Adénocarcinome ou cancer glandulaire

Le cancer du côlon est un phénomène très fréquent. Par exemple, aux Etats-Unis, il occupe la deuxième place après le cancer du poumon, en Russie - la troisième. Ces dernières années, l'incidence de cette maladie a augmenté en raison de la détérioration de la qualité des aliments et de la popularité croissante des fast-foods et des plats préparés. La majorité des patients sont des personnes âgées de 50 à 60 ans, mais il existe également des patients jeunes. Dans cet article, vous découvrirez le type de cancer colorectal le plus courant et le plus dangereux, l’adénocarcinome du cæcum (ASC).

Bases de la maladie

Le caecum est la première partie du gros intestin. C'est le lien entre cela et l'intestin grêle. À la place de leur intersection, il y a une vanne qui empêche les aliments d'entrer dans l'ordre inverse. En outre, le cecum est connecté à l'annexe. C'est un petit processus qui agit comme défense contre les bactéries et qui sécrète également des hormones et des enzymes pour la digestion.

Le caecum est impliqué dans le traitement des aliments, à savoir, aspire le liquide du chyme, qui se transforme ensuite en matière fécale. C'est un sac d'environ 6 cm de long, recouvert d'une membrane muqueuse contenant beaucoup de fibres musculaires et de glandes. En raison de la charge de travail constante, cet organe devient souvent le site de l'apparition des tumeurs. Le cancer du cécal représente environ 40% de toutes les pathologies du cancer du côlon. Parmi ceux-ci, plus de 90% sont des adénocarcinomes, qui se développent à partir du tissu glandulaire de la muqueuse intestinale.

Cellules cancéreuses du cancer glandulaire du caecum

L'oncologie du cæcum est dangereuse en raison de son éloignement de l'anus et de ses symptômes tardifs. En outre, il provoque souvent des modifications nécrotiques des intestins, des processus inflammatoires, des œdèmes et des hémorragies.

Ces tumeurs malignes se métastasent plus souvent aux ganglions lymphatiques régionaux. Rarement, cela se produit dans le sang. En développement, l'adénocarcinome se développe à travers les membranes du caecum et peut toucher les organes adjacents (intestin grêle, vessie, utérus avec appendices, prostate, paroi abdominale et autres). Les métastases à distance se trouvent dans la plupart des cas dans le foie, moins souvent dans les poumons, le cerveau et les os.

L'adénocarcinome du caecum peut devenir exophytique ou endophytique, c'est-à-dire dans la lumière d'un organe ou dans son enveloppe. Pas rarement des options mixtes.

Il existe un adénocarcinome du cæcum élevé, modérément et peu différencié. Le pronostic le plus favorable sera pour les patients avec un diagnostic d'adénocarcinome hautement différencié, car les cellules d'une telle tumeur ne sont pas très différentes de celles en bonne santé et peuvent donc remplir leurs fonctions. Le problème est que ce type est rare.

Causes de la maladie

La nutrition humaine joue un rôle important dans le développement du cancer de l'intestin. Lorsque vous consommez de grandes quantités d'aliments gras dans votre corps, le cholestérol s'accumule et, entrant dans le gros intestin, se transforme en produits toxiques et en acides. Le manque de fibres, présent dans de nombreux fruits et légumes, a un effet négatif sur le processus de digestion, ralentissant le passage des matières fécales dans les intestins. De tels processus ont sans aucun doute une incidence négative sur le travail de ce corps. Il convient de faire attention aux différents régimes qui offrent une nutrition protéique.

Autres causes du développement d'une tumeur du caecum:

polypes. Certains types de ces lésions bénignes sont souvent transformés en lésions malignes, ce qui a été prouvé par plusieurs études. Il est donc nécessaire de procéder à leur élimination dans le temps;

maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (par exemple, la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn). Les personnes souffrant de colite ulcéreuse depuis plus de 30 ans, 50% deviennent des oncologues;

l'hérédité. Les personnes atteintes d'un cancer colorectal dans la famille ont deux à trois fois plus de risques de développer un adénocarcinome du cæcum. Le risque de développer un cancer est significativement plus élevé en présence de maladies génétiques telles que le syndrome de Turco, le sexe, la polypose diffuse;

Meastasis peut-être dans le caecum du cancer d'autres organes (par exemple, utérus, ovaires, testicules, etc.). Il existe également un risque d'apparition d'une tumeur métachronique après son traitement dans une autre partie de l'intestin.

Les personnes à risque sont:

  • plus de 50 ans;
  • avec excès de poids;
  • avec des maladies chroniques de divers systèmes du corps;
  • avoir de mauvaises habitudes.

En règle générale, la formation d'une tumeur maligne est due à l'impact d'une combinaison des facteurs ci-dessus.

Symptômes de l'adénocarcinome cécal

Très souvent, le cancer de l'intestin est diagnostiqué à un stade avancé en raison du fait que les gens ne prêtent pas suffisamment attention aux symptômes alarmants et ne se rendent pas à l'hôpital pendant longtemps. Cela peut être dû à une méconnaissance des signes d’une tumeur ou à une méfiance envers le médecin. Beaucoup de gens préfèrent se soigner eux-mêmes et font appel à un spécialiste lorsque la maladie s'est déjà propagée. Il faut également du temps pour diagnostiquer, parfois même un an ou plus. Pour ces raisons, vous devez faire attention à votre santé.

Rappelez-vous les symptômes d'une tumeur du caecum:

  • constipation Ils sont le résultat d'une compression et d'une obstruction intestinale;
  • un mélange de sang ou de mucus dans les matières fécales (signe de saignement interne);
  • douleur abdominale (causée par une inflammation, une obstruction ou une germination de la tumeur dans les tissus environnants);
  • l'anémie;
  • fausse envie de déféquer;
  • sensation de lourdeur et de gêne dans l'estomac, ballonnements, nausées et vomissements sont moins fréquents;
  • tumeur palpable (elle peut être ressentie lorsqu'elle atteint une grande taille);
  • température corporelle élevée.

Les étapes de l'adénocarcinome cécal

Il y a un cancer glandulaire de stade 5 du cæcum, y compris zéro, appelé cancer in situ:

  1. Stade 0 - à ce stade, la nucléation des cellules tumorales se produit, elles ne se trouvent que dans la muqueuse intestinale. Si vous détectez et supprimez une telle tumeur, la guérison est garantie à 100%;
  2. Le stade 1 est une tumeur mobile pouvant atteindre 2 cm, délimitée d'un tissu sain. Il affecte non seulement la membrane muqueuse, mais aussi la couche sous-muqueuse. Les métastases sont absentes;
  3. au stade 2, la tumeur se développe dans toutes les couches du caecum, mais ne va pas au-delà;
  4. L'adénocarcinome de stade 3 se caractérise par la propagation aux ganglions lymphatiques régionaux, aux tissus et organes voisins, mais sans métastases à distance;
  5. au stade 4, il existe de multiples métastases dans les ganglions lymphatiques, ainsi que des lésions d'organes distants. Un tel cancer est incurable. Une caractéristique du cancer colorectal est son développement lent. Il s'écoule longtemps avant que la tumeur ne se propage dans l'intestin jusqu'aux tissus voisins. Mais le long cours provoque le processus inflammatoire, ce qui provoque l'apparition de multiples foyers de la maladie.

Diagnostic de la maladie

Le diagnostic de l'adénocarcinome du caecum commence par un examen externe du patient, le médecin doit faire attention à la couleur de la peau et des muqueuses de la personne. Il effectue également la palpation de l'abdomen pour établir la présence de tumeurs dans les intestins et le foie. Attribuez une numération sanguine complète et du sang occulte dans les selles.

