Détails sur l'adénocarcinome de l'endomètre de l'utérus

Les problèmes oncologiques dans la région génitale féminine commencent généralement à se manifester très activement après l'âge de 45 à 50 ans, c'est-à-dire pendant la ménopause. L'adénocarcinome de l'endomètre de l'utérus est considéré comme le cancer le plus répandu.

Dans ce cas, la couche interne de l'utérus (endomètre) infecte une tumeur en développement par division cellulaire chaotique et incontrôlée.

L'adénocarcinome est formé à partir des cellules glandulaires de la couche épithéliale qui constituent la membrane interne des organes. C'est pourquoi les oncologues appellent très souvent la nouvelle croissance de ce type de cancer glandulaire. Les variétés d’adénocarcinomes sont déterminées par les aspects suivants:

  • selon le degré de développement ou de différenciation;
  • par des caractéristiques histologiques;
  • sur le stade de l'évolution clinique du processus;
  • de forme et de structure.

Le bon diagnostic détermine le choix d'un traitement adéquat et efficace.

Facteurs étiologiques dans le développement de l'adénocarcinome de l'endomètre

Les scientifiques ne peuvent nommer la cause exacte de l'origine du processus oncologique, ils décrivent tous fondamentalement la totalité des facteurs étiologiques dans lesquels l'hérédité prévaut.

Les raisons les plus fréquentes et valides pour les médecins sont les suivantes:

  • chargé d'histoire héréditaire;
  • maladies chroniques de la sphère sexuelle;
  • la présence de néoplasmes bénins;
  • altération du métabolisme (obésité, diabète, dégénérescence);
  • déséquilibre hormonal (des taux élevés d'œstrogènes peuvent déclencher le développement d'un adénocarcinome);
  • l'abus d'aliments gras, fumés et frits, de mono-glucides et de protéines en excès;
  • la négligence des fruits et légumes frais, qui doivent nécessairement constituer une grande partie de l'alimentation quotidienne totale d'une femme;
  • état insatisfaisant de l'écologie;
  • fréquentes situations stressantes;
  • manque de vie sexuelle régulière;
  • le papillomavirus humain;
  • début tardif de la ménopause et début précoce des règles;
  • fin de grossesse;
  • Les femmes nullipares sont plus exposées à une situation caractérisée par un adénocarcinome de l'endomètre de l'utérus;
  • processus infectieux fréquents de la sphère sexuelle dus à la malpropreté dans la vie sexuelle;
  • le manque ou l'absence de certains nutriments tels que la vitamine C, E, A, le groupe B, le sélénium, le zinc, le calcium peut provoquer le développement de tumeurs des organes génitaux internes d'une femme.

une immunité réduite ne peut pas arrêter le processus initial de division des cellules de l'endomètre atypique, c'est-à-dire qu'un déficit en hypo ou en vitamine peut devenir le facteur étiologique principal dans la progression de l'adénocarcinome utérin.

Symptômes d'une tumeur maligne de l'utérus

L'adénocarcinome de l'utérus se développe généralement sans manifestation spécifique, en particulier aux stades 1-2 du processus pathologique. La symptomatologie a effacé toute signification diagnostique et, dans la plupart des cas, caractérise l'évolution de toute pathologie chronique. Seules la vigilance, une attitude attentive à l’égard de la santé et une visite opportune chez le gynécologue aideront à diagnostiquer l’oncologie aux stades initiaux de son développement, ce qui augmente considérablement les chances de réussite de la maladie et de perspectives favorables pour l’avenir. Les gynécologues identifient un certain nombre de symptômes qui devraient alerter les représentants du beau sexe, c'est-à-dire qu'ils devraient consulter un médecin si:

  • il y a une douleur constante ou périodique dans le bas de l'abdomen et dans le bas du dos;
  • changé la nature du cycle menstruel;
  • une irrégularité de cycle est notée, ce qui n’était pas observé auparavant;
  • saignements prolongés se produit;
  • il y a une tâche constante, c’est-à-dire la décharge d’un caractère sanglant ou visqueux avec une odeur âcre;
  • symptômes généraux de malaise, diminution des performances, apathie;
  • il n'y a pas de désir sexuel et il y a une douleur marquée pendant les rapports sexuels;
  • le poids diminue en raison d'un manque d'appétit;
  • diminution marquée de l'hémoglobine à l'arrière-plan de la santé imaginaire;
  • le processus de défécation et de miction est perturbé, mais déjà aux derniers stades de la progression de l'oncologie;
  • il y a une augmentation significative du volume de l'abdomen due à un processus tumoral étendu ou à des complications telles qu'une ascite.
La gravité des symptômes dépend du stade de l'adénocarcinome de l'endomètre. Par conséquent, le diagnostic à un stade précoce est très difficile, ce qui ne se produit que dans 5 à 10% des cas et très souvent avec un examen aléatoire.

Classification par degré de différenciation

Le degré de modification de la structure et de la forme de la cellule d’une tumeur maligne est d’une grande importance. En science, on appelle ce phénomène le degré de différenciation cellulaire, qui se distingue par plusieurs types.

Adénocarcinome hautement différencié

Les adénocarcinomes de l'utérus très différenciés sont caractérisés par des modifications atypiques minimales de la cellule, c'est-à-dire qu'il y a des modifications dans le noyau de la cellule, il augmente légèrement et s'étire. Les principales caractéristiques de cette espèce sont les aspects suivants:

  • préservation de la fonctionnalité organique des cellules tumorales;
  • la croissance et la division ont une progression plutôt lente;
  • la malignité n'est pas agressive;
  • manque de métastases même aux derniers stades de développement;
  • Ce type d'adénocarcinome a de grandes chances de succès du traitement et un pronostic favorable, dont le ratio en pourcentage se situe entre 70 et 85% parmi tous les adénocarcinomes diagnostiqués;
  • la détection précoce assure une guérison à 100%.

Ce type de cancer glandulaire est considéré comme le plus favorable de tous.

Adénocarcinome modérément différencié

L'adénocarcinome modérément différencié de l'endomètre est le plus souvent diagnostiqué parmi les cas de cancer glandulaire des organes internes, y compris les organes génitaux féminins. Cette forme de processus oncologique détermine la présence des caractéristiques suivantes du cours clinique:

  • la forme et la structure de la cellule changent radicalement, ce qui entraîne une violation de son orientation fonctionnelle;
  • la tumeur se développe rapidement et touche presque toutes les couches de la paroi utérine;
  • métastases actives à 3-4 stades vers les organes et les ganglions lymphatiques voisins;
  • l'augmentation des symptômes d'intoxication de l'organisme à partir des produits de dégradation des cellules cancéreuses;
  • le résultat positif est noté dans 45 à 60% des cas de diagnostic de pathologie à 1, 2 et parfois à 3 stades de la tumeur;
  • au stade 4 de l'adénocarcinome, on observe presque toujours la propagation totale des métastases, ce qui réduit les chances de survie à 5-7%;
  • La survie à cinq ans avec un adénocarcinome modérément différencié est significativement plus basse comparée au type de degré de différenciation cellulaire élevé.
Une visite opportune chez le gynécologue peut dans la plupart des cas aider à diagnostiquer la présence d'un adénocarcinome et à sauver la vie d'une femme.

