV. Plus enclins à cette maladie les hommes.

Raisons

La cause sous-jacente du développement d'une tumeur cancéreuse à partir des cellules de l'épithélium glandulaire de l'estomac devient l'inhibition de la sécrétion et une perturbation marquée du flux de sang et de nutriments vers les parois de l'organe. De tels changements sont généralement provoqués par l'exposition à divers agents cancérigènes et facteurs:

  • goudron de tabac;
  • l'alcool;
  • produits alimentaires à forte teneur en nitrites: aliments gras, salés et fumés;
  • régimes prolongés;
  • la présence dans l'estomac de la bactérie Helicobacter pylori;
  • travailler dans des industries dangereuses;
  • vivre dans des zones écologiquement défavorables ou radioactives;
  • prédisposition génétique.

La plupart des experts notent que les affections suivantes deviennent des affections fréquentes de l'adénocarcinome de l'estomac:

Classification

Selon la classification de Bormann, on distingue cinq espèces principales et quatre sous-espèces d’adénocarcinomes gastriques.

Types d'adénocarcinome de l'estomac:

  • polypose - un type limité de néoplasme;
  • ulcératif - tumeur avec des frontières étendues;
  • Le pseudo-ulcère est un néoplasme ressemblant à un ulcère de l'estomac.
  • diffuse - un néoplasme qui n'a pas de frontières claires;
  • un groupe de néoplasmes du type non secret.

Sous-espèces d'adénocarcinomes de l'estomac:

  • papillaire - la tumeur a la forme d'un doigt, passant des papilles de l'épithélium à l'intérieur de l'estomac;
  • tubulaire - le néoplasme est constitué de structures kystiques étendues ou ramifiées;
  • muqueuse - le néoplasme produit constamment du mucus (il est toujours visible lors d'une gastroscopie);
  • anneau cricoïde - le néoplasme s'étend aux couches intérieures de l'estomac.

Selon le type de structure cellulaire, l'adénocarcinome gastrique peut être:

  1. Faible différencié. Traite le plus malin et agressif. Les cellules ne remplissent pas leurs fonctions car leur structure est complètement perturbée. La tumeur se forme très rapidement, se répand dans l'épaisseur des autres parois du corps. Il forme rapidement des foyers secondaires et a un mauvais pronostic.
  2. Très différencié. La structure des cellules tumorales diffère peu de celle des cellules normales. Ils remplissent partiellement leurs fonctions. Le noyau de la cellule s'allonge. La tumeur se développe lentement et peut être asymptomatique pendant de nombreuses années. Dans la plupart des cas, le pronostic de l'évolution de la maladie est favorable, mais la probabilité de non récurrence est plus élevée lorsque le processus de cancer est détecté aux stades précoces.
  3. Modérément différencié. Il occupe une place intermédiaire entre une tumeur haute et une tumeur peu différenciée. Comparé à un néoplasme hautement différencié, il possède un plus grand nombre de cellules atypiques. Lorsque identifié dans les étapes initiales a des projections favorables.
  4. Indifférencié. Contrairement à d'autres espèces, il n'y a presque pas de structures glandulaires dans un tel néoplasme.
  5. Indifférencié. Le néoplasme ne se forme pas à partir de structures glandulaires, ne présente aucun signe de différenciation et a un pronostic défavorable.

Les symptômes

Dans la plupart des cas, l’adénocarcinome se développe lentement et c’est pourquoi la tumeur est généralement détectée aux stades III à IV et, au début, elle est retrouvée par hasard lors de l’examen d’une autre maladie ou lors des examens de routine.

Aux premiers stades, l'adénocarcinome peut ne pas se manifester ou être accompagné de troubles dyspeptiques à court terme, perçus par le patient comme un excès de nourriture normal ou une consommation d'aliments de qualité médiocre. Ils peuvent être exprimés par des éructations, des nausées, un manque d'appétit, des douleurs mineures à l'estomac ou des distensions abdominales périodiques. Le patient a souvent une aversion et une intolérance aux aliments protéinés - plats de poisson et de viande.

