Adénocarcinome ou cancer glandulaire

Le cancer du côlon est un phénomène très fréquent. Par exemple, aux Etats-Unis, il occupe la deuxième place après le cancer du poumon, en Russie - la troisième. Ces dernières années, l'incidence de cette maladie a augmenté en raison de la détérioration de la qualité des aliments et de la popularité croissante des fast-foods et des plats préparés. La majorité des patients sont des personnes âgées de 50 à 60 ans, mais il existe également des patients jeunes. Dans cet article, vous découvrirez le type de cancer colorectal le plus courant et le plus dangereux, l’adénocarcinome du cæcum (ASC).

Bases de la maladie

Le caecum est la première partie du gros intestin. C'est le lien entre cela et l'intestin grêle. À la place de leur intersection, il y a une vanne qui empêche les aliments d'entrer dans l'ordre inverse. En outre, le cecum est connecté à l'annexe. C'est un petit processus qui agit comme défense contre les bactéries et qui sécrète également des hormones et des enzymes pour la digestion.

Le caecum est impliqué dans le traitement des aliments, à savoir, aspire le liquide du chyme, qui se transforme ensuite en matière fécale. C'est un sac d'environ 6 cm de long, recouvert d'une membrane muqueuse contenant beaucoup de fibres musculaires et de glandes. En raison de la charge de travail constante, cet organe devient souvent le site de l'apparition des tumeurs. Le cancer du cécal représente environ 40% de toutes les pathologies du cancer du côlon. Parmi ceux-ci, plus de 90% sont des adénocarcinomes, qui se développent à partir du tissu glandulaire de la muqueuse intestinale.

Cellules cancéreuses du cancer glandulaire du caecum

L'oncologie du cæcum est dangereuse en raison de son éloignement de l'anus et de ses symptômes tardifs. En outre, il provoque souvent des modifications nécrotiques des intestins, des processus inflammatoires, des œdèmes et des hémorragies.

Ces tumeurs malignes se métastasent plus souvent aux ganglions lymphatiques régionaux. Rarement, cela se produit dans le sang. En développement, l'adénocarcinome se développe à travers les membranes du caecum et peut toucher les organes adjacents (intestin grêle, vessie, utérus avec appendices, prostate, paroi abdominale et autres). Les métastases à distance se trouvent dans la plupart des cas dans le foie, moins souvent dans les poumons, le cerveau et les os.

L'adénocarcinome du caecum peut devenir exophytique ou endophytique, c'est-à-dire dans la lumière d'un organe ou dans son enveloppe. Pas rarement des options mixtes.

Il existe un adénocarcinome du cæcum élevé, modérément et peu différencié. Le pronostic le plus favorable sera pour les patients avec un diagnostic d'adénocarcinome hautement différencié, car les cellules d'une telle tumeur ne sont pas très différentes de celles en bonne santé et peuvent donc remplir leurs fonctions. Le problème est que ce type est rare.

Causes de la maladie

La nutrition humaine joue un rôle important dans le développement du cancer de l'intestin. Lorsque vous consommez de grandes quantités d'aliments gras dans votre corps, le cholestérol s'accumule et, entrant dans le gros intestin, se transforme en produits toxiques et en acides. Le manque de fibres, présent dans de nombreux fruits et légumes, a un effet négatif sur le processus de digestion, ralentissant le passage des matières fécales dans les intestins. De tels processus ont sans aucun doute une incidence négative sur le travail de ce corps. Il convient de faire attention aux différents régimes qui offrent une nutrition protéique.

Autres causes du développement d'une tumeur du caecum:

polypes. Certains types de ces lésions bénignes sont souvent transformés en lésions malignes, ce qui a été prouvé par plusieurs études. Il est donc nécessaire de procéder à leur élimination dans le temps;

maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (par exemple, la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn). Les personnes souffrant de colite ulcéreuse depuis plus de 30 ans, 50% deviennent des oncologues;

l'hérédité. Les personnes atteintes d'un cancer colorectal dans la famille ont deux à trois fois plus de risques de développer un adénocarcinome du cæcum. Le risque de développer un cancer est significativement plus élevé en présence de maladies génétiques telles que le syndrome de Turco, le sexe, la polypose diffuse;

Meastasis peut-être dans le caecum du cancer d'autres organes (par exemple, utérus, ovaires, testicules, etc.). Il existe également un risque d'apparition d'une tumeur métachronique après son traitement dans une autre partie de l'intestin.

Les personnes à risque sont:

  • plus de 50 ans;
  • avec excès de poids;
  • avec des maladies chroniques de divers systèmes du corps;
  • avoir de mauvaises habitudes.

En règle générale, la formation d'une tumeur maligne est due à l'impact d'une combinaison des facteurs ci-dessus.

Symptômes de l'adénocarcinome cécal

Très souvent, le cancer de l'intestin est diagnostiqué à un stade avancé en raison du fait que les gens ne prêtent pas suffisamment attention aux symptômes alarmants et ne se rendent pas à l'hôpital pendant longtemps. Cela peut être dû à une méconnaissance des signes d’une tumeur ou à une méfiance envers le médecin. Beaucoup de gens préfèrent se soigner eux-mêmes et font appel à un spécialiste lorsque la maladie s'est déjà propagée. Il faut également du temps pour diagnostiquer, parfois même un an ou plus. Pour ces raisons, vous devez faire attention à votre santé.

Rappelez-vous les symptômes d'une tumeur du caecum:

  • constipation Ils sont le résultat d'une compression et d'une obstruction intestinale;
  • un mélange de sang ou de mucus dans les matières fécales (signe de saignement interne);
  • douleur abdominale (causée par une inflammation, une obstruction ou une germination de la tumeur dans les tissus environnants);
  • l'anémie;
  • fausse envie de déféquer;
  • sensation de lourdeur et de gêne dans l'estomac, ballonnements, nausées et vomissements sont moins fréquents;
  • tumeur palpable (elle peut être ressentie lorsqu'elle atteint une grande taille);
  • température corporelle élevée.

Les étapes de l'adénocarcinome cécal

Il y a un cancer glandulaire de stade 5 du cæcum, y compris zéro, appelé cancer in situ:

  1. Stade 0 - à ce stade, la nucléation des cellules tumorales se produit, elles ne se trouvent que dans la muqueuse intestinale. Si vous détectez et supprimez une telle tumeur, la guérison est garantie à 100%;
  2. Le stade 1 est une tumeur mobile pouvant atteindre 2 cm, délimitée d'un tissu sain. Il affecte non seulement la membrane muqueuse, mais aussi la couche sous-muqueuse. Les métastases sont absentes;
  3. au stade 2, la tumeur se développe dans toutes les couches du caecum, mais ne va pas au-delà;
  4. L'adénocarcinome de stade 3 se caractérise par la propagation aux ganglions lymphatiques régionaux, aux tissus et organes voisins, mais sans métastases à distance;
  5. au stade 4, il existe de multiples métastases dans les ganglions lymphatiques, ainsi que des lésions d'organes distants. Un tel cancer est incurable. Une caractéristique du cancer colorectal est son développement lent. Il s'écoule longtemps avant que la tumeur ne se propage dans l'intestin jusqu'aux tissus voisins. Mais le long cours provoque le processus inflammatoire, ce qui provoque l'apparition de multiples foyers de la maladie.

Diagnostic de la maladie

Le diagnostic de l'adénocarcinome du caecum commence par un examen externe du patient, le médecin doit faire attention à la couleur de la peau et des muqueuses de la personne. Il effectue également la palpation de l'abdomen pour établir la présence de tumeurs dans les intestins et le foie. Attribuez une numération sanguine complète et du sang occulte dans les selles.