Cancer de l'endomètre de bas grade

Adénocarcinome de bas grade de l'endomètre a un cours très agressif. Les manifestations cliniques suivantes du processus pathologique sont notées:

  • le néoplasme se développe rapidement dans les couches de la paroi utérine;
  • le processus tumoral atteint très souvent les organes situés à proximité, même au stade 1-2 du développement;
  • un pourcentage élevé de métastases dans les stades précoces de malignité cellulaire;
  • le taux de survie est très faible, environ 10-15%;
  • l'apparition rapide d'une défaillance multiviscérale sur fond d'intoxication grave au cancer.
Ce type est considéré comme la forme d'adénocarcinome la plus dangereuse de tous les organes.

Stades de développement de l'adénocarcinome de l'endomètre


Il y a 4 étapes du processus oncologique. Les oncologues partagent les stades pathologiques selon les critères suivants:

  • si la tumeur ne s'étend qu’au corps de l’utérus, il s’agit du premier stade de progression de l’adénocarcinome;
  • dans la deuxième étape, le col est impliqué dans le processus;
  • la propagation de cellules atypiques dans les tissus du vagin et des ganglions lymphatiques régionaux caractérise le troisième stade de l'adénocarcinome de l'endomètre de l'utérus;
  • La métastase à des organes distants par les systèmes lymphatique et circulatoire est inhérente au quatrième stade de progression de l'adénocarcinome.
Dans la plupart des cas, le diagnostic de cancer glandulaire survient au stade 3, ce qui représente un pourcentage d'environ 70 à 75%. Le taux de survie à ce stade est d'environ 1/3. De telles données ne peuvent être augmentées qu'avec l'amélioration de l'organisation du système d'examens gynécologiques planifiés chez les femmes de tous âges, en particulier celles à risque.

Caractéristiques du diagnostic de l'adénocarcinome utérin

Les mesures de diagnostic ont principalement un plan spécifique. Le gynécologue fait ce qui suit:

  • recueille l’histoire de la vie, c’est-à-dire qu’il découvre tout d’abord la présence de maladies oncologiques chez des personnes apparentées au sang (mère, soeur, grand-mère, tante);
  • des informations sur la maladie, c'est-à-dire les plaintes subjectives du patient dans la description détaillée;
  • examen gynécologique de routine à l'aide de miroirs gynécologiques et palpation des organes pelviens (corps de l'utérus et des ovaires);
  • prendre des frottis pour l'analyse cytologique;
  • la biopsie consiste à prendre un morceau de néoplasme tissulaire pour un examen histologique;
  • Les ultrasons seront très instructifs pour les adénocarcinomes de l’utérus et la détection des lésions oncologiques d’autres organes du corps de la femme;
  • L’imagerie par ordinateur et par résonance magnétique donnera une image précise, couche par couche, de la croissance atypique des tissus, des informations détaillées sur les effets de l’endomètre de l’utérus et de l’ampleur des métastases sur d’autres organes;
  • numération globulaire complète, caractérisée par une diminution marquée de l'hémoglobine et une augmentation de la RSE chez l'adénocarcinome;
  • l'analyse d'urine peut renseigner sur la germination de la tumeur dans le pelvis avec une lésion de la vessie ou des reins due à l'apparition d'une hématurie;
  • Un test de sang occulte dans les selles aidera à exclure ou à confirmer la présence de métastases dans les tissus intestinaux.
L'importance de chaque élément est assez grande, puisqu'un diagnostic précis avec une clarification de toutes les nuances aidera le médecin à prescrire un traitement adéquat et efficace pour l'adénocarcinome utérin.

Principes de traitement du cancer de l'utérus

La méthode la plus efficace est l’intervention chirurgicale, qui n’est possible qu’au stade 1-2 du processus pathologique. L'étape 3 peut comporter des métastases. La faisabilité des activités opérationnelles est donc déterminée par une consultation de gynécologues, d'oncologues, d'anesthésistes et de chirurgiens.

Pour prévenir la progression de l'adénocarcinome, un traitement de chimiothérapie ou de radiothérapie est effectué avant l'opération et, dans la plupart des cas, ces activités sont répétées pendant la période postopératoire, mais elles sont caractérisées comme étant auxiliaires. Les caractéristiques d'une intervention chirurgicale consistent en l'ablation totale de l'utérus, des ovaires, des trompes de Fallope et des ganglions lymphatiques à proximité pour éviter la récurrence de la maladie. Ce besoin est pleinement justifié, car la pratique à long terme a montré que le pronostic de l'adénocarcinome de l'endomètre de l'utérus après l'ablation totale des organes de reproduction reste très favorable.

En cas de diagnostic tardif, en particulier si nous parlons des 4 stades du cancer glandulaire, les oncologues ont tendance à suivre le plan de traitement en appliquant des cours de chimiothérapie ou une radiothérapie sur le fond du traitement symptomatique.

Dans le monde moderne, il existe une méthode d'irradiation intra-utérine dans laquelle un capteur spécial est inséré dans l'utérus avec un effet irradiant directement sur le cancer. Cette méthode est acceptable pour l'adénocarcinome de stade 3, elle est assez efficace dans la plupart des cas. Il convient de noter les avantages d’une exposition ciblée, c’est-à-dire l’impact minimal sur le corps des produits chimiques qui, dans certains cas, provoquent des maladies du tube digestif, du système cardiovasculaire et de l’immunodéficience.

Les hormones de restauration, qui sont dans la plupart des cas la principale cause d'adénocarcinome, sont considérées comme un aspect très important de la période de prévention, de traitement et de récupération de l'adénocarcinome de l'endomètre. Par conséquent, le plan de traitement du cancer glandulaire comprend nécessairement une hormonothérapie.
La nutrition médicale pendant le traitement et la récupération doit inclure la quantité maximale de vitamines, de minéraux et d’acides aminés dans les aliments. Les exceptions sont les graisses animales, les composés protéiques et les glucides simples.