Dans les étapes ultérieures, les symptômes suivants apparaissent:

  • douleurs - leur apparition n'est pas associée à la prise de nourriture, des sensations douloureuses peuvent irradier vers le sternum, l'omoplate ou le dos;
  • troubles des selles - un néoplasme déstabilise la digestion des aliments et conduit à la constipation ou à la diarrhée;
  • manque complet d'appétit - apparaît dans les étapes ultérieures;
  • perte de poids - causée par une perte d'appétit et la digestion des aliments;
  • selles goudronneuses - se produisent lors de saignements gastriques causés par la désintégration de la tumeur et sa propagation aux parois de l'estomac et des organes adjacents;
  • vomissements d'aliments ou de sang - causés par des troubles digestifs ou la désintégration de la tumeur;
  • intoxication générale - léthargie, faiblesse et diminution de la capacité de travail.

Une perte d'appétit, des troubles digestifs et des hémorragies gastriques occasionnelles provoquent une anémie. En conséquence, le patient pâlit et la peau devient légèrement jaunâtre. Une diminution du taux d'hémoglobine entraîne une détérioration de l'apparence des cheveux, de la peau et des ongles.

Avec un adénocarcinome de l'estomac, le patient peut parfois présenter une hypersalivation et une augmentation de la température allant jusqu'à 37,5 ° C. Le fonctionnement du système nerveux, exprimé en irritabilité excessive, apathie et développement de la dépression, est altéré.

Dans certains cas, l’apparition et le développement d’un adénocarcinome ne sont pas accompagnés de douleur ni d’indigestion. Une telle évolution de la maladie est très dangereuse, car de tels cancers sont détectés à la dernière étape et leur élimination chirurgicale est inefficace.

Les étapes de l'adénocarcinome de l'estomac

Stade I

Le processus tumoral affecte uniquement la membrane muqueuse de l'estomac. La taille de la tumeur est minimale et ne pénètre pas dans les autres organes. Les symptômes d'intoxication et les signes spécifiques manquent toujours. Un patient ne peut que ressentir une perte d'appétit.

Étape II

Le processus tumoral se propage à la couche musculaire et aux ganglions lymphatiques les plus proches. Le patient présente des signes légers d'indigestion, il y a périodiquement des douleurs non intensives, une aggravation de l'appétit et les premières manifestations d'une intoxication générale sont observées.

Étape III

Le processus tumoral s'étend à toutes les couches de l'estomac et commence à pénétrer dans d'autres organes (pancréas, oesophage, foie) et dans les tissus du péritoine. Les métastases sont détectées non seulement dans les ganglions lymphatiques voisins, mais aussi dans les ganglions lointains.

Étape IV

Le processus tumoral est caractérisé par de multiples métastases.

Métastase

L'apparition précoce de métastases dans l'adénocarcinome de l'estomac aggrave considérablement les prévisions quant à l'évolution de ce cancer. Des foyers secondaires sont généralement formés dans les organes abdominaux: foie, pancréas ou rate. Parfois, les métastases affectent les tissus mous de la région ombilicale ou les poumons. Avec la défaite de ce dernier, le patient a une toux douloureuse, dans laquelle des traînées de sang apparaissent dans les expectorations.

Des complications

L'adénocarcinome de l'estomac peut être compliqué par les conditions suivantes:

  • perforation de l'estomac - la tumeur envahit toutes les couches de l'organe et peut provoquer leur fusion et leur perforation; leur contenu est alors versé dans la cavité abdominale et provoque l'apparition d'une péritonite;
  • saignements d'estomac - les cellules cancéreuses endommagent les parois des vaisseaux sanguins et développent des saignements;
  • anémie - une violation de la digestion et des saignements fréquents entraînent une diminution du taux d'hémoglobine dans le sang;
  • sténose pylorique - la croissance des tissus tumoraux peut provoquer un rétrécissement de la lumière pylorique et rendre difficile le passage des aliments de l'estomac à l'intestin;
  • ascite - les tissus tumoraux pressent les vaisseaux veineux et provoquent une accumulation de liquide dans la cavité abdominale.