Ensuite, l'urologue ou le gynécologue procède à un examen numérique du rectum et du vagin chez la femme. Cela aidera à déterminer la présence de tumeurs, son emplacement approximatif, ainsi que l'état du rectum, de l'utérus des ovaires et de la paroi vaginale, qui peuvent également être impliqués dans le processus tumoral.

Pour confirmer le diagnostic utilisé de telles méthodes:

  • rectoscopie (examen du rectum et du côlon sigmoïde à l’aide d’un endoscope inséré dans l’anus). La méthode exacte qui vous permettra de voir l'adénocarcinome dans ces parties du gros intestin. La rectoscopie est souvent utilisée à des fins prophylactiques. Mais l'endoscope ne permet pas l'accès au caecum. Par conséquent, d'autres méthodes sont utilisées;
  • coloscopie. L'essence est la même que celle de la rectoscopie, mais cette technique vous permet d'examiner l'intégralité du gros intestin. Au cours d'une telle procédure, ils peuvent prélever un morceau de tissu tumoral pour examen en laboratoire. Cette procédure s'appelle une biopsie. Il est nécessaire d’établir le type de cancer et de déterminer le traitement à prendre;
  • l'irrigoscopie. La méthode par rayons X implique l’introduction d’un agent de contraste qui est distribué dans l’intestin puis visualisé par les rayons X. De cette manière, les contours de l'organe et les défauts et complications possibles peuvent être vus, mais des déviations mineures ne peuvent pas être détectées à l'aide d'une irrigation. Appliquez également d’autres méthodes de radiographie permettant d’identifier les métastases dans d’autres organes (radiographie thoracique, urographie, cystographie, urétrographie et autres);
  • L'imagerie par ultrasons des organes pelviens et de la cavité abdominale est une technique d'imagerie plus précise. Vous pouvez y voir les lésions possibles dans les intestins et les organes voisins, ainsi que la profondeur d'infiltration de la tumeur. L'échographie est une méthode indolore et peu coûteuse.
  • CT et IRM. Ils donnent même plus d'informations que les ultrasons, montrent même les plus petits défauts. Ils peuvent être attribués si les résultats d'autres études n'étaient pas clairs.

Sur la base des résultats obtenus, le médecin peut prescrire un traitement.

Vidéo informative:

Traitement de l'adénocarcinome cécal

Pour le traitement du cancer de l'intestin, une opération est réalisée pour retirer la partie affectée de l'organe. Cette méthode est la plus efficace. La chimiothérapie et la radiothérapie sont plus appropriées comme traitement supplémentaire, mais pour les tumeurs non résécables, elles peuvent faciliter la vie du patient et la prolonger un peu.

La chirurgie pour le cancer du caecum peut inclure l'ablation de ce segment de l'intestin avec les ganglions lymphatiques, ainsi que d'autres organes atteints de métastases. En cas de lésions multiples, l'opération ne donnera pas de résultat de guérison, mais pourra être effectuée pour éliminer les symptômes (par exemple, une obstruction). Après résection, une anastomose intestinale est réalisée pour rétablir son passage naturel. Cela se produit tout à la fois (immédiatement) ou par étapes (immédiatement une colostomie, et après un moment - une anastomose). Une antibiothérapie postopératoire et une anesthésie sont également nécessaires. Le patient devra ajuster la puissance.

L'efficacité de l'opération augmente considérablement après la préparation. Pour nettoyer les intestins, utilisez des régimes spéciaux, des lavements et des laxatifs pendant 5 jours avant la chirurgie. Vous pouvez également utiliser le lavage. Une telle formation réduit de 5 fois le risque de complications. La mort après chirurgie d'urgence est observée chez 20% des patients, et avec préparation - seulement chez 4%.

L'adénocarcinome intestinal étant plus sensible aux radiations, il est utilisé à la fois avant et après la chirurgie. La radiothérapie réduit considérablement la taille de la tumeur, aide à ralentir sa croissance et réduit également l'inflammation.

Également en utilisant la chimiothérapie, elle a un léger effet sur l'espérance de vie du patient par rapport à une opération unique.
Après le traitement devrait être examiné régulièrement. La première année, cela se fait une fois tous les trois mois. Le patient subit un examen des doigts, une irrigation et une coloscopie. C'est pour prévenir les rechutes. Le cancer est généralement détecté à nouveau au cours des 2 premières années. Dans ce cas, une nouvelle opération est effectuée, mais cela n'est possible que pour un tiers des patients. Pour d'autres, des soins palliatifs sont fournis.

Pronostic de l'adénocarcinome cécal

Le pronostic pour les personnes atteintes d'un cancer de l'intestin dépend de son stade. Le traitement d'une tumeur de premier stade au caecum donne une chance de vivre 5 ans pour plus de 90% des patients. Pour la deuxième étape, ce nombre est compris entre 80 et 85%. Lorsque la tumeur pénètre dans les ganglions lymphatiques, le pronostic se détériore considérablement. La survie à 5 ans dans de tels cas est de 40 à 50%. Plus le nombre de ganglions lymphatiques impliqués dans le processus est mauvais, plus le pronostic est sombre.

Les métastases multiples à distance n'offrent pratiquement aucune chance de survie. S'il s'agit de lésions uniques, par exemple, du foie, le taux de survie à 5 ans après sa résection atteint 30%.

Adénocarcinome hautement différencié

L'adénocarcinome hautement différencié est la forme de cancer la plus simple et la plus insidieuse à la fois. D'un côté, il est facile à traiter, mais de l'autre côté, il est souvent latent, il est déjà détecté aux stades avancés de la maladie, lorsque l'efficacité du traitement et le pronostic sont nettement réduits.

L'adénocarcinome est une tumeur maligne qui se développe à partir de cellules de l'épithélium glandulaire. L'adénocarcinome hautement différencié est la forme la plus légère de cancer, bien traitable.

Des masses malignes se développent à partir des cellules épithéliales de la couche supérieure de la peau et de l'épithélium tapissant les surfaces internes des organes - vessie, utérus, estomac, intestins et autres organes. Il n'y a pratiquement aucune différence entre les cellules saines et les structures malignes. Les changements ne se manifestent que par la taille du noyau de la cellule - il est étendu.

  • Toutes les informations sur le site sont à titre informatif seulement et ne constitue pas un manuel pour l'action!
  • Seul le MÉDECIN peut vous fournir le DIAGNOSTIC EXACT!
  • Nous vous exhortons à ne pas vous auto-guérir, mais à vous inscrire auprès d'un spécialiste!
  • Santé à vous et à votre famille! Ne pas perdre courage

Raisons

Les scientifiques ne savent toujours pas la cause exacte du développement de pathologies malignes. Les médecins identifient uniquement les facteurs de risque qui augmentent la probabilité de développer une pathologie.

Les principaux facteurs de déclenchement comprennent:

  1. prédisposition génétique;
  2. âge avancé;
  3. les effets nocifs de facteurs externes, en particulier - le travail avec des composés chimiques, l’amiante;
  4. mauvaises habitudes - alcool et tabagisme;
  5. l'utilisation de drogues puissantes;
  6. surcharge émotionnelle régulière et stress;
  7. l'obésité et le diabète;
  8. la pathologie d'un organe - le rectum, les ovaires et d'autres peuvent déclencher le développement d'une tumeur maligne;
  9. infection par le papillomavirus humain;
  10. des taux élevés d'œstrogène (hormone féminine) peuvent entraîner un carcinome du col utérin;
  11. régime alimentaire déséquilibré avec une teneur prédominante en produits gras et riches et un manque de nourriture végétale.

