Cancer du col utérin stade 1 (a et b) - traitement et pronostic

Le processus malin dans la région du col utérin est appelé cancer du col utérin. Dans le cas où les tissus glandulaires sont touchés, la maladie est classée histologiquement en adénocarcinome, sinon en carcinome épidermoïde.

Le contenu

Le contenu

Le cancer du col utérin au stade 1 est classé selon les règles du système TNM international, qui peut déterminer la propagation de la tumeur, la présence ou l'absence de métastases distantes et de métastases dans le système lymphatique.

Dans ce système, le cancer du col utérin au stade 1 est appelé T1, où T (tumeur) est le taux de prévalence de la tumeur primitive. Cela signifie que le processus malin ne couvre que le col utérin. Le corps de l'utérus n'est pas affecté. Mais l'étape 1 a son propre classement:

  1. Le processus tumoral affecte le col utérin - T1.
  2. Il est possible de détecter la pénétration d’une tumeur dans un tissu au microscope - T1a:
  • Germination de la tumeur dans le stroma (base de l'organe constitué de tissu conjonctif dans lequel passent les vaisseaux sanguins et lymphatiques) jusqu'à une profondeur de 3 mm et jusqu'à 7 mm en surface - T1a1;
  • La germination de la tumeur dans le stroma à une profondeur de 5 mm et jusqu'à 7 mm à la surface est T1a2.
  1. Une tumeur peut être détectée visuellement au cours d'un examen physique ou au microscope, mais sa taille dépassera T1a et sa sous-espèce - T1b:
  • Lésion définie visuellement jusqu'à 4 mm de taille - T1b1;
  • Lésion détectable visuellement de plus de 4 mm - T1b

Il existe une autre classification des stades du cancer du col utérin selon la FIGO:

  • Étape I, correspondant à T1 par TNM;
  • L'étape IA est divisée en IA1 et IA2 et est équivalente aux étapes T1-1 et T1A2 selon TNM;
  • L'étape IB est subdivisée en IB1 et IB2 et est équivalente aux étapes T1b1 et T1b2 selon TNM;

Bien que le classifieur TNM soit mieux connu, la tumeur est initialement décrite dans la FIGO. Les experts russes utilisent souvent les lettres de l'alphabet russe. Cela ressemble à ceci: A1, B1, etc.

Au stade initial du cancer du col utérin peut être attribué au soi-disant cancer in situ (stade 0). Contrairement au stade 1, les cellules malignes n'ont pas encore été envahies (non germées) dans le tissu sous-jacent. Les cellules tumorales prolifèrent, mais meurent en même temps, ce qui empêche la tumeur de se développer.

Avec un traitement adéquat et opportun, le pronostic du cancer du col utérin du premier stade est favorable. Selon les données statistiques, le taux de survie à cinq ans des patients atteints de cette pathologie dépasse 90%.

Traitement

Le traitement du cancer du col utérin au stade 1 peut être effectué de plusieurs manières, y compris leur combinaison. Le choix de l'une ou l'autre méthode de traitement ou de leur combinaison dépend du type histologique de la tumeur (carcinome épidermoïde ou adénocarcinome), de son stade, de la présence de pathologies concomitantes chez le patient, etc.

Méthode chirurgicale

Il existe plusieurs types d'opérations pour l'excision d'une tumeur cervicale. Ceux-ci comprennent:

  • Amputation du col de l'utérus;
  • Conisation au couteau;
  • Trachelectomie radicale;
  • Exentération pelvienne;
  • Hystérectomie de différents types.

Dans le cas du traitement du cancer du col utérin de stade 1 (T1a et T1b), l'hystérectomie a été utilisée de manière prédominante, avec parfois une trachelectomie radicale.

La trachelectomie fait référence à l'ablation complète ou partielle du col de l'utérus, d'une partie du vagin, de groupes de ganglions iliaques et lymphatiques, ainsi que de certains groupes de ligaments. L'avantage d'une telle opération sera la préservation de la fonction de reproduction d'une femme.

L'hystérectomie est appelée une opération pour enlever l'utérus. Classer plusieurs types de telles manipulations. Dans le traitement du cancer du col utérin de stade 1, les types I, II et III sont utilisés (il en existe 4).

  • Type I - Effectué au stade T1a1 et cancer in situ. Implique l'ablation de l'utérus et d'une petite partie du vagin (jusqu'à 1 cm);
  • Type II - Effectué aux stades T1a1, T1a2, T1b Ce type implique une hystérectomie radicale. Ablation complète de l'utérus et d'une petite partie du vagin (jusqu'à 2 cm) avec les uretères;
  • Type III - pratiqué au stade T1b.Il implique l’élimination des tissus paravaginaux et paracervicaux, de parties du vagin, de l’utérus et des ligaments utéro-sacrés.

Chimiothérapie

Lors du traitement du cancer du col utérin au stade 1, cette thérapie est principalement utilisée comme adjuvant. Appliqué dans les cas où il existe des contre-indications à la radiothérapie combinée ou lorsque le patient ne le tolère pas. Dans ce cas, la tumeur doit être réduite à la possibilité d'un traitement chirurgical. À cette fin, des systèmes spéciaux ont été développés pour l’introduction de cytostatiques. Habituellement, le patient effectue 3 cycles de chimiothérapie, avec une réponse positive de la tumeur à l'agent cytostatique (sa réduction), une excision de la tumeur est possible.

Radiothérapie

Cette méthode de traitement peut être réalisée indépendamment ou en combinaison avec une chimiothérapie et un traitement chirurgical. Il existe plusieurs types de radiothérapie:

  • Radiothérapie à distance - avec cette méthode, la source de radiation (généralement un accélérateur linéaire) n'entre pas en contact avec la tumeur;
  • Radiothérapie intracavitaire - la source de rayonnement est en contact direct avec la tumeur;
  • Radiothérapie combinée - combine les deux méthodes ci-dessus.

La radiothérapie est capable de stabiliser le processus oncologique, d'améliorer la qualité de vie du patient, de réduire la gravité des symptômes et également de mener à une guérison complète.

Il présente un certain nombre de contre-indications: myome, adhérences, endométrite, certaines maladies des organes urinaires.

Dans le traitement du cancer du col utérin au stade défini comme T1a1 et T1a2, l'hystérectomie est généralement utilisée en association avec une radiothérapie (à distance + par contact).

Dans le traitement du stade T1b1, une hystérectomie est utilisée en association avec une irradiation ou une chimiothérapie à distance. Peut-être l'utilisation de la radiothérapie exclusivement combinée.

La chimiothérapie et la radiothérapie sont couramment utilisées dans le traitement du stade T1b2. Dans certains cas, il est possible d’utiliser une hystérectomie en association avec une radiothérapie.

Après guérison complète de la maladie, le risque de récidive n’est pas exclu. Peut survenir après six mois (ou plus). Indique l'incurabilité du processus malin. La tumeur peut être localisée à la fois dans le col utérin et dans tout autre organe sous forme de métastases. Les décisions concernant les méthodes de traitement sont prises individuellement. Combinez généralement toutes les méthodes possibles. La chimiothérapie est prescrite pour améliorer la qualité de vie du patient (traitement palliatif).

Étiologie et pathogenèse

Les scientifiques ont identifié plusieurs facteurs qui augmentent le risque de cancer du col utérin. Parmi eux: le tabagisme, la sexualité précoce et les changements fréquents de partenaires sexuels. Mais la cause la plus probable de la maladie est les types 16 et 18 du virus du papillome humain, qui sont transmis sexuellement. Jusqu'à 75% des processus malins du col utérin sont associés à ce virus.