Diagnostics

Pour confirmer le diagnostic d'adénocarcinome de l'estomac, il convient de réaliser les types d'études suivants:

  • œsophagogastroduodénoscopie - cette méthode de recherche endoscopique permet d’identifier les foyers suspects de la muqueuse gastrique et de réaliser une biopsie des tissus nécessaire à l’analyse histologique;
  • radiographie avec contraste - vous permet de définir la zone de localisation de la tumeur et d'identifier les violations du péristaltisme de l'estomac;
  • Ultrasons des organes internes - affectés à la détection des métastases;
  • Une tomodensitométrie est réalisée pour identifier le foyer principal de l'adénocarcinome et ses métastases;
  • tests de dépistage de Helicobacter pylori (analyse de sang, fèces et test respiratoire) - lorsqu’il est détecté, un traitement approprié est prescrit;
  • test sanguin pour les marqueurs tumoraux - est effectué en cas de suspicion d'adénocarcinome gastrique;
  • des tests sanguins cliniques sont prescrits pour détecter l'anémie, l'inflammation et les troubles digestifs.

Traitement

La tactique du traitement de l'adénocarcinome de l'estomac est déterminée après un examen détaillé du patient et l'identification du stade du processus tumoral.

Selon le stade du cancer, l'emplacement de la tumeur et sa structure histologique, une technique chirurgicale est utilisée pour retirer la tumeur:

  • résection sous-totale - une partie de l'estomac et une partie des tissus situés près de la tumeur sont retirées;
  • gastrectomie - tout l'estomac est enlevé avec une partie de l'œsophage, de l'intestin grêle, des ganglions lymphatiques et des tissus.

Avant et après la chirurgie, le patient peut recevoir une radiothérapie et une chimiothérapie visant à réduire la taille de la tumeur et à prévenir le développement de rechutes après l'intervention.

Aux stades avancés, lorsque l'opération chirurgicale est déjà inefficace, le patient subit des interventions palliatives:

  • traitement au laser endoluminal - cette technique permet de détruire les cellules cancéreuses avec un laser;
  • stent endoluminal - un stent est inséré dans l'estomac pour permettre au patient de se nourrir seul.

Aux derniers stades de l'adénocarcinome, on prescrit à la patiente une radiothérapie, des séances de chimiothérapie, des analgésiques et des médicaments pour améliorer les fonctions de l'estomac.

Dans le schéma de la chimiothérapie, il faut prendre deux cytostatiques ou plus. Pour cela peut être utilisé:

  • L'épirubicine;
  • Le docétaxel;
  • Le cisplatine;
  • Oxaliplatine;
  • Irinotécan et autres

Traitement par des méthodes folkloriques

N'oubliez pas qu'il est impossible de guérir l'adénocarcinome de l'estomac avec l'aide de méthodes traditionnelles! Les recettes folkloriques peuvent être utilisées exclusivement sur les conseils d'un médecin et uniquement pour améliorer la digestion.

Prévisions

La survie totale à cinq ans de l'adénocarcinome gastrique est d'environ 20%. Un pronostic aussi décevant est dû au fait que dans la plupart des cas, une tumeur est déjà détectée à un stade avancé.

La survie à cinq ans, selon le stade de l'adénocarcinome, est la suivante:

  • Stade I - environ 80%;
  • Stade II - un peu plus de 50%;
  • Stade III - de 15 à 38%;
  • Stade IV - pas plus de 5%.

Si un adénocarcinome est détecté à la dernière étape, l’espérance de vie du patient ne dépasse pas un an.