Mesures préventives

Bien sûr, la détection rapide de l'adénocarcinome simplifie grandement les processus de diagnostic, de traitement et de rééducation. Le premier stade de l'adénocarcinome est diagnostiqué dans de très rares cas, mais néanmoins, si une femme est plus attentive à sa santé, il est tout à fait possible de détecter une tumeur glandulaire au second stade. Au troisième stade de progression de l'adénocarcinome, même un type très différencié suit une voie agressive. Par conséquent, lorsque ces symptômes apparaissent, vous devez contacter immédiatement un gynécologue pour déterminer la cause de la clinique de pathologie.

Vous avez trouvé une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée

Types d'adénocarcinome utérin et pronostic à vie

L'adénocarcinome de l'utérus est l'un des types de néoplasmes malins de l'endomètre, c'est-à-dire la couche superficielle. Les manifestations cliniques de cette maladie sont très diverses, de même que les prédictions de survie. La maladie peut se manifester par une augmentation ou une diminution de la taille de cet organe.

Dans le corps d'une femme, il peut également y avoir un adénocarcinome utérin hautement différencié. Cependant, différents types de maladies nécessitent la même approche en matière de diagnostic et de traitement, à savoir le diagnostic précoce et l’application de mesures thérapeutiques modernes.

Et si une femme a des saignements, des douleurs dans le bas de l'abdomen - ce sont des signes de problèmes dans la région génitale de la femme, ce qui indique qu'il est urgent de consulter un oncologue.

Pourquoi cette maladie apparaît

Les raisons du développement de l'adénocarcinome utérin dans le corps ne sont pas entièrement connues aujourd'hui. Les médecins ne peuvent donc les réduire qu'à la liste des facteurs contribuant à cette maladie. D'une manière ou d'une autre, ils contribuent au développement d'une maladie aussi dangereuse chez les femmes.

On sait de manière fiable qu'avec l'âge, le risque d'une telle maladie ne fait qu'augmenter. Et la plupart des femmes à risque âgées de 50 à 65 ans. Ces personnes sont à risque.
Les femmes qui développent divers troubles métaboliques.

Il est prouvé que les personnes ayant un poids corporel élevé sont les plus exposées, en particulier l'obésité du deuxième ou du troisième degré.

Le risque d'adénocarcinome utérin est significativement accru chez les femmes n'ayant jamais accouché.

L'apparition tardive de la ménopause est également un facteur important dans l'apparition d'une telle maladie. Il faut faire particulièrement attention aux patientes dont la ménopause est survenue après l'âge de 52 ans.

Le testicule polykystique est une autre raison de l’apparition d’un adénocarcinome utérin chez la femme.

Si une femme a une tumeur au sein, elle développe également le risque de développer un cancer de l'endomètre. Une hérédité défavorable est un autre facteur important contribuant à l’émergence d’une maladie aussi dangereuse. Les femmes sont particulièrement à risque si leur mère ou leur soeur est atteinte d'une telle maladie.

Les principaux symptômes de la maladie

En apparence, cette formation est un nodule tumoral qui se développe dans un type exophytique. Ensuite, il se propage (mais pas toujours) au myomètre.

Il existe des précurseurs précancéreux de cette maladie. Ainsi, les femmes peuvent développer un polype de l'endomètre. En même temps, un épaississement limité apparaît sur la paroi interne de l'utérus. Cela ressemble à une excroissance dans le corps de l'utérus.

Un autre symptôme précancéreux est la présence d’une grande quantité d’endomètre glandulaire. Dans le même temps, le médecin diagnostique une adénomatose de l'endomètre. Dans de tels cas, une femme devrait être très attentive à sa santé et essayer de ne pas rater un examen médical préventif annuel.

Le fait que le corps développe des processus précancéreux de l'endomètre et ces symptômes indiquent:

  • l'apparition de douleurs incertaines dans la région lombaire ou le bas abdomen;
  • l'apparition de saignements, qui dure très longtemps, bien plus que ce ne devrait être pendant la menstruation;
  • l'apparition de saignements de l'utérus (ils peuvent être en dehors du cycle, ce qui devrait, en général, alerter et obliger à consulter un gynécologue et, mieux encore, à un oncologue);
  • l'apparition de saignements après la ménopause (c'est un symptôme alarmant suggérant le développement d'une dégénérescence maligne de l'endomètre).

Dans tous ces cas, il peut y avoir un adénocarcinome de l'endomètre.

Qu'est-ce qu'un adénocarcinome de l'utérus?

De telles formations apparaissent à partir du tissu musculaire ou muqueux d'un organe. Il faut se rappeler que l’endomètre faisant partie de l’utérus est très sensible aux différents types de déséquilibres hormonaux. Tout d'abord, il répond aux changements de la quantité d'œstrogène dans le sang.

Ainsi, l'adénocarcinome de l'utérus est avant tout une maladie hormono-dépendante.

Dans la plupart des cas, la tumeur se développe dans la région du fond de l'utérus. Moins souvent, cela peut être dans l'isthme. Il arrive également que l'utérus entier soit affecté par le processus tumoral.

Au fur et à mesure que la pathologie progresse, les zones altérées de la muqueuse utérine sont de plus en plus réparties dans l'organe. Les cellules voisines de l'organe sont également touchées. Souvent, l'utérus affecte et métastase: cela se produit principalement dans son cou. Cependant, la tumeur métastase aux ovaires, aux trompes de Fallope, aux ganglions lymphatiques et, dans certains cas, à des organes plus éloignés.

Un adénocarcinome dans le corps de l'utérus apparaît souvent chez la femme avant le début de la ménopause. C’est la raison pour laquelle les patients de cet âge doivent faire particulièrement attention et consulter le médecin le plus souvent possible afin de détecter une éventuelle tumeur au tout début de son développement.

Quels sont les stades de la tumeur?

Les médecins distinguent quatre stades de la maladie. Considérez-les plus en détail.

Dans la première phase de la maladie, la tumeur se propage de la membrane muqueuse à la paroi utérine. S'il est détecté à temps (et cela est facilité par les méthodes de diagnostic modernes) et que le traitement est démarré, il est possible dans la plupart des cas d'arrêter le développement ultérieur de la tumeur.

Dans près de 90% des cas, il est possible d'arrêter la maladie et de freiner l'apparition de rechutes.

À la deuxième étape, le col utérin est déjà impliqué dans le processus pathologique. Mais les organes qui entourent l'utérus ne sont pas affectés par le processus du cancer. Et à ce stade, le traitement sera couronné de succès si, encore une fois, la femme n'ignore pas les symptômes et consultez un médecin à temps. Dans ¾ cas, il est possible d'obtenir une issue favorable du traitement et l'absence de rechutes.

Au cours du troisième stade de la maladie, des organes déjà proches sont affectés par le processus du cancer. Dommages possibles aux ganglions lymphatiques. Cependant, si le traitement est commencé à l’heure et que le médecin utilise toutes les techniques modernes, la possibilité de guérison est même supérieure à 50%.