Lors du fonctionnement normal du système immunitaire de l'organisme, le virus du papillome humain est détruit. Mais s'il est supprimé, le virus se développe instantanément, prend une forme chronique et a un effet négatif sur la couche épithéliale du col de l'utérus.

Manifestations cliniques

Dans les premiers stades du processus malin, le cancer du col de l'utérus ne se manifeste pratiquement pas, ce qui complique grandement le diagnostic. Il est donc très important de subir des examens gynécologiques réguliers. En présence d'un processus oncologique dans le corps, il existe des manifestations somatiques communes sous la forme d'une faiblesse générale, d'une transpiration excessive la nuit, d'une perte de poids et d'une fièvre légère persistante. Lorsque vous effectuez une numération globulaire complète, vous présentez une leucocytose (augmentation du nombre de globules blancs), peut-être une petite anémie et une augmentation du taux de sédimentation des érythrocytes.

Des symptômes tels que: saignements, frottis et autres pertes, douleur dans la région pelvienne, troubles de la miction, etc. sont caractéristiques du cancer du col de l'utérus aux stades 3 à 4, le stade 1 étant extrêmement rare.

Diagnostic et diagnostic différentiel

Pour le diagnostic du cancer du col de l'utérus est nécessaire d'appliquer une approche intégrée.

Examen physique

Cela implique une inspection générale d'une femme. Palpation des ganglions lymphatiques périphériques et du canal abdominal. Examen du col de l'utérus dans la chaise à l'aide de miroirs et de bimanuel. Un examen rectal est requis.

Diagnostic de laboratoire

Tout d'abord, le gynécologue prélève des frottis dans le canal cervical pour des examens cytologiques et des recherches sur le papillomavirus humain. Ensuite, vous avez besoin d'analyses biochimiques et cliniques générales de sang et d'urine. Tests de sérum sanguin pour les marqueurs tumoraux.

Méthodes de diagnostic non invasives

Les principales méthodes de diagnostic non invasif comprennent l’échographie des organes pelviens et des organes internes. Examen tomographique (IRM, PET). La tomographie par émission de positons aidera à déterminer la présence de métastases dans les organes et les tissus. Si nécessaire, des méthodes supplémentaires peuvent être appliquées: cystoscopie, rectoromanoscopie, coloscopie, etc.

Méthodes de diagnostic invasives

Ces méthodes incluent la prise d'une biopsie sous la surveillance d'une colposcopie pour un diagnostic précis, la détermination du stade, la prolifération tumorale. Dans certains cas (présence de métastases), une laparoscopie diagnostique peut être nécessaire.

Si vous soupçonnez un cancer du col utérin au stade 1, lors du diagnostic, il est nécessaire de différencier (distinguer) des maladies sexuellement transmissibles. Parfois, avec la syphilis, la surface du col de l’utérus est recouverte de petits ulcères, qui peuvent ressembler à un processus malin. En outre, il convient de distinguer l'ectopie, les papillomes et d'autres maladies similaires du col de l'utérus. Des infections sexuellement transmissibles et du cancer de l'utérus, qui s'est propagé au canal cervical et au vagin.

Dans le cadre des mesures préventives contre le cancer du col de l’utérus, des vaccins contre le virus du papillome humain ont été mis au point et sont utilisés avec succès dans les pays développés. Dans le même temps, des statistiques positives sur la réduction du cancer du col utérin et des affections précancéreuses (dysplasie) sont déjà déterminées. Il est recommandé de vacciner les filles et les garçons âgés d'environ 9 à 13 ans avant le début de l'activité sexuelle. La vaccination est indiquée chez les femmes de moins de 45 ans.

Cancer de l'utérus 1 degré comment traiter?

Le problème principal du fait que les néoplasmes cancéreux des organes reproducteurs de la femme, détectés au cours des dernières périodes, est le problème de son diagnostic aux premiers stades du développement.

Cela peut être attribué, et le cancer de l'utérus de 1 degré, parce que son développement a lieu sans montrer aucun symptôme. S'il est toujours reconnu et qu'il a commencé le traitement à temps, le résultat positif du traitement est alors garanti.

Le cancer de l'utérus est l'une des tumeurs cancéreuses du col utérin ou des lésions de l'endomètre. Ce cancer est diagnostiqué chez le beau sexe après cinquante ans, mais la maladie a commencé à "rajeunir".

Symptômes de la maladie

Les scientifiques ont découvert que la maladie, aux premiers stades de développement, ne présentait aucun symptôme, mais il existait encore certains signes permettant de la reconnaître. Le cancer de l'utérus de stade 1 est reconnu par cinq symptômes principaux, à savoir:

  1. Saignement de l'utérus. Les médecins considèrent qu'il s'agit du premier signe de cancer. Si ce symptôme survient après le début de la ménopause, il parle de l'apparition du cancer. La thérapie commencée à ce moment est assez réussie.
  2. Rejets similaires au mucus. Ces résultats indiquent que l’éducation au cancer a atteint un certain niveau de développement. Dans certains cas, il est possible d'observer l'accumulation de telles sécrétions dans l'utérus. Parfois, pendant cette période, une femme peut ressentir des douleurs similaires à celles de la période prémenstruelle.
  3. Écoulement aqueux. Ce symptôme indique qu'un cancer se développe. Au cours du processus de développement ultérieur de la maladie, ces sécrétions deviennent purulentes et sanglantes, en outre, une odeur désagréable apparaît.
  4. Écoulement purulent. Ceci est un symptôme caractéristique du cancer de l’utérus, qui indique une accumulation de pus dans la cavité de cet organe.
  5. Sensations de douleur. Ceci suggère que dans le système reproducteur, une sorte de pathologie se développe. La nature de la douleur tire et elle apparaît surtout le soir et la nuit. Au cours du développement de la maladie, la douleur devient semblable à celle du rein.

Diagnostic de la maladie

Le diagnostic des cancers vise à déterminer le stade de développement du néoplasme. Elle vous aidera à choisir une méthode de traitement. Si la maladie a été diagnostiquée à un stade précoce de développement, alors la maladie peut être guérie.

Pour faire un diagnostic précis, vous devez appliquer un diagnostic complet. Seule cette méthode permettra d’établir le stade de la maladie et la zone de la lésion.

