Causes de développement et symptômes du carcinome du foie

Chaque année, le nombre de patients atteints de diverses maladies du foie augmente. Les oncopathies, dont le cours conduit à la mort, sont particulièrement dangereuses. Parmi tous les cancers du foie, le carcinome est classé 3ème en termes de mortalité parmi les autres formes de cancer. Au cours de la dernière décennie, l’incidence du carcinome du foie a été multipliée par 3.

Le carcinome, ou cancer primitif du foie, est une tumeur maligne issue des cellules épithéliales. Le carcinome commence à se former lorsque les cellules du foie se transforment en cellules tumorales et se divisent activement. Le danger de carcinome réside dans sa nature rapidement progressive.

Classification

En hépatologie, les carcinomes du foie sont divisés en types en fonction de la localisation et du degré de développement:

  • Le carcinome hépatocellulaire - une lésion primitive du foie avec une évolution maligne, diffère par une progression rapide - du moment des premières manifestations perturbantes à la mort du patient, 2 à 4 mois peuvent éventuellement s'écouler;
  • le carcinome fibrolamellaire est un type de cancer primitif du foie, dans lequel se développent une fibrinose prononcée du parinème et la croissance de cellules cancéreuses comme des oncocytes; le cancer fibrolamellaire est caractérisé par une progression plus lente et un pronostic plus favorable pour la survie;
  • Le carcinome hépatocholangiocellulaire est un type de tumeur rare dans lequel des modifications pathologiques affectent non seulement le tissu hépatique, mais également les voies biliaires; selon le tableau clinique et le pronostic, il est identique au carcinome hépatocellulaire;
  • Le cholangiocarcinome du foie est une pathologie rare dans laquelle des processus malins se produisent dans les voies biliaires; une tumeur se forme lorsque des cellules cancéreuses pénètrent dans les parois des canaux biliaires et commencent à se développer activement;
  • adénocarcinome hépatique - une tumeur maligne provenant du tissu glandulaire, mais le plus souvent une tumeur se forme dans le processus de métastase, lorsque le cancer primitif est localisé dans d'autres organes (intestins, poumons, utérus, ovaires);
  • Le cystadénocarcinome hépatique est une tumeur maligne de type kyste qui se forme à partir des voies biliaires intrahépatiques et extrahépatiques.

Une autre classification implique la division du carcinome du foie en fonction des caractéristiques de l'évolution clinique. A partir de cette position, on distingue les formes de carcinome:

  • la cirrhose;
  • comme un abcès;
  • avec un parcours masqué;
  • kystique;
  • hépatomégalique;
  • hépatonécrotique.

Par le type de changements macroscopiques dans le foie produisent:

  • forme massive de carcinome - lorsque le cancer est représenté par un grand nodule tumoral ou par un nœud avec des métastases;
  • carcinome nodulaire - une tumeur est représentée par plusieurs nœuds situés dans un ou les deux lobes du foie;
  • forme diffuse de carcinome - la tumeur est représentée par de nombreux nœuds tumoraux minuscules.

Symptomatologie

Le carcinome hépatique initial est caractérisé par une évolution asymptomatique. Souvent, le patient ne ressent ni douleur ni détérioration avant la fin de la maladie. Les manifestations cliniques du carcinome du foie sont similaires aux signes courants de la maladie des voies biliaires:

  • perte d'appétit et perte de poids rapide;
  • fatigue constante, somnolence et fatigue;
  • inconfort et sensation de lourdeur dans l'hypochondre droit;
  • maux d'estomac avec apparition de selles molles, nausée, flatulence;
  • augmentation de la température jusqu'aux indicateurs subfébriles;
  • ascite à la suite d'une hépatomégalie et d'une accumulation de liquide dans la cavité péritonéale;
  • l'anémie.

Le signe classique du cancer du foie au stade 4 est une douleur constante, sourde ou douloureuse, au côté droit. La douleur augmente lors d'un effort physique ou lors du changement de position du corps, en se pliant. La cause de la douleur est associée à la compression des organes voisins du corps de la tumeur.

Au stade avancé de la maladie, l'intoxication augmente, ce qui s'accompagne de perturbations hormonales, d'un ralentissement du métabolisme général et du développement d'un état fébrile. En outre, les patients cancéreux développent une éruption cutanée, développent une jaunisse en raison de la pénétration de produits à base de bile dans la circulation systémique.

Les causes

Les facteurs de risque qui provoquent des mutations de cellules hépatiques saines en cellules cancéreuses sont divers. Les raisons qui augmentent le risque de développer un carcinome du foie incluent:

  • Mauvaises habitudes Un certain nombre d'études ont montré que la nicotine et l'alcool avaient un effet néfaste sur les hépatocytes, provoquant leur mort. Les alcooliques et les nicotiniques développent souvent un carcinome hépatocellulaire.
  • Hépatite virale. Le portage des virus de l'hépatite B et de l'hépatite C est particulièrement dangereux - ils ont un effet cancérigène sur le foie et le corps entier. Les patients atteints d'hépatite B chronique développent un cancer du foie dans 70% des cas.
  • Cirrhose du foie. La pathologie elle-même n'appartient pas initialement à la catégorie des maladies oncologiques, mais conduit à la déformation des tissus du foie et contribue à la formation de cellules atypiques.
  • Le diabète. Les patients avec une concentration élevée de sucre dans le sang ont un risque élevé de tumeurs malignes dans le foie. Avec le diabète sucré, il y a une accumulation excessive de cholestérol, le foie est endommagé.
  • Réception de stéroïdes anabolisants. Leur absorption se produit dans le foie, ce qui entraîne une augmentation du stress dans l'organisme, ce qui provoque la formation de tumeurs bénignes et malignes.
  • Hérédité chargée. La probabilité de développer un carcinome du foie est accrue s'il existe des cas de cancer dans la famille.
  • Invasions parasites. Il est prouvé que l’infection du foie par des parasites et le déroulement des invasions helminthiques (opisthorchiase, schistosomiase) entraînent une mutation des hépatocytes et la formation de cholangiocarcinomes.
  • Travailler dans des entreprises nuisibles, contacts avec des produits chimiques. Une exposition prolongée à des agents chimiques, dont les plus dangereux sont l’arsenic et le radium, conduit à la formation d’un angiosarcome du foie.

En outre, certains facteurs de risque conduisent au cancer du foie dans une moindre mesure:

  • une histoire d'hépatose graisseuse;
  • contraceptifs hormonaux à base d'œstrogène;
  • appartenant au sexe masculin;
  • catégorie d'âge de plus de 40 ans;
  • personnes atteintes de pathologies cardio-vasculaires, cholélithiase.

L'aflatoxine B1, qui est un type spécial de champignons Aspergilles, peut avoir un effet négatif sur le foie. Les champignons se reproduisent sur le blé, le grain, le riz, si les céréales sont stockées dans des conditions d'humidité élevée. L'aflatoxine B1 est le produit de leur activité vitale et, en pénétrant dans le corps humain, elle endommage le foie et dégénère les hépatocytes en cellules tumorales.