Ensuite, l'urologue ou le gynécologue procède à un examen numérique du rectum et du vagin chez la femme. Cela aidera à déterminer la présence de tumeurs, son emplacement approximatif, ainsi que l'état du rectum, de l'utérus des ovaires et de la paroi vaginale, qui peuvent également être impliqués dans le processus tumoral.

Pour confirmer le diagnostic utilisé de telles méthodes:

  • rectoscopie (examen du rectum et du côlon sigmoïde à l’aide d’un endoscope inséré dans l’anus). La méthode exacte qui vous permettra de voir l'adénocarcinome dans ces parties du gros intestin. La rectoscopie est souvent utilisée à des fins prophylactiques. Mais l'endoscope ne permet pas l'accès au caecum. Par conséquent, d'autres méthodes sont utilisées;
  • coloscopie. L'essence est la même que celle de la rectoscopie, mais cette technique vous permet d'examiner l'intégralité du gros intestin. Au cours d'une telle procédure, ils peuvent prélever un morceau de tissu tumoral pour examen en laboratoire. Cette procédure s'appelle une biopsie. Il est nécessaire d’établir le type de cancer et de déterminer le traitement à prendre;
  • l'irrigoscopie. La méthode par rayons X implique l’introduction d’un agent de contraste qui est distribué dans l’intestin puis visualisé par les rayons X. De cette manière, les contours de l'organe et les défauts et complications possibles peuvent être vus, mais des déviations mineures ne peuvent pas être détectées à l'aide d'une irrigation. Appliquez également d’autres méthodes de radiographie permettant d’identifier les métastases dans d’autres organes (radiographie thoracique, urographie, cystographie, urétrographie et autres);
  • L'imagerie par ultrasons des organes pelviens et de la cavité abdominale est une technique d'imagerie plus précise. Vous pouvez y voir les lésions possibles dans les intestins et les organes voisins, ainsi que la profondeur d'infiltration de la tumeur. L'échographie est une méthode indolore et peu coûteuse.
  • CT et IRM. Ils donnent même plus d'informations que les ultrasons, montrent même les plus petits défauts. Ils peuvent être attribués si les résultats d'autres études n'étaient pas clairs.

Sur la base des résultats obtenus, le médecin peut prescrire un traitement.

Vidéo informative:

Traitement de l'adénocarcinome cécal

Pour le traitement du cancer de l'intestin, une opération est réalisée pour retirer la partie affectée de l'organe. Cette méthode est la plus efficace. La chimiothérapie et la radiothérapie sont plus appropriées comme traitement supplémentaire, mais pour les tumeurs non résécables, elles peuvent faciliter la vie du patient et la prolonger un peu.

La chirurgie pour le cancer du caecum peut inclure l'ablation de ce segment de l'intestin avec les ganglions lymphatiques, ainsi que d'autres organes atteints de métastases. En cas de lésions multiples, l'opération ne donnera pas de résultat de guérison, mais pourra être effectuée pour éliminer les symptômes (par exemple, une obstruction). Après résection, une anastomose intestinale est réalisée pour rétablir son passage naturel. Cela se produit tout à la fois (immédiatement) ou par étapes (immédiatement une colostomie, et après un moment - une anastomose). Une antibiothérapie postopératoire et une anesthésie sont également nécessaires. Le patient devra ajuster la puissance.

L'efficacité de l'opération augmente considérablement après la préparation. Pour nettoyer les intestins, utilisez des régimes spéciaux, des lavements et des laxatifs pendant 5 jours avant la chirurgie. Vous pouvez également utiliser le lavage. Une telle formation réduit de 5 fois le risque de complications. La mort après chirurgie d'urgence est observée chez 20% des patients, et avec préparation - seulement chez 4%.

L'adénocarcinome intestinal étant plus sensible aux radiations, il est utilisé à la fois avant et après la chirurgie. La radiothérapie réduit considérablement la taille de la tumeur, aide à ralentir sa croissance et réduit également l'inflammation.

Également en utilisant la chimiothérapie, elle a un léger effet sur l'espérance de vie du patient par rapport à une opération unique.
Après le traitement devrait être examiné régulièrement. La première année, cela se fait une fois tous les trois mois. Le patient subit un examen des doigts, une irrigation et une coloscopie. C'est pour prévenir les rechutes. Le cancer est généralement détecté à nouveau au cours des 2 premières années. Dans ce cas, une nouvelle opération est effectuée, mais cela n'est possible que pour un tiers des patients. Pour d'autres, des soins palliatifs sont fournis.

Pronostic de l'adénocarcinome cécal

Le pronostic pour les personnes atteintes d'un cancer de l'intestin dépend de son stade. Le traitement d'une tumeur de premier stade au caecum donne une chance de vivre 5 ans pour plus de 90% des patients. Pour la deuxième étape, ce nombre est compris entre 80 et 85%. Lorsque la tumeur pénètre dans les ganglions lymphatiques, le pronostic se détériore considérablement. La survie à 5 ans dans de tels cas est de 40 à 50%. Plus le nombre de ganglions lymphatiques impliqués dans le processus est mauvais, plus le pronostic est sombre.

Les métastases multiples à distance n'offrent pratiquement aucune chance de survie. S'il s'agit de lésions uniques, par exemple, du foie, le taux de survie à 5 ans après sa résection atteint 30%.

Adénocarcinome du côlon hautement différencié

Un adénocarcinome du côlon hautement différencié fait référence à un certain nombre de maladies. À savoir - les tumeurs du côlon, aveugle, sigmoïde et du rectum, ainsi que la tumeur du canal anal.

Une tumeur se produit dans la couche glandulaire du tissu intestinal. Les cellules de l'adénocarcinome hautement différencié ressemblent par leur structure au tissu dans lequel la tumeur s'est développée. Cela vous permet de diagnostiquer rapidement le problème et, en raison de la faible agressivité des tumeurs hautement différenciées, il est possible et opportun de choisir la méthode de traitement optimale. En règle générale, les causes de l'adénocarcinome de haut grade du côlon sont communes à tous les emplacements possibles de la tumeur dans l'intestin grillé. En premier lieu, le mode de nutrition: faible teneur en fibres dans le régime, excès de farine, gras et épicé. En outre, un rôle important dans la survenue d'un adénocarcinome du côlon est joué par la constipation fréquente ou prolongée, toutes sortes de processus pathologiques du gros intestin, tels que la colite, les ulcères, les polypes. Un contact prolongé avec diverses substances toxiques a un certain effet, qui met particulièrement en évidence l’effet négatif de l’amiante. Comme dans les autres cas, le stress nerveux, l'hérédité, les dommages mécaniques, les traits liés à l'âge et les infections virales peuvent influer sur l'apparition de la maladie.

Code CIM-10

Où ça fait mal?

Adénocarcinome hautement différencié du caecum

Différentes tumeurs du gros intestin font actuellement l'objet d'une attention particulière de la part des scientifiques du monde entier. C'est le gros intestin qui représente maintenant la majorité des maladies oncologiques. La plupart des symptômes et des manifestations sont relativement communs à toutes les tumeurs du côlon, mais dans certains cas, des caractéristiques sont associées à l'emplacement.

En particulier, un adénocarcinome bien différencié est difficile car il ne peut pas être détecté avec un examen prophylactique standard. En tant que tumeur bien différenciée, elle a un faible degré d’agressivité, le polymorphisme cellulaire est modéré et la tumeur se métastase rarement.

Un certain danger est un adénocarcinome du cæcum dû au fait que les ganglions inguinaux et le foie sont à proximité.

