Traitement du cancer du col utérin en stades 3

Au stade 3 du cancer du col utérin, les métastases régionales jouent un rôle important dans la prédiction. Seul un traitement adéquat peut prolonger la vie des femmes malades et éviter la récurrence de la maladie et la transition vers le stade suivant.

Il n’est possible de vaincre le cancer qu’au stade initial de son développement, mais malgré cela, la probabilité de son re-développement est très élevée. Le traitement du cancer du col de l'utérus s'échelonne sur plusieurs années et coûte très cher, sans pour autant donner un pronostic positif.

Le cancer du col de l'utérus au stade 3 s'accompagne de la germination de la tumeur dans l'organe de reproduction de la femme, ainsi que dans la région des parois internes du bassin et des parois internes du vagin.

  • Toutes les informations sur le site sont à titre informatif seulement et ne constitue pas un manuel pour l'action!
  • Seul le MÉDECIN peut vous fournir le DIAGNOSTIC EXACT!
  • Nous vous exhortons à ne pas vous auto-guérir, mais à vous inscrire auprès d'un spécialiste!
  • Santé à vous et à votre famille! Ne pas perdre courage

La croissance tumorale rapide contribue à une altération du fonctionnement des reins en raison du blocage des uretères, entraînant la mort.

Dans le contexte des changements oncologiques dans le corps, l’avant-dernier stade du cancer se développe dans les 2 à 15 ans. En l'absence d'un traitement adéquat, le cancer du col de l'utérus peut passer du stade 1 au stade 3 en seulement un an. Par conséquent, il est conseillé aux femmes prédisposées à la maladie de ne pas rater les examens de routine avec leur médecin.

L'avant-dernier stade du cancer du col utérin peut être divisé en degrés suivants:

  • 3A degré - une tumeur avec un degré de dommage donné s'étend à la région des parois du petit bassin. Ce processus s'accompagne d'une violation des reins et de la défaite de la troisième partie des parois vaginales;
  • 3B degré - caractérisé par le développement d'un processus oncologique dans la partie inférieure des parois vaginales. La région pelvienne et les organes du système urinaire ne sont pas affectés;
  • 3B degré - procède sous la forme de la propagation d'un processus oncologique dans le petit bassin. Avec le développement de ce degré de cancer dans le col de l'utérus se produit un dysfonctionnement rénal, qui est accompagné par le développement de l'hydronéphrose.

    L'avant-dernier stade du cancer du col utérin est caractérisé par des lésions d'un ou des deux côtés des parois de la région pelvienne. Ce processus se caractérise par l'ajout d'une infiltration vaginale, suivie d'une lésion des parois inférieures du vagin.

    La transition des cellules cancéreuses vers les tissus et organes voisins est due à la nature métastatique du développement du processus oncologique. Dans ce cas, la formation d’une tumeur est possible s’il existe un écart entre le corps de l’utérus et les parois du petit bassin.

    Photo: stade 3 du cancer du col utérin

    Les symptômes

    Les symptômes du cancer à 3 stades de développement sont prononcés et se caractérisent par les manifestations suivantes, qui ne peuvent être ignorées:

    • perte de poids nette;
    • manque d'appétit;
    • forte fatigue;
    • léthargie constante;
    • augmentation de la température corporelle à 37,2-37,5 ° C;
    • saignements intermenstruels persistants;
    • saignement de contact;
    • blancs avec une odeur désagréable;
    • violation du cycle menstruel;
    • changer la nature du flux menstruel.

    La formation de tumeurs peut atteindre les parois du bassin et aller au-delà de ses frontières, ainsi que se développer dans le rectum ou la vessie. Une caractéristique caractéristique de ce degré de cancer du col utérin est le gonflement des extrémités, des problèmes de miction et des selles ainsi que la survenue de douleurs dans le bas de l'abdomen.

    Ici, vous pouvez lire le pronostic du stade 1 du cancer du col utérin.

    Diagnostics

    Le troisième stade du cancer du col utérin est diagnostiqué à l'aide de diverses méthodes nécessaires pour déterminer la forme et la nature de la maladie. Lors de la réception, le gynécologue recueille les antécédents de la maladie et détermine les facteurs qui ont provoqué son développement dans l'organisme: début de vie sexuelle, relations sexuelles sédentaires, prédisposition héréditaire, problème de naissance ou de naissance avancée, maladies antérieures et maladies concomitantes.

    Aux premiers stades des lésions cervicales, le diagnostic est très difficile, mais à 3 stades de développement du processus oncologique, le problème ne se pose pas.

    Pour effectuer un examen clinique complet, les activités suivantes sont nécessaires:

    • biochimie sanguine;
    • examen de l'organe reproducteur de la femme à l'aide de miroirs;
    • colposcopie;
    • tests de diagnostic;
    • les coups;
    • examen bimanuel du vagin;
    • biopsie vaginale;
    • examen recto-vaginal;
    • étude rectale-abdominale-paroi.

    Vidéo: Diagnostic du VPH et du cancer du col utérin

    Caractéristiques des activités de diagnostic

    Lors de l'examen pelvien, il est recommandé de prendre des mesures pour minimiser les traumatismes du col de l'utérus, pour lesquels il est recommandé d'utiliser l'index pour examiner l'utérus et le vagin. Lors de cette étude, vous pouvez déterminer la présence de phoques qui ne sont pas visibles visuellement, car ils n’ont pas de limites clairement définies, ainsi que pour identifier la rigidité du corps utérin.

    En effectuant une mesure de diagnostic similaire, il est possible de déterminer la forme d’un cancer, d’examiner la mobilité de l’utérus, d’examiner les parois du vagin et de l’utérus, de la vessie et du rectum.

    Lors d'un examen gynécologique vaginal, il est impossible d'établir un diagnostic à 100% car, dans la moitié des cas, un tel diagnostic est erroné.

    Si, lors d'un examen vaginal bimanuel, le col utérin reste inchangé au toucher, il est recommandé de compléter le diagnostic par une enquête avec des miroirs et des procédures de recherche supplémentaires en laboratoire. L'inspection sur une chaise avec des miroirs vous permet d'identifier le type de tumeur et la présence d'ulcères formés lors de la désintégration de l'éducation et de réduire le pourcentage d'erreur de diagnostic à 12%.

    L'état des ligaments utéro-sacrés et l'infiltration des parois de cet organe peuvent être déterminés en effectuant un examen rectal. La colposcopie pour le cancer de stade 3 est attribuée aux procédures bimanuelles et autres qui provoquent des saignements.

    Cette technique permet de distinguer l'ectopie de la membrane muqueuse dans la région du canal cervical, la base de la leucoplasie, la zone de transformation et la formation de champs. Le diagnostic effectué par cette méthode est correct dans 70 à 80% des cas, il est donc réalisé en conjonction avec d'autres activités de recherche.