Diagnostic de la maladie

Pour le diagnostic de cancer du foie, effectuez une série d'examens. L'examen physique et l'anamnèse permettent de tirer certaines conclusions sur le stade de la maladie et l'état général du patient. Au cours d'un examen numérique, le médecin fait attention à la présence d'ascite, d'hépatomégalie, de jaunisse obstructive - signes indirects de carcinome du foie.

Diagnostic de laboratoire pour suspicion de pathologie:

  • une analyse biochimique du sang est réalisée chez tous les patients suspects de cancer du foie - une augmentation de la bilirubine, de l'urobiline, de l'ALAT et de l'AST, alors qu'une diminution des protéines indique une dégénérescence des hépatocytes;
  • une analyse de sang pour la sérologie permettant de déterminer le taux d'alpha-fœtoprotéine est une méthode exacte qui permet, dans 80% des cas, de confirmer un cancer du foie;
  • test sanguin pour les marqueurs tumoraux;
  • test sanguin pour les anticorps anti-virus de l'hépatite;
  • coagulogramme.

Une étape obligatoire dans le diagnostic du carcinome du foie est le diagnostic instrumental:

  • L'échographie vous permet d'identifier la taille et l'emplacement de la tumeur, ainsi que de détecter la présence de pathologies concomitantes du foie et de la vésicule biliaire.
  • Le scanner avec l'introduction d'un agent de contraste fournit des informations précises sur le carcinome, vous permettant de définir clairement les limites et la forme de la tumeur; en outre, à l'aide de la tomodensitométrie, il est déterminé si la tumeur s'est développée dans les vaisseaux sanguins du foie;
  • L'IRM est une méthode de haute précision qui vous permet d'obtenir une image claire du cancer et de déterminer sa structure.
  • La biopsie du foie est la méthode de diagnostic la plus fiable, au cours de laquelle une biopsie est réalisée, suivie d'une analyse morphologique;
  • L'angiographie - une méthode utilisant les rayons X, vous permet d'étudier l'apport sanguin à la tumeur;
  • la scintigraphie - une méthode nécessaire à la différenciation du carcinome du foie avec d'autres néoplasmes malins.

Stratégie de traitement

La pathologie est difficile à traiter en raison des difficultés rencontrées pour diagnostiquer le cancer à ses débuts. La tactique de traitement des patients atteints d'un carcinome du foie est choisie en fonction du stade de la maladie, du type de tumeur et du bien-être général. Au début, ils ont recours à une intervention chirurgicale utilisant la résection chirurgicale. Lors de la résection, les tissus affectés sont enlevés, la plus grande partie du foie est préservée. Cependant, la résection donne un résultat positif lorsque le volume de formation de la tumeur est faible.

Si la tumeur a recouvert la moitié du foie, appliquez une autre tactique de traitement chirurgical. Passez une hémihépatectomie - élimination de 50% du foie affecté par un carcinome. La moitié restante de la glande retrouve finalement sa taille initiale. Après l’hémihépatoectomie, on procède à une radiothérapie pour tuer complètement les cellules cancéreuses et prévenir les rechutes.

En plus des méthodes chirurgicales de traitement du carcinome, il existe d'autres moyens de traiter la maladie:

  • ablation - effet sur la tumeur à l'aide de micro-ondes, de gaz froids, d'alcool, à la suite de quoi le carcinome est détruit et la progression de la maladie ralentie;
  • chimiothérapie - lutte contre les cellules cancéreuses par infusion de produits chimiques; la chimiothérapie est utilisée à tous les stades de la maladie, y compris les stades tardifs (3-4) - pour contenir la croissance tumorale non contrôlée et prolonger la vie;
  • L'embolisation est une méthode dans laquelle des substances spéciales sont injectées par voie intraveineuse pour bloquer le flux sanguin vers la tumeur. une embolisation est indiquée pour les carcinomes de grande taille (plus de 5 cm) inopérables;
  • La radioembolisation est une méthode moderne et efficace dans laquelle des nanoparticules de radio-isotopes sont injectées dans les artères hépatiques, ce qui détruit les cellules cancéreuses.

Si le cancer dans le foie est représenté par de petits nœuds nombreux et que les fonctions de l'organe sont gravement altérées, ils ont recours à la transplantation. La transplantation hépatique d’un donneur à un patient atteint de cancer est une méthode prometteuse, mais coûteuse.

Prévisions

Le pronostic de survie pour le cancer du foie dépend du stade de la maladie, du degré d'insuffisance hépatique et des caractéristiques individuelles de l'organisme. Si le cancer est diagnostiqué au stade 1-2, après la chirurgie, il existe un risque de survie à 5 ans. Mais la grande majorité des patients vivent en moyenne 3 ans.

Un cancer inopérable aux stades 3 à 4 ne laisse aucune chance à une longue vie. Lorsque le traitement est négligé, même si une chimiothérapie est prescrite, il se produit une hypertrophie agressive de la tumeur et le décès du patient survient dans les 4 mois qui suivent une intoxication par le cancer ou un saignement interne important, un choc. Par conséquent, il est important que les premiers symptômes alarmants indiquant un cancer du foie consultent immédiatement un médecin.

Détails sur l'adénocarcinome du foie

Causes de l'adénocarcinome dans le foie

Les facteurs de risque supplémentaires sont divers composés chimiques et effets physiques négatifs (rayonnements ionisants), qui sont assez rares.

Classification selon les formes et les degrés de différenciation

Le cancer du foie peut prendre trois formes:

  • Nodulaire. Cet adénocarcinome survient dans 65% des cas et se caractérise par l'apparition de nodules séparés de tissus sains. Il peut y avoir plusieurs néoplasmes qui contribuent à la croissance de l'organe.
  • Massif. En termes de morphologie, il ne diffère pas de la variante nodale, mais atteint une taille importante et représente le plus souvent un seul nœud. Localisation caractéristique - le lobe droit du foie.
  • Diffuse. Une forme rare d'adénocarcinome dans laquelle les cellules remplacent les hépatocytes sains. Le corps n'augmente pas.
Le degré de différenciation des structures cellulaires, dont il peut y avoir trois ou quatre types, est important (certaines sources définissent une variante peu différenciée et non différenciée dans un groupe). La classification comprend les formes suivantes d'adénocarcinome:
  • Très différencié. Le plus souvent, il s'agit d'un cancer primitif dont les cellules ressemblent à un tissu hépatique sain.
  • Modérément différencié. Option de transition dans laquelle les différences par rapport aux tissus sains sont perceptibles, mais pas suffisamment prononcées.
  • Faible différencié. Le développement d'un adénocarcinome hépatique de bas grade est dû à la métastase des cellules du foyer principal. Le tissu tumoral est très différent de celui en bonne santé et n'a presque pas de structures similaires.
  • Indifférencié (classiquement distingué du type précédent). Ce type ne diffère d'une tumeur de bas grade que par le fait que les histologues ne peuvent déterminer l'origine du tissu malin.