Il existe un adénocarcinome du cæcum très différencié avec une fréquence à peu près égale chez les hommes et les femmes, l'âge d'apparition variant entre 50 et 60 ans. Bien qu'il existe une triste tendance à la baisse du seuil d'âge, cette maladie touche de plus en plus les jeunes. Les principaux symptômes sont les mêmes que pour presque toutes les autres tumeurs intestinales: faiblesse, faible taux d'hémoglobine, perte de poids soudaine, écoulement suspect avec excréments, sensation désagréable dans le bas-ventre, ballonnements, violation du mode de défécation. Les causes de l'adénocarcinome du caecum incluent les mêmes facteurs qui affectent généralement la possibilité de survenue non seulement de tumeurs intestinales, mais de toute autre tumeur. Ceux-ci incluent une mauvaise hérédité, des conditions environnementales défavorables, le travail avec des substances cancérogènes.

Les facteurs spéciaux comprennent deux aspects aussi importants que la consommation de fibres naturelles (fibres), ainsi que la possibilité de formation dans le caecum de phénomènes non malins tels que les polypes. Ces derniers ont à leur tour la capacité de se transformer assez souvent en malignité. Il est assez difficile de parler de prévention de ces maladies, car il sera plus fiable de se faire examiner régulièrement tous les six mois ou tous les ans par un médecin. Comme pour la détection opportune de ce cancer, le traitement est assez efficace.

Adénocarcinome sigmoïde hautement différencié

L'adénocracinome du côlon sigmoïde appartient à un groupe de maladies oncologiques appelé cancer du côlon. Le cancer du côlon est le problème le plus urgent en oncologie moderne. Parallèlement au développement actif de cette maladie, la possibilité de la médecine se développe également dans son étude et le développement de méthodes pour la combattre.

L'adénocarcinome sigmoïde hautement différencié est une tumeur à croissance plutôt lente qui n'est pas sujette aux métastases. Néanmoins, cela représente un danger assez grave. En particulier, le côlon sigmoïde lui-même présente des courbures, car une tumeur qui s'y développe peut être détectée trop tard. Il est également important de noter que, dans les premiers stades de développement, l'adénocarcinome du côlon sigmoïde ne donne pas de symptômes qui indiqueraient directement le développement d'un processus pathologique dans l'intestin. Au début, le patient ressent un malaise général, une faiblesse, des nausées, une fatigue. Un peu plus tard, douleur et lourdeur dans le bas de l'abdomen, altération des habitudes alimentaires, émaciation, pâleur de la peau peuvent survenir. Aux stades assez avancés, lorsque la tumeur a atteint une taille telle qu'elle crée des obstacles mécaniques, on observe une difficulté lors de la défécation, des taches apparaissent dans les matières fécales, telles que du sang ou du pus.

Les causes principales de l'adénocarcinome sigmoïde hautement différencié sont considérées comme un manque de fibres dans l'alimentation, un excès de substances irritant les intestins, des processus inflammatoires dans les intestins.

Adénocarcinome rectal hautement différencié

Aujourd'hui, le problème du cancer colorectal est le plus important parmi les problèmes de cancer du XXIe siècle. Le plus souvent se produit précisément adénocarcinome du rectum. C'est-à-dire le développement d'un cancer de l'épithélium glandulaire du rectum. En raison de l'énorme pertinence de cette maladie, une attention particulière est accordée non seulement au développement de méthodes de traitement modernes et progressives, mais également à l'étude des causes possibles de son apparition, ainsi qu'à une prévision plus précise du développement d'un adénocarcinome rectal. Bien qu'il n'y ait pas eu de percée visible dans la méthode de traitement dans le contexte du développement global de l'oncologie, les causes du cancer colorectal ont été identifiées plus précisément. Comme dans le cas de nombreux autres types de tumeurs, le contexte général, qui comprend la génétique, la santé en général et l'environnement, joue un rôle important. Mais dans le cas d'un adénocarcinome du rectum, l'interaction de la prédisposition génétique et de facteurs environnementaux joue un rôle particulier et n'est que dans certains cas à l'origine de mutations génétiques directes. Le principal groupe à risque de cette maladie est constitué de personnes âgées de 50 ans et plus. Le principal danger de la maladie réside dans le fait qu'elle révèle des symptômes prononcés à un stade assez avancé, alors que les prédictions d'un traitement, même le plus efficace, sont déjà plutôt décevantes. Les principaux symptômes de la maladie sont des douleurs abdominales douloureuses, l'apparition dans les selles de sang, de mucus ou même de pus, la pâleur prononcée de la peau du patient, la perte de poids active, une distension abdominale et des difficultés de défécation. En ce qui concerne les prévisions, une période critique est considérée cinq ans après le début de la maladie. Si le patient a vécu cette période, il aura alors une chance assez grande de vivre encore plusieurs années. Mais la mortalité au cours de cette période de cinq ans est assez élevée. Par conséquent, la meilleure prévention de l'adénocarcinome rectal est une étude préventive régulière. Une telle étude peut inclure une analyse des excréments pour le sang interne et également recommander une coloscopie aux personnes de plus de cinquante ans une fois par an.

Diagnostic de l'adénocarcinome du côlon hautement différencié

Le diagnostic correct de toute maladie détermine en grande partie l'issue de son traitement. Dans des cas aussi complexes que les processus oncologiques, il est toujours procédé à des recherches qui se chevauchent pour déterminer avec précision toutes les perspectives possibles du problème.

Dans tous les cas, le diagnostic commence par la définition des symptômes. Il est rare qu'une tumeur soit détectée lors d'une inspection aléatoire. Le plus souvent, les patients sont traités avec une ou plusieurs plaintes. Habituellement, le médecin examine indépendamment le patient. S'il existe la moindre raison de douter de l'exactitude du diagnostic, choisissez des méthodes de recherche supplémentaires. Le diagnostic par ultrasons, les tests sanguins pour des protéines spécifiques, certaines méthodes de détection, la sélection de tissus pour des analyses cytologiques et histologiques sont le plus souvent appelés méthodes.

Dans certains cas, il est décidé de simplement observer l'évolution de la maladie. Si nous parlons d'adénocarcinomes hautement différenciés, qui se développent lentement et se métastasent rarement, un traitement peut être prescrit pour freiner le développement de la maladie. Et observer les résultats d'un tel traitement peut également en dire long sur la maladie elle-même. En tout état de cause, les conclusions selon lesquelles il s'agit d'un adénocarcinome hautement différencié ne peuvent être qu'un oncologue, après avoir effectué une série d'études et d'observations. Néanmoins, la principale source d’information pour un diagnostic correct sera l’analyse histologique et cytologique, qui déterminera l’état des cellules, leur degré de différenciation et leur modification par rapport aux cellules du tissu de l’organe qui a formé la tumeur.

Qu'est-ce que vous devez examiner?

Qui contacter?

Traitement de l'adénocarcinome du côlon hautement différencié

L'adénocarcinome hautement différencié est un type de tumeur oncogénique, formé à partir de cellules de l'épithélium glandulaire, mais du point de vue de l'analyse histologique, la structure et la fonction de ces cellules ne diffèrent pas beaucoup de celles des autres cellules du tissu organique où la tumeur s'est formée. Dans la très grande majorité des cas, les tumeurs hautement différenciées se développent lentement et ne métastasent pas. Néanmoins, leur traitement ne peut être différé. Premièrement, parce que la différenciation des cellules peut changer (le niveau de différenciation des cellules diminuera), deuxièmement, en raison de la rapidité et du danger de développement d'une tumeur, de nombreux facteurs influencent, et pas seulement les résultats de l'analyse histologique.

Parmi toutes les méthodes possibles de traitement d'un adénocarcinome hautement différencié, la méthode chirurgicale est la méthode la plus fédératrice et la plus fiable. Il est rarement le seul. Mais de sa part, le plus souvent ne va nulle part. Avec des méthodes chirurgicales de traitement de l'adénocarcinome hautement différencié. Également largement utilisé et radiothérapie, chimiothérapie, hormonothérapie (dans le cas de tumeurs hormono-dépendantes). Mais il convient de noter que les méthodes auxiliaires ont, dans des cas différents, un degré d'efficacité différent (selon l'organe d'origine, le stade de développement).