    Mesures de diagnostic nécessaires

    La biopsie est la méthode décisive pour diagnostiquer le cancer au troisième stade. En effet, grâce à cette étude, il est possible d'identifier les structures histologiques de la formation et de déterminer le stade du processus malin, ainsi que la réponse des tissus sains des organes voisins aux modifications cancéreuses de l'organisme.

    Lors du traitement du cancer par radiothérapie, c'est la biopsie qui permet de déterminer l'efficacité de la technique.

    Les résultats des études cytologiques en cours (frottis vaginaux) sont également nécessaires pour poser le bon diagnostic, mais cette technique n’est le plus souvent utilisée que dans les premières phases du développement des tumeurs malignes. Avec lui, vous pouvez obtenir le résultat avec une précision de 90 à 96%.

    Traitement

    Le traitement de l'avant-dernier stade du cancer du col utérin dépend du stade d'atteinte des organes voisins. Dans la plupart des cas, les experts recommandent de retirer l'utérus et les ganglions lymphatiques uniquement au stade primaire de la maladie.

    Afin de suspendre la croissance de tumeurs malignes distantes présentant 3 degrés de cancer du col utérin, une radiothérapie ou une chimiothérapie est réalisée.

    Le traitement du cancer du col utérin de grade 3 est complexe, ce qui est très efficace en présence de métastases régionales.

    Le traitement combiné de l'avant-dernier stade du cancer du col utérin comprend les procédures suivantes:

    • La radiothérapie est le traitement principal du cancer de stade 3, très efficace en association avec la chimiothérapie. Cette méthode d’influence sur le cancer est considérée comme la principale, car aucune intervention chirurgicale n’est pratiquée pour de telles formes de cancer. Pour le traitement de la maladie oncologique du col utérin de l'avant-dernier degré, on utilise une gamma-thérapie à distance avec une dose unique de 2 degrés;
    • la chimiothérapie est associée à la radiothérapie et est réalisée à l'aide de médicaments cytotoxiques. Cette technique augmente l'efficacité de l'exposition au rayonnement et réduit la dose de rayonnement, réduisant ainsi les risques d'apparition de tumeurs radio-induites. De nombreux experts affirment que la chimiothérapie associée à la radiothérapie est mal tolérée et est à l'origine du développement d'effets secondaires. Malgré ces constatations, le taux de survie des patients bénéficiant d’un traitement combiné augmente;
    • immunothérapie - cette technique n’est pas encore totalement éprouvée, mais on peut présumer que l’immunité augmentant, le corps a la possibilité d’utiliser ses mécanismes anti-tumoraux. Le moyen le plus efficace dans ce cas est l’interféron, en ce qui concerne les dosages, qui sont activement discutés dans la communauté scientifique.

    Le troisième degré de cancer du col de l’utérus n’est pas susceptible de traitement, il est donc vivement conseillé aux femmes malades de ne pas passer les examens de routine, en particulier si elles sont susceptibles de développer des processus de cancer dans le corps.

    Vous pouvez voir ici une photo des symptômes du cancer du col utérin.

    Sur la façon de diagnostiquer le cancer du corps de l'utérus peut être trouvé dans cet article.

    Le pronostic (combien de vies) du cancer du col utérin en 3 étapes

    Le taux de survie des femmes atteintes de cancer du col utérin à 3 degrés est faible et se situe à environ 35%. L'avant-dernier stade du cancer ne permet pas aux patients de récupérer complètement, c'est-à-dire que la chimiothérapie et la radiothérapie ne peuvent que stopper la croissance des cellules cancéreuses, sans les éliminer complètement.

    Le stade du cancer du col utérin est un signe pronostique important, mais non déterminant. La prédiction de cette pathologie varie considérablement en fonction des caractéristiques de la tumeur, de l’absence ou de la présence de métastases dans la région des ganglions lymphatiques régionaux, de l’état des qualités antitumorales du corps et de l’adéquation du traitement.

    Dans la troisième phase du cancer du col de l’utérus, la maladie ne progresse plus souvent que dans les premières années suivant la radiothérapie, de sorte qu’il n’ya aucune différence entre les taux à cinq et à dix ans.

    Cancer du col utérin: combien vivent après traitement à 3 stades

    Les statistiques montrent que le cancer du col de l’utérus occupe la troisième place parmi toutes les maladies malignes. Les femmes souffrent le plus souvent de 30 à 55 ans.

    Si, dans les premiers stades de la maladie, le traitement donne un pronostic positif dans la plupart des cas, les indicateurs ne sont pas aussi rassurants pour le stade 3.

    La définition

    Le cancer du col utérin est une lésion des parois de cet organe avec des cellules malignes, entraînant le remplacement d'un tissu fibreux sain. Cette pathologie dans les derniers stades est caractérisée par un faible taux de survie. Le développement des tumeurs est difficile à prévoir, car il se caractérise à la fois par une forme de développement passive et agressive.

    Classification

    Le cancer du col utérin du troisième stade est caractérisé par certains symptômes, qui se distinguent par 3 degrés de la maladie:

    1. 3A. Elle se caractérise par la localisation de la tumeur maligne dans la région pelvienne et la troisième paroi supérieure du vagin. Avec ce degré, le processus pathologique n'implique pas d'autres structures de l'organe sexuel. Le traitement effectué à ce stade a des résultats positifs dans 60% des cas.
    2. 3b. Elle se caractérise par une augmentation de l'activité de croissance tumorale sur une grande surface du petit bassin et sur la partie inférieure des parois du vagin. Dans ce cas, le système urinaire n'est pas affecté. Le pronostic de survie du stade 3B de la maladie n’est que de 42%.
    3. 3B. À la dernière étape de son développement en 3 étapes, la formation affecte complètement les tissus du petit bassin et les organes du système urinaire, y compris les reins. Les lésions rénales s'accompagnent du développement d'une hydronéphrose marquée. Le traitement dans ce cas a des prévisions décevantes. Ne survit que 30% des patients.

    Les symptômes

    Pour détecter la présence d'une lésion maligne du col de l'utérus, il est possible par l'apparition des symptômes suivants:

    • perte de poids anormalement rapide;
    • somnolence et léthargie constantes;
    • manque d'appétit;
    • fatigue rapide et excessive;
    • augmentation de la température corporelle aux indicateurs subfebriles. Dans ce cas, la température journalière peut changer de valeur plusieurs fois;
    • l'apparition de saignements abondants intermenstruels réguliers;
    • douleur pendant les rapports sexuels;
    • décharge avec des impuretés plus blanches et odeur désagréable;
    • violation du cycle de la menstruation et modification de la nature de l'écoulement.