Le tableau clinique de l'adénocarcinome

Le tableau clinique de la maladie correspond à la cirrhose, c'est-à-dire à la désintégration du tissu hépatique ou à l'évolution sévère de l'hépatite aiguë. Seules des mesures de diagnostic peuvent aider à suspecter un cancer.

Stades du cancer

Principes de diagnostic de l'adénocarcinome

Le cancer du foie se caractérise par un diagnostic tardif causé par:

  • longue période de latence de la maladie;
  • masquer le tableau clinique sous la pathologie de fond;
  • progression lente de la tumeur (en cas de malignité primaire).

Traitement du cancer du foie

Le traitement avec des médicaments ou des radiations n'apporte pas l'effet positif attendu, mais peut être utilisé pour soulager les symptômes, affecter les métastases et suspendre la croissance du cancer.

Ces traitements sont utilisés chez des patients sans chance de récupération et chez ceux qui sont en attente d'une greffe. Dans ce dernier cas, un traitement conservateur peut réduire le risque de récidive dans le futur, car il contribue à la destruction des cellules tumorales circulant dans le sang.

Pronostic pour adénocarcinome dans le foie

Vous avez trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée

Adénocarcinome du foie ou cancer du foie glandulaire

L'adénocarcinome du foie (AP) est l'un des types de tumeurs malignes les plus courants et les plus dangereux. Son taux de mortalité est élevé, en partie à cause du fait que le cancer est très rarement détecté aux premiers stades. Découvrons pour quelles raisons une tumeur du foie peut se former, comment la reconnaître et la traiter, et quelles prédictions pour les personnes atteintes de cette maladie.

Le foie est la plus grande glande de notre corps. Il est situé dans la cavité abdominale sous le diaphragme. Cet organe remplit des fonctions vitales telles que le filtrage des toxines et des toxines qui pénètrent dans notre corps, maintiennent la digestion, produisent de la bile, synthétisent des hormones et des enzymes, régulent divers échanges de processus. Et cette liste est loin d'être complète.

Adénocarcinome du foie: caractéristiques et types

L'adénocarcinome est le nom commun des tumeurs malignes, qui proviennent de l'épithélium des tissus glandulaires, il est également appelé cancer glandulaire. Ces tissus constituent la quasi-totalité de notre corps, de sorte que l'adénocarcinome affecte différents organes: le pancréas, les poumons, les reins, les intestins, l'estomac, y compris le foie.

L'oncologie du foie figure parmi les cinq cancers les plus répandus dans le monde. Les hommes sont deux fois plus malades que les femmes. Le nombre prédominant de patients - personnes de plus de 50 ans.

Le cancer dans cet organe peut être primaire (son type le plus courant est le carcinome hépatocellulaire), ainsi que secondaire, qui représente la majorité des cas (environ 75%). Les métastases de l'adénocarcinome dans le foie proviennent souvent de tumeurs de l'estomac, du pancréas, du poumon, du sein et du colon.

Symptômes et manifestations du cancer du foie glandulaire

Le cancer primaire est une forme différente:

  1. Nodal. Ce formulaire se retrouve dans 65% des cas. Ce sont des tumeurs délimitées à partir de tissus sains. Les nœuds, en règle générale, sont de tailles différentes. Le foie est agrandi.
  2. Massif (25% des adénocarcinomes hépatiques primaires). Presque identique à la première forme. Le plus souvent, il s'agit d'un seul nœud situé dans le lobe droit du foie. Il atteint une taille énorme.
  3. Diffuse Il est moins susceptible d'être diagnostiqué (environ 12%). Dans ce mode de réalisation, les cellules cancéreuses n'ont pas de limites claires, car elles se développent, elles remplacent les structures saines du foie. Le corps n'augmente pas.
  • L'adénocarcinome du foie peu différencié est le plus dangereux, il est caractéristique des formations secondaires;
  • cancer hautement différencié a des cellules qui ne sont pas très différentes des saines;
  • tumeur modérément différenciée est une variante de transition;
  • le cancer indifférencié est rare. Il est diagnostiqué lorsqu'il est impossible de déterminer le type de cellules tumorales.

L'adénocarcinome du foie se transmet par des voies hématogènes et lymphogènes (principalement les poumons, les reins, les os et les organes génitaux).

Causes du cancer du foie et méthodes de prévention

Dans la pathogenèse de l'apparition de cette maladie, il y a de telles raisons principales:

  • Virus de l'hépatite B et C. Ils se retrouvent chez presque tous les patients atteints d'un cancer primitif du foie. Des types chroniques de ces maladies provoquent des modifications au niveau des cellules. Ainsi, 80% des patients atteints d'hépatite B développent un cancer après un certain temps. Il convient de noter que cela ne s'applique pas à l'hépatite A. Pour prévenir les virus, il est nécessaire de se faire vacciner.
  • cirrhose du foie. Cette maladie est présente chez la plupart des patients présentant un diagnostic d'adénocarcinome du foie. Pour lui, conduit souvent à une consommation excessive. Avec la cirrhose, des modifications dégénératives se produisent dans les cellules du foie, ce qui peut déclencher l'apparition de tumeurs malignes. Par conséquent, il est nécessaire de réduire ou d'abandonner complètement la consommation d'alcool. Le tabagisme est également un facteur de risque;
  • La syphilis, le diabète sucré et les calculs biliaires sont d'autres maladies provoquant des tumeurs du foie. Ces maladies doivent être traitées à temps pour prévenir le développement du cancer;
  • infestation par des parasites (par exemple, un coup de chance félin). Ce ver, pénétrant dans le foie, provoque divers troubles, contre lesquels il est possible que se développe un adénocarcinome du foie. Pour éviter de tels problèmes, il est recommandé de traiter le poisson de manière appropriée et de se laver les mains avant de manger.
  • infection par un champignon qui sécrète des aflotoxines. Ce sont des moisissures que presque tout le monde a vues sur des produits. Pour ne pas en être infecté, ne mangez pas un type de nourriture douteux;
  • l'hérédité (cas d'oncologie dans la famille) et une prédisposition génétique existent également parmi les causes du cancer du foie. L'hépatite B peut être transmise de la mère à l'enfant, ce qui provoque alors un cancer primaire. Des maladies génétiques telles que l'hémochromatose et la tyrosinémie peuvent être responsables de la transformation d'un tissu hépatique sain en tumeur. Il est important que les personnes à risque subissent des examens réguliers. Cela laissera du temps pour détecter le cancer.

Parmi les facteurs rares:

  • l'effet des produits chimiques contenant du chlore;
  • prendre des stéroïdes anabolisants. Les athlètes en boivent pour développer leur masse musculaire, mais tout le monde ne sait pas que les stéroïdes anabolisants exercent une énorme pression sur le foie. Vous devez donc être prudent avec eux.