Les méthodes chirurgicales étant le principal outil utilisé pour traiter divers maux, les méthodes de chirurgie chirurgicale sont considérablement améliorées. Certaines opérations dans la cavité abdominale sont réalisées sans incisions, à l'aide de micromanipulateurs, de mini-caméras pour le contrôle visuel.

Prévention de l'adénocarcinome du côlon hautement différencié

Les maladies oncologiques sont parmi les plus effrayantes et les moins contrôlées. Néanmoins, de nombreux facteurs ont été étudiés et influencés par certains types de cancer avec un degré de probabilité élevé. Un adénocarcinome hautement différencié peut survenir dans tout organe contenant de l'épithélium glandulaire. Par conséquent, la prévention elle-même peut être différente pour différents organes. Mais il existe des facteurs de risque absolument similaires pour tous les cas. Ceux-ci incluent toutes les mauvaises habitudes. Le tabagisme, par exemple, influence considérablement non seulement le développement du cancer du poumon, mais aggrave également considérablement le tableau du cancer du col utérin; l'alcool augmente le risque de développer un adénocarcinome de l'estomac et de la prostate. Un régime alimentaire sain est également important. La présence dans le régime d'une quantité suffisante de fibres réduit considérablement le risque de développement de toutes les variantes du cancer de l'intestin. Mais il est également important de faire attention à la qualité des produits consommés. Un grand nombre de composants synthétiques, de substances cancérogènes, d’exhausteurs de goût augmentent considérablement le risque de développer l’un ou l’autre des problèmes de cancer. Les prédispositions génétiques jouent un rôle important. Par conséquent, si l’on sait qu’il existe des cas de cancer dans la famille, il est alors possible de procéder à une analyse génétique de la propension à l’un ou l’autre type de cancer, puis d’étudier la situation de plus près. En tout cas, c’est un dépistage régulier de toutes sortes qui devient une garantie de santé. Il existe un certain nombre de conditions précancéreuses, telles que des polypes, une hyperplasie, une dysplasie de tissus de divers organes. Avec leur détection rapide, il est possible de prévenir avec succès le développement d'un cancer. Et même si un adénocarcinome très différencié a été détecté au cours d'études régulières, il se caractérise par une croissance lente et la possibilité de choisir la méthode de traitement la plus appropriée pour sauver le patient de ce problème pour toujours.

Le pronostic d'un adénocarcinome du côlon bien différencié

Le pronostic de tout cancer dépend de plusieurs facteurs. Dans la plupart des cas, les caractéristiques de la tumeur sont déterminantes: sa taille, le niveau de différenciation cellulaire histologique, le stade auquel le patient a demandé de l'aide, ainsi que l'état général du corps et un certain nombre de maladies associées. Dans le cas d'un adénocarcinome hautement différencié, on parle d'un niveau élevé de différenciation cellulaire, car une telle tumeur a souvent de bonnes prédictions, car la croissance d'une tumeur hautement différenciée se produit lentement et la métastase commence à un stade assez avancé. Mais un aspect important est le diagnostic opportun et correct et la rapidité de résolution de ce problème.

Malheureusement, les symptômes d'un adénocarcinome hautement différencié n'étant pas spécifiques, les patients se rendent souvent chez le médecin à un stade de développement assez avancé. Parfois, ces maladies peuvent être détectées par hasard - au cours d'autres recherches ou interventions chirurgicales. Bien sûr, les adénocarcinomes de divers organes ont une incidence différente, car certains d'entre eux, tels que l'adénocarcinome du gros intestin, de l'utérus, de la prostate, font l'objet d'une attention particulière et un dépistage plus fréquent est effectué, ce qui augmente la probabilité de détecter la maladie aux stades précoces et améliore considérablement le pronostic thérapeutique.

Si la tumeur a été retirée aux stades précoces, alors que la métastase n’avait pas encore commencé, jusqu’à ce que les autres organes et tissus soient endommagés, le pronostic est extrêmement positif. Le soi-disant taux de survie à cinq ans est un indicateur important. Si le patient a réussi à survivre cinq ans après la détection et l'élimination de la tumeur, on peut dire à l'avenir que la probabilité de récurrence ou de conséquences négatives est très faible. En outre, de bonnes prédictions peuvent parler dans le cas où il n'y a pas de facteurs aggravants. Par exemple, la présence de papillomavirus humain ou d'herpès dans le corps peut provoquer le développement d'un adénocarcinome, travailler avec des substances cancérigènes aggrave également la situation, la présence de mauvaises habitudes ayant une incidence négative sur le corps dans son ensemble. Une attention particulière devrait être accordée à la prédisposition génétique à un type particulier de cancer. Si une personne est à risque, le pronostic se détériore. Si, pendant ou immédiatement après la période de traitement, le patient continue à entrer en contact avec des facteurs négatifs, ne limite pas leur impact, cela conduit sans aucun doute à des prédictions négatives de récupération. Étant donné que même l'adénocarcinome bien différencié peut se développer rapidement et que la différenciation cellulaire peut diminuer, ce qui rend la tumeur agressive et peut compliquer considérablement la lutte contre les métastases.

L'adénocarcinome du côlon est l'un des problèmes d'oncologie les plus aigus de notre siècle. La fréquence de son apparition est en augmentation constante. Les principales causes présumées sont le manque de nourriture en fibres grossières. L'hérédité et l'écologie sont également importantes. Il existe de nombreuses méthodes innovantes pour traiter et diagnostiquer les tumeurs du côlon, mais en ce qui concerne les projections, il faut dire que les attitudes des patients jouent un rôle important. Le stade de développement de la maladie auquel le patient s'est adressé au médecin a toujours été d'une grande importance. Souvent, un certain nombre de tumeurs peuvent être détectées lors d'examens préventifs. Mais le proctologue est rarement inclus dans la liste des médecins visités à titre préventif. Souvent, les gens cherchent de l'aide alors que l'adénocarcinome a déjà atteint un niveau grave. Les adénocarcinomes du côlon très différenciés ne présentent pas de symptômes spécifiques, une faiblesse générale, une perte de poids ne risquent pas de conduire le patient non seulement à un proctologue, mais également à un médecin en général. L'adénocarcinome fortement différencié, bien que lentement, se développe. Et au stade où les patients trouvent du sang ou du pus dans les fèces, le pronostic général de la maladie n’est pas très bon. Il est généralement intéressant de parler de bonnes prédictions dans les cas où la tumeur est très petite et n’endommage pas les tissus et les organes. Dans ce cas, son retrait est facilement toléré et la probabilité de récidive est très faible. Dans d'autres cas, le pronostic est pire, plus la tumeur est grosse. Puisqu'il nécessite souvent une résection d'une assez grande partie de l'intestin, et afin d'éliminer complètement toutes les cellules affectées afin d'éviter une rechute. Il est également important de noter que, contrairement aux autres types d'adénocarcinomes, l'adénocarcinome très différencié du gros intestin est plutôt peu influencé par la chimie et la radiothérapie, car l'intervention chirurgicale reste le moyen le plus efficace et le plus rationnel de lutter contre la maladie.

Santé, vie, loisirs, relations

Adénocarcinome Cécal

L'adénocarcinome du caecum est une tumeur maligne de l'intestin assez commune. Habituellement, le pic de détection du cancer est enregistré à l’âge de cinquante-soixante ans, mais il peut être plus jeune. Des maladies précancéreuses sont présentes dans le caecum en cas de polypes villeux ou adénomateux, de rectite et de rectosigmoïdite. Les polypes ont une très forte probabilité de se transformer en cancer.