    Les signes d'une forme diffuse de l'adénomyose utérine sont énumérés dans cet article.

    Avec la défaite du système urinaire, on observe un gonflement et une miction rare. Également caractérisé par l'apparition de douleurs aiguës et courtes, localisées dans le bas de l'abdomen.

    Diagnostics

    Souvent, les symptômes d'un stade précoce de la maladie peuvent être confondus avec les symptômes généraux de la maladie de cet organe. Par conséquent, un certain nombre de méthodes de recherche spécifiques sont utilisées pour confirmer le diagnostic:

    • biochimie sanguine. Conçu pour détecter les anomalies dans la composition du sang. L’apparition d’une pathologie cancéreuse dans ce cas, principalement détectée par une diminution de la quantité de fer;
    • inspection avec un miroir. Réalisé pour étudier la structure de l'utérus et identifier l'éducation au cancer;
    • colposcopie. Conçu pour mener une étude bimanuelle et des procédures similaires dans lesquelles des saignements peuvent survenir;
    • tests de diagnostic. Ils aident à déterminer la qualité du tissu affecté et l'ampleur de la croissance tumorale;
    • coups de pinceau. Selon eux, vous pouvez identifier des violations de la microflore vaginale;
    • examen bimanuel du vagin. Une fois appliqués, les phoques peuvent être identifiés qui ne sont pas visibles pour la perception visuelle;
    • biopsie. Conçu pour identifier le type de cellules cancéreuses, le traitement approprié sera attribué;
    • examen recto-vaginal. Vous permet de déterminer la forme de cancer et d’étudier le degré de mobilité de l’utérus;
    • étude rectale-abdominale-paroi. Conçu pour déterminer le statut des ligaments sacrés utérins et l'identification de l'infiltration des parois.

    Thérapie

    Aux 3 stades de développement de cette pathologie, un traitement combiné est réalisé, incluant la chimiothérapie, la radiothérapie et l’immunothérapie. Une intervention chirurgicale à ce stade de la formation de la tumeur donne des résultats dans des cas isolés.

    Ici, nous discutons des symptômes et du traitement d'une tumeur à l'estomac.

    Radiothérapie

    Pour le traitement de la pathologie, une radiothérapie combinée a été utilisée, qui comprend une irradiation à distance et intracavitaire.

    L'irradiation à distance est réalisée en 2 étapes. Au stade 1, tout le volume du bassin est irradié directement sur l'aorte abdominale. Au deuxième stade, le groupe régional des ganglions lymphatiques est irradié. Une irradiation par deux des nœuds avec une dose allant jusqu'à 48 GH est souvent prescrite.

    Cette procédure est effectuée 5 fois par semaine, après quoi ils font une pause. Après la pause, un traitement intracavitaire est prescrit. L'irradiation intracavitaire est un effet ponctuel des rayons gamma sur le cou de l'organe. Pour ce faire, un tube spécial est inséré dans le vagin à travers lequel les rayons X sont administrés.

    En règle générale, le traitement comprend plusieurs cycles de radiothérapie. A ce jour, cette technique est la plus efficace pour les cancers de stade 3, localisés sur le col de l'utérus. L'irradiation à haute dose donne des résultats dans 60% des cas.

    Chimiothérapie

    La chimiothérapie est utilisée uniquement si la tumeur est hautement différenciée. Dans d'autres situations, le traitement par chimiothérapie n'a qu'un léger effet positif. Cela est dû aux particularités de l'apport sanguin aux organes pelviens.

    Lorsque le tissu est endommagé, le sang ne coule pas bien dans l'utérus avec les médicaments, seulement en petite quantité, ce qui signifie que l'effet thérapeutique est minimisé. Le plus souvent, la chimiothérapie agit comme un traitement complémentaire utilisant les médicaments suivants:

    • Paclitaxel. Il est administré par voie intraveineuse une fois par jour;
    • Cisplatine Il est également utilisé par voie intraveineuse 2 fois par jour.

    L'introduction de drogues est faite pour 2 ou 5 jours, selon le degré de dommage. Au cours du traitement, plusieurs procédures de ce type sont effectuées à 3 semaines d’intervalle. Au dernier stade, les médicaments sont prescrits un mois avant la radiothérapie, une fois par semaine.

    Immunothérapie

    Les thérapies de cette nature ne sont utilisées que comme méthodes complémentaires et complémentaires. Il implique l'utilisation d'interféron à forte dose, qui augmente les fonctions de protection du système immunitaire et provoque une augmentation de la fonction du foie de la cause, ce qui entraîne une augmentation de la résistance générale du corps aux maladies cancéreuses.

    Les dosages pour chaque cas sont définis individuellement, en fonction de l'état général du corps. La thérapie immunitaire est prescrite après une exposition complète aux radiations et à la chimiothérapie. En règle générale, il se déroule en un seul parcours sans inclusion d'intervalles.

    L'utilisation de l'immunothérapie, fondamentalement, n'affecte pas le pronostic immédiatement après le traitement. Cependant, une augmentation de 27% de l'immunité réduit le risque de rechute primaire.

    Prévisions

    La principale différence de cette étape est que le traitement complet effectué a un effet dans 60% des cas. Dans le même temps, 31% des rechutes ont eu lieu au cours de la première année suivant le traitement. L'effet maximal ne peut être atteint qu'avec l'utilisation d'un traitement à haute dose.

    Si l'exposition aux rayonnements est utilisée comme méthode d'auto-traitement unique, le taux de survie est réduit à 45%. Le stade 3 est caractérisé par une mortalité élevée, car les organes du système urinaire sont impliqués dans le processus pathologique.

    À cette position, 5% du nombre total de patients décèdent, ce sont les complications localisées dans ces organes. Les résultats du traitement seront principalement affectés par la taille de la tumeur. Si le volume de la lésion est de 15 centimètres de diamètre, seulement 40% des patients auront des résultats positifs pour un taux de survie de cinq ans.

    Si la croissance principale se situe dans les 7 centimètres, la probabilité de continuation de la vie est de 60%. Cependant, malgré le succès du traitement, dans la plupart des cas, des rechutes se produisent, qui sont expliquées par la caractéristique de l'exposition aux rayonnements.

    Dans certains cas, après le traitement, les cellules cancéreuses actives restantes commencent à se développer avec une nouvelle force, se métastasant aux organes et tissus adjacents. Dans ce cas, la présence d'une telle métastase est observée chez 70% des patients.

    Histoires de cas

    Bien que ce stade soit caractérisé par un taux de mortalité élevé, le traitement donne toujours des résultats positifs, comme en témoignent de nombreuses histoires de femmes guéries:

    Femme 56 ans. Diagnostic: carcinome épidermoïde du col utérin. La pathologie est aggravée par le diabète sucré de degré 2 sous forme sous-compensée et par l'hypertension artérielle. Cours assigné, qui comprend 6 cours d’irradiation intracavitaire, à l’aide de produits chimiques.