Symptômes du cancer du foie

Le danger de cette maladie est une longue période de latence pendant laquelle les symptômes sont pratiquement absents. Si un adénocarcinome s'est développé sur le fond de la cirrhose, il est encore plus difficile à remarquer. Les premiers symptômes du cancer du foie ne sont pas spécifiques, beaucoup de gens ne leur donnent pas le sens voulu.

Ceux-ci comprennent:

  • perte d'appétit, perte de poids drastique;
  • faiblesse générale, somnolence, vertiges;
  • troubles émotionnels, dépression;
  • augmentation de la température corporelle;
  • lourdeur dans l'estomac, nausée, diarrhée.

Comment se manifeste la maladie?

Aux derniers stades apparaissent des signes spécifiques indiquant une insuffisance hépatique grave:

  • douleur dans l'abdomen, qui augmente avec le temps. Ce symptôme est observé chez presque tous les patients;
  • jaunisse. Manifesté dans la couleur jaune de la peau et le blanc des yeux, sur la langue. Les selles deviennent claires et l'urine devient sombre;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques;
  • ascite (accumulation de liquide dans la cavité abdominale);
  • saignements cholémiques. Qui sont associés à un trouble de la coagulation;
  • la présence d'éducation palpable dans le foie, son augmentation.

Quand une tumeur forme des métastases intrahépatiques, tous les symptômes s'aggravent, l'hypertension portale et l'insuffisance hépatique augmentent, la douleur devient permanente, l'ascite devient non corrigée, un saignement interne peut se produire, nécessitant une hospitalisation.

Étapes de l'adénocarcinome du foie

  1. Le stade 1 est une petite tumeur atteignant 2 cm, qui ne pénètre pas dans les tissus et les vaisseaux adjacents. Il n'affecte pas le fonctionnement du foie, les symptômes sont absents ou légers, il est donc rarement trouvé. Cela peut se produire lors d’une enquête annuelle;
  2. au stade 2, une tumeur peut atteindre 2 cm, mais avec invasion de vaisseaux ou de plusieurs néoplasmes sans invasion. Il peut y avoir un signe de douleur;
  3. au stade 3, un nœud croît de plus de 2 cm (ou de plusieurs nœuds) avec ou sans envahissement, limité à un lobe du foie. Il peut y avoir des métastases dans les ganglions lymphatiques. Le néoplasme devient palpable, parfois vous pouvez remarquer une augmentation de l'abdomen. Il y a des symptômes caractéristiques;
  4. adénocarcinome du foie stade 4 est caractérisé par de multiples métastases régionales, à la fin des foyers lointains rouler. Tumeurs dans les deux lobes. Il n’est pas rare à ce stade que les gens se tournent vers le médecin, mais le traitement n’est plus efficace, les prévisions sont décevantes.

Diagnostic de la maladie

Dans un premier temps, le médecin procède à une inspection visuelle et recueille l’anamnèse. La présence d'augmentations palpables dans le foie est déjà un indicateur de cancer possible. Cela s'applique particulièrement aux personnes atteintes de maladies chroniques de cet organe.

Après examen, on prescrit au patient une analyse biochimique du sang et de l’urine. Les chiffres de l'alpha-fœtoprotéine (AFP) gonflés suggèrent la présence possible d'un cancer primaire. Pour confirmer le diagnostic, une échographie du foie est réalisée. Cette méthode est sûre et peu coûteuse. Une échographie montrera la présence d’une tumeur, son type, sa proportion, l’invasion des vaisseaux sanguins ou l’ascite. Vous verrez également l'état de la porte du foie. Les ultrasons sont souvent utilisés pour la biopsie et les opérations.

La tomographie par ordinateur et par tomographie à résonance magnétique est plus informative. En les utilisant, on peut estimer la prévalence du processus, distinguer le cancer primaire du secondaire, voir les inclusions grasses, liquides et gazeuses. L'IRM montre même la plus petite pathologie. Avec l'utilisation d'un agent de contraste, on peut voir sur les ultrasons les vaisseaux tumoraux.

Après avoir effectué les tests ci-dessus, une biopsie à la ponction à l'aiguille fine est effectuée (si le diagnostic n'est pas déterminé par d'autres moyens). À l'aide d'une longue aiguille (jusqu'à 15 cm), sous contrôle d'un appareil à ultrasons ou d'un scanner, un test de néoplasme est effectué. Cette procédure est relativement sûre et sans complications. Après avoir examiné l'échantillon, le type morphologique de la tumeur sera confirmé. Si un patient a une cirrhose du foie, une biopsie n'est souvent pas nécessaire.

Pour détecter les métastases dans le foie, en présence d'autres formes de cancer, le patient subit des tests sanguins tous les six mois pour détecter la présence de PFA et de marqueurs tumoraux, ainsi qu'une échographie.

Le diagnostic du cancer du foie peut être complété par la laparoscopie, la tomographie à émission de positrons et l'angiographie. Ces tests sont prescrits pour certaines indications. L'angiographie vous permet de visualiser avec précision les artères du foie, les portes et les branches. La TEP est fabriquée à l'aide de nucléides radioactifs, qui sont introduits dans les veines, puis le tomographe indique l'état de l'organisme dans son ensemble. Il peut remplacer l'utilisation de toutes les techniques, car ses résultats montrent des lésions possibles dans toutes les parties du corps. Mais une telle procédure est plutôt compliquée, coûteuse et pas toujours abordable.

Un test sanguin, une échographie, une tomodensitométrie, une IRM et une biopsie fourniront toutes les informations nécessaires à un traitement ultérieur.

Traitement de l'adénocarcinome du foie

Le traitement le plus efficace contre l'adénocarcinome hépatique consiste à enlever une tumeur. Pour établir la possibilité d'une intervention chirurgicale, il est nécessaire de procéder à des tests montrant l'état fonctionnel de la partie saine du foie, des reins, du système urinaire et de la coagulation sanguine. Les patients présentant une forme diffuse d'adénocarcinome et de cirrhose sont généralement inopérables. Ne procédez pas à l'élimination de patients atteints d'un thrombus tumoral. Pour ces patients, le traitement consiste en un traitement symptomatique:

Si les résultats du test donnent des résultats normaux, la tumeur est réséquée avec une partie du foie. En outre, la possibilité d'une opération pour un adénocarcinome dépend de la taille de la tumeur et de l'absence de métastases à distance. Toutes les manipulations sont effectuées sous le contrôle d'un appareil de tomodensitométrie à rayons X.

Le traitement du cancer du foie par une greffe d'organe donne les meilleurs résultats: si une personne est atteinte de cirrhose, elle sera également guérie. Faites-le si la résection est impossible pour une raison quelconque.

Les personnes à transplanter sont sélectionnées selon les critères suivants:

  • une tumeur ne dépasse pas 5 cm ou jusqu'à trois nœuds ne dépasse pas 3 cm;
  • manque de métastases dans les vaisseaux.

Avec un adénocarcinome hépatique de grande taille, la transplantation n’est pas réalisable car la probabilité d’une rechute est élevée.