Au quatrième stade, les métastases apparaissent et aux organes distants. Et pour cette raison, la probabilité d'une reprise réussie est réduite. La chimiothérapie et la radiothérapie initiées augmentent les chances de guérison, mais même dans les cas les plus réussis, la probabilité de succès n’est pas supérieure à un tiers des cas.

Pour le traitement, le médecin peut choisir des solutions à la fois conservatrices et radicales. Bien sûr, la chirurgie et la chimiothérapie (ou la radiothérapie) seront préférables.

Qu'est-ce qu'un adénocarcinome hautement différencié?

Il y a des tumeurs de l'utérus et leurs formes. Et l'adénocarcinome utérin hautement différencié est l'une de leurs variétés. Cette forme de tumeur se développe dans les tissus glandulaires de l'utérus.

Si l'on soupçonne un adénocarcinome hautement différencié, cela signifie que les cellules altérées de manière maligne diffèrent légèrement des tissus sains. Cela signifie que cette forme de tumeur est mieux traitée. En conséquence, les résultats du traitement dans ce cas seront les meilleurs.

Cependant, cette forme de la maladie est plus difficile à diagnostiquer. Cela est dû au fait que certaines cellules peuvent se "cacher" en raison de la nature de leur développement et que le médecin ne peut pas voir l'apparition d'une telle maladie à ses débuts.

L'adénocarcinome hautement différencié se caractérise également par le fait qu'il ne se propage que dans la couche superficielle de l'endomètre. Cela signifie à son tour que le risque de propagation d'une telle forme de tumeur à des organes voisins, et plus encore à des organes distants, est minime.

Tout cela augmente les chances de succès du traitement.

Mais ne pensez pas que cette forme de cancer est la plus "favorable". Une femme doit être particulièrement attentive à sa santé et ne pas ignorer les bilans de santé réguliers.

Ce qui distingue le carcinome modérément différencié

L'adénocarcinome utérin modérément différencié est caractérisé par un polymorphisme plus prononcé des cellules. Cela signifie que plus de cellules sont impliquées dans le processus malin.

Cette forme de la maladie est caractérisée par des symptômes plus prononcés. Il y a un risque accru de développer toutes sortes de complications dans le contexte d'une telle tumeur. Ce risque est encore accru si une femme ne consulte pas un médecin à temps.

Ce carcinome peut se propager avec le flux lymphatique. Cela augmente considérablement le risque de propagation de métastases dans le corps, y compris à distance. Et plus le patient est jeune, moins le risque est élevé.

Le danger d'un adénocarcinome utérin mal différencié

Dans ce cas, le nombre de cellules de forme irrégulière apparaît dans l'endomètre. Le contenu de cette formation peut être riche en glycogène, en lipides. Un grand nombre de tissus anormaux malins sont formés.

Le pronostic de cette maladie, malheureusement, est le moins favorable de tous.

La probabilité de pénétration profonde de la tumeur dans l'endomètre est la plus élevée. Il existe également un risque élevé de détection des métastases ganglionnaires.

Comment est le diagnostic de la maladie

En cas de saignement pendant la ménopause, une femme doit consulter un gynécologue. Avec l'aide de diagnostics modernes et efficaces, il est possible non seulement de déterminer la cause de la maladie, mais également de déterminer la présence d'une tumeur maligne.

L'examen gynécologique est le moyen le plus simple de diagnostiquer les maladies féminines, lorsque la palpation est utilisée dans les formations externes du corps. Si le résultat d'un tel diagnostic était positif, d'autres examens sont prescrits.

Parmi les méthodes de diagnostic modernes, on peut appeler:

  • échographie des organes pelviens;
  • curetage diagnostique de l'utérus (un fragment de l'endomètre est en outre envoyé pour examen microscopique);
  • examen de l'utérus avec un hystéroscope;
  • IRM

Méthodes de traitement de l'adénocarcinome utérin

Le traitement d'une telle maladie dépend principalement de son stade. Ainsi, au stade initial, on retire l'utérus et ses appendices à la patiente. Dans la deuxième étape, non seulement l'utérus est retiré, mais également les ganglions lymphatiques (en raison du risque de métastases).

Aux troisième et quatrième stades, la radiothérapie ou la chimiothérapie est utilisée. Pendant la radiothérapie, on prescrit au patient une irradiation dosée de la tumeur avec un type spécial de rayons X. Avec un résultat favorable, la tumeur se désintègre.

Au cours de la chimiothérapie, les cellules tumorales sont détruites à l'aide de médicaments spéciaux. L’opération consistant à enlever l’utérus s’appelle «hystérectomie». Au cours de cette opération, les trompes de Fallope, les ovaires et même une partie du vagin peuvent être retirés. En règle générale, le processus de récupération après une telle opération se déroule normalement.

Pronostic de la maladie

Si une adénocarcinome de l'utérus est diagnostiqué chez une femme, son pronostic dépend fortement du stade de la maladie. Plus tôt elle a demandé de l'aide au médecin et plus le traitement a été commencé tôt, plus les chances de succès de la guérison sont grandes. Déjà dans la deuxième phase de la maladie, le pronostic est nettement pire. La quatrième phase de la maladie est négligée et les médecins se battent en fait pour la vie d'une femme.

La probabilité de décès est élevée. La prévention des maladies consiste en un mode de vie sain et des bilans de santé réguliers.

Adénocarcinome utérin: formes de la maladie et pronostic, symptômes et traitement

Les tumeurs des organes féminins du système reproducteur se retrouvent très souvent dans le domaine gynécologique. Ces pathologies constituent un groupe assez nombreux de maladies.

Les adénocarcinomes sont capables de se former dans le col utérin, l’endomètre ou dans les tissus des ovaires à partir de structures cellulaires produisant une sécrétion de sécrétion muqueuse.

Le concept et les statistiques de la maladie

L'adénocarcinome du corps utérin ou du canal cervical est une tumeur formée à partir des structures cellulaires anormales du tissu glandulaire.

Ces processus tumoraux affectent le plus souvent le fond utérin et peuvent se développer asymptomatiquement pendant une longue période.

Lorsque l'adénocarcinome se propage à travers les organes du minimalisme, la douleur lombaire commence chez la patiente et le volume abdominal augmente, des pertes vaginales anormales et une oncosymptomatologie non spécifique apparaissent.

Le plus souvent, les adénocarcinomes se forment chez les femmes en âge de ménopause (plus de 50 ans).

Raisons

L'adénocarcinome utérin est une tumeur hormono-dépendante.

Le tissu glandulaire de la couche utérine interne subit une renaissance et une croissance anormale dans le contexte de modifications du niveau d'hormones sexuelles stéroïdiennes.