L'adénocarcinome du caecum est souvent dû à un certain nombre de facteurs. Il s’agit d’un régime irrationnel, car le régime contient trop d’aliments contenant des légumes, mais beaucoup de graisse et de farine. Les facteurs de développement comprennent l'hérédité, le travail avec l'amiante, la vieillesse, la présence d'une infection à papillomavirus humain, le sexe anal, la constipation chronique, les effets nocifs des produits chimiques, ainsi que des médicaments, la colite et les polypes du caecum, les tumeurs villeuses, la fistule chronique. Souvent, plusieurs facteurs fonctionnent en même temps.

Il est presque impossible de prévenir le cancer dans le caecum. Toute maladie intestinale est une question délicate pour les patients et de nombreux médecins. Seul un spécialiste très expérimenté est capable de reconnaître le problème à un stade précoce du développement d'une maladie intestinale. Mais anticiper le développement de l'adénocarcinome à l'avance est impossible.

Au moindre soupçon, vous ne pouvez pas différer la visite chez le spécialiste. Il est nécessaire de se débarrasser de la fausse modestie, car on peut finalement diagnostiquer un cancer du cæcum. Rappelez-vous: l’adénocarcinome doit être reconnu et guéri à un stade précoce.

Les projections relatives à la survie et à la gravité de la maladie dépendront des diverses caractéristiques de la tumeur. Ceux-ci incluent la taille initiale de l'adénocarcinome - avec les grandes tailles, les indicateurs sont extrêmement négatifs; profondeur de germination dans la paroi intestinale - avec une germination profonde, les prévisions sont décevantes; la présence ou l'absence de métastases locales; si les ganglions lymphatiques immunologiquement actifs régionaux peuvent traiter les métastases; et le degré de différenciation de la tumeur - l'adénocarcinome hautement différencié est détecté plus facilement que faible ou modérément différencié.

Au début, l'adénocarcinome ne se manifeste généralement pas. Lorsqu'une tumeur se développe, elle présente les symptômes suivants: manque d'appétit, entraînant une perte de poids rapide, fièvre, douleurs douloureuses, faiblesse générale du corps, mucus, sang et pus dans les selles, blanchiment de la peau, ballonnements et constipation. diarrhée, difficulté et douleur pendant les selles.

Selon son évolution, l'adénocarcinome est une maladie assez grave, qui entraîne diverses conséquences. En raison de la prolifération des cellules cancéreuses, la lumière dans l'intestin peut se fermer complètement, provoquant une obstruction intestinale. Avec une grosse tumeur, la paroi intestinale peut se percer, entraînant un saignement intestinal. Déjà à un stade ultérieur, il se produira un enveloppement de la tumeur des organes voisins et de leurs dommages ultérieurs. Dans le même temps, une péritonite est possible, ainsi que la formation de fistules, ce qui aggrave le pronostic et aggrave considérablement le traitement de la maladie.

Le traitement le plus efficace contre l'adénocarcinome du cæcum est la chirurgie. Les méthodes modernes de laparoscopie permettent l'opération sans ouvrir la cavité. Afin de ne pas blesser les tissus sains, les chirurgiens ont recours à une radiothérapie ciblée, ainsi qu’à l’injection ciblée de produits chimiques spécifiques.

L'adénocarcinome du caecum se développe de plus en plus chez des personnes d'âges très différents. Pour éviter cette maladie ne doit pas être ignoré une variété de maladies liées à cet organe. Avec une détection rapide du problème, le pronostic du traitement est plutôt favorable.

Adénocarcinome hautement différencié

L'adénocarcinome hautement différencié est la forme de cancer la plus simple et la plus insidieuse à la fois. D'un côté, il est facile à traiter, mais de l'autre côté, il est souvent latent, il est déjà détecté aux stades avancés de la maladie, lorsque l'efficacité du traitement et le pronostic sont nettement réduits.

L'adénocarcinome est une tumeur maligne qui se développe à partir de cellules de l'épithélium glandulaire. L'adénocarcinome hautement différencié est la forme la plus légère de cancer, bien traitable.

Des masses malignes se développent à partir des cellules épithéliales de la couche supérieure de la peau et de l'épithélium tapissant les surfaces internes des organes - vessie, utérus, estomac, intestins et autres organes. Il n'y a pratiquement aucune différence entre les cellules saines et les structures malignes. Les changements ne se manifestent que par la taille du noyau de la cellule - il est étendu.

  • Toutes les informations sur le site sont à titre informatif seulement et ne constitue pas un manuel pour l'action!
  • Seul le MÉDECIN peut vous fournir le DIAGNOSTIC EXACT!
  • Nous vous exhortons à ne pas vous auto-guérir, mais à vous inscrire auprès d'un spécialiste!
  • Santé à vous et à votre famille! Ne pas perdre courage

Raisons

Les scientifiques ne savent toujours pas la cause exacte du développement de pathologies malignes. Les médecins identifient uniquement les facteurs de risque qui augmentent la probabilité de développer une pathologie.

Les principaux facteurs de déclenchement comprennent:

  1. prédisposition génétique;
  2. âge avancé;
  3. les effets nocifs de facteurs externes, en particulier - le travail avec des composés chimiques, l’amiante;
  4. mauvaises habitudes - alcool et tabagisme;
  5. l'utilisation de drogues puissantes;
  6. surcharge émotionnelle régulière et stress;
  7. l'obésité et le diabète;
  8. la pathologie d'un organe - le rectum, les ovaires et d'autres peuvent déclencher le développement d'une tumeur maligne;
  9. infection par le papillomavirus humain;
  10. des taux élevés d'œstrogène (hormone féminine) peuvent entraîner un carcinome du col utérin;
  11. régime alimentaire déséquilibré avec une teneur prédominante en produits gras et riches et un manque de nourriture végétale.

Il y a même eu des cas où un adénocarcinome est apparu à la suite d'un régime alimentaire inapproprié.

Les symptômes

L'adénocarcinome hautement différencié affecte tous les organes du corps humain. Aux premiers stades de la maladie, il ne se manifeste presque pas.

Certains symptômes apparaissent à mesure que la tumeur se développe, principalement:

  • malaise général;
  • somnolence;
  • perte d'appétit et perte de poids;
  • diminution du nombre de globules rouges;
  • douleur douloureuse dans le néoplasme.

D'autres symptômes spécifiques sont déterminés par l'apparence de l'organe affecté.

Diagnostics

Le diagnostic comprend l'analyse des plaintes et l'anamnèse du patient, la réalisation d'études cliniques standard: analyses de sang et d'urine détaillées, analyse des matières fécales (pour la présence de sang caché), également réalisées:

  • examen échographique de l'organe prétendument touché;
  • le matériel biologique prélevé sur le site tissulaire affecté est soumis à un examen histologique;
  • si l'on soupçonne un cancer de l'intestin - un examen rectal numérique;
  • coloscopie - évaluation de l'état de la membrane muqueuse de la couche interne du côlon à l'aide d'une sonde spéciale;
  • irrigoscopie - examen radiologique du côlon;
  • échographie rectale;
  • radiographie si nécessaire.

Adénocarcinome du côlon hautement différencié

Le premier symptôme alarmant de cette pathologie est un écoulement inhabituel dans les masses fécales - pus, mucus, traînées de sang.

Rarement, une obstruction intestinale devient le premier signe d'un adénocarcinome du côlon. Dans ce cas, une intervention chirurgicale est inévitable.

Adénocarcinome Cécal

C'est l'une des pathologies malignes les plus courantes de l'intestin. Les polypes adénomateux et la proctite chronique peuvent provoquer le développement du cancer.
Avec un cancer du côlon du côté droit, des saignements occultes peuvent se produire, se manifestant par une faiblesse grave, une peau pâle et des symptômes évidents d'anémie.