Pour les patients pour lesquels la résection est contre-indiquée ou qui sont en attente de greffe, appliquer les méthodes de traitement suivantes:

  • injections d'alcool dans le néoplasme lui-même. Il est nécessaire de mener plusieurs séances pour détruire les cellules cancéreuses.
  • chimioembolisation trans-artérielle. Implique la pénétration de produits chimiques directement dans les artères qui alimentent la tumeur;
  • ablation par radiofréquence. La méthode de destruction de la tumeur par exposition à une température élevée;
  • la cryodestruction Basé sur l'exposition à l'azote liquide. Sous l'influence de très basses températures, la tumeur se fige et meurt. Cette méthode est même utilisée pour les grosses tumeurs;
  • chimiothérapie. Prendre des médicaments qui inhibent la croissance tumorale n'est pas un moyen très efficace pour ce type de cancer, car l'adénocacinome ne répond pas à la plupart d'entre eux;
  • radiothérapie. Aide à réduire les symptômes et à prévenir le développement de métastases. Il est utilisé à la fois indépendamment et en association avec une résection, parfois avec une chimiothérapie.

Le meilleur schéma thérapeutique sera déterminé par le médecin traitant. En utilisant une approche intégrée, vous pouvez améliorer la vie du patient et la prolonger un peu.
Adénocarcinome du foie: traitement avec des remèdes populaires et un régime

Pour le traitement supplémentaire du cancer du foie, il existe des méthodes populaires:

  • prenez un verre de grains d'avoine et versez 1 l. l'eau, mis le feu. Après ébullition, baisser le feu et chauffer l'avoine pendant un quart d'heure. Ensuite, retirez la casserole, enveloppez une serviette et laissez reposer pendant 2 heures. À la fin, filtrez et buvez le bouillon obtenu pendant la journée trois fois avant de manger de la nourriture;
  • prendre 1 c. la propolis, une heure avant les repas;
  • le jus de melon d'eau aidera à nettoyer le foie. Il est nécessaire de boire 1 verre 4 à 5 fois par jour.
  • boire une infusion de canneberge. 1 cuillère à soupe les baies versent 300 ml d’eau bouillante et exigent une demi-heure;
  • Jus de Durnikov. Pressez le jus de l'herbe et buvez-le dans 1 c. 3 fois par jour pendant trois semaines. Augmentez ensuite la dose à 2 heures;
  • décoction de racine d'angélique. Pour le cuisiner, il vous faut 1 cuillère à soupe. les racines versent 0,3 litre d’eau bouillante et font bouillir encore 15 minutes. Lorsque la décoction est refroidie, filtrez-la. Utiliser 1 tiers de verre 3 fois par jour.

Quels aliments doivent être exclus si vous avez un adénocarcinome:

  • viande et poisson gras (préférez le poulet, le veau et la morue);
  • aliments frits, fumés et en conserve (vous devez faire cuire à la vapeur ou au four);
  • aliments épicés et trop salés;
  • alcool, boissons gazeuses, café. Le thé peut être en quantité limitée;
  • des bonbons.

Il est utile de manger diverses céréales (riz, sarrasin, gruau), des soupes, des jus de carottes et de betteraves, des produits laitiers. Il est préférable de manger en petites portions, mais souvent.

Pronostic pour adénocarcinome du foie

Le cancer du foie a un pronostic défavorable, même si un traitement complexe est fourni. Si une tumeur est détectée au premier stade et retirée, la probabilité de vivre pendant 5 ans atteindra 40%. Mais ces cas sont très rares. Par conséquent, selon les statistiques générales, seuls 10% des patients vivent 5 ans ou plus.
Avec de larges tumeurs, l'espérance de vie est d'un an ou moins. Cette période est réduite si le cancer est accompagné d'une maladie chronique du foie. La mort est souvent due à un saignement interne ou à une insuffisance hépatocellulaire.

Métastases de l'adénocarcinome du foie

Laisser un commentaire

Une tumeur maligne qui provoque une mutation des cellules glandulaires hépatiques est appelée adénocarcinome du foie. La métastase d'une néoplasie au foie par d'autres organes - l'estomac, l'utérus et les poumons - est plus fréquente que la formation d'une tumeur directement dans les tissus du foie. L'adénocarcinome hépatique est considéré comme une pathologie courante et potentiellement fatale, dont l'évolution est souvent fatale.

L'adénocarcinome est une tumeur maligne des cellules glandulaires du foie.

Informations générales

L'adénocarcinome du foie est aussi appelé cancer glandulaire. L'adénocarcinome est divisé en 2 types: primaire et secondaire. Si la tumeur se forme directement dans le foie, il s'agit du type principal d'adénocarcinome. Type secondaire - les dommages au foie se produisent par la métastase d'une tumeur localisée dans un organe proche. Le type secondaire d'adénocarcinome est beaucoup plus répandu que le primaire.

Le sexe masculin souffre d'adénocarcinome du foie trois fois plus souvent que la femme.

Causes de développement

Des raisons spécifiques qui provoquent un adénocarcinome n'ont pas encore été détectées. Mais les scientifiques ont identifié plusieurs facteurs qui augmentent le risque de développer une tumeur. Ces facteurs incluent:

  • l'hépatite B ou C;
  • abus chronique d'alcool;
  • travail ou contact constant avec des substances toxiques;
  • hémochromatose héréditaire;
  • taux élevés de fer dans le sang;
  • invasion parasitaire;
  • infection par la moisissure;
  • hérédité génétique;
  • la vieillesse

Les fumeurs sont à risque. Le diabète sucré et la cholélithiose sont considérés comme des maladies associées au développement d'une tumeur maligne. Les facteurs rares incluent la consommation incontrôlée de stéroïdes anabolisants. Ces médicaments, qui ont une charge énorme sur la fonction hépatique, sont souvent utilisés par les athlètes pour développer leurs muscles.

Symptomatologie

Le principal danger de l'adénocarcinome est une longue évolution asymptomatique. Les signes de l'adénocarcinome du foie peuvent être complètement différents. Une tumeur dans d'autres organes provoque à peu près les mêmes symptômes. Les patients maigrissent brusquement, ils sont constamment nauséseux, le froid est fort. Peu à peu, jaunissement de la peau et des muqueuses, gonflement important des membres et de l'abdomen. Les premiers signes du cancer glandulaire ne sont pas spécifiques et, par conséquent, le diagnostic de la maladie est rare aux premiers stades. Les premiers symptômes du cancer incluent:

L'adénocarcinome dans le foie se manifeste par une perte de force, une perte d'appétit et une digestion.

  • une forte diminution de l'appétit;
  • fatigue chronique;
  • somnolence;
  • état dépressif;
  • panne émotionnelle;
  • haute température;
  • une indigestion

Le développement progressif de la maladie provoque une augmentation du nombre de ganglions lymphatiques. Le liquide commence à s'accumuler dans la cavité abdominale. Il peut y avoir des saignements causés par un trouble de la coagulation. À la palpation, on ressent une hypertrophie du foie. Les métastases pénétrées de l'adénocarcinome dans le foie entraînent une augmentation des symptômes. L'hypertension portale est en augmentation, ce qui peut provoquer des hémorragies internes.