Avec une augmentation du niveau d'œstrogènes, les structures cellulaires de la couche endométriale se développent anormalement, ce qui augmente considérablement la probabilité d'un processus tumoral.

Les facteurs suivants peuvent provoquer l'apparition d'un adénocarcinome utérin:

  1. Anovulation - lorsqu'un œuf mature ne sort pas au milieu d'un cycle;
  2. Infertilité due à des troubles organiques de la reproduction;
  3. Ménarche prématurée - lorsque la menstruation commence à un âge précoce de 12 ans ou plus tard la ménopause. Ce facteur est dû au fait qu’avec l’augmentation de la durée des règles chez la femme, l’effet œstrogénique sur la couche utérine de l’endomètre est prolongé, de sorte que le risque de processus oncologiques augmente considérablement;
  4. Perturbations du cycle associées à la suppression de l'ovulation, accompagnées d'une diminution de la progestérone et d'une augmentation de l'œstrogène;
  5. Obésité - il est prouvé que le tissu adipeux est capable de produire des hormones œstrogènes;
  6. Manque d'accouchement - chez les femmes qui n'ont pas donné naissance à un enfant, la probabilité de développer un cancer du corps utérin augmente plusieurs fois;
  7. Hormonothérapie - la probabilité d'oncologie dépend de la durée et de la posologie du médicament;
  8. Le diabète;
  9. Processus tumoral bénin produisant des hormones dans les ovaires;
  10. Polykystose ovarienne;
  11. L'hypertension;
  12. Traitement à long terme avec le tamoxifène, par exemple, dans le traitement des tumeurs malignes dans les tissus de fer laiteux;
  13. Prédisposition héréditaire;
  14. Autres pathologies de l'utérus.

Des facteurs cancérogènes, tels que des activités dans des entreprises de plus en plus nocives, des habitudes néfastes, des aliments malsains (restauration rapide, aliments gras, abus de viande, etc.) peuvent également provoquer un adénocarcinome utérin.

Les symptômes

Habituellement, les signes symptomatiques de l'adénocarcinome utérin commencent à se manifester au deuxième stade de l'oncoprocessus, lorsque la lésion se propage au canal cervical (col utérin).

Chez les femmes capables d'accouchement, le développement d'un adénocarcinome peut se manifester de manière anormalement longue, ainsi que des saignements utérins entre les périodes. Les femmes les plus touchées par cette oncologie sont les femmes en âge de ménopause. La manifestation principale de la maladie chez ces patientes est donc la reprise soudaine de la menstruation après une longue absence.

En général, ces manifestations sont typiques de l'adénocarcinome utérin:

  • Sensations douloureuses douloureuses permanentes dans le bas de la taille et de l'abdomen;
  • Échecs de cycle;
  • Croissance déraisonnable de l'abdomen;
  • Saignements menstruels abondants;
  • La présence de saignements utérins et vaginaux chez les femmes ménopausées et ménopausées;
  • Douleur pendant et après les rapports sexuels;
  • Élévations fréquentes et peu raisonnables de la température;
  • Problèmes de sommeil et irritabilité;
  • Fatigue excessive et manque de performance.

Lorsque l'oncologie se propage au-delà des limites utérines, les patientes se plaignent d'une douleur dans la région périnéale, qui devient plus intense au cours de la miction, du contact sexuel ou de la défécation. De plus, après un rapport sexuel, les saignements vaginaux sont prononcés.

Adénocarcinome du col utérin

L'adénocarcinome du col utérin est relativement rare - dans 10% des cas, et les 90% restants du cancer du col de l'utérus sont des tumeurs malpighiennes.

L'adénocarcinome est formé de cellules produisant du mucus et peut être endophytique ou exophytique.

Avec un caractère endophyte, la propagation du processus tumoral est due à une dépression du canal cervical vers le corps utérin. Lorsque la nature exophytique de la croissance du processus tumoral est dirigée vers le vagin.

Une oncologie similaire est détectée au moyen d'un test Pap ou d'un test Pap, qui consiste en un test de frottis cervical pour la présence ou l'absence de cellules cancéreuses.

La pathologie évolue souvent secrètement et, par conséquent, un test de Pap en temps opportun permet souvent de détecter un cancer aux premiers stades de développement.

Adénocarcinome de l'utérus

L'adénocarcinome du corps utérin est une tumeur maligne qui se forme à partir des tissus muqueux et musculaires de l'utérus.

En fait, une telle formation est une tumeur maligne hormono-dépendante. Un peu plus de la moitié des cas de cancer similaire se caractérisent par une localisation sur le fond utérin, et beaucoup moins souvent par le processus tumoral situé sur l'isthme utérin ou sur la cavité complète de l'organe.

Avec le développement d'un oncoprocess, la zone de la lésion s'étend progressivement en raison de la propagation du cancer aux structures cellulaires voisines. En conséquence, le corps et le col de l'utérus, les trompes et les ovaires, les tissus entourant l'utérus, les structures des ganglions lymphatiques et les voies lymphatiques peuvent être simultanément impliqués dans le processus de cancer.

Cette oncologie se trouve principalement à l’âge de la pré-ménopause et est diagnostiquée par un examen histologique du col utérin.

Les étapes

Il existe 4 stades de développement de l'adénocarcinome utérin:

  • Au premier stade, les processus tumoraux sont localisés dans le corps utérin;
  • Au deuxième stade, le cancer se propage au canal cervical;
  • Dans la troisième étape, la tumeur affecte le tissu environnant, la métastase se produit dans les fractions ganglionnaires régionales, le vagin;
  • Au quatrième stade, le processus tumoral s'étend bien au-delà des limites des organes à faible croissance, il peut germer dans les tissus urinaires ou intestinaux et des métastases à distance sont également détectées.

Les formulaires

L'adénocarcinome se distingue par différents niveaux de différenciation cellulaire: une forme hautement différenciée, modérément différenciée et peu différenciée du processus oncologique.

Très différencié

Cette forme d'adénocarcinome utérin est caractérisée par le fait que ses structures cellulaires malignes et anormales sont presque identiques à celles des cellules utérines saines normales.

Ce type de cancer est souvent caractérisé par la nature superficielle de la propagation dans la couche du myomètre.

Si l'adénocarcinome hautement différencié ne dépasse pas les limites du myomètre, la probabilité de métastase n'est que de 1%.

Modérément différencié

L'adénocarcinome utérin de différenciation modérée est caractérisé par une grande variété de structures cellulaires altérées de manière anormale.

Le développement et la propagation de ce type d'oncogenèse sont presque identiques à ceux de l'adénocarcinome hautement différencié.

Cette forme d'adénocarcinome utérin ne diffère que par le fait qu'un nombre beaucoup plus grand de cellules sont impliquées dans le processus oncologique.