    Après 4 traitements, il y avait une tendance positive avec une diminution de la tumeur de 70%. Après avoir terminé tous les cours, la tumeur a complètement disparu. À ce jour, il existe une période de rémission de quatre ans.

    Femme 36 ans. Diagnostic: Adénocarcénome du col utérin des 3 stades avec prolifération active dans les parois du petit bassin. Le traitement prescrit comprend 7 cycles de radiothérapie et de chimiothérapie. Chaque cycle consistait en un traitement intensif de deux semaines avec des intervalles de deux semaines.

    Après le traitement complet, le volume de croissance sur les parois du petit bassin a diminué de 60% et la tumeur principale de 70%. En conséquence, la thérapie a été complétée par plusieurs autres cycles d'exposition intensive. Aujourd'hui, le patient est en rémission pour la troisième année.

    Nous vous recommandons de regarder une vidéo sur les stades du cancer du col utérin:

    Combien vivent avec le cancer du col utérin au stade 3?

    Le contenu

    Le cancer du col utérin est considéré comme l'une des maladies les plus difficiles et les plus désagréables, au cours de laquelle le corps de la femme peut avoir des conséquences graves. La médecine moderne identifie plusieurs stades de cancer, parmi lesquels les 3ème et 4ème degrés de dommage sont considérés comme les plus dangereux. Il est important que chaque femme connaisse les signes de l'avant-dernier stade d'oncologie du col utérin de l'organe génital, les méthodes utilisées pour son traitement et le pronostic possible pour la guérison.

    Caractéristiques du développement de l'oncologie du col utérin à 3 degrés et pronostic pour sa guérison

    La deuxième place après le cancer du sein est l'oncologie du col de l'utérus et le diagnostic de la maladie au stade 3 réduit considérablement les chances de guérison et de survie. Ces dernières années, cette pathologie a été de plus en plus diagnostiquée chez les femmes jeunes, bien que plus récemment un tel diagnostic ait été posé pour des patientes en âge de prendre leur retraite.

    Caractéristiques de la maladie

    Lorsqu'une tumeur cervicale de stade 3 est diagnostiquée, le pronostic est déterminé par la présence de métastases régionales. Bien sûr, il existe des cas où il est possible de vivre avec une telle maladie pendant longtemps, cependant, seul un traitement efficace permet d'éviter le développement de rechutes. La pratique médicale montre qu’il est possible de se débarrasser complètement du cancer du col de l’utérus seulement si celui-ci est détecté aux stades précoces du développement, sans exclure toutefois totalement le risque de le développer après le traitement. Le traitement de l'oncologie du col utérin de l'organe reproducteur peut durer de nombreuses années mais, malheureusement, il n'a pas d'effet positif.

    Le cancer du col utérin de stade 3 est caractérisé par la pénétration d'une tumeur maligne dans la profondeur du pénis, ainsi que par sa transition vers les parois internes du bassin et du vagin. La progression d'une tumeur maligne conduit au fait que le travail des reins est perturbé à la suite du blocage des uretères. Le pronostic dans cette situation est défavorable et se termine souvent par le décès d'une femme.

    En médecine moderne, il existe certains détails du cancer du col utérin de grade 3:

    • Lors du diagnostic du stade 3a, une tumeur maligne se transforme en petit pelvis, tandis que la partie inférieure du vagin est déjà atteinte d'un cancer et que le dysfonctionnement des reins est perceptible.
    • Pour le stade 3b, une tumeur vaginale sur 1/3 est caractéristique de la tumeur, mais la tumeur ne pénètre pas dans les parois pelviennes et le fonctionnement des reins n'est pas perturbé.
    • Au stade 3, la transition des cellules malades aux parois pelviennes se produit et la fonction rénale est perturbée, ce qui provoque le développement d'une hydronéphrose.

    La propagation des cellules pathologiques aux organes et tissus adjacents est due au fait que le processus oncologique provoque la formation de métastases.

    Symptômes de la maladie

    Au tout début du développement, les symptômes lumineux peuvent être complètement absents et le plus souvent, la pathologie est diagnostiquée lors d'un examen gynécologique effectué par un médecin au microscope.

    Souvent, les femmes vivent avec une telle pathologie et ne sont pas conscientes de leur maladie.

    Symptômes communs

    À mesure que le cancer du col utérin de l'avant-dernier stade progresse dans le corps d'une femme, les symptômes sont généralement prononcés et ne peuvent tout simplement pas être négligés.

    À l'avant-dernier stade du cancer, on peut observer les signes suivants de la maladie:

    • Refus de manger;
    • Faiblesse constante du corps;
    • Fatigue et léthargie;
    • L'élévation de la température corporelle à 37,0-37,5 degrés;
    • Décharge du vagin plus blanche avec une odeur désagréable;
    • Les échecs dans le cycle menstruel;
    • Le flux menstruel prend un caractère différent;
    • L'apparition de saignements après un rapport sexuel.

    Symptômes caractéristiques du cancer de stade 3

    En outre, les symptômes suivants sont caractéristiques du cancer du col utérin au stade 3:

    • Enflure grave des membres;
    • Douleur dans le bas-ventre;
    • Problèmes de miction et de transit intestinal.

    Le pronostic de survie dans une telle pathologie n’est pas tout à fait agréable et n’est que de 30 à 35%.

    Afin d'améliorer le pronostic, il est important d'arrêter la progression de la tumeur dans le corps. Par conséquent, dès les premiers signes de la maladie, vous devez contacter les spécialistes.

    Les caractéristiques éliminent la pathologie

    Le traitement du cancer du col utérin au stade 3 est déterminé par le degré d'endommagement des organes et des tissus adjacents. Le plus souvent, l'ablation de l'utérus et des ganglions lymphatiques peut être réalisée au stade initial du développement de la tumeur. Le traitement de l'avant-dernier stade de développement d'une tumeur maligne du col de l'utérus vise à arrêter la progression de l'oncologie, ce qui peut être réalisé après une chimiothérapie et une exposition à un rayonnement.

    L’élimination de la pathologie à l’avant-dernier stade peut être réalisée selon les méthodes suivantes:

    1. La radiothérapie - ce traitement est considéré comme le plus efficace et donne un résultat positif en association avec une chimiothérapie. Cette méthode est considérée comme la principale car, à trois étapes de la chirurgie oncologique, les interventions chirurgicales sont exclues.
    2. Chimiothérapie - ce traitement est généralement effectué avec l’utilisation de médicaments cytotoxiques en association avec une exposition à des radiations. Certains experts affirment qu'un tel effet complexe sur le corps provoque l'apparition d'une masse d'effets secondaires. Cependant, malgré cette affirmation, la survie après ce traitement combiné est beaucoup plus élevée.
    3. Immunothérapie - cette méthode vise à améliorer les fonctions de protection du corps, ce qui permet l'utilisation de mécanismes antitumoraux.