Adénocarcinome du colon sigmoïde

Le cancer sigmoïde dans les premiers stades de la maladie est caché, ne provoque pas de plaintes du patient. Les périodes ultérieures sont caractérisées par des modifications des habitudes gustatives, des douleurs abdominales, une peau pâle et des selles altérées. La détection de la pathologie au stade initial n’est possible que par un dépistage régulier.

Adénocarcinome du rectum

Les personnes à risque sont sédentaires et / ou obèses.

Le cancer rectal dans les phases initiales est accompagné d'une fausse envie de vider l'intestin, d'un péristaltisme accru et de flatulences, de la constipation.

Les patients ont un teint de jaunâtre, des signes d'anémie et d'autres symptômes caractéristiques de l'oncopathologie.

Adénocarcinome de l'estomac

Le cancer de l’estomac peut se développer dans n’importe quelle partie de celui-ci, mais se manifeste le plus souvent à l’antre et au pylorique, "Out" de l'estomac. Les facteurs provoquant le cancer sont l’ulcère peptique, la gastrite atrophique et d’autres pathologies gastro-intestinales.

La maladie est difficile à diagnostiquer aux stades initiaux. Plus de 90% des diagnostics sont réalisés à un stade avancé. Dans le cancer de l'estomac, la probabilité de décès est très élevée.

Adénocarcinome de la prostate

Le cancer de la prostate est souvent diagnostiqué chez les hommes plus âgés. La tumeur se développe à partir des cellules glandulaires des structures tubulaires alvéolaires et est localisée principalement dans la région périphérique de la prostate. Dans le cancer, il y a douleur aux articulations de la hanche, la durée et la fréquence des mictions augmentent, le processus devient douloureux. Une incontinence peut survenir.

Adénocarcinome pulmonaire

Il se développe dans les tissus du poumon et diffère peu des structures cellulaires saines. Les facteurs contribuant au développement de la maladie comprennent le tabagisme actif / passif, l'inhalation régulière de substances cancérogènes (en production), les maladies pulmonaires chroniques chroniques. Les métastases dans le cancer du poumon sont particulièrement dangereuses: les métastases pénètrent non seulement dans les organes voisins, mais également dans les os, le foie, les glandes surrénales et le cerveau.

Les signes caractéristiques sont une toux accompagnée d'un écoulement abondant de crachats muqueux. Les cellules cancéreuses sont détectées par examen biologique des expectorations et par rayons X.

Adénocarcinome du sein

Le cancer du sein peut survenir après une blessure grave, accompagnée d'une mastopathie ou d'un déséquilibre hormonal. Les femmes souffrant d'infertilité sont à risque. La maladie peut être accompagnée de modifications visuelles (dépression du mamelon, gonflement, décoloration de la peau). La douleur survient aux derniers stades de la maladie.

Adénocarcinome de l'utérus

La maladie se manifeste par une odeur désagréable et des sécrétions inhabituelles dans la période intermenstruelle, des douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen, des saignements menstruels abondants, des saignements utérins.

Dans cet article, vous apprendrez comment les médecins traitent l'adénocarcinome du côlon.

Traitement de l'adénocarcinome hautement différencié

La tactique et l'intensité du traitement dépendent du stade de la maladie, de la présence ou de l'absence de métastases.

Différente localisation de la pathologie détermine ses propres caractéristiques de traitement, appliquent:

  • radiothérapie;
  • thérapie par neutrons;
  • chimiothérapie;
  • chirurgies.

La radiothérapie est utilisée pour ralentir le développement de la tumeur et sa destruction, ainsi que pour la destruction locale des métastases.

La thérapie aux neutrons est une méthode relativement nouvelle, similaire à la radiothérapie. La principale différence est qu'au lieu de l'irradiation habituelle, les neutrons sont utilisés. Les neutrons pénètrent dans les couches profondes de la tumeur, qui ont absorbé un oligo-élément particulier (par exemple, le bore) et détruisent les cellules malignes. Les tissus sains ne sont pas affectés.

La chimiothérapie est réalisée avec des médicaments qui inhibent la croissance des cellules malignes et provoquent leur destruction:

  • Le cisplatine;
  • Carboplatine;
  • «Docétaxel» ​​(souvent prescrit pour le cancer du poumon);
  • "Adriamycine";
  • La bléomycine;
  • Fluorocyle;
  • "Épirubicine" (avec carcinome de l'intestin et de l'estomac);
  • Vinblastine

Adénocarcinome de l'intestin et du côlon

L'adénocarcinome intestinal est un cancer qui se développe à partir de cellules glandulaires (caliciformes) de la couche interne de l'intestin. Il représente jusqu'à 80% de toutes les tumeurs malignes de l'intestin. Affecte souvent les départements du gros intestin, au moins - mince.

Selon les statistiques, l'adénocarcinome du côlon est le deuxième cancer en importance après le cancer du sein chez les femmes et le troisième, seul le cancer du poumon et de la prostate est transmis. Au total, le cancer du côlon représente 15% des cas de tumeurs malignes.

La maladie est un problème grave dans les pays développés. La prévalence la plus élevée aux États-Unis, au Japon et en Angleterre. N'oublions pas que dans ces pays, la détection de l'oncopathologie est la mieux établie. La Russie est à la cinquième place.

L'incidence maximale est observée entre 40 et 70 ans. L'Organisation mondiale de la santé a enregistré une tendance au rajeunissement de la pathologie. La difficulté du diagnostic en temps opportun réside dans l'absence de symptômes aux stades précoces et une forte progression de la croissance dans le futur.

Quelques mots sur les intestins et les cellules responsables de la maladie

L'intestin humain est divisé en 2 sections: mince et épaisse. La connexion avec l'estomac commence par la fin. Il y a:

  • duodénum;
  • maigre
  • iléon.

Voici le nombre maximum d'enzymes, la division et l'assimilation des nutriments. Tout ce dont vous avez besoin est absorbé dans le sang. Le gros intestin assure l'accumulation et la réabsorption d'eau, la formation d'une masse à partir de scories, leur élimination du corps. Il partage:

  • sur le caecum avec l'annexe (annexe);
  • côlon à quatre parties (ascendant, côlon transverse, descendant, sigmoïde et droit).

Le segment final est l'ampoule du rectum, du canal anal et de l'anus. Les cellules glandulaires sont situées sur la membrane muqueuse de tous les départements. Ils sont coincés entre l'épithélium, absents au sommet des villosités. Au total, jusqu'à 9,5% de la composition cellulaire de la membrane muqueuse de l'intestin grêle, la concentration augmente à mesure que vous approchez de la section épaisse. Ils diffèrent de leurs voisins par leur capacité à produire du mucus, ce qui est nécessaire pour protéger le mur des excréments qui passent.

Après la sécrétion du secret dans l'intestin, ils redeviennent prismatiques. La dégénérescence maligne se caractérise d'abord par une croissance lente dans l'intestin (croissance endophytique) ou externe (exophytique), puis par une transition rapide en métastase via les vaisseaux jusqu'aux ganglions lymphatiques, poumons, foie et autres organes les plus proches.

L'évolution la plus sévère survient à un jeune âge. Ceci s'explique par les modifications anatomiques des vaisseaux sanguins chez les individus après 40 ans: la lumière est réduite, l'activité du transfert de métastases est moins prononcée. Et jusqu'à 30 ans, l'intestin possède un réseau vasculaire et lymphatique prononcé, il présente un risque élevé de métastases.

Raisons

Pour examiner les causes de l'adénocarcinome, mettons en évidence le point commun caractéristique de toute localisation tumorale. Et les facteurs de risque les plus typiques seront pris en compte dans des cas spécifiques.

Il a été constaté que la dégénérescence tumorale des cellules glandulaires peut être causée par un régime alimentaire inapproprié avec une utilisation accrue:

  • graisses animales de viande, huile;
  • excès de bonbons;
  • plats frits, fumés, épicés;
  • boissons alcoolisées.