Cet adénocarcinome est caractérisé par une sévérité plus élevée de la lésion. Il présente un risque élevé de développer divers types de complications et de processus pathologiques indésirables. Le cancer se propage du flux lymphatique aux ganglions lymphatiques.

Des métastases lymphogènes sont observées dans 9% des cas d’adénocarcinome modérément différencié. Et chez les patients jeunes, jusqu'à 30 métastases ne sont pas observées du tout.

Mal différencié

L'adénocarcinome de différenciation faible est le troisième stade du cancer de l'utérus, en termes de paramètres histologiques.

La présence d'un polymorphisme prononcé des structures cellulaires est caractéristique de cette forme de cancer utérin. Un tel cancer présente un degré élevé de malignité, qui se manifeste par la formation rapide et à grande échelle de tissus altérés de manière anormale.

Une telle forme cancéreuse a une issue peu favorable, car la probabilité de métastases ganglionnaires régionales est presque inévitable.

Les spécialistes classifient l'adénocarcinome en plusieurs variétés:

  1. Endométrioïde - la pathologie la plus courante du cancer de l'utérus, qui représente environ 75% des cas de cancer. Une telle tumeur ne se développe dans la couche myométriale que superficiellement. Par conséquent, lorsqu'elle est détectée aux stades initiaux, elle est caractérisée par des données pronostiques positives;
  2. Les cellules squameuses - formées principalement à partir de structures squameuses, sont très rares et se développent généralement sur le fond d'un cancer du col utérin;
  3. La forme papillaire - est une tumeur formée à partir d'une combinaison de croissances papillaires (papillomes). Par conséquent, une formation similaire à l'extérieur est similaire à celle du chou-fleur.

Diagnostics

Le processus de diagnostic comprend un examen gynécologique utilisant des tests instrumentaux et de laboratoire.

La méthode de diagnostic la plus simple est la biopsie. Cependant, elle se caractérise par un faible contenu en informations aux stades du début du processus de cancer.

La probabilité de détecter l'oncologie aux stades initiaux à l'aide d'une biopsie par aspiration est d'environ 50%.

Si, au cours du dépistage, des manifestations suspectes ont été détectées, une échographie des organes de bas grade est indiquée.

La méthode de l'hystéroscopie occupe une place particulière dans le processus de diagnostic. À cette fin, un appareil - un hystéroscope - est inséré dans l'utérus, à travers lequel la recherche est effectuée, ainsi que la collection de matériel qui est ensuite examinée par l'histologie.

On recourt souvent au curetage de la cavité utérine afin de procéder à un examen microscopique du biomatériau obtenu.

Traitement

L’effet thérapeutique le plus important est un traitement différent, comprenant l’ablation de l’utérus et des appendices, suivi d’un traitement de radiothérapie et d’une chimiothérapie.

Pour l'adénocarcinome utérin, on utilise la panhystérectomie ou l'extirpation. La période de rééducation postopératoire dure environ 1 à 2 mois.

Le premier jour après la chirurgie, une femme peut ressentir de la douleur et de l'inconfort, une sensation constante de fatigue et de faiblesse, des problèmes de selles et de miction et des nausées-vomissements peuvent gêner.

La radiothérapie de l'adénocarcinome de l'utérus est appliquée avant et après la chirurgie. L'irradiation peut être effectuée à distance ou par curiethérapie, lorsqu'un cylindre spécial est placé dans l'utérus d'où provient le rayonnement.

Parfois, après une chirurgie, une chimiothérapie est prescrite. Si l'adénocarcinome est inopérable, la radiothérapie et la chimiothérapie constituent les principales méthodes thérapeutiques.

Le traitement de chimiothérapie est effectué avec des médicaments tels que:

Étant donné que l'adénocarcinome est considéré comme une tumeur hormono-dépendante, l'hormonothérapie est souvent utilisée dans son traitement, dans le but de réduire le niveau d'hormones œstrogènes.

Pronostic et prévention

Le pronostic de l'adénocarcinome de l'utérus est considéré comme le plus positif si le processus du cancer a été diagnostiqué au stade initial de développement.

En outre, le pronostic favorable correspond à un adénocarcinome de nature très différenciée, qui a été rapidement opéré et ne présentait pas de métastase.

  1. La pratique montre qu'au premier stade du processus oncoprocess, la probabilité de guérison complète du patient est aussi grande que possible après l'intervention chirurgicale, suivie de la radiothérapie et de la chimiothérapie. Un an plus tard, le patient pourra vivre l’ancienne vie. Les chances de guérison finale chez les patients atteignent 90%.
  2. Dans la deuxième étape, le traitement, ainsi que les prévisions, est plus complexe. Il est nécessaire de retirer l'utérus, ce qui fait perdre à la femme la capacité d'accoucher. La récupération prendra beaucoup de temps. Cependant, même après cela, l’état de santé normal du corps n’est toujours pas atteint. Le taux de guérison est d'environ 75%.
  3. Au troisième stade du cancer de l’utérus, les prévisions sont dans l’ensemble défavorables, car il existe une métastase importante qui oblige à retirer une partie ou la totalité du vagin. La survie ne dépasse pas 50%.
  4. Et au quatrième stade de la maladie, la question de la préservation de la vie du patient atteint de cancer est déjà posée. La probabilité de décès au cours du premier plan quinquennal au stade de la métastase est d'environ 10 à 20%, mais les indicateurs finaux dépendent de la taille et de la métastase du oncoformage.

Il n'y a pas de prévention spécifique de l'adénocarcinome de l'utérus. Par conséquent, la possibilité d'éviter le cancer de l'utérus est renforcée si une femme suit plusieurs recommandations:

  • Il est recommandé de subir un examen gynécologique annuel (idéalement - une fois tous les six mois);
  • Effectuer périodiquement une échographie des organes à lignée basse;
  • Corriger les troubles endocriniens;
  • Il est temps de traiter les pathologies précancéreuses utérines et cervicales;
  • Alimentation saine, à l'exclusion des substances cancérigènes, de la restauration rapide, des additifs chimiques, des aliments gras, etc.
  • Effort physique quotidien modéré pour le contrôle du poids;
  • En présence d'obésité, il est nécessaire de prendre des mesures pour normaliser le poids;
  • Traitement adéquat du diabète et de l'hypertension.

Si une femme parmi des parents de sang a des cas d'oncologie du sein, de l'utérus, des ovaires ou du col de l'utérus, elle devrait alors être particulièrement attentive à la santé de ces organes, car elle est plus susceptible de se trouver parmi les patients atteints de cancer.

En outre, il est nécessaire de traiter rapidement et intégralement les maladies infectieuses et inflammatoires du système reproducteur.