Il y a même eu des cas où un adénocarcinome est apparu à la suite d'un régime alimentaire inapproprié.

Les symptômes

L'adénocarcinome hautement différencié affecte tous les organes du corps humain. Aux premiers stades de la maladie, il ne se manifeste presque pas.

Certains symptômes apparaissent à mesure que la tumeur se développe, principalement:

  • malaise général;
  • somnolence;
  • perte d'appétit et perte de poids;
  • diminution du nombre de globules rouges;
  • douleur douloureuse dans le néoplasme.

D'autres symptômes spécifiques sont déterminés par l'apparence de l'organe affecté.

Diagnostics

Le diagnostic comprend l'analyse des plaintes et l'anamnèse du patient, la réalisation d'études cliniques standard: analyses de sang et d'urine détaillées, analyse des matières fécales (pour la présence de sang caché), également réalisées:

  • examen échographique de l'organe prétendument touché;
  • le matériel biologique prélevé sur le site tissulaire affecté est soumis à un examen histologique;
  • si l'on soupçonne un cancer de l'intestin - un examen rectal numérique;
  • coloscopie - évaluation de l'état de la membrane muqueuse de la couche interne du côlon à l'aide d'une sonde spéciale;
  • irrigoscopie - examen radiologique du côlon;
  • échographie rectale;
  • radiographie si nécessaire.

Adénocarcinome du côlon hautement différencié

Le premier symptôme alarmant de cette pathologie est un écoulement inhabituel dans les masses fécales - pus, mucus, traînées de sang.

Rarement, une obstruction intestinale devient le premier signe d'un adénocarcinome du côlon. Dans ce cas, une intervention chirurgicale est inévitable.

Adénocarcinome Cécal

C'est l'une des pathologies malignes les plus courantes de l'intestin. Les polypes adénomateux et la proctite chronique peuvent provoquer le développement du cancer.
Avec un cancer du côlon du côté droit, des saignements occultes peuvent se produire, se manifestant par une faiblesse grave, une peau pâle et des symptômes évidents d'anémie.

Adénocarcinome du colon sigmoïde

Le cancer sigmoïde dans les premiers stades de la maladie est caché, ne provoque pas de plaintes du patient. Les périodes ultérieures sont caractérisées par des modifications des habitudes gustatives, des douleurs abdominales, une peau pâle et des selles altérées. La détection de la pathologie au stade initial n’est possible que par un dépistage régulier.

Adénocarcinome du rectum

Les personnes à risque sont sédentaires et / ou obèses.

Le cancer rectal dans les phases initiales est accompagné d'une fausse envie de vider l'intestin, d'un péristaltisme accru et de flatulences, de la constipation.

Les patients ont un teint de jaunâtre, des signes d'anémie et d'autres symptômes caractéristiques de l'oncopathologie.

Adénocarcinome de l'estomac

Le cancer de l’estomac peut se développer dans n’importe quelle partie de celui-ci, mais se manifeste le plus souvent à l’antre et au pylorique, "Out" de l'estomac. Les facteurs provoquant le cancer sont l’ulcère peptique, la gastrite atrophique et d’autres pathologies gastro-intestinales.

La maladie est difficile à diagnostiquer aux stades initiaux. Plus de 90% des diagnostics sont réalisés à un stade avancé. Dans le cancer de l'estomac, la probabilité de décès est très élevée.

Adénocarcinome de la prostate

Le cancer de la prostate est souvent diagnostiqué chez les hommes plus âgés. La tumeur se développe à partir des cellules glandulaires des structures tubulaires alvéolaires et est localisée principalement dans la région périphérique de la prostate. Dans le cancer, il y a douleur aux articulations de la hanche, la durée et la fréquence des mictions augmentent, le processus devient douloureux. Une incontinence peut survenir.

Adénocarcinome pulmonaire

Il se développe dans les tissus du poumon et diffère peu des structures cellulaires saines. Les facteurs contribuant au développement de la maladie comprennent le tabagisme actif / passif, l'inhalation régulière de substances cancérogènes (en production), les maladies pulmonaires chroniques chroniques. Les métastases dans le cancer du poumon sont particulièrement dangereuses: les métastases pénètrent non seulement dans les organes voisins, mais également dans les os, le foie, les glandes surrénales et le cerveau.

Les signes caractéristiques sont une toux accompagnée d'un écoulement abondant de crachats muqueux. Les cellules cancéreuses sont détectées par examen biologique des expectorations et par rayons X.

Adénocarcinome du sein

Le cancer du sein peut survenir après une blessure grave, accompagnée d'une mastopathie ou d'un déséquilibre hormonal. Les femmes souffrant d'infertilité sont à risque. La maladie peut être accompagnée de modifications visuelles (dépression du mamelon, gonflement, décoloration de la peau). La douleur survient aux derniers stades de la maladie.

Adénocarcinome de l'utérus

La maladie se manifeste par une odeur désagréable et des sécrétions inhabituelles dans la période intermenstruelle, des douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen, des saignements menstruels abondants, des saignements utérins.

Dans cet article, vous apprendrez comment les médecins traitent l'adénocarcinome du côlon.

Traitement de l'adénocarcinome hautement différencié

La tactique et l'intensité du traitement dépendent du stade de la maladie, de la présence ou de l'absence de métastases.

Différente localisation de la pathologie détermine ses propres caractéristiques de traitement, appliquent:

  • radiothérapie;
  • thérapie par neutrons;
  • chimiothérapie;
  • chirurgies.

La radiothérapie est utilisée pour ralentir le développement de la tumeur et sa destruction, ainsi que pour la destruction locale des métastases.

La thérapie aux neutrons est une méthode relativement nouvelle, similaire à la radiothérapie. La principale différence est qu'au lieu de l'irradiation habituelle, les neutrons sont utilisés. Les neutrons pénètrent dans les couches profondes de la tumeur, qui ont absorbé un oligo-élément particulier (par exemple, le bore) et détruisent les cellules malignes. Les tissus sains ne sont pas affectés.

La chimiothérapie est réalisée avec des médicaments qui inhibent la croissance des cellules malignes et provoquent leur destruction:

  • Le cisplatine;
  • Carboplatine;
  • «Docétaxel» ​​(souvent prescrit pour le cancer du poumon);
  • "Adriamycine";
  • La bléomycine;
  • Fluorocyle;
  • "Épirubicine" (avec carcinome de l'intestin et de l'estomac);
  • Vinblastine

Cancer du cécum: symptômes et traitement

Cancer du caecum - les principaux symptômes:

  • Faiblesse
  • Vertige
  • Nausée
  • Mucus dans les matières fécales
  • Perte d'appétit
  • Foie élargi
  • Sang dans les selles
  • Douleur abdominale droite
  • Pâleur de la peau
  • Perte de poids
  • Augmentation de la production de gaz
  • Jaunissement de la peau
  • Gêne épigastrique

Le cancer cécal est un cancer caractérisé par l'apparition d'une tumeur à la jonction du côlon et de l'intestin grêle. Dans cette zone, des tumeurs bénignes se forment souvent et se transforment souvent en cancer. Le principal danger de la maladie est qu’elle est assez difficile à diagnostiquer, à cause de ce qu’elle se trouve aux derniers stades. Au début de sa progression, le cancer cæcal est rarement diagnostiqué, souvent avec confirmation de la présence d'un autre trouble. La maladie affecte également les deux sexes âgés de plus de quarante-cinq ans. Dans la classification internationale des maladies CIM 10, ce trouble a son propre code - C18.0.