Comme méthode de diagnostic utilisée de telles méthodes:

  • Plaintes du patient. En d'autres termes, vous devez collecter l'anamnèse. Cela signifie que le médecin mène une enquête et examine soigneusement les antécédents médicaux de la patiente, ses examens antérieurs et sa palpation. Après avoir traité ces informations, le médecin suggère les causes possibles du développement d'un cancer.
  • Examen gynécologique visuel, cette procédure est effectuée à l'aide d'un miroir gynécologique. Ainsi, le médecin peut voir la présence ou l'absence de pathologie dans l'utérus. En outre, un examen des trompes de Fallope, des ovaires et d'autres structures pathologiques. Si, toutefois, la pathologie a été identifiée, une biopsie est prescrite.
  • Biopsie. Il s'agit d'une procédure indolore pratiquée en clinique externe. Au cours de sa mise en œuvre, une partie du matériel biologique affecté est prélevée sur le patient pour une investigation plus poussée. Avec son aide, vous pouvez identifier l'oncologie n'a pas encore passé une étape. Bien qu'au cours du processus d'éducation, il ne peut être identifié que dans quarante pour cent des cas.
  • Examen cytologique. Il est effectué lorsque le médecin soupçonne la présence d'un cancer. Pour ce faire, il est nécessaire d'examiner un échantillon du tissu atteint obtenu.
  • Échographie. Elle est considérée comme la méthode de diagnostic la plus efficace et donc la plus courante. L’échographie aidera à établir:
  1. Cancer dans l'utérus.
  2. Zone touchée
  3. La structure de la tumeur.
  4. Zone de localisation.
  5. La défaite des appendices.
  6. Métastases possibles.
  • IRM et CT. Elles sont menées en complément de l’échographie. Avec leur aide, il sera possible d'établir la défaite des ganglions lymphatiques et des os par des métastases. Parce que l'échographie ne peut pas montrer cela.
  • Hystéroscopie. C'est la méthode de diagnostic la plus moderne, qui est utilisée sans faute pour établir ou réfuter un diagnostic de cancer. La procédure est effectuée à l'aide d'un endoscope, qui examine le cancer de l'utérus et effectue la collecte du tissu endommagé pour une investigation plus poussée. Cette méthode est efficace à 100%.

Traitement de la maladie

Il existe de nombreuses manières de traiter le cancer dans la région génitale féminine et elles sont toutes très efficaces. Tous sont utilisés parallèlement aux méthodes traditionnelles.

Après avoir déterminé le cancer de l'utérus de 1 degré, il est impossible de dire combien ils vivent Cela dépend du traitement choisi, mais aussi de l'évolution de la maladie.

Il existe plusieurs méthodes de thérapie:

  • Intervention chirurgicale. Car le cancer du premier degré est caractérisé par la présence d'un cancer dans l'utérus, qui n'a pas eu le temps de laisser des métastases. Par conséquent, pendant cette période, il est possible de procéder à une intervention chirurgicale. Le résultat de ce traitement est positif.

L'enlèvement s'effectue de plusieurs manières:

  • Une élimination radicale dans laquelle l'utérus lui-même est retiré, tandis que les ovaires, les tubes et le col utérin restent.
  • Excision partielle, dans laquelle seul le col est préservé.

Seule cette méthode a ses contre-indications, par exemple, diabète, hypertension, athérosclérose. Ensuite, d'autres méthodes de traitement sont nécessaires:

  1. Irradiation. Il peut être utilisé en tant que méthode de thérapie indépendante et en combinaison. Le patient est généralement irradié avant une intervention chirurgicale, ce qui réduit légèrement la taille de la tumeur, ou à titre prophylactique après une intervention chirurgicale, afin que la maladie ne réapparaisse pas. Cette méthode peut être appliquée si d'autres méthodes sont contre-indiquées. L'irradiation peut être faite de deux manières: interne et externe. Interne, ne dépenser que dans un hôpital, et externe peut être utilisé dans les conditions d'une clinique externe. Assez souvent, pour améliorer l'effet, deux méthodes sont effectuées simultanément.
  2. Traitement hormonal. On pense que cette méthode ne sera utile qu'en cas de diagnostic précoce de la maladie. Il peut être utilisé en tant que méthode thérapeutique séparée et parallèlement à la chirurgie.
  3. Chimiothérapie. Cela signifie que la tumeur sera affectée par divers produits chimiques pouvant arrêter le développement du cancer. Il doit être utilisé en combinaison avec d'autres méthodes thérapeutiques. Un tel traitement peut être commencé lors du diagnostic de n'importe quel stade de la maladie, mais il a des effets secondaires. Outre le fait qu'elle a un effet néfaste sur les cellules cancéreuses, cette méthode peut également tuer des cellules saines, ce qui affecte négativement l'état général du patient.

Pronostic de la maladie

Le pronostic de détection du cancer de grade 1 est plutôt bon avec un taux de survie à cinq ans. La durée de vie de la patiente dépendra du moment de la maladie diagnostiquée, de la méthode de traitement effectivement choisie, de l’âge de la patiente et de l’état de son corps.

Si la maladie a été détectée à temps, le taux de survie à cinq ans peut atteindre 90%. On peut dire que c'est une victoire sur le cancer. Peu de médecins peuvent se vanter de tels résultats.

Mesures préventives

Les médecins conseillent aux médecins de se soumettre régulièrement à des examens préventifs, d’utiliser des médicaments spéciaux et d’effectuer un traitement de remplacement pendant la ménopause. En outre, vous devez prendre soin de votre nutrition et de votre perte de poids.

Les scientifiques actuels ont mis au point un vaccin qui aide à prévenir le cancer. C’est le premier médicament, Gardasil. Vous pouvez utiliser et barrière contraception. Cette méthode réduira non seulement le risque de cancer, mais préviendra également l'apparition de diverses maladies sexuellement transmissibles, ainsi que du virus du papillome humain.

N'oubliez pas que les mesures préventives et les examens aideront à éviter l'apparition d'un cancer de l'utérus.

Traitement du cancer du col utérin stade 1

Cancer du col utérin stade 1

Le cancer du col utérin est l'une des maladies malignes les plus courantes chez les femmes. Affecte principalement les représentants du sexe faible âgés de plus de 45 ans, cependant, récemment, ce type de cancer a considérablement "l'air plus jeune".

Causes du cancer du col utérin

Cette condition peut se développer en conséquence:

  • début d'activité sexuelle précoce, grossesse précoce et accouchement;
  • utilisation à long terme de médicaments contraceptifs hormonaux;
  • changement fréquent de partenaires sexuels (pour une femme et son homme);
  • maladies sexuellement transmissibles;
  • maladies inflammatoires des organes génitaux;
  • avortements multiples.

Des études récentes ont montré que le cancer du col utérin provoque la présence du VPH (virus du papillome humain). L'infection à HPV se produit tout au long de la vie, mais le système immunitaire les combat efficacement. Lorsque l'immunité est affaiblie pour les raisons décrites ci-dessus, la membrane muqueuse du col de l'utérus est endommagée par un VPH anormalement altéré.

Sois prudent

La véritable cause du cancer, ce sont les parasites qui vivent à l'intérieur des personnes!

En fait, ce sont les nombreux parasites présents dans le corps humain qui causent presque toutes les maladies mortelles d’une personne, y compris la formation de tumeurs cancéreuses.

Les parasites peuvent vivre dans les poumons, le cœur, le foie, l'estomac, le cerveau et même le sang humain en raison de la destruction active des tissus corporels et de la formation de cellules étrangères.

Nous voulons immédiatement vous avertir que vous n’avez pas besoin de courir à la pharmacie et d’acheter des médicaments coûteux, qui, selon les pharmaciens, corroderont tous les parasites. La plupart des médicaments sont extrêmement inefficaces et causent de graves dommages à l'organisme.

Vers de poison, tout d'abord, vous vous empoisonnez!

Comment vaincre l'infection et en même temps ne pas se faire du mal? Lors d’un entretien récent, le principal parasitologue oncologique du pays a parlé d’une méthode efficace à la maison pour éliminer les parasites. Lire l'interview >>>

Une tumeur maligne peut également se développer dans le contexte d'une endocervite chronique, d'une érosion cervicale, d'une dysplasie, d'une adénomatose, de polypes de l'endomètre, d'une endocervicose, etc.