Étapes de la pathologie

L'adénocarcinome est divisé en 4 étapes:

  1. La tumeur est de petite taille (pas plus de 2 centimètres) et ne métastase pas aux autres vaisseaux et tissus. Le travail du foie n'est pas perturbé, il n'y a aucun symptôme ou ils sont très faiblement exprimés. Diagnostiqué extrêmement rarement, généralement par hasard, pendant l'examen pour d'autres raisons.
  2. Cette étape est caractérisée par une invasion vasculaire ou plusieurs formations sans invasion. Un symptôme de douleur peut apparaître.
  3. La tumeur augmente de taille, est caractérisée par une métastase aux ganglions lymphatiques. La tumeur est palpée lors de la palpation, l'estomac est légèrement élargi. Les symptômes caractéristiques de l'adénocarcinome apparaissent.
  4. Les métastases multiples se produisent avec des foyers distants. L'adénocarcinome du stade hépatique 4 se retrouve dans les deux lobes de l'organe. Plus souvent, à ce stade, ils se tournent vers le médecin, mais le traitement n’est plus efficace. Le stade 4 est généralement fatal.

Procédures de diagnostic

Lorsqu'un patient contacte le médecin, il effectue une collecte primaire d'anamnèse et de manifestations générales de la maladie. Vient ensuite la palpation de la cavité abdominale. Si la tumeur s'est développée longtemps, un diagnostic primaire est possible à ce stade. Pour confirmer, une analyse biochimique de l'urine et du sang, ainsi qu'une échographie des organes de la cavité abdominale est réalisée. Grâce à l'échographie, la localisation spécifique du foie, sa taille, sa consistance et la présence de métastases sont établies. Diagnostiquer un adénocarcinome à l'aide de telles méthodes:

  • la fluoroscopie;
  • examen endoscopique;
  • diagnostics par ultrasons;
  • différents types de tomographie.

Effectuer des tests pour la présence de marqueurs tumoraux. En outre, le médecin peut prescrire une laparoscopie, une tomographie par émission de positrons et une angiographie. Si le diagnostic a été réalisé aux premiers stades du développement de la tumeur, il y a une chance d'être complètement guéri. Si un patient présente d'autres formes de tumeurs malignes, il doit se soumettre à une échographie du foie tous les 6 mois pour détecter les métastases.

Traitement de l'adénocarcinome du foie

Après avoir confirmé le diagnostic, il est nécessaire de choisir le type de traitement optimal. Lorsqu'il prescrit un traitement, le médecin se fie à la situation individuelle de la maladie du patient, au site du site et au degré de développement de la tumeur. Le plus souvent, le médecin recommande une intervention chirurgicale. L'opération est effectuée à la fin du cours pour renforcer le système immunitaire.

Une greffe d'organe est un traitement efficace du cancer du foie. Ne pas greffer avec un adénocarcinome de grande taille, car il y a une forte probabilité de rechute. La transplantation n’est possible que sous certains critères de néoplasie:

  • la taille de la tumeur ne dépasse pas 5 centimètres;
  • s'il y a plusieurs nœuds, il ne peut y en avoir plus de 3, chacun ne dépassant pas 3 centimètres;
  • dans les vaisseaux, il n'y a pas de métastases.

Si le patient attend une greffe, une thérapie de soutien est prescrite à ce stade. Des cellules malignes sont injectées avec de l'alcool pour le détruire. Des produits chimiques spéciaux sont injectés dans les artères qui alimentent la tumeur. L'inefficacité des médicaments opprimant le développement du cancer est remplacée par la chimiothérapie. L'utilisation de la radiothérapie peut réduire les symptômes et le risque de métastases des cellules cancéreuses.

Après la chirurgie, des analgésiques et des diurétiques sont prescrits pour l'élimination active du liquide accumulé dans le corps.

Traitement des remèdes populaires

Un traitement avec des méthodes traditionnelles, y compris l'utilisation d'herbes et de produits naturels, peut être ajouté à la pharmacothérapie avec l'autorisation d'un médecin. Les infusions et les décoctions renforcent le système immunitaire, ce qui permet à l'organisme de faire face aux processus pathologiques. Chez le peuple, on considère que la décoction de grains d’avoine est efficace. Méthode de préparation: Verser 1 tasse de grains avec 1 litre d'eau bouillante. Laisser mijoter pendant 15 minutes en remuant. Retirer le bouillon du feu, envelopper et insister 2 heures, égoutter. Buvez la décoction à l'état frais avant de manger.

Bonne nutrition

Avec adénocarcinome du foie, vous devez suivre un régime. La nutrition devrait inclure le taux nécessaire pour le corps en vitamines et en minéraux. Il est interdit de manger des aliments gras (viande, poisson). Il est permis de manger du poulet, du veau et du cabillaud. Tous les aliments doivent être cuits à la vapeur, mais les aliments en conserve frits, fumés, épicés et salés sont absolument contre-indiqués. Il est interdit de consommer des boissons alcoolisées. Autorisé à boire du thé faible à petites doses. Il est bon que le foie mange du riz, du porridge au sarrasin et à l'avoine, des soupes. Les pommes, les carottes et les betteraves fraîchement pressées, ainsi que les produits laitiers ont un effet bénéfique sur le foie. Le repas est mieux divisé en petites portions.

Prévention et pronostic

Prévention de l'adénocarcinome du foie est principalement dans un mode de vie sain. Une bonne nutrition, l'abandon de l'alcool et du tabac, une position de vie active augmentent les chances de mener une vie saine. Le pronostic est défavorable même avec l'utilisation d'une thérapie complexe. Le diagnostic d'une tumeur au premier stade de développement et son élimination rapide donnent une chance d'espérance de vie d'environ 5 ans dans 40% des cas. Mais comme la détection des adénocarcinomes hépatiques à ce stade est extrêmement rare, selon les statistiques de ce diagnostic, 10% seulement des patients vivent 5 ans. Avec une grande tumeur, l'espérance de vie est inférieure à 1 an. Si le cancer est accompagné d'autres maladies, cette période est réduite de plusieurs fois. La mort survient généralement en cas de saignement interne accru ou d'insuffisance hépatique.

Adénocarcinome: types (haut, bas, modérément différencié), localisation, pronostic

L'adénocarcinome est une tumeur maligne de l'épithélium glandulaire. Après avoir reçu l'avis d'un médecin chez lequel un adénocarcinome a été diagnostiqué, chaque patient souhaite savoir à quoi s'attendre de la maladie, quel est son pronostic et quelles méthodes de traitement lui seront proposées.

L'adénocarcinome est considéré comme le type le plus courant de tumeurs malignes, pouvant se former dans presque tous les organes du corps humain. Peut-être pas le cerveau, les structures du tissu conjonctif, les vaisseaux sanguins.