Les principaux facteurs de progression du cancer du cæcum sont les suivants: régime alimentaire trop strict, présence de polypes dans l’intestin, présence dans l’histoire du plus proche parent d’un trouble similaire, ainsi que de mauvaises habitudes.

Très souvent, ce type d'oncologie se traduit par des signes tels que la présence d'impuretés sanguines dans les selles, une douleur constante du côté droit du bas-ventre, une perturbation du fonctionnement normal du système digestif, l'apparition d'une teinte jaunâtre de la peau (évolution de la maladie et des dommages au foie).

Le diagnostic comprend un examen du patient, un examen numérique du rectum et un examen instrumental. Le traitement de la maladie n'est possible qu'avec l'aide d'une intervention chirurgicale. La période postopératoire comprend l’utilisation de pommades médicamenteuses et l’adhésion à une nutrition spéciale. Avec un traitement précoce, le pronostic est assez favorable - plus de dix ans de vie du patient. En cas de traitement tardif, la probabilité de décès est élevée.

Étiologie

Actuellement, les médicaments ne sont pas pleinement conscients des véritables causes de la maladie. Cependant, un certain nombre de facteurs prédisposants sont établis:

  • un large éventail de troubles digestifs;
  • mauvaise alimentation, avec l'utilisation de grandes quantités d'aliments gras et de glucides;
  • la présence dans l’histoire de la maladie d’un membre de la famille de cette maladie;
  • catégorie d'âge de plus de quarante-cinq ans;
  • consommation régulière de boissons alcoolisées;
  • dépendance à la nicotine;
  • impact prolongé de situations stressantes;
  • utilisation à long terme de médicaments;
  • travailler dans une production dangereuse;
  • environnement pollué;
  • poids corporel excessivement élevé;
  • diabète sucré;
  • adhésion à des régimes stricts;
  • mode de vie sédentaire;
  • métastases oncologiques d'autres organes voisins;
  • propension à la constipation chronique et à la vidange irrégulière.

Espèces

Il existe plusieurs classifications du cancer du caecum, dont les principales sont la division de la maladie en fonction de la structure histologique de la tumeur et du stade de développement de la maladie. Ainsi, la tumeur dans sa structure est divisée en:

  • adénocarcinome - la formation provient de la membrane muqueuse du côlon;
  • cancer en forme d'anneau - ce type de maladie a l'apparence de vésicules;
  • squameux glandulaire - basé sur le nom, se compose d'épithélium plat et ressemblant à de la gelée;
  • squameux;
  • indifférencié - il se distingue par un développement agressif, une maladie grave du patient, des difficultés de traitement et un pronostic défavorable;
  • inclassable - constitué de tissus et de cellules n’appartenant pas aux formes histologiques connues.

La séparation du cancer du caecum en étapes de progression:

  • zéro degré ou état précancéreux - on note une petite tumeur qui affecte la couche supérieure de la muqueuse intestinale. Les ganglions lymphatiques régionaux ne sont pas endommagés, pas les métastases;
  • la première étape - la propagation du processus oncologique dans les couches profondes de l'organe;
  • deuxième étape - la germination a lieu sur la paroi externe de l'intestin. Les ganglions lymphatiques ne sont pas impliqués dans le processus de la maladie, les métastases ne sont pas observées. Le pronostic dépend du degré d'endommagement du mur extérieur, mais il est dans la plupart des cas très favorable;
  • troisième stade - les ganglions lymphatiques sont touchés et la tumeur germe dans les organes voisins. La survie est de cinq ans;
  • Étape 4 - non seulement les organes internes environnants et les ganglions lymphatiques environnants sont endommagés, mais des organes distants sont également couverts de métastases. La prévision est extrêmement défavorable - la mort survient dans les cinq ans.

Plus tôt la maladie sera détectée et traitée, plus les résultats seront optimistes.

Les symptômes

La manifestation de la maladie dépend du volume de la tumeur et de la présence dans le passé du patient de maladies concomitantes du tractus gastro-intestinal. Ainsi, les symptômes du cancer du caecum sont:

  • la présence de mucus ou d'impuretés sanguines dans les selles pouvant indiquer un saignement interne. Sur le fond de ce symptôme peuvent être exprimés des accès de vertige sévère, la faiblesse du patient et la pâleur de la peau;
  • douleur constante du personnage pleurnicheur dans le bas de l'abdomen, du côté droit;
  • sensation de malaise dans l'estomac;
  • diminution ou manque d'appétit complet;
  • augmentation des émissions de gaz;
  • des nausées;
  • l'acquisition d'une peau jaunâtre est un signe de cancer avancé et de dommages au foie, ce qui entraîne une augmentation de sa taille;
  • perte de poids nette.

Avec un degré précoce de progression de la maladie, les symptômes ci-dessus peuvent ne pas être exprimés du tout. La manifestation d'un ou plusieurs symptômes indique la progression de la maladie. Pour cette raison, vous devez immédiatement faire appel à un spécialiste pour un traitement qualifié.

Diagnostics

Pour exclure un diagnostic erroné, les mesures de diagnostic du cancer du caecum sont complexes. Tout d’abord, le spécialiste doit se familiariser avec les antécédents médicaux du patient afin d’identifier les facteurs possibles de la progression de la maladie. Après cela, une enquête détaillée est effectuée, ce qui est nécessaire pour déterminer la première fois l’expression des symptômes et leur intensité. Cela aidera le spécialiste à déterminer le stade du cancer.

Ensuite, un examen physique du patient est effectué. Elle consiste à palper la paroi antérieure de la région abdominale. Le médecin déterminera ainsi l'emplacement de la tumeur. Avec l'aide de tapoter obstruction intestinale déterminée. Examen rectal numérique - vous permet de diagnostiquer la présence de métastases dans celle-ci.

Les techniques de diagnostic instrumentales comprennent:

  • sigmoïdoscopie - une étude du rectum avec un outil spécial. La procédure est nécessaire pour clarifier la localisation de la tumeur;
  • coloscopie - permet de déterminer avec précision la présence d'une tumeur maligne, de préciser son volume et son emplacement exact. Pendant la manipulation, une biopsie peut être réalisée - une petite partie de l'organe affecté peut être prélevée pour des études de laboratoire ultérieures;
  • Irrigoscopie - radiographie du gros intestin à l'aide d'un agent de contraste;
  • Échographie abdominale;
  • CT et IRM de tous les organes internes - de telles études peuvent vérifier la présence ou l'absence de métastases à distance.

Les diagnostics permettent non seulement de prescrire les tactiques de traitement les plus efficaces, mais également de déterminer à l'avance le pronostic et la survie.

Traitement

La thérapie moderne du cancer du cæcum comprend toute une gamme d’outils - chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie.

Le volume de la chirurgie est déterminé par la localisation du cancer et le stade de développement du processus pathologique. En fonction des résultats de l'examen, une ablation complète du néoplasme est montrée, avec ou sans résection de la zone touchée du caecum. Lors du traitement de la deuxième manière, il se produit une réticulation de différentes sections du gros intestin. De plus, lors d'une intervention médicale, les ganglions lymphatiques et les organes soumis aux métastases sont enlevés.

La radiothérapie peut être utilisée avant la chirurgie, pour réduire la taille de la tumeur ou après celle-ci, pour détruire les cellules cancéreuses pouvant provoquer une rechute de la maladie.

Le traitement par chimiothérapie élimine complètement les cellules cancéreuses. Le traitement peut être effectué avec un ou plusieurs produits chimiques. Ce type d'élimination de la maladie est très souvent utilisé en association avec la radiothérapie.