Cancer du col utérin - Étape 1

A ce stade, les cellules malignes sont localisées dans le col utérin et ne se propagent pas au-delà de ses frontières. Il a des sous-groupes: A, A1, A2-1B, B1 et B2. Dans le sous-groupe A, la tumeur ne s'est pas étendue au tissu cervical d'au plus 5 mm; sous-groupe B - néoplasme jusqu'à 4 cm.

Signes de maladie

Le premier stade du cancer du col de l’utérus est souvent asymptomatique et c’est une ruse. Étant donné qu'une femme n'est pas dérangée par rien, elle n'est pas pressée de voir un gynécologue. Souvent, la tumeur est complètement détectée lors d’un examen de routine. Il se trouve qu’en fait ce n’est plus un, mais le stade 2 (sinon pire). Par conséquent, il est important de consulter régulièrement le gynécologue.

Les symptômes peuvent être:

  • repérer pendant ou après les rapports sexuels;
  • parfois des blancs abondants et visqueux, causant un certain inconfort au patient.

Avec quelques pertes ou douleurs atypiques, le premier stade du cancer du col utérin n'est pas accompagné.

Engagé dans l’influence des parasites dans le cancer pendant de nombreuses années. Je peux dire avec confiance que l'oncologie est une conséquence de l'infection parasitaire. Les parasites vous dévorent littéralement de l'intérieur, empoisonnant le corps. Ils se multiplient et défèquent à l'intérieur du corps humain, tout en se nourrissant de chair humaine.

L'erreur principale - traîner! Plus tôt vous commencerez à éliminer les parasites, mieux ce sera. Si nous parlons de drogue, alors tout est problématique. Il n’existe aujourd’hui qu’un seul complexe antiparasite réellement efficace: Gelmline. Il détruit et élimine du corps tous les parasites connus - du cerveau et du cœur au foie et aux intestins. Aucun des médicaments existants n'est capable de cela.

Dans le cadre du programme fédéral, chaque résident de la Fédération de Russie et de la CEI peut commander Gelmiline à un prix préférentiel de 1 rouble lorsqu’il soumet une demande jusqu’au (inclus).

Étape de diagnostic 1

Maintenant, utilisez plusieurs techniques efficaces pour détecter une tumeur maligne du col de l’utérus à un stade précoce:

  • examen gynécologique;
  • colposcopie (réalisée à l'aide d'un dispositif optique spécial - un colposcope, qui permet d'examiner les zones touchées de manière grossie);
  • méthode cytologique (test de Pap, frottis de Pap) - prélever un coup de raclage du col avec une étude ultérieure de sa malignité. Dans le même temps, il est possible d'utiliser un test de génétique moléculaire pour la détection du VPH (virus du papillome humain);
  • biopsie - excision d'un fragment d'une tumeur infectée, suivie d'un examen cytologique et histologique. Cette méthode est la plus informative.

Après confirmation de la malignité du néoplasme, les ultrasons (ultrasons), la tomodensitométrie (TDM) et l'IRM (imagerie par résonance magnétique) sont utilisés pour déterminer le stade et la présence de métastases.

Traitement de la maladie

Le plus souvent, le cancer du col utérin (stade 1) est traité par des méthodes chirurgicales. Il prend en compte l'histoire héréditaire et gynécologique, les plans de reproduction. Le traitement est radicalement optimal, mais en même temps le caractère le plus économiquement fonctionnel.

Peut être produit:

  • amputation au couteau;
  • amputation par ultrasons du col utérin;
  • electroscission conique;
  • électroscission par cône laser;
  • destruction laser;
  • la cryodestruction

À ce stade, l'extirpation de l'utérus est la méthode de traitement la plus fiable et la plus répandue (chez les femmes de plus de 50 ans avec appendices; chez les patientes en âge de procréer sans appendices). Les jeunes femmes qui souhaitent préserver leur fonction de reproduction ont le choix entre un traitement préservant les organes, c'est-à-dire l'ablation du col utérin uniquement. De plus, ces patients sont soumis à une observation dynamique stricte, accompagnée d’un contrôle colposcopique et cytologique obligatoire.

E-mail: [email protected] +7 (495) 181-03-37 Création et promotion de sites Web - MedROI

Cancer du col utérin stade 1

Publié par: admin le 6 août 2016

Les maladies oncologiques des organes génitaux féminins sont loin d'être la dernière place dans les statistiques générales de cette pathologie. Le cancer du col utérin touche le plus souvent les femmes âgées de 35 à 40 ans, ainsi qu'après 60 ans. La ruse de la maladie, asymptomatique au début, lorsque le traitement donne plus de chances d'obtenir un résultat positif. Le cancer de l'utérus 1 degré peut être traité avec succès.

Une tumeur cervicale peut être prévenue s'il y a des antécédents de cancer - érosion et dysplasie. En outre, le traitement rapide est assez simple, ces pathologies vous permettent d'éviter l'oncologie.

Parmi les raisons pouvant provoquer le développement d'une tumeur, les médecins émettent le virus du papillome humain, qui se transmet facilement par voie sexuelle (même avec un contact sexuel protégé) et par la salive, une poignée de main.

Dans les milieux scientifiques, il existe également d'autres facteurs susceptibles de provoquer le cancer dans les organes reproducteurs féminins, en particulier, et le col de l'utérus. C'est:

  • début de la vie sexuelle;
  • rapports sexuels avec des partenaires fréquents;
  • fumer;
  • infections sexuellement transmissibles;
  • virus de l'immunodéficience humaine;
  • diverses restrictions alimentaires.

Signes d'une tumeur cervicale

Malheureusement, le cancer ne survient pas au stade initial. Par conséquent, les signes de sa localisation ne peuvent pas être vus indépendamment. Si les symptômes sont absents, il est alors possible de diagnostiquer la maladie au stade initial uniquement lors de l'examen.

Les symptômes du cancer du col utérin apparaissent beaucoup plus tard, lorsque la tumeur commence à se développer activement et à propager des métastases. Les symptômes qui sollicitent l'aide immédiate d'un médecin:

  • saignements;
  • modification de la durée des règles et de leur consistance;
  • douleur pendant les rapports sexuels;
  • douleur dans le dos et le bas-ventre;
  • perte de poids;
  • gonflement des membres inférieurs;
  • troubles de la miction et de la défécation.

Les symptômes indiqués n'indiquent pas toujours l'oncologie, ils peuvent être le signe d'autres maux féminins. Cependant, ils indiquent avec précision une altération de la fonction dans le corps et nécessitent donc un examen médical immédiat.

Avant de commencer le traitement, il est nécessaire de comprendre clairement non seulement à quel stade se trouve la maladie, mais également de quel type de tumeur il s'agit. Il y a les catégories suivantes:

  • adénocarcinome - se développe à partir des cellules des glandes situées dans le cou;
  • Carcinome épidermoïde - apparait en raison d'un dysfonctionnement dans le développement de cellules épithéliales malpighiennes, qui dégénèrent en cellules malignes. C'est la forme la plus courante, dont les symptômes sont le plus souvent diagnostiqués chez la femme.

Le stade du cancer du col utérin est déterminé par la taille de la malignité, son degré de propagation et les lésions aux organes voisins, la présence de métastases et l'état des ganglions lymphatiques. Ces symptômes sont considérés assez profondément et leur diagnostic est large. Par conséquent, chaque stade est également caractérisé par sa gradation de la maladie. La détermination du diagnostic exact est effectuée à l'aide d'un examen de diagnostic sérieux basé sur la classification internationale du TNM.