Vidéo sur la chirurgie laparoscopique du cancer du col utérin:

Adénocarcinome ou cancer de l'utérus - sans symptômes jusqu'au stade avancé

Le cancer de l’utérus, bien sûr, n’est pas un leader comme, par exemple, le cancer du col utérin. Pourtant, l'endomètre commence à subir une invasion de néoplasmes, principalement chez les "balzacs" et plus. L'utérus n'est plus responsable de l'accouchement et les niveaux hormonaux commencent à se réorganiser pour réduire leur activité, car les hormones n'ont pas besoin de surveiller le cycle menstruel tous les mois, garantissant ainsi le processus d'ovulation, la conception et l'implantation de l'ovule.

Cependant, il existe des exceptions à chaque règle et les hormones peuvent parfois se comporter comme chez les femmes ménopausées à un jeune âge. Par conséquent, la survenue d'un adénocarcinome de l'endomètre chez les femmes en âge de procréer ne fait pas exception. La tendance au rajeunissement est malheureusement observée dans tous les types de cancer du corps de l'utérus.

Quel est le cancer de l'utérus et ses types

En ce qui concerne le cancer du corps de l'utérus, on entend dans la plupart des cas une tumeur glandulaire (adénocarcinome) de l'endomètre et, entre-temps, il existe d'autres types plus rares de tumeurs malignes qui diffèrent par leur origine (histogenèse). Les variétés de tumeurs malignes de l'utérus peuvent être représentées comme suit:

  • épithélial: cancer glandulaire (adénocarcinome) et carcinome épidermoïde;
  • tumeurs d'origine mésenchymateuse: muscle lisse (léiomyosarcome utérin) et stromal (sarcome stromal de l'endomètre);
  • tumeurs mixtes épithélio-mésenchymateuses, dans lesquelles des composants malins stromaux et glandulaires (adénosarcome, carcino-fibrome) sont présents.

Cependant, le type de cancer de l'utérus le plus courant et le plus courant est une tumeur de l'épithélium glandulaire, l'adénocarcinome de l'endomètre, qui présente également des différences intraspécifiques:

  • l'adénocarcinome utérin hautement différencié se caractérise par un polymorphisme faiblement exprimé des cellules qui, après plusieurs étapes de maturation, ont commencé à s'approcher autant que possible de la normale et ont même été «appris» à remplir leur fonction physiologique;
  • l'adénocarcinome modérément différencié est représenté par des cellules polymorphes autres que les cellules normales, à noyau hyperchrome élargi avec nucléoles, avec présence de mitoses pathologiques;
  • une tumeur de faible degré de différenciation est caractérisée par une prolifération intense avec une atypie prononcée des cellules, la présence d'un grand nombre de mitoses pathologiques, une réorganisation structurelle prononcée du tissu tumoral;
  • cancer non différencié, dont la nature ne peut être déterminée que vraisemblablement, étant donné que les cellules ne sont pas développées et qu'il est impossible de déterminer leur appartenance à un tissu particulier. On les appelle simplement «cellules cancéreuses». Le cancer indifférencié a le plus haut degré de malignité et le pire pronostic.

Plus le degré de différenciation du cancer de l'endomètre est élevé, plus le pronostic est favorable, mais il peut être difficile de distinguer un adénocarcinome de l'utérus cytologiquement et histologiquement très différencié de l'hyperplasie atypique, car les cellules cancéreuses continuent à être masquées de manière normale.

Quels facteurs déclenchent le développement du cancer de l'endomètre?

Le principal «coupable» et progéniteur de l'adénocarcinome du corps de l'utérus a longtemps été considéré comme une hormone, où le déséquilibre entre des niveaux élevés de déficit en œstrogènes et en progestérone entraîne des processus pathologiques au niveau de l'endomètre. Les comorbidités existantes peuvent contribuer au cancer et aggraver la situation.

Ainsi, les conditions préalables à la survenue d'une éducation maligne sont considérées comme:

  • déséquilibre hormonal entre l'oestrogène et la progestérone;
  • hyperplasie, polypes et autres processus bénins de l'endomètre, à la suite d'un déséquilibre hormonal;
  • ovaires polykystiques;
  • début précoce de la menstruation, absence de grossesse et d'accouchement;
  • autres cancers des organes glandulaires reproducteurs (ovaires, glande mammaire);
  • l'obésité et le diabète;
  • traitement de radiothérapie;
  • facteur héréditaire.

Il est important que la combinaison de trois facteurs ou plus augmente le risque de développer un processus malin et la présence de:

  • anovulation;
  • hyperestrogénique;
  • violations du métabolisme des glucides et des graisses augmentent considérablement le risque de cancer de l'endomètre.

Stades du cancer de l'utérus

Partant de sa croissance à partir d'une cellule cancéreuse, la tumeur commence son développement, capturant de plus en plus de nouveaux territoires, et elle grandit en profondeur (au premier stade) et vers l'endocervix (au second). À cet égard, sur la base de la structure et de la distribution du tissu tumoral, on distingue (au niveau histologique) les étapes suivantes du processus malin:

  1. st. - une cellule cancéreuse génère son propre type et est maîtrisée dans l'endomètre, pénétrant progressivement profondément dans, le tissu tumoral atteint la moitié du myomètre et avance;
  2. st. - débute lorsqu'un cancer qui a germé dans le myomètre commence à développer les passages glandulaires de l'endocol et à capturer le stroma du col de l'utérus;
  3. st. - Le processus malin se propage au péritoine, aux appendices, laissant des métastases dans les ganglions lymphatiques du vagin, du pelvis et du péritoine (intra-abdominal);
  4. st. - caractérisé par une invasion de tissus cancéreux dans la membrane muqueuse de la vessie, des intestins, par la présence de métastases à distance, y compris dans les organes abdominaux (foie, pancréas, reins) et même par la tumeur pouvant facilement atteindre les poumons et le cerveau.

Signes et symptômes

En règle générale, l'adénocarcinome survient en présence de maladies de fond (polypes, hyperplasie de l'endomètre).

Les signes de malignité peuvent être détectés par des études cytologiques et histologiques de matériel obtenu par un curetage diagnostique séparé ou une biopsie par aspiration de la cavité utérine.

La présence d'atypie dans les cellules de l'épithélium glandulaire fournit une base pour l'hypothèse de malignité, qui nécessite un certain nombre de mesures diagnostiques supplémentaires.

Cancer de l'endomètre en l'absence de maladies de fond dans les premiers stades de la luminosité des symptômes ne diffèrent pas et peuvent ne pas se détecter pendant une longue période. Si chez les jeunes femmes la pathologie peut être suggérée:

  • saignements menstruels prolongés;
  • douleur constante dans la région lombaire;
  • augmentation soudaine de l'estomac, puis chez les femmes ménopausées, en l'absence de menstruation, de telles manifestations ont lieu (tout est considéré comme l'âge).