La période postopératoire comprend:

  • pansements fréquents, mais seulement dans les cas où le patient a eu la fistule nécessaire pour rétablir la perméabilité intestinale;
  • soins de la zone opérée avec des solutions antiseptiques et des pommades médicamenteuses, ainsi que toutes sortes de poudres nécessaires à la formation d'une croûte;
  • utilisation du cathéter;
  • adhésion à une nutrition spéciale.

Un régime pour le cancer du caecum consiste à consommer une grande quantité de liquide pendant six jours après l'opération. Après cette période, commencez à introduire des aliments solides - variétés de viande et de poisson faibles en gras, fruits et légumes frais. Il est strictement interdit de manger des bonbons, du poulet et des œufs, des haricots, du fromage et du café.

Le pronostic de la maladie dépend du diagnostic opportun, du stade du traitement, de la présence ou non de métastases, ainsi que de la mise en œuvre d'un traitement complexe. Les résultats les plus favorables et la survie des plus de cinq ans sont les patients qui se sont tournés vers un spécialiste aux premiers stades de la progression de la maladie. Si vous ignorez les symptômes et, par conséquent, le traitement tardif, le pronostic est décevant - la mort survient dans la période allant de un à cinq ans.

Si vous pensez avoir le cancer Cecal et les symptômes caractéristiques de cette maladie, des médecins: oncologues, gastro-entérologues, proctologues peuvent vous aider.

Nous vous suggérons également d'utiliser notre service en ligne de diagnostic des maladies, qui sélectionne les maladies possibles en fonction des symptômes entrés.

La strongyloïdose est une maladie chronique causée par l’acné intestinale (Strongyloides stercorali) et caractérisée par la manifestation de diverses pathologies du tractus gastro-intestinal. Ce parasite n’a été décrit pour la première fois qu’en 1876. L'auteur de la description était le médecin français Normand. C'est lui qui a isolé cet helminth des excréments des malades.

La balantidiose ou dysenterie infusorielle est une maladie gastro-entérologique parasitaire caractérisée par des symptômes d'intoxication générale du corps et des ulcères du gros intestin. La maladie est déclenchée par un microbe tel que balantidia ou infusoria ciliée.

L'hyménolépidose (ténia syn. Nain) est une maladie parasitaire dont le diagnostic est essentiellement posé chez les enfants de 4 à 14 ans. Au cours d'une telle maladie, les organes du système digestif sont principalement touchés.

Le cancer colorectal est une maladie oncologique caractérisée par la formation d'une tumeur maligne dans le côlon. Les personnes à risque sont les personnes âgées de plus de 40 ans et celles qui ont des antécédents familiaux de maladies similaires. Le risque de décès est élevé.

L'amibiase est une maladie infectieuse à protozoaire caractérisée par la survenue de lésions ulcéreuses dans le côlon. L'amibiase, dont les symptômes consistent notamment en la formation d'abcès dans divers organes, est sujette à une forme prolongée et chronique de l'évolution. Notez que la maladie est endémique, respectivement, elle est caractérisée par la concentration dans une zone spécifique, la propagation se produit dans des zones caractérisées par un climat chaud.

Avec l'exercice et la tempérance, la plupart des gens peuvent se passer de médicaments.

Données passionnantes sur le cancer du caecum

Le cancer du cécal est diagnostiqué aussi souvent chez les hommes que chez les femmes de plus de 45 ans. Les facteurs à l'origine du développement d'une tumeur comprennent les erreurs diététiques, les mauvaises habitudes, la prédisposition génétique et les polypes dans l'intestin. La maladie peut durer longtemps sans symptômes évidents, ce qui la rend difficile à diagnostiquer. À savoir, un diagnostic opportun est la clé d'un pronostic favorable pour traiter une maladie terrible.

Quel est le cancer du caecum

Le cancer cécal est une lésion maligne des premières sections du côlon. Le fait est que le caecum est situé dans la région iléo-cæcale, c’est-à-dire à la jonction des anses distales de l’iléon (c’est la dernière partie de la petite partie de l’intestin) et du gros intestin.

En conséquence, si le processus tumoral affecte non seulement le caecum, mais également l’iléon, le cancer peut être appelé iléocécal.

Selon les statistiques, ce type de tumeur représente environ 20% des tumeurs malignes du gros intestin.

Classification des lésions malignes

Par système TNM

Dans le cancer du caecum, on utilise le système de classification international généralement accepté TNM. Dans le même temps, T - indique la taille de la masse, N - ganglions lymphatiques affectés, M - la présence de métastases (criblage de la tumeur dans d'autres organes et tissus).

Selon cette classification, dans une tumeur maligne du caecum, on distingue les étapes suivantes:

  1. Stade zéro (ou cancer in situ) - caractérisé par la présence d'une petite tumeur, avec seulement les couches superficielles de la paroi intestinale touchées, les ganglions lymphatiques voisins (régionaux) ne sont pas atteints, les métastases à distance sont absentes.
  2. Le premier stade - une tumeur maligne se propage aux couches profondes de la paroi intestinale (deuxième et troisième), mais il n'y a toujours pas de germination de son côté externe, les ganglions lymphatiques ne sont pas changés, il n'y a pas de métastases.
  3. La deuxième étape est caractérisée par la germination du côté externe de la paroi intestinale, les ganglions lymphatiques ne sont pas modifiés, il n'y a pas de métastases.
  4. La troisième étape - une tumeur maligne germe des tissus et des organes voisins, il y a des dommages aux ganglions lymphatiques, les métastases à distance ne sont pas détectées.
  5. Le quatrième stade - est établi lors de la germination d'une tumeur dans les organes voisins, les ganglions lymphatiques sont affectés, les métastases aux autres organes (foie) sont détectés.

Le plus favorable pour le patient, au sens pronostique, les trois premières étapes (0, I, II). Dans ce cas, il est possible d'éliminer complètement une tumeur maligne pendant la chirurgie. Le pronostic est généralement favorable.

Le stade III est caractérisé par la distribution locale (aux ganglions lymphatiques voisins et aux organes adjacents). Outre la chirurgie, d'autres traitements sont nécessaires (par exemple, une chimiothérapie).

Le stade IV est la plus défavorable, caractéristique des formes avancées de cancer, lorsqu'il y a germination non seulement dans les organes et tissus voisins, les ganglions lymphatiques, mais aussi dans les organes les plus éloignés (par exemple, le foie).

Par caractéristiques histologiques

Il y a les types suivants:

  • Adénocarcinome - dans ce cas, la tumeur est représentée par les cellules épithéliales de la muqueuse du côlon.
  • Chevalière - les cellules cancéreuses ressemblent à des bulles.
  • Squamous - la tumeur se développe à partir de cellules de l'épithélium squameux.
  • Squamous glandulaire - une tumeur maligne contient des cellules de l'épithélium plat et glandulaire.
  • Indifférencié - il est impossible d'établir de quelles cellules se compose la tumeur, c'est la forme de cancer la plus agressive.
  • Inclassable - dans ce cas, une tumeur maligne ne peut être attribuée à aucune forme de cancer (à partir d'un certain nombre de formes histologiques connues).

Les causes

On croit qu'il n'y a pas de cause sous-jacente du développement du cancer du caecum. Cependant, un certain nombre de facteurs défavorables peuvent influer sur la survenue de la formation maligne du caecum. Ceux-ci comprennent:

  • manger des aliments malsains (saturés de graisses animales, exposés depuis longtemps au rôtissage);
  • consommation insuffisante de fruits et de légumes;
  • l'abus d'alcool et de produits du tabac;
  • l'hérédité (comme il existe une prédisposition génétique);
  • mode de vie inactif (sédentaire);
  • maladies chroniques du tube digestif et des tumeurs bénignes (par exemple, les polypes du côlon);
  • selles anormales (constipation en particulier).