Au stade 0, des cellules pathogènes se sont formées à la surface du col, mais elles ne se sont pas développées en tumeur et ont germé dans les tissus mous de l'organe.

I - caractérisé par l'apparition d'une tumeur maligne, qui a déjà germé dans les tissus du corps de l'organe de la femme, mais n'a pas pénétré dans les ganglions lymphatiques. A ce stade du développement de la maladie, il est possible de remarquer ses signes uniquement lors de l'étude d'un frottis sur cytologie. Symptômes pathologiques de la maladie ne montre pas. Au cours de cette période, le traitement du cancer a le pronostic le plus favorable.

Le stade II est marqué non seulement par une lésion du corps de l'utérus, mais également par la sortie de la tumeur au-delà. Les ganglions lymphatiques ne sont pas touchés par la maladie, il n'y a aucun signe de métastase.

III - tumeur maligne affecte les parois du petit bassin, la partie inférieure du vagin, les ganglions lymphatiques, augmente de manière significative en taille. Le traitement en moyenne prolonge la vie de 33 à 40% des femmes malades.

IV - le degré de cancer le plus grave des organes génitaux féminins. Il existe des tumeurs marquées non seulement du corps de l'utérus, du col utérin, mais également de sa propagation aux ganglions lymphatiques et à d'autres organes. Au stade IV, on note la germination des cellules cancéreuses dans le corps de la vessie, du rectum et du vagin. Le traitement est inefficace, la plupart du temps un traitement palliatif est effectué.

Présenter visuellement une image de la lésion du corps du col utérin peut être étudiée photo 1.

Les principales méthodes de diagnostic en oncologie de l'utérus sont les suivantes:

  • études de laboratoire sur la cytologie (oncocytologie);
  • coloscopie - utilisation d'un dispositif médical spécial pour l'inspection des organes génitaux internes (voir photo 2);
  • échographie;
  • biopsie.

Le traitement des tumeurs malignes de l'utérus dépend du degré de progression de la maladie.

Une hystérectomie est indiquée aux premiers stades de la maladie. Il s’agit d’une opération visant à enlever le corps, les organes affectés ou des parties de ceux-ci. Elle est réalisée en plusieurs types, en fonction des preuves (chirurgie au laser, cryochirurgie, conisation, trachelectomie, hystérectomie, exentération).

L'irradiation des organes affectés et la chimiothérapie sont utilisées pour inhiber les cellules cancéreuses et aux stades avancés de la maladie.

Le traitement n'affecte pas toujours le nombre de patients qui vivent. Actuellement, de nombreux facteurs peuvent affecter le pronostic le plus positif et provoquer une rechute de la maladie.

Récurrence tumorale

Comme ce n’est pas triste, mais chez 3 femmes sur 10, après avoir surmonté la maladie, la récidive du cancer se manifeste au cours des trois premières années. Aux premiers stades du traitement du cancer, les rechutes se produisent beaucoup moins souvent.

Le retour de l'oncologie se manifeste comme le prochain symptôme. Douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen, le bas du dos Si la perméabilité du canal cervical a été préservée, la rechute est indiquée par des sécrétions purulentes et succiniques, gonflement des jambes. Les patients remarquent souvent une augmentation de la température corporelle. La récidive du cancer provoque des nausées, une faiblesse et des problèmes rénaux. Afin de rechuter dans le temps d'identifier, vous devez régulièrement subir un examen.

Nutrition pour le cancer du col utérin

La nutrition joue un rôle important dans le maintien de la santé. Il est à noter que les produits nocifs provoquent la mutation de cellules saines. Un régime strict pendant et après le traitement aide à restaurer le corps.

Les aliments après irradiation et chimiothérapie doivent être fréquents, les portions sont petites. La nourriture doit être naturelle et fraîchement préparée. Le régime alimentaire spécial devrait inclure: la laitue, les radis, les navets, les betteraves, le brocoli. Le régime alimentaire comprend la consommation quotidienne de jus de fruits frais provenant de canneberges, de carottes, de pommes de terre et de chou. Il est également recommandé d'inclure dans le régime une variété de produits à base de lait fermenté.

Le régime alimentaire de restauration implique l'élimination des viandes grasses et l'introduction d'un grand nombre de poissons dans le menu. En cas de cancer, il est interdit de consommer de l'alcool, des bonbons, du chocolat, du cacao, des conserves, des produits fumés, des aliments gras, épicés et salés.

L'alimentation joue un rôle important dans le maintien de la santé humaine après le traitement. Il existe de nombreuses options pour un menu équilibré. Tout régime bien choisi aidera à rajeunir et à soutenir le corps dans la lutte contre le cancer.

Le nombre de personnes atteintes de cette maladie dépend du début du traitement. Aux stades initiaux (1 et 2), le taux de survie est de 90% et 60%, respectivement, de 3% à 40%, le degré de survie d'un patient dans l'évolution la plus grave de la maladie dépend en grande partie des caractéristiques individuelles de l'organisme, selon la statistique médicale.

Soyez le premier à commenter sur "Stage 1 cervical cancer"

Symptômes et traitement du cancer du col utérin, facteurs de risque, stades, pronostic, prévention

Le cancer du col utérin est l’un des néoplasmes malins les plus répandus chez les femmes; il représente plus de 5% de toutes les tumeurs et se classe au 5ème rang. Au cours des dernières décennies, la maladie est devenue plus jeune et on la retrouve souvent chez les femmes âgées de 20 à 30 ans. Contrairement aux autres tumeurs de l'appareil reproducteur, le cancer du col utérin est plus répandu dans les pays en développement d'Afrique et d'Amérique latine.

Caractéristiques cervicales

Le col de l'utérus est la partie inférieure de l'utérus. En son centre passe un canal appelé cervical. Son extrémité s'ouvre dans l'utérus et l'autre dans le vagin. Seul un tiers du cou est visible lorsqu'il est vu dans un fauteuil gynécologique. La majeure partie est cachée à la vue. Tout au long de la vie d’une femme, le cou change constamment. Il a une zone spéciale à la jonction de deux types d'épithélium, qui finit par se déplacer dans le canal cervical. Cette zone de transformation est la plus vulnérable à tous les facteurs défavorables. C’est à partir de lui que la plupart des changements précancéreux et cancéreux commencent.

Érosion du cou et cancer

Vous pouvez souvent entendre le diagnostic d '"érosion cervicale". C'est un terme imprécis. Le plus souvent, il s'agit d'une ectopie - une condition qui est la norme pour 25% des jeunes femmes. Avec cette caractéristique, l'épithélium cylindrique tapissant le canal cervical remplace le multicouche. En conséquence, la zone de transformation se déplace vers l’extérieur. Dans la plupart des cas, l'ectopie ne nécessite pas de traitement, ne présente aucun symptôme et n'est certainement pas une affection précancéreuse. La seule recommandation: une surveillance régulière par un gynécologue.

Facteurs de risque de cancer du col utérin

  • Débuts sexuels précoces
  • Changement fréquent de partenaires sexuels
  • Utilisation de contraceptifs oraux (rejet de préservatifs)
  • Nombreuses grossesses et accouchements
  • Infection à HPV avec un degré élevé d'oncogénicité, en particulier avec une autre infection génitale (herpès génital, chlamydia)
  • Infection par le VIH

Cancer et portage du VPH

Le cancer du col utérin est l’une des maladies qu'il est plus facile de prévenir que de guérir. La découverte de la nature virale de ce processus cancéreux est un grand succès scientifique. On pense que c'est l'infection par le virus du papillome humain qui provoque des modifications précancéreuses pouvant aboutir à une tumeur maligne.