L'épithélium glandulaire constitue la muqueuse des organes digestif et respiratoire, est représenté dans le système urogénital et constitue la base des glandes de la sécrétion interne et externe. Le parenchyme des organes internes - le foie, les reins, les poumons - est représenté par des cellules hautement spécialisées qui peuvent également donner lieu à un adénocarcinome. La peau, l'un des organes les plus étendus d'une personne, est touchée non seulement par un carcinome épidermoïde, mais également par un adénocarcinome, qui provient des glandes intradermiques.

adénocarcinome - carcinome papillaire de l'épithélium glandulaire (à gauche) et carcinome épidermoïde - carcinome de l'épithélium squameux (à droite)

Il y a plusieurs siècles, les guérisseurs savaient déjà que tous les adénocarcinomes ne se développaient pas rapidement, ce qui ruinait le patient en quelques mois. Des cas de croissance plus lente, avec métastase tardive et un effet positif de son élimination, ont été décrits, mais l'explication de ce fait est venue beaucoup plus tard lorsqu'il est devenu possible de regarder «à l'intérieur» de la tumeur avec un microscope.

L'examen microscopique a ouvert une nouvelle étape en oncologie. Il est devenu évident que les tumeurs ont une structure inégale et que leurs cellules ont un potentiel différent de reproduction et de croissance. À partir de ce moment, il devint possible d'identifier des tumeurs dans des groupes en fonction de leur structure et de leur origine. Les caractéristiques cellulaires et tissulaires de la néoplasie constituaient la base de la classification, dans laquelle la place centrale était occupée par les cancers - les adénocarcinomes et les variantes malpighiennes, en tant que types de tumeurs les plus courants.

Types d'écrevisses glandulaires

L'épithélium est la base de l'adénocarcinome, capable de sécréter diverses substances - mucus, hormones, enzymes, etc. Il est généralement similaire à celui de l'organe dans lequel une tumeur est détectée. Dans certains cas, l'épithélium malin est très similaire à l'épithélium normal et le médecin peut facilement déterminer la source de la croissance néoplasique, alors que dans d'autres cas, l'origine exacte de la néoplasie ne peut être déterminée que par un examen microscopique, car les cellules cancéreuses sont trop différentes du tissu d'origine.

image histologique de l'adénocarcinome

Le degré de "similarité" ou de différence par rapport à l'épithélium normal dépend de la différenciation des cellules. Cet indicateur est très important et, dans le diagnostic, il apparaît toujours avant le terme "adénocarcinome". Le degré de différenciation signifie le degré de maturité des cellules tumorales, le nombre de stades de développement auxquels elles ont réussi et la distance qui les sépare de la cellule normale.

Il est facile de deviner que plus le degré de différenciation est élevé et, par conséquent, l'organisation interne des cellules, plus la tumeur sera mature et le meilleur pronostic que l'on peut en attendre. En conséquence, une faible différenciation indique une immaturité des éléments cellulaires. Elle est associée à une reproduction plus intensive, de sorte que ces tumeurs se développent rapidement et commencent à se métastaser tôt.

Du point de vue des caractéristiques histologiques, il existe plusieurs degrés de maturité des cancers glandulaires:

  • Adénocarcinome hautement différencié;
  • Modérément différencié;
  • Faible différencié.

Les tumeurs hautement différenciées ont des cellules assez développées qui ressemblent beaucoup à celles des tissus sains. De plus, une partie des cellules de la tumeur peut être complètement formée correctement. Parfois, ce fait est la raison des conclusions erronées, et un médecin inexpérimenté peut même «voir» la tumeur, la prenant pour une autre pathologie non tumorale.

Un adénocarcinome hautement différencié est capable de former des structures, comme des cellules matures des muqueuses ou des glandes. Il est appelé papillaire, lorsque les couches cellulaires forment des papilles, tubulaire, si les cellules forment des tubules comme les canaux excréteurs des glandes, trabéculaire, lorsque les cellules sont «pondues» dans des cloisons, etc. en présence de certains signes d'atypie - gros noyaux, mitoses pathologiques, prolifération accrue (reproduction) des cellules.

L'adénocarcinome modérément différencié ne peut pas "se vanter" d'un développement cellulaire aussi élevé en tant qu'espèce hautement différenciée. Ses éléments dans leur structure commencent à s'éloigner des cellules matures, s'arrêtant aux étapes intermédiaires de la maturation. Dans ce type d'adénocarcinome, les signes de malignité ne peuvent être négligés - les cellules de tailles et de formes différentes sont divisées de manière intensive et on peut observer dans les noyaux un grand nombre de mitoses anormales. Les structures de l'épithélium deviennent désordonnées. Dans certains fragments, la néoplasie ressemble encore à un tissu mature, dans d'autres (et la plupart d'entre elles), elle perd l'organisation du tissu et des cellules.

L'adénocarcinome de bas grade est considéré comme défavorable en termes d'évolution et de pronostic d'une variante du cancer glandulaire. Cela est dû au fait que ses cellules cessent de mûrir pour atteindre au moins l'état minimal développé, acquièrent de nouvelles caractéristiques, se divisent de manière intensive et s'emparent rapidement de plus en plus de territoire autour d'elles.

Avec la perte des signes de maturité, les contacts intercellulaires sont également perdus. Par conséquent, avec une diminution du degré de différenciation, le risque de décollement des cellules de leur grappe principale augmente, après quoi ils tombent facilement dans la paroi des vaisseaux, souvent endommagés par des métabolites tumoraux, et se métastasent avec le sang ou le flux lymphatique.

métastase - une propriété la plus caractéristique des tumeurs mal différenciées

Le type d'adénocarcinome le plus dangereux peut être considéré comme un cancer indifférencié. Avec ce type de néoplasie, la structure des cellules est si éloignée de la norme qu'il est presque impossible de déterminer leur source. Dans le même temps, ces cellules non développées sont capables de se diviser extrêmement rapidement, conduisant rapidement à l'apparition d'une grosse tumeur.

La division rapide nécessite d'importantes ressources en nutriments, que la tumeur "extrait" du sang du patient. Ce dernier perd rapidement du poids et est en panne. Après avoir excrété des produits métaboliques au cours d'une reproduction intensive, un adénocarcinome indifférencié empoisonne le corps du patient et provoque des troubles métaboliques.

Détruisant tout sur son passage dans les meilleurs délais, un cancer glandulaire indifférencié est introduit dans les tissus et organes voisins, le sang et le système lymphatique. La métastase est l’une des manifestations les plus importantes de tout adénocarcinome, qu’elle peut réaliser assez rapidement dès son apparition.

L'une des caractéristiques des tumeurs basses et indifférenciées est la possibilité que les cellules acquièrent de nouvelles propriétés. Par exemple, une tumeur commence à sécréter du mucus (cancer gluant), des substances biologiquement actives, des hormones. Ces processus affectent inévitablement les manifestations cliniques.