Symptômes de cette pathologie

L'un des principaux signes de cancer du caecum est la présence de sang dans les selles. Les manifestations cliniques dépendent de la localisation de la tumeur, ainsi que du stade du processus pathologique.

Manifestations cliniques dans le cancer du caecum, en fonction du stade de la maladie

Premières étapes

Comme dans les premiers stades de la tumeur se manifeste par la présence de sang dans les matières fécales (le méléna), les patients souffrent d'anémie (anémie), de vertiges, la peau est pâle. Les patients ressentent une fatigue et une faiblesse constantes. En plus du sang, les matières fécales peuvent contenir un mélange de mucus. Dans certains cas, les formes précoces de la maladie peuvent se manifester par un symptôme douloureux dans le bas-ventre droit (où se situe le caecum).

Derniers stades

Avec la progression du cancer, les symptômes de la maladie s'agrandissent. Les formes courantes de cancer du caecum sont caractérisées par des troubles digestifs graves et persistants (anorexie, nausée, augmentation de la formation de gaz dans l'intestin). Au stade avancé de la maladie (IV), l’intoxication par le cancer est caractéristique et se manifeste par un épuisement grave du patient (le patient peut perdre jusqu’à 20-30 kg de poids corporel).

Les signes d'obstruction intestinale ne sont pas caractéristiques du cancer du cæcum, car le diamètre de cette section du gros intestin est suffisamment grand et la masse fécale dans cette zone est liquide. Même si la tumeur rétrécit la moitié de la lumière intestinale, la perméabilité n’est pas perturbée.

Diagnostics

Les principales méthodes de détection des tumeurs malignes dans le caecum sont les suivantes:

  1. Irrigoscopie Cette étude de contraste aux rayons X de toutes les parties du côlon et des boucles distales de l'iléon. Dans cette méthode, à l'aide d'un lavement, les coupes intestinales susmentionnées sont remplies d'un agent de contraste (suspension aqueuse de sulfate de baryum). Vous permet d'évaluer le diamètre et l'emplacement des anses intestinales, la présence de formations volumétriques, leur taille et leur propagation au-delà du caecum.
  2. Coloscopie. Examen endoscopique du côlon à l'aide d'un équipement optique spécial (colonoscope). Cette méthode étant douloureuse, l'examen est réalisé sous anesthésie. Vous permet d'étudier la membrane muqueuse de toutes les parties du côlon, de détecter la présence d'une tumeur, sa localisation et sa taille. La procédure permet également d'effectuer une biopsie de la paroi intestinale (prélèvement d'un morceau de tissu suspect) pour un examen histologique ultérieur et la confirmation du diagnostic.
  3. Rectoromanoscopie. Examen endoscopique du rectum à l'aide d'un appareil spécial (sigmoïdoscope). Cette méthode ne permet pas de visualiser une tumeur caecale, mais elle est utilisée au début d’une recherche diagnostique lorsque le sang d’un patient se trouve dans les selles (par exemple, pour détecter des hémorroïdes ou des fissures rectales pouvant également causer le méléna).
  4. Ultrasons, imagerie par résonance magnétique ou calculée des organes internes. Identifier les métastases distantes (foie, reins, poumons).
  5. Palpation de l'abdomen. La méthode permet de sentir la tumeur du caecum (en général, déjà à un stade avancé du développement du cancer, lorsque la taille de la tumeur est suffisamment grande).

Palpation du caecum - vidéo

Traitement

Souvent, pour un cancer du caecum, une combinaison de radiothérapie, chimiothérapie et chirurgie est utilisée.

Chirurgical

La chirurgie est la principale méthode utilisée dans le traitement du cancer du cæcum. De plus, le volume de l'opération dépend de la localisation de la tumeur et du degré de propagation du processus malin. En même temps, l'ablation chirurgicale de la lésion, la résection, au sein de tissus sains, ainsi que l'imposition d'une anastomose (connexions entre différentes sections du côlon, par exemple le caecum et l'intestin ascendant) sont réalisées. En cas de tumeur des ganglions lymphatiques, ceux-ci sont excisés chirurgicalement (lymphadénectomie).

Si la tumeur est inopérable, alors que le cancer se développe dans les organes et les tissus voisins, une anastomose est parfois appliquée pour contourner la tumeur.

Dans la période postopératoire, la rééducation du patient est importante, ce qui est le mieux réalisé dans des centres spécialisés.

Poutre

La radiothérapie est utilisée avant la chirurgie, en règle générale, dans le cancer de stade III. Le but de l'irradiation est de réduire la taille de la formation surround. En outre, la radiothérapie peut être utilisée dans la période postopératoire pour prévenir la récurrence du cancer.

Dans ce cas, la dose totale (pour l’ensemble du traitement) est d’environ 55 Gy (Gray), elle est divisée en doses uniques de 2 Gy. Dans certains cas, des complications peuvent survenir après une irradiation: vomissements, diarrhée, mélange de mucus et de sang dans les matières fécales, ce qui est une manifestation des dommages causés par les radiations à la muqueuse intestinale.

Chimiothérapie

Produisez soit une monothérapie (dans ce cas, utilisez un seul médicament chimiothérapeutique, par exemple le fluorouracile, Ftorafur et autres), soit une combinaison de médicaments (mitomycine + fluorocarbonate, folinate de calcium + fluorocarbonate).

La chimiothérapie est parfois associée à la radiothérapie. Le but de ceci est de détruire les cellules tumorales et d'empêcher la formation de métastases.

Parfois, la chimiothérapie peut être utilisée à la place de la chirurgie - dans les cas où la chirurgie est contre-indiquée pour le patient. Par exemple, s'il souffre de maladies concomitantes graves du système cardiovasculaire, l'anesthésie est interdite. Ou dans les cas avancés de cancer du caecum. Comme la pratique l’a montré, l’évolution favorable dans ce cas n’est qu’au stade précoce de la croissance tumorale.

Manières folkloriques

La base des méthodes de traitement traditionnelles est la phytothérapie, c'est-à-dire l'utilisation de préparations à base de plantes. On utilise aussi des produits apicoles, des légumes. Dans le traitement du cancer du caecum, appliquez:

  • décoctions et infusions d’Hypericum perforatum, parapluie centauré, pruche;
  • jus de chou;
  • jus de betterave;
  • propolis

Les agents ci-dessus ont un effet antitumoral, analgésique et tonique.

Remèdes populaires sur la photo

Les méthodes traditionnelles de traitement peuvent être utilisées en plus des principaux types de traitement du cancer du cæcum, et non à la place d’eux. Une consultation avec le médecin traitant concernant les moyens utilisés est nécessaire.

Pronostic du traitement et complications possibles

Le pronostic dépend du stade du processus pathologique. Avec une intervention chirurgicale en temps voulu pour le cancer du caecum du stade zéro, le pronostic de récupération est d'environ 96%. Après l'ablation chirurgicale d'une tumeur localisée (Stade I et Stade II), la survie du patient à cinq ans peut atteindre 70%.

Après une chirurgie pour un cancer des stades III et IV, ce chiffre diminue à 20–40%. Ceci est associé à un risque élevé de récidive en raison de la présence de métastases microscopiques.

Si une tumeur de stade IV est diagnostiquée (avec la présence de métastases distantes, par exemple au niveau du foie), il n’ya pratiquement aucune chance de guérison.

  • saignements;
  • échec (destruction) de l'anastomose;
  • suppuration des plaies postopératoires.