Actuellement, plus de 100 types de VPH pouvant vivre chez l'homme ont été identifiés. Mais tous ne constituent pas un facteur de risque pour le développement du cancer. Tous les virus sont classiquement divisés en groupes de potentiel oncogène élevé, moyen et faible:

  • Risque faible: 6, 11, 42, 43, 44 types de VPH (cause des verrues génitales, n'augmente pas l'incidence du cancer)
  • Risque intermédiaire: types 31, 33, 35, 51 et 52 (causent souvent une dysplasie, beaucoup moins souvent un cancer)
  • Risque élevé: 16, 18, 39, 45, 50, 53, 55, 56, 58, 59, 64, 68 types (retrouvés dans 99% des cas de cancer du col utérin)

Dans la plupart des cas, le VPH disparaît de lui-même en l'espace d'un à deux ans, sans entraîner de changements importants. Et cela ne provoque que de temps en temps une infection chronique et durable menant à des dysplasies et à un cancer du col utérin. On pense que plus la femme est jeune, plus son auto-guérison est rapide. Par conséquent, chez les filles, la définition du virus par PCR est jugée inappropriée. Habituellement, un test HPV est effectué pour détecter les modifications (leucoplasie. Dysplasie) détectées par frottis et colposcopie, ainsi que les symptômes du cancer du col utérin.

Faits sur le VPH

  • L'infection par le virus du papillome humain qui cause le cancer se produit sexuellement, plus souvent chez les jeunes hommes et les jeunes femmes.
  • On estime que 50% de toutes les personnes sexuellement actives au moins une fois dans leur vie ont été exposées à cette infection.
  • Dans la plupart des cas, le virus, y compris le groupe oncogène, quitte l'organisme par lui-même dans un délai de 1 à 2 ans.
  • Il n'y a pas de médicaments qui aident efficacement à se débarrasser du virus.
  • La vaccination est le seul moyen de protection contre le VPH oncogène élevé et le cancer du col utérin.
  • L'examen du VPH chez les femmes âgées de moins de 30 ans est inapproprié (car la maladie se transmet d'elle-même).

Symptômes du cancer du col utérin

Premiers symptômes

Ils ont généralement un caractère aqueux, ont la couleur de "slop de viande", ont une odeur spécifique. Une telle décharge se produit si la tumeur grossit et se désintègre progressivement.

Symptômes tardifs

  • Les douleurs du caractère rongeant et tirant qui se développent dans le bas de l'abdomen, dans le bas du dos et dans le sacrum, dans la région du rectum.
  • Mictions fréquentes

Cas en cours

  • Signes d'intoxication tumorale: perte de poids brusque, perte d'appétit, fièvre constante, perte de force, anémie
  • Violation de la miction et des selles: sang dans les urines. sang dans les selles. constipation
  • Dribbler de l'urine ou des excréments du vagin (lorsque la tumeur envahit les parois de la vessie et de l'intestin pour former des fistules)
  • Gonflement des jambes. essoufflement

Types de cancer du col utérin

Les tumeurs du col de l'utérus peuvent être constituées de différents tissus, se former dans différentes parties du corps, avoir différentes tumeurs malignes.

  • Cancer préinvasif
  • Carcinome épidermoïde
  • Cancer glandulaire (adénocarcinome)
  • Autres types de cancer (y compris indifférencié)

Cancer préinvasif (in situ, dysplasie de degré 3, CIN 3)

Cancer "sur place" ou cancer in situ - différents noms pour la même pathologie. Dans ce cas, les cellules recouvrant le cou présentent des signes de malignité. Mais ils ne germent pas profondément dans le stroma. En conséquence, il n'y a pas de métastases. Comme il n’ya aucun symptôme de cancer du col de l’utérus à ce stade, il ne peut être détecté que par un examen médical régulier. Au fil du temps, le cancer «sur place» se transforme en cancer micro-invasif, puis en cancer métastatique.

Cancer micro invasif

Les experts identifient souvent une forme particulière de tumeur cervicale - le cancer micro-invasif, correspondant au stade Ia. Ce n'est plus un cancer in situ, puisque les cellules tumorales ont envahi le stroma. Mais cette invasion ne dépasse pas 5 mm et la taille de la tumeur elle-même est de 1 cm ou moins. Dans ce cas, le cancer est généralement peu agressif, ne métastase pas et est assez bien traité.

Cancer invasif du col utérin

Si la tumeur pénètre profondément dans les tissus, on parle alors d'invasive. C'est pendant ses premiers symptômes de cancer du col utérin. Un gynécologue examine plus facilement ce type de cancer et présente les caractéristiques caractéristiques du frottis et de la colposcopie. En cas de cancer avancé, des signes lumineux peuvent apparaître.

Dans leur forme, les tumeurs cervicales sont divisées en trois groupes:

Ce cancer se développe dans le canal cervical, comme dans la lumière du col utérin. Il peut être détecté sur une chaise gynécologique: il est souvent suspendu à la nuque sous la forme d'un polype en forme de chou-fleur. Ces tumeurs sont considérées comme moins agressives, se métastasent plus tard et ont un meilleur pronostic.

Ces tumeurs se développent profondément dans le cou. À l'extérieur, ils ont l'air minuscule, mais des ulcérations et une désintégration se forment dans l'épaisseur des tissus. Dans de tels cas, la maladie coule de manière plus agressive, le pronostic est moins favorable.

Stade cervical

Les statistiques d'incidence n'incluent pas le cancer préinvasif (in situ). Ce stade est souvent associé à une dysplasie de grade 3. puisque le traitement est absolument identique. Pour les tumeurs qui ont pénétré plus profondément, une classification spéciale a été créée. Il vous permet de déterminer le pronostic et la méthode de traitement d'une maladie.

Stade I La tumeur ne s'étend pas au-delà de l'utérus.

  • IA - tumeur pénétré moins de 5 mm
  • IB - une tumeur ayant pénétré à plus de 5 mm de profondeur

Stade II - Une tumeur qui s'est propagée au-delà de l'utérus (sans toutefois toucher les parois du bassin et le tiers inférieur du vagin)
Stade III - Une tumeur qui s'est étendue aux parois du bassin ou du tiers inférieur du vagin
Stade IV - Tumeur ayant pénétré au-delà du bassin ou de la vessie, du rectum.

Diagnostic du cancer du col utérin

  • Examen cytologique (frottis d'oncocytologie)

Le frottis est la norme mondiale de dépistage du cancer du col utérin. À l'aide d'une spatule de forme spéciale, les cellules sont prélevées à la surface du cou. Après avoir étudié au microscope, ils concluent sur leur structure. Dans un frottis, des modifications inflammatoires, diverses atypies (y compris une dysplasie sévère) et des éléments cancéreux peuvent être détectés. En cas de suspicion de résultats précancéreux et cancéreuses, des méthodes de recherche supplémentaires sont prescrites.

Kolposkop - un appareil spécial qui vous permet d’augmenter l’image du col et d’étudier la structure de ses cellules et de ses vaisseaux. L'examen du col de l'utérus avec un colposcope est particulièrement important aux premiers stades du cancer, lorsque la tumeur n'est pas visible lors d'un examen de routine. Les derniers stades du cancer du col utérin se remarquent facilement sans aucun dispositif supplémentaire.