    Lors du diagnostic du cancer du col utérin au stade 3, il peut exister certaines difficultés de traitement et le pronostic de survie dans une telle pathologie n'est pas entièrement rassurant. Cependant, n'abandonnez pas, car les femmes vivent avec une telle pathologie. Il est difficile de répondre à la question de savoir combien de temps il est possible de vivre en oncologie du col utérin 3 étapes après un certain traitement, car beaucoup dépend des caractéristiques individuelles du corps de la femme.

    Cancer du col utérin stade 3

    L'une des maladies féminines les plus dangereuses, entraînant souvent des conséquences graves, est le cancer du col utérin. Parmi les cancers des femmes, le cancer du col de l’utérus occupe la 2e place.

    Le col de l'utérus est un canal étroit entre le vagin et l'utérus. Une femme a besoin de connaître les signes et les étapes de cette maladie dangereuse et les méthodes de traitement. Auparavant, un tel diagnostic était posé aux femmes à l'âge de la retraite, mais ce type d'oncologie a souvent été constaté chez les jeunes.

    Il y a des cas où, avec une telle maladie, les femmes vivent plusieurs années. Seules la détection d'une pathologie et un traitement efficace peuvent prévenir les rechutes et donner une chance de guérison complète.

    Cancer de type 3

    Il est très difficile de traiter le cancer du col utérin du stade 3; lors du diagnostic, ils peuvent établir les stades 3a, 3b et 3b de la maladie.

    Étape 3a. La partie inférieure du vagin est touchée par la tumeur et sa pénétration dans le petit bassin commence, des problèmes au niveau des reins sont observés.

    Étape 3b. La tumeur a touché un tiers du vagin, mais les parois pelviennes n’ont pas souffert et les reins n’ont pas fonctionné.

    Étape 3c. Les cellules malignes se sont déplacées vers les parois du pelvis, la fonction rénale est altérée, une hydronéphrose se développe.

    Symptômes du cancer du col utérin

    Pendant longtemps, une femme peut vivre sans s'apercevoir de l'évolution de la maladie. Le plus souvent, la maladie est diagnostiquée lorsqu'elle est examinée par un gynécologue, car les symptômes de la maladie sont invisibles aux stades initiaux. Les médecins exhortent donc les femmes à ne pas manquer les examens prophylactiques gynécologiques.

    Presque pendant l’année, le cancer du col utérin peut passer du stade initial au troisième (avant-dernier) stade, ce qui complique considérablement le traitement et aggrave les chances de guérison. Une tumeur bénigne qu'un gynécologue peut détecter lors d'un examen physique entraîne un cancer sans symptômes évidents. Le diagnostic présomptif sera clarifié par une série de tests et d'examens.

    Facteurs de risque

    • Le début de la vie sexuelle dans 16-18 ans, jusqu'à la pleine maturité des organes reproducteurs.
    • Infection par le virus du papillome, l'herpès.
    • Sexe multiple et promiscuité.
    • Très tôt (jusqu'à 16 ans) grossesse et accouchement.
    • Le tabagisme

    Pour les femmes âgées, les facteurs de risque sont les suivants: surpoids, diabète, hypertension artérielle, ménopause tardive, excès de la norme des hormones sexuelles féminines dans le corps, hérédité.

    Si l'apparition de la maladie est manquée, la maladie passe au troisième stade dans un ou deux ans. La tumeur se développe, les métastases se propagent aux organes voisins: les reins, la vessie, le rectum et se manifestent déjà par des symptômes désagréables palpables.

    Le cancer du col utérin au stade 3 provoque des symptômes visibles chez une patiente:

    • manque d'appétit et perte de poids rapide (cachexie);
    • faiblesse, léthargie, handicap;
    • une légère augmentation de la température (jusqu'à 37,5 °);
    • douleur sévère dans le sacrum et le bas-ventre;
    • abondant, avec une odeur désagréable, avec écoulement vaginal de la mousse et du sang;
    • gonflement des organes génitaux et des extrémités;
    • menstruations irrégulières;
    • saignements après le sexe;
    • violation des reins, des intestins: miction retardée et défécation.

    Diagnostic du cancer du col utérin stade 3

    Seul un médecin peut suspecter une pathologie à un stade précoce et prescrire des examens supplémentaires. Ensuite, les chances de guérison complète se multiplient.

    1. Examen gynécologique et frottis sur cytologie.
    2. En cas de pathologie sur frottis, la colposcopie est réalisée en prélevant un morceau du site tissulaire affecté pour la biopsie (analyse cytologique et histologique).
    3. Echographie des organes pelviens.

    Biopsie

    Lorsqu'elle est détectée lors de l'inspection d'une pathologie complexe du col de l'utérus, une biopsie est prescrite - la collecte de particules de tissu afin d'établir des maladies précancéreuses ou un cancer. Même la "brûlure" des érosions, souvent prescrites aux femmes, est souhaitable après les résultats de la biopsie. Avant la biopsie, les papas sont testés et soumis à une colposcopie. Les tests de certaines maladies génitales sont testés. Certains types de VPH causent le cancer du col utérin.

    À l’aide de la colposcopie, identifiez les zones de l’épithélium suspectes et nécessitant des recherches supplémentaires. Avant de procéder à une biopsie, les tests sanguins de dépistage du VIH, de l'hépatite RW, des hépatites des groupes B et C. sont obligatoires.Après une biopsie, il faut du temps pour guérir une plaie, une procédure est effectuée immédiatement après la fin de la menstruation. Le patient consent à la biopsie. Si la procédure se fait sous anesthésie intraveineuse, il est interdit de manger pendant 12 heures.

    Façons de

    La biopsie est réalisée de plusieurs manières:

    1. Simple (ponction) - prenez une petite section de tissu de la surface de l'utérus.
    2. Trépanobiopsie - prélevez chirurgicalement un ou plusieurs échantillons de sites suspects.
    3. Conisation - un morceau de tissu cervical en forme de cône est pris avec un laser ou un scalpel pour examen.
    4. Raclage de l'endocol avec une curette racler le matériau de la muqueuse utérine.

    La quantité de tissu prélevée dépend du type de procédure. Il n'y a pas de récepteurs de douleur sur le cou. Pour que la procédure soit un succès, vous devez vous détendre afin de ne pas provoquer de spasmes utérins avec une excitation excessive. Une biopsie peut être réalisée en ambulatoire, sans anesthésie, ou utiliser une anesthésie locale (avec un spray de lidocaïne). Lorsque la patiente est très nerveuse, l’injection de lidocaïne dans le col de l’utérus est utilisée comme anesthésique local.