Quel médecin contacter

En cas de détérioration de l'appétit, de troubles digestifs ou de douleurs à l'estomac, vous devez contacter votre gastro-entérologue. Pour détecter un adénocarcinome, le médecin vous prescrira des FGD, des radiographies avec contraste, des ultrasons, un scanner et des tests de laboratoire nécessaires. Si vous confirmez le diagnostic, vous aurez besoin d'un traitement par un oncologue.

L'adénocarcinome de l'estomac est une maladie oncologique fréquente et insidieuse qui, dans la plupart des cas, est déjà diagnostiquée au stade III-IV. Pour détecter rapidement une telle tumeur, il est nécessaire de consulter un médecin dès l'apparition de ses premiers signes - détérioration de l'appétit et dyspepsie. La tactique de traitement de l'adénocarcinome est déterminée par le stade du processus tumoral, le site de localisation et le type histologique du néoplasme.

Adénocarcinome de l'estomac

Le cancer glandulaire ou adénocarcinome de l'estomac est une maladie assez commune, qui est de plus en plus détectée. De nombreux médecins pensent que la prévalence de la pathologie est associée à une baisse de la qualité des produits alimentaires sur le marché.

On pense que la formation d'adénocarcinomes gastriques repose sur un excès de nitrites et de nitrates dans les aliments. Une fois dans l'estomac, ces composés sont convertis en substances spéciales qui détruisent les muqueuses, créant ainsi des conditions favorables à la mutation cellulaire. En règle générale, la maladie est diagnostiquée chez les patients âgés de 45 ans et plus.

Qu'est-ce qui cause un adénocarcinome à l'estomac?

Cette oncopathologie est formée à partir de cellules glandulaires gastriques. Outre une mauvaise nutrition, il existe d'autres facteurs qui déclenchent l'apparition de cette maladie.

Ces facteurs incluent: l'abus d'alcool fort, les défauts gastriques chroniques qui ne sont pas correctement guéris (ulcère, gastrite, polypes gastriques), l'obésité, l'hérédité, la vie dans des régions peu écologiques, l'acidité réduite de l'estomac, ayant un caractère constant, consommation fréquente de sel de table en grande quantité.

Si nous parlons de nutrition, alors provoquer un cancer gastrique peut entraîner une consommation excessive de cornichons, produits alimentaires fumés, aliments en conserve, viande rouge grasse, sodas, café, fast-food. La détection et l’élimination rapides des maladies chroniques de cet organe jouent un rôle important dans la prévention du cancer gastrique.

Précancéreuse

De nombreux médecins pensent que les polypes gastriques et le reflux œsophagien chronique sont des pathologies pré-oncologiques. Les chances de dégénérescence des cellules cancéreuses avec de telles maladies sont d'environ 30%. L'ulcère gastrique chronique, caractérisé par l'activation de la bactérie Helicobacter pylori au stade aigu, est également très dangereux.

En général, le rôle des bactéries dans la formation de l’oncopathologie est actuellement étudié de manière très active. Par exemple, le virus du papillome est déjà considéré comme une cause à part entière de mutation cancéreuse de cellules de localisation différente. Les streptocoques, les staphylocoques et certains champignons jouent également un rôle important dans la transformation cancéreuse des structures cellulaires.

Symptomatologie

L'adénocarcinome de l'estomac progresse par étapes et plutôt lentement. Pour cette raison, il est problématique d’identifier ses premiers symptômes. Au premier stade, les signes cliniques sont flous. Une lourdeur gastrique, des nausées peuvent être ressenties; le patient souffre souvent de constipation; il y a perte de poids et manque d'appétit.

En pratique médicale, ces symptômes sont combinés dans un groupe spécifique appelé «syndrome des petits signes». Ces déviations sont caractéristiques d'autres défauts, mais leur présence prolongée justifie un examen médical approfondi. Aux stades suivants, les symptômes deviennent plus prononcés.