Lorsque des zones suspectes sont détectées, elles sont biopsiées puis examinées au microscope.

  • Raclage du canal cervical

Si les résultats des études cytologiques montrent des modifications précancéreuses ou cancéreuses et que la colposcopie donne une image normale, le curetage du canal cervical doit alors être effectué. Il y a des chances que les cellules atypiques soient situées à l'intérieur, donc non disponibles pour le contrôle visuel. Cette procédure n’est en aucun cas prescrite à tout le monde: une cytologie et une colposcopie avec biopsie suffisent généralement.

Le diagnostic par échographie est une méthode d'examen simple, peu douloureuse et peu coûteuse. Capteur transvaginal à ultrasons particulièrement efficace. Des difficultés ne surviennent que dans des processus très courants, ainsi qu'en présence d'adhérences dans la cavité abdominale. Pour un diagnostic plus efficace en utilisant une image en trois dimensions, ce qui permet de considérer la tumeur de tous les côtés. Si vous complétez l'échographie par une échographie Doppler (étude du débit sanguin), vous pourrez détecter de petites tumeurs dues à une croissance excessive des vaisseaux sanguins.

Des méthodes de recherche avancées supplémentaires permettent d’évaluer la propagation du processus oncologique, l’état des organes voisins et de choisir la tactique de traitement. Une IRM convient mieux à cette fin. La tomodensitométrie présente un inconvénient important: la densité des organes pelviens lorsqu’elle est réalisée est approximativement la même. Par conséquent, même le cancer étendu ne peut pas être distingué en raison de la similitude avec le tissu adipeux.

  • Méthodes de détermination des métastases à distance

Les rayons X du thorax, le scanner de la cavité abdominale, la scintigraphie du squelette permettent de détecter les métastases du cancer du col utérin et de choisir une tactique thérapeutique. Ces méthodes sont utilisées après le diagnostic initial du cancer invasif, ainsi que pour surveiller le traitement des métastases et lorsque les symptômes du cancer du col utérin se développent après la chirurgie.

Diagnostic sanguin du cancer du col utérin

Le scientifique a identifié un antigène spécial du carcinome épidermoïde, le SCC, qui peut être considéré comme un marqueur du cancer du col utérin. Le niveau de cet antigène dépend du stade de la maladie, de la participation des ganglions lymphatiques et de la masse totale de la tumeur. Le SCC est utilisé pour surveiller l'efficacité du traitement et le diagnostic précoce de la récurrence de la maladie. Environ 4 à 8 semaines après le traitement, le niveau d'antigène diminue. Si, après cela, il se produit une augmentation du marqueur, une rechute peut être suspectée.

L'utilisation du taux d'antigène SCC comme méthode de diagnostic primaire des tumeurs cervicales est inacceptable. Il existe une forte probabilité de résultats faux positifs et faux négatifs. Ainsi, le marqueur augmente avec les maladies de la peau (psoriasis, eczéma), les maladies du foie et des reins, le cancer de l'endomètre et le vagin. En outre, tous les types de cancer du col utérin ne donnent pas des niveaux élevés de cet antigène. Il n’existe donc aucune analyse absolument fiable du cancer du col utérin.

Dépistage du cancer du col utérin

Contrairement à beaucoup d'autres types de cancer, les tumeurs cervicales se développent sur une longue période. Cela vous permet d'identifier les femmes à risque et aux premiers stades de la maladie. Pour le dépistage, il existe une méthode remarquable - le test de cytologie. La sensibilité de cette méthode est d'environ 90%. Autrement dit, chez 9 femmes atteintes de cancer sur 10, un frottis cytologique ordinaire permet de détecter la maladie.

Toutes les femmes âgées de 25 à 49 ans doivent faire l’objet d’un dépistage tous les trois ans. Après 50 ans, il suffit de faire un frottis pour cytologie 1 fois sur 5 ans.

Métastases du cancer du col utérin

Le cancer du col utérin est une tumeur très agressive. Il se métastase tôt en se propageant par la lymphe, le sang ou la germination dans les organes. Ainsi, environ 30% des patients de stade II ont déjà des cellules tumorales dans les ganglions lymphatiques les plus proches. Parmi les organes distants, les poumons, le foie et les os sont plus souvent atteints.

Traitement des tumeurs cervicales

Le cancer du col utérin n'est pas une phrase. Les méthodes modernes de traitement peuvent complètement guérir cette maladie. Au début, il est possible de préserver l'organe et la fonction de procréer. Dans les étapes ultérieures, une approche intégrée est utilisée. En conséquence, une femme perd l'occasion d'avoir des enfants, mais la qualité et la durée de sa vie restent élevées. Avant de déterminer la tactique de traitement, le médecin doit étudier l’examen histologique de la tumeur et déterminer son stade.

  • Conisation cervicale (avec cancer non invasif)

Le retrait d'une partie du cou sous la forme d'un cône est l'opération la plus courante dans le traitement de la dysplasie grave et du cancer in situ. L'intervention est réalisée sous anesthésie (anesthésie générale ou anesthésie épidurale). Si une dysplasie légère ou modérée est suspectée, les médecins tentent d'éviter cette opération. Il existe un risque pour les femmes qui n'ont pas encore accouché: la lumière du canal cervical peut se rétrécir et envahir excessivement, ce qui entraîne des difficultés de conception et de gestation. Cependant, les avantages d'une élimination complète du cancer non invasif «in situ» dépassent de loin tous les risques possibles. Le fragment supprimé est envoyé à l'histologie pour un diagnostic précis.

  • Extirpation utérine prolongée

Le traitement le plus courant pour le traitement du cancer est la chirurgie extensive visant à enlever l'utérus, les tissus environnants et des parties du vagin. De tels volumes d’intervention sont dus au fait que la plupart des cancers sont négligés. Dans de rares cas de cancer micro-invasif, les femmes ne peuvent être retirées du col (si une grossesse est prévue). Peut-être un tel traitement pour le cancer du col utérin au stade 1.

La radiothérapie est le traitement principal du cancer du col utérin. Il est utilisé en complément des opérations aux étapes initiales ou en tant que méthode unique pour des processus très avancés. On a souvent recours à la radiothérapie pour soulager les souffrances du patient dans les cas avancés. Après traitement par rayons, des complications sont possibles sous forme de lésions cutanées et d'organes internes, le plus souvent non dangereux.

Les médicaments chimiothérapeutiques (cisplatine) sont utilisés assez rarement pour le traitement et uniquement en tant que traitement d'appoint à la chirurgie et à la radiothérapie.

Traitement du cancer invasif

Observation après traitement

Une femme devrait être suivie par un oncogynécologue toute sa vie après le cancer. Les deux premières années d’examen sont effectuées tous les trois mois, puis jusqu’à cinq ans, vous devez subir une inspection tous les six mois. Dans ce qui suit, il suffit d’être examiné chaque année.

Cancer du col utérin et grossesse

La détection des tumeurs cervicales pendant la grossesse est assez rare. En raison des modifications de l’immunité, le cancer chez les femmes en position de développement évolue plus rapidement et se développe de manière plus agressive. Malheureusement, au cours du premier trimestre, le seul moyen de sauver la vie de la patiente est de mettre fin à la grossesse, suivie de l’irradiation et de la chirurgie. Ce n'est qu'au troisième trimestre qu'il est possible de différer le traitement jusqu'à la maturation des poumons du fœtus et de la césarienne. Habituellement, attendre jusqu'à 32 semaines de grossesse. Simultanément à une césarienne, une opération est réalisée pour enlever le cancer du col utérin.