Mesures préventives

Prévention d'une tumeur maligne du caecum sont:

  • examens réguliers chez le médecin et examen (ceci s'applique aux patients dont le cancer du caecum a été diagnostiqué chez des parents)
  • détection précoce de l'enseignement professionnel;
  • ablation chirurgicale rapide des tumeurs intestinales bénignes présentant un risque élevé de tumeur maligne (polypes);
  • respect d'un mode de vie sain (à l'exception des spiritueux et des produits du tabac);
  • une alimentation riche en fibres, fruits et légumes;
  • limiter la consommation d'aliments gras et frits;
  • mode de vie actif (mobile).

Il faut dire qu'avec la résection opportune d'une tumeur caecale, le pronostic de récupération est favorable. Parallèlement, l'espérance de vie dans la période postopératoire dépend du stade de la maladie. La principale mesure prophylactique consiste à détecter et à éliminer rapidement les polypes intestinaux, précancéreux.

Cancer du caecum: signes de la maladie, diagnostic et traitement, rééducation postopératoire

Le caecum, qui constitue la première section du gros intestin et situé à la jonction des articulations de l'intestin grêle et du gros intestin, devient souvent le site de localisation des néoplasmes malins. La raison en est les caractéristiques anatomiques et physiologiques de son emplacement et de sa structure.

Le site de localisation du caecum, qui ressemble à une petite poche large, est la cavité iliaque droite. De l'appendice étroit (appendice), le caecum est séparé par un sphincter (valve de Gerlach), qui empêche le contenu de l'intestin de pénétrer dans la lumière.

Qu'est-ce que le cancer du caecum?

Le cancer du caecum est appelé une tumeur maligne qui se développe à partir des tissus de la membrane muqueuse de cet organe.

La photo montre la récurrence du cancer du caecum.

Compte tenu de la croissance lente et du caractère modérément agressif des tumeurs malignes du caecum, ainsi que de l’apparition relativement tardive de métastases à distance, on peut affirmer que les patients qui remarquent des symptômes inquiétants et consultent immédiatement un médecin ont toutes les chances de se rétablir complètement.

Symptômes de la maladie

Les symptômes du cancer du caecum dépendent de la localisation du processus tumoral, de la taille de la tumeur maligne et des maladies associées du tube digestif.

  • Le plus souvent, en oncologie du caecum, on note la présence de sang dans les matières fécales d'un malade. En raison d'une perte de sang constante, le patient présente des vertiges fréquents, une faiblesse grave et une pâleur sévère de la peau. Après avoir remarqué la présence de sang dans les matières fécales, de nombreux patients la considèrent comme une manifestation d'hémorroïdes et, après s'être auto-guérie de la maladie inventée, ne se rendent pas chez le médecin pendant longtemps, perdant ainsi un temps précieux qui aurait pu être consacré au traitement de la tumeur cancéreuse.
  • Un autre symptôme caractéristique de cette maladie est une douleur constante et douloureuse du côté droit du bas-ventre. En même temps, l'obstruction intestinale chez les patients ne se développe pas, car le cæcum a une lumière assez large et les masses fécales dans ce segment de l'intestin n'ont pas encore le temps de se former, ce qui évite la constipation chez les patients.
  • Le cancer du caecum, qui a atteint les derniers stades, conduit à un effondrement complet du fonctionnement du système digestif. En raison de la compression des organes voisins par les tissus de la tumeur envahie, les patients ressentent souvent une gêne à l'intérieur de l'estomac, leur appétit est complètement perdu, ils sont épuisés par des nausées constantes et une augmentation de la flatulence.
  • Aux derniers stades du cancer du caecum, le patient développe une intoxication cancéreuse, se traduisant par un jaunissement important de la peau, ainsi que par une hépatomégalie (augmentation importante du foie due à la métastase de la tumeur dans ses tissus) conduisant à l'épuisement complet du patient.
  • Une tumeur maligne de taille considérable, comprimant les organes adjacents, provoque souvent un œdème.

Les formes histologiques des néoplasmes malins du caecum sont présentées:

  • Adénocarcinomes qui se développent à partir de cellules épithéliales qui constituent les membranes muqueuses du caecum.
  • Cancer du cricoïde, dont les cellules ressemblent à des vésicules.
  • Cancer planocellulaire touchant les cellules épithéliales squameuses.
  • Carcinome épidermoïde glandulaire contenant des cellules d'épithélium glandulaire et squameux.
  • Cancer indifférencié - le type de cancer le plus agressif, dont les cellules ne peuvent pas être reconnues.
  • Cancer inclassable. Une tumeur maligne de ce type ne ressemble à aucune des formes histologiques décrites.

Causes du développement de la tumeur

L'apparition d'un cancer du caecum contribue à un certain nombre de facteurs:

  • présence de prédispositions génétiques et d'hérédité;
  • maladies chroniques de l'intestin et de l'estomac (en particulier les ulcères);
  • la présence de maladies précancéreuses du rectum: polypes villeux et adénomateux ayant une probabilité élevée de dégénérescence en néoplasmes malins;
  • tendance à la constipation chronique et aux selles extrêmement irrégulières;
  • l'abus d'alcool et le tabagisme provoquent souvent le début du processus oncologique;
  • mode de vie sédentaire;
  • régime alimentaire malsain (abus de viande rouge, faible teneur en légumes et fruits frais, céréales, viande de volaille et plats de poisson dans l'alimentation quotidienne).

Les étapes et leur prédiction

Selon la classification russe dans le développement d'une tumeur maligne du caecum, il est habituel de distinguer 5 étapes.

  • Au stade zéro (souvent appelé cancer in situ), la tumeur qui frappe les couches extérieures de la paroi intestinale est petite, ne s'étend pas aux ganglions lymphatiques adjacents et ne présente pas de métastases distantes. Une tumeur maligne peut être enlevée lors d'une coloscopie. Le traitement précoce se termine par la guérison de 100% des patients.
  • L'étape 1 est caractérisée par la présence d'une petite tumeur mobile (jusqu'à deux centimètres de diamètre) aux limites claires qui se développe dans les tissus de la membrane muqueuse et de la couche sous-muqueuse de l'intestin affecté. Les métastases aux ganglions lymphatiques régionaux sont absentes à ce stade. La survie à cinq ans des patients après excision chirurgicale de la tumeur est de 94%.
  • Une tumeur cancéreuse du 2e stade fait germer toutes les couches de la paroi intestinale, mais n’a pas encore quitté les limites de l’intestin touché. La défaite des ganglions lymphatiques régionaux et des organes distants n'a pas encore été observée. Après la chirurgie, 85% des cas survivent au moins cinq ans.
  • L'étape 3 du processus tumoral est caractérisée par la propagation d'une tumeur maligne aux tissus et organes voisins et par des lésions des ganglions lymphatiques. Métastases à distance n'a pas encore commencé. Avec une lésion de un à trois ganglions lymphatiques, 64% des patients opérés survivent pendant cinq ans, avec une lésion de quatre ou plus - seulement 45%.
  • Le stade 4 commence par la germination d'un cancer dans les tissus des organes adjacents. La défaite des ganglions lymphatiques est multiple. Le processus de métastase des cellules cancéreuses vers des organes distants commence. Si, à la suite d'une métastase distante, un seul organe (poumon ou foie) était atteint, pas plus de 5% des patients ne survivent pendant cinq ans. La métastase de la tumeur à un plus grand nombre d'organes ne laisse presque aucune chance de survie.

Diagnostic et méthodes de traitement du monde

Afin d'éliminer le risque d'erreur de diagnostic, le diagnostic de cancer du cæcum doit être complet.

  • Le diagnostic de la phase initiale consiste à collecter l'anamnèse, à l'examen physique du patient et à l'examen numérique du rectum.