Dans le même temps dans le régime alimentaire ne suffit pas:

Les facteurs de risque incluent:

  • une tendance à la constipation;
  • polypes intestinaux;
  • inflammation chronique (colite, entérocolite);
  • prédisposition génétique;
  • eau potable de mauvaise qualité;
  • longue expérience professionnelle des risques professionnels;
  • la présence de papillomavirus;
  • passion pour le sexe anal.

Types de tumeurs en fonction des modifications cellulaires

La croissance tumorale modifie l'apparence des cellules glandulaires. Les cellules qui ont peu de différence par rapport aux cellules normales présentent le moins de danger. Les différencier (les distinguer) en fonction du degré de déviation peut être lors de l'examen cytologique du matériel de biopsie. Plus les caractéristiques distinctives sont prononcées, moins les cellules cancéreuses se différencient.

Parmi les néoplasmes tels que l'adénocarcinome intestinal, il y a:

  1. Tumeur hautement différenciée - sous un fort grossissement d'un microscope, contrairement à la normale, des noyaux de cellules agrandies sont observés, il n'y a pas de changements fonctionnels, donc un traitement rapide peut être efficace. Le traitement des patients âgés est particulièrement efficace. Peut atteindre une rémission à long terme. Chez les patients jeunes, le risque de rechute dans les 12 prochains mois ne disparaît pas.
  2. Adénocarcinome modérément différencié - atteint une grande taille, les cellules se dilatent considérablement, provoquant une image d'obstruction intestinale, de saignement, de rupture de la paroi L'évolution clinique est compliquée par une péritonite, la formation de passages fistuleux. Risque élevé de transition vers une vue de bas niveau. Cependant, après l'ablation chirurgicale et le traitement subséquent, une survie à cinq ans est observée chez 70 à 75% des patients.
  3. Peu différenciée - la tumeur est caractérisée par un polymorphisme (une composition de cellules diverse), se développe très activement, se propage rapidement à d'autres organes, affecte les ganglions lymphatiques. Il n'y a pas de frontières claires. L'opération est montrée à un stade précoce, il est difficile de prévoir la durée de la rémission à l'avance. En fin de traitement, il est inefficace.

Selon le type de cellules glandulaires, l'adénocarcinome intestinal est divisé en:

  1. Tumeur mucineuse (membrane muqueuse) - comprend l'épithélium, du mucus avec de la mucine, il n'y a pas de limites claires, elle métastase principalement aux ganglions lymphatiques adjacents. Il est important que cette espèce ne soit pas sensible aux effets de la radiothérapie. Par conséquent, il donne des rechutes fréquentes.
  2. L'anneau cricoïde - est caractérisé par une malignité significative, souvent détectée avec plusieurs métastases. Surtout dans le foie et les ganglions lymphatiques. Il affecte plus de jeunes et est localisé dans la membrane muqueuse du côlon.
  3. Squamous - a un degré élevé de malignité, la localisation la plus commune - le rectum. Germine dans la vessie, le vagin, la prostate, les uretères. Les résultats du traitement sont caractérisés par des rechutes fréquentes, une faible survie (pas plus d'un tiers des patients ne vit jusqu'à cinq ans), le reste décède au cours des trois premières années.
  4. Tubulaire - une tumeur aux contours flous se compose de formations tubulaires en forme de cubes ou de cylindres. Les dimensions peuvent être petites, grossissent progressivement et sont sujettes à des saignements massifs. Il survient chez la moitié des patients atteints d'un cancer de l'intestin.

Symptômes dépendant de la localisation dans l'intestin

Les lésions malignes de différentes parties du gros et du petit intestin possèdent des propriétés particulières et des différences dans l'évolution clinique.

Défaite de l'intestin grêle

L'adénocarcinome est souvent situé dans l'iléon et 12 ulcères duodénaux. Il peut se développer sous la forme d'un anneau et couvrir toute la lumière de l'intestin, entraînant une sténose et une obstruction. Mais la croissance infiltrante est possible dans certaines régions, alors les symptômes d'obstruction sont absents.

Il est associé à d'autres types de tumeurs: lymphome iléal (localisé dans la région iléale dans 18% des cas), lymphogranulomatose (maladie de Hodgkin), lymphosarcomes (lymphomes non hodgkiniens).

Tumeur du mamelon de Vater

La formation en forme de cône, appelée dans l'anatomie de la papille de Vater, est située au milieu de la partie descendante du duodénum, ​​à 12-14 cm du pylore. C'est le sphincter d'Oddi. C'est un sphincter musculaire qui régule l'écoulement de la bile et du suc pancréatique dans le duodénum. Il détermine le blocage du retour du contenu intestinal dans les canaux sus-jacents.

Dans la région de la papille de Vater, des tumeurs d'origines diverses sont associées. Ici, des tumeurs de l'épithélium du pancréas, des voies biliaires sont possibles. Différence dans les petites tailles et la croissance lente.

Les patients trouvent:

  • perte d'appétit;
  • vomissements;
  • perte de poids importante;
  • couleur jaune de la peau et de la sclérotique;
  • démangeaisons de la peau;
  • douleur dans la partie supérieure de l'abdomen, irradiant dans le dos est possible;
  • augmentation de température incertaine;
  • sang dans les selles.

Tumeurs du côlon

L'emplacement et la structure des tumeurs glandulaires du côlon varient en consistance, taille et degré de différenciation. Dans 40% des patients trouvent une tumeur du côlon transverse. Un adénocarcinome du caecum est observé dans 20% des cas. À peu près le même souvent - cancer du rectum.

Toutes les tumeurs provoquent une réaction inflammatoire de l'intestin et se propagent tardivement sous forme de métastases, de stase unique ou multiple. En se développant dans le péritoine à travers la paroi, même l'adénocarcinome très différencié du colon provoque progressivement:

  • perte d'appétit;
  • nausées fréquentes avec vomissements;
  • douleur modérée instable le long de l'intestin;
  • constipation et diarrhée;
  • du mucus, du pus et des impuretés de sang se retrouvent dans les selles.

Avec l'intoxication croissante liée à l'apparition de l'infection chez un patient, apparaissent:

  • douleur abdominale intense;
  • forte fièvre;
  • signes de péritonite.

Caractéristiques de la lésion du côlon sigmoïde

Les facteurs de risque de cancer sigmoïde sont les suivants:

  • la vieillesse du patient:
  • mode de vie sédentaire;
  • constipation prolongée, calculs fécaux de la membrane muqueuse traumatique.

Au développement du cancer sont des maladies telles que:

  • la polypose;
  • iléite terminale;
  • diverticules intestinaux;
  • colite ulcéreuse.

Une tumeur est caractérisée par trois variantes du parcours:

  • jusqu'à 15 mm de diamètre en l'absence de métastase;
  • jusqu'à la moitié de la lumière de l'intestin, mais sans germination du mur et avec des métastases régionales uniques;
  • recouvrement complet de la lumière intestinale, germination dans les organes voisins, avec de nombreuses métastases distantes.

À un stade précoce de la lésion, la formation d'une dysplasie précancéreuse de la membrane muqueuse est possible. Symptômes typiques:

  • douleur dans le bas-ventre à gauche;
  • flatulences (ballonnements);
  • alternance de diarrhée et de constipation;
  • périodiquement des signes d'obstruction intestinale;
  • dans les matières fécales, la présence d'impuretés de mucus, de pus, de sang.

Quelle est la différence entre les tumeurs du caecum et du rectum?

Le caecum est situé à la frontière du petit et du gros intestin. Ici, on trouve le plus souvent des maladies précancéreuses (polypose). La défaite concerne à la fois les enfants et les personnes âgées. Les plus importantes parmi les causes sont les papillomavirus, une nutrition déséquilibrée.