    Un mois après la biopsie, il est impossible de: prendre une douche, utiliser des tampons, soulever des poids, prendre un bain (douche seulement), aller à la piscine, au sauna, avoir des relations sexuelles (au moins 2 semaines).

    Après une biopsie, vous devez surveiller attentivement leur état. Autoriser le saignement, la douleur dans le bas-ventre. Mais si la douleur est forte, que la température augmente (37,5 ° C) et que l'écoulement s'accompagne de caillots et d'une odeur désagréable, vous devez consulter un médecin immédiatement.

    Si le diagnostic de dysplasie cervicale de grade 3 est cancéreux après la confirmation de l'examen, le traitement nécessaire est prescrit.

    Traitement du cancer du col utérin

    Aux stades initiaux de la maladie, lorsque le degré d'atteinte des organes adjacents est faible, une intervention chirurgicale est possible: ablation de l'utérus, ganglions lymphatiques, en fonction du degré de métastase.

    Avant la chirurgie, une radiothérapie est mise en place pour arrêter la croissance tumorale et prévenir la formation de métastases. Pendant l'opération, sous anesthésie générale, l'utérus ou une partie de celui-ci est retiré, ainsi que tous les appendices et ganglions lymphatiques touchés par la maladie. Les résultats de l'opération peuvent être évalués après 2 ans de traitement.

    Si les cellules cancéreuses se propagent dans tout le corps, l'opération n'apportera pas le résultat souhaité. Si le traitement est instauré à un stade avancé, des rechutes se produisent souvent. Le processus de cancer secondaire est l'apparition de métastases dans le vagin (45%), le petit bassin (30%), les organes distants de l'utérus (10-15%).

    Parfois, les patients ont recours à la médecine traditionnelle. Bien sûr, il y a des cas où même des patients sans espoir, utilisant les recettes des guérisseurs traditionnels, ont pu faire face à la maladie. En utilisant des herbes médicinales (par exemple, l'aloès, la propolis, la sève...), vous pouvez améliorer l'immunité, suspendre la croissance tumorale, soulager les symptômes douloureux, mais pas vous débarrasser des tumeurs et des métastases. Vous devez vous tourner vers la médecine traditionnelle, qui ne reste pas immobile. Constamment mené des études cliniques, développant de nouveaux médicaments et méthodes pour lutter contre le cancer.

    Dans la troisième avant dernière étape, les méthodes de traitement proposées sont les suivantes:

    1. Radiothérapie Cette méthode est considérée comme la principale étape du cancer du col utérin lorsque l'opération est impossible.
    2. Chimiothérapie.

    Dans le traitement de la chimiothérapie utilisé des médicaments cytotoxiques. En combinaison avec la radiothérapie, cette thérapie a de nombreux effets secondaires, mais la méthode est toujours efficace et augmente considérablement la survie.

    Augmente la capacité de protection du patient.

    Toutes ces méthodes sont effectuées dans un complexe, cela donne les meilleurs résultats.

    Cancer du col utérin stade 3, combien vivent avec?

    Récemment, le nombre de cancers de l'utérus a rapidement augmenté. Cette maladie affecte même les jeunes filles.

    L'espérance de vie des femmes atteintes de cette maladie est réduite de 20 à 30 ans.

    Au début, la curabilité est de 85 à 90%, les chances d'une guérison complète au 3ème stade sont de 35%, dans le cas du 4ème stade, le taux de survie ne dépasse pas 9% et la guérison est presque impossible.

    Il est très important de détecter les signes de la maladie dès que possible et les prévisions de traitement et de la vie seront plus optimistes.

    Les oncologues avertissent que le principal facteur de dysplasie cervicale et de dégénérescence cancéreuse provoque le VPH (virus du papilome humain), d'autres facteurs de risque sont énumérés ci-dessus dans cet article. Par conséquent, les recommandations préventives sont les suivantes:

    • Pour éviter l’infection par le VPH, il est nécessaire de respecter l’hygiène sexuelle (éviter les contacts sexuels sournois et multiples, les relations sexuelles trop précoces).
    • Avant que la fille ne commence sa vie sexuelle (10-25 ans), effectuez une vaccination antivirale. Les vaccins Gardasil et Cervarix sont efficaces si la fillette n'a pas encore été en contact avec le porteur du virus.
    • Renforcer l'immunité, mener une vie saine, éliminer les mauvaises habitudes.

    Cancer du col utérin stade 3: signes, pronostic et types de traitement

    La large propagation du cancer du col utérin attire l'attention sur le problème de sa détection et de son traitement en temps opportun, et ce à n'importe quel stade (deux primitifs et, bien sûr, les troisième et quatrième). Cette oncologie en termes de prévalence chez les femmes est la deuxième après les cancers du sein, de l'estomac et de la peau.

    Fait! Aujourd'hui, le triste statisticien de cette maladie est tel qu'en Russie, pour 100 000 femmes sur 50, il y a 14 cas de maladie, le taux de mortalité annuel est de 8 000 femmes, tandis qu'aux États-Unis, 3 500 personnes meurent de cet oncologie.

    Compréhension de la maladie

    Le terme "cancer" masque une tumeur maligne, apparue à la suite d'une mutation de cellules épithéliales et du début de leur division anormale et incontrôlée. Ces cellules ne restent pas au centre de la formation, mais germent dans des tissus sains adjacents et se propagent plus avant dans tout le corps, perturbant ainsi l'activité vitale des principaux organes.

    En règle générale, les maladies oncologiques surviennent de manière inattendue, dans tous les tissus et quel que soit l'âge, mais c'est le cancer du col de l'utérus qui a la principale différence: il se développe toujours dans le contexte d'une condition précancéreuse et permet d'éviter un processus pathologique dangereux.

    La condition précancéreuse (y compris dysplasie, érosion, verrues planes) peut durer jusqu'à quinze ans (elle se produit encore plus longtemps). Les cellules à la surface du canal de naissance (le col de l'utérus) subissent souvent divers changements anormaux, mais il ne s'agit pas encore d'un oncologie. Après un certain temps, la plupart d'entre eux disparaissent d'eux-mêmes et certains peuvent commencer à subir des changements malins.