Adénocarcinome en diagnostic

Souvent, dans les extraits ou les conclusions des médecins, vous pouvez trouver des expressions telles que «maladie du côlon», «c-r prostate». Ainsi voilé peut indiquer la présence d'un cancer. Les diagnostics plus précis contiennent le nom de la tumeur, dans ce cas, adénocarcinome, avec l'indication obligatoire du degré de différenciation - hautement, modérément ou faiblement différencié.

Le degré de différenciation peut être désigné par G1, 2, 3, 4, avec le G élevé, la maturité inférieure de la néoplasie, c’est-à-dire qu’une tumeur hautement différenciée correspond à G1, une différenciation modérée - G2, peu différenciée G3, anaplasique (cancer non différencié) - G4.

Le diagnostic peut indiquer le type de structure - tubulaire, papillaire, etc., où et comment le cancer s'est développé et quels changements il a provoqué. Il est nécessaire de clarifier la présence ou l'absence de métastases, si elles existent, les lieux de leur détection sont indiqués.

Le risque de métastases est directement lié au degré de différenciation des adénocarcinomes. Plus il sera élevé, plus les métastases seront retrouvées, car les cellules ont toujours des liens étroits. Avec des adénocarcinomes peu différenciés, les métastases apparaissent rapidement.

Le mode préféré de propagation des cellules cancéreuses glandulaires est considéré comme lymphogène - à travers les vaisseaux lymphatiques. Ces vaisseaux collectent la lymphe de tous les organes et la dirigent vers les ganglions lymphatiques, qui servent de filtre pour contenir les micro-organismes, les molécules de protéines, les cellules obsolètes et leurs fragments. Dans le cas de la croissance du cancer, ses cellules sont également retenues par les ganglions lymphatiques, mais ne meurent pas mais continuent à se multiplier, formant une nouvelle tumeur.

La présence ou l'absence de métastases, ainsi que la "plage" de leur distribution sont indiquées par la lettre N avec le numéro correspondant (N0, N1-3). Détection de métastases dans les ganglions lymphatiques voisins - N1, dans la télécommande - N3, absence de métastases - N0. Ces symboles dans le diagnostic de l'adénocarcinome doivent être notés.

Le pronostic du cancer glandulaire est directement lié au degré de différenciation des cellules tumorales. Plus il est élevé, meilleures sont les prévisions. Si la maladie est dépistée tôt et qu'un «adénocarcinome hautement différencié» apparaît dans la conclusion, en particulier lorsque N0-1, le pronostic est considéré comme favorable et le patient peut même espérer une guérison complète.

La perspective d'un adénocarcinome peu différencié est beaucoup plus difficile à qualifier de bonne. S'il n'y a pas de métastases, alors le pronostic peut être favorable, mais pas chez tous les patients. Lorsqu'une tumeur se propage aux organes voisins, à des métastases lymphogènes ou hématogènes étendues, en particulier à l'extérieur de la région du corps où la tumeur se développe, le patient peut être considéré comme non coopérant et le traitement consistera principalement en des mesures de soutien et symptomatiques.

Types spécifiques d'adénocarcinome

L'évolution des cancers glandulaires est semblable à bien des égards, mais l'une ou l'autre de leurs variétés peut prévaloir dans différents organes. Ainsi, parmi les tumeurs de l'estomac, la variante prédominante est l'adénocarcinome. Ce n'est pas accidentel, car la muqueuse de cet organe est une grande surface de l'épithélium et, dans son épaisseur, se concentre un grand nombre de glandes.

À cet égard, la couche interne de l'intestin est également un sol «fertile» pour la croissance de l'adénocarcinome. Dans le gros intestin, les espèces les plus fréquemment différenciées sont les plus fréquentes - adénocarcinome papillaire tubulaire; par conséquent, le pronostic du cancer du côlon glandulaire est généralement favorable.

Les variantes de bas grade de l'adénocarcinome du tractus gastro-intestinal sont souvent représentées par le cancer du cricoïde, dont les cellules forment activement le mucus, elles-mêmes et y meurent. Ce cancer se manifeste négativement, se métastasant tôt dans les ganglions lymphatiques situés près de l'estomac, du mésentère et par les vaisseaux sanguins, atteignant le foie et les poumons.

Le cancer de l'utérus se développe à partir du col ou du corps, où la source devient la couche interne - l'endomètre. Dans cet organe, on observe des différences d'incidence du cancer glandulaire en fonction de la section touchée: dans le col de l'utérus, les adénocarcinomes sont relativement rares, significativement inférieurs en termes de fréquence du carcinome épidermoïde, tandis que dans l'endomètre, l'adénocarcinome est la variante la plus commune des néoplasies.

Parmi les tumeurs du poumon, l'adénocarcinome représente environ un cinquième des néoplasmes malins et se développe principalement dans les parties périphériques de l'arbre bronchique - les petites bronches et les bronchioles, l'épithélium alvéolaire. La dixième partie est constituée de cancers glandulaires peu différenciés - petites cellules, broncho-alvéolaires.

Un trait distinctif de l'adénocarcinome pulmonaire peut être considéré comme une métastase précoce avec une croissance relativement lente de la tumeur primitive. Cependant, lorsqu’une maladie est détectée au cours de la première étape, il est possible d’atteindre un taux de survie allant jusqu’à 80%, à condition que le traitement soit commencé à temps.

Dans le cancer de la prostate, l'adénocarcinome représente environ 95% des cas. La prostate étant une glande typique, cette fréquence de cancer glandulaire est compréhensible. La tumeur grossit plutôt lentement, parfois jusqu'à 10-15 ans, alors que la clinique peut ne pas être brillante. Cependant, une métastase précoce des ganglions lymphatiques pelviens rend la maladie dangereuse et peut affecter de manière significative le pronostic.

En plus de ces organes, l'adénocarcinome est présent dans les muqueuses mammaire, pancréatique, cutanée et orale. Types spéciaux - carcinomes hépatocellulaires et à cellules rénales, qui sont en fait des adénocarcinomes, mais ont une excellente structure, car leurs cellules ne ressemblent pas à l'épithélium glandulaire, mais à des éléments de ces organes qui constituent l'essentiel du parenchyme.

Ainsi, l'adénocarcinome est un type morphologique répandu de tumeurs de localisations très différentes. Pour trouver une indication de sa présence dans le diagnostic, vous devez faire attention au degré de différenciation, qui détermine le taux de croissance et le pronostic. La présence de métastases est également un signe pronostique important du cancer glandulaire.

Avec le diagnostic d'adénocarcinome hautement différencié en cas de traitement réussi, le taux de survie est assez élevé et atteint 90% ou plus dans certains sites de cancer. Les adénocarcinomes modérément différenciés peuvent donner une chance à la vie avec une détection précoce chez environ la moitié des patients. Les adénocarcinomes peu différenciés et indifférenciés se caractérisent par une faible espérance de vie des patients, généralement inférieure ou égale à 10-15%.