Le processus digestif est terminé dans le rectum. Dans le développement de l'adénocarcinome de l'importance principale:

  • blessure avec calculs fécaux pendant la constipation prolongée;
  • le papillomavirus;
  • l'action des substances toxiques toxiques excrétés dans les matières fécales;
  • fissures anales non cicatrisantes;
  • colite ulcéreuse;
  • le sexe anal.

Affecte plus souvent les hommes après 50 ans. Les symptômes incluent:

  • douleur dans le rectum pendant les selles;
  • fausses envies (ténesme);
  • saignement rectal.

L'anatomie du rectum distingue 3 zones:

L'adénocarcinome se développe souvent dans l'épithélium de la zone ampullaire. Pour la section anale, le carcinome épidermoïde est plus caractéristique. Les contours de la tumeur, inégaux, ressemblent à un ulcère aux bords sablés. Il progresse rapidement et donne des métastases.

Classement de l'étape

Afin de créer une approche unifiée pour évaluer la gravité de l'adénocarcinome, une classification internationale a été adoptée. Il divise tous les adénocarcinomes intestinaux en 5 étapes. Pour chaque identifié:

  • taille admissible de la croissance tumorale;
  • présence de métastases proches et lointaines.

Au stade 0, la tumeur est minime, ne germe nulle part et ne présente pas de métastases. Au stade I-II - les dimensions sont acceptables de 2 à 5 cm ou plus, mais il n’ya pas de métastases. La troisième étape est divisée en:

  • IIIa - germination dans les organes adjacents et présence de métastases dans les ganglions lymphatiques;
  • IIIc - combine une taille importante et la présence de métastases uniquement dans les organes adjacents.

Stade IV - Stade avec métastases à distance, même si la taille de la tumeur elle-même est relativement petite.

Il existe une classification du cancer intestinal, comprenant une caractéristique telle que la différenciation de la composition cellulaire. Cela implique que:

  • Gx - défini dans le diagnostic, si les cellules ne peuvent pas être différenciées;
  • G1 - le degré de différenciation est jugé élevé, les cellules ressemblent à celles de l'épithélium normal;
  • degré de cancer du colon G2 - indique le degré moyen de dégénérescence;
  • Les cellules tumorales G3 ressemblent un peu à la normale;
  • Le type de cellule G4 est peu différencié, caractérisé par la plus haute malignité.

Symptômes et signes diagnostiques

En plus des symptômes communs ci-dessus, vous pouvez ajouter des signes du stade avancé de la maladie:

  • la tumeur est palpable à travers l'abdomen;
  • on soupçonne une péritonite;
  • avec le développement de l'obstruction, le patient apparaît vomissant des matières fécales, la cessation de la décharge des gaz, une douleur intense;
  • accompagné de faiblesse, perte de poids;
  • des saignements intestinaux sont souvent observés.

Les méthodes de diagnostic les plus significatives et les plus informatives sont:

  • oncomarkers;
  • biopsie;
  • études histologiques;
  • différentes options d'endoscopie.

La détection des marqueurs tumoraux est une substance dont la concentration augmente avec un certain type de cancer. Elle est déterminée dans le sang veineux. Dans le cancer de l'intestin déterminent:

  • la présence des marqueurs de cellules tumorales CA 19-9 et CEA pour suspicion de cancer du rectum;
  • antigène embryonnaire du cancer.

La réalisation d'études endoscopiques avec l'introduction du sigmoïdoscope, du fibrocolonoscope dans le rectum, du laparoscope dans la cavité abdominale et de la capacité à examiner le tissu de manière urgente pendant l'opération permet aux cliniciens d'établir une croissance modérément différenciée des cellules glandulaires. Convient pour la cytologie:

  • des fragments de tissu;
  • empreintes de la membrane muqueuse enlevée;
  • écoulement purulent et muqueux.

L'adénocarcinome du côlon est encore différent dans la structure histologique, il y a:

  • tumeur à cellules noires;
  • mucineux;
  • cancer sans classification.

Traitement

L'adénocarcinome intestinal est traité par trois méthodes:

  • ablation chirurgicale;
  • chimiothérapie;
  • radiothérapie.

Le plus souvent, vous devez combiner et combiner toutes les méthodes disponibles. Pour sélectionner le mode de fonctionnement sont pris en compte:

  • localisation;
  • les dimensions;
  • nature de la différenciation cellulaire;
  • classification par système international.

Au cours de la période de préparation à l'opération, une nutrition spéciale est utilisée avec des mélanges sans scories, un système de préparations laxatives et de lavement nettoyant, et le moyen Fortrans pour éliminer les substances nocives.

Opérationnelle menée:

  • résection (excision) de la zone limitée touchée;
  • extirpation (élimination) de l'intestin, des ganglions lymphatiques et des organes adjacents lors de la germination des métastases qu'ils contiennent.

Habituellement, l'opération se termine par la formation d'excrétion artificielle de matières fécales sur la paroi abdominale antérieure (colostomie). La radiothérapie est effectuée 5 jours avant l'opération et un mois après. La zone d'irradiation est déterminée par la localisation de la croissance tumorale.

Pour la chimiothérapie utiliser une combinaison de médicaments cours répétés:

Caractéristiques des soins aux patients

En période postopératoire, les patients sont fortement affaiblis. En liaison avec l'utilisation de la chimiothérapie et de la radiothérapie, le statut immunitaire diminue fortement. Ils sont menacés d'infection par tout agent pathogène. Par conséquent, il est recommandé:

  • changer de linge plus souvent;
  • procédures hygiéniques quotidiennes (se brosser les dents, se rincer la bouche, essuyer le corps);
  • pour prévenir la formation de plaies de pression (changer la position du corps, lisser les plis du lin, lubrifier la peau avec de l'alcool de camphre, faire un massage);
  • dans les premiers jours, l'alimentation est effectuée à l'aide d'une sonde et de mélanges intraveineux;
  • les couches doivent être utilisées pour l'incontinence urinaire;
  • lors du remplacement du récipient de colostomie, traiter la peau autour de la colostomie avec de l'eau tiède, essuyer pour sécher;
  • le médecin peut recommander un crémage.

Quel type de nourriture est nécessaire?

Les aliments doivent soutenir la force du patient, avoir suffisamment de calories, ne pas contenir d'éléments irritants, sont faciles à digérer. Fortement contre-indiqué:

  • plats gras;
  • assaisonnements épicés;
  • produits de viande frits et fumés;
  • l'alcool;
  • les légumineuses;
  • légumes frais en salade.

Le patient doit être nourri 6 fois par jour, en petites portions. Utile:

  • galettes à la vapeur, boulettes de viande maigre, volaille;
  • fruits de mer non coupants;
  • produits laitiers à faible teneur en matières grasses;
  • bouillie sous forme liquide avec une cuillère à café de beurre;
  • soupes au lait, légumes;
  • fruits et légumes bouillis;
  • gelées de baies, compotes, tisanes.

Le patient devra suivre le régime pour le reste de sa vie.

Prévisions

Grâce au traitement combiné de l'adénocarcinome intestinal, il est possible d'atteindre une survie à cinq ans, selon le stade:

  • avec le premier stade et le traitement complet - chez 80% des patients;
  • dans la deuxième étape - jusqu'à 75%;
  • des patients avec IIIa - dans la moitié des patients;
  • avec IIIb - pas plus de 40%.

Les patients au quatrième stade reçoivent des soins symptomatiques. Cette information est destinée à offrir aux lecteurs de protéger activement leur santé et leurs proches. Si vous ne pouvez pas être sauvé, essayez de voir un médecin dès que possible.

A Propos De Nous

Les gens sont sceptiques quant au traitement complet du cancer. Cela est peut-être dû au fait que le cancer est détecté au stade final, quand une rémission complète est en partie possible ou impossible.