    Le développement d'un processus malin se déroule en quatre étapes principales, indiquant à quel point il s'est propagé:

    • dans la première, le néoplasme vient d'apparaître, il est trop petit (pas plus de 7 mm à la périphérie et 3 mm de profondeur) et ne dépasse pas les limites du centre de formation;
    • sur le second, la croissance tumorale commence, la tumeur mesure environ 4 cm (peut-être un peu plus), la lésion ne concerne que les tissus de l'utérus et ne passe pas encore aux parois du petit bassin;
    • cancer du col utérin aux stades 3 marque le début d’une métastase plus dynamique des cellules malignes. Les parois du petit bassin, une partie du vagin, les ganglions lymphatiques de la région, l'uretère sont touchés;
    • sur la seconde, la tumeur affecte les muqueuses de la vessie, les intestins et les reins.

    Pour détailler l'étendue de la propagation des cellules tumorales, il existe des stades supplémentaires du cancer du col utérin, par exemple: 3A indique une lésion d'une partie du vagin, 3B et 3B indiquent une distribution dans le bassin et l'uretère. Aussi pour les étapes restantes.

    Attention! Le plus souvent, cette maladie est diagnostiquée chez les femmes âgées de 40 à 60 ans, mais chaque année, les 30-35 ans entrent dans les rangs de la personne malade, même des cas isolés de pathologie chez les femmes plus jeunes sont enregistrés.

    Causes de la pathologie

    La principale raison du développement de néoplasmes malins dans aucun organe n'a encore été trouvée. Bien sûr, le fait de l'hérédité (le transfert du génome de la cellule à la mutation) est considéré comme l'un des principaux. Cependant, il n’ya pas si longtemps, les scientifiques ont découvert un fait intéressant: le virus du papillome humain était présent chez tous les patients.

    Il existe également plusieurs autres facteurs:

    • utilisation prolongée de contraceptifs hormonaux;
    • conséquences des maladies sexuellement transmissibles;
    • l'effet des substances cancérogènes;
    • avortements;
    • changement fréquent de partenaires sexuels;
    • exposition aux radiations;
    • immunodéficience.

    Comment la pathologie se manifeste

    Au début, la maladie évolue sans symptômes, la tumeur ne peut être détectée que lors du prochain examen gynécologique et au microscope.

    Le plus caractéristique de tous les cancers déjà cervicaux se manifeste (stade 3), lorsque la tumeur frappe tous les tissus de l'utérus et quitte le domaine de l'éducation. Ces symptômes incluent:

    • écoulement persistant du vagin, avec une odeur désagréable et des plaques sanglantes;
    • l'apparition de sang après chaque contact sexuel ou pendant l'acte (ce symptôme peut apparaître plus tôt, avec 2 degrés d'oncologie);
    • menstruation anormalement lourde;
    • saignements pendant la période entre les règles;
    • douleurs abdominales basses, dans le bas du dos et dans la région sacrale;
    • gouttes de sang dans l'urine, difficulté à uriner (également caractérisé par un cancer du col de l'utérus du 3ème degré, car la lésion concerne l'uretère);
    • l'apparition d'œdème des membres inférieurs et la douleur.

    Le développement ultérieur de la pathologie est accompagné de constipation, avec l'apparition de selles, le sang apparaît, l'état général s'aggrave, une faiblesse, une anémie survient, la perte de poids commence.

    Y a-t-il une chance de récupération

    Plus la maladie est détectée tôt, plus le patient aura de chances de retrouver une vie normale et bien remplie. Dans la première étape, une issue favorable est garantie dans 90 à 95% des cas, cet indicateur est considérablement réduit pour les années suivantes.

    Répondre précisément à la question: «Après le traitement du cancer du col utérin, stade 3, combien de temps vivent-ils?» Est assez difficile. Après tout, cela dépend principalement de l'adéquation du traitement effectué (les méthodes modernes de traitement augmentent considérablement les chances de réussite du traitement). Le sous-stade de la maladie est pris en compte, par exemple, dans le cas d'un cancer du col utérin de degré 3A - le pronostic de survie à cinq ans est d'environ 50 à 60%. Il faut immédiatement noter que la clarification du «taux de survie à cinq ans» ne signifie pas que le patient vivra seulement cinq ans, c'est-à-dire au moins (peut-être 10 et 20). Si nous parlons de cancer du col utérin de grade 3B, le taux de survie dans ce cas diminue à 30%. L’état général du patient est également important.

    Au stade 4 de la maladie, les chances sont réduites à 10%.

    Traitement

    Pour le traitement du cancer du col utérin, le stade 3 est effectué. Si la patiente est ménopausée, une hystérectomie radicale est pratiquée (l'utérus, les appendices et les ganglions lymphatiques adjacents sont enlevés). Pour les jeunes femmes, il est possible de ne retirer que la tumeur et de la compléter par une radiothérapie ou une chimiothérapie.

    Au stade du cancer du col utérin 3A, il est possible d'appliquer la méthode de thérapie photodynamique la plus récente (une substance photosensible est injectée dans le néoplasme malin et est exposée à un laser).

    Cancer du col utérin stade 3

    Le cancer du col utérin est un cancer d'étiologie virale causé par le papillomavirus humain de type 16. Examen histologique isolé carcinome épidermoïde et adénocarcinome (lésion des tissus glandulaires).

    Le contenu

    Le contenu

    Dans le cancer du col utérin, il est courant d'utiliser une classification pour indiquer le stade du processus tumoral. Les classificateurs les plus célèbres de FIGO et TNM.

    Classification du cancer du col utérin stade 3 selon FIGO

    • III - à ce stade, la tumeur se propage à la paroi pelvienne, affecte le tiers inférieur du vagin, provoque une hydronéphrose, qui entraîne une inhibition de la fonction rénale;
    • IIIA - la propagation de la tumeur au tiers inférieur du vagin;
    • IIIB - lésion de la paroi pelvienne, hydronéphrose, résultant d'un dysfonctionnement rénal.

    Lorsqu'il est classé selon le système TNM, le cancer du col utérin du 3ème stade est désigné par T3, T3a et T3b (la description des stades est similaire à celle de la FIGO). Les étapes de l’écriture en médecine russe sont les suivantes - 3A, 3B, etc.

    Il existe un autre classificateur qui décrit la prévalence du processus malin, mais le diagnostic n’est pas posé. Selon ce classificateur, le cancer du col utérin du 3ème stade est appelé cancer localement avancé, c.-à-d. carcinome qui envahit la fibre paramétrique d'un ou des deux côtés. Il peut toucher tout le tiers inférieur du vagin et de la vessie et se propager à la muqueuse du rectum.

    Les métastases à distance au stade 3 du cancer du col utérin ne se propagent pas, elles ne touchent que les ganglions lymphatiques régionaux.

    Les symptômes

    Dans les processus malins des organes de l'appareil reproducteur, les saignements intermenstruels, les écoulements de sang après les rapports sexuels et après la ménopause commencent à perturber la femme. La décharge peut être de nature différente (non sanglante) et avoir une odeur désagréable. De tels symptômes s'appellent tôt. Les symptômes du cancer du col utérin au stade 3 sont attribués aux symptômes tardifs.