En examinant le patient, le spécialiste effectue une percussion ou un tapotement de la cavité abdominale pour révéler la présence de fluide libre dans celle-ci. Un sondage plus approfondi de l'abdomen vous permet d'établir la localisation et l'état momentané de la tumeur.

L'examen endoscopique est effectué en effectuant les procédures suivantes:

  • Rectoromanoscopie. Cette procédure consiste en l'étude de l'état du rectum à l'aide d'un appareil spécial, le sigmoïdoscope. Le but de l’étude est de préciser la localisation de la tumeur, d’évaluer son état et le degré de prévalence du processus tumoral.
  • La coloscopie est une procédure douloureuse réalisée avec une anesthésie obligatoire à l'aide d'un appareil optique - un coloscope. Cette étude vous permet de vérifier la présence d’une tumeur maligne, d’en préciser la taille et le lieu de localisation exacte, ainsi que d’étudier l’état des muqueuses de n’importe quelle partie du côlon. Au cours de la procédure, une biopsie est effectuée - un petit morceau de tissu tumoral pour un examen histologique en laboratoire. La coloscopie n'est prescrite que si toutes les méthodes de diagnostic utilisées auparavant ne fournissaient pas d'informations complètes.
  • Irrigoscopie - Examen aux rayons X de toute partie du gros intestin et des anses de l'iléon. Avant l'étude, un lavement est effectué à l'aide duquel les services susmentionnés sont très densément remplis d'un agent de contraste, qui permet de déterminer le diamètre des lumières intestinales, d'identifier la présence et la taille de néoplasmes en masse, ainsi que l'étendue de leur propagation au-delà des limites du caecum.
  • Échographie de la cavité abdominale, résonance magnétique et tomographie par ordinateur des organes internes. Ces études permettent de vérifier la présence ou l'absence de métastases distantes de la tumeur.

Le traitement moderne du cancer du caecum consiste en une combinaison de trois méthodes thérapeutiques: la chirurgie, la radio et la chimiothérapie.

  • Le rôle principal dans le traitement de toutes les maladies oncologiques est attribué à une intervention chirurgicale.

Son volume est déterminé par la localisation du cancer et le degré de développement du processus tumoral. Selon les résultats obtenus lors de l'examen du patient, la tumeur peut être complètement retirée. il est parfois conseillé de procéder à la résection ou d'imposer une anastomose en cousant différentes sections du gros intestin.

Les ganglions lymphatiques affectés sont enlevés au cours d'une opération de lymphadénectomie. Dans les tumeurs inopérables, une anastomose artificielle est appliquée pour restaurer une perméabilité intestinale altérée, en contournant le site affecté par la tumeur.

  • La radiothérapie est utilisée à la fois avant l'opération (afin de réduire la taille de la tumeur) et après celle-ci (afin de détruire les cellules cancéreuses laissées après l'opération et ainsi éviter la récurrence de la maladie).
  • Le traitement avec des produits chimiques qui détruisent les cellules cancéreuses et suppriment leur capacité de division incontrôlée peut impliquer l’utilisation d’un médicament (fluorafura ou fluorouracile) ou d’une combinaison de plusieurs médicaments (par exemple, le fluorouracile et le folinate de calcium).

La chimiothérapie est souvent utilisée en association avec la radiothérapie. Cet effet améliore l'efficacité de la destruction des cellules cancéreuses et la probabilité de métastases. S'il est impossible d'effectuer l'opération (par exemple, s'il existe une maladie concomitante grave ou si la tumeur elle-même n'est pas opérable), une chimiothérapie peut être prescrite au patient comme seule méthode de traitement.

Rééducation après une chirurgie pour cancer du caecum

  • Si une fistule a été imposée à l'intestin opéré pour rétablir l'obstruction intestinale, le patient aura besoin de pansements fréquents. Cela permettra d'éviter l'irritation et l'inflammation de la peau autour de la fistule.

Le pansement doit être appliqué de manière à éviter tout glissement lors de mouvements. Après chaque passage de selles à travers un anus artificiel sur sa muqueuse saillante, imposez une serviette de gaze stérile imbibée d'huile de vaseline, recouvrez-la de plusieurs serviettes de gaze et d'une couche de coton.

Pour renforcer les bandages, utilisez des bandages spéciaux. L'utilisation d'un patch qui peut endommager la peau avec des pansements fréquents est inacceptable.

  • Le soin de la peau autour de la fistule implique l’utilisation de pâtes et de pommades additionnées d’acide lactique, ainsi que la lubrification des zones enflammées avec une solution à 10% de tanin.

Pour la formation de la croûte, qui empêche le contenu intestinal d’affecter la peau, diverses poudres sont utilisées: talc, kaolin, tanins secs.

  • Après la guérison de la plaie et la formation d'une fistule, il est recommandé au patient de prendre des bains quotidiens.

À partir de ce moment, le personnel médical commence à lui apprendre à utiliser la vessie.

  • À la fin des masses fécales au patient faire un lavement avec de la paraffine liquide.
  • Une condition importante pour une récupération réussie est le strict respect du régime alimentaire.

Pendant six jours après la chirurgie, les aliments solides sont contre-indiqués pour le patient et de grandes quantités de liquide sont autorisées. La force du patient est soutenue par des bouillons, des jus de fruits, des bouillies liquides et des purées de légumes également liquides, des jus de fruits et des décoctions à base de plantes.

Au cours des prochains jours, la consistance de la nourriture devient légèrement plus épaisse; Tous les plats (en très petites portions, toutes les trois heures) sont servis exclusivement sous forme minable.

  • Dix jours après l'opération, il est permis d'introduire dans le régime alimentaire du patient des aliments riches en protéines (variétés de poisson et de viande faibles en gras, œufs).

Les légumes et les fruits frais (notamment les betteraves, les carottes et les pommes), ainsi que les produits laitiers tels que le yogourt, le kéfir et la crème sure faible en gras sont extrêmement utiles. Lorsque vous vous sentez mieux (cela survient généralement après un régime d'un mois), le patient est autorisé à passer à un régime alimentaire régulier, sans oublier le régime fractionné.

  • Pour les patients opérés du caecum, il est recommandé d’inclure dans votre alimentation: veau, herbes fraîches, baies, fruits et légumes, huile végétale, poisson maigre, mouton, pain sans levain, différents types de pâtes alimentaires, porridge aux céréales.

Tous les plats doivent être fraîchement cuits et chauds (et les plats chauds et froids ne sont pas non plus appropriés). La cuisson à la vapeur et le ragoût devraient être les principales méthodes de cuisson.

  • Les aliments interdits sont: le soja, toutes sortes de bonbons, le fromage fondu, le poulet, les arachides, toutes les variétés de bâtonnets de crabe, les œufs de poule crus, le café instantané.

Prévisions

S'agissant de la prévision d'un patient atteint d'un cancer du cæcum, le spécialiste prend en compte les résultats obtenus lors de son examen diagnostique préliminaire.

La priorité est donnée à:

  • taux de croissance et taille d'une tumeur maligne;
  • données d'examen histologique;
  • la profondeur de germination de la tumeur dans la paroi intestinale;
  • la présence de métastases ganglionnaires et d'autres organes;
  • le niveau de différenciation des tissus tumoraux.

Dans le calcul de la prédiction de la survie incluent également l'histoire de la maladie, le succès de l'opération effectuée et l'âge du patient.

A Propos De Nous

Le cancer du poumon est une maladie caractérisée par la croissance incontrôlée d'une tumeur maligne dans les tissus pulmonaires. La maladie est causée par des facteurs tels que: les cancérogènes environnementaux et le tabagisme.