Cependant, les symptômes du cancer de l'endomètre, même s'ils sont peu nombreux, sont toujours possibles à les reconnaître. L'essentiel est de ne pas oublier de consulter le gynécologue et de ne pas retarder votre état de santé dans une «boîte longue».

Le fait de commencer soudainement après une longue pause, de saignements utérins à la ménopause, est un signe annonciateur de problèmes futurs, aussi la visite chez le gynécologue devrait-elle avoir lieu sans délai.

Méthodes de diagnostic

Le diagnostic du cancer de l’utérus peut être fait en utilisant:

  • échographie;
  • tomographie par ordinateur;
  • L’hystéroscopie avec biopsie est cependant l’information la plus informative en termes d’étude de la structure morphologique de la tumeur: grattage du canal cervical, curetage séparé de l’utérus et du canal cervical, aspiration du contenu de l’utérus.

Le matériel obtenu par ces méthodes, déjà visuellement (couleur, texture) peut indiquer une malignité du processus, pour préciser lequel, il faut passer par les principales étapes du diagnostic:

I. Examen cytologique qui permet:

  • rechercher des signes de malignité dans les cellules elles-mêmes (polymorphisme cellulaire, violation du rapport nucléaire-cytoplasmique dans le sens d'une augmentation du noyau, des mitoses);
  • déterminer le type de tumeur et son degré de différenciation.

Ii. Le diagnostic histologique examinera la tumeur plus largement et clarifiera:

  • tous les signes d'atypie;
  • le rapport entre le composant stromal et glandulaire;
  • le degré d'invasion, car il examine une coupe de tissu;
  • la présence de cellules tumorales dans la lumière des vaisseaux lymphatiques et sanguins (embolies). L'apparition d'embolies dans les vaisseaux est un mauvais précurseur et indique que la tumeur a commencé à se métastaser.

Toute la structure de la tumeur est soumise à une analyse histologique. Un processus malin avec le développement devient souvent hétérogène. Même plus de lésions malignes peuvent apparaître dans la tumeur qu’elle ne l’était à l’origine, ce qui réduit le degré de différenciation à certains endroits. Le diagnostic dans de tels cas est défini au degré le plus bas. C'est pourquoi, pour conclure, vous avez besoin d'une grande quantité de matériel provenant de différents sites.

En outre, tous les organes et tissus prélevés au cours de la chirurgie sont soumis à un examen histologique obligatoire.

III. La méthode immunohistochimique est la plus informative, mais malheureusement pas encore très accessible en raison de la complexité et du coût élevé des équipements et des réactifs. Cependant, une immunohistochimie sur une tumeur peut tout dire, révélant:

  • la présence de marqueurs tumoraux, c'est-à-dire de protéines caractéristiques uniquement de ce type de tumeur;
  • la présence de récepteurs hormonaux spécifiques à ce cancer particulier;
  • la nature de la malignité et, bien sûr, le degré de différenciation.

En surmontant les difficultés, l’immunohistochimie entre dans la pratique clinique, car c’est une méthode très informative, non seulement en termes de diagnostic, mais également pour déterminer le protocole de traitement et le pronostic de la maladie. Je suis heureux que les avantages de la nouvelle direction soient déjà utilisés avec succès dans de nombreuses cliniques de la Fédération de Russie.

Traitement

Ils abordent le traitement de manière complexe, où l'âge du patient, le stade de la maladie et le degré de différenciation de la tumeur déterminent la direction et la tactique: comment traiter le cancer de l'utérus.

Un traitement conservateur après la détection d'un adénocarcinome hautement différencié est théoriquement possible. Il est montré seulement aux jeunes femmes (jusqu'à 40 ans). Le traitement repose sur une hormonothérapie, sous contrôle strict de l'efficacité du traitement avec biopsies répétées obligatoires.

La méthode chirurgicale utilisée pour traiter le cancer de l'endomètre était et reste la plus fondamentale et la plus fiable. Elle consiste à retirer:

  • l'utérus;
  • utérus et appendices;
  • utérus, appendices et ganglions lymphatiques régionaux.

Bien sûr, outre la différenciation et le stade, l’âge joue un rôle important dans la méthode chirurgicale. Si le traitement des femmes en âge de procréer constitue l'opération chirurgicale qui permet le plus d'économiser des organes, les options les plus radicales sont présentées lors de la ménopause, même avec une différenciation élevée du cancer.

L'extirpation laparoscopique de l'utérus dans l'adénocarcinome de l'endomètre est peu pratique en raison de la malignité du processus. Les oncologues disent que pas une seule cellule cancéreuse ne devrait être «perdue» lors du prélèvement de l'organe affecté. Ce n'est pas toujours possible avec la laparoscopie. La extirpation doit s'effectuer par voie ouverte (laparotomie), une révision prolongée de la cavité abdominale constituant une étape obligatoire du déroulement de l'opération afin d'exclure les formations de volume d'autres organes.

Parallèlement au traitement chirurgical, afin de prévenir les métastases et les récidives, une chimiothérapie est réalisée avec des médicaments inhibant la croissance tumorale, à des doses correspondant au stade de la maladie, au degré de malignité et à l'âge du patient.

L’approche du diagnostic radiologique est également strictement individuelle et prend en compte les critères énumérés ci-dessus.

Prévisions

Dans les cancers utérins hautement différenciés (adénocarcinomes), le pronostic est relativement favorable, en particulier s’il est détecté à un stade précoce de son développement. Un traitement complexe adéquat, une observation dynamique et des mesures préventives permettent d'espérer une guérison complète. Malheureusement, un cancer peu différencié ne donne que des larmes et des doutes, et indifférencié laisse peu d'espoir. Cancer - il y a un cancer...

Pourtant, beaucoup dépend de la femme. Plus tôt elle cherche de l'aide, plus elle n'a pas de chance de rencontrer ce terrible mot "cancer", et si c'est le cas, il est facile de vaincre la maladie.

Des visites périodiques dans les cliniques prénatales aux fins d'inspection de routine et d'examen cytologique du matériel prélevé du col de l'utérus et du canal cervical tous les six mois fourniront un suivi systématique de leur état de santé. Et chez les femmes ménopausées, cela s’applique surtout parce que certaines, arrivées à la ménopause, commencent à dire qu’elles n’en ont plus besoin, en raison de l’extinction de l’activité hormonale et de la perte de la fonction de reproduction.

La santé des femmes est importante à tout âge, prenez-en soin.

A Propos De Nous

Le cancer colorectal est un cancer très répandu dont nous ne pouvons nous empêcher de parler sur notre site Web. Beaucoup de gens qui sont confrontés à ce problème paniquent.