    Avec les plaintes ci-dessus, le patient peut être dérangé:

    • Besoin fréquent d'uriner;
    • Mictions fréquentes;
    • Douleur abdominale basse;
    • Douleur dans le dos (avec le temps, ça va s'intensifier);
    • Perte de poids;
    • Diminution de la diurèse (volume urinaire avec lésions du rein ou de l'uretère);
    • Gonflement des jambes;
    • Défécation et miction par le vagin en cas de formation de fistule.

    Traitement

    Dans le traitement du cancer du col utérin au stade 3, les méthodes chirurgicales ne sont pas appliquées. Dans de rares cas, individuellement, une hystérectomie peut être réalisée avec le retrait des ganglions lymphatiques affectés et la radiothérapie pré et postopératoire. Les tissus sont complètement «érodés» par la tumeur, ce qui entraîne leur séparation, ce qui rend la suture impossible (la tumeur est inopérable). Désintégration possible de la tumeur. Les principales méthodes de traitement consistent à suivre des cours de chimiothérapie et de radiothérapie, et plus récemment une thérapie ciblée.

    Chimiothérapie

    La principale méthode de traitement - la polychimiothérapie au stade 3 du cancer du col utérin ne l’est pas. Il peut être utilisé comme traitement adjuvant en association avec la radiation et comme palliatif, dans le but d’améliorer la qualité de vie du patient. Il existe de nombreux protocoles de traitement. Les principaux médicaments sont la cisplanine, associée à la vincristine, la bléomycitine et l’ifosfamide.

    Radiothérapie

    C'est le traitement principal du cancer du col utérin de stade 3. Le traitement est mis en œuvre dans le cadre du programme de radiothérapie radicale, qui vise la guérison complète du patient. Elle affecte le site de la tumeur et les métastases régionales, en l’occurrence les ganglions lymphatiques régionaux. Les doses irradiées vers le foyer principal représentent 60 à 80 grays et les ganglions lymphatiques régionaux - 50 à 60 grays.

    La radiothérapie peut avoir lieu à distance ou être intracavitaire (curiethérapie). La radiothérapie à distance est effectuée sur des accélérateurs linéaires (voir photo).

    Grâce à la curiethérapie, il est possible de réaliser de grandes doses de rayonnement, en ciblant le foyer de la tumeur sans affecter les tissus sains. Au cours de la curiethérapie, un applicateur spécial est introduit dans la cavité du patient et à travers celle-ci, la source radioactive est acheminée vers la cible. La source est une capsule de titane à l'intérieur de laquelle se trouve un radio-isotope. Certaines sources sont fixées avec des sutures résorbables.

    Dans les 2 semaines suivant l'opération (installation de la source), les opérations suivantes sont interdites:

    • Activité physique;
    • Haltérophilie (5 kg ou plus);
    • Long séjour en position assise.

    Il est nécessaire de surveiller la vidange intestinale et la miction (la source peut s'éteindre) afin d'éviter tout débordement de la vessie. Il est nécessaire d'adhérer à un régime alimentaire: refusez les aliments épicés et salés.

    De plus, au cours des deux prochains mois, les contacts étroits avec de jeunes enfants et les femmes enceintes devraient être limités. Si la source est tombée pendant la miction ne peut pas le prendre à la main. Il est nécessaire de prendre la source avec des pincettes ou tout autre appareil, de la placer dans un récipient et de la retirer des enfants. Si possible, emmenez-le dans un centre médical pour l'éliminer.

    Thérapie ciblée

    Récemment, l'utilisation d'une thérapie ciblée, à savoir des médicaments comme l'erlotibine, le sunitinib, etc., en association avec la chimiothérapie en radiothérapie a montré de bons résultats dans la lutte contre le cancer du col utérin au stade 3. Le but de cette thérapie est de bloquer certains récepteurs à la surface de la cellule tumorale. Les données obtenues après l’utilisation du médicament erlottibine avec des injections de cisplatine (chimiothérapie) et une irradiation du bassin ont permis de tirer des conclusions sur les perspectives d’un tel traitement. Actuellement, des études sont en cours sur la possibilité d'utiliser une thérapie ciblée en mode mono, car la chimiothérapie et la radiothérapie ont un effet négatif non seulement sur la tumeur, mais également sur tout l'organisme. Ils peuvent provoquer des vomissements, une intoxication générale, une faiblesse, une alopécie (perte de cheveux), inhiber la fonction de reproduction, etc.

    Prévisions

    Le pronostic pour le cancer du col utérin de stade 3 est défavorable. Selon les statistiques, la survie à cinq ans après le traitement est de 30% chez les femmes jeunes, contre environ 35 à 60% chez les personnes âgées.

    Un certain nombre de facteurs pouvant affecter l'espérance de vie des patients en 3 étapes:

    • Profondeur de l'invasion (pénétration de la tumeur);
    • Carcinomes à histotypes;
    • Métastases des ganglions lymphatiques;
    • La taille de la tumeur.

    Après le traitement du cancer du col utérin au stade 3, le risque de récidive n'est pas exclu car le pronostic est en général défavorable. Par exemple, la croissance du cancer peut reprendre après six mois de rémission. Par conséquent, l'espérance de vie globale des patientes atteintes d'un cancer du col utérin au stade 3 est difficile à établir.

    En cas de réponse positive du corps au traitement et d’apparition de la rémission, il convient d’observer les patients pendant 2 ans dans l’institution où le traitement a eu lieu. Ensuite, vous devez être surveillé à vie par un gynécologue. Le patient doit se présenter à l'examen une fois par an et subir un test sanguin et urinaire complet, ainsi qu'un examen radiographique ou tomographique du thorax et de l'abdomen, ainsi qu'une échographie pelvienne.

    Avis de différentes sources

    Bonne journée! On m'a diagnostiqué un cancer du col utérin 3A. Il y a six mois, j'ai suivi 5 cours de chimiothérapie et de radiothérapie. Maintenant tourmenter la douleur: tire le bas-ventre, les côtés et le bas du dos. Ils ont fait un MSCT, les indicateurs semblaient normaux, mais après le traitement, le col de l'utérus a commencé à adhérer au gros intestin et des adhérences se sont formées, d'où des douleurs. Est-il possible de juger de la germination de la tumeur n'est pas encore clair, ils ont dit jusqu'à présent juste pour regarder.

A Propos De Nous

Aujourd'hui, la maladie maligne est l'un des diagnostics les plus terrifiants. Il est effrayé non seulement par la possibilité de mort, mais aussi par les informations bien connues sur les douleurs sévères.