Quel est le danger

Dans 90% des cas, il donne des métastases aux organes voisins et distants. Souvent, la maladie est diagnostiquée au 4ème stade de progression, lorsque l'opération et la "chimie" sont déjà inefficaces. Les indicateurs communs de la maladie progressive sont:

- douleur dans la région dite épigastrique,
- changement des préférences gustatives (par exemple, il y a une aversion pour tout aliment contenant des protéines),
- salivation pathologiquement active,
- vomissements fréquents (une attention particulière doit être accordée aux vomissements avec des impuretés du sang, car il s'agit d'un indicateur important du cancer gastrique), des impuretés du sang dans les selles, qui changent de consistance.

Cependant, même avec une progression active, le cancer peut évoluer de manière secrète. Ces médecins oncochagi appelés "muets"; ils sont chargés du plus grand danger. Parmi les symptômes indirects de la maladie en question, on peut distinguer une manifestation faible d'anémie, une faiblesse générale, une augmentation des indicateurs de température corporelle au niveau de 37,5 degrés. Les patients sont souvent tourmentés par une dépression prolongée.

Diagnostiquer

Pour identifier l'oncologie glandulaire gastrique, un ensemble standard de mesures diagnostiques est réalisé: gastroscopie (observation de zones altérées de la muqueuse), fluoroscopie gastrique, échographie abdominale, laparoscopie (aide à déterminer le stade de la pathologie cancéreuse et les métastases dans le foie ou la cavité abdominale) et des tests sanguins pour les marqueurs tumoraux.

Cependant, le meilleur (en termes de précision) est une biopsie avec examen ultérieur du matériel en laboratoire. À l'aide d'une biopsie, vous pouvez déterminer le type de lésion d'adénocarcinome.

Variétés de pathologie

Cette pathologie est classée en fonction du degré de différenciation des cellules cancéreuses:

- mal différenciée (la variété la plus dangereuse avec une malignité accrue), en présence de cette morphologie, des prédictions négatives sont presque toujours données, car le foyer métastase rapidement aux noeuds et aux organes voisins;
- oncologie gastrique modérément différenciée (affection de gravité moyenne) - la structure tissulaire au cours d'une telle maladie varie modérément;
- hautement différenciée (le type de lésion le plus favorable) - a un faible degré de malignité.

Quant aux lésions de l’adénocarcinome du rectum, elles sont assez dangereuses pour la vie humaine. Pour cette raison, il est extrêmement important de connaître ses principaux signes afin de consulter rapidement un médecin. Ce n'est que de cette façon que le traitement aura un effet.

Stades de progression de la maladie considérée

Le stade précoce est souvent asymptomatique. A ce stade, la formation de l'agent pathogène a de petites dimensions et se situe dans les limites de la muqueuse gastrique. La pénétration dans les structures tissulaires voisines est absente. En outre, il n'y a pas d'intoxication, qui est généralement déclenchée par les déchets produits par le oncochag. Le seul indicateur (et le plus prononcé) de cette maladie peut être une détérioration de l'appétit.

Adénocarcinome de stade 2 de l'estomac - commence à augmenter les dimensions de la tumeur. Cela conduit à la pénétration de l'oncog dans la couche musculaire gastrique. Les composants cellulaires pathogènes peuvent commencer à se répandre dans le système lymphatique humain. Les symptômes continuent d'apparaître très faiblement et flous.

Étape 3 - toutes les couches des parois de l'estomac sont touchées; aussi, les organes voisins sont touchés. Oncochagi secondaire formé, situé dans les ganglions lymphatiques proches et lointains.

Étape 4 - il y a plusieurs métastases, l'étape n'est pas compatible avec la longue vie du patient. Il y a une forte probabilité de complications de la pathologie avec des problèmes supplémentaires: saignements fréquents, obstruction intestinale. Ce peut être un traitement palliatif visant la durée et la qualité de la vie.

A Propos De Nous

Les cancers sont traités de différentes manières, l’un d’eux étant la destruction de leur structure cellulaire, agissant sur le rayonnement isotopique.