Pronostic pour les tumeurs cervicales

  • La survie à cinq ans pour le cancer de stade 1 est de 95 à 98%
  • Au stade 2, ce chiffre est légèrement inférieur, dans la région de 65-75%
  • La survie diminue fortement en 3 étapes (jusqu'à 30%)
  • Alors que dans les cas négligés, seulement 10% des patients ont survécu au 4ème stade de la période de cinq ans.

Tous les chiffres ci-dessus ne sont fiables qu'avec le traitement complet de la maladie.

Prévention du cancer du col utérin

La vaccination est considérée comme le principal moyen de prévention du cancer du col utérin. Le vaccin Gardasil a été développé contre 4 types de virus. Deux d’entre eux (16 et 18 types) sont à l’origine de 70% environ des cas de cancer, et 6 et 11 types sont associés à la plupart des verrues génitales. Le vaccin a fait l'objet d'études cliniques approfondies pendant 15 ans, démontrant une efficacité et une sécurité élevées.

Il est recommandé de vacciner les filles âgées de 11 à 13 ans. La vaccination est également possible pour les filles de moins de 26 ans, en particulier si elles n’ont pas commencé leur vie sexuelle et n’ont pas été infectées par les types de virus susmentionnés. Pour une protection complète, il faut trois fois le médicament pendant 6 mois. La durée du vaccin n'est pas définitivement déterminée, le minimum - 5-8 ans.

Le vaccin Gardasil est garanti pour protéger les femmes contre le cancer causé par 2 types de virus. Mais 30% des cancers sont causés par des types de VPH plus rares ou d'origine non virale. Par conséquent, toutes les femmes qui reçoivent le vaccin ont encore besoin d'un examen gynécologique régulier avec frottis cytologique.

  • Traitement des maladies précancéreuses

Tous les changements dans les cellules du col utérin qui peuvent se transformer en cancer s'appellent des conditions précancéreuses. Celles-ci incluent la dysplasie, la leucoplasie étendue et d'autres pathologies. En moyenne, le développement d'un cancer précancéreux prend 10 à 15 ans. Par conséquent, une dysplasie ponctuelle remarquée et soignée est un bon moyen d’éviter le processus malin. Il est donc important de subir un examen régulier et de consulter un médecin dès l'apparition des premiers symptômes de la maladie cervicale.

Les méthodes contraceptives barrières réduisent considérablement le risque de transmission du VPH, bien qu'elles ne protègent pas complètement contre ce virus.

Foire Aux Questions

L'apparition de verrues génitales est-elle un facteur de risque ou un symptôme du cancer du col utérin?

Les verrues génitales (verrues génitales) sont causées par des types de virus non oncogènes. Bien qu'ils puissent causer une gêne et une gêne esthétique, cela n'a rien à voir avec le cancer du col utérin.

Un frottis sur oncocytologie a révélé une légère dysplasie de CIN1 et un processus inflammatoire. Dois-je coniser le col?

La dysplasie légère, dans la plupart des cas, passe d'elle-même et ne nécessite qu'une observation deux fois par an. En outre, le processus inflammatoire (cervicite) pourrait affecter l'évaluation des résultats du frottis. Par conséquent, il est d'abord nécessaire de rechercher la cause de l'inflammation, de la traiter, puis de répéter l'examen cytologique.

Combien vivent avec le cancer du col utérin au stade 2?

Pour la deuxième étape est caractérisée par la propagation locale de la tumeur. Lors d'une opération radicale suivie d'une radiothérapie et d'une observation régulière, 75% des femmes connaissent une période de cinq ans. En oncologie, les patients qui vivent depuis 5 ans sans rechute sont considérés, sous certaines conditions, comme guéris.

Quel traitement initial peut être fait si à l’avenir on souhaite avoir des enfants?

La question de la méthode de traitement est d'abord résolue par le médecin traitant: l'oncogynécologue. Outre le stade, le type de tumeur, l'âge de la femme et les maladies associées jouent un rôle. Dans des circonstances favorables, une opération de préservation d'organe peut être effectuée: retrait du col uniquement. Une grossesse après cette intervention est possible.

Trois ans se sont écoulés depuis la chirurgie visant à enlever une tumeur cervicale. Comment peut-on suspecter des métastases du cancer? L'examen d'un gynécologue deux fois par an est-il suffisant?

Les métastases aux organes distants se font sentir assez souvent. La jaunisse soudaine, les douleurs osseuses, les fractures pathologiques, les maux de tête et la perte de conscience sont alarmants. Si des métastases surviennent dans les ganglions lymphatiques les plus proches, les symptômes peuvent ne pas être. Tous les examens complémentaires sont prescrits par le médecin à la lumière des plaintes et de l'issue de l'opération précédente. Habituellement, un examen standard deux fois par an est suffisant.

Ne pas manger de noix de pin pelées. Les pignons vendus en Russie en provenance de Chine sont toxiques, provoquant des intoxications, des réactions allergiques, une exacerbation de la cholécystite, une bouche amère, des nausées quelques jours après leur ingestion.

À quelle fréquence prenez-vous des antibiotiques?

Aujourd'hui et demain, l'environnement géomagnétique est calme, aucun orage magnétique n'est attendu.

Sources: http://www.rak-sheyki-matki.ru/stadii/1-stadiya/, http://rak03.ru/vidy/rak-shejki-matki-1-stadii/, http: // zdravotvet. ru / simptomy-i-lechenie-raka-shejki-matki-faktory-riska-stadii-prognoz-profilaktika /

Tirer des conclusions

Enfin, nous voulons ajouter que très peu de personnes savent que, selon les données officielles des structures médicales internationales, les parasites qui vivent dans le corps humain sont la principale cause des maladies oncologiques.

Nous avons mené une enquête, étudié plusieurs matériaux et surtout testé dans la pratique les effets des parasites sur le cancer.

Il s'est avéré que 98% des sujets souffrant d'oncologie sont infectés par des parasites.

De plus, ce ne sont pas tous des casques à cassette connus, mais des micro-organismes et des bactéries qui entraînent des tumeurs, se propageant dans le sang à travers le corps.

Nous voulons immédiatement vous avertir qu'il n'est pas nécessaire de vous rendre dans une pharmacie pour acheter des médicaments coûteux, qui, selon les pharmaciens, corroderont tous les parasites. La plupart des médicaments sont extrêmement inefficaces et causent de graves dommages à l'organisme.

Que faire? Pour commencer, nous vous conseillons de lire l'article avec le principal parasitologue oncologique du pays. Cet article révèle une méthode par laquelle vous pouvez nettoyer votre corps des parasites en seulement 1 rouble, sans dommage pour le corps. Lire l'article >>>

A Propos De Nous

Cancer du col utérin - une lésion tumorale de la partie inférieure de l'utérus, caractérisée par une transformation maligne de l'épithélium tégumentaire (ecto ou endocervix). Les manifestations spécifiques du cancer du col utérin sont précédées d'une évolution asymptomatique; à l'avenir, apparaissent des saignements de contact et intermenstruels, des douleurs abdominales et du sacrum, des œdèmes des membres inférieurs, des mictions et des défécations.